Navigation – Plan du site
II. Lectures

Samia Naïm (dir.), Yemen, d’un itinéraire à l’autre. Paris : Maison Neuve et Larose, 2001, 164p. + 16 p. de photos.

Catherine Miller
p. 259-261

Texte intégral

1Voici un petit livre érudit et élégant qui, tel un carnet de voyage savant, choisit de nous faire partager des itinéraires à travers quelques villes yéménites (Sana‘a, Zabîd, Aden, Shihr) en partant de descriptions ethnographiques contemporaines, de récits historiques ou littéraires. Le thème central étant la ville parcourue, perçue et décrite dans ses mutations, son quotidien, ses rythmes masculins et féminins, ses évocations littéraires. Quelques objets et plantes hautement symboliques ponctuent cet itinéraire : le qât, le narguileh, le fenugrec (halba), les vêtements féminins, des proverbes.

2À partir d’une fête de mariage, J.C. Depaule évoque l’expansion spatiale et les mutations architecturales et sociales de Sana‘a qu’il a pu entrevoir lors de plusieurs visites étalées sur une quinzaine d’années. Il s’interroge sur les différents cycles du temps individuel et collectif (quotidien, hebdomadaire, annuel, temps cours et temps long), sur la disparition de certains rythmes liée à la modification des activités (abandon de la confection du pain ou des réserves alimentaires) ainsi que sur le recours de plus en plus fréquent à des produits ou des gestes marqués par leur immédiateté. Les années 1980 ont été un tournant dans l’histoire de la ville avec, entre autres, le passage des maisons-tours du vieux centre ville aux villas des nouvelles expansions. Comme dans de nombreuses autres villes, les familles citadines de souche ont alors quitté l’ancien centre qui a été investi pas les nouveaux venus (les anciens qabîlî, ruraux ou tribaux). Si J.C. Depaule récuse l’idée d’une coupure entre le monde moderne et le monde traditionnel, (cf. la maison-tour traditionnelle, elle même investie par des équipements nouveaux), il lui semble percevoir les prémisses d’un « temps ouvert » où l’initiative et les choix personnels des acteurs jouent un rôle plus important (cf. les délibérations familiales concernant l’aménagement des nouvelles demeures). Entrelacé à ce parcours de Sana‘a est présenté un texte de F. Mermier sur le rôle éminemment social des séances de qât qui rythment la sociabilité privée et publique et « retissent, en contexte urbain, le canevas topographique et imaginaire des identifications sociales ».

3S. Naïm offre deux descriptions ethnographiques très détaillées. L’une sur le quotidien des femmes d’une ville de la Tihâma (Zabîd) et l’autre sur une plante centrale dans la pharmacopée et la cuisine yéménite, le fenugrec (halba). À l’inverse de Sana‘a, Zabîd ne paraît pas bouleversée par la modernité et la globalisation ! Les journées des femmes de la Tihâma semblent toujours s’organiser selon un rythme canonique et loin du regard des hommes entre activités ménagères et visites de courtoisie. Quand au Fenugrec il reste la plante noble par excellence, aliment de base et médicament aux pouvoirs multiples que n’a point détrônée la pharmacopée occidentale. En mets ou en décoction, il sert de contrepoint et de complément au qât en permettant d’en atténuer certains effets néfastes et en fournissant la vigueur physique nécessaire pour ce grand rituel. La description ethnographique de K. Chaouachi sur les différents types de narguileh et de tabac souligne également la place centrale du qât dans la sociabilité yéménite masculine ou féminine. Le narguileh sert principalement à accompagner les séances de qât, dans les maisons ou dans les lukandat, ces hôtels populaires. Mais l’importation d’une nouvelle forme de narguileh, la shisha, bien connue au Moyen-Orient et désormais fumée dans des cafés-jardins, induit de nouveaux comportements urbains plus ou moins fustigés.

4L’évocation de la femme yéménite est abordée par N. Sadek à partir de trois récits de voyageurs arabes (xiiième-xivème et xvième siècles) au Yémen, qui fournissent des stéréotypes assez contradictoires sur les femmes de l’époque, décrites tantôt comme belles et lascives tantôt laides et repoussantes, soumises et puissantes, visibles ou invisibles. Ces récits ne permettent pas de déduire avec certitude le statut économique et social de la femme yéménite bien que certains indices indiquent que certaines d’entre elles jouissaient d’une relative indépendance économique. Nous n’avons également que peu d’indications sur les tenues vestimentaires des femmes avant le xxème siècle mais l’auteur souligne avec justesse qu’aujourd’hui la création de nouvelles voies de communication, et la diffusion des modèles urbains amène le port du voile urbain (sharshaf) en zones rurales.

5Mêlant récits de voyages européens ou arabes, mythes et bribes d’histoire de la ville de l’Antiquité à la réunification des deux Yémens en passant par la période britannique, F. Mermier nous décrit les aléas de l’histoire d’Aden mais aussi les mythes et les projections que la ville a suscités, tantôt grand carrefour commercial et cosmopolite, tantôt enclave repliée et éloignée. La mise en parallèle des textes arabes et des textes européens est intéressante. On y retrouve ainsi, selon les périodes, les saints, les miracles, la porte de l’enfer, la chaleur infernale, la foule grouillante et cosmopolite, l’incontournable Rimbaud, le socialisme révolutionnaire. Aujourd’hui Aden continue de se transformer en devenant une zone franche et en renouant avec son passé commercial.

6C’est encore dans l’ancien Yémen du Sud, dans le Hadramout, que S. Camelin suit pas à pas une fête de pèlerinage (ziyâra) à un tombeau de saint dans la ville de Shihr. Cette ziyâra revient à l’honneur, après avoir été très marginalisée pendant la période socialiste. Autour de la reprise de cette ziyâra et de son organisation se confrontent des intérêts locaux et politiques, se mettent en scène des relations d’obédience et de complémentarité, des rapports entre les différents quartiers de la ville, entre les citadins et les ruraux. Si la ziyâra a subi des aménagements et a, selon les dires des acteurs locaux, subi des évolutions, il est intéressant de noter, encore une fois, combien l’héritage de la période socialiste semble s’être délité et combien refont surface rapidement des relations entre catégories sociales qui avaient été mis entre parenthèses pendant cette période socialiste.

7L’ouvrage dans son ensemble privilégie donc l’approche littéraire ou descriptive et foin ici d’une anthropologie structuraliste et analytique, d’une sociologie urbaine statisticienne ou d’une science politique pessimiste ! Il me semble que c’est plutôt le genre « récit de voyageur érudit et philosophe » qui a servi de modèle à cet ouvrage. Il est agréable à lire et est illustré par plusieurs photos qui apportent un bon complément aux descriptions textuelles. On trouvera également de nombreuses références bibliographiques en français, arabe et anglais. De nombreuses remarques apparaissent pertinentes et témoignent de l’acuité d’observation de leurs auteurs. En revanche le contexte économique et socio-politique de ces dernières années est peu évoqué, même s’il apparaît parfois en filigrane (la réunification des deux Yémen pour Aden et Shihr). Loin des crises internationales ou des guerres civiles internes, la société et la culture yéménite urbaine apparaissent ici plutôt stables même si elles sont traversées par des forces de changement.

8Le qât, le narguileh et le fenugrec comme remparts à l’ajustement structurel et à la globalisation?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Samia Naïm (dir.), Yemen, d’un itinéraire à l’autre. Paris : Maison Neuve et Larose, 2001, 164p. + 16 p. de photos. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 août 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/1194

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page