Navigation – Plan du site
I. Histoire des fonds et des collections : conservation, constitution en waqf, catalogage

Manuscrits orientaux à Sarajevo

Lejla Gazić et Ramiza Smajić
p. 33-43

Résumés

Les littératures en arabe, turc et persan sont bien représentées en Bosnie-Herzégovine, qui garde le souvenir de l'époque où elle faisait partie de l'empire ottoman. La bibliothèque Gazi Husrev Bey, la plus ancienne à Sarajevo, conserve une importante collection de manuscrits, qui a été épargnée par la guerre de 1992-95 ; la publication du catalogue a pu reprendre en 1998. L'Institut oriental et ses 5263 manuscrits, ses documents d'archivé qui comptaient plus de 300 000 unités, les inventaires et documents laissés par les chercheurs, a quant à lui été totalement détruit en mai 1992. II existe d'autres collections plus petites, dont les catalogues sont en cours de rédaction. La Bibliothèque nationale et universitaire a également été détruite en 1992, mais le fonds de manuscrits, dont 400 sont orientaux, a pu être sauvé. Cependant leurs conditions de conservation ne sont pas bonnes et ils sont pas encore hors de danger.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1La Bosnie-Herzégovine, et en particulier sa capitale, Sarajevo, a fait partie pendant des siècles de l'immense Empire ottoman, entrant ainsi dans le domaine de la civilisation musulmane. C'est l'une des raisons pour lesquelles les langues orientales – arabe, turc et persan – et les œuvres écrites dans ces langues sont représentées dans la culture de cette région. De nombreux auteurs se sont exprimés dans l'une de ces langues. Utilisant les manuscrits qui contenaient des textes relevant de tous les domaines du savoir, les Bosniaques ont aussi pris part à la diffusion de manuscrits en les copiant pour leur propre usage ou à l'intention des écoles, des mosquées, des tekkeset d'autres institutions dotées de bibliothèques.

  • 1 Document par lequel un bien est constitué en fondation inaliénable (waqf)

2La plus ancienne bibliothèque de Sarajevo a été fondée au XVIe siècle, selon les directives relatives à la construction d'une madrasaformulées dans le waqfnâme1 de 1537 de Gazi Husrev Bey. Ce document précise exactement que :

« le reliquat sans emploi du coût de la construction sera dépensé pour l'achat de bons livres à utiliser dans la madrasa en question, afin que tous et chaque lecteur puisse en tirer bénéfice et les copier dans un but d'étude. »

3C'est ainsi que se constitua le noyau de la plus riche collection de manuscrits en langues orientales existant aujourd'hui dans les Balkans. Il est inutile de souligner l'intérêt de cette collection pour Sarajevo et la Bosnie-Herzégovine, mais aussi pour le patrimoine mondial de langue orientale conservé sous forme manuscrite. Ceci est particulièrement important après l'incendie et le pillage des bibliothèques de Sarajevo et d'autres villes, qui ont fait disparaître des milliers de livres, de manuscrits et de documents.

4La Bibliothèque Gazi Husrev Bey, qui conserve une collection d'une grande importance culturelle, en particulier dans les domaines historique et juridique, comprend des milliers de manuscrits, de livres et de périodiques, ainsi que les archives des tribunaux islamiques de Bosnie depuis la période ottomane. Cette collection montre le haut degré culturel atteint par ceux qui ont œuvré, en temps de paix comme en temps de guerre, à conserver ces trésors de connaissances précieusement accumulés, à les rendre disponibles pour la recherche, à faciliter leur étude et à permettre leur publication. Cet héritage est précieux pour les Bosniaques comme composante essentielle de leur identité culturelle.

5Le catalogage des manuscrits de la Bibliothèque Gazi Husrev Bey se poursuit actuellement de la même manière qu'auparavant. Avant la Deuxième Guerre mondiale, tous les manuscrits avaient été classés et répartis, sur la base de leur contenu, en quatorze groupes principaux. Les principes du catalogage avaient été fixés dans les années soixante, et le premier volume coprenait les encyclopédies, les copies du Coran (ou de fragments du Coran) et les traductions du texte coranique, la Tradition musulmane adith), la dogmatique (ʻaqâʼid) et les prières (adʻiya). Tous les volumes qui ont été publiés, ou préparés pour la publication, l'ont été selon le principe qui implique le classement d'un manuscrit dans la discipline à laquelle appartient le premier texte des codices. Le second volume du catalogue, portant sur le droit islamique, a été publié en 1979, et le troisième, publié en 1991, est consacré à la morale et aux sermons.

6La guerre en Bosnie a interrompu l'impression du quatrième volume, qui regroupe les textes littéraires en arabe, turc, persan et bosniaque. Ce volume n'a été publié qu'en 1998, grâce au soutien de Son Excellence le Cheikh Ahmad Zakî Yamanî, président de la fondation al-Furqân Islamic Heritage de Londres. Cette fondation s'efforce d'aider au catalogage des manuscrits dans les régions et les pays qui ont besoin d'un soutien financier pour leurs publications, ce qui représente un très grand progrès dans la mise à disposition de ce patrimoine aux chercheurs du monde entier.

  • 2 Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih i perzijskih rukopisa. Fihris a (...)

7La meilleure récompense des efforts déployés est la parution des quatre volumes suivants du catalogue, dont le financement a été assuré par la fondation al-Furqân. Le cinquième, consacré à la philosophie et à la logique ainsi qu'à l'histoire et à la géographie, contient la description de 450 codices. Le sixième et le septième sont consacrés à la philologie : le sixième (grammaire et syntaxe) contient 512 notices et le septième (stylistique, métrique, lexicographie) en compte 545. Le huitième contient la description de 503 manuscrits traitant de grammaire et de syntaxe en arabe, turc, persan et bosniaque. Il constitue la suite du sixième volume. Il faut ajouter aussi qu'une deuxième édition du premier volume préparé par K. Dobraca, complétée par des index qui manquaient dans la première édition — copistes, légataires, possesseurs, noms de lieux – a été publiée en 2000 avec la fondation al-Furqân. Le catalogue comprendra dix volumes2.

8D'après mes informations, les chercheurs travaillant à la Bibliothèque Gazi Husrev Bey ont planifié le catalogage des manuscrits restants : quelques disciplines seulement (médecine, sciences vétérinaires, mathématiques, sciences naturelles) ainsi que les recueils composites n'ont pas été inclus dans les catalogues précédents. Il reste aussi des manuscrits, généralement entrés dans la collection après la publication des premiers volumes, qui contiennent des textes relevant de disciplines qui ont déjà été traitées : il sera plus simple de les faire entrer dans de futures publications. Il faut dire que la collection a été enrichie d'environ 200 manuscrits, achetés ou donnés pendant la guerre, lorsque certaines personnes ont dû se résoudre à échanger des manuscrits contre de la nourriture. Dans aucune autre circonstance ils n'auraient abandonné leurs collections de manuscrits à qui que ce soit.

9Indiquons pour, terminer que la fondation al-Furqân a financé intégralement la reproduction sur microfilm couleur de l'ensemble de la collection, qui sera ensuite transférée sur cédérom. Sa conservation est ainsi assurée, et sa transmission en bon état aux générations futures est garantie. De plus, la collection dans son ensemble sera ainsi plus accessible aux étudiants, aux savants et à tous ceux qu'elle peut intéresser. De son côté, la Bibliothèque a constitué la base de données de cette collection, stockant toutes les données bibliographiques en caractères arabes, accompagnés d'une transcription latine.

10Malheureusement, la situation n'est pas aussi favorable pour les autres institutions. En ce qui concerne l'Institut oriental de Sarajevo, il faut se souvenir que sa collection de manuscrits, avec ses 5 263 codices en arabe, turc et persan, était l'une des plus riches des Balkans, la seconde après celle de la Bibliothèque Gazi Husrev Bey. Elle contenait des témoins de toutes les disciplines scientifiques et théologiques : manuscrits du Coran, adîth, sciences coraniques (théologie, jurisprudence, prières, sermons, soufisme et philosophie islamique), encyclopédies, sciences naturelles, mathématiques, occultisme, géographie, histoire, sciences politiques, ainsi que des traductions de livres de grammaire et des ouvrages lexicographiques à l'usage des étudiants débutants ou plus avancés. Les Belles-lettres et la poésie (recueils d'auteurs locaux et ottomans, poèmes ou même vers isolés, textes en prose, proverbes, etc.) étaient également représentées. Il y avait aussi des œuvres d'épistolographie, de la musique et enfin des majmûʻa-s, c'est-à-dire des recueils composites aux contenus divers.

11Toute personne intéressée par les manuscrits orientaux sait que chaque manuscrit est unique et qu'il est difficile de les classer par ordre d'importance. Certains sont intéressants parce qu'ils sont les plus anciens de la collection, d'autres sont remarquables pour leur qualité esthétique. Mais, du point de vue du patrimoine littéraire et historique de la Bosnie-Herzégovine, les textes rédigés par des auteurs locaux, parmi . lesquels on trouve un grand nombre d'autographes, sont évidemment plus rares. La variété des types de contenus, dans cette collection, peut être illustrée par le fait qu'elle contenait, par exemple, un manuscrit contenant un traité sur les échecs, un livre sur la diéorie de la musique, et un texte erotique du XVIe siècle.

12Tous ces textes provenaient d'auteurs du monde entier ayant vécu du début du XIe siècle (le plus ancien manuscrit daté contenait le livre d'Abû 1-Layth al-Samar-qandî intitulé al-Nawâzil min al-fatâwâ, copié par Aḥmad b. ʻAbd Allâh al-Qâʼid Abû Shujâʻ al-Shalkhî le 9 dhû-1-ḥijja 412/5 mars 1023) au début du XXe siècle. Tous ces manuscrits, qui avaient été préservés malgré plusieurs guerres mondiales et maintes occasions de dévastation, ont disparu en un seul jour. L'étendue du dommage subi, non seulement par la Bosnie-Herzégovine mais aussi par le monde entier, ne pourra jamais être évaluée complètement, car les fiches et les inventaires ont brûlé avec les manuscrits. Ce qui signifie que les publications élaborées dans le passé à partir de ce fonds sont les seules sources subsistant sur ces manuscrits. Toute information sur un manuscrit de la collection, et en particulier toute illustration ou tout fac-similé paru dans une publication rendra la perte un peu moins lourde.

13On peut trouver une description de certains de ces manuscrits dans des travaux scientifiques consacrés à des thèmes, des textes ou des auteurs particuliers. Mais naturellement, de ce point de vue, les catalogues des manuscrits de la collection qui ont été publiés à ce jour sont les premières publications qui viennent à l'esprit, à l'exemple du catalogue des manuscrits traitant de médecine, de pharmacologie et d'hygiène qui a été publié en 1984 (Trako, 1982-3), où on trouve la description de 101 manuscrits, ou comme le catalogue des manuscrits persans publié en 1986 par l'Institut (Trako, 1986). Le dernier catalogue publié est consacré aux Belles-lettres. Il contient la description de 564 manuscrits classés par langue (arabe, turc, persan et « alhamiado », c'est-à-dire écrits en langue bosniaque et en caractères arabes) ; il inclut aussi certains recueils composites (majmûʻa-s) dont le contenu avait été classé dans la catégorie "Belles-Lettres". Ce livre (Gazić et Trako, 1997) n'est plus que le témoin écrit d'une partie de ce qui a été la collection de manuscrits de l'Institut d'études orientales et de sa destruction. Les renseignements sur les autres manuscrits sont, malheureusement, hors de portée pour toujours.

14Dans le cadre du catalogage des manuscrits de l'Institut d'études orientales, 82 manuscrits du Coran ou fragments coraniques, accompagnés ou non de traductions en turc, avaient aussi été traités, de même que des qânûn-s et des qânûn-nâme, une partie du droit et de la logique, et la plus grande partie de l'histoire, de la géographie, des sciences naturelles et des mathématiques : tous ont été dévorés par les flammes. Ce travail avait été entrepris à un moment où il était très difficile d'imprimer des livres avec caractères arabes, signes de translittération et autres traits spécifiques, et où nous n'avions pas non plus, pour préparer les documents à imprimer, les ordinateurs dont nous disposons aujourd'hui. Tout avait été tapé sur une machine à écrire, et les caractères arabes devaient être ajoutés à la main. Tout ce travail avait été mis à l'abri dans un coffre-fort en acier, mais même ce coffre-fort n'a pu résister au feu d'enfer auquel il a été exposé et il a brûlé en même temps que les originaux qu'il contenait et avec les autres fonds. Dans les archives de cet Institut il y avait aussi plus de 300 000 documents originaux datant de la période ottomane en Bosnie, ainsi que des milliers de microfilms et de photocopies de documents variés. La Bibliothèque de l'Institut contenait environ 10 000 livres imprimés et à peu près le même nombre de volumes de périodiques.

15Quelques manuscrits seulement ont survécu à cette catastrophe et ils constituent aujourd'hui le noyau de la nouvelle collection de manuscrits, d'archives et d'imprimés. Grâce à des collègues du monde entier, nous avons maintenant plus de quatre mille imprimés et deux mille périodiques, ainsi qu'un grand nombre de photocopies et de microfilms de documents historiques provenant des plus importantes bibliothèques et collections d'archives de Turquie. Quelques manuscrits ont aussi été préservés par le plus grand des hasards.

  • 3 Ces chercheurs appellent notamment les personnes qui pourraient avoir en leur possession des reprod (...)

16Dans ces conditions, l'aide que nous recevons de la part de l'équipe de chercheurs dirigée par Andras Riedlmayer de l'Université de Harvard est particulièrement précieuse3.

17En ces jours d'après-guerre, nous avons commencé à faire revivre notre collection de manuscrits en achetant des volumes aux particuliers qui souhaitaient les vendre. Ceci ne se produit que rarement et ne concerne que peu de manuscrits, mais nous nous réjouissons lorsque nous avons la possibilité d'acheter ne serait-ce qu'un seul manuscrit. Nos inventaires comptent maintenant 90 codices, mais il ne peut être question pour le moment de publier un nouveau catalogue.

18En ce qui concerne les autres collections de manuscrits, il ne faut pas oublier la collection des Archives de Sarajevo qui conserve plus de 1500 ouvrages en arabe, persan et turc, ainsi que près de 50 manuscrits alhamiado. Le catalogage de cette collection est en cours, mais le seul chercheur qui y travaille ne pense pas terminer avant deux ou trois ans.

  • 4 S. Eleazar et A. Omanic, 1984

19À Sarajevo, une autre institution conserve une petite collection de manuscrits arabes sur la médecine et les disciplines voisines : il s'agit de l'Institut de la santé publique où sont déposés 49 codices. Mais dans cette institution, aucun chercheur n'est à même de comprendre les langues orientales et de travailler sur ces manuscrits. Il y a un certain nombre d'années, le regretté professeur docteur Šaćir Sikiric (mort en 1966) avait été engagé pour traduire quelques-uns des textes arabes ou turcs contenus dans ces manuscrits, en totalité ou en partie et à usage interne, car c'est seulement par le biais des traductions que les membres de cet Institut peuvent accéder au contenu de ces manuscrits. Il existe aussi une description d'en semble de ces manuscrits faite par le regretté professeur Samuel Eleazar, dans une publication consacrée aux manuscrits médicaux à Sarajevo4. Comme il ne connaissait pas ces langues, de nombreuses erreurs se sont glissées dans les titres des ouvrages, les noms des auteurs et des copistes. Un bon catalogue de cette collection devrait être fait dans l'avenir, mais c'est un projet dont la réalisation nécessite du temps et le recrutement d'une personne extérieure à l'institution.

Agrandir

Ms 3846, Coran copié par Ḥusayn al-Bosnâwî en 1169/1755-6. 372 folios (160 X100 mm).

20Le Musée de la ville de Sarajevo conserve une petite collection de vingt manuscrits. Ce musée a été évacué pendant la guerre et toutes les pièces sont temporairement hébergées dans un autre musée, en attendant son retour dans son institution d'origine. Quelques unes ont été endommagées et doivent être restaurées. L'inventaire des manuscrits est terminé et le catalogage pourrait être achevé dans des délais relativement brefs, mais la collection est trop petite pour avoir son propre catalogue. Ces manuscrits sont d'ailleurs davantage des pièces de musée que des objets d'intérêt scientifique.

21Il faut aussi rappeler qu'une collection en relation avec la Bosnie est actuellement déposée à l'Institut bosniaque à Zurich. Le premier volume du catalogue des manuscrits arabes, persans, turcs et bosniaques de cette collection, qui a été publié l'année dernière, concerne 413 codices (Nametak, Trako 1997). Mais la collection s'est enrichie après sa publication de près de 200 manuscrits qui sont actuellement en cours d'identification et qui seront bientôt catalogués. Cette collection vient d'être transférée à Sarajevo, à laquelle elle appartient par son contenu.

22Voici la situation actuelle des collections de manuscrits orientaux à Sarajevo, en dehors de la Bibliothèque nationale et universitaire de Bosnie-Herzégovine, dont il est question ci-après. Il existe probablement encore des collections privées, mais nous ne possédons sur eux aucune information, pas plus que sur les collections de manuscrits se trouvant dans d'autres régions de Bosnie-Herzégovine. On sait que certaines d'entre elles ont été entièrement détruites, mais nous gardons l'espoir que d'autres ont survécu et qu'on les retrouvera un jour dans un état de conservation satisfaisant.

Bibliothèque nationale et universitaire de Bosnie-Herzégovine

23La Bibliothèque nationale et universitaire de Bosnie-Herzégovine a été la seconde institution culturelle – après l'Institut oriental en mai 1992 – à être la victime d'une destruction totale, au mois d'août de la même année. Alors que des milliers de livres ont disparu dans les flammes, la collection de manuscrits orientaux, qui était conservée dans les sous-sols du bâtiment, a été épargnée, grâce à une sortie à l'arrière du bâtiment qui en a permis l'évacuation durant l'incendie. Certains manuscrits ont cependant été endommagés par l'eau et par de mauvaises conditions de conservation durant la guerre, mais, très rapidement, les employés de la Bibliothèque se sont mis au récolement et aux premières restaurations de ces manuscrits, ainsi qu'à leur inventaire.

24Parmi les documents conservés se trouvent des manuscrits en alphabets et langues diverses (glagolitique, bosniaque, latin, gothique, cyrillique, hébreu), ainsi que des archives en turc ottoman et 400 codices – contenant 700 textes – en langues arabe, turque, persane et bosniaque (alhamiado).

25En ce qui concerne le catalogage, environ deux cents descriptions de manuscrits ont été préparées, c'est-à-dire que l'identification de l'auteur, du titre, la détermination du sujet et des dates de rédaction de l'ouvrage et de copie du manuscrit ont été réalisées. La publication du catalogue est en cours d'achèvement. Un grand nombre de manuscrits et de documents d'archives a été acheté ou reçu en don dans les premières années qui ont suivi la guerre et a ensuite été placé dans un dépôt improvisé sans traitement préalable. L'inventaire de ce fonds est en cours et s'effectue manuellement, le système informatique de la Bibliothèque nationale et universitaire ne permettant pas la saisie des caractères translittérés avec signes diacritiques.

26Les fonds de la Bibliothèque nationale et universitaire contiennent quelques unités remarquables, et comme la Bibliothèque a décidé que l'établissement des Bosniaca, bibliographie d'ouvrages concernant la Bosnie-Herzégovine, était prioritaire, le traitement s'attache en premier lieu aux manuscrits contenant des œuvres d'auteurs bosniaques et des ouvrages traitant de ce pays. Mentionnons un exemplaire du Coran daté de 1755 qui, par sa belle graphie et son décor en neuf couleurs a attiré l'attention au point qu'on en a fait en 1977 un fac-similé de luxe. C'est en effet une copie de la main de Ḥusein al-Bosnâwî, ce qui fait de cet ouvrage un fragment important de la mosaïque historique et culturelle qu'est la Bosnie. On trouve quelques (rares) manuscrits contenant des miniatures : parmi eux, un recueil de prières et de sourates coraniques du XVIIe siècle est décoré de simples miniatures représentant La Mecque et Médine, avec des ornements floraux.

Agrandir

Ms 5, al-Juzulî, Dalâʼil al-Khayrât. XVII' siècle, 104 folios (180x110 mm).

27Un exemplaire remarquable du Mesnevija de Jalaluddîn Rûmî, en langue turque, écrit au Khurasan en 1499, occupe une place éminente dans le catalogue. Ce manuscrit, au papier parfaitement conservé, a subsisté pendant un demi millénaire. Aujourd'hui, alors qu'il s'est trouvé dans des conditions de protection minimale, il ne manque que le plat supérieur de la reliure.

28La collection comprend aussi des manuscrits autographes et des copies d'oeuvres d'auteurs bosniaques classiques aussi connus que Cheikh Yûyô, Ḥasan Kâfî Aghisârî, Aḥmad Mostârî et d'autres, dont les travaux sur le droit, la théologie et la philosophie ont contribué au rayonnement culturel de la Bosnie-Herzégovine. Ils ont écrit leurs commentaires dans une excellente langue arabe, turque ou persane, tout en utilisant le bosniaque pour leurs œuvres profanes. Dans certains manuscrits, on voit que l'auteur a eu recours à trois alphabets différents : latin, arabe, bosniaque, parfois dans la même page.

29Parmi ces œuvres, on trouve des textes traitant d'astrologie, d'occultisme, de médecine et de pharmacie. Nombreux sont les récits de voyage qui consistent en la description de pèlerinages de Bosniaques à La Mecque. Listes de mandataires bosniaques, arbres généalogiques de notables d'autrefois, registres de marchands bosniaques, tapya (registres fonciers), fatwa, waqf et waiyya (legs) sont des documents importants pour l'histoire. Parmi les sijill (registres des tribunaux) ; une valeur particulière est attachée à celui du tribunal de Foca, ville aujourd'hui désertée par les Musulmans de Bosnie. Ce sijill rassemble tous les procès présentés devant le cadi en 1867 et pendant les dix années suivantes, et représente une mine de renseignements suivis sur la population locale, la toponymie, les relations agraires, les legs, les événements quotidiens portés devant ce tribunal.

30Nombreux sont aussi les manuscrits remarquables non par leur rareté, mais par leur beauté, comme la compilation de Abû ʻAbd al-Ḥayy Muḥammad b. al-Ḥajj Ḥalîla, muezzin de la mosquée Nûrî, qui a rassemblé des extraits de treize œuvres différentes. Un frontispice en cinq couleurs (or, rouge, bleu, vert et noir) marque le début de chaque extrait. Les domaines abordés sont le droit islamique, la métrique, les bonnes manières, la logique et la syntaxe. Cette copie en langue et en caractères arabes est datée de 1178/1764-5.

Agrandir

Ms 448 . Jalaluddîn Rûmî, Mathnawî, copié par Husayn b. Muḥammad b. ʻAlî Ḥusmarddan du Khorâsân, le Wjumâdâ l-ûlâ 905/13 décembre 1499. 247 folios (180X140 mm).

31Ce fonds de manuscrits arabes et d'archives a donc subsisté malgré la guerre. Une grande partie des manuscrits est encore en bon état, mais d'autres sont à moitié détruits, rongés par l'humidité, et on trouve aussi des pages collées et des reliures endommagées. De plus, les collections de la Bibliothèque sont entreposées à titre provisoire dans un lieu où aucune protection n'est assurée (seule l'aération est surveillée) : la collection n'est donc pas hors de danger.

Haut de page

Bibliographie

DOBRAČA K., 1963, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskihi perzijskih rukopisa. Fihris al-makhûâ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya I, Sarajevo, Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, XXXII + 607 p. + 15 pi + 10 p.

— 1979, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih, perzijskih rukopisa.

Fihris al-makhûâ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya II, Sarajevo Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, XXVII + 1047 p. + 20 pi.

— 2000, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskihi perzijskih rukopisa.

Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya I (drugo izdanje), London/Sarajevo, al-Furqân Islamic Heritage Foundation/Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, XL + 628 p. + 15 pi + 17 p.

ELAZAR S., OMANIČ A., 1984, Bibliografija medicinskih djela u SR BiHdo 1885, Biblioteka Medi-cinske monografije, knj. 9, Medicinska knijga, Beograd-Zagreb, 477 p.

FAJIC Z., 1991, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskihi perzijskih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-arabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya III, Sarajevo, XXI + 518 p.

— 1999, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih, perzijskih i bosans-kih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya wa l-busnawiyya V, London/Sarajevo, al-Furqân Islamic Heritage Foundation/Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, XIV + 499 + 9 pi. + 10 p.

JAHIĆ M., 1999, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih, perzijskih i bosanskih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya wa l-busnawiyya VI, London/Sarajevo, al-Furqân Islamic Heritage Foundation/Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, rx + 550 p. + 10 pi. + 12 p.

— 2000, Gazi Husrev-begova Biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih, perzijskih i bosanskih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya wa l-busnawiyya VIII, London/Sarajevo, al-Furqân Islamic Heritage Foundation/Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, XXI + 564 p. + 16 pi. + 8 p.

NAMETAK F., 1998, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih, perzijskih i bosanskih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-fârisiyya wa l-busnawiyya IV, London/Sarajevo, al-Furqân Islamic Heritage Foundation/Gazi Husrev-begova biblioteca u Sarajevu, XVIII + 534 + 19 p.

NAMETAK F. et TRAKO S., 1997, Katalog arapskih, perzijskih, turskihi bosanskih rukopisa iz zbirke Bošnjačkog instituta = Catalogue of Arabie, Persian, Turkish and Bosnian manuscripts in the collection of the Bosnians' Institute I, Zurich, Bošnjački institut, 579 p. Manuscrits orientaux à Sarajevo 143

POPARA H. et FAJIc Z., 2000, Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalogarapskih, turskih, perzijskih i bosanskih rukopisa. Fihris al-makhûâ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-jarisiyya wa l-busnawiyya VII, London/Sarajevo, al-Furqân Islamic Heritage Foundation/Gazi Husrevbegova biblioteca u Sarajevu, XXV + 568 p. + 14 pi. + 13 p.

TRAKO S., 1984, « Katalog rukopisa iz medicine, farmakologije i higijene u Orijentalnom insti-tutu u Sarajevu », Priloziza orijentalnu jHologiju, 32-33, Sarajevo, 199-265.

— 1986, Katalog perzijskih rukopisa Orijentalnog instituta u Sarajevu, Sarajevo, Orijentalni institut (Posebna izdanja, XII), 268 p.

TRAKO S. et GAZIČ L., 1997, Katalog rukopisa Orijentalnog instituta Lijepa knjizevnost, Sarajevo, Orijentalni institut (Posebna izdanja, XX), 410 p.

Haut de page

Notes

1 Document par lequel un bien est constitué en fondation inaliénable (waqf)

2 Gazi Husrev-begova biblioteka u Sarajevu. Katalog arapskih, turskih i perzijskih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-farisiyya. Kasim Dobrača, I, 1963, II, 1979 ; Zejnil Fahic, III, 1991. Volumes publiés par al-Furqân Islamic Heritage Foundation : Fehim Nametak, IV, 1998 ; Zejnil Fajic, V, 1999 ; Mustafa Fajié, VI, 1999 ; Haso Popara, Zejnil Fajic, VII, 2000 ; Mustafa Fajic, VIII, 2000. Katalog arapskih, turskih i perzijskih rukopisa. Fihris al-makhṭûṭâṭ al-ʻarabiyya wa-l-turkiyya wa-l-farisiyya. Kasim Dobraca, I, (drugo izdanje), 2000.

3 Ces chercheurs appellent notamment les personnes qui pourraient avoir en leur possession des reproductions de manuscrits de l'Institut oriental de Sarajevo à le faire connaître (site Internet www.kakarigi.net/manu/ingather.htm). Dans ce cadre, un grand nombre de photocopies de manuscrits nous a été envoyé par le professeur Eleazar Birnbaum de l'Université de Toronto et nous le remercions pour ce beau cadeau.

4 S. Eleazar et A. Omanic, 1984

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lejla Gazić et Ramiza Smajić, « Manuscrits orientaux à Sarajevo », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/1172

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page