Navigation – Plan du site
II. Lectures

Christian Décobert et Jean-Yves Empereur (ed.) Alexandrie médiévale 1, Études alexandrines 3, Le Caire, IFAO, 1998, 114 pages.

Sophia Björnesjö
p. 237-241

Texte intégral

  • 1  Sur Alexandrie médiévale, citons quelques articles dans le numéro spécial de la R.O.M.M., 46/4, 19 (...)

1Cet ouvrage est le fruit d'une journée d'étude portant sur quelques aspects de l'histoire d'Alexandrie, allant de la Basse Antiquité jusqu'à l'époque ottomane. Il est agréable et utile de prendre part de ces considérations nourries, d'autant que les travaux concernant Alexandrie au Moyen-Âge ne sont pas nombreux, ou parfois difficile à se procurer1. Neuf articles de nature très différente sont donc rassemblés ici. Dans son introduction, Christian Décobert réussit à lier entre elles des contributions hétéroclites par une réflexion sur la nature des sources évoquées et sur les interprétations qui en ressortent, bien que certains articles utilisant des matériaux similaires arrivent parfois à des conclusions très différentes.

2Les deux articles de A. Martin et J. Gascou évoquent le passage de la ville antique à la ville byzantine à travers la topographie religieuse. A. M. juxtapose les sources de l'époque romaine tardive et celles de l'époque byzantine pour y évoquer l'émergence d'une mégapole chrétienne. Les premières nous donnent une vision globale de la ville, de ses quartiers, de ses monuments : religieux, civils, militaires et bien sûr du phare. Elles mettent en évidence l'importante réduction de la superficie habitée dès la seconde moitié du ive siècle. Le paysage de cette ville encore très païenne au ive siècle va lentement se peupler de monuments chrétiens, mais cette appropriation du territoire sera essentiellement le fait d'initiatives privées, ou épiscopales, et non pas d'une impulsion impériale. J.G. nous livre une analyse minutieuse de la documentation du ive au viie siècle, en maniant avec précaution les renseignements fournis par la littérature hagiographique. Il souligne le fait que les indications topographiques fournies par ce type de source doivent être interprétées en fonction de la nature "idéologique" de certains récits. Les besoins d'une population chrétienne grandissante se traduisent dès le début du ive siècle par la construction d'églises, et à partir de la fin du siècle, par l'apparition d'édifices cultuels : martyria, oratoires et tombeaux de saints. J. G. souligne certains aspects du processus de formation de cette ville byzantine. Tout d'abord, la plupart des lieux de culte fréquentés par les chrétiens sont situées dans des quartiers plus ou moins abandonnés, dans des zones périphériques de la ville. Ensuite, il ne voit pas forcément une continuité entre l'espace religieux païen et les lieux investis par les chrétiens. Quand un édifice cultuel chrétien s'installe sur l'emplacement d'un temple païen, c'est en général que celui-ci avait déjà été abandonné depuis un certain temps (par exemple une église dédiée à Saint-Michel sur l'emplacement d'un temple de Saturne) ou avait changé de statut. Le cas du Serapeum est plus complexe : les sources sont en contradiction au sujet de l'état de ce quartier au moment de l'installation du mausolée de Saint-Jean Baptiste : quartier encore vivant avec le Serapeum à peine désaffecté ou zone de décombres ? Quoi qu’il en soit l'auteur relève l'importance de ce quartier dans la topographie chrétienne de la ville au vie siècle car, outre le mausolée mentionné, y seront implantés plusieurs églises, et des monuments dédiés à Théophile (un martyrium), à Saint Antoine et aux Trois Hébreux. Enfin, l'étude de la littérature hagiographique nous montre que certains saints ont parfois connu plusieurs lieux de sépulture et donc de culte (Pierre, martyre d'Égypte, ou Saint Marc). Nous sommes de fait mieux renseignés sur la rivalité entre l'est et l'ouest de la ville, ou sur des rivalités entre églises chalcédonienne, aryenne ou copte, que sur la véritable topographie des lieux de culte à ces époques lointaines.

  • 2  L'auteur nous fournit une mise au point portant sur le manuscrit et sur l'identité de son auteur. (...)

3Après cette évocation du passage de la ville antique, païenne, à la ville du haut Moyen Âge, chrétienne, le parcours se poursuit avec les contributions du père M. Martin et de Ch. Décobert qui nous amènent cinq à six siècles plus tard. L'article de M. M. nous dresse un état des lieux des monuments chrétiens de la fin du xiie siècle d'après l'auteur arabe chrétien, Abû l-Makârim2. M. M. laisse entrevoir ce que représente la présence chrétienne à Alexandrie à un moment où —alâΩ al-Dîn est en passe de prendre le pouvoir en Égypte, et d'y fonder une nouvelle dynastie. Il va également réinstaurer le sunnisme comme rite officiel à une époque marquée par les entreprises des Croisés dans la région. Depuis longtemps déjà Alexandrie n'est plus la capitale du pays, et pour Abû l-Makârim c'est une ville lointaine qu'il évoque, loin du pouvoir politique comme religieux. On le perçoit bien à travers l'anecdote d'un notable (shaykh) qui a contribué à l'ornementation de l'église de Saint Serge en 1177 « en action de grâce pour son transfert à un poste important dans la capitale » (p. 48) : pour une certaine élite, chrétienne comme musulmane, vivre à Alexandrie est perçu comme un exil. Finalement des élites partagent les mêmes valeurs sociales quelle que soit leur confession. Ch. Décobert nous livre des réflexions sur la topographie de la ville au siècle suivant (xiiie), mais aussi sur sa place politique et son rôle économique sous les Ayyoubides et les premiers Mamelouks. En se basant pour l'essentiel sur des travaux d'historiens comme E. Ashtor, A. Udovitch, S. Salem, M. Müller-Wiener et d'autres encore, Ch. D. développe une analyse "wébérienne" de l'histoire d'Alexandrie au xiiie et au xive, en la comparant à celle du Caire, à la même époque. Il nous présente ainsi une cité réduite à une place-frontière, à un lieu de transit, loin des centres de décision. Mais par ailleurs un certain renouveau topographique que connaît la ville à partir du xiiie siècle serait le résultat d'une nouvelle vigueur religieuse. Celle-ci est attestée entre autres par les recueils biographiques portant sur les hommes pieux de l'époque et qui révèlent l'importance d'Alexandrie. Ceci est confirmé par la fondation de nombreuses institutions pieuses, essentiellement en rapport avec les courants soufis. Ces ribât-s et ces khanqâh-s sont édifiés dans des zones périphériques qui se sont ainsi réurbanisées. Ch. D. met l'accent sur le fait religieux et montre comment le développement des grands courants mystiques soufis a contribué à faire d'Alexandrie un centre important, fréquenté par des lettrés d'origines géographiques diverses.

4Les articles de V. François et de R.-P. Gayraud nous offrent une perspective toute autre de l'histoire de la ville, à la fois par la nature du matériau qui constitue leurs sources — la céramique provenant des décombres de la ville — et par les conclusions qu'ils en tirent. La ville d'Alexandrie avait été peu ou très partiellement explorée sur le plan archéologique jusqu'à ces deux dernières décennies. V. F. et R.-P. G. présentent ici des réflexions synthétiques portant sur les échanges commerciaux, et dans une moindre mesure, sur la topographie de la ville, à travers l'analyse de lots importants de céramiques. Les deux auteurs restent prudents dans leurs conclusions, mais nous apportent tout de même une lumière importante quant à la place réelle de l'Alexandrie médiévale dans la vie économique égyptienne, voir méditerranéenne. V. F. a pu étudier du matériel qui s'étend du ixe au xixe siècle et qui comporte des productions d'origine géographique extrêmement variée. Elle constate l'importance des importations provenant de l'Ifriqiya (xie-xive) et du monde byzantin (xiie-xve), une assez forte présence de productions chinoises (xie-xve) et de productions ibériques (xive-xve), et quelques exemples de céramiques persanes (ixe-xve) et yéménites (xiiie-xve). R.-P. G. se base sur le matériel provenant de la Méditerranée occidentale pour examiner le rôle joué par Alexandrie en tant que relais vers l'Occident, musulman comme chrétien, et comment elle s'insère dans les réseaux commerciaux de la Méditerranée médiévale. La céramique constitue ici un complément utile pour les sources historiques plus traditionnelles, mais l'auteur insiste sur le fait qu'il est prudent de croiser sources écrites et archéologiques. On voit d'abord l'importance des échanges avec l'Ifriqiya hafside (xiiie-xive), peut-être par l'intermédiaire de commerçants occidentaux. À partir du xiiie siècle également, les importations de l'Espagne musulmane (Malaga) et chrétienne (Barcelone et Valence) représentent une proportion importante du matériel non-égyptien. À partir de la seconde moitié du xive siècle, les importations de la région de Valence dominent largement. La présence de matériel italique est encore rare à cette époque mais apparaît de manière sérieuse au xve siècle (région de Florence) et prend le dessus au xvie siècle (Toscane, Ligurie, vallée du Pô), et reflète probablement le rôle croissant des marchands génois et vénitiens. Ces deux articles apportent un regard autre que celui de C. D. et montrent une ville encore dynamique sur le plan économique, jusqu'au xve et xvie siècles, même si sa place est à considérer en fonction des autres ports égyptiens, comme Fostat-Le Caire en premier lieu, mais aussi Damiette puis Rosette, et Aydhab, Qusayr ou Tûr du côté de la mer Rouge.

5On ne peut aborder l'histoire d'Alexandrie sans évoquer le phare. Ceci est chose faite par la contribution de M. Taher qui traite de la destruction progressive de celui-ci par les séismes successifs qui ont touché l'Égypte depuis l'Antiquité. Il énumère chronologie des tremblements de terre mentionnés dans les sources, et nous montre comment, entre la deuxième moitié du xiiie et le xive siècles, le phare va être de plus en plus fragilisé et pour finir par s'écrouler. Cette énumération paraît peut-être un peu laconique. Dans son article d'introduction Ch. Décobert justifie cette présentation par la nature même des sources arabes utilisées par M. T., une volonté de rester près de l'esprit du compilateur médiéval qui aurait cherché à ordonner les faits "chaotiques", "désordonnés", imprévisibles que sont les séismes, instaurant ainsi à nouveau, en quelque sorte, l'ordre divin. Cette vision de l'utilisation des sources peut éventuellement se justifier, mais l'historien aujourd'hui ne se doit-il pas d'exploiter ses sources d'une manière plus analytique et globale que ne l'a fait ici M. T. ?

6Le Moyen-Âge ne se lit pas facilement dans le paysage de la ville, que ce soit dans sa topographie comme dans ses monuments. D. Behrens-Abouseif s'efforce de nous apporter quelques renseignements sur l'architecture musulmane, à travers les descriptions d'auteurs médiévaux, ou de relevés modernes comme ceux de la Description de l’Égypte, de Coste ou de Cassas. Malgré le peu de vestiges qui subsistent de nos jours, D. B.-A. arrive ainsi à mettre en relief les activités architecturales des diverses époques. Elle évoque l'intérêt qu'ont manifesté certains souverains pour l'architecture militaire de la ville : consolidation de l'enceinte par exemple (Badr al-Jamâlî, —alâΩ al-Dîn, al-¯âhir Baybars), construction du fort par Qâytbây. Au niveau de l'architecture religieuse D.B.-A. utilise au mieux quelques rares éléments médiévaux, et les quelques constructions ottomanes, pour essayer d'évoquer le style architectural de la ville. Mais on ne peut que constater que la vision qui en ressort à propos du Moyen-Âge reste très pointilliste. L'époque ottomane se trouve un peu mieux lotie : au niveau du décor architectural et du traitement d'éléments tels les minarets ou les coupoles, l'auteur arrive à déceler l'existence d'un style très différent de ce qui se construisait alors dans la capitale. Elle rappelle que, d'une manière générale, la province a développé des habitudes architecturales autres que ce qui se pratiquait au Caire. À Alexandrie, les tendances architecturales et décoratives sont proches de celles des grandes villes du Delta (Rosette, Fuwwa) mais on y décèle peut-être aussi une influence tunisienne.

7Cet ouvrage nous apporte quelques lueurs nouvelles sur la ville d'Alexandrie au Moyen-Âge. C'est le résultat d'un souci commun à ses divers contributeurs : éclaircir un peu le mystère qui entoure son histoire entre l'Antiquité et le xixe siècle. La ville a été abordée sous des angles différents, selon les époques, les matériaux, et les auteurs. Il serait ingrat de critiquer tel ou tel choix, ou un manque de problématique commun étant donné qu'on nous offre ici des éclaircissements nouveaux sur des aspects somme toute très variés. Un certain nombre de questions fondamentales y ont été abordées. Sa survie après la conquête arabe est-elle due uniquement à son rôle économique, ou est-ce son émergence comme lieu d'accueil pour des lettrés musulmans, soufis en particulier, qui lui redonne une vigueur nouvelle ? Faut-il considérer l'histoire de cette ville dans un contexte égyptien, arabo-musulman, ou méditerranéen ? Par contre il aurait été utile de rassembler tous les éléments bibliographiques donnés en note par les divers auteurs, spécialistes de domaines parfois éloignés, en une bibliographie générale. Les deux éditeurs, Ch. Décobert, et J.-Y. Empereur nous avertissent au début de l’ouvrage que d'autres thèmes, fondamentaux pour la compréhension de l'histoire de cette ville si mal connue, n’ont pas été abordés. Il est à espérer que ce premier recueil inaugure une série fructueuse de réflexions et de travaux autour de cette métropole.

Haut de page

Bibliographie

Salîm, ‘A. S., 1982, Târîkh al-Iskandariyya Ωa¥âratihâ fî-l-‘ a◊r al-islâmî, Alexandrie.

François V., 1998, « La céramique médiévale d'Alexandrie : Kôm el-Dikka et Kôm el-Nadoura, deux dépotoirs de la période islamique » in Colloque international d’archéologie islamique, Le Caire, IFAO, p. 319-334.

Ilbert R. (resp.), 1987, Alexandrie entre deux mondes, R.O.M.M., 46/4.

Kubiak, W., 1967, « Les fouilles polonaises à Kom el Dick en 1963 et 1964 » et « Stèles funéraires arabes de Kom el-Dick », in BSAA, 42, p. 17-26 et p. 48-70.

1969, « Overseas Pottery Trade of Medieval Alexandria as Shown by Recent Archaeological Discoveries » Folia Orientalia, 10, p. 5-9.

1975, « Inscriptions funéraires de Kom el-Dick, Iie partie », in BSAA, 43, p. 133-142.

Müller-Wiener, M., 1992, Eine Stadtgeschichte Alexandrias von 564/1169 bis in der Mitte des 9./15. Jahrhunderts. Verwaltung und innerstädtische Organisationsformen, Berlin.

Rodziewicz M., 1998, Transformation of Ancient Alexandria into a Medieval City in Colloque international d’archéologie islamique, Le Caire, IFAO, p. 369-386.

Shayyâl, J. D., 1967, Tâ’rîkh madînat al-Iskandariyya fî-l-‘a◊r al-islâmî, Le Caire.

Signalons également la parution de l'ouvrage de V. François, Céramiques médiévales à Alexandrie, Le Caire, IFAO, Études alexandrines 2, 2000.

Haut de page

Notes

1  Sur Alexandrie médiévale, citons quelques articles dans le numéro spécial de la R.O.M.M., 46/4, 1987 ; l'étude de M. Müller-Wiener (1992) ; et, en arabe, les travaux un peu plus anciens de J. D. Shayyâl (1967) et de S. 'A Salîm (1982). Des renseignements sur les vestiges archéologiques d'époque islamique sont fournis par des articles de W. Kubiak (1968), de V. François (1998) et M. Rodziewicz (1998).

2  L'auteur nous fournit une mise au point portant sur le manuscrit et sur l'identité de son auteur. Il s'agirait d'Abû l-Makârim, copte, plutôt que du Abû —aliΩ, Arménien, comme le pensait Butler qui a édité le texte en traduction anglaise en 1895.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophia Björnesjö, « Christian Décobert et Jean-Yves Empereur (ed.) Alexandrie médiévale 1, Études alexandrines 3, Le Caire, IFAO, 1998, 114 pages. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/1189

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page