Navigation – Plan du site
II. Lectures

Régis Darques, Salonique au xxe siècle. De la cité ottomane à la métropole grecque, Paris, CNRS éditions, 2000, 319 p. + 60 pl.

Meropi Anastassiadou
p. 244-254

Texte intégral

1Peu de villes du pourtour méditerranéen ont fait l’objet, ces cinquante dernières années, d’autant de travaux que Salonique, et la recherche réalisée par Régis Darques — soutenue en février 1998 en vue d'obtention d'un doctorat à l'Université de Provence — constitue une contribution importante à la connaissance de l’histoire de cette cité au xxe siècle.

2À travers le processus d'appropriation du territoire, l'auteur cherche à cerner les grandes étapes de transition de la ville ottomane vers la cité néo-hellénique. La thèse principale qui sert de fil conducteur à R. D., et que le lecteur retrouvera tout au long de l'ouvrage, apparaît on ne peut plus clairement exprimée en page 253 : « Lorsque les petites maisons juives et musulmanes du début du siècle ont été entièrement rasées et remplacées par des immeubles d'une dizaine d'étages habités par plusieurs centaines de Grecs, la rupture est brutale, la révolution foncière et démographique intégrale ».

3Les obstacles que R. D. a eu à surmonter étaient nombreux : inexistence de documents cartographiques, absence de cadastre, changement presque intégral de la toponymie dans la ville et ses environs, suspicion quasi-systématique des fonctionnaires saloniciens à l'égard d'un étranger qui non seulement parlait le grec, mais préférait de surcroît « fouiner dans les détritus plutôt que d'aller sur une plage de Chalcidique » (p. 181).

4Géographe de formation, l'auteur s'est efforcé tout d'abord de remédier au manque de matériaux cartographiques et a réalisé un Atlas de Salonique et de la Grèce du Nord. Placé en fin de volume et composé de 60 planches, celui-ci constitue un des points forts de l'ouvrage. En 60 pages, R. D. présente, en s’appuyant exclusivement sur des cartes, les principaux changements qui ont marqué Salonique et sa région depuis 1912.

5Le livre s'ouvre avec une présentation de la ville et ses environs tels qu'ils s'apprêtent à entamer le troisième millénaire.

6Salonique y est considérée comme « un pôle d'équilibre à l'échelle nationale ». De par sa taille (800 000 habitants en 1991, probablement plus d'un million à l'heure actuelle suite aux intenses vagues migratoires des dernières années), elle occupe une place intermédiaire entre Athènes et les autres villes grecques. Les facteurs qui font de Salonique un foyer d'attraction régional et international sont, selon l'auteur, nombreux : une vigoureuse renaissance des flux migratoires depuis l'étranger (Bulgares, Serbes, Albanais) ; une agriculture deux fois plus performante que celle d'Athènes ; pléthore de fonctionnaires ; un dynamisme croissant dans le domaine de l'industrie ; cela sans compter le port, le chemin de fer, l'aéroport, qui la rendent aussi facilement accessible que la capitale. Mais c'est surtout l'Université Aristote qui constitue, aux yeux de R. D., le moyen par lequel « Salonique peut revendiquer un rôle plus vaste que celui conféré par sa vitalité économique ». Avec un nombre d'inscrits aussi élevé que dans les établissements d'Athènes (pour une agglomération cinq fois plus petite), l'Université Aristote recrute non seulement à Salonique mais sur l'ensemble de la Grèce du Nord, voire même à l'étranger.

7À travers le traitement statistique de quelque 11 000 fiches d'inscription provenant de l'école d'architecture pour la période allant de 1983 à 1994, l'auteur cherche à cerner les origines des étudiants de l'université salonicienne.

8La démarche et le travail investi méritent d'être salués. Toutefois, les conclusions sur lesquelles débouche cette section doivent être lues avec la plus grande prudence. Pourquoi l'école d'architecture est-elle considérée comme un cas représentatif de la population estudiantine salonicienne ? L’auteur a choisi les années 1983-1994 comme années de référence. Qu'ont-elles eu de particulier pour qu'elles aient été adoptées comme dates butoirs de l'enquête ? R. D. n'ignore certainement pas que l'école d'architecture ne constitue qu'une infime partie de ce que les Saloniciens se plaisent à appeler panepistimioupolis (université-ville). Ne sait-il pas par ailleurs que seule la faculté des sciences économiques et juridiques, par exemple, compte plus de 20 000 inscrits par an ?

9En outre, il est étonnant de constater que l'exploration de ce corpus fort restreint a conduit l'auteur à des généralisations sur des thèmes dépassant très largement Salonique et sa région. Ainsi, après avoir indiqué que, parmi les étudiants nés à l'étranger, 38 % déclarent comme lieu de naissance l'Allemagne, R. D. ajoute que « ces chiffres tendraient à prouver que deux tiers des travailleurs émigrés vers ce pays ont pris le chemin du retour ». Qu'il nous soit permis de noter ici que la recherche dispose de nombreuses autres voies pour cerner le processus du retour au pays des Grecs d'Allemagne. En tout état de cause, les seules fiches d'inscription d'une faculté (parmi des dizaines d'autres) d'une ville (parmi des dizaines d'autres...) de Grèce ne suffisent guère à éclairer ce phénomène particulier de manière convaincante.

10La « morphologie de la région urbaine salonicienne » nous apprend que Salonique est un « flot de béton » qui s'étend sur un territoire aux limites floues en perpétuelle progression. Le centre perd de plus en plus son caractère résidentiel, mais offre encore néanmoins un paysage relativement contrasté grâce aux monuments historiques, alors que la périphérie se signale par une lassante monotonie architecturale. Ici comme ailleurs, il existe des faubourgs (au sud) pour les riches et d'autres (au nord) pour les pauvres. Autre trait marquant : la péri-urbanisation — accélérée depuis les années 1980 —, phénomène qui affecte toutes les villes du pays macédono-thrace.

11La deuxième partie de l'ouvrage porte sur la disparition des groupes ethnico-confessionnels qui habitaient la ville à l'époque ottomane, l'hellénisation de la population urbaine, les vagues migratoires de années 1990 après l'éclatement de l'ex-URSS.

12L'image de la Salonique ottomane, peuplée de chrétiens, de juifs et de musulmans, est, d'après R. D., celle d'une cité « cosmopolite ». Nulle part ailleurs dans l'Empire, note l'auteur, « ne se trouvait exprimée avec autant d'acuité la bigarrure cosmopolite balkanique ». La veille de son annexion au Royaume de Grèce, Salonique est une ville « turque par son pouvoir politique, grecque par son origine historique, juive par sa population ». Marquées par des intenses flux migratoires, les années 1910 et 1920 ont finalement débouché sur l'hellénisation intégrale de la société.

13R. D. reconnaît que les sources secondaires sur lesquelles s'appuie sa présentation démographique sont loin d'être irréprochables. Publiés en turc, en grec et en bulgare, les résultats de la statistique de 1905, par exemple, furent remaniés en fonction des besoins des différentes propagandes.

14Pour ce qui est des parts revenant aux divers groupes ethnico-confessionnels, l'image de la population apparaît fondamentalement exacte. Toutefois, les données chiffrées qui nous sont proposées ne concernent pas toujours l'agglomération urbaine (la ville intra muros accompagnée éventuellement des faubourgs immédiats), mais portent souvent sur une superficie plus vaste, connue, dans le vocabulaire administratif ottoman, sous le nom de kaza. Ainsi, si la statistique de 1905 (version turque) dénombre pour le kaza de Salonique quelques 130 000 habitants, celle publiée la même année dans l'annuaire officiel (salname) de la province — et que l'auteur semble parfaitement ignorer — recense pour la seule agglomération (sans la campagne environnante) un peu plus de 80 000 personnes.

15Si la valeur des nombreux recensements de population effectués après les années 1850 par les autorités ottomanes, et après 1912 par les Grecs, demeure fort discutable, c'est précisément parce que ceux-ci ne couvrent pas toujours le même espace, les limites des circonscriptions ayant été fréquemment modifiées au cours de cette période. Dans sa présentation, l'auteur tient compte de cet élément et avertit son lecteur du caractère relatif des éléments qu'il lui fournit. Cependant, intéressé par le xxe siècle, il jette un regard trop rapide sur le parcours de Salonique avant 1850. Ainsi, il affirme (p. 61) que « dans la seconde moitié du xviiie siècle, la métropole atteint 70 000 à 80 000 âmes ». Aucune référence ne vient appuyer cette assertion. Au demeurant, il n'est guère précisé si ce chiffre correspond à la ville intra muros (et les murailles étaient à cette époque là encore intactes !) ou s'il couvre l'ensemble de la province. Les historiens de la période ottomane n'ignorent pas que, selon le premier recensement officiel réalisé en 1831, la population masculine de la ville de Salonique s'élevait, dans les années-là, à 12 714 personnes. L'écart entre ce chiffre (même multiplié par deux) et celui proposé par R. D est si important qu'il est très difficile pour le lecteur de ne pas regretter, sur ce point précis, un certain manque de rigueur.

16D'une manière générale, R. D. ne semble pas s'être véritablement penché sur le passé ottoman de Salonique. Les nombreuses références à cette période sont trop rapides, assez superficielles et s'avèrent parfois inexactes. Si l'auteur ne prétend pas retracer le parcours de la cité ottomane, il n'en reste moins qu'une bonne connaissance de celui-ci apparaît indispensable pour pouvoir mener à bien un projet aussi ambitieux que celui qu'il a entrepris.

17À Salonique, et dans toute la Grèce du Nord, après les guerres balkaniques et surtout après 1923, les réfugiés constitueront le principal « instrument d'une politique de colonisation ». Leur installation a débouché sur une redistribution complète de la population. En 1928, note R. D., 275 communes en Grèce du nord, affichent un taux de population réfugiée supérieur à 80 %.

18L'auteur consacre aussi quelques paragraphes à la période de l'occupation allemande (1940-45), laquelle fut suivie par une guerre civile particulièrement meurtrière (1945-1949). Malgré les sérieuses lacunes, la pénurie de références bibliographiques et la rapidité avec laquelle cette période y est contée, « Salonique au xxe siècle », nous apprend l'essentiel : sur le plan démographique, la principale conséquence de la guerre civile fut la désertification des campagnes. Devenus fort insécures, les villages se sont vidés de leurs habitants qui ont trouvé refuge et protection dans l'anonymat des grandes villes.

19Salonique a attiré la majeure partie de ces vagues, et pendant les vingt premières années d'après-guerre a « étouffé la croissance de la plupart des villes en Grèce du nord ». Ce n'est qu'à partir de 1970 que la population de ces dernières a commencé à croître, probablement en raison de la saturation de l'agglomération salonicienne.

20Le cinquième chapitre de l'ouvrage : « Salonique sans les anciens Saloniciens : une régénération démographique complète », mérite tout particulièrement que l'on s'y arrête. Prenant appui sur un échantillonnage de 2 276 actes de mariage provenant des registres communaux d'état civil (lixiarcheia) de cinq communes pour les années 1930, 1960 et 1990 (considérées comme « des grandes étapes de l'histoire contemporaine de la métropole »), l'auteur cherche à cerner l'origine géographique des nouveaux Saloniciens

21La démarche et la méthode employées par R. D. afin d'identifier les horizons géographiques des Saloniciens d'aujourd'hui sont incontestablement pertinentes. Cependant, l'analyse proposée manque souvent de subtilité. Nous apprenons ainsi que près de 70 % des Saloniciens mariés au tournant des années 1930 « sont nés à l'étranger ». Certes, d'un point de vue strictement géographique R. D. a raison : les dizaines de milliers de réfugiés qui ont inondé la capitale macédonienne étaient venus au monde dans des régions incluses, en 1930, dans un autre pays, la République de Turquie fondée quelques années auparavant. Il n'empêche qu'ils étaient porteurs de la même culture et de la même religion que les Grecs qui peuplaient déjà Salonique. Les Rûm de la mer Noire avaient plus de points communs avec leurs coreligionnaires macédoniens qu'avec les habitants musulmans des villages pontiques.

22L'ouvrage contient plusieurs assertions du même type. Toujours en ce qui concerne ces Saloniciens mariés en 1930, nous lisons : « Salonique n'est plus une ville ottomane depuis une quinzaine d'années, mais elle n'a jamais été aussi micrasiatique qu'après le départ des Turcs ». Faut-il comprendre que « micrasiatique », « pontique » ou « anatolien » sont synonymes de « turc » et que, inversement, les termes « rouméliote », « macédonien », « épirote », etc. correspondent à une identité grecque ? Si telle est l'opinion de R. D., elle est pleinement fausse. Les musulmans de Yanina, ceux de Crète ou de Salonique ne se sont jamais considérés comme des Grecs, bien qu'ils fussent très attachés (et que leurs petits-enfants le soient encore) à leur lieu d'origine.

23Dans ce même passage, l'auteur observe que « aucun mariage mixte (inter-confessionnel) n'a jamais pu être relevé que ce soit entre chrétiens et musulmans ou entre chrétiens et juifs ». Pour conclure : « le cloisonnement social est tel que des barrières infranchissables, mais invisibles se dressent entre les diverses communautés ». Cette remarque est étonnante à plusieurs égards. Tout d'abord, parce qu'elle est en totale contradiction avec les éloges — parsemées un peu partout dans l'ouvrage — au « cosmopolitisme » salonicien de l'époque ottomane. L'usage de ce terme est, de toute évidence, abusif et erroné. Cosmopolite est celui qui (cf. Le Petit Robert tout simplement) « se considère comme citoyen de l'univers, qui vit indifféremment dans tous les pays, qui s'accommode de mœurs nationales variées, qui subit des influences de nombreux pays ». La coexistence, dans la société ottomane, de communautés ethnico-confessionnelles différentes ne ressemble en rien — les historiens de l'Empire ottoman le savent bien — à une telle situation d'échanges et d'ouverture. L'éclatement de l'Empire, la constitution des États nationaux, le départ massif des gens de leurs foyers ancestraux de part et d'autre de la mer Egée, constituent une preuve on ne peut plus tangible de cette absence de cosmopolitisme du moins dans le xixe siècle ottoman.

24Désignés dans le langage courant sous le nom de Rosopondioi, les Grecs du Pont, arrivés à Salonique massivement après l'effondrement de l'Union soviétique et l'ouverture des frontières, retiennent tout particulièrement l'attention de l'auteur. Une première question qui se pose à leur propos est celle de leur statut : réfugiés ou immigrés ? Les Pontiques se sont trouvés dans une situation intermédiaire, les mouvements de populations en provenance de l'ex-URSS répondant à ces deux critères circonstanciels.

25Au-delà de ces considérations administratives, la première étape d'intégration, surtout sur le plan socio-professionnel, consiste à apprendre le grec moderne, la langue parlée par les Pontiques étant très éloignée du grec démotique d'aujourd'hui. Au demeurant, ces nouveaux venus ont à faire face aussi à l'hostilité des « autochtones » : pour être admis, il doivent réussir à démontrer leur origine grecque, entreprise extrêmement difficile à cause de la barrière linguistique.

26Selon R. D., le départ des Pontiques de leurs foyers s'est opéré en trois phases. La première vague de migrants part en 1988, dès l'ouverture des frontières, « par patriotisme, afin de retrouver leurs racines culturelles ». Ceux qui quittent leurs maisons en 1990-91 cherchent plus simplement à sauver leurs vies menacées par le conflit armé du Haut-Karabakh. Enfin, plus récemment, le troisième flux est principalement dû à la détérioration des conditions de vie et le marasme économique dans les pays d'origine. Dans tous les cas, ajoute l'auteur, « l'aspiration à rechercher une plus grande sécurité matérielle est relayée par le ressentiment et l'agressivité des communautés musulmanes envers les Grecs du Pont ». Ce chrono-diagramme de l'émigration pontique, et surtout les motifs qui l'ont engendré, sont dessinés notamment dans des longs articles que le quotidien local « Makedonia » a consacrés, à intervalles réguliers, au phénomène. Il correspond probablement, en grande partie, à la réalité. Toutefois, force est de signaler que l'auteur prend les écrits de « Makedonia » entièrement à son compte, bien qu'il n'ignore pas probablement le caractère fortement engagé en faveur des idéaux de l'hellénisme de ce journal.

27C'est dans la troisième partie de l'ouvrage (« La métamorphose urbaine et l'écueil foncier de l'appropriation territoriale ») que R. D. entre dans le vif du sujet. Au lendemain de son rattachement au Royaume de Grèce, Salonique « souffre, sur le plan foncier, d'un paradoxe intenable : passée sous souveraineté hellénique, la propriété du sol demeure légalement entre les mains de communautés non-grecques orthodoxes ». L'absence de tout cadastre confère aux affaires immobilières un flou que l'État aura tout avantage à maintenir. D'après R. D., sur le plan démographique et spatial, la rupture avec le passé ottoman a primé, l'exclusion et la segrégation ont dominé ; en revanche, la transition foncière s'est fondée, elle, sur l'assimilation et l'intégration du legs antérieur et s'est effectuée avec une telle lenteur que plusieurs cas attendent encore quelque jugement des tribunaux grecs.

28L'auteur exagère certainement lorsqu'il affirme que « la Direction des Archives de Macédoine [où sont conservés les registres cadastraux ottomans] est quotidiennement assaillie par les demandes de justificatifs », que « le recours au cadastre ottoman est une étape pratiquement systématique pour toute affaire foncière » (p. 179) et que « de ce point de vue, Salonique est encore sous administration ottomane ». Il importe de souligner ici, qu'en l'an 2001, le marché immobilier à Salonique se passe très facilement des déchiffreurs de documents ottomans jaunis ! Dans le milieu des avocats et des notaires, il n'y a aujourd'hui, dans cette ville, qu'un seul cabinet spécialisé dans des affaires relatives au droit foncier ottoman. Si ce domaine s'était avéré être une poule aux œufs d'or, les étudiants en droit auraient assurément fait l'effort d'acquérir la compétence voulue.

29En réalité, des tels justificatifs [ottomans] ne sont nécessaires, selon la loi 1473/1984 (que l'auteur cite, d'ailleurs, lui-même, p. 180), que lorsqu'il y a expropriation de terrains intégrés dans le plan urbain. Dans ces cas, pour prétendre à un dédommagement, le propriétaire doit prouver que son droit de propriété s'appuie sur un processus ininterrompu de transmissions et, pour cela, remonter jusqu'au premier propriétaire du bien, c'est-à-dire, aux yeux du législateur grec (qui n'a guère les moyens d'aller plus loin...), celui qui disposait d'un titre ottoman. La seule exception à cette règle est, selon le droit grec, le cas de l'usucapion (c'est-à-dire la possession et l'utilisation du bien de manière continue pendant 40 ans) qui fonde un droit de propriété dont l'antériorité n'est pas à démontrer.

30Cette partie de l'ouvrage prend appui sur une variété et une quantité de sources impressionnantes. R. D. a consulté les fonds de la Commission de gestion de la propriété de l'échange (Epitropi Diacheirisis Antallaximou Periousias), du Service foncier de l'État (Ktimatiki Ipiresia tou Dimosiou), des bureaux fonciers des ministères de l'Agriculture, de la Prévoyance, de l'Aménagement ainsi que ceux de la mairie. En revanche, l'Hypothikophylakio, organisme où sont consignés tous les actes notariaux portant sur des transactions immobilières, « est resté portes closes devant mes injonctions [!!] ». Signalons, à l'attention de l'auteur, que l'accès aux archives de ce service n'est autorisé qu'aux membres des professions juridiques (avocats, notaires, magistrats, huissiers judiciaires...) et que les dérogations à cette règle sont rarissimes...

31Décidément, les échanges et interférences entre ressortissants de groupes ethnico-confessionnels différents dans l'espace urbain ottoman est une question qui tracasse véritabement R. D. La troisième partie de son livre s'ouvre avec quelques pages consacrées à nouveau à ce sujet. L'auteur y exprime ses réserves en ce qui concerne deux publications fondamentales pour l'histoire de Salonique. La première est l'ouvrage collectif paru en 1992 aux éditions Autrement sous la direction de Gilles Veinstein et intitulé Salonique 1850-1918. La ville des Juifs et le réveil des Balkans. La deuxième est la Topographie de Thessalonique pendant la turcocratie de Vasilis Demetriadis, publiée en 1983 et devenu vite incontournable pour tous ceux qui ont étudié depuis la Salonique ottomane. Dans les deux cas, il s'agit, selon R. D., de travaux qui présentent une segmentation du tissu social en ensembles homogènes, promeuvent « l'idée d'une juxtaposition d'éléments séparés et préfère[nt] la marqueterie au paysage humain imbriqué ». Demetriadis, en particulier, bien qu'il prenne le soin de mentionner les espaces mixtes, ne les considère pas en tant que tels, ceux-ci ne s'y trouvent pas représentés sur sa carte de synthèse. « Chaque communauté est traitée indépendamment des autres, leurs rapports mutuels ignorés ». En pensant sans doute surtout aux secteurs marchands, R. D. affirme que « le côtoiement permanent de personnes diverses sur un territoire réduit implique que les échanges priment sur les divisions ». « Le territoire devient ainsi un agent d'intégration particulièrement efficace, propice à la mixité des rapports sociaux », souligne l’auteur.

32On peut cependant légitimement se demander si les relations de voisinage suffisent à créer des véritables liens sociaux entre individus de culture et de religion différentes. Habiter le même quartier (voire le même immeuble), être juif et faire ses courses chez un épicier grec, acheter son yaourt chez un laitier bulgare, être musulman et souhaiter « Joyeux Noël » à la famille catholique voisine sont certes des actes courants du quotidien. Si ceux-ci indiquent que les gens ne mènent pas leur vie entourés de barrières ethnico-confessionnelles hermétiques, cela ne démontre pas pour autant l'existence de réels échanges, de réseaux de solidarité et d'entr'aide, d'alliances matrimoniales. Les « historiens spécialisés » n'ont aucune raison particulière de promouvoir l'idée d'un sacro-saint clivage ethno-confessionnel et si leurs travaux font ressortir une telle image, c'est tout simplement parce que la mixité réelle, profonde (et non pas celle des simples échanges de petit commerce) n'apparaît pas encore clairement à travers les matériaux concernant la période ottomane. Rappelons à cet égard que l'auteur affirme n’avoir lui-même relevé aucun mariage inter-confessionnel au sein du corpus qu'il a consulté. Est-ce un hasard ?

33Quoi qu'il en soit, ces références à ce qui est défini comme le « cosmopolitisme » ottoman ne modifient pas l'hypothèse de départ et l'objectif principal de l'enquête. Qu'il y ait eu ou non mixité intercommunautaire dans la Salonique ottomane, la période après 1912 est celle d'une hellénisation systématique aussi bien sur le plan démographique qu'en ce qui concerne le droit de propriété sur les biens fonciers urbains.

34L'événement le plus marquant de ce processus d'appropriation du territoire par les Grecs est l'incendie d'août 1917 qui, en quelques heures, laisse 70 000 personnes sans abri. Ceux-ci sont, dans leur écrasante majorité, des juifs. Le feu les chasse de leurs quartiers historiques, détruit leurs synagogues et leurs écoles. Après le rattachement de la ville au Royaume de Grèce, les musulmans s'en étaient allés par vagues successives, les Slaves qui ne s’étaient pas grécisés partirent également. Les juifs, eux, admirent la citoyenneté hellénique, mais se sentirent manifestement d'autant plus mal à l'aise dans cette nouvelle identité grecque que pendant les dernières décennies de l'Empire ottoman ils n'avaient pas cessé de clamer leur ottomanité. Les autorités helléniques, quant à elles, souhaitaient l'homogénéité ethnique et religieuse de la population citadine. À cause de ce contexte politique particulier, il y a toujours eu un doute quant à l'origine accidentelle de l'incendie de 1917. Acte volontaire ou non, cette catastrophe est aussitôt mise à profit par le gouvernement d'Athènes qui décide l'expropriation générale de la zone sinistrée. La vente des nouveaux lopins se fait aux enchères publiques, les anciens propriétaires bénéficiant d'un droit de préemption. L'espace endommagé est redessiné : le plan Hébrard, qui sera très partiellement appliqué, effacera l'aspect oriental dans cette partie de la ville au profit d'une architecture occidentale.

35Comment les biens fonciers qui appartenaient à des juifs, des musulmans, des Bulgares, des Arméniens, etc... sont-ils devenus propriété des Grecs ? Ces derniers sont-ils des usurpateurs ou se sont-ils vu transférer des droits de propriété par voie parfaitement légale ? R. Darques consacre tout un chapitre (« Imbroglio juridico-foncier et transferts de propriété intercommunautaires consécutifs à l'incendie de 1917 ») aux rapports entre droit ottoman et droit grec. Sa démonstration s'appuie, pour l'essentiel, sur l'ouvrage que Georgios Nakos, professeur d'histoire de droit à l'université de Salonique, avait publié en 1984 à propos du statut juridique, au sein du nouveau Royaume de Grèce, des terres publiques ottomanes entre 1821 et 1881.

36Il convient cependant de remarquer d'emblée que le travail de Nakos porte seulement sur le sort des terres publiques (et de surcroît agricoles pour l'essentiel) jusqu'en 1881. S'agissant du statut des biens fonciers urbains après 1912, la situation est beaucoup plus complexe. Au début des années 1830, le centre historique de Salonique est constitué, dans sa majeure partie, de biens vakf. L'étude des registres des fondations pieuses, conservés aux Archives de Macédoine, suffit à le démontrer. À l'heure actuelle, nous ne disposons d'aucune recherche faisant ressortir l'évolution du statut de ces propriétés. Cependant, la vente massive à des particuliers, opérée après 1850 un peu partout dans l'Empire par le ministère des fondations pieuses, de legs pieux peu rentables, est un phénomène bien connu des ottomanistes. Si des telles transactions ont eu lieu à Salonique aussi (ce qui reste à vérifier !), cela signifie qu'en 1912, le sol urbain était, en partie du moins, possédé à titre de mülk (pleine propriété). Dans de tels cas, il n'existe pas sur le bien un simple droit de « domination » (tasarruf) : son possesseur est libre d'en disposer comme il veut. Or, la question de la transition juridique en matière de droit foncier se pose surtout lorsqu'il s'agit de terres publiques (miri). La principale faiblesse de la démonstration proposée dans cette partie de l'ouvrage provient de la méconnaissance du statut juridique précis des biens immobiliers du centre-ville salonicien à la fin de l'époque ottomane.

37Le fil conducteur qui guide l'auteur dans ce chapitre est simple : « aucun rapport de succession n'existant entre le gouvernement turc aboli et les autorités helléniques, l'affrontement entre le droit grec et le droit ottoman s'est immédiatement résolu par la victoire du premier sur le second ». En filigrane, nous lisons que l'acquisition de biens fonciers par des Grecs (nouveaux habitants de la cité) est dépourvue de fondement légal. En réalité, en dépit de l'incompatibilité (quasi-totale) entre système juridique musulman et droit byzantino-romain (sur lequel s'appuie le droit grec actuel), la législation hellénique a pris le soin d'intégrer, au moyen de traités et de conventions (mentionnés d'ailleurs par R. D.), de nombreuses dispositions provenant du droit musulman, afin d'assurer un minimum de continuité mais aussi de conférer un caractère légal aux transferts opérés.

38Dans ce processus de redistribution du territoire urbain, l'incendie de 1917 représente un réel tournant. Aussitôt après le sinistre, une commission cadastrale se met en place. Sa principale mission est d'inventorier les déclarations des sinistrés relatives à leurs propriétés. Les registres établis lors de cette entreprise qui a duré jusqu'en 1919 n'ont pu être retrouvés. En revanche, au cours de ses investigations, l'auteur a fait une découverte remarquable : 28 volumes recensant au total 5 600 titres et datés des années 1922-23 ainsi qu'un registre contenant 1 500 déclarations.

39L'étude de ce corpus a permis R. D. de connaître l'appartenance ethno-confessionnelle des déclarants. Principale conclusion : bien que les juifs soient très fortement représentés parmi les victimes de l'incendie, ce sont surtout les musulmans et les slaves qui ont été, toutes proportions gardées, le plus lésés par le feu.

40Autre constatation : alors que les israélites adoptent massivement la nationalité hellénique (85 % des déclarants juifs), les musulmans, eux, se définissent toujours comme sujets ottomans (93 %). À la fin des années 1910, les juifs Hellènes habitent toujours à Salonique, les Turcs ont plié bagage mais sont restés en position de réclamants vis-à-vis de l'administration hellénique. Au total, « à peine 53 % des propriétaires sinistrés résident encore à Salonique après la catastrophe ». L'auteur note que « Salonique est grecque sur le plan politique mais les biens-fonds appartiennent pour moitié à des personnes domiciliées en dehors des frontières nationales ».

41Les résultats de la vente aux enchères organisée pour redistribuer la zone incendiée sont sans surprise : les Grecs en sont les principaux bénéficiaires ; les juifs ne s'en tirent pas trop mal ; les grands perdants sont les Turcs.

42La situation se complique quelques années plus tard, en 1923, lorsque la ville reçoit les vagues des migrants ayant fait l'objet de l'échange des populations entre la Grèce et la Turquie stipulé par le Traité de Lausanne.

43Les réfugiés s'entassent à la périphérie, alors que dans le centre-ville un grand nombre de maisons désertées attendent pendant des années d'être distribuées. Le coup est particulièrement dur pour les juifs qui, n'ayant pas la qualité de réfugiés, ne peuvent pas se porter acquéreurs de biens-fonds musulmans. Les Grecs s'emparent ainsi de 93 % du parc immobilier musulman. Spectaculaire par son ampleur, cette opération de redistribution de terres bénéficie de la couverture et du soutien juridique offerts par le traité international. Les conflits judiciaires nés au cours de cette période sont nombreux. Certains d'entre eux se prolongent jusqu'aujourd'hui. L'auteur prend le soin de présenter les détails de quelques-uns de ces « dossiers litigieux » et « procès juridiques à rallonge ».

44Dans les campagnes, le relogement des Micrasiatiques passe par l'expropriation de parcelles agricoles ou par la concession de terres de l'État, suivie par un tirage au sort.

45Les propriétés vacantes ou abandonnées (non seulement par les musulmans mais aussi par les juifs, slaves, etc...) deviennent propriété de l'État et — à moins qu'un occupant ne se manifeste — sont vendues aux enchères.

46Enfin, dans le dernier chapitre de « Salonique au xxe siècle », l'auteur se tourne vers trois quartiers du centre-ville qui ont été épargnés par les ravages du béton. La description très minutieuse qui est faite de ces secteurs débouche sur une conclusion que le lecteur connaît déjà bien : « les israélites sont mis en minorité au cœur même de leurs quartiers historiques ; la reconstruction n'a laissé aucune place aux musulmans ».

47Au total, « Salonique au xxe siècle » est désormais un ouvrage de référence pour toute enquête portant sur la deuxième cité de Grèce entre 1912 et 1990. L'"Atlas" élaboré par R. D. constitue un outil de recherche indispensable et comble une sérieuse lacune dans le domaine de la cartographie de la région. La combinaison d'une approche sérielle à celle des études de cas parvient, par ailleurs, à jeter une ample lumière notamment sur les divers processus juridiques et judiciaires — souvent très complexes — et à les rendre compréhensibles par un large lectorat.

48En outre, il faut savoir gré à R. D. d'avoir porté un regard attentif à l'ensemble de la région sur laquelle Salonique a une emprise. Dans son livre, la ville n'est pas coupée de l'arrière-pays, mais se trouve replacée dans un environnement plus large, ce qui permet de mieux mesurer son rôle et son poids social et économique.

49Cependant, comme toute recherche stimulante, « Salonique au xxe siècle » suscite aussi des critiques plus ou moins importantes.

50La première remarque s'adresse plus à l'imprimeur qu'à l'auteur : neuf fois sur dix, l'accentuation des mots en caractères grecs est erronée. C'est dommage pour une édition aussi soignée par ailleurs, d'autant plus que le grec moderne ne compte pas parmi les langues les plus exotiques de la planète...

51En page 45, l'auteur traduit le toponyme de Kalamaria par « les beaux quartiers ». Signalons toutefois que ce nom apparaît déjà dans les chroniques byzantines et qu'à cette époque le secteur n'était pas, en principe, habité pour qu'il y ait eu de « quartiers ». D'après la version la plus répandue (cf. notamment O. Tafrali, Topographie de Thessalonique, Paris : P. Geuthner, 1913), Kalamaria signifie « le bon côté » (kali meria) et fait probablement référence aux effets bénéfiques sur ce secteur des vents dominants.

52Il importe aussi d'attirer l'attention du lecteur sur la traduction erronée de l'adjectif « ktimatikos ». Celui-ci est donné systématiquement comme « cadastral ». En réalité, « ktimatikos » signifie foncier, le terme cadastral correspondant, en grec moderne, à « ktimatologikos ». S'il nous semble indispensable d'indiquer ici cette erreur, c'est pour éviter les confusions : l'auteur note, dans son introduction, qu'une des difficultés majeures de son entreprise a été l'absence de cadastre en Grèce. Il prend même le soin d'ajouter que l'administration grecque s'est vue, ces dernières années, contrainte par Bruxelles d'en commencer l'élaboration. Or, dans toute la troisième partie de son ouvrage, R. D. utilise le terme cadastral (en traduisant le mot « ktimatikos ») pour des périodes pendant lesquelles celui-ci ne pouvait guère s'appliquer. Il en va de même pour tous les organismes publics auxquels est attribuée la fonction de « cadastral ». Ainsi, par exemple, la « Ktimatiki Ipiresia tou dimosiou » n'est pas le « Service cadastral de l'État », mais le « Service foncier de l'État ». En revanche, le terme cadastral est correct s'agissant de registres ottomans ayant ce caractère (ktimatologika tefteria).

53Dans un autre ordre d'idées, l'approche systématiquement quantifiée crée un sentiment de perplexité et de frustration. Aussi bien pour la période ottomane que pour celle après 1912, le dynamisme de Salonique et des autres agglomérations étudiées se mesure quasi-exclusivement en fonction du nombre de leurs habitants. Aux yeux de l'auteur, l'unique critère de l'urbanité semble être le nombre total d'hommes et de femmes que l'on recense dans un lieu. Cependant, les historiens de villes le savent bien, la vitalité d'une société dépend aussi beaucoup — et peut-être surtout — de facteurs culturels et économiques.

54Ainsi, si à travers « Salonique au xxe siècle » nous arrivons parfaitement à chiffrer l'ampleur des vagues migratoires, les traits culturels et sociaux de ces populations restent encore malheureusement dans l'ombre. Les musulmans qui quittent massivement la ville après 1912 n'emportent pas seulement leurs bagages et des titres de propriété ; avec eux, disparaissent aussi leur savoir-faire, leurs croyances, leurs coutumes, leurs projets. De même, les micrasiatiques qui les remplacent ne constituent pas des simples membres d'un troupeau qui change de berger et de bergerie. Ils sont porteurs d'une mémoire et d'une amertume collectives mais aussi de beaucoup d'espoirs. Ces aspects, qui auraient sans doute donné plus d'« humanité » au récit, manquent totalement dans « Salonique au xxe siècle ».

55Depuis le début de son travail, l'auteur a une thèse et déploie tous ses efforts pour la démontrer. La Salonique ottomane était une cité « cosmopolite » que l'État grec a réduit, par divers moyens à légitimité discutable, à un corps parfaitement homogène du point de vue ethnique et confessionnel. Et comme si cette rupture n'était pas suffisante, il a facilité l'appropriation des biens qui appartenaient à des non-Grecs par la nouvelle population grecque orthodoxe de la ville. L'auteur a parfaitement raison : les choses se sont passées ainsi.

56Cependant, cette autopsie de Salonique que nous livre R. Darques n'est valable que jusqu'aux début des années 1990. Aujourd'hui, elle apparaît de plus en plus caduque. Qu'en sera-t-il dans dix ans ?

57Depuis l'effondrement du bloc soviétique, on assiste en effet à un retournement spectaculaire de la situation. Ce ne sont pas seulement les Grecs du Pont qui contribuent à la diversification du paysage humain. À côté d'eux, la ville a accueilli des migrants d'origines très variées : Albanais, Bulgares, Ukrainiens, Ouzbeks, Géorgiens, Arméniens, Roumains... Dans les rues, on entend toutes les langues. Des épiceries de produits des pays de l'Est introduisent des modes d'alimentation inconnues aux Méditerranéens. Les rubriques « annonces de mariage » dans les journaux locaux permettent de constater que le nombre des Grecs qui unissent leur vie avec des étrangers ne cesse d'augmenter. Dans le monde des affaires, les associations avec des gens venus d'ailleurs sont de plus en plus fréquentes. Pour ceux qui sont arrivés à Salonique au début des années 1990, le processus d'intégration semble s'être estompé : plusieurs domaines professionnels sont quasiment monopolisés par ces migrants. C'est peut-être aujourd'hui, à l'aube du troisième millénaire qu'il y a, à Salonique, pour la première fois dans son histoire, un réel air de « cosmopolitisme » qui souffle. La ville qui avait vécu repliée sur elle-même depuis 1912 offre actuellement l'image d'une grande ouverture envers les Balkans voisins et même au-delà.

58Dans le chapitre consacré aux Grecs du Pont, l'auteur soulève la question de l'arrivée de ces migrants de provenance soviétique et balkanique. Mais il le fait pour sous-tendre son hypothèse de départ qui ne reconnaît aux Saloniciens — même à l'ère de la mondialisation ! — la moindre tolérance envers des étrangers.

59Enfin, que Salonique aborde une nouvelle phase de son changement se lit aussi dans les nombreux équipements culturels mis en place ces dernières années ainsi que dans les efforts déployés pour revendiquer une place au sein du réseau des cités européennes. Si la ville s'est montrée mal préparée pour assumer son rôle de « capitale culturelle de l'Europe » en 1997, elle a su en tirer profit pour se doter d'une imposante « maison de la musique » (megaro mousikis). Le musée byzantin, celui consacré à l'art contemporain, la restauration du « théâtre royal » doivent également être mis au crédit de ce rémodelage qui ne vise plus seulement au développement purement économique mais promet un changement qualitatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meropi Anastassiadou, « Régis Darques, Salonique au xxe siècle. De la cité ottomane à la métropole grecque, Paris, CNRS éditions, 2000, 319 p. + 60 pl. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/1191

Haut de page

Auteur

Meropi Anastassiadou

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page