Navigation – Plan du site
II. Lectures

Narjys El Alaoui, Le Soleil, la Lune et la Fiancée végétale. Essai d'anthropologie des rituels. Les Idaw Martini de l'Anti-Atlas, Maroc, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, 208 p., bib., ill.

Catherine Hincker
p. 255-257

Texte intégral

1Narjys El Alaoui nous propose d'aborder les Idaw Martini — qui forment une entité territoriale proche et en même temps distincte du groupe des Isaffen — par le biais de leurs pratiques rituelles. Sur ce groupe, peu connu, de l'Anti-atlas marocain, aucune étude de cette ampleur n'a jusqu'à présent été réalisée. Défrichant cet espace nouveau - où seuls quelques rapports militaires, ethnographiques ou documents rédigés par des lettrés, et maintenant anciens, font mention des Idaw Martini – l'auteur s'est fixé comme consigne d'observer et de décrire le plus minutieusement possible les rites avant de procéder à toute analyse ou hypothèse interprétative. On ne peut que se réjouir de cette démarche rigoureuse et scientifique qui permet de construire la connaissance de ce groupe sur des bases solides et qui rend possible, par ailleurs, les comparaisons avec d'autres pans du monde berbère.

2Dans une introduction (p. 14-35) très riche en information sur le milieu, l'organisation sociale et territoriale de ce groupe, je retiendrai l'analyse historique (p. 15-17) faite notamment à partir du Kennach, livre écrit selon toute vraisemblance par un notable des Idaw Gnidif. Comme pour d'autres groupes berbères (je pense notamment aux Touaregs Imédédaghen), c'est après la destruction d'une ville (ici celle de Tamdult Uqqa), qu'un groupe (les Isaffen) se disperse en direction d'un lieu (ici l'oued Aqqa) pour se réorganiser politiquement sous la forme que nous connaissons actuellement.

3Le propos de Narjys El Alaoui est de montrer la cohérence et en même temps les variations du système rituel qui scandent la vie des Idaw Martini. En fragmentant les pratiques rituelles observées, afin d'en dégager les invariants qui en constituent la charpente, elle établit une premier grille d'analyse. Les rites s'inscrivent dans une famille ritologique globale (construite sur le calendrier solaire ou lunaire ou sur des pratiques occasionnelles : mariage, circoncision…) ; ils regroupent des « faits globalement tripartites (avant, pendant et après mutation) greffés sur une entité ritologique (ou sujet rituel) centrale et structurante, traversée par l'intention et l'action » (p. 37). Ces entités ritologiques (humaines, animales, végétales) renvoient à une ou plusieurs catégories ritologiques (agraire, domestique, sacrificielle…) où sont enchâssées des unités ritologiques (mariage pour la catégorie domestique par exemple). Les différents chapitres (rites calendaires, rites occasionnels, rites autres et rites domestiques) suivent le découpage de cette grille.

4Narjys El Alaoui présente, dans le premier chapitre (p. 37-82), les rites calendaires des Idaw Martini où elle distingue les rites solaires, les rites solsticiaux et les rites lunaires. Bien que ce ne soit pas nouveau, l'auteur montre, de façon très convaincante, la prépondérance du calendrier agraire, qui suit le rythme solaire, sur le calendrier lunaire d'influence musulmane et d'introduction plus récente. Le cycle agraire se décompose en différentes étapes (les labours et semailles, moisson, dépiquage, vannage et ensilage, ponctués de rites) ; il se termine par l'assif¥,rite purificatoire, qui marque le passage d'un cycle agraire à un autre (p. 44-51). À cette occasion, une tige de maïs ou un roseau sur lesquels sont attachés des morceaux d'étoffe ou de laine sont lapidés avec des fruits secs par des enfants et des adolescents sur le haut d'une montagne. Les rites solsticiaux sont, quant à eux, au nombre de deux. Le premier, au moment du solstice d'hiver est appelé(dyyi¥innayr). Dans les conceptions cosmogoniques des Idaw Martini, le monde naturel, emprunt d'une grande fragilité, est en équilibre sur la corne d'un bovin mâle. À la nuit de l'an, le monde se déplace d'une corne à une autre, et les rites pratiqués ont pour fonction d'empêcher le monde de basculer dans le néant, de sombrer dans l'apocalypse. Le rite associé au solstice d'été (ama'shur), même s'il est maintenant accompagné d'une célébration au saint Sidî ‘Abdallâh u Dawd, met en scène les représentations liées à l'eau comme vecteur de la fertilité. À cette occasion, les enfants ramassent dans les montagnes des coquillages dont ils font des colliers. Puis ils réclament un repas composé d'un couscous d'orge et de boyaux séchés conservés depuis la célébration du sacrifice ibrahimien (‘aïd). Ils écrasent leurs colliers de coquillages sur la porte de ceux qui leur refusent ce repas. Puis, ils se rendent sur la tombe de Sidî ‘Abdallâh u Dawd et accrochent ou écrasent leurs colliers de coquillage sur la porte. Les rites lunaires pratiqués par les Idaw Martini sont, quant à eux, essentiellement musulmans : ramadan, petit et grand, ‘aïd, pèlerinage sur les lieux saints et mouloud.

5Les rites occasionnels (p. 83-89) ont lieu à des dates variables. Ils mobilisent les femmes (sacrifice d'une volaille consommée avec une bouillie d'orge sur la tombe d'un saint), les hommes (abattage d'un arbre), le lignage (consommation collective du colostrum cuit d'une vache) ou le père (sacrifice d'un petit ruminant lors de l'installation dans une nouvelle habitation).

6Dans le chapitre « Rites autres » (p. 90-101) — dont on peut regretter l'intitulé vague — l'auteur aborde toutes les pratiques rituelles opérées dans les lieux non domestiqués, sur lesquels les individus ont une emprise réduites, tels que les sommets de montagne, les grottes, les sources, les arbres, les pierres...

7Les rites domestiques (p. 102-140) constituent sans doute un moment fort de ce livre. Avec les pages concernant l'accouchement, la naissance, la nomination de l'enfant ou la circoncision, l'auteur touche à la définition de la personne dans un cadre social. La construction de son statut suit un certain nombre de paliers ponctués par des rites. Narjys El Alaoui rapporte qu'au moment de l'accouchement, « l'enfant supplie sept fois le foie [siège affectif] : “je veux sortir du vaste monde pour entrer dans un monde plus étroit” » (p. 104). Elle note que les Idaw Martini fixent la création de l'enfant dans l'intestin grêle appelé « l'outre inférieure ». Cette représentation évoque celle d'autres groupes berbères du Sud, où l'outre est associée à l'utérus considéré comme la matrice (temet). Enfin, la description du mariage, empreinte d'une vive émotion, dépeint également les moindre détails, étape par étape. Les rites qui lui sont associés commencent dès la demande (asiggl). Dès lors que les pères de la jeune femme et du jeune homme ont accepté le mariage, la future épouse se soustrait aux activités sociales et aux regards masculins (autres que ceux de son père, de son frère et de son fiancé). Le lendemain a lieu l'afran,où les jeunes filles de deux familles se réunissent et recherchent dans un tas d'orge un bracelet ouvert. Celle qui le trouve devra apporter un fagot de genêt et participer aux travaux liés à la cérémonie. Le jour de la cérémonie est marqué par l'abattage rituel d'une génisse, puis le contrat de mariage est signé. Les parents de la jeune fille lui constituent un trousseau (lqimt) composé de draps de laine et de bijoux, que l'auteur appelle sans autres précisions "dot" (p. 115). Dans l'étape appelée (ukris), le fiancé offre à sa future épouse des chaussures (idukan), des parfums, un miroir, des robes, des fibules, des bracelets… enfermés dans le tissu nuptial. La jeune fiancée en est parée, habillée par des chaperonnes qui lui ceignent les reins d'une ceinture rouge et noire. Après avoir fait ses adieux à ses parents, la fiancée se rend chez son époux. Elle doit montrer une grande résistance à quitter le giron familial ; elle pleure, se débat, puis fini par céder. Le cortège qui l'entoure chante jusqu'au seuil de la maison du fiancé. Là, sa belle-mère et sa belle-sœur oignent son sein droit de beurre et lui lavent le pied droit. Après cette description, l'auteur clôt ce chapitre par quelques lignes sur le statut du couple en cas de divorce ou de décès de l'un des conjoints.

8Ces rites, facilitant la mutation, le passage d'un état à un autre, sont marqués par des sacrifices animaux ou végétaux. Dans le dernier chapitre (p. 142-184) intitulés « sacrifices rituels », Narjys El Alaoui traite de la place de la mise à mort et de l'abattage dans les différents rites qu'elle a exposés. Partant du constat que, selon les cas, le sacrifice occupe ou non une place centrale dans les rites, elle se demande « par quel processus la croyance qui supportait certains rites s'est-elle évanouie alors que le geste du sacrifice se perpétue ? » (p. 142). En d'autres termes, le sacrifice est-il immuablement associé aux mêmes croyances et aux mêmes rites, quel rapport entretient-il avec la mémoire collective, quelle part entretient-il avec le social ? N'aurait-il pas aussi — ou surtout — la fonction de permettre à la société d'évoluer, de s'adapter, de muter tout en ménageant une continuité ? Pour répondre à cette très intéressante question, Narjys El Alaoui choisit de détailler tout autant la procédure suivie que la place du destinataire du sacrifice. Elle distingue des caractéristiques communes, des "unités génériques", à tous les rites précédemment décrits. Le destinataire, la collectivité, la victime, le langage, le calendrier et l'espace constituent la charpente de tous les rites et c'est autour de ces unités que l'auteur construit ce dernier chapitre. Si les croyances peuvent évoluer et les rites se perpétuer, conclut-elle, c'est essentiellement grâce à la solidité de cette charpente.

9Malgré un plan parfois un peu confus — le lecteur, même attentif, a du mal à suivre la hiérarchie des différents paragraphes — ce livre, par la finesse et la minutie de son observation et par la qualité de ses hypothèses, est un apport incontestable à la connaissance des Idaw Martini et des pratiques rituelles berbères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Hincker, « Narjys El Alaoui, Le Soleil, la Lune et la Fiancée végétale. Essai d'anthropologie des rituels. Les Idaw Martini de l'Anti-Atlas, Maroc, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, 208 p., bib., ill. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/1192

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page