Navigation – Plan du site
II. Lectures

Julia Clancy-Smith (éd.), North Africa, Islam, and the Mediterranean World : from the Almoravids to the Algerian War, London, Frank Cass, 2001, 202 p.

Akihito Kudo
p. 242-243

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le résultat d’un colloque international organisé en 1998 conjointement par l’AIMS (American Institute for Maghrib Studies) et le CEMAT (Centres d'Études Maghrébines à Tunis). Il s’agissait de se pencher sur le Maghreb dans l'optique de la "World History", un champ d'études largement méconnu des chercheurs francophones et maghrébins, comme le remarque la directrice de la publication, Julia Clancy-Smith. Il s'agit d'une approche visant à déconstruire non seulement « le paradigme de la civilisation occidentale », basé sur la « vision du monde du colonisateur », mais aussi l'historiographie nationaliste qui reproduit, paradoxalement, la narration de l'historiographie coloniale. Pour cela, les historiens de la "World History" privilégient frontières et marginaux comme objet d'étude.

2Dans le premier chapitre, c'est la frontière ibéro-marocaine qui est traitée par Amira K. Bennison. L'auteur retrace la fluctuation de ces confins dans la longue durée — entre les xiie et le xixe siècles — pour éclairer son caractère plus idéologique que politico-militaire. L'article souligne le développement parallèle, de part et d'autre de la frontière, des concepts religio-politiques tels que la croisade et le jihâd, lesquels ont contribué à la formation des États modernes. Cet article propose donc d'analyser l'histoire du Maroc et de l'Espagne comme une expérience partagée face à la même situation géopolitique, plutôt que comme des histoires qui suivent deux paradigmes différents.

3L'intérêt de la question de la frontière est également le rapport entre la ville de Sijilmassa et le prince almoravide, qui est analysé dans les deux chapitres suivants. Avant l'arrivée de l'Almoravide, Sijilmassa constituait déjà un nœud, avec Ghana, sur la route de l'or. Néanmoins l'installation de l'Almoravide modifia non seulement l'importance commerciale de Sijilmassa, mais aussi la nature de son rôle politico-social, notamment dans l'islamisation de l'Ouest du Soudan. C'est ce processus qu'analyse l'article de James A. Miller. En prenant aussi le cas de l'Almoravide et son impact sur Sijilmassa, Ronald A. Messier, quant à lui, propose une relecture de la thèse d’Ibn Khaldoun. Il s'agit de remettre en cause le modèle khaldounien de la prospérité et du déclin d'une dynastie musulmane.

4Si la question de la frontière est souvent liée à celle de l'altérité, cette dernière ne concerne pas seulement le rapport entre le monde arabo-musulman et le monde non-musulman. La perception de l'altérité au sein du monde musulman est primordiale d'autant plus qu'elle permet la construction de l'identité régionale : Maghreb et Machrek forment un couple immuable en la matière. Dans cette optique, Mohamed el Mansour analyse les représentations du Machrek par les Maghrébins à l'époque moderne, notamment dans le domaine des débats religieux. Il analyse aussi le rôle que les Maghrébins ont joué dans le Proche-Orient. C'est sur cette interaction culturelle et sociale que l'auteur met l'accent, afin d'expliquer deux traits fondamentaux de l'Islam maghrébin : soufisme et malékisme.

5Tandis que ces quatre chapitres s'intéressent principalement au Maroc, les trois suivants mettent la Tunisie au centre. En premier lieu, Dalenda Larguèche trace l'évolution de la maÌalla. Le système de ce camp militaire a joué un rôle primordial dans la formation du régime beylical, qui est non seulement une dynastie enracinée localement, mais aussi une province dans l'Empire ottoman. À travers une étude comparative, l'article analyse comment la pratique de la maÌalla a contribué à l'établissement de ce nouveau modèle du pouvoir et à sa légitimation.

6Parallèlement au cas de la maÌalla, l'article de Abdelhamid Larguèche fait apparaître le caractère propre à l'histoire tunisienne, en prenant le cas de la ville de Tunis. L'aspect cosmopolite de cette ville est étudié dans l'optique de la ville ouverte, mais l'article démontre également comment cette urbanité méditerranéenne avait été déjà minée avant 1881, et cela malgré l'activation de l'immigration trans-méditerranéenne.

7Enfin, la contribution de Edmund Burke III présente la biographie d'un certain ‘Alî b. ‘Uthmân al-Îammî, relatée dans les écrits d’un voyageur français. À travers le récit de cet ancien mamelouk de Napoléon, et bien que l’authenticité de ce récit soit plus ou moins discutable, l'on aperçoit la particularité de la Méditerranée avant la colonisation. Il s'agit d'un monde où les individus, souvent les marginaux, circulent librement et produisent des traits culturels marqués par ces croisements.

8L'ouvrage se termine avec deux études consacrées à l'interaction entre le colonisateur et le colonisé. Fidèle à la problématique des colonial studies, ces deux articles privilégient l'impact de la rencontre coloniale sur le colonisateur et dans la métropole. Dans cette optique, l'assassinat de Mauchamp en 1907 est étudié par Jonathan G. Katz. Il analyse d'abord la représentation posthume de Mauchamp dans le discours français, afin de démontrer comment la mort de ce médecin a été récupérée dans le thème de la mission civilisatrice de la France. L'auteur décrit ensuite le contexte local et international de l'affaire, en mettant à l'évidence la notion de l'honneur. Selon sa conclusion, l'assassinat de Mauchamp s'explique en termes de négociation entre les Français et les Marocains, qui cherchaient de part et d’autre une issue honorable. Son enjeu central n'est pas simplement la domination et la résistance, mais il s'agit là de la régulation réciproque de cette rencontre culturelle.

9James Le Sueur aborde, quant à lui, l'impact de la Guerre d'Algérie sur les intellectuels français. Les cas analysés sont ceux du réseau Jeanson et du Comité d’Action des Intellectuels contre la Poursuite de la Guerre en Afrique du Nord. Ces deux mouvements montrent comment la guerre a ébranlé l'identité des intellectuels métropolitains. Dans le contexte de la décolonisation, les Français avaient besoin de rétablir et de réformer leurs idéaux universels tels que ceux des droits de l'homme. Et la transformation de cette période contient, selon l'auteur, la signe précurseur de la pensée post-moderne.

10Ainsi est-il présenté un vaste panorama de chantier, sous le thème de "Maghrib in World History". Bien que la densité de chaque chapitre soit inégale, la cohérence de l'ouvrage est remarquable. Les études proposent les approches qui dépassent largement le cadre national et régional, mettant en évidence le rôle de frontière et la multitude des identités. Ce livre tente de replacer le Maghreb dans la longue durée et dans la perspective de l'espace méditerranéen. En cela, il suscitera de l'intérêt bien au-delà des spécialistes du Maghreb.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Akihito Kudo, « Julia Clancy-Smith (éd.), North Africa, Islam, and the Mediterranean World : from the Almoravids to the Algerian War, London, Frank Cass, 2001, 202 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/1190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page