Navigation – Plan du site
III. Obituaires

Lucien Golvin (1908-2002)

André Raymond
p. 281-283

Texte intégral

1Lucien Golvin, dont nous déplorons la récente disparition, était originaire de l’Yonne : il était né à Villelongis en 1908. Il fit ses études à Joigny et rien apparemment ne le destinait à la carrière qui fut la sienne autour de la Méditerranée occidentale, de la Tunisie à l’Algérie et à Aix-en-Provence. Il resta toujours attaché à son terroir d’origine et y fit l’acquisition d’une maison à Amilly, près de Montargis, où, d’une manière assez inattendue, nos routes se retrouvèrent, après s’être croisées en Tunisie.

2Le hasard d’une nomination comme enseignant en Tunisie (en 1929) devait décider de son avenir qui allait se fixer dans les pays arabes. Nommé à Béja, il épousa, en 1930, Simone Lion qui lui donna quatre enfants, Janine (1931), Michel (1933), Jacques (1935) et Jean-Claude (1942). Simone Golvin disparut prématurément. Il fut accompagné, jusqu’au terme de sa longue vie, par l’affection de ses enfants. Il continua avec son épouse, elle aussi enseignante, une carrière d’enseignement en Tunisie, dans des affectations successives, à Gabès, Dar Chaabane et Bou Ficha. Toutes ces années (1929-1939) furent donc consacrées à l’enseignement, mais elles lui permirent aussi de prendre une connaissance approfondie de ce pays amical dont il allait partager la vie, la langue et la culture, grâce à un humanisme qui concevait la connaissance d’autrui comme un échange.

3Cette période fut décisive dans sa vie car l’expérience qu’il accumula durant toutes ces années, et la remarquable connaissance qu’il acquit de la culture locale et de ses productions populaires l’amenèrent à entrer au Service des Métiers et Arts Tunisiens, aux côtés de Jacques Revault auquel devait le lier une amitié qui ne s’interrompit qu’avec la mort de ce dernier en 1986. Nommé directeur régional des Arts et traditions populaires à Sfax, il étudia en profondeur le monde des artisans et la richesse de leurs traditions. Sa connaissance de la langue arabe et ses qualités humaines expliquent sa réussite dans ses fonctions : il créa un Musée à Sfax, le Dar Jellouli et il accumula dans les années qui suivirent, entre 1945 et 1957, des publications qui témoignent de sa familiarité avec cette culture populaire et ses productions : les premières, « La mouchtiya de Djébéniana », et Artisans sfaxiens, furent publiées en 1945 et 1946. Elles constituent une contribution précieuse à un domaine de recherche dans lequel il fut, avec J. Revault, un pionnier.

4À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, durant laquelle Sfax fut durement éprouvée, au moment de la campagne d’Afrique du Nord, le destin de chercheur de Lucien Golvin connut une nouvelle inflexion. En 1946 il fut nommé directeur des services de l’Artisanat au Gouvernement Général de l’Algérie, mission importante qu’il exerça jusqu’en 1957 et qui témoigne de l’estime dans laquelle sa réussite en Tunisie avait été tenue. L. Golvin y poursuivit l’activité commencée en Tunisie, avec un horizon et des responsabilités élargis. Il créa des musées ethnographiques à Alger, Constantine et Oran, contribuant ainsi à la mise en valeur des richesses humaines de l’Algérie dans une période qui était celle de l’incertitude politique de ce pays et de sa progressive découverte par lui-même. On doit à cette expérience qui s’ajoutait à celle de la Tunisie, la publication de six volumes des Arts Populaires en Algérie (l949-1956) et d’une synthèse précieuse sur Aspects de l’artisanat en Afrique du Nord (Paris, PUF, 1957). Passionné de peinture (il était lui-même un dessinateur et peintre de talent) L.Golvin s’intéressa également beaucoup à l’art maghrébin vivant, curiosité qui était alors exceptionnelle.

5Sa rencontre avec Georges Marçais qui était, avec son frère William, le grand maître des études arabes à Alger et dans le Maghreb devait aboutir à une nouvelle orientation, décisive, de ses intérêts et de sa carrière. Dirigé par les conseils de G. Marçais vers l’étude médiévale de l’Algérie, période alors fort obscure de l’histoire de ce pays, il commença des recherches historiques et archéologiques (à la Qal‘a des Banû Hammâd et sur le site du palais de Zîrî à Achîr). Ces recherches devaient aboutir à la rédaction de son livre Le Magrib central à l’époque des Zirides (publié à Paris en 1957). Entre temps il avait soutenu sa thèse de doctorat d’état sur Les tapis algériens (ouvrage publié en l953), sa thèse secondaire étant consacrée à Recherches archéologiques à la Qal‘a des Banû Hammâd (publiée à Paris en 1964), des travaux qui se situaient donc à la jonction des intérêts qui avaient été successivement les siens en Algérie. Il entra alors à l’Université d’Alger, où il devait enseigner, jusqu’en 1962, dans une chaire d’Art et civilisation de l’Islam. Son orientation scientifique était désormais fixée, ce qui ne devait jamais l’empêcher de revenir à des recherches témoignant de préoccupations plus anciennes.

6Le développement de la guerre d’Algérie l’amena à envisager de s’installer en France. En l962 il rejoignit à Aix-en-Provence les universitaires français d’Afrique du Nord qui s’étaient réunis autour de Jean Le Tourneau, acteur décisif de la constitution d’un groupe qui comptait également, parmi d’autres, R. Mantran, J.L. Miège, M. Flory, G. Camps, et à qui l’on doit la structuration du "pôle aixois", autour d’institutions de recherche (CRESM, Maison de la Méditerranée, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée) créées pour favoriser le maintien et le développement des recherches sur le Maghreb en France. L. Golvin devait enseigner à l’Université de Provence dans une chaire d’Art et d’Archéologie Musulmans jusqu’à son arrivée à l’âge de la retraite en 1977. Sa carrière fut celle d’un enseignant ouvert et amical pour les étudiants, cordial avec ses collègues, au sein d’un département en rapide extension où il apportait son expérience, sa compétence et sa pondération. Il mena à bien, durant cette période, de nombreuses publications qui reprenaient, en l’élargissant au Machreq avec lequel il avait pris contact au début des années 1960, l’expérience accumulée au Maghreb. Elle s’exprima, en particulier, dans l’ouvrage de synthèse qu’il publia entre 1970 et 1979 en quatre volumes : Essai sur l’architecture religieuse musulmane (Paris, Klincksieck). Les nombreuses publications qui s’intercalèrent pendant la réalisation de cette vaste entreprise portent la marque de ses intérêts divers (arts et traditions populaires, archéologie, histoire de l’art, art contemporain).

7Il fut aussi un de ceux qui implantèrent en Provence la Revue de l’Occident musulman, la ROMM, dont il assuma la direction à partir de l967, concurremment avec Roger Le Tourneau, Maurice Flory, Pierre Boyer, Robert Mantran et Gabriel Camps : ici encore il fit preuve d’une compétence, d’un calme et d’une ténacité qui furent souvent précieux et contribuèrent largement à assurer la pérennité de la revue au travers des péripéties parfois difficiles qu’elle traversa. Il voulut bien me transmettre le flambeau en 1980 alors que je venais de rejoindre le groupe d’Aix. Mais je le connaissais de longue date, l’ayant rencontré, d’une manière épisodique en Tunisie, puis en France (où nous avions une implantation commune à Montargis), mais surtout en Syrie lorsqu’il avait accepté de s’associer aux fouilles que l’Institut Français de Damas, dont j’assumais alors la direction, à Balis Meskeneh, sur l’Euphrate (1970-1974). Il en assuma la co-direction avec Jean-Louis Paillet et moi-même et il contribua largement par ses qualités professionnelles et personnelles et par son affabilité à l’harmonie du petit groupe, jeune et parfois turbulent, de Meskeneh. Il participa à la publication des résultats de ces fouilles (Balis II, Damas, IFD, 1995).

8Le terme de la retraite atteint en 1977, Lucien Golvin ne changea rien à une activité qui s’étendit même à de nouveaux rivages du monde arabe : son intérêt pour le Yémen s’exprima dans un livre Thulâ, architecture et urbanisme d’une petite cité de la République Arabe du Yémen, publié en 1984, en collaboration avec M.-C. Fromont ; sur l’Égypte il publia, avec J. Thiriot et M. Zakaria, Les potiers actuels de Fustât, entreprise à laquelle il apporta son expérience inégalée du monde des artisans (Le Caire, IFAO, 1982). Mais son intérêt premier pour le Maghreb s’exprima tout naturellement dans un beau travail de synthèse entrepris sur l’habitat domestique à Fès, en collaboration avec J. Revault et A. Amahan, qui constitue le pendant maghrébin du travail réalisé par le groupe aixois sur l’habitat domestique au Caire au début des années 1980 : plusieurs années de recherche sur le terrain permirent d’aboutir à la publication des trois volumes de Palais et demeures de Fès (Paris, CNRS, 1985, 1989, 1992). En 1988 il donnait avec Palais et demeures d’Alger (Aix-en-Provence, Édisud) une suite personnelle à ce livre collectif sur Fès, pour une ville dont il connaissait bien l’histoire et dont les lieux lui étaient familiers. En 1995 encore il revenait avec La madrasa médiévale (Aix-en-Provence, Édisud) sur un des problèmes qui avaient accompagné toute sa carrière de chercheur et sur lequel il transmettait le fruit de réflexions ininterrompues. Retiré dans sa maison d’Éguilles où il vivait au milieu des souvenirs des longues années passées en Tunisie et en Algérie, il continuait à travailler et, malgré les soucis que lui causait une vue qui déclinait, il reprenait une activité de peintre amateur dont le talent s’exprimait dans des expositions. Nous avions fêté avec lui, dans une ambiance chaleureuse, son quatre-vingt-dixième anniversaire et, malgré le grand âge auquel il était parvenu, sa mort nous a tous surpris, tant il nous paraissait indéracinable

9Sa vie longue et belle ne s’est pas exprimée seulement au travers de sa spécialité de chercheur et d’enseignant d’histoire de l’art, en particulier maghrébin, domaine dans lequel il a beaucoup œuvré, ainsi que le montre la longue liste de ses publications, dont cette notice n’a pu mentionner que les plus importantes et qui ont fortement contribué à l’approfondissement de nos connaissances. Il fut, tout au long de sa vie, un homme qui s’intéressait aux autres hommes, s’efforçait de les comprendre et de nouer avec eux des relations de sympathie et d’échange. Ceci explique la déférence amicale avec laquelle il était reçu dans les pays où il avait exercé et qui lui avaient d’ailleurs accordé des témoignages officiels de leur considération et de leur gratitude. Un de ses derniers grands voyages fut pour cette Tunisie où il avait rencontré le monde arabe et dont il avait tant contribué à faire connaître la culture : il y fut accueilli non seulement comme un savant respecté, mais comme un ami de longue date. Son œuvre, mais aussi la sympathie qu’il sut faire naître autour de lui, ses qualités personnelles de chaleur et de modestie marquent le souvenir que nous garderons de lui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Raymond, « Lucien Golvin (1908-2002) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/1196

Haut de page

Auteur

André Raymond

Professeur émérite à l’Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page