Navigation – Plan du site
II. Lectures

Jean-Claude GARCIN et alii, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval. xe-xve siècles. 3 volumes, Nouvelle Clio, PUF, 1995 et 2000.

Roland-Pierre Gayraud
p. 232-237

Texte intégral

1Les trois volumes publiés sous la direction de Jean-Claude Garcin représentent une somme considérable de savoirs historiques sur le monde musulman médiéval. Certes, un ensemble de cette taille – un peu plus de 1 300 pages… – offre certains chapitres moins élaborés que d’autres : soit ils reflètent un moindre état d’avancement de nos connaissances dans un domaine, soit plus simplement une carence personnelle de l’auteur. Toutefois cette publication est exceptionnelle et fera date.

2Le premier volume est déjà ancien, puisque paru en 1995, mais il fallait prendre en compte la totalité de cette publication, et la sortie des deux derniers volumes en 2000, pour en mieux saisir l’ambition intellectuelle.

3Il s’agit d’un travail collectif de haut niveau pour lequel le chef d’orchestre, Jean Claude Garcin, a fait appel à 22 collaborateurs Cela laisse une impression de démarche encyclopédique, pour une œuvre qui me semble unique dans le domaine des études historiques sur le monde islamique médiéval.

4Les trois volumes s’articulent en deux approches distinctes des sociétés musulmanes, et une ouverture sur les problématiques de recherches :

5Vol. 1 : L’évolution politique et sociale.

6Garcin (Jean-Claude), Balivet (Michel), Bianquis (Thierry), Bresc (Henri), Calmard (Jean), Gaborieau (Marc), Guichard (Pierre) et Triaud (Jean-Louis). 15 chapitres, 466 p.

7Première partie - La fin des pouvoirs califiens : le temps des princes.

8Deuxième partie - Les nouveaux peuples.

9Troisième partie - L’essor de l’Occident chrétien et l’Islam.

10Quatrième partie - Les menaces sur le monde musulman de Méditerranée et l’expansion mondiale de l’Islam.

11Vol. 2 : Sociétés et cultures.

12Garcin (Jean-Claude), Bellosta (Hélène), Bianquis (Thierry), Fouchécour (Charles-Henry de), Gilliot (Claude), Gril (Denis), Guichard (Pierre), Hennequin (Gilles), Lory (Pierre), Micheau (Françoise), Ocak (Ahmet Yassar), Porter (Yves), Rosenberg (Bernard), Shatzmiller (Maya) et Toelle (Heidi). 17 chapitres, 552 p.

13Première partie - États et communautés.

14Deuxième partie - Productions et échanges.

15Troisième partie - La vie de l’esprit.

16Vol. 3 : Problèmes et perspectives de recherche.

17Garcin (Jean-Claude), Bellosta (Hélène), Bianquis (Thierry), Gilliot (Claude), Gonzalez (Valérie), Gril (Denis), Guichard (Pierre), Heyberger (Bernard), Lory (Pierre), Rosenberg (Bernard) et Udovitch (Avram). 11 chapitres, 288p.

18Première partie - L’évolution générale.

19Deuxième partie - Communautés et échanges.

20Troisième partie - La place des non-musulmans.

21Quatrième partie - La vie artistique et intellectuelle.

22On remarque immédiatement un souci de prendre en compte une globalité sociale, et non pas seulement le seul aspect historique, au sens étroit ou caricatural du terme, à savoir l’événementiel, le politique et le religieux. Le risque encouru à prendre ce louable parti, est d’omettre des phénomènes, ou d’en sous-estimer d’autres : c’est inéluctable et cela ne saurait constituer un reproche. On peut regretter, par exemple, une certaine absence de l’Afrique orientale et de Madagascar : c’est en effet, pour ces périodes, une partie de l’ensemble océanique qui manque à l’appel. De même, cet essai de restitution exhaustive d’une culture où les faits politiques ne sont plus séparés de la production intellectuelle, mais apparaissent comme faisant partie d’un même tout, si elle semble « normale », est en réalité à souligner, parce qu’exceptionnelle.

23Le premier volume correspond assez à l’ouvrage classique publié chez la Nouvelle Clio. Il s’agit en général d’un manuel qui s’adresse de préférence aux étudiants, et qui fait le point des connaissances sur une époque ou une civilisation donnée, avec la définition d’un ensemble problématique. Et sans doute l’esprit de l’ouvrage correspond bien à ce qu’on en attendait. Sauf qu’ici, le domaine est immense, la chronologie étendue et la documentation foisonnante. Il était donc difficile de faire plus bref. Certes Jean-Claude Garcin termine sa présentation par l’annonce d’un volume suivant – il y en aura en fait deux. J’ai le sentiment, peut-être erroné, que ce livre aurait dû être l’unique volume, et que les deux autres sont issus, en quelque sorte, d’un dépassement heureux du cahier des charges initial.

24Si la périodisation n’est pas exceptionnelle - elle couvre tout de même plus de cinq siècles - c’est la considérable amplitude du domaine appréhendé, lequel s’étend de l’Atlantique à la Chine, qui suscite le plus l’admiration. Un tel ensemble est généralement présenté par zones, découpées selon la spécialité des auteurs. Il est souvent circonscrit au territoire classique arabo-musulman, ou ressenti comme tel -. On l’imagine assez, c’est sans doute ce qui a été le plus difficile à maîtriser : sous l’étiquette « musulmane » combien de peuples divers, de cheminements divergents, et de cultures différentes? Mais avec un dénominateur commun : l’Islam. Donner de cette umma une image complexe qui reflète davantage celle de la réalité, en fait montrer cette complexité changeante, c’est visiblement ce à quoi s’est attachée cette publication, avec succès.

25Les différents outils de travail fournis par ces trois volumes sont de qualité inégale. La bibliographie est un peu la base de cet outillage, qui ne l’oublions pas, s’adresse d’abord à l’étudiant. On y notera bien sûr des lacunes : choix délibérés, simples oublis ou zones non couvertes par les différents spécialistes ? Là encore, l’exhaustivité est un vœu pieux. Ce qui ressort plutôt, c’est la densité de ce qui nous est livré. Suivant le schéma propre à la Nouvelle Clio, on a droit à une bibliographie de référence à laquelle on ne peut reprocher grand-chose. Mais les bibliographies détaillées par chapitres, bien que d’une grande richesse, posent un problème : celui de leur lecture. On a fait le choix de commenter ces références, ce qui en soit est une bonne chose. Cependant on en arrive à un texte dense où la référence se noie. Ce n’est en fait qu’un problème graphique, et il aurait pu être résolu simplement (avec un autre corps de caractères par exemple). Le propre d’un manuel étant aussi de fournir rapidement une référence recherchée. Cependant, cette somme bibliographique est un outil formidable, pour l’étudiant certes, mais aussi, ne nous le cachons pas, pour le chercheur. On peut d’ailleurs rêver à un CD ROM, en annexe de ces trois volumes…

26Dans l’histoire compliquée de cette période, où la multiplicité des pouvoirs le dispute à l’exotisme des noms, les tableaux généalogiques ou dynastiques abondants sont les bienvenus. Ils apportent en effet une clarté et des points d’ancrage nécessaires. Par contre, les tableaux chronologiques font ici défaut. On aurait aimé y voir généralisé le tableau diachronique établi pour l’Inde, l’Insulinde et la Chine. Il est vrai que l’histoire événementielle ne fait pas défaut dans le corps du texte. Et à ce propos on mesure la nécessité de produire des faits et des dates, sans lesquels toute interprétation est aléatoire. Par rapport au lecteur visé, l’étudiant, cette absence de tableaux chronologiques est une lacune dommageable.

27La chronologie des faits exposée dans le texte, est un des points forts de cet ouvrage. Le cours des événements est mentionné et sert de support à la démonstration historienne. La sélection pertinente de ces événements apparaît dans la clarté des exposés qui, en général, rendent facilement accessibles et compréhensibles un ensemble de faits souvent difficiles à établir et à ordonner.

28Un riche index général termine le troisième volume. Il occupe plus de 60 pages et est divisé en trois grandes entrées : index géographique, index historique et index des matières, ce dernier se subdivisant par thèmes. On regrettera simplement le système de transcription adopté ici, qui ne rend pas la recherche facile.

29On dit souvent, à tort n’en doutons pas, que l’historien est mauvais géographe. On en a malheureusement un peu la démonstration ici. Dans la rubrique « cartographie » on note certaines déficiences. Le Maghreb et l’Andalous sont bien représentés et de belle manière (11 cartes sur 45 dans le premier volume). Des cartes de grands ensembles sont sans doute plus difficiles à réaliser, comme celles qui concernent l’Afrique, ou plus encore l’Asie, de l’Anatolie à la Chine. Mais je soulignerai d’avantage une déception devant la pauvreté des cartes concernant la zone centrale, de l’Égypte à la Mésopotamie. Cela pose en fait la question de l’usage qu’on peut ou qu’on doit faire d’une carte. Certaines servent uniquement à positionner les toponymes cités dans le texte, rien de plus. On les préfèrerait plus élaborées, plus parlantes, dessinées selon le précepte du « petit croquis qui vaut mieux qu’un long discours ». Des cartes comme celle (n° 38) de la Corne de l’Afrique au milieu du xvie/xe siècles ou celle des Réseaux marchands et voies de conquête en Asie méridionale et orientale (xe-xve siècles) (n° 41) ou encore celle de La première expansion de l’Islam en Inde (n° 42) par exemple. La carte est trop souvent considérée comme une illustration accessoire alors qu’elle devrait être l’aboutissement d’une réflexion et d’une synthèse.

30Le premier volume, longtemps resté le seul, aurait pu nous laisser insatisfaits. Non pas que son contenu soit décevant, loin de là, mais on peut y déceler une relative hétérogénéité. La plupart des parties qui le composent semblent juxtaposées. Il manque un liant qui donne à ce volume une cohésion qui fait un peu défaut. Cela ne concerne cependant pas les chapitres transversaux, comme celui des Croisades, par exemple. Mais, là encore, il convient de souligner la difficulté d’une telle composition, qui aurait nécessité un unique auteur capable de produire une telle somme. En écrivant des petites introductions aux différents chapitres, Jean-Claude Garcin tente d’arriver à ce résultat : cependant n’aurait-il pas dû s’impliquer davantage dans ce rôle de médiateur ? Mais il ne s’agit pas là vraiment d’une critique, tout au plus d’un regret.

31Le deuxième volume est l’occasion d’une approche thématique de ce vaste ensemble, c’est là que joue la synthèse. C’est là aussi que se manifestent mieux certains déséquilibres. Mais il n’est pas facile de mettre une société en équation ni de la répartir en chapitres.

32Une première partie aborde, en quatre chapitres, un terrain balisé. La belle synthèse sur le monde musulman du ixe au xvie siècle qui ouvre ce deuxième livre met pourtant en relief un engagement non tenu : nous sommes revenus au cadre géographique de l’Islam arabe. Où sont donc passées les ambitions affichées dans le premier volume de prendre en compte la totalité du monde islamique ? Cela n’enlève rien à la qualité de cette synthèse, mais son propos en est d’autant restreint.

33Les trois autres chapitres sont en fait un partage plus qu’une division pertinente : le paysan, le nomade et le citadin. Ces trois aspects un peu convenus de la société, auraient pu être traités dans un seul chapitre, précisément dans une synthèse.

34La deuxième partie qui porte sur la production et les échanges, offre trois chapitres : sur la production agricole et ses progrès, sur le travail urbain et son organisation et, enfin, sur le commerce et sa pratique. S’y ajoutent deux chapitres qui, au premier abord, paraissent incongrus. Un sur la « production » artistique, parce que la définir ainsi lui confère un exotisme social qu’elle n’a pas. Un autre chapitre sur la monnaie et les monnaies qui apparaît comme un exposé « pointu » au milieu de synthèses. Ce dernier chapitre était pourtant nécessaire, mais où le mettre ? Une certaine rhétorique l’a sans doute placé non loin du commerce. Bien sûr, outre un exposé numismatique, c’est une analyse économique et monétaire qui nous est livrée ici. Mais le politique et l’institutionnel y trouvent également leur compte puisque le rapport de la monnaie avec le pouvoir est bien mis en évidence.

35Le chapitre sur la production artistique est nettement décevant. Cela ne tient pas à une déficience iconographique rédhibitoire : l’absence totale de plans ou de photos est sans doute imputable au seul éditeur. Mais au-delà de cette critique formelle, j’aimerais souligner ce qui me semble primordial : dans le terme « histoire de l’art », il ne faut pas négliger la signification du mot « histoire », ni en édulcorer l’exigence intellectuelle. Hélas, dans cette publication, on mesure combien est long le chemin qui reste à parcourir aux historiens des arts des pays musulmans pour se hisser au niveau des études qui ont pu être faites sur les civilisations occidentales. Un autre reproche a trait à la conception même de la notion d’art. Si l’on exclut la démarche philosophique liée à l’esthétique, on ne peut pas restreindre la production artistique à un à-côté, à quelque chose qui serait auxiliaire. Non pas que cette production soit centrale, là n’est pas le fond du problème. La production « artistique » est inséparable, insécable, d’une société, car elle en est à la fois le produit, l’identité, le miroir, et quelquefois la raison d’être. Prenons l’exemple de l’architecture : on peut bien sûr l’aborder sous l’angle artistique, mais c’est surtout un ensemble technique, social, et généralement l’élément d’un vaste puzzle urbain. Que dirions-nous si la partie historique de cette publication n’était constituée que de biographies d’émirs, de cheikhs ou de vizirs ? sans aucune vue d’ensemble, ni aucun questionnement. Pourquoi les mêmes exigences ne sont-elles pas requises pour l’histoire de l’art ?

36La troisième partie de ce deuxième volume traite de la vie de l’esprit, ce qui est peut-être une manière un peu élitiste de classifier les activités humaines… Ou plus simplement de regrouper sous un même chapeau les productions intellectuelles liées à l’écrit. On est ici dans un domaine plus traditionnel, depuis longtemps celui des orientalistes et des islamologues. Et c’est dans ces disciplines littéraires et religieuses qu’une certaine homogénéité du monde islamique est la mieux décelable. Tout ce qui touche à la tradition religieuse bien sûr, mais aussi aux sciences ou à la philosophie contribue à l’élaboration de cette culture partagée.

37J’y ajouterai une petite déception : l’absence prévisible d’un chapitre consacré à la musique. Mais peut-être la musique n’est-elle pas une production jugée suffisamment savante, ou plus simplement sérieuse, pour figurer ici. Elle est pourtant le plus souvent liée à la poésie, et participe tout autant que le reste à la vie intellectuelle de ces sociétés.

38Le troisième volume, sensiblement plus court, fait un état des lieux et énonce les perspectives de recherches. Deux chapitres sont consacrés aux minorités religieuses, limitées en fait à celles des Gens du Livre. Ces deux développements sur les communautés juives et chrétiennes auraient sans doute davantage trouvé leur place dans le premier volume qu’ici. La qualité de ces deux synthèses n’est pas en cause, mais on voit mal en quoi elles participent des perspectives de recherche, même si des questions comme la tolérance religieuse, le rôle social ou politique, ou encore le déclin communautaire y sont traitées.

39Sans entrer dans le détail des autres chapitres, on notera que les principales questions y sont abordées : la notion de ville islamique, la démographie et l’évolution de l’espace urbain, le rapport entre l’urbain et le rural, le nomade et le sédentaire, les fluctuations de l’économie ou encore ce dernier chapitre collectif sur le destin de la pensée musulmane médiévale. On voit qu’il ne reste guère de pistes qui n’aient été explorées.

40Dans sa conclusion générale, Jean-Claude Garcin souligne le fait que le premier volume avait été « une mise en perspective globale qui a permis la rédaction des deux autres ». L’ensemble apparaît bien comme tel : un premier volume dans lequel nos connaissances actuelles sont ordonnées de façon cohérente et où transparaît déjà une approche problématique, un deuxième qui brasse cette masse documentaire pour la mettre dans une perspective thématique, et enfin un dernier volume qui reprend rapidement cet état des lieux, pour mettre en exergue les principales directions de recherche.

41Ces trois volumes font suite, ainsi qu’il est d’ailleurs dit, au livre de Robert Mantran, L’expansion musulmane (viie-xie siècles), paru dans la même collection pour la première fois en 1969, et réédité plusieurs fois par la suite. Robert Mantran avait écrit un ouvrage plus conforme à ce qu’étaient alors les manuels de la Nouvelle Clio. C’est un livre qui peut apparaître aujourd’hui comme un ouvrage un peu dépassé en comparaison avec l’ouvrage qu’a dirigé Jean-Claude Garcin. Il faudrait se garder pourtant d’un tel jugement négatif : le livre de Robert Mantran est resté longtemps un des rares manuels, avec ceux écrits par Dominique et Jeanine Sourdel, André Miquel ou Claude Cahen. L’histoire des quatre premiers siècles de l’Islam n’est pas moins complexe que celle des siècles suivants, mais les sources sont beaucoup moins nombreuses et par là nos exégèses historiques en sont moins fournies et sans doute aussi, moins subtiles. Pourtant la publication de ces trois volumes est en quelque sorte une invitation à publier à nouveau un ouvrage sur ces siècles fondateurs. De même, à l’opposé chronologique, des manuels sur les périodes ottomane et contemporaine seraient les bienvenus. C’est bien là le problème avec des ouvrages de cette qualité : ils mettent en relief les carences voisines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland-Pierre Gayraud, « Jean-Claude GARCIN et alii, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval. xe-xve siècles. 3 volumes, Nouvelle Clio, PUF, 1995 et 2000. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/1188

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page