Navigation – Plan du site
III. Les manuscrits, les textes, l'histoire culturelle

Les manuscrits arabo-africains : des particularités ?

Constant Hamès
p. 169-182

Résumés

Longtemps marginalisée, tant par l'orientalisme classique que par les sciences historiques et ethnologiques, la littérature manuscrite arabo-africaine, extrêmement prolifique, commence à peine à être découverte. Les questions de sa constitution (où, quand, comment, par qui), de ses supports (quid du papier en Afrique), de ses caractéristiques linguistiques (langues, modèles d'écriture) et matérielles (fabrication, conservation), de même que celles des inventaires et catalogues, malgré des percées récentes, commencent à peine à se poser.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1En matière de manuscrits africains écrits en caractères arabes, l'heure n'est pas encore à la synthèse ni aux conclusions mais plutôt aux inventaires et aux hypothèses, pour des raisons qui tiennent surtout à l'état des relations scientifiques académiques qui ont prévalu entre ce qui était considéré comme « arabe » et comme « africain ». En effet, à l'exception de sa bordure méditerranéenne, l'Afrique islamique n'a pas été l'objet d'investigations poussées dans les domaines de la production littéraire en langue ou en caractères arabes. C'est une banalité de dire que les orientalistes européens, à partir des XVIIe-XVIIIe siècles, se sont intéressés presque exclusivement à la langue, à l'histoire et à la pensée des pays de la zone centrale arabe, de l'Iran et de la Turquie ottomane. Que l'on songe simplement au fait que la vaste région arabophone, arabisée et éminemment lettrée, représentée aujourd'hui par la Mauritanie et le Sahara occidental, est restée en dehors du champ de la recherche orientaliste et l'on comprendra que c'est sa situation africaine, éloignée des centres politiques de l'islam dit classique, qui lui a valu cette sorte de relégation dans... le désert. On comprend mieux alors le paradoxe apparent qui veut que l'histoire de l'Afrique sahélo-soudanaise ancienne soit essentiellement connue par les écrits des auteurs arabes du nord et de l'Orient car ces derniers, en tant que tels, et en tant qu'informateurs avant tout sur l'histoire et la géographie du Maghreb, ont été édités, diffusés et traduits en langues européennes. L'Afrique, à travers leurs écrits, n'apparaît que comme la marge du Maghreb et de l'Égypte.

2D'un autre côté, toujours sur le plan de la recherche scientifique, l'ethnologie africaniste qui s'est développée, sous des formes diverses, à partir des colonisations, privilégie la vision d'une Afrique autochtone, accessible par l'observation et la parole directes, en regard de laquelle l'islam et ses livres ne peuvent être considérés que comme des éléments extérieurs, des intrus. Si des écrits ont été utilisés par les ethnologues et surtout par les historiens, ils ont été puisés dans les récits européens anciens (voyageurs, explorateurs) et récents (archives coloniales). J. Schmitz (1998 50) explique cette

« disqualification de la production littéraire arabe au sud du Sahara »

3par un double processus lié à la politique coloniale française, consistant dans la

« séparation des musulmans noirs de l'ensemble du monde islamique et dans l'ethnicisation de l'islam. »

  • 1 Constatation qu'il faut relativiser par le fait que l'héritage manuscrit du monde arabe "central" s (...)

4En conséquence, faute de chercheurs arabisants intéressés par l'Afrique islamisée, les ressources manuscrites en arabe du continent sont restées inexplorées dans leur plus grande part jusqu'au début du XXIe siècle1. Car ce que l'on découvre de plus en plus, au fil des inventaires et catalogages récents, retient l'attention par la quantité et la variété des documents rédigés en langue ou en caractères arabes. Un immense chantier s'ouvre à la connaissance et la part prise par les universitaires africains arabisants est déjà et sera de plus en plus déterminante. La réaction islamiste et islamique à partir de 1980 a indiscutablement contribué à la valorisation des études islamisantes et arabisantes. Mais si les difficultés liées aux problèmes de compétence s'estompent, l'exploitation de l'écrit arabe manuscrit se heurte à d'autres obstacles, d'ordre financier et logistique, de coordination des efforts ou de volonté politique locale.

5Dans la mesure où l'introduction de l'écriture arabe est exclusivement liée, en Afrique, au processus d'islamisation, on constate qu'elle s'est opérée de façon inégale dans l'espace et dans le temps et l'on peut, grosso modo, distinguer trois zones de présence d'écrits arabes.

6Une première zone, probablement la première touchée par l'islamisation, est constituée par les franges méridionales, sahariennes et sahéliennes, du Maghreb et de l'Egypte dont les commerçants, souvent hommes de religion, ont été responsables de l'introduction de l'écrit arabe, Coran et législation islamique, dans les cours des souverains locaux. C'est ici, à Gao (Mali actuel) que l'on trouve sans doute les premières traces de l'écriture arabe, non pas sur papier ou parchemin mais sur des stèles funéraires consacrées à des personnages masculins et féminins, présentés comme royaux (XIe-XIIIe siècles). Il est intéressant de noter, comme le fait Farias (1990 et 1993), que ces personnages et les pouvoirs politiques qu'ils représentent sont tombés dans un oubli historique complet et que la mémoire locale, la "tradition orale" si souvent valorisée, s'est transformée, à leur sujet, en lieu d'oubli.

7Cette zone africaine islamisée, large ceinture qui va de la Mauritanie, du Sénégal, de la Guinée et de la Sierra Leone jusqu'au Soudan, est démographiquement importante, notamment à cause de la présence du nord-Nigeria.

8Une seconde zone (Constantin, 1987 Kagabo, 1988) est formée par la bande côtière orientale, qui va de la Somalie à la Tanzanie, où l'avancée de l'islam vers l'intérieur des terres (Ouganda, Rwanda, Burundi) est récente (fin XIXe-XXe siècles).

9Une troisième zone, d'islamisation parfois ancienne (XIIIe-XVIe siècles), est constituée par les îles de l'Afrique orientale, essentiellement Madagascar et les Comores.

  • 2 Les immigrés africains de la deuxième moitié du XXe siècle ont apporté et continuent d'apporter en (...)

10Pour éviter les schématismes confessionnels, il convient d'ajouter qu'en dehors de la Mauritanie, aucun État africain, ni dans le passé ni aujourd'hui, n'a jamais été intégralement musulman mais qu'inversement, des groupes musulmans, de tailles diverses, sont présents dans chacun d'eux (y compris en Afrique du centre et du sud). Ceci a pour conséquence que des manuscrits arabes peuvent se trouver, bien sûr avec des chances diverses, sur tout le continent africain2. Mais la plus grande densité se trouve incontestablement dans les régions sahélo-soudanaises. Nos quelques remarques et questions s'appuieront surtout sur les connaissances et des observations directes concernant cette zone.

Ancienneté des manuscrits arabo-africains

11Les fonds manuscrits d'Afrique noire sont logiquement constitués de copies d'ouvrages provenant de l'extérieur (Maghreb et Machrek) ainsi que d'oeuvres originales autochtones.

12Quelles ont été les premières "importations", où et comment se sont-elles produites, que reste-t-il de nos jours de ces tout premiers manuscrits, sont des questions qui ne sont pas traitées et qui ne pourront l'être qu'après des inventaires systématiques au niveau des différents États de la région.

13Sur les œuvres autochtones, en apparence, les renseignements sont plus clairs. À ce jour, parmi les premiers textes rédigés en arabe et parvenus jusqu'à nous sous forme de manuscrits, se situent des chroniques historiques et des traités de sciences islamiques. Le Tarîkh al-fattâsh de Maḥmûd Kaʻti (1914) et le Tarîkh as-Sûdân de ʻAbderraḥmân as-Saʻdî (1900), terminés vers le milieu du XVIIe siècle dans la région de Tombouctou (Mali) relatent l'histoire des souverains musulmans de l'empire songhay (XVe-XVIe siècles). Les Kitâb ghazawât Burnû et Kanem, d'Ibn Furtuwa (Hunwick, 1995 27), en rapport avec l'islamisation "militaire" du Bornou, sont d'une rédaction encore antérieure (seconde moitié du XVIe siècle). Du côté des sciences islamiques, à pareille époque, Aḥmad Bâba de Tombouctou (1556-1627) rédige une œuvre considérable où dominent les travaux de droit, d'inspiration malikite, et les travaux consacrés aux biographies et à l'éloge de la nouvelle classe sociale des lettrés musulmans qui partagent le pouvoir avec la classe politique (Zouber, 1977).

14Aḥmad Bâba a laissé une cinquantaine d'ouvrages dont 32 nous sont parvenus la plupart sont encore à l'état manuscrit (Sadki, 1996), mais certains ont été lithographies à Fès et deux autres imprimés, l'un au Caire en 1921 et 1943 (le Nayl al-ibtihâj, biographies publiées en marge de celles de l'Égyptien du XVIe siècle, Ibn Farhûn) et l'autre à Rabat, en 1992 (le Tuḥfat al-fuḍalâ, sur la précellence des ʻulamâʼ) (Sami et Zniber, 1992).

15Les manuscrits des chroniques historiques soudanaises, quant à eux, ont dû leur exhumation et leur édition à l'époque coloniale (1900 et 1914), grâce à la collaboration originale entre un « administrateur-ethnologue-linguiste », Maurice Delafosse (1870-1926) et son beau-père, orientaliste et arabisant, Octave Houdas (1840-1916). Il est d'ailleurs significatif que le même Delafosse se soit trouvé, en compagnie d'Henri Gaden, autre « administrateur-ethnologue », à l'origine de l'écriture d'un autre grand texte historique en arabe, terminé en 1925, par Shaykh Mûsâ Kamara (1864-1945), le Zuhûr al-bâsâtîn, qui a dû attendre jusqu'à la fin de ce siècle son édition et sa traduction (Schmitz, 1998). Le retard mis à prendre en compte pareille œuvre arabo-africaine est à rapprocher d'un constat analogue fait par Ph. Beaujard (1998 174) à propos des manuscrits arabico-malgaches (sorabe) :

« G. Ferrand (fin XIXe-début XXe siècle) fut le premier à tenter une étude de certains sorabe [...]. Si l'on excepte les publications de J. Faublée et de quelques érudits malgaches, il faut ensuite attendre la dernière partie de ce siècle pour voir redémarrer des études sur les manuscrits [...]. »

Caractère tardif de la production littéraire arabo-africaine :

16Si l'on retient la fin du XVIe et le début du XVIIe siècles pour situer les premières œuvres arabo-africaines, on doit s'interroger sur l'écart qui sépare cette époque de celle des débuts d'un processus d'islamisation, certes long et variable mais dont les prémices quelque peu substantiels remontent au moins, en suivant al-Bakrî et al-Idrîsî, à l'histoire almoravide (XIe-XIIe siècles). Que s'est-il passé, sur le plan des écrits locaux, durant cette béance de quatre ou cinq siècles ? Le dernier témoignage "arabe" extérieur, de grande importance, est celui d'al-Ḥassan az-Zayâtî (± l490-± 1550), présent à Tombouctou avec son oncle diplomate, au moment du règne, à la tête de l'empire songhay, du très musulman Askia Mohamed Touré (1493-1529). Dans sa Description de l'Afrique (1526), rédigée à Rome sous son nom de converti, Jean-Léon l'Africain (1956 II, 468-469) écrit au sujet de la ville de Tombouctou, capitale intellectuelle de l'empire :

« Il y a dans Tombutto de nombreux juges, docteurs et prêtres, tous bien appointés par le roi. Il honore grandement les lettrés. On vend aussi beaucoup de livres manuscrits qui viennent de Berbérie. On tire plus de bénéfices de cette vente que de tout le reste des marchandises. »

17Les remarques de Jean-Léon l'Africain sont tout à fait suggestives. Elles révèlent que l'imprégnation linguistique et culturelle, arabe et musulmane, a atteint un niveau tel qu'une forte demande intellectuelle de lecture s'est installée. N'oublions pas que les populations sahéliennes et soudanaises sont toujours à cette époque très majoritairement non arabophones. Les arabophones nomades que l'on rencontre en Mauritanie, au Tchad, au Soudan, sont des populations pastorales guerrières, absolument illettrées. Il a donc fallu du temps pour que l'assimilation d'une langue, uniquement écrite, se fasse et débouche sur une maîtrise suffisante de l'expression écrite. On peut penser qu'après une longue période d'incubation, en présence de lettrés étrangers (XIIIe-XIVe siècles), le règne des deux premiers souverains songhay a coïncidé avec le moment où l'indigénisation de la langue et de la pensée arabes a atteint un seuil permettant le démarrage de la production littéraire locale.

18Effectivement, c'est dans ces lieux et contexte que vécut Muhammad Baghayogho (1524-1594), le maître qui a formé et instruit Aḥmad Bâba, lequel a lui-même eu comme disciple as-Sacdî, l'auteur du Tarîkh as-Sûdân. Il ne serait donc pas étonnant que les premiers écrits arabes conséquents aient vu le jour sur le sol africain à partir des débuts de l'empire songhay.

  • 3 Il semble probable que les lettrés de la génération précédant Ahmed Bâba, comme son père ou son maî (...)

19Malgré ces arguments, certains pourront penser qu'il y a eu une activité d'écriture antérieure au XVIe siècle, sous forme d'œuvres originales ou d'aides à l'enseignement (versifications, résumés, commentaires)3 ou tout simplement de copies de textes provenant du Maghreb et de l'Orient. Par exemple, on imagine mal qu'à l'époque des Almoravides du sud ou des Mansa de l'empire du Mali ou des sultans du Kanem, il n'y ait pas eu sur place une alphabétisation coranique et l'exécution de copies du Coran sur des supports autres que les tablettes de bois (lawḥ) qui ont fleuri par la suite. Il serait étonnant que les sultans ouest-africains successifs, qui ont mis un point d'honneur à accomplir le pèlerinage à La Mekke, en passant par Le Caire des Mamlûks, n'aient pas ramené de leurs voyages des Corans, des manuscrits et surtout du papier. Al-Maqrîzî (XIVe-XVe siècle) signale même la fondation, au Caire, vers 1242, d'une madrasa malikite, au nom des sultans du Kanem (Cuoq, 1985 390). Quant au papier, il était d'ailleurs fabriqué aussi au Maghreb, à Fès par exemple, dès le règne des Almoravides (al-Manûnî, 1991 21). Malheureusement, l'information manque sur l'existence de copies manuscrites du Coran remontant à ces époques, voire, sauf exception (Bivar, I960), à des époques antérieures au XIXe siècle (Brocket, 1997). Toutes ces suppositions et incertitudes amènent naturellement à interroger les manuscrits eux-mêmes et les conditions matérielles de leur production.

Les questions matérielles de l'écriture et de sa conservation

20On peut penser aussi que, s'il y a eu une production littéraire antérieure au XVIe siècle, celle-ci n'a peut-être pas été très importante et, en tout cas, n'a pas réussi à traverser les épreuves des siècles. Tout ceci pose la question des conditions matérielles de l'écriture et particulièrement une question centrale qui n'a jamais été abordée ni globalement ni régionalement, en ce qui concerne l'Afrique islamisée, celle de l'histoire du papier en tant que support de l'écriture.

  • 4 Dans les sociétés pastorales, où les peaux d'animaux et les cuirs représentent la forme majeure d'e (...)
  • 5 En ce qui concerne la demande de papier aux Européens, voir quelques éléments dans notre dièse (Ham (...)

21Voici par exemple, un épais manuscrit mauritanien du XIXe siècle, à l'écriture passée, éteinte en de nombreux endroits. Angles arrondis, format 19,5 x 31 cm, le papier n'est pas homogène et on peut en distinguer quatre sortes quelques feuillets d'un papier épais, granuleux, opaque, rugueux un plus grand nombre de feuilles plus lisses, plus fines, sans filigrane, à l'écriture plus fraîche, avec une justification la majorité du texte est transcrite sur un papier relativement épais, plus blanc, avec un filigrane tantôt à date, tantôt sans date, portant très nettement les marques d'une misṭara et à l'écriture fortement défraîchie. Que savons-nous des dates et des circuits d'introduction du papier en Afrique sahélo-soudanaise Aucune des multiples sources arabes qui nous renseignent du IXe au XVIe siècle (Cuoq Levtzion-Hopkins) n'apporte le moindre témoignage à ce sujet. Jean-Léon l'Africain est le seul à parler du commerce des manuscrits à Tombouctou au XVIe siècle mais il ne nous dit rien sur le marché de la matière première, à savoir le papier. Est-il importé du Maghreb, de l'Egypte, de quelles fabriques et depuis quand Dans la mesure où nous savons qu'à Madagascar le papier a été fabriqué sur place (Beaujard, 1988 173), on peut se demander si en Afrique sahélo-soudanaise il y a eu ou non une fabrication locale. Malheureusement, les premiers auteurs africains ne nous en apprennent pas plus sur les questions de logistique de l'écriture. À travers le Tarîkh al-fattâsh, nous avons des témoignages sur les écoles coraniques et l'emploi des planchettes en bois mais rien sur le papier des manuscrits. De même, Ibn Baṭṭûṭa, qui a pourtant séjourné huit mois sur place, en 1352-53, et notamment à Walâta, un des centres intellectuels importants de l'empire du Mali, ne nous rapporte rien sur le circuit du papier, les manuscrits, sur le travail des scribes, etc. En toute hypothèse, on peut penser que le papier (faut-il parler du parchemin, de peaux préparées)4 a été introduit à partir des zones musulmanes limitrophes du nord puis, à partir des XVe-XVIe siècles, à partir des échanges avec les Européens5. L'islam étant, non par nature mais par conjoncture, une civilisation du papier, il est étonnant que cette question, avec tous les éléments y afférents (manuscrits, copies, copistes, diffusion, conservation, etc.) n'ait jamais été traitée pour l'Afrique, mis à part Madagascar. Pour le Maghreb, on dispose maintenant du travail remarquable (quoique sans bibliographie constituée) de M. al-Manûnî (1991).

  • 6 Les chèvres !

22Les conditions de conservation des manuscrits dans toute la ceinture sahélo-soudanaise sont, on le sait, des plus précaires. Certes, il existe des bibliothèques dans des agglomérations sédentaires et c'est certainement là que les conditions de conservation ont été relativement bonnes, malgré le danger des pluies, de la non-étanchéité et de l'effondrement des murs et toitures et, à l'inverse, malgré les sécheresses et la chaleur qui fragilisent le papier et aussi malgré la voracité de nombreux insectes, voire d'autres animaux6. Mais la condition commune de la zone, surtout si l'on remonte dans le passé, réside dans un nomadisme ou une transhumance plus ou moins ample et fréquente. Les "bibliothèques" nomades ou semi-nomades ont certainement été les plus nombreuses et leur exposition à la destruction par les pluies, inondations, accidents de transport, a dû être intense. Rappelons que l'encre, de fabrication locale (charbon de bois, noir de fumée, résines d'acacia, gomme arabique, etc.) est éminemment délébile (Sanankoua, 1989 272). D'autres destructions de manuscrits, inattendues, sont tout bonnement intentionnelles, liées à des attitudes de renoncement face à la mort. On en trouve un exemple frappant dans le témoignage de la voyageuse O. du Puigaudeau (1936 35) qui découvre, sur la plage atlantique, aux environs immédiats de Memghâr,

« posés sur des cranes de marsouins, trois coffres vermoulus pleins de livres de sagesse. Un vieux marabout les a laissés là, avant de mourir, afin que leur poussière se dissolve, un jour, dans le vent et le sable. »

23Le rapprochement peut être fait avec la réaction contemporaine de certains griots face à leur production vocale enregistrée ils demandent formellement qu'après leur mort, toutes leurs bandes enregistrées soient effacées car :

« il n'est pas bon que quelqu'un qui est mort chante encore ».

24En conclusion, la question de l'ancienneté relative des manuscrits arabo-africains reste largement ouverte à la recherche, notamment à travers l'histoire du papier, mais elle est aussi très liée à la découverte, à l'inventaire et à l'analyse des manuscrits conservés eux-mêmes.

Bibliothèques privées, recensions nationales et catalogages internationaux

25Il n'y a pas eu, durant la période coloniale, de politique systématique de collecte, de rassemblement et de conservation des manuscrits arabes en Afrique. Les initiatives, dans ce domaine, sont récentes et sont le fait des acteurs nationaux africains, soucieux d'inventorier et de mettre à l'abri cette partie précieuse de leur patrimoine culturel. On pourra citer, dans ce domaine, le travail de l'Institut mauritanien de la recherche scientifique (IMRS) qui, depuis 1975, s'est fixé comme objectif la détection et la centralisation des manuscrits disséminés à travers le pays (Stewart, 1990 Ould Mohammed Yahya, 1987 et 1988). De son côté, le Mali, avec l'aide de l'Unesco, a créé le Centre Ahmed Bâba de Tombouctou, chargé de la collecte et de la conservation des manuscrits de cette immense zone (Triaud, 1978 Sanankoua, 1980 Johansen, 1995). Au Sénégal, l'Institut Fondamental d'Afrique Noire-Cheikh Anta Diop gère également un fonds de manuscrits arabo-africains (R. Mbaye et B. Mbaye, 1975 Mbacké et Ka, 1994) et au Nigeria ce rôle est joué par des bibliothèques universitaires et par les archives nationales (Hunwick, 1995b).

26En réalité, ces tentatives de centralisation de manuscrits s'inscrivent dans un contexte politique et administratif où l'étendue et l'emprise du pouvoir étatique centralisé s'amenuise face aux pouvoirs et aux initiatives locales et particulières. Il est probable que, malgré les efforts de collecte entrepris par les États depuis une vingtaine d'années, le poids des propriétés et des actions privées reste prépondérant en matière de bibliothèques et de fonds de manuscrits. Ainsi, pour reprendre l'exemple mauritanien, l'universitaire allemand U. Rebstock (1989) a parcouru le pays durant les années 1980, d'agglomération en campement nomade, et a microfilmé plus de 2 000 manuscrits, appartenant à plus de 200 fonds privés.

  • 7 Dans la collection Handbuch der Orientalistik parmi les 5 volumes prévus de Arabic Literature of Af (...)
  • 8 Le problème d'une législation spécifique concernant les biens culturels nationaux se pose à l'évide (...)

27Ceci veut dire que les catalogues7 qui paraissent heureusement ces dernières années à propos de l'Afrique islamisée resteront encore incomplets tant que la prospection auprès des groupes de lettrés, village après village, tribu après tribu, n'aura pas atteint une couverture jugée suffisante. Une conséquence "technique" découle de cette situation de privatisation des fonds manuscrits même microfilmés ou scannérisés, les manuscrits originaux restent entre les mains de leurs propriétaires et leur accessibilité en est extrêmement réduite et aléatoire, de même que leur chance de conservation. Au surplus, un danger d'un autre ordre peut menacer, non leur existence, mais leur utilisation sociale et scientifique la création d'un marché financier du manuscrit (fort différent de celui de Tombouctou du XVIe siècle) où les enchères profitent à des puissances politico-financières ou directement à des marchands, au détriment des centres scientifiques nationaux et internationaux8.

Langues, écritures, reliures

28En dehors du développement logique de la langue arabe écrite, particulièrement dans les pays à groupes sociaux arabophones (Mauritanie, Mali, Tchad, Soudan et groupes arabes des côtes et îles orientales), le processus de l'islamisation africaine a porté sur le devant de la scène politique et religieuse des groupes ethniques dont les langues ont acquis une position prédominante et sont devenues des « langues islamiques », c'est-à-dire des véhicules oraux et écrits servant à la diffusion, voire à l'imposition (jihâd) de l'islam.

29Il s'en est suivi une arabisation de ces langues, au niveau du lexique religieux et socio-religieux et surtout au niveau de leur mise par écrit. Il existe ainsi toute une littérature manuscrite, dite ʻajamî, en caractères arabes, de langue peule (qui s'étend du fleuve Sénégal jusqu'au nord-Nigeria et nord-Cameroun), de langue hausa (nord-Nigeria, sud-Niger, première langue africaine en nombre de locuteurs), de langue wolof (Sénégal), swahili (Afrique orientale) et de diverses autres langues malgaches et africaines. À partir des colonisations européennes, on note une tendance à l'abandon des caractères arabes au profit des caractères latins (cas particulièrement net du swahili). Dans ce domaine, le recensement des manuscrits (où dominerait, peut-être, la poésie), a pris encore plus de retard que pour la littérature proprement arabe. Dans la préface de son ouvrage sur les écrits arabes du Nigeria, Hunwick (1995b XI-XII) précise :

« It is hoped that at some time in the future a full companion volume dealing with Fulfulde (peul) and Hausa will be compiled [...]. »

30Les styles d'écriture adoptés en Afrique islamisée partent, certes, de ceux employés au Maghreb ou en Egypte mais cette constatation doit aussitôt être relativisée pour prendre en compte les évolutions graphiques originales qui n'ont pas manqué de se produire et qui ont créé des styles graphiques tels qu'ils se reconnaissent au premier coup d'œil. Le cas le plus flagrant, car le plus systématisé, le plus modélisé, provient des écrits du nord-Nigeria dont le graphisme, anguleux, privilégiant les verticales et les horizontales, est souvent qualifié de "coufique" (Bivar, 1968). Hassan (1992 116 sq) le qualifie de "Traditional Quranic Style" :

« This type of script is typical of Hausaland – especially the Kano Area – to the degree that it is taken as representative of its calligraphy. »

31En tout cas, dans l'approche de cette question d'écriture comme des précédentes, pratiquement tout le travail d'analyse reste à accomplir et il serait certainement souhaitable qu'à cette occasion on repose le problème général des styles d'écriture "arabe" pour aboutir à des typologies qui tiennent compte des originalités (ou des évolutions) africaines et autres.

  • 9 Le travail du cuir et de son ornementation était réservé à des artisans dits "casés" ou à leurs fem (...)

32D'un point de vue matériel encore, et en l'absence de toute indication bibliographique, l'observation de certains manuscrits arabo-africains nous incline à émettre l'hypothèse que la technique de la reliure des feuillets entre eux n'est pas pratiquée en Afrique continentale, hormis le cas, encore une fois, de Madagascar, où les manuscrits sont « reliés avec des "cordes" de boyau » (Beaujard, 1988 : 126). Les feuillets sont séparés (pas de "cahiers"), posés les uns sur les autres (avec l'utilisation du système de pagination par "réclame"), introduits dans une reliure en cuir, plus ou moins décorée9, avec ou sans rabats et fermée ou non par des lanières en cuir.

Agrandir

Figure 1 : Coran ouest-africain du XIXe siècle (coll. privée).

Agrandir

Figure 2 : Le Qamûs d'al-Fîrûzâbâdî, copié en Mauritanie au XIXe siècle (coll. privée).

Agrandir

Figure 3 : Manuscrit mauritanien (XIXe siècle), chapitre de la lettre ʻayn du Qâmûs al-muḥit de Muhammad al-Fîrûzâbâdî. Collection privée, cliché C. Hamès.

33En conclusion, l'intérêt qui se manifeste en cette fin de XXe siècle pour l'héritage manuscrit de l'Afrique islamisée va de pair avec des initiatives décisives de catalogage. Au-delà du travail qui reste à accomplir, de dépistage des manuscrits et de leur mise à disposition pour la recherche, les études, notamment de codicologie et d'analyse des contenus, réservent encore bien des plaisirs dans l'avenir.

Haut de page

Bibliographie

AL-MANÛNÎ M., 1991, Taʼrîkh al-wirâqat al-maghribîya. Ṣinâʻat al-makhṭûṭ al-maghribî min al-ʻaṣr al-wasîṭ ilâ l-fitrat al-muʻâṣira, ar-Ribât, Jâmiʻa Muḥammad al-Khâmis, Manshûrât kullîyat al-adab wa l-ʻulûm al-insânîya (silsilat buḥûth wa-dirâsât, raqm 2), 358 p.

AS-SAʻDIʻA., 1900 et 1964, Târîkh as-Sûdân, éd. et trad. O. Houdas, Paris, Adrien-Maison-neuve, 540 p. (franç.) et 333 p. (arabe).

BEAUJARD P., 1988, « Les manuscrits arabico-malgaches (sorabe) du pays Antemoro », Omaly sy Anio, n° 28 123-150.

— 1998, « Les manuscrits arabico-malgaches sorabe du pays Antemoro (sud-est de Madagascar) », Islam et Sociétés au Suddu Sahara, n° 12, 173-199.

BlVAR A. H. D., 1960, « A dated Kuran from Bornu », Nigeria Magazine, n° 15.

— 1968, « The Arabic Calligraphy of Nigeria », African Language Review, n° 7, 3-15. BROCKET A., 1997, « Aspects of the physical transmission of the Qur'an in 19th century Sudan script, decoration, binding and paper », Manuscripts of the Middle East, n° 2, Leiden, 45-67.

CONSTANTIN F. (dir.), 1987, Les voies de l'islam en Afrique orientale, Paris, Karthala, 150 p.

CUOQ J.-M. (traduc. et notes par), 1985, Recueil des sources arabes concernant VAfrique occidentale, du VIII' au XVI' siècle (Bilâd al-Sùdân), préface de R. Mauny, Paris, éd. du CNRS, 515p.

DU PUIGAUDEAU O., 1936, Pieds nus à travers la Mauritanie, Paris, Pion (préface du général Gouraud), 286 p.

FARIAS P. F. M., 1990, « The Oldest Extent Writing of West Africa Medieval Arabic Epigraphs from Essuk, Saney and Egef-n-Tawaqqast (Mali) », Journal des Africanistes, n° 60/2, 65-113.

— 1993, Histoire contre mémoire. Epigraphie, chroniques, tradition orale et lieux d'oubli dans le Sahel malien, Rabat, Public, de l'Institut des Etudes Africaines, 35 p.

HAMES G, 1997, L'art talismanique en islam d'Afrique occidentale, Thèse EPHE, 5e section, Sciences religieuses, 415 p.

HASSAN S. M., 1992, Art and islamic literacy among the Hausa of Northern Nigeria, Lampeter-Lewiston-Queenston, The Edwin Mellen Press, 373 p.

HUNWICK J. O., 1990 (dir.), « A Contribution to the Study of Islamic Teaching Traditions in West Africa the Career of Muhammad Baghayogho 930/1523-4 - 1002/1594 », Islam et sociétés au sud du Sahara, n° 4, 149-163.

— 1995a, Handlist of Islamic Manuscripts. Nigeria, Section I The Nigerian National Archives, Kaduna State, vol. I, prepar. by Bâba Yûnus Muhammad, London, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation, 342 p.(arabe).

— 1995b, Arabic Literature ofAfrica,vol. 2, The Writings of Central Sudanic Africa, Leiden/New York/Köln, E. J. Brill, (Coll. Handbuch der Orientalistik), 732 p.

IBN BATOUTAH (Battûta), 1922, Voyages, texte arabe et traduction par C. Defrémery et R. Sanguinetti, Paris, Imprimerie nationale, 4 vol.

JOHANSEN J. (dir.), 1995, Handlist of Islamic Manuscripts Series, V, African Collections-Mali, prepar. by Sidi Amar Ould Ely, London, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation, 575 p.(en arabe) (Catalogue du Centre Aḥmad Baba de Tombouctou).

KAʻTI M., 1914 et 1964, Tâʼrîkh al-fattâsh fi akhbâr al-buldân wal-juyûsh wa akâbir an-nâs, édition, traduction O. Houdas et M. Delafosse, Paris, Adrien-Maisonneuve, 363 p. (franc.) et 186 p. (arabe).

KAGABO J. H., 1988, L'islam et les « swahili » au Rwanda, Paris, EHESS, 273 p.

L'AFRICAIN Jean-Léon, 1956, Description de l'Afrique, traduit de l'italien par A. Epaulard, Paris, Adrien-Maisonneuve, 2 vol., 630 p.

LEVTZION N. et HOPKINS J. F. P. (transi., edit, and annotat, by), 1981, Corpus of early Arabic sources for West African history, Cambridge, Cambridge University Press, 492 p.

MBACKE Kh. et KA T., 1994, « Nouveau catalogue des manuscrits de l'IFAN-Cheikh A. Diop », tome I, Islam et Sociétés au Sud du Sahara, n° 8 165-199.

MBAYE EL HAJJ R. et MBAYE B., 1975, « Supplément au catalogue des manuscrits de l'IFAN », Bulletin de l'IFAN, n° 37 878-895.

O'FAHEY R., 1994, Arabic Literature of Africa, vol. 1, The Writings of Eastern Sudanic Africa, to c. 1900, Leiden/New York/Köln, E. J. Brill, 434 p.

OULD AHMED SALEM Sid Ahmed, janv.-mars 1995, « Un trésor en voie de disparition. Les manuscrits mauritaniens », Paris, Notre Librairie, n° 120-121, coll. « Littérature mauritanienne », 273-275.

OULD MOHAMMED YAHYA A., 1407/1987, « Fihrist makhṭûṭât al-maʻhad al-Mûrîtânî li-l-baḥth al-ʻilmî », I, qism at-târîkh », Nouakchott, al-Wasît, nashrat al-ma'had al-Mûrîtânî li-l-bahth al-'ilmî, n° 1, 18-34.

— 1409/1988, « Al-masâdir at-tâ'rîkhîyya fî mikrofîlmât al-ma'had al-Mûrîtânî li-l-baḥth al-'ilmî », Nouakchott, al-Waṣît, nashrat al-maʻhad al-Mûrîtânî li-l-baḥth al-ʻilmî, n° 2, 60-89.

REBSTOCK U., 1989, Sammlung arabischer Handschriften aus Mauretanien Kurzbeschreibungen von 2239 Handschriften-einheiten mit Indices, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 278 p.

SADKI H., 1996, Les manuscrits d'Aḥmad Baba at-Tinbuktî dans les bibliothèques marocaines, Rabat, Imprimerie al-Maʻârif al-Jadîda, 48 p. (en arabe).

SAMI S. et ZNIBER M., 1992, Tuḥfatu-l-fuḍalâ ("Des mérites des Uléma"), Rabat, Université Mohammed V, Institut des études africaines, 80 p. (franc.) et 84 p. (arabe).

SANANKOUA B., 1989, « Une exposition de manuscrits arabes anciens à Bamako (1-6 novembre 1988) », Islam et sociétés au sud du Sahara, n° 3, 272-273.

SCHMITZ J. (dir.), 1998, Shaykh Musa Kamara, Florilège au jardin de l'histoire des noirs. Zuhûr al-basâtîn, tome I, Paris, CNRS Editions, 458 p. et microfiches du texte arabe.

SlMON-KHEDIS G. 1993, « Mauritania », in World Survey of Islamic Manuscripts, London, al-Furqân Islamic Heritage Foundation, vol. IV.

STEWART C. C. et al, 1990, « Catalogue of Arabic Manuscripts at The Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique », Paris, Islam et Sociétés au sud du Sahara, n° 4, 179-184.

TRIAUD J.-L., 1978, « Le centre Ahmed Bâba de Tombouctou », Bulletin de l'IFAN, n° 40, l.

ZOUBER M., 1977, Aḥmad Bâba de Tombouctou (1556-1627), sa vie et son oeuvre, Paris, Maisonneuve et Larose, 213 p.

Haut de page

Notes

1 Constatation qu'il faut relativiser par le fait que l'héritage manuscrit du monde arabe "central" souffre lui-même de bien des absences et de lacunes. Il suffit de penser au Kitâb al-'ibar d'Ibn Khaldûn dont il n'existe aucune édition critique !

2 Les immigrés africains de la deuxième moitié du XXe siècle ont apporté et continuent d'apporter en France des originaux ou des copies de manuscrits arabo-africains. Songeons simplement aux petites bibliothèques "maraboutiques" qui ne contiennent pas que des imprimés.

3 Il semble probable que les lettrés de la génération précédant Ahmed Bâba, comme son père ou son maître Baghayogho, ont dû écrire des textes à objectifs didactiques mais ils ne semblent pas avoir réellement fait profession d'auteur, estimant que leur tâche était avant tout l'enseignement et la transmission du savoir religieux (Hunwick, 1990)

4 Dans les sociétés pastorales, où les peaux d'animaux et les cuirs représentent la forme majeure d'expression graphique et artistique, ce type de support n'aurait-il pas servi pour l'écriture islamique Voir l'anecdote du Coran écrit sur une peau de gazelle (Ould Ahmed Salem, 1995).

5 En ce qui concerne la demande de papier aux Européens, voir quelques éléments dans notre dièse (Hamès, 1997 73 sq).

6 Les chèvres !

7 Dans la collection Handbuch der Orientalistik parmi les 5 volumes prévus de Arabic Literature of Africa, deux sont déjà parus, à l'initiative de J. Hunwick (1995b) et de R. S. O'Fahey (1994), concernant le Nigeria, le Soudan et leurs environs immédiats. La fondation islamique al-Furqân publie, de son côté, dans les années 1990, des répertoires de catalogues et de bibliothèques du monde musulman et en particulier de l'Afrique (Johansen, 1995 Hunwick, 1995 Simon-Khedis, 1993).

8 Le problème d'une législation spécifique concernant les biens culturels nationaux se pose à l'évidence l'exercice d'un droit de contrôle et de préemption pour les centres scientifiques nationaux ne serait-il pas souhaitable.

9 Le travail du cuir et de son ornementation était réservé à des artisans dits "casés" ou à leurs femmes, tous analphabètes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constant Hamès, « Les manuscrits arabo-africains : des particularités ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/1182

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page