Navigation – Plan du site
II. Codicologie et paléographie des manuscrits arabes et persans : cahiers, papiers, couleurs et décors, processus de copie

Copier des manuscrits : remarques sur le travail du copiste

François Déroche
p. 133-144

Résumés

Très tôt, les copistes professionnels ont fait leur apparition dans les sociétés musulmanes ; jusqu'au début du XXe siècle, ils joueront un rôle important dans la transmission des textes. Cette activité économique reste pourtant mal connue. Comment ces hommes s'identifient-ils ? Dans quelles conditions travaillaient-ils ? Quel était leur « rendement » ? Sur ces différents points, les informations sont rares ; on tente ici de réunir des données prises dans les sources et dans les colophons pour apporter quelques précisions sur le travail des copistes.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1Dans les premiers temps de l'islam se posa aux juristes la question de savoir s'il était ou non licite de recevoir une rémunération pour la copie du texte coranique (Jeffery, 1937 : 131-133). Si les avis étaient partagés, le débat lui-même montrait que l'activité des copistes était bien perçue pour ce qu'elle était, une profession parmi les autres et, comme telle, inscrite dans l'économie. Cette discussion ancienne pouvait laisser espérer que les données relatives au coût de la copie auraient attiré de manière durable l'attention des commentateurs : il n'en fut rien et, comme on le verra, les indications relatives aux salaires des professionnels qui transcrivaient des textes font cruellement défaut, de même que manquent, plus généralement, des informations cohérentes sur le prix des livres. Comprendre les conditions dans lesquelles travaillaient les copistes de métier réclamera sans doute des enquêtes plus vastes : il ne s'agit ici que d'indiquer – arbitrairement – quelques-unes des pistes qu'il serait possible de suivre pour réunir des éléments de réponse.

  • 1 Les savants, mais aussi les étudiants, sont amenés à transcrire des ouvrages pour en retirer une ré (...)
  • 2 Comme le constatent Sh. Vahidov et A. Erkinov pour l'Asie centrale de la fin du XIXe siècle, beauco (...)

2Tous les copistes qui ont contribué à l'édification de l'énorme patrimoine manuscrit en écriture arabe (Witkam, 1989 : 1-2 ; une vue différente dans De Bagdad..., 1994 : 44), ne tiraient pas leur subsistance de l'activité de copie. Comme le montrent un certain nombre d'exemples, des « amateurs » ont transcrit des textes, que ce soit pour leur usage personnel1 ou pour une de leurs connaissances2. Ce qui ne signifie nullement que la qualité de l'écriture de ces manuscrits est systématiquement inférieure à celle des copies réalisées par des professionnels. La maîtrise de la calligraphie constitue en effet l'un des buts fixés à l'éducation de l'honnête homme musulman et, sans même aller chercher dans les palais d'illustres amateurs, les manuscrits soignés copiés à usage personnel ne manquent pas. Il n'en reste pas moins qu'un nombre appréciable de manuscrits ont été copiés sans accorder une importance démesurée à la qualité de l'écriture. C'est sans nul doute un des écueils auxquels se sont heurtées les tentatives de mise au point d'une paléographie des écritures arabes livresques que de considérer de manière indifférenciée les notes de cours et les copies calligraphiées.

3Pour revenir à nos copistes professionnels, cerner leur identité n'est pas chose aisée : diverses sources sont à notre disposition pour nous aider dans cette tâche, mais elles n'apportent que des réponses partielles. Ce sont tout d'abord les colophons : il arrive en effet, trop rarement à notre goût, que le copiste y fasse état de sa profession, kâtib, nassâkh, etc. Ce sont également tous les ouvrages consacrés à la pratique de l'écriture sous toutes ses formes, depuis les traités à l'usage des secrétaires jusqu'aux recueils où sont énumérés les noms des calligraphes.

  • 3 Parmi les nombreux ouvrages qui relèvent de ce genre littéraire, citons ceux de Miistaqimzade, Qâdî (...)
  • 4 Dans l'index du t. II des Materialen..., R. Sellheim (1987 : 411) place côte à côte sous la rubriqu (...)

4La place prééminente que tient l'art de l'écriture dans le monde islamique suggère tout naturellement d'évoquer en premier lieu ces artistes : ils se détacheraient donc a priori du groupe des copistes. Leurs œuvres sont entourées d'un respect particulier et nous disposons pour un certain nombre d'entre eux d'indications biographiques dans les ouvrages consacrés à leur art3... Le codicologue se trouve cependant bien vite confronté à une question bien embarrassante : comment identifier les calligraphes ? Certes, il serait possible de ne considérer comme tels que ceux dont la tradition nous a conservé les noms. Pourtant, certains copistes qui se disent khattât n'apparaissent pas dans ces listes, comme Muhammad b. Muhammad b. 'Umar Ibn al-Kamâl al-khattât (FiMMOD 174), ou Muhammad b. Muhammad b. Muhammad al-'Âmid al-Imâm al-khattât (De Bagdad..., 1994 : 114), tous deux au VIIe/XIIIe siècle. Outre ces copistes qui semblent revendiquer ouvertement la qualité de calligraphes, combien de manuscrits anciens, présentés dans des expositions ou des ouvrages consacrés à la calligraphie, comportent un colophon qui nous livre le nom d'un inconnu qui ne se dit pas khattât mais dont la maîtrise de l'écriture est patente : faudrait-il alors considérer qu'il ne s'agit pas d'un calligraphe ? Fabriquer de toutes pièces une catégorie particulière paraît donc inutile et même dangereux. Comme le suggérait déjà R. Sellheim4, il est préférable d'intégrer les calligraphes dans le vaste ensemble des copistes professionnels qui retiendront maintenant notre attention.

5À l'époque ancienne, la figure du warrâq se détache ; il est pourtant malaisé de ranger dans une catégorie précise un personnage protéiforme. J. Pedersen (1984 : 43) a relevé plusieurs anecdotes où le warrâq intervient dans une situation qui rappelle un peu celle d'un éditeur moderne. Il tient boutique et vend des ouvrages : les a-t-il copiés ? les a-t-il fait copier ? Il est difficile de le dire. Certains manuscrits qui ont été transcrits par des copistes qui, dans le colophon, se définissent comme warrâq-s nous permettent peut-être de mieux cerner leurs attributions. Un premier exemple nous est fourni par le célèbre coran « de la Nourrice » copié en 410/1019-1020 par 'Alî b. Ahmad al-Warrâq (Roy et Poinssot, 1950 : 27-32) : le pseudo-colophon nous détaille le travail accompli – copie du texte, ajout de la vocalisation selon les règles coraniques, enluminure et reliure. Bien qu'il ne soit ni warrâq, ni même contemporain, nous mentionnerons ici un autre Maghrébin, Ahmad b. Alî b. Abî Ibrâhîm, qui signale également dans le colophon d'un coran qu'il a mené à bien ces diverses opérations (The Qur'ân..., 1999 : 44-45).

6À l'autre extrémité du monde islamique, le coran de Mashhad, Âstân-i Quds 4316 a été achevé par 'Uthmân b. Husayn al-Warrâq en 466/1073-74 (Golcîn Ma'ânî, 1354/1976) ; là encore, notre copiste a mené à son terme les différentes opérations de copie, d'enluminure et de reliure. Dans la même région, mais un peu plus tôt, un autre warrâq, Abü Bakr Muhammad b. Abî Râfi', a réalisé un manuscrit de luxe pour la bibliothèque du souverain ghaznawide 'Abd al-Rashîd (Stern, 1969 : 12), mais sans préciser la nature de son travail (seule transcription du texte ou ensemble du processus de fabrication du livre ?). Dans les trois exemples qui viennent d'être mentionnés, les copies sont clairement des manuscrits de grande valeur. La mission du warrâq consistait-elle précisément à dominer la totalité du processus, peut-être en tant que responsable d'un atelier, au bénéfice de commanditaires aisés ? La question est posée ; il faudrait disposer d'une documentation plus importante pour trancher. On remarquera qu'un siècle plus tard, à la fin du VIc/XIIe siècle, Râwandî, auteur du Râbat al-sudûr et calligraphe lui-même, déclarait qu'il avait « appris soixante-dix types d'écritures et entrepris l'activité de copiste du Coran, d'enlumineur et de relieur de livres, des arts qu'[il] avait appris à la perfection » (Meneghini Correale, 1994 : 231) ; notre homme s'était fait remarquer d'un des derniers seljoukides qui avait passé commande d'un coran et ses capacités étendues semblent l'avoir considérablement servi dans ce milieu princier.

7Les copistes qui se disent nassâkh-s avaient-ils des attributions plus étroites que celles des warrâq-s ? Leur production visait-elle une clientèle plus modeste? Celui qui a transcrit en 672/1274 un traité d'al-Ghazâlî (Londres, BL. Add. 25026) ne nous précise pas s'il est également l'auteur des quelques enluminures qui apparaissent sur le manuscrit (FiMMOD 157). Un demi-siècle plus tard, le copiste d'un tafsîr d'al-Sûrâbâdî en sept volumes se définit tantôt par le terme arabe de nassâkh, tantôt par le persan qalamdâr (Gôlpinarh, 1967 : 35-40). Plus près de nous, des nassâkh-s qui travaillaient dans les bibliothèques et transcrivaient des textes à la demande donnent de leur métier une image modeste : la Olser Library, à Montréal, conserve une dizaine de manuscrits copiés au début de ce siècle à la Bibliothèque khédiviale par Mahmûd Sidqî al-Nassâkh (Gacek, 1991 : 6, 11, etc.), celui-là même qui transcrivit le ms Chicago, Or. Inst. Al2060 qui a servi de base à la traduction par M. Levey du traité d'Ibn Bâdîs (Levey, 1962 : 6) ou encore un opuscule du recueil Paris, BNF Arabe 7068 (colophon au f. 181) ; sous cette même cote (colophon au f. 124), on trouve un texte recopié par un personnage qui, avant d'indiquer son nom, précise qu'il est copiste de la bibliothèque Zâhiriyya. À en juger par les exemples parisiens, leur travail est propre, mais sans prétentions calligraphiques.

8Autres spécialistes de l'écriture, les kâtib-s, ainsi que leurs collègues des chancelleries et des administrations, copiaient également des textes ; le terme se rencontre comparativement plus fréquemment que les deux autres dans les colophons, mais il n'est pas facile de déterminer cas par cas les attributions précises auxquelles il correspond, sauf précision apportée par l'intéressé. Nous avons relevé arbitrairement quelques exemples. En 562/1167, un certain 'Alî b. Ja'far b. Asad al-kâtib transcrivait un texte coranique qui fut constitué en waqf par le sultan zan-kide Nûr al-dîn (Robinson et al., 1976 : 287-288), tandis que quelques années plus tard, en 595/1199, à Amid, un autre kâtib, Muhammad b. Muhammad b. Ahmad al-Jazîrî achevait de recopier le K. al-fath al-qussî fi al-fath al-qudsî (De Bagdad..., 1994 : 110). Pas très loin de là, en 633/1236, Amîr Hâjj b. Aqsun-qur al-Qûniyyawî al-Kâtib copiait le manuscrit Paris BNF Suppl. pers. 1447 (FiMMOD 1). Son contemporain, 'Alî b. Hasan b. Sharaf al-dîn al-Kâtib, écrit un « beau naskhî » selon l'auteur du catalogue (Gölpinarh, 1967 : 62). Tous ceux qui se parent de ce titre ne travaillent cependant pas dans des centres importants, au voisinage des princes : le manuscrit Paris, BNF Suppl. pers. 2105, achevé en 1167/1754, fut copié par Hâfiz Ibrâhîm, kâtib des tuptchî de. la forteresse de la Canée. Ajoutons à ces exemples le nom de Sayyidî Muhammad al-Monshi qui copia plusieurs manuscrits dans un style qui s'apparente étroitement aux écritures de la chancellerie Aq-Qoyunlu (Richard, 1989). Que des scribes de l'administration, quel que soit leur rang, aient mis leur savoir-faire au service de la transmission des textes, n'a rien qui puisse surprendre : ils pouvaient après tout se prévaloir de l'exemple illustre d'Ibn Muqla. Dans le cas de ceux qui travaillaient à proximité du prince dans une chancellerie, il semble qu'ils aient oeuvré, en fonction des besoins, pour son administration ou pour sa bibliothèque (par exemple Rogers et Ward, 1988 : 73-74).

9Les manuscrits nous montrent aussi d'autres artisans du livre occupés à transcrire des textes : acte occasionnel ou habituel ? rien ne permet de trancher de manière définitive, mais dans plusieurs des cas que nous avons relevés, la maîtrise de l'écriture est excellente. Le copiste du coran London, BL. Add. 7214 se déclare doreur (mudhahhib) (FiMMOD 163), de même que celui du manuscrit Paris, Suppl. persan 1494. Celui du Ferâq-nameh Paris, BNF Suppl. persan 1528, un certain Darwîsh Mahmûd, se qualifie d'enlumineur (naqqâsh) : il aurait transcrit le texte et assuré l'illustration de ce volume et d'un autre, Suppl. persan 1411 (Richard, 1997 : 115). Un relieur (mujallid) apparaît également dans le colophon d'un autre manuscrit de la BNF, Arabe 6883, daté de 640/1242. Ghiyâth al-dîn, l'un des relieurs les plus en vue parmi ceux qui travaillèrent pour Mehmet II, était également copiste; dans le colophon du manuscrit Istanbul, Süleymaniye K. Ayasofya 3557, il se dit mujallid (Rabyet Tanindi, 1993 : 73). Il semble cependant probable que bien souvent les copistes aient assuré également l'exécution d'autres opérations que la seule transcription : il se pourrait notamment qu'ils aient réalisé eux-mêmes les enluminures de facture assez simple, à l'image de ce Habîb Allah b. Abd Allâh al-Husaynî, actif vers le milieu du Xe/XVe siècle (Gacek, 1991 : 227). Une certaine polyvalence semble relativement répandue parmi les artisans du livre, plus spécialement chez les copistes.

10Le lieu de travail est rarement précisé. Dans le cas d'ateliers, il faut plutôt se tourner vers les textes ou les documents d'archives, car les colophons se bornent souvent à indiquer le nom de la ville dans laquelle le travail a été exécuté – dans les trop rares cas où cette précision apparaît. Dans une histoire de Cordoue composée à l'époque des Omeyyades d'Espagne, l'auteur rapporte que, dans le seul faubourg oriental de la ville, « cent soixante-dix femmes étaient occupées à transcrire le Coran en caractères coufiques » (Ribera, 1928 : 199) ; il est tentant de penser qu'il s'agissait là de personnes qui tiraient de la copie leurs moyens de subsistance, mais il est en revanche plus difficile de savoir comment elles étaient organisées : travaillaient-elles à leur domicile, étaient-elles regroupées dans des ateliers de copie ? Pour J. Pedersen, il ne faisait pas de doute que des warrâq-s faisaient travailler des esclaves pour copier des livres (Pedersen, 1984 :46) ; la source n'est pas indiquée, mais pourrait être une brève mention dans le Fihrist cataloguant les esclaves qui se distinguaient par leurs talents de calligraphes (Ibn al-Nadîm, 1971 : 10). En fait, rien ne permet d'exclure que, dans ce cas, leur activité ait plutôt été celle de scribe, mais à supposer qu'ils aient transcrit des textes, le passage d'Ibn al-Nadîm ne nous livre aucun indice sur la façon dont ils travaillaient.

11La fondation qu'avait établie Rashîd al-dîn à Tabriz offre un exemple tout à fait remarquable d'organisation et de planification du travail de copie. Le puissant vizir il-khanide avait en effet alloué des sommes pour que fussent transcrites ses œuvres, en spécifiant le rythme que devaient suivre les copistes (Thackston, 1995 : 114-115). Le texte ne précise pas à quel endroit ces derniers devaient travailler : nous savons seulement qu'une bibliothèque abritait les originaux et que les copies étaient exposées dans la mosquée une fois achevées. Les vestiges de la production – de courte durée – de cette fondation sont tout à fait impressionnants tant en ce qui concerne la qualité de l'écriture que celle des enluminures et des peintures.

12Cet atelier constitue un cas exceptionnel ; ceux qui fonctionnaient au voisinage des cours princières sont plus nombreux et parfois mieux connus. En effet, les grands de ce monde manifestaient parfois un goût très marqué pour les livres ; loin de se contenter de collectionner des ouvrages anciens et de grand prix, il leur arrivait également d'organiser l'activité de copistes, mais aussi d'enlumineurs, de peintres et de relieurs afin de disposer de manuscrits conformes à leurs désirs. Dans la partie orientale du monde musulman, la bibliothèque princière (kitâbkhâna) est volontiers associée à un « atelier » de ce genre. Il est difficile de suivre le cheminement qui conduisit à l'éclosion de structures qui furent souvent fragiles et fluctuantes; dans l'Iran timouride, les cours princières rivalisaient entre elles dans ce domaine et ce modèle fut également transplanté avec succès dans l'Inde moghole (Brand et Lowry, 1985 : 57-85).

13L'atelier qui a le plus marqué les esprits est sans nul doute celui qu'avait établi le parangon des mécènes princiers, le timouride Baysungur, fils de Shah Rukh, qui avait réuni près de lui à Hérat les artistes les plus distingués de son temps, qu'il s'agisse de calligraphes, d'enlumineurs et de peintres (Grube, 1979 : 154-158). Bien que les objectifs de cette kitâbkhâna exemplaire n'aient pas été limités au seul domaine de l'art du livre, les manuscrits qui en sortirent constituèrent une référence pour les bibliophiles ultérieurs.

  • 5 À titre d'exemple, les articles de F. Çagman ou Z. Tanindi peuvent illustrer les possibilités qu'of (...)

14À Istanbul, autour du palais, les artisans du livre ont également trouvé une structure qui assurait leur subsistance. Les archives ont sans nul doute été davantage exploitées afin de mieux saisir l'activité des peintres, mais elles donnent des renseignements précieux sur la fabrication de manuscrits de luxe5. C'est peut-être un reflet de ce genre d'atelier qui apparaît sur des miniatures, par exemple celle qui illustre une copie des Akhlâq-i Nasîrî de Nasîr al-dîn Tûsî de la collection Sadruddin Aga Khan, et où sont réunis différents artistes et artisans (Trésors..., 1985 : 153).

15Les bibliothèques ne sont pourtant que rarement mentionnées en tant que telles dans les colophons de manuscrits ; de ce point de vue, le manuscrit Paris, BNF Arabe 6690 constitue une exception dans la mesure où il précise que la transcription a été achevée dans la bibliothèque de la madrasa Âtabekiyya. de Zinjân (FiMMOD 55). Des textes associent cependant ces établissements à l'activité de copie : l'exemple du Bayt al-hikma auquel aurait été attaché un (Eche, 1967 : 23) ou même plusieurs copistes (Pedersen, 1984 : 44) est significatif. Au Maroc, la bibliothèque royale des Alawites comportait au XIIe/XVIIIe siècle une pièce réservée à l'activité de copie et des copistes étaient recrutés pour transcrire des manuscrits précieux (Binebine, 1992 : 77). Comme le rappelle J. Pedersen, dans les grandes bibliothèques du Moyen-Orient, des copistes offraient jusqu'à une époque très récente leurs services aux savants qui souhaitaient disposer d'une copie d'un texte (Pedersen, 1984 : 53). Il n'en reste pas moins qu'une incertitude plane souvent sur le statut de ces copistes quand rien ne nous précise l'identité des commanditaires : pour qui travaillaient-ils ? Le célèbre manuscrit Fès, Bibl. Qarawiyyîn 874 est illustratif de la difficulté que nous rencontrons pour définir les conditions de travail de nos copistes : c'est en effet un esclave du calife omeyyade al-Hakam II, dont le goût pour les livres est bien connu, qui a transcrit ce texte (Lévi-Provençal : 1934). Le travail a-t-il été réalisé au bénéfice du maître du copiste ? Bien que différents auteurs aient suggéré que l'illustre bibliothèque à laquelle est attaché son nom employait des copistes, rien ne nous est parvenu qui permette d'y supposer la présence d'une structure qui serait l'équivalent d'un scriptorium (Wasserstein, 1990-1991 : 101).

16L'activité de copie ne répondait pas uniquement aux commandes d'un petit nombre de mécènes fortunés qui pouvaient entretenir un ou plusieurs professionnels. Des copistes installés à leur compte étaient à même de satisfaire des demandes plus modestes, même si, dans ce cas encore, l'éventail était également très ouvert. Vers le milieu du Xe/XVIe siècle, un voyageur persan relatait la façon dont la production du livre était organisée de manière rationnelle à l'intérieur d'ateliers familiaux.

« À Shiraz, il y a beaucoup de personnes qui écrivent le nosta'liq, tous s'imitent les uns les autres. C'est pourquoi, en aucun cas, on ne peut distinguer leur écriture. Les femmes de Shiraz s'improvisent copistes et, même si elles ne savent ni lire ni écrire, elles calligraphient et dessinent d'après un modèle. L'auteur s'est rendu à Shiraz et a vérifié : effectivement, dans chaque maison de Shiraz, l'épouse est copiste, le mari miniaturiste, la fille décore les manuscrits et le fils est relieur. Que l'on veuille un livre ou un autre, il est créé dans une seule famille... Ils sont tous de la même façon, si bien que rien ne permet de les différencier » (De Bagdad..., 1994 : 48).

17Dans cette description de l'extraordinaire organisation de la production des manuscrits, la maison particulière est décrite comme un atelier intégré. À en juger par les compétences relevées par l'auteur, il s'agissait de réaliser des œuvres de luxe, alors que des copies de caractère plus commun ne réclamaient pas un tel regroupement d'artisans très spécialisés. À ce jour, nous n'avons pas relevé dans des colophons d'indications qui illustreraient de tels modes de fonctionnement.

18Il est vraisemblable que les quartiers des grandes villes où se regroupaient les vendeurs de livres accueillaient également des copistes (Pedersen, 1984 : 51). C'est ce que confirment en tout cas des observations faites à propos de l'Asie centrale, au début du XIe/XVIIe siècle (Szuppe, 1999 : 109), mais encore au XIIIe/XIXe et au début de ce siècle, où des galeries étaient réservées aux professions du livre (De Bagdad..., 1994 : 47) ; nous employons à dessein ce terme, car il n'est pas toujours très aisé de décider s'il s'agissait de copistes ou de vendeurs de livres — une ambiguïté déjà relevée à propos du warrâq (Zayyât, 1992 : 34-35).

19En fait, la transcription de manuscrits était le plus souvent le fait d'individus isolés qui pouvaient travailler dans des endroits fort divers, au gré des circonstances. Dans ces conditions, le domicile personnel ou l'échoppe constituaient sans doute le lieu de travail de bien des copistes. En dehors de quelques colophons qui attestent cette situation {The Qur'ân..., 1999 : 40; FiMMOD, 249 par exemple), nous ne disposons malheureusement la plupart du temps que d'indications indirectes à ce sujet, à commencer par cet inventaire dressé au Caire au VlIc/XIIIe siècle et qui nous permet d'apercevoir ce à quoi pouvait ressembler une boutique de copiste (Sadan : 1977). Cette activité ne réclamait pas de local très spécifique : Ibrâhîm al-Harbî passait son temps, nous dit Yâqût, à méditer et à transcrire des textes dans sa pauvre demeure (Yâqût al-Rûmî, 1923 : 39).

20La rapidité d'exécution de l'écriture arabe semble avoir très tôt frappé les utilisateurs ; al-Kindî, cité par l'auteur du Fihrist, s'exclame : « elle rend possible une vitesse supérieure à celle que l'on peut atteindre avec les autres formes d'écriture » (Ibn al-Nadîm, 1971 : 13). Quelles ont été les incidences de cet atout en ce qui concerne le rythme de travail de nos copistes ? Les sources dont nous disposons sont assez peu loquaces sur ce point. Là où les informations sont les plus abondantes, pour les calligraphes, elles recensent essentiellement l'exceptionnel, les records de rapidité ou de lenteur. Les auteurs des traités spécialisés s'attardent avec complaisance sur des anecdotes qui mettent en valeur ces « exploits ». D'autres sources insistent sur la rapidité de certains copistes. Au début du XIIIe/XIXe siècle, Fâzil Dîvâna (le fou), aurait exécuté en quarante jours, sur commande de l'émir de Boukhara, une copie des œuvres de Bîdil, tout en copiant la nuit pour lui-même une version courte du même ouvrage ; un autre copiste, muftî et mudarris, transcrivit en une nuit le Mukhtasar d'al-Wiqâya (Vahidov et Erkinov, 1999 : 147). Dans cette même région, à la fin du XIIIe/XIXe siècle, et au début du XIVe/XXe siècle, Sadr-i Ziyâ' a souvent noté dans le catalogue de sa bibliothèque le nombre des volumes copiés par les copistes : on y relève que Dâmullâ Mîrzâ Abd al-Rahmân A'lam Mullâ a transcrit près de 1 000 ouvrages divers, Siddîq-Jân 500, Dâmullâ Rahîm-Jân 200, 'Inâyatallâh en a copié plus de 150 et son frère Mîrzâ Hikmatallâh Mahmûd plus de 370 (Vahidov et Erkinov, 1999 : 147). Malheureusement, aucune indication sur la taille des œuvres ne nous permet de prendre effectivement la mesure du travail accompli.

21Les instructions laissées par Rashîd al-dîn donnent une idée du rythme de travail que pouvait exiger un mécène qui disposait de sommes considérables : chaque année, y lit-on, deux copies soignées, l'une en arabe et l'autre en persan, de chacun des six traités composés par le vizir il-khanide devaient être achevées – certaines de ces œuvres comportant plusieurs volumes (Thackston, 1995 : 114-115). L'acte contient de nombreuses indications précises sur la façon dont le travail devait être mené à bien, mais laisse apparemment à l'appréciation de celui qui supervise le waqf lerecrutement de copistes : leur nombre n'est pas spécifié, nous savons seulement que la moitié des revenus de la fondation est destinée à couvrir leurs salaires et l'achat des fournitures nécessaires.

22Pour appréhender la pratique ordinaire de la copie, les colophons constituent cependant notre première ressource : il arrive en effet que le copiste indique non seulement la date à laquelle il a achevé son travail, ce qui est le cas habituel, mais également celle à laquelle il a entrepris cette tâche. Il devient donc possible de calculer le rythme auquel il a progressé dans sa tâche. Darwîsh 'Alî b. Muhammad déclare ainsi, dans le colophon du manuscrit Paris, BnF Persan 266, qu'il a mis 15 jours pour copier les 273 feuillets du Mathnavî de Jalâl al-dîn Rûmî (Richard, 1989 : 277). Avec l'équivalent de 450 lignes par jour, il se situe bien au-dessus de l'estimation de vitesse proposée par O. f. Akimushkin, A. B. Khalidov et E. A. Rezvan (De Bagdad..., 1994 : 49). Il convient toutefois de noter que, dans cet exemple comme dans ceux qui vont suivre, nous ne disposons pas de donnée directe établissant que le copiste est un professionnel et non un amateur ; nous avons dû nous fonder sur une appréciation – forcément subjective – de l'écriture, en termes de régularité et de lisibilité.

23Les copistes rédigeaient un colophon au terme de chacune des grandes divisions de l'œuvre qu'ils transcrivaient (cela peut en particulier être le cas des corans en 30 juz’). Les juz' XXIII à XXIX d'un coran égyptien du XIIe/XVIIIe siècle conservés à la BnF peuvent nous donner un aperçu du progrès du travail de copie (Déroche, 1985 : 80-81); les volumes comprennent chacun une portion de texte de dimensions analogues, copiée dans une écriture de facture médiocre. La série se présente ainsi :

Agrandir

Figure 1

24Le copiste anonyme (un professionnel ?) a travaillé avec une certaine régularité : il a mis neuf jours pour transcrire le juz' XXIV, huit jours en moyenne pour les juz'-s XXV, XXVI et XXVII, sept pour le XXVIII et douze pour le XXIX. En revanche, l'avancement se fait sur un rythme modéré : si nous admettons qu'il a écrit tous les jours, il n'a pas réussi à copier quotidiennement plus de deux feuillets de neuf lignes, ce qui paraît bien modeste. En extrapolant sur la base d'un juz' en huit jours, ce ne sont pas moins de 240 jours qui auraient été nécessaires pour achever cette tâche – et ce n'est pas la réalisation des cadres rubriques qui accompagnent le texte qui a pris beaucoup de son temps ; le rythme est dans ce cas inférieur aux estimations citées plus haut (De Bagdad..., 1994 : 49). D'autres sont encore moins rapides : selon D. James, il fallut entre douze et dix-huit mois pour réaliser les sept premiers juz'-s du coran qu'Oljaytu avait commandé pour son mausolée (James, 1988 : 95); mais la qualité exceptionnelle de la calligraphie explique ce rythme de travail.

25Un volume conservé à la BNF (Arabe 3280 : FiMMOD 142) ne comporte pas moins de six colophons qui permettent de suivre le progrès du travail d'un copiste qui œuvrait pour lui-même.

Agrandir

Figure 2

26Le rythme est donc quelque peu irrégulier : il oscille entre 1,32 (Il) et 2,9 pages/jour (III), la moyenne se situant à 1,95 page/jour, soit près de 41 lignes de texte (approximativement 2 870 lettres, sans tenir compte des lignes en plus gros caractères). Ce chiffre est inférieur à la valeur basse indiquée par O. f. Akimushkin, A. B. KhaJidov et E. A. Rezvan (De Bagdad..., 1994 : 49), mais les deux meilleurs « rendements » de notre copiste (III et V) s'y inscrivent aisément. À ce point interviennent des paramètres qui nous échappent totalement et qui sont liés aux conditions dans lesquelles se déroulait le travail.

27Dans les ateliers dépendant du palais, la question de l'adaptation au marché ne se posait pas : les goûts du prince guidaient l'activité. En ce qui concerne les professionnels installés de manière indépendante, il est difficile de savoir s'ils pouvaient planifier leur travail de copie : les manuscrits sont sans doute généralement réalisés sur commande. L'exemple, il est vrai tout à fait exceptionnel, de Shîrâz vers le milieu du Xe/XVIe siècle, laisse pourtant entrevoir l'existence d'une production qui anticipe les demandes. Le Coran ou encore certains ouvrages de piété étaient peut-être aussi recopiés sans attendre qu'un client vînt passer commande ; la concurrence de l'imprimerie a pu d'ailleurs conduire les professionnels à accroître leur offre. Un autre domaine, celui des manuscrits « populaires », qui n'a pas été exploré jusqu'à présent, montrerait peut-être que l'on transcrivait systématiquement des textes dont la diffusion était assurée.

Haut de page

Bibliographie

BINEBINE A., 1992, Histoire des bibliothèques du Maroc, Publ. de la Fac. des lettres et des sciences humaines, Rabat, (thèses et mémoires 17), Rabat, 255 p.

BRAND M. et LOWRY G. D., 1985, Akbar's India: Art from the Mughal City of Victory, New York, The Asia Society Galleries, 168 p.

De Bagdad..., 1994, De Bagdad à Ispahan, Manuscrits islamiques de la Filiale de Saint-Pétersbourg de l'Institut d'Études orientales, Académie des sciences de Russie, Lugano, fondation Arch/Paris, Paris-musées/Milan, Electra, 301 p.

ÇAGMAN F., 1999, « Nakkas Osman in 16th century documents and literature », in F. Déroche, Ch. Genequand, G. Renda et M. Rogers (dir.), Art turc/Turkish art, 10e Congrès international d'art turc, Genève, Fondation Max van Berchem, 197-206.

DÉROCHE F., 1985, Catalogue des manuscrits arabes, 2e partie..., I, 2, Les manuscrits du Coran : du Maghreb à l'Insulinde, Paris, Bibliothèque nationale, 191 p.

ECHE Y., 1967, Les bibliothèques arabes publiques et semi-publiques en Mésopotamie, en Syrie et en Égypte au Moyen Âge, Damas, Institut Français de Damas, XXXVI + 485 p.

FIMMOD, Fichier des manuscrits moyen-orientaux datés, Paris, 1992-.

GACEK A., 1991, Arabic manuscripts in the libraries of McGill University, Union catalogue [Fontanus monograph series I], Montreal, McGill University Libraries, 291 p.

GOLČIN MA'ÂNI A., 1354/1976, « Shâhkârhâ-ye honari-ye shegeftangizi az qarn-e panjom-e hejri va sar-gorashte-e hayrât-âvar-e an », Honar va Mardom 157, 45-65.

GÖLPINARLI A., 1967, Mevlânâ Müzesi yazmalar kataloğu I, Ankara, Türk tarih kurumu Basimevi, 301 p.

GRUBE E. J., 1979 (en collaboration avec E. Sims), « The school of Herat from 1 400 to 1450 », in The arts of the book in Central Asia, B. Gray éd., Paris/Londres, Random House, 147-178.

IBN AL-NADÎM, 1350/1971, K. al-Fihrist, Téhéran, Marvi Offset Printing, 599 p.

JAMES D., 1988, Qur'âns of the Mamlûks, Londres, Alexandria Press, 271 p.

JEFFERY A., 1937, Materials for the history of the text of the Qur'ân, Leyde, E.J. Brill, 583 p.

LEVEY M., 1962, Medieval Arabic bookmaking and its relation to early chemistry and pharmacology [Transactions of the American philosophical society 52/4], Philadelphie, American Philosophical Society, 79 p.

LEVI-PROVENÇAL E., 1934, « Un manuscrit de la bibliothèque du calife al-Hakam II », Hespéris 18, 198-200.

MENEGHINI CORREALE D., 1994, « Il capitolo sulla scrittura nel Rahat al-şudûr di Muhammad ibn 'Alî ibn Sulaymân al-Râwandî », Annali di Ca'Foscari 33/3, Serie orientale 25, 227-248.

MÜSTAQIMZADE, 1928, Tuhfat al-khattâtîn, M. K. Inal éd., Istanbul, Devlet matba'asi, 926 p.

PEDERSEN J., 1984, The Arabic book, Princeton, Princeton Univ. Press, 210 p.

QÂDI AHMAD, 1959, Calligraphers and painters, A treatise by Qâdî Ahmad son of Mîr-Munshî (circa A. H. 1015), trad. V. Minorsky, Washington, Smithsonian Institution, 223 p.

The Qur 'an..., 1999, The Qur 'an, scholarship and the Islamic arts of the book, A further selection of fine manuscript material [Bernard Quaritch catalogue], Londres, 68 p.

Rares manuscrits..., 1999, Rares manuscrits orientaux chrétiens et islamiques, Vente aux enchères, 7 juin 1999, Paris [Drouot-Montaigne], p. Berès, 29 p.

RIBERA J., 1928, « Bibliófilos y bibliotecas en la España musulmana », Disertaciones y opûsculos I, Madrid, Impr. de E. Maestre, 181-228.

RICHARD F., 1989, Catalogue des manuscrits persans I, Ancien fonds, Paris, BNF, 434 p.

— 1989, « Dîvânî ou ta'lîq », in f. Déroche (dir.), Les manuscrits du Moyen-Orient, essais de codicologie et de paléographie..., [Varia Turcica VIII], Istanbul/Paris, Institut français d'études anatoliennes/Bibliothèque nationale, 89-93.

Splendeurs persanes. Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 239 p.

ROBINSON B. et al., 1976, Islamic painting and the arts of the book, Londres, Faber and Faber, 517 p.

ROGERS J. M. et WARD R. M., 1988, Schätze aus dem Topkapi Serail, Das Zeitalter Süleymans des prächtigen, Berlin, D. Reimer, 254 p.

ROY B., POINSSOT P., 1950, Inscriptions arabes de Kairouan II/l, Paris, C. Klincksieck, 435 p.

SADAN J., 1977, « Nouveaux documents sur scribes et copistes », REI 45, 41-56.

SELLHEIM R., 1987, Materialen zur arabischen Literaturgeschichte, VOHD XVII/A, 2, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 418 p. +  pi.

STERN S. M., 1969, « A manuscript from the library of the Ghaznawid Amîr 'Abd al-Rashîd », in Painting from Islamic lands, R. Pinder-Wilson éd., Colombia, University of South Carolina Press, 7-31.

SZUPPE M., 1999, « Lettrés, patrons, libraires. L'apport des recueils biographiques sur le rôle du livre en Asie centrale aux XVIe et XVIIe siècles », Cahiers d'Asie centrale 7, 99-115.

TANINDI Z., 1990-1991, « Manuscript production in the Ottoman Palace workshop », MME5, 67-98.

THACKSTON W., 1995, « Appendix I. Articles of endowment of the Rab'-i-Rashidi, by Rashiduddin Fazlullah », in S. S. Blair, A compendium of Chronicles, Rashidal-Din's illustrated history of the world [The N. D. Khalili collection of Islamic art 27], Londres, The Nour collection, in association with Azimuth Editions and Oxford Univ. Press, 114-115.

Trésors..., 1985, Trésors de l'Islam, [Exposition organisée par le Musée d'art et d'histoire de Genève], Londres, Philip Wilson Publishers, 400 p.

VAHIDOV SH. et ERKINOV A., 1999, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèque de Sadr-i Żiyâ' : une image de la vie intellectuelle dans le Mavarannahr (fin XIXe-début XXe siècles », Cahiers d'Asie centrale 7,141-17.

WASSERSTEIN D., 1990-1991, « The library of al-Hakam II al-Mustansir and the culture of Islamic Spain », MME5, 99-105.

WITKAM J. J., 1989, « Aims and methods of cataloguing manuscripts of the Middle East », in f. Déroche (dir.), Les manuscrits du Moyen-Orient, Essais de codicologie et de paléographie..., [Varia Turcica VIII], Istanbul-Paris, Institut français d'études anatoliennes/BNF, 1-5.

YÂQÛT Al-RÛMÎ, 1923-1926, K. irshâd al-arib ilâ ma'rifat al-adîb, D. S. Margoliouth éd. [E. J. W. Gibb memorial series VI], 2e éd., Londres, Luzac & co, VII vol.

AL-ZABÎDÎ, 1954, « Hikmat al-ishrâq », in 'A. S.'Hârûn éd., Nawâdîr al-makhtûtât, Le Caire, Matba'a lajnat al-ta'lîf wal-tarjama wal-nashr, 62-99.

ZAYYAT H., 1992, al-Wirâqa wa-şinâ'at al-kitâba wa-mu'jam al-sufun, Beyrouth, Dâr al-Hamrâ', 155  p.

Haut de page

Notes

1 Les savants, mais aussi les étudiants, sont amenés à transcrire des ouvrages pour en retirer une rémunération. Il arrive également qu'ils le fassent dans le cadre de leurs propres études : outre qu'il s'agit là d'une solution pour disposer des textes qui leur sont nécessaires, la copie constitue parfois aussi un élément du processus de transmission du savoir comme le montrent à l'occasion les certificats de lecture ou d'audition dont elle est chargée. Selon ces différents cas de figure, l'apparence finale du manuscrit peut être fort différente : c'est en effet tout autre chose de travailler pour un tiers qui exige un certain degré de lisibilité que de copier pour soi, en sachant qu'on sera capable de se relire. Parfois, le colophon nous livre un élément de réponse quand il est précisé que le copiste a exécuté le travail li-nafsihi, pour lui-même (ou toute autre formule de même sens).

2 Comme le constatent Sh. Vahidov et A. Erkinov pour l'Asie centrale de la fin du XIXe siècle, beaucoup de ceux qui ont travaillé pour Sadr-i Żiyâ' étaient des amis : « un qâzî, un moufti, un mudarris ou n'importe qui d'autre possédant une belle écriture, pouvait transcrire des livres, soit sur commande, soit pour son propre usage » (Vahidov et Erkinov 1999 : 147).

3 Parmi les nombreux ouvrages qui relèvent de ce genre littéraire, citons ceux de Miistaqimzade, Qâdî Ahmad, ou encore al-Zabîdî.

4 Dans l'index du t. II des Materialen..., R. Sellheim (1987 : 411) place côte à côte sous la rubrique « Ductus » les catégories « calligraphique » et « professionnel ».

5 À titre d'exemple, les articles de F. Çagman ou Z. Tanindi peuvent illustrer les possibilités qu'offrent les archives ottomanes pour suivre la carrière d'un artiste de premier plan et les entreprises auxquelles il est associé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Déroche, « Copier des manuscrits : remarques sur le travail du copiste », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/1179

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page