Navigation – Plan du site
I. Histoire des fonds et des collections : conservation, constitution en waqf, catalogage

Inventaires et catalogues, une longue histoire

L'exemple des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de Francefr
Annie Berthier
p. 17-32

Résumés

La constitution des fonds orientaux de la BNF et leur traitement s'inscrivent dans un mouvement commencé dès le XVIe siècle. Ils reflètent une évolution de la conception du monde propre à l'Occident, et de nouvelles façons de se l'approprier. Dès le début du XVIIe siècle, l'ouverture aux littératures et aux connaissances scientifiques d'autres pays et d'autres cultures se manifeste par la collecte de livres orientaux qui, d'abord aléatoire, devient de plus en plus précise et exigeante. Dans l'Encyclopédie, d'Alembert cite l'étude des langues comme l'une des composantes essentielles de la connaissance. Au XVIIIe siècle, le comte de Volney pose la question de la translittération des langues orientales et de la typographie en caractères originaux. À la fin du XVIIIe et au XIXe siècle commence la période de l'érudition : pour étudier ces livres, de nouveaux instruments d'analyse — dictionnaires, grammaires, traductions — sont élaborés. Dans les bibliothèques, le passage du simple inventaire aux catalogues, de plus en plus détaillés, reflète aussi une évolution du regard sur le monde, regard qui se fait de plus en plus précis et analytique, cherchant à observer « même ce qui ne tombe pas sous les sens », tout ce qui se mesure et se compte.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1En France, les études orientales à leur début sont aussi flottantes que la mesure du temps, lequel au XVIe siècle n'a pas vraiment pour les gens de valeur rigoureuse : beaucoup ignorent leur âge ; l'usage des montres, encore imprécises, commence à peine à se répandre ; poids et mesures diffèrent d'une région à l'autre, on porte des verres rudimentaires, la réalité s'estime au jugé ; le calcul, d'un usage pratique (compter les mois, les bêtes, mesurer les distances, les champs, peser l'or ou le blé) n'est pas un élément de savoir précis. Les alchimistes eux-mêmes ne mesurent la chaleur qu'en indiquant simplement feu vif ou feu lent ; en fait, si l'homme de la Renaissance, comme l'homme du Moyen Âge ou de l'Antiquité, ne calculait pas de façon exacte, c'est qu'il n'en avait pas les moyens ; en 1645, Blaise Pascal lui-même insiste sur l'extrême difficulté des opérations à la plume ; à cette époque, on compte encore avec des échiquiers et des jetons ; les mentalités sont différentes de celles de nos sociétés industrielles, pliées à la rigueur et dépendantes de la précision ; c'est à cette époque charnière, dans l'ombre de Galilée, de Pascal et de Descartes, dans l'ombre de l'invention du téléscope, de la machine à calculer, du microscope, du chronomètre que se développent les études orientales ; tandis que certains scrutent les étoiles et interrogent l'univers avec des outils nouveaux, d'autres s'acharnent à observer et à décrire la configuration des constellations humaines à la surface de la planète, que l'on tente par ailleurs de mesurer et de sonder.

  • 1 Sur ce contexte on consultera avec profit les travaux de Gérald Duverdier, Robert Jones, Francis Ri (...)

2C'est dans ce contexte des bouleversements dûs aux « grandes découvertes » géographiques et techniques touchant l'Europe depuis la fin du Moyen Âge que s'inscrit en France la collecte de livres orientaux pour la Bibliothèque du roi ; précédée par la recherche au Levant de manuscrits grecs et latins, elle s'élargit lentement au reste du monde. Exprimée dès le XVIe siècle par quelques savants isolés, l'intention d'acquérir des livres étrangers pour accéder à la connaissance à la source des littératures et des sciences d'autres pays1 apparaît officiellement en France vers le début du XVIIe siècle ; l'une des premières tentatives dont on ait gardé la trace effective se situe vers 1612, lorsque De Thou, garde de la Bibliothèque du roi, sollicite Harlay de Sancy, ambassadeur à Constantinople, de lui envoyer des livres. Richelieu, de son côté, désireux d'étendre l'influence française en Orient en encourageant notamment les études orientales, enrichit sa bibliothèque pour « servir d'aliment aux savants ». C'est aussi le souci de Mazarin qui, en 1644, écrit à Jean de La Haye, ambassadeur de France à Constantinople :

« Vous avez d'autres choses au pays où vous êtes... pour lesquelles j'ay une passion que vous ne desapprouverez pas. Vous entendez bien que c'est pour les livres, puisque je vous ai déjà prié de vouloir prendre le soin de m'en faire recouvrer des orientaux, grecs, arabes, manuscrits et autres. Je fortifie autant que je puis de tous dôtez la bibliothèque que j'ay commencé, et je désire laisser au public ce monument des bonnes lettres, le plus complet qu'il me sera possible. » (Omont, 1902 : 3.)

Politique d'acquisition et instructions officielles

3La collecte d'ouvrages au Levant (Berthier, 1981, 1985, 1997), par l'intermédiaire de chargés de mission ou le recours à des résidants – diplomates, missionnaires ou autres – s'impose en France à partir de Colbert. Ce dernier adresse à tous les consuls en poste une circulaire leur demandant d'envoyer des livres pour sa bibliothèque (29 novembre 1672). Parmi les principales missions pour la Bibliothèque du roi, citons, en 1667-1675, les missions de Monceaux et Laisné, le voyage de Vaillant ; en 1671-1675, le voyage de Vansleb en Egypte, en Asie mineure et à Constantinople ; en 1670-1689, les voyages d'Antoine Galland à la suite du marquis de Nointel, ambassadeur à Constantinople. Déjà, Pierre de Carcavy, garde de la Bibliothèque, donnait le 30 décembre 1667 à monsieur de Monceaux... « présent dans le Levant » des instructions pour :

« rechercher... avec le plus grand soin qu'il pourra, de bons manuscrits anciens en grec, en arabe, en persan et autres langues orientales... et de les vouloir achepter [sic] pour le Roi. »

4Fondées sur une volonté d'approfondissement de la connaissance des littératures orientales, les vues de Colbert sont exposées dans l'avertissement au Catalogue des histoires de Hadji Khalifa ; cette traduction abrégée du grand dictionnaire bibliographique du savant turc Hadji Khalifa (1609-1657), recensait plusieurs milliers de titres d'ouvrages arabes, persans et turcs, réalisée par Antoine Galland lors de son voyage en Turquie de 1682, puis expédiée à Colbert,

  • 2 C'est la base de la Bibliothèque orientale de Barthélémy d'Herbelot (1697).

« afin qu'avant toute chose il pust estre bien informé du nombre et de la qualité de ces manuscrits et prescrire ensuite plus facilement ce que l'on en devoit choisir ou laisser.2 » (Omont, 1902 : 216.)

5Elle révéla en France la richesse des littératures en ces langues et permit de rédiger des instructions détaillées précisant les titres des ouvrages à rapporter : « jusques à présent », écrit Galland, après avoir donné sa traduction :

« on n'avoit eu que quelques indices de la grande quantité des livres [orientaux]... Il estoit necessaire qu'on eust un catalogue generai... »

6Ce sera bientôt chose faite : François Péris de la Croix, secrétaire-interprète du roi pour les langues orientales, achève en 1705 la traduction complète de l'ouvrage turc, édité ensuite par Fluegel en 1835-1858. Il est toujours utile aujourd'hui.

7Auparavant, les acquisitions étaient aléatoires : si la qualité des achats est abordée dès 1673 (recommandations au sieur Borie, chargé par le marquis de Nointel, ambassadeur à Constantinople, de la récolte d'ouvrages, et « d'observer qu'ils soient bien escrits, qu'il y ait des figures et représentations d'histoire, et tant ceux en langue grecque, qu'arabe, turc, cofte [sic] et arménien [devant] entrer dans [la] recherche »), en revanche, le choix est à cette époque pour ainsi dire livré au hasard :

« les manuscrits estant de difficile discussion tant des langues que de l'histoire, le bon marché seulement obligera le Sieur Borie de s'en charger, afin que dans le grand nombre, il s'en puisse trouver qui récompense l'inutilité des autres. »

8Soixante-quinze ans plus tard, en 1748, Armain à Constantinople recherchant des manuscrits pour la Bibliothèque du roi peut écrire à Bignon :

« J'éviterai, Monsieur, de tomber dans l'inconvénient dans lequel on est tombé [autrefois] qui est d'avoir introduit, faute de connaissance, beaucoup de mauvais et inutiles livres dans la Bibliothèque du Roy. » (Omont, 1902 : 754).

9Assez représentatives de ce que l'on recherchait alors, voici, datées du 5 juillet 1687 et rédigées par Melchisédech Thévenot, les instructions destinées à l'ambassadeur de Constantinople, Girardin, concernant l'achat de livres orientaux ; en priorité, des

« livres très anciens de trois sectes dont il est parlé dans l'Alcoran ; j'entens les livres sacrés des Adorateurs du feu, qu'ils appellent Atesch perest, ceux des Sabiés ou Caldéens et enfin ceux des Bramenes... [Ils] méritent qu'on fasse la dépense de les faire copier si on ne peut les avoir autrement... Après ces livres... il faudrait faire chercher des tables astronomiques faites par un Eben Jonnes (Ibn Yûnus)..., la géographie d'Abulféda, à cause qu'elle se doit imprimer icy, le traité de Héron..., l'histoire des animaux d'Iben al Demiry et tout ce que l'on pourra tirer pour l'histoire naturelle. Le trésor de géographie de Jacouti (Yâqût), et en général tous les autres livres qui se pourront rencontrer de géographie. Tous les historiens du royaume de Maroc. L'histoire universelle de Benacati. Les dix tomes de l'histoire de Noweïri. Celle d'Eben Athir. L'histoire universelle... d'Ismael Abulfeda. L'histoire des Tartares, celle de Catay, le Rousnahmé, ou voyage à la Chine ; toutes relations de voyages, descriptions de pays... Le Basnamé, ou livre de fauconnerie, et en général tous les livres d'arts qui apprennent à faire quelque chose. La Vie des philosophes et mathématiciens par Iben Cofti. Toutes les traductions qui ont été faites de la langue... nabat[éenne] en arabe car ce sont toutes traductions de livres très anciens... encore, le Moré Menochim de Rabbi Moises, en arabe, comme il a esté composé par son autheur. Outre les livres cy-dessus... ceux, en siriaque ou en arabe, qui traitent de la théologie positive et qui ont esté faits par des Chrétiens ; tout ceux qu'on trouvera écrits en caractères samaritains ; tout ce qui se trouvera d'ouvrages des Juifs Caraïtes, car de ces dernières sortes de livres, il s'en trouve fort peu dans les bibliothèques d'Europe. La diligence de collationner une copie avec l'original est encore plus nécessaire dans les manuscrits orientaux que dans les autres langues. » (Omont, 1902 : 257-259.)

L'accès aux catalogues des grandes bibliothèques du Proche-Orient. Le rôle de Constantinople pour l'achat des livres

10Même si vers le milieu du XVIIIe siècle, l'accès à une bibliographie de livres orientaux n'est plus vraiment un problème, l'effort pour accéder à la consultation directe des catalogues des grandes bibliothèques en Orient reste cependant d'actualité, qu'il s'agisse de celle du « Grand Seigneur » (Omont, 1902 : 750), de celle du roi du Maroc ou de celles du Caire ; le 1er octobre 1748, l'abbé d'Orvalles, alors en mission en Egypte, écrit à l'abbé Sallier qu'il essaie par tous les moyens de se procurer le catalogue de la mosquée al-Azhar du Caire, la bibliothèque de

  • 3 Il s'agit de la Bibliothèque de la mosquée/Université al-Azhar.

« Dgemiaïl Asshar3... reconnu par touts les sçavants du Mahométisme qui y viennent étudier de toutes les parties des états du Grand Seigneur... qui comprend 50 000 volumes et est reconnu par tous les sçavants comme le corps complet de leur littérature. » (Omont, 1902 : 781.)

11À partir de ce moment, la vraie question concerne le choix des lieux les plus pertinents pour les acquisitions ; ainsi, le 5 septembre 1749, l'abbé d'Orvalles écrit à nouveau à l'abbé Sallier : « vous avés [sic] nombre de catalogues, je le sais, mais prendre les livres » et il propose :

« ... une simple lettre de M. l'abbé Sallier au Consul de France tirera du Caire 40 ou 50 volumes, soit emprunt, soit copies, soit même originaux... avec la même facilité que vous les tireriés ou de Londres ou de Lyon... Voilà l'avantage principal que je me suis proposé, quand j'ay souhaité d'avoir le catalogue d'une bibliothèque effective et dont on pût tirer un secours d'usage et réel. » (Omont, 1902 :793.)

12À côté d'Alep et d'Alexandrie, Constantinople joue un rôle très important. Au XVIIe siècle, la ville regorgeait de livres à vendre comme l'indiquent plusieurs témoignages de voyageurs. Dans ses notes, Galland explique :

« À mesure que l'empire [ottoman] s'est agrandi, les hommes de lettres s'y sont réfugiés, en abandonnant les places conquises... car ils ont alors transporté leur bibliothèque avec eux. Mais les prises de villes ont le plus contribué à y multiplier les livres... apportés tant de l'Egypte, de l'Arabie, de la Syrie et de la Mésopotamie que de la Perse mesme... » (Omont, 1902 : 217.)

13Il y a à Constantinople « un nombre considérable de boutiques où ils se vendent publiquement et où l'on en apporte tous les jours de nouveaux à l'encan ». Il écrit le 9 février 1672 :

« Il se trouve encore icy de beaux livres persans, turcqs et arabes, escrits et reliés adrriirablement ; il arrive mesme quelquefois que l'on vend des bibliothèques touttes entières des gens de loy, comme de mouftis, cadis et autres, et qu'on les a pour un pris assés raisonnable. » (Omont, 1902 : 179.)

14L'ambassadeur marocain Abû-1-Hasan 'Alî b. Muhammad al-Tamghrûtî passant en 1589-1590 dans la ville s'écriait déjà :

« il y a des livres... en quantité énorme. Les bibliothèques et les marchés en débordent. Il y arrive des livres de tous les pays du monde... » (Hitzel, 1999 : 20.)

15Partout, la question des modes d'acquisition est posée dès le début de la quête et l'attention constamment attirée sur l'utilité de se procurer, à défaut d'originaux, des copies pour la Bibliothèque du roi.

La floraison de grammaires et de dictionnaires précède celle des catalogues

  • 4 Liste des premiers inventaires : (1) Inventaire de Guillaume Petit, 1518, bibliothèque de Blois (pe (...)

16À l' origine, les manuscrits rapportés en nombre relativement modeste faisaient, lors de leur arrivée à la Bibliothèque, l'objet d'un inventaire bref. Le doute où l'on était parfois de leur contenu occasionna de nombreuses erreurs d'identification. C'est l'une des raisons pour lesquelles, au cours du temps, il est demandé aux chargés de mission de rapporter si possible avec le manuscrit une traduction française, mais cet ordre difficilement applicable resta peu suivi. L'histoire des inventaires4 est détaillée dans l'ouvrage fondamental d'Henri Omont, qui décrit également les circonstances d'acquisition de nombreux manuscrits orientaux. Durant tout le XVIIe siècle, l'on vécut donc avec des listes plus ou moins précises ; si le début du XVIIIe siècle vit naître l'embryon d'un catalogue, c'est que la nécessité s'en faisait sentir, l'amoncellement des livres ne pouvant plus admettre l'imprécision de la description de leur contenu. Le premier catalogue imprimé de la bibliothèque du roi, publié en 1739, fait état de 7 000 volumes orientaux, livres chinois en majorité, puis arabes, persans, turcs, hébreux, indiens, arméniens et enfin syriaques, coptes, samaritains et éthiopiens, soit près de 5 % du total réuni à l'époque dans l'établissement, imprimés et manuscrits confondus (Balayé, 1988).

17En revanche, dès le XVIIe siècle, l'apparition de vocabulaires, de grammaires et de dictionnaires composés par des Occidentaux suit de près la naissance des collections orientales ; tous vont au cours du temps se spécialiser et tendre vers de plus en plus de précision ; ce phénomène a été analysé dans différents travaux, dûs notamment à F. Richard (pour le persan), M. Kalus et A. Berthier (pour le turc ottoman).

Un contexte de profonds changements

18Depuis la fin du XVIe siècle, tandis que les manuscrits orientaux s'accumulent dans la Bibliothèque du roi et que l'on essaie, avec plus ou moins de succès malgré le zèle que l'on y met, de percer leurs mystères, les outils d'analyse étant encore insuffisants, des modifications incessantes du paysage, du vêtement, des aliments, des techniques, ponctuent les transformations de la conscience européenne. La communication entre les différentes parties du monde s'intensifie, les nouvelles exigences des relations internationales nécessitent l'usage de nouveaux moyens diplomatiques et culturels, ainsi qu'un personnel nouveau et mieux formé. Dans ce contexte de nécessités politiques, diplomatiques, économiques et culturelles nouvelles, le contact avec les langues étrangères évolue. Ce phénomène n'est pas sans influencer la collecte des textes, leur classement et leur utilisation.

19Au XVIIIe siècle, l'instabilité due aux guerres qui déchirent alors le continent européen, jusqu'au grand bouleversement de la Révolution française, peut expliquer une certaine désaffection pour les études orientales ; mais l'on doit remarquer aussi qu'en France l'activité traduisante s'oriente alors de façon croissante vers des productions littéraires vivantes et plus mitoyennes, notamment la littérature anglaise, aux dépens de l'Antiquité grecque et latine et des littératures orientales « classiques » (Berman, 1984). Malgré la parution en 1704 du premier tome de la traduction des Mille et une nuits et l'engouement pour un certain exotisme, les manuscrits orientaux, peu dérangés, s'entassent dans les armoires et sur les étagères de la bibliothèque du roi ; l'étude des textes n'est pas faite ; le catalogue de 1739 a encore de belles heures devant lui.

La « Renaissance orientale » et le début de l'ère des spécialisations

20La fin du XVIIIe, siècle qui voit l'essor des sciences spécialisées, amorce ce que Raymond Schwab a appelé « la Renaissance orientale ». Dans l'Encyclopédie, d'Alembert, au mot « érudition », cite l'étude des langues comme l'une des composantes essentielles de la connaissance. Or, le XIXe siècle est celui des érudits : penchés sur les textes accumulés depuis des générations, ils réveillent des écritures oubliées, des langues perdues, explorent les bibliothèques et leurs strates de documents comme des chantiers de fouilles archéologiques. Le voyage ne s'impose pas, vu l'énorme masse de textes à défricher/déchiffrer. Cette ère des Champollion se prolonge jusqu'à nos jours.

21Le début du XIXe siècle voit l'effort mis sur l'histoire des institutions de l'ancienne France, doublé d'un intérêt renouvelé pour les textes orientaux et la philologie ; on peut dire, avec Sylvain Lévi, que

« ce sont les études asiatiques qui dans le monde des lettres ont inauguré l'ère des spécialisations »,

  • 5 Il n'est peut-être pas inutile d'en donner une chronologie abrégée : après la première de toutes, t (...)

22l'Orient devenant alors l'objet d'une science ; ces mouvements sont illustrés par la naissance d'écoles spécialisées : d'un côté, dès 1795, l'École spéciale des langues orientales vivantes ; de l'autre, en 1821, l'Ecole des Chartes, toutes deux installées dans les murs de la Bibliothèque, à deux étages de distance et à quelques mètres du Cabinet des Manuscrits où Langlès, l'un des fondateurs de l'École des langues orientales, était alors conservateur. Au même moment, à travers le monde, sont fondées de nombreuses « sociétés asiatiques »5.

La translittération des langues, l'invention de Volney

23L'exemple de Volney peut éclairer ce propos ; pour les langues orientales, notamment l'arabe, ses idées sont exemplaires et montrent fort bien la tendance de l'époque. Constantin-F. Chassebœuf, citoyen puis comte Volney (1757-1820), idéologue, philosophe et philologue, voyageur en Orient et en Amérique, à cheval sur deux siècles, naît à Craon en 1757. Élève au collège d'Angers, il s'intéresse dès cette époque à la philosophie, à l'arabe et à l'hébreu, se persuadant déjà que toutes les traductions existantes faites à partir de langues orientales sont à refaire, car l'étude n'en étant pas assez approfondie, cela entraîne selon lui de graves erreurs de jugement. Il étudie donc notamment l'arabe dans cette idée, voyage en Syrie et en Egypte (1782), où il se rend vite compte qu'il est incapable de parler couramment cette langue malgré ses années d'apprentissage en France ; reçu dans un monastère du Mont Liban, il y perfectionne ses connaissances. À Paris, il fréquente le salon de Madame Helvétius, se lie avec Benjamin Franklin, Grimm, Cabanis, le comte de Tracy, Jefferson, est nommé député du Tiers-État aux États Généraux ; après diverses péripéties (il expérimente en Corse en 1795 un projet de développement agricole qui échoue), il est nommé professeur d'histoire à l'École normale nouvellement créée. De 1795 à 1798, il voyage aux États-Unis. Il est aux côtés de Bonaparte durant la campagne d'Égypte et familier de Venture de Paradis. Nommé membre de l'Institut dès sa création, il obtient une place au Sénat. En 1814, Volney est pair de France, puis comte.

24Durant toute sa vie, il cherche les moyens de répandre en Europe la connaissance des langues orientales, grâce à une approche simplifiée ; il fonde par testament auprès de l'Institut un prix destiné à couronner chaque année une étude sur les langues orientales. Orientaliste pratique et diplomate officieux, possédant par ailleurs une excellente connaissance des langues anciennes, il est l'auteur d'ouvrages pratiques pour l'apprentissage des langues du Proche-Orient, d'études philosophiques et historiques sur l'histoire des langues et des civilisations, deux branches qui sont à la base de l'enseignement dispensé jusqu'à nos jours à l'École des langues orientales. Mort en 1820, il est enterré au cimetière du Père Lachaise. Sa tombe prend la forme d'une pyramide sur le modèle (en réduction) de celle de Khéops. Ses œuvres les plus connues sont le Voyage en Égypte et en Syrie (1787) ; la Simplification des langues orientales ou méthode nouvelle et facile d'apprendre les langues arabe, persane et turque, avec des caractères européens (1795) ; les Questions de statistiques à l'usage des voyageurs (1795) ; Les Ruines ou considérations sur les révolutions des empires (1791 ) ; le Tableau du climat et du sol des Etats- Unis (1803) ; les Vues nouvelles sur l'enseignement des langues orientales (rédigées en l'an II, soit 1803) ; L'alphabet européen appliqué aux langues asiatiques (1819) ; L'Hébreu simplifié (1820). Sur Volney, on consultera avec profit le passionnant ouvrage que lui a consacré Jean Gaulmier.

L'influence de Volney sur les études orientales

25Volney peut être considéré comme l'un des fondateurs de l'enquête statistique ainsi que du système de translittération des langues ;

« tel est le funeste avantage de l'ignorance sur le savoir », écrit-il, « que celui-ci [le savoir], averti par l'expérience qu'il existe beaucoup d'êtres et de cas possibles qu'il ne connaît point, parle de tout avec circonspection, agit et croît en mesure, tandis que celle-là [l'ignorance] n'admettant que ce qu'elle voit ou croit voir, se cramponne avec ténacité à sa croyance, à son préjugé, et par suite agit avec véhémence et sécurité. Pour atténuer les erreurs bien plus que pour les dissiper, il fallut que les sciences exactes vinssent au secours de la métaphysique ; que la géographie, le commerce et la polique accumulassent pendant trois siècles en Europe une foule de faits jusqu'alors méconnus ou ignorés... Enfin l'Amérique et l'Asie ayant jeté sur la scène des sciences et du raisonnement une multitude dé peuples et de langages que la vieille école n'avait pas soupçonnés, les antiques erreurs furent ébranlées, les idées furent généralisées ; alors, vers le milieu du dernier siècle, de bons esprits, entr'autres Leibniz, énoncèrent cet axiome : que pour juger avec certitude de la filiation et de la parenté des langues, il fallait d'abord connaître chacune d'elles, puis les comparer réciproquement. »

26En ce sens, Volney semble épouser l'une des chimères chères aux intellectuels de la fin du XVIIIe siècle, ce rêve de « pasigraphie » et d'universalité de l'Europe des lumières, mais son approche est en fait beaucoup plus pragmatique, fondée sur l'expérience. Écoutons-le :

« C'est parce que nous n'entendons pas les langues de l'Asie que, depuis dix siècles, nous fréquentons cette partie du monde sans la connaître, c'est parce que nos ambassadeurs et nos consuls n'y parlent que par interprètes, qu'ils y vivent toujours étrangers, et n'y peuvent étendre nos relations ni protéger nos intérêts... c'est parce que nos facteurs ne savent pas la langue de leurs échelles, qu'ils y vivent comme prisonniers, ne se montrant point dans les marchés... de manière que toute la masse de notre commerce est obligée de passer par l'étroite filière de quelques censals (courtiers) et de quelques drogmans. Supposons tout à coup la facilité de communiquer établie, supposons l'usage familier et commun des langues, et tout le commerce change de face. »

27Volney est aussi l'auteur d'un Discours sur l'étude philosophique des langues :

« Parmi les études qui se ranimèrent (au XVIe siècle), celle des langues lut une des premières. »

28Il cite l'italien Pigafetta, Guillaume Postel, Ambrogio, Buchman plus connu sous le nom de Bibliander, ce Hollandais qui fut le premier à donner le Pater Noster traduit et écrit en quatorze langues, puis Conrad Gesner, Scaliger, Claude Duret, Walton, l'auteur de la célèbre Bible polyglotte, Thomassin, Muller et Chamberlayne ; il y évoque la manière dont Leibniz se posa la question de l'étude des langues et montre l'influence de ce dernier sur la collecte par des chercheurs durant tout le XVIIIe siècle de grammaires et de vocabulaires en toutes langues. Il y décrit le célèbre ouvrage du russe Pallas paru en 1786 sur ordre de Catherine II (ouvrage dont elle traça elle-même le plan), intitulé Vocabulaire de toutes les langues du monde recensant 200 langues, et en relève les défauts. Dans ses Vues nouvelles sur l'enseignement des langues orientales, il expose par ailleurs un projet très précis de Lycée asiatique comportant deux sections : un collège d'interprètes à Marseille et un collège de traducteurs à Paris, préfigurant ce que sera l'École spéciale des langues orientales vivantes à sa création, dans deux orientations : commerce et diplomatie, érudition et traduction.

29Observer et mesurer sont ses deux leit-motiv. Il insiste particulièrement sur la nécessité de connaître l'arabe, « clef de l'Orient ancien et moderne », pour toute étude sérieuse des réalités sociales du Proche-Orient. Attaché en 1794 à la Commission des Affaires extérieures, chargé de la correspondance avec les pays de l'Empire ottoman ainsi que du recrutement des interprètes et constatant la « disette de drogmans », il désire ranimer l'étude des langues orientales : il invente pour cela un système, imaginant le premier la translittération, c'est-à-dire l'écriture des langues orientales par l'intermédiaire de l'alphabet latin et de quelques signes conventionnels ; il publie en l'an III (1795) sa Simplification des langues orientales..., désireux de les rendre « accessibles, presque populaires, en les ramenant à la condition des langues de l'Europe dont elles ne diffèrent point essentiellement », pense-t-il, en utilisant une espèce de « transposition » musicale. La publication en 1810 de la Grammaire arabe de Silvestre de Sacy rejettera dans l'ombre ce travail.

30Par ailleurs, dans ses récits de voyages, il s'en tient à l'examen des faits, publiant des listes de données géographiques, ethnologiques et sociologiques. En osmose avec son époque (le système métrique est institué le 1er août 1793), il est à l'origine de l'enquête statistique : ses Questions de statistiques à l'usage des voyageurs, publiées en l'an III (1795) s'inspirent des travaux antérieurs comme ceux de l'abbé Michaelis, Quesnay ou Jefferson, mais ont vraiment l'allure d'un questionnaire sociologique. Pour lui, l'étude des langues va de pair avec l'étude de la géographie, de l'ethnographie et de la sociologie, sciences spécialisées qui naissent aussi à cette époque. Orientaliste scientifique dans la mesure où il opère une démystification par rapport aux récits de voyage antérieurs, Volney veut inscrire consciemment sa recherche dans le progrès du savoir ; or, son minutieux et patient travail de documentation, décrivant le milieu naturel des populations qu'il rencontre, tissant des rapports non encore biens vus à son époque entre la réalité physico-géographique et la réalité humaine, peut être mis en parallèle avec le lent et minutieux travail d'enquête et de questionnements qui entoure l'élaboration d'une notice de manuscrit pour un catalogue.

La typographie en caractères originaux

  • 6 L'apparition des premiers caractères arabes darts un livré imprimé rémonte à l486 (Mayence dans un (...)

31La tendance au cours des temps étant de connaître ou de faire connaître les textes le plus directement possible, la typographie en caractères orientaux joue un rôle essentiel. On connaît l'aventure de l'impression des Bibles polyglottes, notamment celle de Le Jay achevée en 1645. Savary de Brèves, ambassadeur de France à Constantinople de 1591 à 1605, puis à Rome, mûrit le projet de fonder à Paris une École des langues orientales avec une bibliothèque et une imprimerie spécialisées. Il introduit en France la première imprimerie en caractères arabes mobiles, fait venir de Rome Etienne Paulin et les deux maronites, Sionite et Hesronite, grâce à qui est publiée en 1616 la Grammatica arabica maronitarum. Mais, pour les catalogues, l'emploi des caractères originaux pour la rédaction des éléments de la notice, ne va pas de soi et est intéressant à observer ; du temps où les catalogues sont encore manuscrits, il est possible de trouver des notices employant une écriture non latine, pour la mention du titre surtout, alors qu'avec l'apparition de l'imprimerie, le manque de caractères oblige à une translittération très approximative... le souci de la précision ne s'imposera qu'avec Volney, le problème n'étant résolu officiellement que par la création des caractères orientaux de l'Imprimerie nationale6.

32En 1831, la Commission chargée de décerner le prix fondé par le comte de Volney peut proposer comme sujet :

  • 7 Papiers d'Eugène Burnouf, BNF, Mss. Or., Burnouf 105, Résidu II, f. 7-8 : « Institut royal de Franc (...)

« Établir pour les idiomes de l'Hindoustan, dont les alphabets sont dérivés du Dévanâgarî, un système de transcription méthodique et régulier tel qu'un texte écrit d'après ce système puisse toujours être transcrit de nouveau et avec exactitude en caractères originaux. On devra exclusivement faire usage des lettres de l'alphabet européen, modifié et complété selon la nécessité, par l'addition de signes simples et empruntés à la typographie ordinaire. On rédigera un tableau de la concordance orthographique applicable aux. trois systèmes de prononciation, français, allemand et anglais, de manière à ce que les noms propres, les mots ou les phrases transcrits par un individu de l'une des trois nations, puissent être reconnus, et rendus conformément à l'orthographe des deux autres, à volonté... Les mémoires seront écrits en français ou en latin...7 »

33Quel précurseur !

Vers les catalogues modernes. Une question de métier

34C'est dans ce contexte qu'apparaissent, vers la fin du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe, des programmes de catalogages et d'inventaires de documents en tous genres, ainsi que des programmes de traductions et d'échanges de livres qui se veulent de plus en plus exhaustifs et de plus en plus précis.

  • 8 Auparavant, de brèves indications sur le contenu d'un manuscrit étaient souvent portées sur le volu (...)

35On peut prendre comme exemple l'évolution en France des catalogues de manuscrits orientaux, avec le Catalogus manuscriptorum bibliothecæ regiœ de 1739, dont le premier volume est entièrement consacré aux manuscrits orientaux ; ses notices sont extrêmement succinctes ;' si tous les principaux « ingrédient » servant à leur composition sont présents (auteur, titre, nature du support, format, provenance), la mention des auteurs est approximative, tant pour l'identification que pour la translittération ; la mention du titre est floue pour les mêmes raisons. On n'indique souvent que le genre de l'ouvrage ; la nature du support (papier, parchemin) est parfois le seul mode d'identification. La provenance, parfois signalée, reste vague8.

  • 9 Si l'on passe en revue les fonds les plus importants, on compte en 1860 : 1320 manuscrits hébreux, (...)

36Plus tard, en 1855, Joseph-Toussaint Reinaud conçoit à la Bibliothèque impériale, au sein du département des Manuscrits, un projet de catalogue collectif de tous les fonds orientaux. La notice publiée à ce sujet dans le Journal asiatique de mai-juin 1855 expose son plan, fondé sur des exigences scientifiques nouvelles. Rappelant l'énorme travail accompli auparavant par des savants comme Joseph Deguignes, Isaac Silvestre de Sacy, Jean-Pierre Abel-Rémusat, Eugène Burnouf, les classements et descriptions réalisés par Salomon Munk, Stanislas Julien et lui-même, il insiste sur le fait que depuis 1739 aucun catalogue imprimé des collections orientales n'a été publié alors que « dans l'intervalle, la collection a doublé dans certaines parties, triplé, décuplé même9. »

37Voici comment s'exprime sa modernité :

« L'ancien catalogue était imprimé dans le format in-folio, écrit Reinaud, et rédigé en latin. Le nouveau catalogue sera rédigé en français et paraîtra dans le format in-quarto... Les titres seront toujours reproduits en caractères originaux et de plus accompagnés d'une traduction littérale. On reproduira même en caractères originaux le nom, le prénom et les surnoms des auteurs, quand cette reproduction sera utile pour constater l'identité des auteurs. »

38Le projet comporte cinq volumes : t. I : religion juive et religion chrétienne ; t. II et III : monde musulman ; t. IV : Inde ; t. V : livres chinois, mongols et japonais.

39Ce programme fut immédiatement mis en oeuvre ; c'est dans cet élan que fut publié le Catalogue des manuscrits arabes par Mac Guckin de Slane, rédigé en français avec l'emploi des caractères arabes pour les titres des ouvrages, dans les notices et dans l'index ; les différents éléments concernant l'histoire des volumes y sont un peu développés. On n'y voit pas encore ou très peu d'indications bibliographiques. Cet effort fut soutenu jusqu'à la guerre de 1914, qui priva la science d'un nombre important de ses chercheurs. Jusqu'à la seconde guerre mondiale qui à son tour vint entraver tout projet, le catalogage se poursuivit grâce surtout aux travaux d'Edgar Blochet sur les fonds arabe, persan et turc ; après 1945, un nouvel élan est pris, grâce auquel une autre génération de catalogues voit le jour, guidé notamment par Georges Vajda.

40À l'origine, la description des collections fut confiée à des personnes choisies pour leur connaissance des langues orientales, savants, érudits, Orientaux résidant en France. Par la suite, le développement des études spécialisées imposa une professionalisation croissante ; de nos jours, nul ne peut s'atteler à la description d'un manuscrit oriental (ou non) sans avoir reçu une formation à une discipline bien précise, la codicologie.

L'accès aux textes. Traductions et essais de planification

41Par une lettre du 11 octobre 1730, le ministre Maurepas notifie à Villeneuve, alors ambassadeur à Constantinople, son désir d'obliger les drogmans en poste en Egypte, en Syrie et autres Échelles

« qui ont pour la plupart peu d'occupation... à s'appliquer davantage à l'étude des langues orientales, de leur faire traduite des manuscrits dont il peut estre utile d'avoir la traduction en françois :... l'intention du Roy [est] qu'ils s'appliquassent à traduire de bons manuscrits arabes, soit livres d'histoire ou autres. »

42il lui demande

« de leur fournir ceux qu'Us luy demanderont et dont il jugera.k traduction utile ; de [lui] envoyer celles qu'ils feront affin de vériffier [sic].si elles sont exactes, et de leur faire entendre que leur avancement dépendra de l'application qu'ils apporteront à se perfectionner dans les langues. Il serait utile en effet, d'avoir' la traduction de bons manuscrits ; orientaux, cela contriburoit à enrichir la Bibliothèque du roy. Je me remetsà vous », lui dit-il, « de :.. leur faire fournir des manuscrits turcs, arabes ou persans que vous estimerez bons à traduire. » (Dussaud, 1946 : 17.)

43Or, cet ordre sera appliqué bien autrement. Les drogmans « par les occupations continuelles qu'ils ont à remplir » ne font pas une seule traduction ! En revanche, écrit Villeneuve, « tout ce que j'ay peu [sic] faire ç'a été d'y faire occuper nos Jeunes de langues qui sont dans le collège des capucins » à Constantinople. C'est de cette initiative que naît le "Fonds des traductions" de la Bibliothèque du roi. Cette formule du "bon manuscrit" reparaît sans cesse. Qu'entend-on par là à cette époque ? Une réponse est donnée en 1729, par le père Souciet : il explique dans une lettre à son frère les trois raisons pour lesquelles un manuscrit est estimable :

« 1°. S'il contient quelque ouvrage d'un bon auteur, qui n'ait pas encore paru... 2°. S'il peut servir à suppléer ou à corriger les éditions des bons auteurs, surtout celles qui sont fort défectueuses ; 3°. Enfin, si le caractère en est des plus beaux et peut servir à déchiffrer d'autres vieux livres ; et généralement je suis persuadé que les savants... portent beaucoup trop loin l'estime des vieilles paperasses. » (Omont, 1902 :730)

44En 1742, Bignon écrit à Blasto médecin de l'ambassade de France à Constantinople :

« La Bibliothèque du roy est si riche en manuscrits de toute espèce qu'il s'agit bien moins aujourd'hui d'en grossir le nombre que de faire un choix judicieux de ceux qu'on pourra faire entrer à l'avenir. » (Omont, 1902 : 691.)

45Au cours du temps, le choix des acquisitions s'affine donc ; mais l'accumulation de manuscrits en toutes langues va nécessiter cette fois l'élaboration de véritables programmes de classification, de catalogage et de traduction. Le règlement daté de 1786 donné par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, lors de la création des Notices et Extraits des Manuscrits, montre l'origine de ce mouvement dont

« l'objet principal et direct... [est] l'histoire, c'est-à-dire la connaissance des hommes et des événements, des temps et des pays, des mœurs et des usages, des lois, des arts, des sciences, de la littérature de toutes les nations. »

46Un Mémoire de 1785 expose les motifs de cette création :

« il existe dans la Bibliothèque du roi 80 ou 100 mille manuscrits en diverses langues qui restent ignorées et que presque personne n'a le courage ou la faculté de consulter. Il serait de la plus grande utilité de les faire connaître par des notices exactes et des extraits raisonnés, de manière à fixer l'opinion qu'on doit en avoir... [il faudra en faire] une tradutions française, à moins qu'on ne jugeât très important de les faire publier dans leur langue originale... L'établissement du Comité des manuscrits a pour objet de ;faire revivre l'étude des langues orientales non moins nécessaires au commerce qu'au progrès des connaissances... » (Berthier, 1997 : 17.)

47Dans le ;même temps était fondée en Angleterre, en 1829, par Lord Munster, le Comité des Traductions orientales : Les premières traductions d'œuvres orientales eurent les répercussions que l'on sait sur la littérature et la pensée européenne ; au XIXe siècle, s'ajoute à l'Orient proche l'Orient de l'Inde (Hulin, 1979). L'approche de la littérature orientale en général devint vers le milieu du XIXe siècle de plus en plus philologique, s'arrêtant surtout sur les mécanismes de la traduction (plus que sur quelque chose d'identifiable avec la littérature) et sur la lecture même des textes. Il s'agit dans tous les cas de tracer des contours de plus en plus exacts de la réalité, d'assurer la maîtrise de l'homme sur le monde dans un temps et un espace aperçus en perpétuelle évolution ; on pourrait dire que du XVIe siècle au XIXe siècle, un cosmopolitisme de l'"à peu près" se mue en un savoir sur le monde qui n'est plus pris au sérieux s'il n'est pas précis et rigoureux, d'où naît l'orientalisme comme outil d'investigation spécialisé d'un domaine. Les textes réunis patiemment depuis trois siècles dans la Bibliothèque du roi y contribuent largement.

Conclusion

48Depuis des siècles, l'Europe est travaillée par une sorte d'ardeur inquiète qui la pousse à faire éclater sans cesse les cadres existants, à ne jamais se satisfaire des limites fixées, son histoire étant comme l'addition d'explosions successives, alors que, dans beaucoup de pays d'Orient ou d'Afrique, le temps paraît éternel et d'une continuité beaucoup plus grande. L'une des raisons de cette différence pourrait être trouvée dans le mode de la transmission du savoir et l'évolution même de la pédagogie. Un système où la participation précoce de l'individu à la production du groupe — le plus souvent de manière orale —, où la coopération entre les différents membres d'une société désireuse plus de subsister que d'avancer, s'est transformé peu à peu en un système où le gavage de savoirs coupé de la réalité, la compétition sont devenus les mots d'ordre d'un monde où il faut sans cesse progresser, donc innover, le changement et la nouveauté prenant peu à peu le pas sur une certaine valeur de la répétition.

49Ce passage est matérialisé par le grand travail d'observation, d'inventaires, de classification et d'élaboration de méthodes de gestion de stocks d'information (telles les encyclopédies) dont les catalogues de manuscrits orientaux font partie. Dans ce contexte, l'esprit scientifique vient remplacer peu à peu la compilation, l'artisan se mue en spécialiste, le sens commun est coiffé par la curiosité de voir « ce qui ne tombe pas sous nos sens » (invention du microscope, etc.) ; les perfectionnements des outils, soumis jusqu'alors à l'expérience a posteriori laissent la place à des inventions qui sont le fruit de la pensée théorique, pour lesquelles l'imagination précède la matérialisation de l'outil : des expériences faites en laboratoire viennent vérifier ou réfuter une idée. Il en va de même pour les études orientales, les outils tels que vocabulaires portatifs, dictionnaires, grammaires deviennent des instruments scientifiques, on passe de la grammaire prescriptive à la grammaire descriptive et comparée, aux théories linguistiques ; ces transformations affectent pour toujours la composition, l'élaboration et la nature même des catalogues. Les brefs inventaires d'autrefois, simples pense-bêtes, sont devenus des outils dont les performances ont une rançon, la complexité. Faut-il s'en plaindre ?

Haut de page

Bibliographie

BALAYÉ S., 1988, La Bibliothèque nationale des origines à 1900, Genève, Droz, x-546 p., 58 pl.

BERMAN A., 1984, L'épreuve de l'étranger : culture et traduction dans l'Allemagne romantique..., Paris, Gallimard, 311 p.

BERTHIER A., 1981, « Le fonds turc du Département des manuscrits », Bulletin de la Bibliothèque nationale, n° 6, 78-95.

— 1985, « Manuscrits orientaux et connaissance de l'Orient, éléments pour une enquête culturelle », Moyen-Orient et Océan indien, XW-XIXe siècles, n° 2/2, 79-108.

— 1989, « Contribution à l'histoire des fonds de manuscrits orientaux des bibliothèques européennes. Le Fonds turc de la Bibliothèque nationale de Paris », Manuscrits du Moyen-Orient. Essais de codicologie et de paléographie. Actes du colloque d'Istanbul, 26-29 mai 1986, Istanbul/Paris, Institut français d'études anatoliennes d'Istanbul/Bibliothèque nationale, 17-22.

— 1992, « À l'origine de l'étude de la langue turque en France : liste des grammaires et des dictionnaires manuscrits du fonds turc de la Bibliothèque Nationale de Paris », Mélanges offerts à Louis Bazin, Varia Turcica n° 19, Paris, L'Harmattan, 77-82.

— 1997, « Turquerie ou turcologie ? L'effort de traduction des Jeunes de langues au XVIIIe siècle d'après la collection de manuscrits conservée à la Bibliothèque nationale de France », Istanbul et les langues orientales. Actes du colloque organisé par l'IFEA et TINALCO à l'occasion du bicentenaire de l'Ecole des Langues orientales (Istanbul 29-31 mai 1995), Paris, L'Harmattan, 283-317.

— 1997, « Collections de manuscrits et genèse des études orientales en France », Revue arabe d'archives, de documentation et d'information, n° 162, 9-19.

Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecæ regia, 4 vol., 1739, [Paris], IV-458 p.

DUSSAUD R., 1946, La nouvelle Académie des inscriptions et Belles-Lettres (1795-1714), Paris, P. Geuthner, 2 vol., XII-561-(564-970) p.

GAULMIER J., 1980, L'idéologue Volney : 1757-1820. Contribution à l'histoire de l'orientalisme en France, Genève/Paris, S. Latkine, XLI-626 p.

HITZEL F. (dir.), 1999, « Manuscrits, livres et culture livresque à Istanbul », in f. HiTZEL (dir.), Livres et lecture dans le monde ottoman, REMMM n° 87-88, Aix-en-Provence, Edisud, 19-37.

HULIN M., 1979, Hegel et l'Orient, Paris, J. Vrin, 224 p.

KALUS M., 1992, « Les premières grammaires turques (XVIIc-XVIIIe) en France et leur édition », Mélanges offerts à Louis Bazin, Varia Turcica n° 19, Paris, L'Harmattan, 83-86.

OMONT H., 1902, Missions archéologiques françaises en Orient, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, XVI-1327 p.

PASSIERA., 1880, Les échanges internationaux littéraires et scientifiques, leur histoire, leur utilité, leur fonctionnement au Ministère de l'Instruction publique en France et à l'étranger, 1832-1880, Paris, A. Picard, 56 p.

RICHARD F., 1987, « Aux origines de la connaissance de la langue persane en France », LUQMAN, Annales des Presses universitaires d'Iran, n° 3/1, 23-42.

SLANE (de) M., 1883-1895, Catalogue des manuscrits arabes, Paris, Imprimerie nationale, IV-820 p.

Haut de page

Notes

1 Sur ce contexte on consultera avec profit les travaux de Gérald Duverdier, Robert Jones, Francis Richard, José Balagna, Wahid Gdoura, Geoffrey Ropers, Angelo-M. Piemontese, Alastair Hamilton, Annie Berthier.

2 C'est la base de la Bibliothèque orientale de Barthélémy d'Herbelot (1697).

3 Il s'agit de la Bibliothèque de la mosquée/Université al-Azhar.

4 Liste des premiers inventaires : (1) Inventaire de Guillaume Petit, 1518, bibliothèque de Blois (perdu, copie à la Bibliothèque nationale de Vienne, cote 2548 ; publié dans les Mémoires de l'Académie de Bruxelles). (2) Inventaire de la librairie de Blois lors de son transfert à Fontainebleau, 1544, conservé à la Bibliothèque nationale de France sous les cotes Français 5660 et 12999. (3) Inventaire de Nicolas Rigault, 1622, conservé dans Latin 10364-10365 (« Catalogus bibliothecæ regis christianissimi descriptus anno 1622 »...). (4) Inventaire de Pierre et Jacques Dupuy, 1645, conservé sous les cotes Latin 9354, 10366, 10367,10367 bis et Nouvelles acquisitions latines 1387 (« Catalogue de la bibliothèque du roi »). (5) Inventaire de 1675 (perdu). (6) Inventaire de Nicolas Clément, 1682 (« Catalogue de 1682. Bibliothèque du roi... »), conservé sous la cote Nouvelles acquisitions françaises 5402. (7) Inventaire de 1729 (« Catalogus librorum manuscriptorum hebraïcorum, syriacorum... Bibliothecæ Regia »), conservé sous la cote Nouvelles acquisitions françaises 5410.

5 Il n'est peut-être pas inutile d'en donner une chronologie abrégée : après la première de toutes, the Asiatic Society of Calcutta, fondée par W. Jones (publication du premier volume des Asiatic researches en 1788) naissent, en 1810, la Russian Asiatic Society ; en 1822, la Société asiatique de Paris ; en 1823, la Royal Asiatic Society de Londres ; en 1827, la Bombay Society ; en 1842, l'American oriental Society ; en 1845, la Deutsch Morgenlandischegesellschaft ; en 1845, la Ceylon Society ; en 1904, la Siam Society.

6 L'apparition des premiers caractères arabes darts un livré imprimé rémonte à l486 (Mayence dans un ouvrage de Breydenbach) ; puis, en 1505, à Grenade, Pedro de Alcali ; 1514, iprëmièr livré imprimé arabe à Fano en' Italie ; 1516, le psautier en'cinq langues de Giustiniani ; : 1529, ME Geoffroy Tory de Bourges donne un alphabet arabe ; en 1538, Guillaume Posteldonne dans-un'de sés 'ouvrages 12 écritures orientales. En 1613 ; Claude Duret publie Le Thrésor'de l'histoire dès Langues deceit univers ; contenant les beautés, perfections, décadences, mutations ; changemens, conversion] et mines des langues premier ouvrageifondamental sur la pluralité des langues et des écritures.

7 Papiers d'Eugène Burnouf, BNF, Mss. Or., Burnouf 105, Résidu II, f. 7-8 : « Institut royal de France, séance publique annuelle des Quatre académies, du samedi 24 avril 1830. Prix fondé par M. le comte de Volney. Jugement sur le concours de 1830 et Programme du prix pour l'année 1831. » (3 pages imprimées.)

8 Auparavant, de brèves indications sur le contenu d'un manuscrit étaient souvent portées sur le volume lui-même, en français ou en latin, sur le contreplat ou la page de garde. Parfois, les renseignements étaient copiés sur, une petite feuille, collée dans le volume au contreplat.

9 Si l'on passe en revue les fonds les plus importants, on compte en 1860 : 1320 manuscrits hébreux, 4 600 manuscrits arabes, 1 447 manuscrits persans ;.1 171 manuscrits turcs, 37 manuscrits hindoustanis, 565 manuscrits sanscrits, 120 manuscrits dits indiens',- 507 manuscrits tamouls, 598 manuscrits palis, 139 manuscrits malais et javanais ; on compte 5 748 pièces pour je chinois, ainsi que 185 papyrus égyptiens, le département conservant en tout 29 fonds orientaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Berthier, « Inventaires et catalogues, une longue histoire », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/1171

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page