Navigation – Plan du site
II. Lectures

Urich Rebstock, unter Mitarbeit von Tobias Mayer, Maurische Literaturgeschichte, I-III, Würzburg, Ergon Verlag. Dr. H.-J. Dietrich, 2001, 17,5x24,5, XLVII+1788 p.

Claude Gilliot
p. 219-222

Texte intégral

  • 1 . Né le 18 mai 1951. V. U. Rebstock, Die Ibæ≈iten im Magrib (2./8.-4./10. Jh.). Die Geschichte eine (...)

1L’idée d’un « Brockelmann mauritanien », pour reprendre l’expression de Gernot Rotter (d’après U.R., I, p. XI), professeur à l’Université de Hambourg, organisateur de ce projet de recherche, malgré les difficultés de l’entreprise, est désormais incarnée dans la réalité. En effet, l’Institut oriental de l’Université de Fribourg en Brisgau (Orientalisches Seminar der Freiburger Albert-Ludwigs-Universität) dispose d’une banque de données unique sur la «littérature maure». U. Rebstock1, professeur d’islamologie à cet institut, conduit depuis une vingtaine d’années un travail de recherche dans ce domaine. Il a intégré quelque 5 000 auteurs et 10 000 titres d’ouvrages dans cette banque. De cela est née son Histoire de la littérature maure (MLG), réalisée en collaboration avec Tobias Mayer. Le projet est soutenu par la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft).

2On mesurera mieux encore l’ampleur de la tâche en sachant que l’Histoire de la littérature arabe de Brockelmann (GAL, I-II ; S I-III, i.e. Carl Brockelmann, 1868-1956, Geschichte der arabischen Literatur, I-II ; Supplement I-III, Leyde, E.J. Brill, 1937-49 ; à l’origine, première éd. I-II, Weimar, 1898-1902) ne contient que quatre-vingts entrées portant sur le champ couvert par MLG, celui de la littérature arabo-musulmane de la région du Sahara occidental entre Tombouctou, Dakar et le sud du Maroc, voire le sud-ouest de l’Algérie.

  • 2AÌmad b. Amîn al-‘Alawî, m. au Caire en 1331/init. 11 décembre 1912 ; MLG, I, p. 501-502, n° 1426 (...)
  • 3Chroniques de la Mauritanie sénégalaise. Nacer Eddine, texte arabe, traduction notice, Paris, 191 (...)
  • 4 . Hormis «Les Chroniques de Oualata et de Néma (Soudan français)», REI, 1 (1927), p. 355-426 ; 531- (...)

3Br. avait, à l’époque, identifié les quelques auteurs et œuvres du domaine, exclusivement à l’aide d’ouvrages de seconde main et des catalogues des bibliothèques maghrébines dont on disposait alors. Certes, il connaissait l’existence K. al-Wasî† fî taræfiim udabæ’ Ωinqî† d’al-Ωinqî†î2, le premier essai mauritanien de présenter de manière globale la littérature locale, mais il en ignorait le contenu. Il n’avait pas non plus connaissance des Chroniques de la Mauritanie sénégalaise par Ismaël Hamet3, non plus que des travaux de Paul Marty4 (1882-1938), de deux articles de Louis Massignon (1883-1962), d’un ouvrage de Henri Delaffosse (1859-1943), ou des productions de Vincent Monteil (né le 27 mai 1913, m. après 1990). L’islamologie de langue allemande a reflété, de ce point de vue, l’état de GAL sur la littérature maure, et il fallut attendre les années 80, pour que quelques petits travaux parussent. La situation n’était pas plus enviable dans la littérature anglo-saxonne (MLG, I, p. IX-X).

  • 5 . Encyclopédie mauritanienne, Nouakchott, MLG, II, p. 823, n° 248629, dont une infime partie seulem (...)

4Mais il y a eu, depuis 1978, les travaux du plus important spécialiste de l’histoire de la littérature et de la culture mauritanienne, al-MuÏtær wuld (ou b.) Îæmidºn, (dont les livres portent parfois le nom d’al-MuÏtær b. Îæmid ou Hamidoun, né 1315/1897, m. 1414/1993, près de Médine ; vMLG, II, p. 822-823, n° 2486, quarante-trois titres) (désormais MH). L’œuvre de sa vie, Mawsº‘at Ìayæt Mºrîtæniyæ, une encyclopédie culturelle de près de 3200 pages, en douze volumes, n’est pas publiée5. Le volume publié à Tunis, notamment, a exercé une influence sur l’histoire contemporaine de la littérature mauritanienne.

5Le Catalogue provisoire (des manuscrits mauritaniens) de MH et Adam Heymowski, expert de l’UNESCO, entrepris en 1965, n’a jamais été publié. Les deux auteurs estimaient à ca. 40 000 le nombre de mss. qui se trouvaient dans l’ensemble des collections du pays. Mais on ne savait pas très bien ce qu’il fallait entendre par là : corans, cahiers et feuillets, archives, volumes ? (selon Geneviève Simon-Khedis). Les ouvrages de MH ont facilité initialement les travaux pour établir MLG, mais la référence à ses diverses œuvres, qui caractérise les travaux scientifiques mauritaniens, apparut, par la suite, plutôt comme un impedimentum, à cause des fautes et des lacunes dans la transmission des informations (MLG, I, p. X-XI).

  • 6 . Titulaire depuis 1997 de la chaire d’islamologie, en particulier du domaine africain, Université (...)

6Peu après la fondation de l’IMRS (Institut Mauritanien de la recherche scientifique, créé en 1974), U.L. et Rainer Oßwald6 se sont rendus en mission en Mauritanie pour la consultation, la collecte et la préservation des manuscrits ; d’autres missions de UL et de ses collaborateurs suivirent, dont une en 1993 pour établir des microfilms. On se représente aisément la difficulté de la tâche (I, p. XI sqq.), étant donné les connaissances approximatives que l’on avait sur l’état des lieux, les variantes dans les titres des ouvrages, souvent le manque d’informations sur les auteurs, etc.

7UR donne un aperçu utile des caractéristiques de la littérature maure et de son histoire (I, p. XVII-XXXIII).

8L’ouvrage est ordonné chronologiquement, selon la date de décès (ou en l’absence de cette information, en se fondant sur d’autres données desquelles on peut inférer une date approximative). On aboutit à un total de 4 847 entrées, 179 ouvrages anonymes numérotés indépendamment, étant regroupés à la fin du corpus (II, p. 1178-1188). Une notice type se présente comme suit, étant bien entendu que toutes les rubriques ne sont pas effectivement présentes pour chaque auteur : le nom le plus complet possible de l’auteur. Puis sous l’abréviation B (Biographie) figure la date de naissance, celle du décès, lieu (O, i.e. Ort) ; les mentions Schüler, Lehrer, Beziehung zu (élève, maître, en relation avec) ; V (i.e. Verwandtschaft, parenté) : père, fils, grand-père, oncle, etc. ; la liste numérotée des œuvres, avec pour chacune d’entre elles les mentions Var (variante du titre), Th (Thema, sujet de l’ouvrage, i.e. Fiqh, Adab, etc.), D (date de la rédaction du texte), (D) (date de sa copie), O (Ort, lieu et nom des bibliothèques, noms des copistes, lieu et date de l’édition du texte, etc.), U (Umfang, dimension : nombre de folios ou de pages, ms. complet ou non, lisibilité et qualité du ms., etc.).

9Après la liste des œuvres, vient la mention Anm. (Anmerkungen, remarques) remarques complémentaires sur certains items des titres. Ainsi, I, auteur n° 334, p. 100 : Anm. t1 Koms 2154 t19 se lit comme suit : titre n°1, voyez un commentaire de cet ouvrage sous l’auteur n° 2154, titre n° 19 de ses œuvres.

10On trouvera, les renseignements nécessaires pour l’utilisation du corpus ainsi que la clef des abréviations, en MLG, I, p. XXXV-XL.

11Quant aux indices, bibliographies, etc., ils sont de la meilleure facture et très complets :

12- Table de correspondance entre les anciens numéros (ceux auxquels il a été fait référence dans des publications antérieures, alors que MLG était en cours de réalisation) et les nouveaux (ceux de MLG en son état actuel) (II, p. 1189-1207).

13- Bibliographie (p. 1209-1223, avec les abréviations).

14- Index des abréviations des bibliothèques où se trouvent les mss., lithographies, etc. (p. 1225-1231).

15- Abréviations des sources (p. 1233-1236) dont on trouvera les références complètes dans la bibliographie.

16- Noms propres des auteurs avec renvoi à leur(s) numéro(s) (III, p. 1237-1509).

17- Titres des ouvrages, avec renvoi aux numéros des auteurs et au numéro des titres en indice (p. 1511-1709).

18- Sujets (p. 1711-1734).

19- Noms de groupes (1735-1747).

20- Medersas (p. 1749-1754). 10. Noms de lieux (p. 1755-1759). 11. Numéros de référence (p. 1761-1788). Cet index suit la numérotation du corpus. S’il y a lieu, un numéro du corpus est mis en entrée, avec un renvoi ou plusieurs à d’autres numéros. Ainsi : 4787 : 4785. Si l’on se réfère à ces deux entrées, on y trouve que 4787 est le fils de 4785. Ou encore : 4836 : 728. Si l’on se réfère à 728, l’on constate que ce dernier était le maître de 4836, etc.

21Un détail : en MIDEO, 20 (1991), p. 373, n° 92, nous avions brièvement présenté : al-Ωînqî†î (chez nous al-Ωanqî†î) (M. al-Amîn b. M. b. MuÏtær al-flakanî ; sur lui v. ‘Abd al-RaÌmæn b. ‘Abd al-‘Azîz Sudays, Tarfiamat al-ΩayÏ MuÌammad al-Amîn al-Ωinqî†î, ÒæÌib A≈wæ’ al-bayæn, al-Ÿuqba [Arabie Séoudite], Dær al-Îifira, 1412/19912, 232 p.), MaÌæsin al-islæm wa l-radd ‘alæ abæ†îl ÏuÒºmih, éd. Sa‘îd ‘Umar al-·æzî, Le Caire, al-Maktaba l-Qayyyima, 1405/1984, 105 p. C’est en vain que l’on cherchera ce titre parmi les trente et un titres des œuvres du n° 2308 de MLG, non plus que dans l’index des titres. En effet, il s’agit de l’introduction, publiée à part par « l’éditeur » al-·æzî, du commentaire coranique d’al-Ωinqî†î : A≈wæ’ al-bayæn fî tafsîr al-Qur’æn, Le Caire ( ?), Mu’assasat al-Madanî, 1382/1962 ; I-IX, Beyrouth, ‘Ælam al-kitæb, ca. 1980 ; I-X, Le Caire, Maktabat Ibn Taymiyya, 1988 ; I-X, identification des versets coraniques et des traditions par M. ‘Abd al-‘Azîz al-Íælidî, Beyrouth, Dær al-Kutub al-‘ilmiyya, 1996.

22Nous disposons ainsi désormais d’un nouvel instrument de travail remarquable qui sera utile non seulement aux spécialistes du domaine désigné, mais aussi aux arabisants et islamologues, en général. On peut espérer aussi que MLG sera l’occasion de nouvelles éditions de textes.

Haut de page

Notes

1 . Né le 18 mai 1951. V. U. Rebstock, Die Ibæ≈iten im Magrib (2./8.-4./10. Jh.). Die Geschichte einer Berberbewegung im Gewand des Islam, Berlin, Klaus Schwarz («Islamkundliche Untersuchungen», 84), 1983, XXVIII+366 p. ; Id., Die Lampe der Brüder (Siræfi al-iÏwæn) von ‘UÚmæn b. Fºdî. Reform und flihæd im Sudan, Walldorf-Hessen, Verlag für Orientkunde H. Vorndran («Beiträge zur Sprach- und Kulturgeschichte des Orients», 31), 1985. 128+29 p. ; Id., R. Osswald und A. Wuld ‘Abdalqædir (bearbeitet von), Katalog der arabischen Handschriften in Mauretanien, Stuttgart, in Kommission bei F. Steiner Verlag Wiesbaden («Beiruter Texte und Studien», 30), 1988, XII+160 p. ; Id., Rechnen im islamischen Orient. Die literarischen Spuren der praktischen Rechenkunst, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1992, XIX+328 p. [édition de sa thèse d’habilitation de 1990] ;Id., Die Reichtümer der Rechner (·unyat al-Ìussæb) von AÌmad b. Ÿæbit (gest. 631/1234). Die Araber, Vorläufer der Rechenkunst, Waldorf-Hessen, Verlag für Orientkunde («Beiträge zur Sprach- und Kulturgeschichte des Orients», 32), 1993. 152 p., ill.+ 3 microfiches ; AÌmad wuld MuÌammad YaÌyæ (éd. avec la collaboration de M. MaÌmºd wuld al-Zubayr, Aslam al-S-b-t [vocalisation incertaine] et ‘Abd Allæh wuld M. Sælim), revu et corrigé par U. Rebstock, Fihrist Maφº†æt Ωinqî† wa Wædæn, Londres, al-Furqan Islamic Heritage Foundation («Silsilat faharis al-makhtutat al-islamiyah», 7), 1997, 497 p.

2AÌmad b. Amîn al-‘Alawî, m. au Caire en 1331/init. 11 décembre 1912 ; MLG, I, p. 501-502, n° 1426, 44 titres ; cfGAL S II, p. 890, n° 19, qui n’a que 6 titres. Depuis l’ouvrage est édité : al-Wasî† fî taræfiim udabæ’ Ωinqî† wa l-kalæm ‘alæ tilka l-bilæd taÌdîdan wa taφî†an wa ‘ædætihim wa aÏliqihim wa mæ yata‘allaq bi-∂ælik, éd. Fu’æd Sayyid, Le Caire, al-Íænfiî, 1380/1961, 15+582 p. Il avait été publiés précédemment, Ma†ba‘at al-flamæliyya, 1329/1911, 542 p. ; Sarkis, II, col. 1149

3Chroniques de la Mauritanie sénégalaise. Nacer Eddine, texte arabe, traduction notice, Paris, 1911.

4 . Hormis «Les Chroniques de Oualata et de Néma (Soudan français)», REI, 1 (1927), p. 355-426 ; 531-575.

5 . Encyclopédie mauritanienne, Nouakchott, MLG, II, p. 823, n° 248629, dont une infime partie seulement a été publiée : al-MuÏtær b. Îæmidºn, Ωu‘aræ’ Mºrîtæniyæ, al-qudamæ’ wa l-muÌdaÚºn, Casablanca, Maktabat al-WaÌda al-‘arabiyya, Beyrouth, Ma†æbi‘ Dær al-‘Ilm li-l-malæyîn, 1962 ; al-MuÏtær b. Îæmid, Îayæt Mºrîtæniyæ, II, al-Îayæt al-Úaqæfiyya, Tunis, Dær al-‘arabiyya li-l-kitæb, 1990, 381 p.

6 . Titulaire depuis 1997 de la chaire d’islamologie, en particulier du domaine africain, Université de Bayreuth, Institut d’études africaines, auteur, entre autres de : Die Handelsstädte der Westsahara. Die Entwicklung der arabisch-maurischen Kultur von Ωinqî†, Wædæn, Tî‡ît und Walæta [Les villes de commerce du Sahara occidental. Le développement de la culture arabo-maure de Chinguetti, Ouadane, Tichit et Oualata], Berlin, Dietrich Reimer, 1986, et de Schichtengesellschaft und islamisches Recht. Die Zawæya und Krieger der Westsahara im Spiegel von Rechtsgutachten des 16.-19. Jahrhunderts [Société stratifiée et droit musulman. Confréries et guerriers du Sahara occidental d’après des règlements juridiques du XVIe-XIXe siècle], Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Gilliot, « Urich Rebstock, unter Mitarbeit von Tobias Mayer, Maurische Literaturgeschichte, I-III, Würzburg, Ergon Verlag. Dr. H.-J. Dietrich, 2001, 17,5x24,5, XLVII+1788 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/1186

Haut de page

Auteur

Claude Gilliot

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page