Navigation – Plan du site
III. Les manuscrits, les textes, l'histoire culturelle

Contribution à l'histoire du texte de la version arabe du Discours 40 de Grégoire de Nazianze

Jacques Grand'Henry
p. 157-167

Résumés

La comparaison entre quatre manuscrits contenant la version arabe du discours grec 40 de Grégoire de Nazianze permet de situer la place du manuscrit de Milan dans l'ensemble de la tradition manuscrite arabe de ce discours : ce manuscrit, daté du XIe siècle, est antérieur d'au moins deux siècles à la plupart des autres manuscrits de la version arabe. Cependant, il ne constitue pas une version indépendante, bien qu'il soit original par bien des aspects. Notre analyse linguistique comparative met en évidence des phénomènes de dassicisation, des phénomènes qui viennent compléter notre connaissance du moyen arabe, des phénomènes de syntaxe préclassique, de syriacisation du lexique, d'imprécisions dans la traduction du grec, de calques du modèle grec sans adaptation suffisante à l'esprit de la langue arabe. Dans un certain nombre de cas cependant, seul ce manuscrit Mi a préservé une traduction fidèle du terme grec originel. L'auteur du présent article prépare l'édition complète de la version arabe de ce Discours 40.

Haut de page

Plan

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1Le présent travail s'inscrit dans le cadre de recherches menées à l'Institut orientaliste de l'Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve, par le « Centre Grégoire de Nazianze » : il s'agit d'un vaste programme portant d'une part sur l'editio major du texte original grec des discours de ce père de l'Église et d'autre part sur les éditions critiques des versions orientales de ces discours.

2En ce qui concerne l'édition critique de la version arabe, deux discours ont été publiés jusqu'à présent : les discours 24 et 21 (Grand'Henry 1988 : 197-291 ; 1996) ; l'édition de trois autres discours (1, 44,45) vient d'être achevée par Laurence Tuerlinckx (2001). Comme nous l'avons dit ailleurs « il y a plusieurs recensions de tout ou partie des discours de Grégoire de Nazianze en version arabe : on connaît celle d'Antônios (Antoine) et celle d'Ibrâhîm b. Yûhannâ al-Antâkî, toutes deux du Xe siècle, la deuxième corrigeant et améliorant la première [...], les citations de Grégoire, et les discours isolés les plus anciens qui se rapportent souvent à la recension d'Antônios » (Grand'Henry et Tuerlinckx, 2000 : 202-226).

3Un examen attentif du texte arabe d'Ibrâhîm b. Yûhannâ al-Antâkî montre qu'il ne s'agit pas d'une traduction nouvelle opérée à partir du grec et peut-être du syriaque, mais d'une recension, c'est-à-dire d'un texte antérieur révisé.

« Nous l'avons montré par une analyse de trois versions arabes successives du discours 38 en les comparant entre elles et aux textes grec et syriaque : nous avons [...] dans ce cas, trois manuscrits datant d'époques différentes (Xe, XIe-XIIe et XIIIe siècle) et reflétant deux versions principales de cette traduction : la première dépend, au moins partiellement, de la version syriaque, et elle est plutôt littérale de ce point de vue ; elle est imprécise par rapport à l'original grec et utilise un arabe rudimentaire présentant plusieurs syriacismes. En ce qui concerne la deuxième version, nous pouvons constater dans les exemples [...] que celle-ci (où deux stades d'évolution peuvent être distingués) n'est pas une nouvelle traduction réalisée sur la base de l'original grec, mais plutôt une traduction révisée probablement fondée à la fois sur l'original grec et la version syriaque [...] Nos éditions critiques des discours 24 et 21 indiquent suffisamment combien l'écheveau de la tradition manuscrite arabe est emmêlé ; on serait tenté de dire qu'il l'est a fortiori, sachant l'extrême complexité de la tradition manuscrite grecque. Chaque discours est à considérer isolément et présente une histoire du texte particulière : outre que cela est dû d'abord et évidemment au fait que chaque discours n'est pas représenté dans les mêmes manuscrits de façon constante (certains manuscrits sont acéphales, il y a eu des interpolations, des déplacements et des remaniements à l'intérieur des recueils), mais aussi à l'influence importante qu'a eue sur le recueil des 29 discours et la Vita, la constitution de recueils courts dont il ne reste hélas que peu de témoins [...]. Un début d'examen de la version arabe du Discours 40 en tout cas nous fait apercevoir le même processus que celui signalé pour l'Or. 38 : un manuscrit du XIe siècle contient une version « fruste » avec des fautes de grammaire et des approximations, en matière de syntaxe et de stylistique arabes, encore que le lexique soit souvent proche du texte grec [...] En tout cas, dans le cas de l'Or. 38 citée plus haut, on constate que la « version fruste »du Xe siècle connaît déjà des retouches aux XIe-XHe siècles. « (Grand'Henry et Tuerlinckx, 2000 :211.)

  • 1 Milano, Biblioteca Ambrosiana, X 198 sup., f. 44-61 (= Mi).

4Pour la version arabe du Discours 40, un seul manuscrit1 du XIe siècle, qui contient un recueil partiel, est conservé. Il n'y a aucun témoin du XIIe siècle dans l'état actuel de la connaissance, mais il existe plusieurs manuscrits contenant ce discours à partir du XIIIe siècle.

5L'objet du présent travail est de réaliser une analyse comparative des variantes de quatre manuscrits bien différenciés contenant ce discours, avec le même objectif que celui qui a été poursuivi dans l'analyse des variantes du discours 38, à savoir déterminer s'il s'agit d'une même recension ou de plusieurs recensions différentes du même texte, en étudiant plus particulièrement le processus de révision de la traduction. Ces manuscrits sont les suivants :

    • 2 On trouvera la description de ce manuscrit dans Grand'Henry 1985 : 198, 2.2.2.1. et une étude appro (...)

    Milan, Biblioteca Ambrosiana, X 198 sup., f. 44-61, XIe siècle (= M)2.

    • 3 Contenu et description dans Grand'Henry, 1984 : 227, 1.1.1.3.

    Sinaï arabe 275, f. 54-102, XIIIe siècle (= IV)3.

    • 4 Contenu et description dans Grand'Henry, 1985 : 210-211, 3.1.1.1.

    Cambridge Add. 3292, f. 24v-42, XVIIe siècle (= G)4.

    • 5 Contenu et description dans Grand'Henry 1985 : 197, 2.1.1.1.

    Vatican, Sbath, Bib. Man., 648 (2), p. 118-134, XVIIIesiècle (=/)5.

6On constate qu'un nombre important de variantes sont communes à J,N, G par opposition à Mi. On tentera ci-dessous de caractériser ces variantes communes afin d'établir en quoi elles « corrigent » Mi et si ces variantes modifient éventuellement le contenu du texte d'une manière telle qu'elles réalisent une nouvelle recension. On répartira les variantes textuelles selon qu'elles sont la manifestation d'un phénomène de : classification, remplacement d'un terme en moyen arabe ou « syriacisé »par un autre, clarification, « islamisation », retour à plus de fidélité au texte grec et suppression des calques trop flagrants, correction des fautes d'arabe manifestes. Enfin, on verra qu'il y a deux cas où les leçons de Mi sont meilleures.

1. Classicisation (remplacement d'une forme de moyen arabe dans Mi par une forme classique dans /) :

1. 1.

7Mi : wa-kânajamâ'atun minhum lâ yattasi'u an yata'ammadûn illâ 'inda l-mawt (« et beaucoup d'entre eux ne pouvaient se faire baptiser qu'à l'article de la mort »).

8J, N, « G »: fa-kâna jamâ'atun minhum lâyattasi'u an yata'ammadû illâ 'inda l-mawt.

  • 6 La disparition graduelle des désinences de modes de l'arabe classique en moyen arabe a conduit à un (...)

9Yata'ammadûn est à l'indicatif après an, forme de moyen arabe6 bien qu'il eût dû être au subjonctif en arabe classique./, J, N (G remplacent l'indicatif par un subjonctif. On a donc ici un processus de « classicisation »du moyen arabe des textes chrétiens, dès le XIIIe siècle au moins.

1.2. J, N, G changent Mi enintroduisant une nuance qui est à la fois un retour à l'arabe classique sur le plan morphologique et comporte une connotation typique du moyen arabe sur le plan sémantique.

10Mi (dans l'introduction arabe du discours, qui ne figure pas dans le texte grec) : thumma ya'tamidûna bada dhâlika (ensuite ils sont baptisés après cela).

  • 7 Pour td'amada, voir Dozy, 1927 : II, 169 b, à la Ve forme, à comparer avec la VIIIe forme.

11J, N, G : thumma yataammadûna bada dhâlika (ensuite, ils se faisaient baptiser après cela). On constate d'une part que les deux formes sont utilisées en moyen arabe avec ces sens précis7, ainsi qu'en arabe moderne avec le sens unique « être baptisé » (Wehr, 1979 : 751), mais non en arabe classique où seul ta'ammada est signalé pour le sens chrétien. On peut donc en conclure que J, N G corrigent Mien lui ajoutant une nuance précise (« se faire baptiser ») et en restituant la seule forme tafa'ala utilisée en arabe classique, Mi ayant la forme du moyen arabe et de l'arabe moderne.

1.3. J, N, G remplacent une forme de moyen arabe ancienne par une forme de moyen arabe plus récente.

  • 8 Introduction arabe.

12Mi (dans l'introduction arabe du discours qui ne figure pas dans le texte grec) : wa-jamâatun lâ yattasi'u lahum al-ta'mîd jumlatan (et plusieurs ne pouvaient pas du tout se faire baptiser)8. Jumlatan est vraisemblablement ici une forme abrégée de jumlatan wâhidatan (entièrement) (Dozy 1927 :I, 219 a). Les manuscrits J, N, G remplacent cette forme ancienne de moyen arabe par une forme récente qui est passée en arabe moderne : bi-l-kulliyya (en totalité) qui s'emploie avec la négation (lâ bi-l-kulliyya) dans le sens « absolument pas, pas du tout »(Wehr, 1979 : 978 b). Il s'agit bien là de moyen arabe dans les deux cas, car l'arabe classique a.lâ... l-battata pour exprimer « pas... du tout ».

1.4. J, N, G restituent une syntaxe d'arabe classique par rapport à celle de Mi.

1.4. 1.

  • 9 PG 36, 362 C 10-11 = SC 358, p. 202, 4,1. 4-5.

13— Grec : philousi gar hoi sphodra peri ti erôtikôs diakeimenoi hêdeôs suneînai kai toîs onomasin (« car ceux qui sont fortement épris ont coutume de répéter avec plaisir le nom de l'objet aimé » [litt. ceux qui ont une forte inclination amoureuse aiment répéter avec plaisir les noms (de l'être aimé)]9.

14Mi : idh kâna man ya shiau shayyan yaltadhdhu dâyiman bi- 'asmâyihi (mot à mot : « car ceux qui aiment passionnément quelque chose tirent un plaisir toujours de ses noms »).

15J, N, G placent l'adverbe « toujours »en finale, comme le requiert l'arabe classique : idh kâna man ya'shiqu shayyan yaltadhdhu bi-'asmâyihi dâyiman.

1.4.2.

  • 10 PG 36, 360 B 8-9 = SC 358, p. 198,1. 6.

16— Grec : péri tou baptismatos brachea dialexometha (nous parlerons brièvement du baptême)10.

17Mi : wajaba an natakallama... qalîlanfi l-ma'mûdiyya (il faut que nous parlions un peu du baptême).

18— J, N, G ont : wajaba an natakallama fi l-ma'mûdiyya qalîlan.

19La syntaxe de J, N, G (où « un peu »est placé après le complément d'objet indirect et non avant) est plus classique que celle de Mi.

20Le même phénomène se retrouve dans l'introdroduction arabe au discours 40 :

21Mi : qad qâla maymaran fihâdhâ l-ma'nâ (il avait prononcé une homélie sur ce sujet).

22J, N, G : qad qâlafi hâdhâ l-ma'nâ maymaran.

1. 5. J, N G remplacent une construction syntaxique non arabe par une construction syntaxique d'arabe classique.

  • 11 PG 36,360, B 9-10 = SC 358, p. 198, 1. 7-8.

23— Grec : ei kai khthes hêmas ho logos paredrame (même si hier notre discours nous a fait passer à côté [de cela])11.

24Mi : wa- 'in kâna ams qad 'abarana wafâtanâ l-kalâm (même si hier le discours nous a dépassé et nous a échappé).

25J, N, G : wa-'in kâna ams qad 'abarana l-kalâm wa-fâtanâ.

26Dans J, N, G, au lieu d'avoir une simple juxtaposition de deux verbes arabes pour rendre l'unique verbe grec, comme dans Mi, ces deux verbes sont placés dans une construction conforme aux règles de la syntaxe arabe classique, c'est-à-dire : le premier verbe, le sujet, puis le deuxième verbe, qui a le même sujet. La juxtaposition de Mi semble être un fait de moyen arabe.

27Comparons de même :

  • 12 PG 36, 360 B 6 = SC 358, p. 198, 1. 4.

28— Grec : osa te alla panêguridzousin (et toutes les autres [fêtes annuelles] dont les hommes font la solennité12).

29Mi : wa-mâ yatakarraru fi l-sinîna mummâ yahtafilu bihiwa-yu'azzimûhu l-nâs (ce qui se répète chaque année parmi les événements que les gens célèbrent et magnifient).

30J, N, G : wa-mâ yatakarraru fi l-sinîna mimmâ yahtafilu bihi l-nâs wa-yu'azzimûnahu.

2. Remplacement d'un terme de moyen arabe par un autre terme de moyen arabe plus récent :

31J, TV, G donnent un synonyme de moyen arabe pour remplacer un autre terme de moyen arabe.

  • 13 PG 36, 361 B 9 = SC 358, p. 202, 1. 8.

32— Grec : phôtos metousia (la participation à la lumière)13.

33Mi : mushârakat al-nûr (la communion à la lumière). Le terme mushâraka appartient spécifiquement au vocabulaire chrétien ( Verzeichnis, 66 : Kommunion).

34J, N, G : musâhamat al-nûr (le partage de la lumière). Le grec metousia signifie (1) participation, communauté, (2) possession ; sâhama signifie en moyen arabe « partager une chose avec quelqu'un, donner à quelqu'un une portion, une partie de, faire participer un ami à sa joie »ou, plus ordinairement, « à sa douleur »(Dozy, I, 697). De même, musâhama signifie « partager sa nourriture ou autre chose avec quelqu'un, faire participer à, prendre part à ce qui arrive à quelqu'un» . Le sens « partage »n'apparaît pas en arabe classique pour ces racines. En remplaçant mushâraka par musâhama, J, Net G neutralisent la connotation spécifiquement chrétienne du terme utilisé par Mi.

3. Remplacement d'un terme arabe syriacisé par un terme propre au lexique arabe :

  • 14 PG 35, 361, B 13-14 = SC 358, p. 200, I.11.

35— Grec : par'heautou timêsas ho emos Khristos phainetai (il est clair que mon Christ [les] a honorées par lui-même)14.

36Mi : zahara Aysû'î yukrimuhâ (il semble que mon Jésus les honore). Dans Mi, le nom Aysû', qui connaît dans la littérature arabe chrétienne une variante Ayshu, est d'origine syriaque (Verzeichnis : 17) et non pas arabe.

37J, N, G : zahara Masîhî qad akramahâ (il semble que mon Christ les ait honorées). On remarque dans les manuscrits/, N et G que le terme d'origine syriaque Aysû'î a été remplacé par un autre terme du lexique arabe qui n'évoque pas une origine syriaque : Masîhî.

4. Clarification par l'addition d'un mot :

38J, N, G ajoutent à Mi un mot inexistant en grec.

  • 15 PG 36, 361 B 4-5 = SC 358, p. 200,1. 4.

39— Grec : hês epônumos hê tôn phôtôn hêmera, philosophêsômen. To phôtisma (celle... qui donne son nom au jour des lumières, c'est de celle-là que nous devons traiter. Cette illumination...)15.

40Mi : wa-yawm al-dinh tasmiyatuhu. Al-istinâra...

41— J, TV, G ajoutent à al-istinâra : wa-hiya l-ma'mûdiyya (et c'est le baptême).

5. « Islamisation » :

42J, N, G remplacent un terme arabe connoté comme spécifiquement chrétien dans Mi par une expression utilisée par les musulmans et les chrétiens (du moins entre le Xe et le XVIIIe siècle, d'après les dates extrêmes des manuscrits cités) :

43Mi (à la fin de l'introduction arabe – qui ne figure pas dans le texte grec – au discours 40) : ... li-l-qârî l-mustafid. Âmîn (pour le lecteur intéressé. Amen).

44J, N, G : li-l-qârî l-mustafid in shâ 'a Allah ta'âlâ (pour le lecteur intéressé, si le Dieu Très-Haut (le) veut).

45On observera en outre que G, dans la même introduction, remplace wa-hâkadhâ btadâ l-qiddîs wa-qâla (Ainsi a commencé le saint en disant) par fâtihat al-maymar (introduction de l'homélie) qui rappelle fortement la sourate al-fâtiha, le « chapitre d'introduction »du Coran.

6. Retour à plus de fidélité au texte grec :

6.1.

46Mi : zahara Aysû 'îyukrimuhâ (il semble que mon Jésus les honore). Le verbe arabe est à l'inaccompli.

47J, N, G : zahara Masîhî qad akramahâ (il semble que mon Christ les ait honorées). Le remplacement de l'inaccompli par l'accompli rapproche cette version de l'original grec, car celui-ci a timêsas qui est un participe aoriste et non un présent.

6. 2. J, N, G corrigent des imprécisions de Mi dans la traduction du grec en arabe.

  • 16 PG 36,364, A 3 = SC 358, p. 204,1.12-13.

48— Grec : Khrisma de, hôs hieron kai basilikon, tauta gar khriomena16 (« Onction, parce qu'il [=le baptême] est sacré et royal, car les êtres qui avaient ces caractères recevaient une onction » [litt. « car ces choses-là sont ointes »]).

49Mi : wa-'ammâ masûhan fa-li-'annahâ tâhira malakiyya wa-hâdhâ lladhî kâna fi l-qadîm yumsahu (quant à l'onction, c'est parce qu'il [=le baptême] est pur et royal et cela est ce qui dans le passé était oint).

50J, N, G : wa-'ammâ masûhan fa-li-'annahâ kahanûtiyya malakiyya wa hâd-hânifimâ salafa kânâyumsahâni (quant à l'onction, c'est parce qu'il [=le baptême] est [de caractère] sacerdotal et royal et ce sont ces deux [catégories de personnes] qui jadis étaient ointes). On observera que N et J ont « sacerdotal », qui correspond mieux à hiéron.

6. 3. J, N, G restituent l'ordre des termes du texte grec quand il y avait une inversion dans Mi.

  • 17 PG 36,360, B 4-5 = SC 358, p. 200,1.4.

51— Grec : hê de hêmerinê kai eleuthera17 (cette [autre] est diurne et libre).

52Mi : wa-l-akharu hurr nahâriyy (l'autre [naissance] est libre, diurne).

53J, N, G rétablissent l'ordre du grec : wa-l-'âkharu nahâriyy hurr (l'autre [naissance] est diurne,.ubre).

7. Suppression de calques trop flagrants :

7.1. J, N, G ont une addition par rapport à Mi, addition rendant le texte arabe moins calqué sur le grec.

  • 18 PG 36, 361 D 2 = SC 358, p. 202,1. 9.

54— Grec : Down men, hâs kai mêden proeisenegkoûsi didomenon18 : (« [il est appelé] don, parce qu'il est donné même sans aucune contribution préalable » [litt. « don, parce qu'il est donné à ceux qui n'ont rien offert préalablement »]).

55Mi : hadiyyatun fa-li-'annahâ nu tâhâ min qabl an nuqaddima shayyan qablahâ (don car il nous est donné avant que nous n'offrions une chose avant lui).

  • 19 De PG 36, 362, C 7 à 364, A 7.

56J, N et G ont : ammâ qawlunâ hadiyyatan (quant au fait de l'appeler cadeau), rappelant ainsi le verbe kaleîtai (il est appelé) qui figure en grec seulement au début du quatrième chapitre, mais n'est pas rappelé dans la suite de cette phrase très longue19.

57Ici, l'intervention de J, N, G consiste essentiellement dans une adaptation syntaxique permettant une meilleure compréhension de l'arabe : alors que l'omission de kaleîtai dans la suite de la phrase se justifie parfaitement dans la syntaxe du grec, elle ne se justifie pas dans la syntaxe sémitique, en particulier l'arabe, qui tend toujours à rappeler le sujet, au moyen de pronoms personnels notamment.

7. 2. Voir ci-dessus 1. 5.

7.5. J, N, G remplacent une construction syntaxique de Mi calquée formellement sur le grec (c'est-à-dire conforme uniquement à l'ordre des mots en grec) par une construction syntaxique arabe.

  • 20 G 36,360, B 1 = SC 358, p. 198,2, I. 1.

58— Grec : trissên gennêsin hênîn oiden ho logos (litt : trois naissances pour nous connaît le Logos)20.

59Mi : thalâtha mawâlîdyu'rafu 'indanâ bi-l-'ilm (trois naissances on connaît chez nous par le Logos).

60J, N, G donnent à cette phrase une syntaxe plus conforme aux règles de l'arabe : fa-l-'ilmu ya'rifu 'indanâ thalâtha mawâlîd (ex le Logos connaît chez nous trois naissances).

7. 4. J, N, G modifient la syntaxe de Mi calquée sur le grec.

  • 21 PG 36, 361 B 15 : SC 358, p. 202, I. 13-14.

61— Grec : tophôtisma. Ti deîpleiô katarithmein (... cette illumination – est-il besoin d'une énumération plus longue — ?)21.

62Mi : al-istinâra. Limâ lî an ukthira l-'adaJ ?. (l'illumination, pourquoi en multiplierais-je le nombre ?).

63J, N, G déplacent « l'illumination »après la proposition incise, contrairement à Mi et au grec : wa limâ lî an ukthira l-'adad. Wa l-istinâra...

8. Corrections des fautes manifestes dans Mi :

8. 1. Correction en J, N, G d'une erreur lexicale de Mi.

64Mi (dans l'introduction arabe du discours qui ne figure pas dans le texte grec) :sa'ala l-qiddîs an yaqûla fi hâdhâ l-ma'nâ maymaran li-yaruddal-mukâfiyata 'ammâ.kânû alayhifita'akhkhur al-istibâg (il demanda au saint de prononcer [une homélie] dans le sens de la sienne afin de s'opposer au fait que la masse des gens n'attachait pas d'importance au fait de retarder le baptême). Il y a dans Mi une confusion entre al-mukâfiya (de la racine KFY « suffire ») et al-kâffa « la totalité » (de la racine KFF « remplir trop (un vase) » (Kazimirski, 1860 : II, 909).

65Net G corrigent al-mukâfiyaen al-kâffa, tandis que / corrige en ajma', qui est un synonyme de al-kâffa.

8. 2. J, N, G corrigent une lecture fautive de Mi.

  • 22 PG 36, 360, B 4-5 = SC 358, p. 198,l. 3-4.

66— Grec : kaipolu mallon ê gamêlia kai genethlia kai onomastêria (et cela plus que les fêtes de mariage, les fêtes de la naissance et les fêtes d'attribution du nom)22.

  • 23 On a avec al-tasmîd un mot recherché, qui ne figure que dans les dictionnaires d'arabe classique an (...)

67Mi : fa-'inna (sic) yakûnu dhâlika akthara min afrâh al-a'râs iva-l-mawâ-lîd wa-l-tasmîd (car cela en effet est plus important que les réjouissances des mariages, des naissances et [celles qui accompagnent] la tonsure), où al-tasmîd apparaît fautivement, peut-être parce que le texte parle un peu plus loin de halq al-shu'ûr23 (coupe des cheveux).

68— dans les manuscrits J, N, G, la leçon « al-tasmîd » est remplacée par « al-tas-miyya » (l'attribution du nom), évidemment plus fidèle au texte grec.

9. Cas où la leçon de Mi est meilleure :

9. 1. On a un élément lexical différent de celui du grec dans les 4 manuscrits, et, dans Mi seulement, une orthographe archaïque :

  • 24 PG 36, 361 A 12-13 = SC 358, p. 200,l. 16-17.

69— Grec : houtô kai prôtotokos ek nekrôn genesthai kataxiôsas (de même il a daigné devenir 'le premier-né d'entre les morts')24.

  • 25 On peut signaler aussi une variante orthographique avec, dans Mi, un tâ' (au lieu d'un tâ'marbûta à (...)

70Mi : ka-dhalika sâra bikran 'inda qiyâmat min al-amwât (de même il devint un premier-né au moment d'une résurrection d'entre les morts)25.

71J, N, G : ka-dhalika sâra bikran 'inda qiyâmatih min bayn al-amwât-(de même il devint un premier-né au moment de sa résurrection d'entre les morts). Il n'y a pas d'équivalent de kataxiôsas dans la version arabe. L'arabe 'inda qiyâmatih correspond vraisemblablement, soit à une mauvaise compréhension de kataxiôsas, soit, ce qui est plus probable, à la leçon fautive d'un manuscrit grec perdu.

9. 2. Maintien dans Mi d'un élément lexical proche du grec par opposition à une corruption présente dans J, N, G :

  • 26 PG, 36, 361 B 6 = SC 358, p. 200,l. 20.
  • 27 Première épître de Pierre, 3, 21

72— Grec : eperôtêma tes eis Theon suneidêseôs26 (l'engagement de la conscience envers Dieu) ; l'expression qu'emploie ici Grégoire renvoie à la première épître de Pierre : ho kai humas antitupon nûn sôdzei baptisma, ou sarkos apothesis rupou alla suneidêseôs agathês eperôtêma eis Theon27 (GNT, Aland, 1984 : 799) (« c'est le baptême qui vous sauve à présent et qui n'est pas l'enlèvement d'une souillure charnelle, mais l'engagement à Dieu d'une bonne conscience par la résurrection de Jésus Christ » (Bible de Jérusalem, p. 1758).

73Mi : dans le texte de Mi on a masala (= mas'ala) 'an al-ïtidâd fi Allah (une interrogation au sujet de la confiance en Dieu) qui traduit une variante du texte grec, eperôtêsis, signalée en note par la PG (36,361, n. 8) différente de la leçon choisie par SC 358, p. 200,1. 20 qui est eperôtêma. Rappelons que, dans la traduction arabe de l'épitre de Pierre on a :... idhâ laysa l-murâd bi-hâ izâlat aqdhâr al-jasad, bal mu 'âhadata Allah bi-niyya shâfiyya (al-Kitâb al-muqaddas : 915).

74J, N, G ont al-i'tiqâd (la foi), au lieu de « l'interrogation », ce qui semble être une corruption d'al-i'tidâd.

  • 28 Qu'il me soit permis de remercier ici Mlle Aurélie Gribomont, helléniste et arabisante, qui a bien (...)

75En conclusion, on constate que le manuscrit Mi appartient bien à la même tradition textuelle que J, N, G, et ne constitue pas une version indépendante ainsi que cela se passe pour au moins un manuscrit contenant la version arabe du discours 38. Malgré l'effort de « classicisation »de la langue évoquée plus haut, plusieurs exemples montrent clairement que la langue utilisée par J, N, G reste bien du moyen arabe (1.2, 1.3). D'autre part, la prise en considération de l'ensemble des manuscrits de la version arabe du discours 40 met en évidence la proximité de Mi et de J. Le nombre relativement élevé de variantes communes et l'analyse des critères externes (l'origine de J se situe dans la région d'Alep) permet de rattacher ces deux manuscrits à une proto-version arabe d'origine syrienne. Dans un certain nombre de cas néanmoins, J s'aligne sur les autres manuscrits de la version d'Ibrâhîm b. Yûhannâ al-Antâkî, ce qui permet de mieux voir que, en finale, seul le manuscrit Mi contient une proto-version arabe non altérée, antérieure au processus de révision. Ces conclusions valables pour l'ensemble de l'histoire du texte de la version arabe du discours 40 (dont l'édition critique est en préparation) sont bien illustrées par l'analyse linguistique présentée ci-dessus28.

Haut de page

Bibliographie

BLAU J., 1966, 1967, « A Grammar of Christian Arabic based mainly on South-Palestinian Texts from die first Millennium », Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 267, 276, 279 (Subsidia 27, 28, 29), Leuven (= GCA I, II, III), tome I, 255 p., tome II, 468 p., tome III, 668 p.

GRAF G., 1964, « Verzeichnis arabischer kirchlicher Termini », Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 147, Subsidia, tome VIII, Leuven, 131 p.

GRAND'HENRY J., 1984, « Répertoire des manuscrits de la version arabe de Grégoire de Nazianze, lre partie : Egypte », Le Muséon 97, fasc. 3-4, p. 221-253.

– 1985, « Répertoire des manuscrits de la version arabe de Grégoire de Nazianze, 2epartie : Italie, Royaume-Uni », Le Muséon 98, fasc. 1-2, p. 197-229.

– 1988, « La version arabe du discours 24 de Grégoire de Nazianze », dans Versiones orientales, repertorium ibericum et studia ad editiones curandas, Corpus Christianorum, series graeca, 20, Corpus Nazianzenum 1, Turnhout (= version arabe du discours 24), 197-291 (295 p.).

– 1996, « Sancti Gregorii Nazianzeni Opera, versio arabica antiqua, oratio XXI (arab. 20) », Corpus Christianorum, series graeca, 34, Corpus Nazianzenum A, Turnhout, Brepols Publishers, Leuven University Press, 115 p.

GRAND'HENRY J. et TUERLINCKX L., 2000, « La version arabe des "Discours"de Grégoire de Nazianze », Studia Nazianzenica, I, Corpus Christianorum, Series graeca, 41, Corpus Nazianzenum 8, Turnhout, 202-226.

SAUGET J.-M. (MGR), 1970, « L'homéliaire arabe de la Bibliothèque Ambrosienne (X 198 sup.) et ses membra disiecta », dans Analecta Bollandiana 88, 487-515.

TUERLINCKX L. (éd.), « Sancti Gregorii Nazianzeni Opera, versio arabica antiqua, II, orationes I, XLV, XLIV (arab. 9, 10, 11) », Corpus Christianorum, Series Graeca43, Corpus Nazianzenum, 10, Turnhout, Brepols Publishers, Leuven University Press, 2001, 295 p.

Haut de page

Annexe

Abréviations

Bailly = BAILLY A., Dictionnaire Grec-Français, rédigé avec le concours de E. Egger, édition revue par L. Séchan et P. Chantraine, 26e éd. Paris, 1963, 2230 p.

Bible de Jérusalem = La Bible de Jérusalem, La sainte Bible traduite en français sous la direction de l'Ecole biblique de Jérusalem, nouvelle éd. revue et augmentée, Paris, 1974, 1840 p.

Dozy = DOZYR., Supplément aux dictionnaires arabes, 2 tomes, 2e éd., Leyde/Paris, 1927, tome I, 854 p. ; tome II, 864 p.

GNT = The Greek New Testament, ed. by K. Aland, M. Martini, Bruce M. Meager, Allen Wikgren, Third Edition (Corrected), United Bible Societies, 1984, 926 p.

Kazimirski = DE BIBERSTEIN KAZIMIRSKI A., Dictionnaire arabe-français, 2 tomes, Paris, 1860, réédit. Librairie du Liban, tome I, 1392 p., tome II, 1368 p.

PG = Patrologiae, cursus completus, accurante J.-P. Migne, Brepols, Turnhout (discours 40 de Grégoire de Nazianze : tome 36), 1366 colonnes.

SC 358 = Grégoire de Nazianze, Discours 38-41, introduction, texte critique et notes par G Moreschini, traduction par P. Gallay, « Sources Chrétiennes », n° 358, Paris, 1990, 388 p.

Wehr = WEHR H., A Dictionary of Modem Written Arabie, edited by J. Milton Cowan, 4e éd., Wiesbaden, 1979, 1301 p.

Haut de page

Notes

1 Milano, Biblioteca Ambrosiana, X 198 sup., f. 44-61 (= Mi).

2 On trouvera la description de ce manuscrit dans Grand'Henry 1985 : 198, 2.2.2.1. et une étude approfondie dans Sauget, 1970 : 391-475.

3 Contenu et description dans Grand'Henry, 1984 : 227, 1.1.1.3.

4 Contenu et description dans Grand'Henry, 1985 : 210-211, 3.1.1.1.

5 Contenu et description dans Grand'Henry 1985 : 197, 2.1.1.1.

6 La disparition graduelle des désinences de modes de l'arabe classique en moyen arabe a conduit à une neutralisation des hurûf nâsiba et gâzima comme an, li, lam, lan etc. Ce phénomène est bien illustré dans Blau 1966, 1967, en particulier dans GCA II, p. 260-270. À titre d'exemple : fa-li-yakûnûn fi l-kanùa li-yata allamûn : « let them be in the church in order that they may learn »(GCA, II, p. 260 B).

7 Pour td'amada, voir Dozy, 1927 : II, 169 b, à la Ve forme, à comparer avec la VIIIe forme.

8 Introduction arabe.

9 PG 36, 362 C 10-11 = SC 358, p. 202, 4,1. 4-5.

10 PG 36, 360 B 8-9 = SC 358, p. 198,1. 6.

11 PG 36,360, B 9-10 = SC 358, p. 198, 1. 7-8.

12 PG 36, 360 B 6 = SC 358, p. 198, 1. 4.

13 PG 36, 361 B 9 = SC 358, p. 202, 1. 8.

14 PG 35, 361, B 13-14 = SC 358, p. 200, I.11.

15 PG 36, 361 B 4-5 = SC 358, p. 200,1. 4.

16 PG 36,364, A 3 = SC 358, p. 204,1.12-13.

17 PG 36,360, B 4-5 = SC 358, p. 200,1.4.

18 PG 36, 361 D 2 = SC 358, p. 202,1. 9.

19 De PG 36, 362, C 7 à 364, A 7.

20 G 36,360, B 1 = SC 358, p. 198,2, I. 1.

21 PG 36, 361 B 15 : SC 358, p. 202, I. 13-14.

22 PG 36, 360, B 4-5 = SC 358, p. 198,l. 3-4.

23 On a avec al-tasmîd un mot recherché, qui ne figure que dans les dictionnaires d'arabe classique ancien (Kazimirski, 1860 :1, 1136).

24 PG 36, 361 A 12-13 = SC 358, p. 200,l. 16-17.

25 On peut signaler aussi une variante orthographique avec, dans Mi, un tâ' (au lieu d'un tâ'marbûta à la fin de qiyâma.

26 PG, 36, 361 B 6 = SC 358, p. 200,l. 20.

27 Première épître de Pierre, 3, 21

28 Qu'il me soit permis de remercier ici Mlle Aurélie Gribomont, helléniste et arabisante, qui a bien voulu m'aider à mettre au point d'état final de cette contribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Grand'Henry, « Contribution à l'histoire du texte de la version arabe du Discours 40 de Grégoire de Nazianze », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/1181

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page