Navigation – Plan du site
Première partie – L'injure, la société, l'islam. Une anthropologie de l'injure

Entre les contraintes de l'éthique musulmane et du système de l'honneur, peut-il y avoir un usage toléré de l'injure ?

Arlette Roth
p. 81-101

Résumés

Dans certains textes composés en arabe dialectal dans la première moitié du xxe siècle par les collaborateurs autochtones de W. Marçais, à son instigation et sous son contrôle, figurent un certain nombre de scènes où s'échangent des injures. Or le système de l'honneur et l'éthique musulmane proscrivent cette pratique. Il a paru intéressant de déterminer, d'après ces textes et les glossaires qui les accompagnent, dans quelle mesure on pouvait repérer un usage toléré de l'injure et de voir comment il fonctionnait. « Qui injurie qui, dans quelles circonstances et en quels termes ? » sont les questions auxquelles nous avons tenté de répondre et dont les réponses montrent assez clairement que la pratique de l'injure est socialement réglementée, qu'elle représente elle-même un système de convenance permettant de distinguer les « injuriables » (qui peuvent être injuriés et s'injurient entre eux) de ceux qui ne le sont pas. L'injure dans ce contexte est très majoritairement interpellative et le rôle des témoins est celui de conciliateurs ou de châtieurs qui renvoient généralement dos à dos les protagonistes. Il est brièvement fait allusion à différents types d'injure qui s'écartent du schéma canonique par un trait de fonctionnement particulier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L'éthique musulmane prescrit la politesse dans les relations entre musulmans et l'abstention de toute parole malséante, donc de l'injure. Comme le précise une sentence populaire proférée à Takrouna et inspirée d'un ḥadîth de Bukharî :

  • 1 Le système de notation utilisé dans les textes établis et publiés par W. Marçais a été grandement s (...)

« Le vrai musulman, c'est l'homme dont les gens n'ont à redouter ni la main ni la langue » (el mə́sləm hûwœ-lli sûlmət-̆ nnâs mn-îdu umən-elsânu) (cité par Marçais, 1925, Tak. Gl. : 1871)1.

2Le système de l'honneur, pour sa part, ne saurait tolérer l'injure entre gens bien nés et entre pairs ; il souligne en tout état de cause expressément l'obligation de la riposte ; ainsi, selon le dicton :

  • 2 L'obligation de réciprocité s'exprime aussi parfois, précise le Glossaire, dans l'expression de sen (...)

« Celui qui te pousse, pousse-le quand même il se trouverait être au bord d'un précipice ; et celui qui t'injurie, injurie-le quand bien même il se trouverait à avoir pour père un chérif » (éllī-dézzek dé zzu kīf-iḏ̣úllala-maṭrîf wúllī-sə́bbək sə́bbu kīf-iḏ̣ úll bûh šrîf (ibidem, 1753) 2.

  • 3 L'astérisque indique qu'il s'agit de la notation normalisée d'un énoncé ; ici c'est une translittér (...)

3Dans un registre de la sagesse populaire relevant apparemment davantage de l'honneur, on trouve un dicton qui situe l'injure dans le champ de l'agon (relations conflictuelles) et en fait une offense plus redoutable que les coups : « Frappe mais ne dis pas de gros mots » (*daqq ulā tqūl elɛāṛ) (Machuel, 1901 : 1 et 63 ; pour d'autres sens attachés à l'emploi de ɛāṛ, cf. ci-dessous). Nous voyons cependant, dans nos sources, que dans les moments de crise propices aux échanges d'injures, celles-ci précèdent toujours les coups et sont jugées moins graves ; les échanges d'injures provoquent l'intervention et la médiation des témoins pour éviter, précisément, qu'on en vienne aux mains : « Ils en sont venus non aux coups mais seulement aux injures » (tɛârku múš bəllīdên bəsllsân báṛka) (Marçais/Guiga, 1925, Tak. Gl. : 2544).

4Cette contribution à l'étude du fonctionnement de l'injure dans deux microsociétés arabophones maghrébines - la ville de Tanger au Maroc et le village de Takroûna en Tunisie - se fonde sur des corpus anciens. Pour introduire à l'étude des variétés dialectales arabes au Maghreb et à la connaissance des cultures de leurs locuteurs, le maître de la dialectologie arabe de la première moitié du XXe siècle, William Marçais, privilégiait la « méthode » des Textes, avec leur traduction, un copieux appareil de notes érudites et un glossaire (par exemple Marçais 1911, Marçais/Guiga, 1925, 1958-1961 ; Marçais/Fares, 1931-1933). Ces Textes étaient composés à sa demande par des collaborateurs autochtones et sont définis par lui comme des pièces témoins (šawâhid) : il fallait impérativement qu'ils restituent une vision exacte des mœurs, des coutumes, des valeurs, des modes d'expression et des usages linguistiques des groupes concernés, qu'ils soient représentatifs à la fois du vécu et du dit quotidiens. Le cadre général des Textes arabes de Tanger est descriptif tandis que celui des Textes arabes de Takroûna est majoritairement narratif ; les deux traitements intègrent du discours direct rapporté ou des séquences dialoguées (pour une appréciation plus détaillée de l'apport ethnologique et de la structure de l'un des textes takroûniens, cf. Breteau/Roth, 1997).

  • 4 Il est intéressant d'observer que les échantillons relevés concernent des groupes villageois et cit (...)
  • 5 On relève dans un texte tangérois une argumentation un peu spécieuse, mais amusante, émanant des na (...)

5Certains de ces Textes comportent la description de situations de crise avec échanges d'injures4. Étant donné la visée réaliste qui a prévalu dans la rédaction de ces scènes, on peut faire l'hypothèse qu'il s'agit là d'épisodes observés sur le vif ou restitués par la mémoire, conformes aux représentations tolérées dans les microcultures concernées. Les auteurs des textes ne les censurent pas5. Bien au contraire, ces scènes, d'une certaine façon, sont proposées aux lecteurs comme « typiques » et sont reçues comme telles. Elles s'inscrivent dans un schéma de communication double : il s'établit, d'une part, in situ, entre celui qui injurie et celui qui est injurié, en présence de témoins et, d'autre part, en différé, entre les auteurs des textes et leurs destinataires, majoritairement des lecteurs non autochtones, extérieurs à la culture. S'il y a, en plus de la visée réaliste, voire pédagogique, une intention séductrice et une recherche de complicité dans la représentation des scènes d'injures, elles émanent des auteurs en direction des lecteurs. Les rédacteurs autochtones et le commanditaire des textes, observateur externe, partagent la même distance par rapport aux faits décrits et portent le même regard sur les scènes d'injure.

6Les textes, enfin, permettent de déterminer « qui injurie qui, dans quelles circonstances et en quels termes », pour parodier et compléter une formule connue en sociolinguistique (Fishman, 1965). Cet examen livre un tableau sans doute très incomplet mais relativement fiable du fonctionnement de l'injure dans les groupes concernés et fait voir, dans un cadre réduit, comment il se particularise par rapport à certains aspects de la typologie proposée par E. Larguèche (1983).

Remarques sur le lexique de l'injure

7Le fait d'injurier peut être simplement mentionné dans le récit par le narrateur, sans que le contenu de l'injure soit explicité. Ce cas se présente souvent dans les Textes de Tanger. Le fait d'injurier peut aussi être mis en scène dans le discours rapporté ou dans le dialogue, avec mention des termes d'injure utilisés ; c'est le traitement privilégié dans les Textes de Takroûna.

8Quels sont les verbes qui nomment le fait de « proférer des injures », « injurier » dans l'usage dialectal maghrébin courant ? Les deux principales formes utilisées sont *sabb et *stam. Nous allons analyser leurs emplois à Takroûna, où ils sont particulièrement bien diversifiés et illustrés.

  • 6 La plupart des auteurs de lexiques maghrébins traitent ces deux termes comme des synonymes, tout co (...)
  • 7 Le fait d'injurier ses propres parents est la faute majeure et la marque du comble de l'exaspératio (...)

9À Takroûna, les deux verbes sont utilisés en concurrence, avec des sens pouvant être relativement spécialisés : sœ́bb (Tak. Gl. : 1753 et sq) correspond à « injurier, insulter »6 ou à « blasphémer », selon la nature de la cible, humaine ou relevant du divin et du sacré. Ainsi : isə́bb-əddîn wulwāldên s'entend comme : « il blasphème la religion et [injurie] les parents des gens »7. L'emploi du verbe sœ́bb (ou de toute autre forme signifiant « injurier ») implique fortement dans la conscience des locuteurs le fait de « proférer » la formule qui consiste, par exemple, à dire à quelqu'un : yánɛal dînek (dīn-bûk, mœ́ḏ hobək.,.), c'est-à-dire « que Dieu maudisse ta religion (la religion de ton père, ta confession », etc.) ; isə́bb əžžlâla précisent les auteurs du Glossaire, signifie : « il blasphème la majesté divine, en disant par exemple sous l'empire de la boisson˘nnīk-ṛábbî(« je fais subir au Seigneur les derniers outrages ») ».

  • 8 Les thèmes verbaux et verbo-nominaux exprimant le passif (thèmes dérivés en t ou n et participe pas (...)

10La forme nominale sœ́bbœ signifie « injure, insulte » ; le nom d'agent accomplissant l'action de façon intensive ou répétée (sœbbâb) désigne le « blasphémateur », celui qui est « coutumier de blasphémer », tandis que le participe passif (məsbûb) vaut pour « injurié, insulté »8. Ce sont les contextes linguistiques qui définissent les valeurs lexicales mais la distribution de ces valeurs dans certaines formes verbo-nominales semble lexicalisée.

11Le verbe štə́m (Tak. Gl. : 1988) concurremment en usage à Takroûna signifie :

121. « Injurier, insulter » ; 2. « critiquer violemment, vilipender, décrier ». Ainsi šétmu-bkull-lɛân « il a épuisé contre lui le vocabulaire de l'injure », litt. : « il l'a injurié avec toutes les malédictions ». Pour illustrer le second sens on note : štəmhûli « il me l'a vilipendé » ; bnâdəm ma-yíštmu-lla-féɛlu « ce qui décrie un homme, c'est uniquement ses faits et gestes ».

  • 9 Les formules de malédiction et d'injure font un usage fréquent de la construction en doublet, procé (...)
  • 10 On observe dans cet énoncé comme dans le dicton précédemment cité (issbb-sdJîn wulwàldên), un certa (...)

13La forme nominale šátmœ « injure, critique acerbe » fait le plus souvent couple avec lákmœ « coup sous le menton appliqué avec le revers de la main »9. Ainsi : litîm məskîn yúqɛod-luššátmœ-wullákmœ10 « l'orphelin, pauvre enfant, demeure en butte à l'injure et aux brimades ». Le nom d'agent šattâm désigne celui qui est « coutumier d'injurier, de critiquer âprement ».

14sœ́bb et štəm ont chacun à Takroûna un correspondant au thème dérivé (de schème : t-CâCaC dénotant la pluralisation de l'action et/ou la réciprocité : tsâbəb « s'injurier, s'insulter réciproquement ; s'injurier à l'envi » ; « blasphémer à plusieurs » ; tšâtəm « s'injurier réciproquement »).

  • 11 On peut en quelque sorte figurer ainsi la constitution de cette injure : d'une première assertion « (...)

15Un troisième verbe, relevant de la racine ƐYR associant les notions d'examen et de jugement critique avec celle d'injure, est couramment utilisé à Takroûna avec le sens d'« injurier » ; c'est ɛâyir (Tak. Gl. : 2761), au thème dérivé (de schème CâCaC « couvrir qqn. de honte, l'injurier en lui énumérant ses tares, en lui attribuant des tares », en lui disant par exemple : yâ-lli ḫûk sâroq « ô toi dont le frère est un voleur ! »11 ou yâ-lli úmmw ok fâžra « ô toi dont la mère est une femme sans vertu ! » ou encore yâ-bu-daṛṛa « ô toi qui as un varicocèle ! ». Le destinataire est qualifié lui-même ou dans sa relation avec un proche parent et interpellé comme tel. L'injure l'implique doublement.

16Les trois derniers exemples cités permettent de dégager un trait majeur constitutif de l'injure : la présence d'un opérateur d'« injuriement » constitué par la présence de la particule vocative ya. La forme bu-dáṛṛa « qui a un varicocèle » pourrait valoir comme un sobriquet particularisant le sujet, comme le sobriquet bu-ḥédbœ « le bossu », par exemple. La présence de ya, particule de vocatif introduisant l'apostrophe, marque dans ce cas la transformation de la qualification en injure, par la situation dialogique qu'elle établit.

17La forme au thème dérivé tɛâyir s'utilise pour dire « se couvrir réciproquement d'injures (chacun citant les tares de l'autre) ». La forme nominale ɛâṛ nomme « ce qui déshonore ». À propos de la mention de l'énoncé suivant : bdât ɛalêha bəsœ́bb-ulɛâṛ « elle a commencé à la couvrir d'insultes entachant l'honneur », litt. « elle a commencé à son encontre avec le fait d'injurier et d'entacher l'honneur », les auteurs du Glossaire citent une interjection adressée aux hommes, qui incite à éviter l'injure : lɛâṛ lunnsê, qu'ils traduisent par : « laisse ces injures ! », litt. « les injures (sont) pour les femmes ». Le fait d'« injurier en attaquant l'honneur » ne saurait donc être que l'apanage des femmes et les hommes s'abaissent en injuriant.

  • 12 Au thème dérivé exprimant la réciprocité, la forme verbale tnâlel signifie « échanger des insultes  (...)

18Un certain nombre d'observations de portée plus générale peuvent être faites à propos des exemples figurant dans le Glossaire de Takroûna. On voit avec les emplois des verbes sœ́bb, štə́m et ɛâyir qu'« injure » et « malédiction », « injure » et « critique » ont partie liée. Le lien le plus étroit, le plus codifié, le plus récurrent se situe assurément entre « malédiction » et « injure », si bien que les deux procès finissent, par leur très fréquent couplage en contexte, par apparaître comme équivalents, voire synonymes12.

  • 13 Dans les formules de malédiction citées par nos sources, en situation de dialogue, le destinateur n (...)

19Il est précisé à propos du verbe nɛal (Tak. Gl. : 4002 et sq) « maudire » (correspondant dialectal de la forme classique laɛana) qu'il figure dans de nombreuses formules d'injure commençant quasi exclusivement par yánɛel suivi de la mention de la cible de la malédiction13. C'est le fait de proférer la formule -» que Dieu maudisse un tel » - à l'adresse d'un destinataire ainsi interpellé qui vaut comme injure.

20Deux caractéristiques importantes sont à signaler : il y a, d'une part, emboîtement de deux messages, la malédiction étant enchâssée dans l'injure, et, d'autre part, présence de deux cibles distinctes qui sont en relation de parenté étroite, le destinataire de la malédiction et celui de l'injure. Ainsi la malédiction du type :

21[Je dis] : « que Dieu maudisse un Tel » ou « maudit soit un Tel » (le verbe introduisant la formule et la référence à Dieu pouvant être omis) devient, en tant qu'injure : [je te dis] « que Dieu maudisse ton père (ou ton frère ou ta mère) » ou « maudit soit ton père », etc.

  • 14 Les termes « injurieur » et « injuriaire » sont repris de Larguèche (1983) et sont utilisés dans le (...)

22Le maudit est nécessairement un proche parent du destinataire de l'injure, dont il est solidaire dans le système de l'honneur et de l'éthique. Il est touché dans ses liens de parenté et se sent aussi personnellement visé par l'injure. Les contraintes de la solidarité sont définies en référence à la structure sociale. L'injure prototypique dans la culture est l'appel, par l'injurieur, de la malédiction divine sur les parents et les proches de l'injurié14.

  • 15 Les auteurs du Glossaire précisent que le terme courant pour désigner le « père » dans le parler de (...)

23La vulnérabilité particulière à la malédiction-injure dont la cible est à la fois l'injuriaire/injurié et son père, s'exprime par exemple, dans les expressions suivantes : « ils se sont attaqués à moi (« à lui », etc.) en tenant sur mon (« son », etc.) père des propos injurieux » (dâḫlu-ɛalîya b-sœbb-elbû (Tak. Gl. : 6) ; ou encore : « pourquoi pour m'insulter tiens-tu sur mon père des propos injurieux ? » alâš tsə́bbli (f)-bûya)15 ; « des gros mots s'échangèrent, des insultes à père et à grand-père », c'est-à-dire de façon moins elliptique : « ils ont commencé [à dire : « Dieu maudisse] ton père, ton grand-père » » (uṛḫúṣ-bīnâthum-lklâm u bdáw « bûkžéddek », Tak.T. : 35). Et le devoir de riposte veut qu'à celui qui dit : « que Dieu fasse maudit ton père » (inɛál bûk), on réplique : « déplie cette insulte et replie-la sur ton père », c'est-à-dire « je te retourne l'injure » (ḥellha wuṯ nêha ɛala-bûk).

  • 16 On trouve même chez Boris (1958) la mention suivante : sábbni lelɛéreg elâdeš « il m'a insulté jus (...)

24La malédiction cible, comme on l'a vu, les ascendants directs mais elle peut aussi s'étendre à la lignée16, essentiellement paternelle, à sa religion, à sa terre d'origine : « maudite soit la religion de ton père ! » (yánɛel-dīn bûk) ; « Dieu maudisse ton père, le père de ton père, le père de ta race, le père de ton terroir originel » (yánɛel-bûk ubûh ubuw-áṣḷ ok ubu-tṛ âbək).

25Outre l'amplification obtenue par l'inclusion de la lignée du destinataire ou d'autres traits constitutifs de son identité (religion, rite, ethnie, terroir) dans la malédiction, l'injure peut également être étoffée par l'emploi de qualificatifs injurieux. Ils portent directement sur le destinataire (cf. ya-bu-dáṛṛa, déjà cité) ou sur celui dont il est solidaire : yánɛel bu-lfâsed « (Dieu) maudisse le père du débauché » ; yâ-lli úmmwok fâžra « ô toi dont la mère est une femme sans vertu ». Ce dernier procédé d'amplification par vocables relevant de l'obscène et du sexuel se rencontre dans notre corpus presque exclusivement quand la malédiction-injure implique la mère. Il s'agit visiblement d'un choix imputable aux narrateurs.

  • 17 Cet énoncé cité dans une note à un texte tangérois (Tg., 147, n. 2) a été relevé par l'auteur à Tle (...)

26Ainsi pour : yánɛel úmmwok « Dieu maudisse ta mère ! », à « mère » se substitue le terme injurieux kálbœ» chienne » ou qáḥbœ « putain » : yánɛel-elkálbœ uma-žâbt-elkálbœ « Dieu maudisse la chienne (ta mère) et ce qu'elle a enfanté » ; outre la substitution de « chienne » ou « putain » à « mère », le verbe žâb « enfanter » est remplacé dans ce même contexte par xrê « chier » ou zœ́bbəl» fienter » ; la malédiction peut encore englober d'autres acteurs féminins concernés par la naissance, la sage-femme et celle qui annonce la naissance : yánɛel elqáḥ bœ élli-ḫrâtek (elqáḥ bœ-lli-zœbb léttek) wúlli qóblet wúlli-bœ́ššṛ ot-bîk « Dieu maudisse la putain qui t'a chié (la putain qui t'a fienté) et celle (la sage-femme) qui t'a mis au monde et celle qui a été annoncer ta naissance ». L'extension de l'injure peut englober jusqu'au monde des morts (ceux ou celles « qui reposent au cimetière ») : yánɛel-úmmu wúlli râqda baḥḏ-úmmu « Dieu maudisse sa mère et la voisine de sa mère », i.e. « celle qui repose à côté de sa mère (au cimetière) » (Tak. Gl. 1557) ; ma-ḫollâ-lu ǧédde-râqod» il ne lui a pas laissé un ascendant dormir tranquillement au cimetière »17.

27Les qualificatifs et les termes injurieux ou obscènes qui affectent la mère sont jugés particulièrement grossiers par les auteurs, qui ne les censurent cependant pas ; ils en feraient plutôt un étalage comique.

28L'extension de la malédiction par incorporation de la lignée et de ce qui la définit, d'une part, et l'adjonction de qualificatifs injurieux, d'autre part, participent de l'aspect hyperbolique inhérent au fait d'injurier ; elles relèvent aussi d'un procédé rhétorique.

29L'emploi du verbe zœ́bbəl (Tak. Gl. : 1652) a été traduit par « fienter », fabriquer de l'ordure en quelque sorte. Relevant de cette même racine, le verbe dénominatif mœ́zbəl (construit sur la forme nominale mázəbla, « dépotoir ») signifie « couvrir d'injures ». La correspondance établie entre monceau d'ordures et abondance d'injures est explicitée dans l'exemple suivant : ḥább-iṛúddni-mázəbla « il a voulu me rendre dépotoir », c'est-à-dire « il m'a couvert d'injures ».

  • 18 Le glossaire précise que ce verbe désigne aussi le fait de faire le geste obscène (t˘gwîl) qui acco (...)

30Les deux verbes takroûniens signifiant « injurier », *stam et *sabb, figurent aussi dans les Textes de Tanger. On retrouve également la construction en doublet qui associe « injurier » et « maudire » : ukêbdaġêr-kēiščém-winɛál» (le maître) se mit à proférer des injures et des malédictions", litt. « commença uniquement à proférer... ». Le syntagme nominal klām-elɛâṛ désigne « des propos déshonorants ». On relève aussi, actualisant la racine ZBL, le verbe zebbel fi « insulter qqn. ». Mais le lexique de l'injure dans les Textes de Tanger est, de façon générale, de nature expressive et pointe certaines caractéristiques déjà mentionnées de la parole injurieuse : son caractère excessif, sans retenue, irruptif et très sonore : šommaṛ ɛlā ḫzīt « il se mit à injurier sans retenue », litt. « il a retroussé ses manches (pour dire) : « sois couvert d'opprobre » ». Débordement irrépressible et volume sonore sont également suggérés par l'expression : katšebbɛo lqarn wuṣṣaffâṛ a ž˘ddô-z̆˘dde-bābâh « elle l'accable (le mitron) d'injures, lui, son grand-père et son arrière grand-père », litt. « elle le rassasie de la trompe et du sifflet. ». Le verbe au thème dérivé noté gōwul, dans lequel on reconnaît la racine QWL (cf. qâl» dire ») avec une réalisation sonore du phonème q, à valeur expressive, signifie « gueuler », « vociférer des insultes (en parlant des femmes) »18 ; la forme participiale intensive gōwâla désigne une femme « coutumière d'injurier », une « gueularde ». C'est également dans les Textes de Tanger que l'on trouve le plus grand nombre d'injures visant directement la personne de l'injurié, des termes propres au parler, et parmi eux, certains en usage uniquement chez les femmes : činka « savate ! » ou kmāmər ulwêil « gueules de malheur ! », cette dernière proférée par les vieilles femmes.

  • 19 Les occlusives b et t ont pour correspondants ordinaires dans le parler de Tanger des réalisations (...)

31Mais parallèlement à l'emploi de termes courants ou expressifs pour introduire les verbes signifiant « injurier », on relève des énoncés où le verbe « injurier » est élidé. Le verbe *bda « commencer » est fréquemment utilisé comme auxiliaire avec la forme signifiant « injurier », conjuguée à l'inaccompli ; cette construction verbale insiste sur l'aspect non achevé du procès, sa valeur inchoative, durative ou itérative. Le verbe « injurier » proprement dit est fréquemment omis. D'autres lexèmes participent alors de la signalisation de la nature injurieuse du propos annoncé : la préposition ɛaqui dénote l'intention hostile, des marqueurs de réciprocité comme mɛa-ḇáɛṭēṭum ou de restriction comme ġêr : keiḇdówlek-ɛalêh ou keiḇdówlek-ɛalêh ḇ˘lsân19 wâḥed, litt. « alors toutes commencent (d'un même coup de gueule) », litt. « elles commencent contre lui (d'une seule langue) » ; ukeiḇdów mɛa-ḇáɛṭēṭum ġêr « elles se mettent à échanger sans relâche des injures », litt. « elles commencent avec les unes les autres seulement ».

32Les exemples cités pour illustrer les correspondants du verbe « injurier » dans les emplois dialectaux courants insistent sur le fait qu'il s'agit de « proférer des injures à l'adresse de quelqu'un », ce qui établit le primat quasi absolu de l'injure dite interpellative où l'injuriaire est en même temps l'injurié (Larguèche, 1983 : 40 sq.). Par le recours aux termes expressifs ou aux figures, ce sont les modalités du dire injurieux qui sont posées. L'examen des représentations des scènes d'injure vont confirmer les aspects dégagés par l'examen du lexique.

Qui injurie qui et dans quelles circonstances ?

33Les deux corpus de textes, tangérois et takroûniens, proposent plus d'une quinzaine de situations de crise pouvant déboucher sur des échanges d'injures ; près de la moitié demeure à la marge ou en-decà de l'injure proprement dite, dans des conditions qui vont être définies. Les cas où le contenu de l'injure n'a pas été explicité, en récit par exemple, mais pour lesquels les circonstances et les statuts des protagonistes sont connus ont été pris en compte.

Les circonstances

34Les scènes d'injures proposées par les textes peuvent être réduites à deux types récurrents :

  1. L'injure stigmatise un travail mal exécuté, souvent dans le cadre d'un accord qui se trouve de ce fait rompu ;

  2. L'échange d'injures intervient dans une compétition, dans un contexte de travail ou de fête, caractérisé par la mixité ; hommes et femmes, hommes bien nés et pauvres diables sont réunis dans un groupement circonstanciel hétérogène, voire dans une certaine promiscuité.

35Le premier cas, l'injure-sanction, est illustré par un texte tangérois (Tg.T. : 3, trad. 27) ; le propriétaire d'un four de quartier, qui cuit le pain des boulangères familiales et reçoit traditionnellement sa rémunération en nature sous l'espèce d'un pain confectionné à son attention, découvre que ce pain est raté. Les narrateurs relatent qu'il injurie la femme qui l'a confectionné. De même, dans le cadre de l'entente qui lie la ménagère boulangère et le mitron chargé de porter le pain au four, de veiller à ce qu'il soit bien cuit et de le rapporter à domicile, il arrive que le pain soit mal réussi. La femme alors injurie le mitron. Dans les deux cas, la relation commerciale s'interrompt. Il n'y a pas de réplique de la part de l'injurié. La femme boulangère n'est pas présente quand le fournier l'injurie et le mitron interpellé ne saurait répliquer dans la circonstance décrite.

36Le second cas est défini par le fait qu'il y a compétition et promiscuité. On en relève un premier exemple dans un texte tangérois (Tg.T. : 43, trad. 152). Sur un même chemin se font face la foule des participants à une fête religieuse (l'ɛanṣṛa, qui se tient sur la montagne) et un bûcheron pourvoyeur de bois circulant difficilement en sens inverse avec sa charge. Devant la cohue des pèlerins qui bloque son avance, le bûcheron lâche une appréciation désobligeante assimilant les pèlerins à une bande de guerriers en déroute, ce qui déclenche une bordée d'injures de la part d'une vieille femme, aussitôt relayée par un groupe de congénères. Le bûcheron est contraint de battre en retraite.

37Au cours de la moisson décrite dans un texte à Takroûna (Tak.T. : 39, trad. 235), il y a compétition entre deux moissonneurs pour le titre de « roi de la moisson ». Il s'agit de la survivance d'un rite ancien, dont le contenu a totalement changé dans un contexte économique nouveau (cf. Breteau/Roth, 1997 : 30-31). Le choix du maître provoque le dépit et les reproches de l'évincé, qui se sent injustement écarté. Par rapport au maître, l'évincé manie l'ironie (voir ci-dessous) alors que la dispute proprement dite, avec échange d'injures, l'oppose au vainqueur, qui s'est substitué au maître dans la réponse à la tirade sur le mode ironique. Les deux rivaux ont apparemment le même statut face au maître.

38C'est encore la compétition économique et une certaine promiscuité entre hommes et femmes qui déclenchent la dispute opposant deux glaneuses à propos du comportement de l'une d'elles, accusée de glaner sur les basques du mari de l'autre. Les deux belligérantes sont de même statut : ce sont des saisonnières étrangères au village.

39Ces deux dernières disputes sont arbitrées par les témoins. Les deux hommes en rivalité sont réconciliés sous l'égide du maître, les deux femmes sont rossées par leurs maris.

40Un autre échange d'injures intervient lors de la célébration de la fête de l’ɛanṣṛa par les Tangérois. Quand les jeunes filles veulent accrocher la balançoire pour se livrer au jeu de l'escarpolette, elles font appel pour les aider à un garçonnet qui se trouve être le frère de l'une d'elles. La présence du garçon déclenche une première chamaillerie entre les fillettes et l'une d'elles, houspillée par une compagne, puis par un groupe de vieilles femmes, revient toute honteuse auprès de sa mère. Celle-ci ne supporte pas l'humiliation infligée à sa fille et injurie une des vieilles qui l'ont agressée. La fillette interrogée ultérieurement par ses compagnes sur l'incident l'attribue à la jalousie des vieilles femmes face aux jeunes filles promises aux plaisirs du jeu de la balançoire. Il y a donc un double ressort au déclenchement de l'échange d'injures : la rivalité des jeunes et des vieilles et l'obligation pour la mère de riposter à l'humiliation imposée à sa fille.

41Les textes tangérois illustrent une autre caractéristique qu'on pourrait appeler le côté contagieux de l'injure. Il se trouve toujours, en particulier chez les vieilles femmes, quelqu'un pour relayer l'injurieur.

42Toutes les scènes d'injure que proposent les narrateurs s'inscrivent dans un contexte qui en éclairent la genèse. Aucune injure n'apparaît comme gratuite ou comme la seule expression d'un mouvement d'humeur ou d'un manque de maîtrise propre à un individu dans une circonstance indéterminée. Les scènes d'injure surviennent dans un environnement social où les relations sont hiérarchisées et codifiées et définissent des propos également attendus et codifiés. Il existe en quelque sorte un système de convenance (Galand-Pernet, 1998 : 176), même pour la pratique non recommandable de l'injure.

Qui injurie qui ?

43Si l'on considère maintenant l'autre aspect de la question posée, soit : « qui injurie qui ? », on constate qu'il s'agit quasi exclusivement de personnes de statut jugé peu honorable dans les groupes concernés, d'étrangers désignés comme tels, de femmes ou d'enfants. Ainsi un fournier injurie une femme boulangère ; celle-ci injurie un mitron ; de vieilles femmes - redoutables spécialistes de l'injure - dépeintes comme « vieilles, très vieilles », « décrépites », « pareilles au scorpion », « pareilles au serpent dont le nez distille le venin » injurient, qui un bûcheron, qui une fillette ou sa mère prenant sa défense ; une glaneuse injurie une comparse sur l'aire de la moisson, toutes deux étant étrangères de passage.

44Ce sont donc des personnes modestes, des pauvres et des faibles, économiquement et socialement, qui sont injuriables ou qui pratiquent l'injure entre eux ou envers plus dévalorisé encore. Un dicton mentionné ci-dessus insiste, par exemple, sur la vulnérabilité de l'orphelin « exposé aux injures et aux brimades ».

  • 20 La mère de la fillette injuriée injurie à son tour. Les injurieuses menacent de faire appel à leur (...)

45Aucune forme de solidarité ne vient réellement pallier cette vulnérabilité chez les victimes représentées dans les corpus20 car elles se trouvent le plus souvent, semble-t-il, en dehors de tout réseau susceptible d'intervenir face à l'injurieur.

  • 21 Cf. l'énoncé suivant dans Tak. Gl. : 831, fréšlu-ḥṣîrtu "il lui a étendu sa natte", i.e. « il lui a (...)

46Pour illustrer le statut méprisable du mitron dans la société tangéroise, après qu'un portrait peu flatteur en a été brossé et qu'il a été souligné fortement qu'il est nécessairement étranger à la ville (rifain ou jbâla) - aucun petit Tangérois ne saurait se livrer à cette occupation -, il est fait mention d'un dicton qui caractériserait sa nature et son comportement peu honorables : yâ-ṭ˘ṛṛâḥ, yá-lmeṛṛâḥ, yá-mēyéṯ-ɛalá-ksīrá « mitron, petit fripon, qui te ferais tuer pour un quignon » ; litt. avec apostrophe : « ô mitron, ô fripon, ô toi qui... ». Ce dicton ou cette injure, selon le contexte d'énonciation, peut éventuellement être complété par un couplet encore plus injurieux : ḥáuwīt-yémmak-t˘ḥt-˘lḥṣêṛa « j'ai eu ta mère sous le paillasson ! 21.

  • 22 Par sa mise en forme, la séquence ulâd-˘lqâɛ ulbâɛ uššmâɛa men-drâɛ qui prétend établir l'honorabil (...)

47À l'intérieur de la stratification sociale qui départage les individus en gens honorables et gens peu honorables, telle qu'elle s'esquisse à partir des éléments objectifs fournis par les récits, se manifestent chez ces derniers des tensions et des exclusions. L'initiateur d'une scène d'injure, par le fait même de prendre la parole et d'apostropher son interlocuteur ou simplement de jeter à la cantonade une réflexion l'impliquant (cf. le bûcheron) provoque ce qui peut s'interpréter comme une rupture d'équilibre dans la hiérarchie des statuts. L'apostrophé est mis en infériorité. Il doit répliquer. Dans plusieurs scènes, l'apostrophé proteste de sa qualité et prend ses distances d'avec l'apostropheur, affirmant qu'il n'a rien à voir avec lui. Dans la dispute entre le bûcheron et les vieilles, ces dernières dénoncent sa qualité de nouveau venu dans le pays et lui dénient le droit de prendre la parole contre elles ; elles ne reculent pas devant l'emploi de termes grossiers : â.. .nṯîna ! ˘Iḫárya dyâlek ḇâqa-ma-iḇs˘ṯ f˘lblâd ! užîṯi-katšḇáɛ f˘syâdek ulâd-˘lqâɛ ulbâe uššmâɛa men-drâɛ « Eh dis donc, toi ! Ta fiente n'a pas encore séché dans le pays et tu veux avaler tes seigneurs et maîtres, les gens de vieille souche, de famille puissante, dont les chandelles ont une coudée de long !... »22. La même prise de distance dédaigneuse se relève dans la dispute entre les deux glaneuses, l'une refusant tout point commun avec l'autre, affirmant par là-même sa supériorité : aš-bêni-ubênek nušriḥâlek ? énti mən-gbîla uâni-mən-gbîla « qu'y a-t-il de commun entre toi et moi pour que je te cherche une histoire ? Je suis d'une famille et toi d'une autre ! »

48En conclusion, ceux qui injurient et ceux qui sont injuriables n'appartiennent pas à la société des hommes bien nés. Les dépeindre s'injuriant relève d'une réalité tolérable qui se constitue en cliché ou en stéréotype plaisant, dans un registre humoristique, sans que cela porte apparemment à conséquence.

Le rôle des témoins

49La majorité des scènes d'injure dans les corpus considérés se déroulent en présence de témoins. Il apparaît que ces témoins sont essentiellement porteurs des valeurs de la société et que leur rôle est avant tout celui de censeurs, de médiateurs ou de châtieurs. Ils peuvent intervenir dans le déroulement de la dispute pour inciter au calme et tenter d'éviter injures et coups. D'une certaine façon, ce rôle ne les rend pas disponibles pour entrer dans le jeu de l'un ou l'autre des adversaires et prendre parti. Les adversaires en appellent néanmoins aux témoins ou en réfèrent à eux pour essayer de se justifier et d'établir partiellement leur bon droit, en particulier dans l'injure-sanction. Mais au niveau du fonctionnement de l'injure et de son effet, la présence de témoins rend l'humiliation de l'injure plus cuisante pour l'injurié.

50Système de l'honneur et éthique musulmane, s'ils tendent tous deux à proscrire l'injure, le font pour des raisons différentes et ne la gèrent pas de la même façon. Si le système de l'honneur interdit l'injure entre pairs bien nés, c'est principalement en raison du devoir de riposte et de ses conséquences. L'intervention des témoins vise à empêcher l'engrenage redoutable et l'escalade. L'éthique intervient pour calmer le jeu et éviter la parole malséante. Mais la sanction en cas d'échec de la médiation, au plan de l'éthique, ne peut être que morale. Tout musulman ou toute musulmane devrait être rappelé à l'ordre, même les femmes. C'est loin d'être le cas.

51À celui qui s'emporte, le témoin recommande la maîtrise de soi en l'appelant à maudire Satan, tenu pour le responsable de toute parole malséante : ánɛel-əššiṭân « maudis Satan (qui te fait parler) ». Le contrevenant aux règles de la politesse obtempère aussitôt en disant : aḷḷâh yánɛe lū yeḫzîh» que Dieu le maudisse et le confonde ! ».

52On a vu que l'on dissuade aussi un injurieur en lui faisant valoir que l'injure est affaire de femmes. Enfin, l'injurié, malgré l'offense, peut garder son sang-froid et feindre l'indifférence en recourant à l'ironie : tánɛel utánɛīš « puisses-tu vivre et continuer à maudire ! », i.e. « je n'en ai cure ! ».

  • 23 Le mitron n'a pas qualité pour intervenir en son nom. Mais en tant que messager, c'est lui que le f (...)

53Si injurieur et injurié sont souvent méprisables et extérieurs au système de l'honneur, les témoins, qui peuvent ou devraient intervenir, en relèvent pour leur part nécessairement. Mais les mitrons qui entendent le fournier injurier la boulangère sont sans statut et donc sans voix pour intervenir23, de même que dans l'altercation entre femmes ou jeunes filles, il n'y a le plus souvent pas d'intervention extérieure pour calmer le jeu avant la phase finale de l'altercation.

Un déroulement-type de scène d'injure

54Les corpus examinés ont déjà permis d'établir que l'injure y est principalement interpellative, se développe devant des témoins, qui interviennent ou laissent la dispute aller à son terme, s'inscrit dans un contexte qui en révèle les ressorts. L'injure « isolée » n'est pratiquement pas représentée.

55La scène d'injure peut inclure des citations de formes courtes de littérature orale, des serments, des défis et des menaces, dans une progression dramatique qui culmine avec l'injure proprement dite. Dans les textes takroûniens, relativement stylisés, il y a un continuum presque ritualisé dans le processus d'« injuriement ».

  • 24 Cf. une observation de Zagnoli (1991 : 303) selon laquelle cette modalité « laisse une possibilité, (...)

56D'un autre point de vue, on peut distinguer presque dans toute scène d'injure deux moments distincts. Dans le premier, en relation étroite avec le contexte, en particulier dans l'injure-sanction, des reproches ou des critiques fondées et argu-mentées sont formulées ; l'intervention se fait généralement d'abord sur un mode impersonnel24, parfois aussi personnel. Il est fréquemment fait recours à des citations de formes courtes de la littérature orale dont le contenu est en adéquation avec la réalité présentée. Cela s'apparente au fonctionnement dialogique du proverbe et on est dans l'ordre du spécifique (Larguèche, 1983 : 67 sq.). L'emploi de quelques formules consacrées d'inspiration religieuse vise à maintenir l'échange dans le registre du reproche tolérable, à la limite de l'injure, mais qui peut néanmoins en constituer le premier palier. Dans l'autre moment, le ton ayant monté et les défis s'étant enchaînés, on est totalement dans le champ de l'injure non spécifique, non contrôlée, détachée de la situation de départ, et où il est fait usage de termes grossiers. Les deux moments ne se présentent pas nécessairement dans toutes les scènes et ne s'organisent pas toujours dans cet ordre, mais ils correspondent à un canevas courant.

  • 25 Ce quatrain figure avec de légères variantes chez de Castries (1896 : n° 20, p. 15) et chez de Prém (...)

57Seul le premier moment est illustré dans les deux épisodes suivants. Quand le fournier tangérois constate que la boulangère l'a rétribué avec un pain tout aplati, il commence par formuler son reproche en citant un quatrain d'un poète connu - Sîdi eAbd-er-Rahmân el-Mejdoûb -, qui offre un parallèle avec sa propre mésaventure25 :

ɛatâṯa -lkéff udéff

« De la paume de la main elle l'a frappé »,

ḥ˘tṯá-ṛ˘ddâṯa méṯr-˘ṛṛgêfa

« Au point de le rendre pareil à un feuilleté ».

ṯqûl-ṭḥēna mselléf

« On dirait qu'il est fait de farine d'emprunt »,

ullá katsâl

l˘lmɛállem ḥsîfa

« Ou que la ménagère garde rancune au patron ».

58Ensuite les narrateurs se contentent de mentionner que le fournier injurie la femme boulangère sans citer les injures proférées.

59Quand le pourvoyeur de bois se trouve bloqué face à la foule des pèlerins, il les brocarde en les comparant à une bande en déconfiture et leur dénie en quelque sorte le statut honorable de pèlerins : hâdi-lmḥalla-dmūléi-slīmân, māšî-zzûyaṛ « c'est la maḥalla de Moulêy Slîmân, ce ne sont pas des pèlerins ! ». L'évocation de ce désastre historique bien connu ne manque pas de fonctionner pour les auditeurs comme un mauvais augure et appelle une riposte. Des vieilles femmes accusent le bûcheron de leur porter la guigne et l'injurient en le traitant, entre autres qualificatifs, de « fils de déguenillé ! », de « fils de banni », et elles le menacent. Ces injures renvoient à son statut d'étranger pauvre, apparemment d'origine espagnole, et à son métier déterminé par son appartenance ethnique.

60Dans la scène qui oppose la mère de la fillette houspillée et les vieilles femmes qui l'ont injuriée, seul le second moment est illustré par un échange nourri d'injures, pas moins d'une dizaine par protagoniste, et en une seule tirade. Ces injures sont non spécifiques, grossières, très blessantes. Elles stigmatisent des écarts de langage et de comportement et des particularités physiques intimes (organes, odeurs, etc.).

61C'est dans les textes takroûniens que la progression dramatique de la scène d'injure et le passage du spécifique au non spécifique sont le plus apparent et que l'inventaire des formes courtes qui accompagnent l'injure est le plus varié : interjections, invocations, dictons, formules coraniques, serments, menaces. Selon que le serment exprime l'engagement que prend l'énonciateur par rapport à lui-même ou qu'il est comminatoire et constitue une menace adressée à l'interlocuteur, il se situe avant ou après la profération d'injures proprement dites.

62Dans la scène qui oppose les deux aspirants au titre de « roi de la moisson », il y a un enchaînement de quatre répliques. Dans la première figurent une invocation, une interrogation ironique et un serment par lequel l'interlocuteur récuse la prétention de son rival et lui signifie son intention de ne pas se laisser ravir le titre. Le jurement s'effectue par le serment de la répudiation, dont Marçais précise qu'il est condamné par « la doctrine et l'éthique populaire » mais qu'il est largement pratiqué dans les « basses classes ». L'apostrophé réplique par un contre-serment, sur le sein de sa mère, et affirme qu'il ne laissera pas son adversaire jouir du droit qui lui a été octroyé par le maître. Les deux serments expriment l'engagement farouche de chacun de faire prévaloir ce qu'il tient pour son bon droit. Dans le second échange de répliques, le premier interlocuteur reproche au second de « jurer » et d'inciter autrui (en l'occurrence lui) à « jurer » ; il l'accuse de fanfaronade et d'inefficacité et ponctue son accusation par la citation d'un proverbe :˘llsân-elḥârek wuḍḍrâɛ-elbârek» langue alerte, bras inerte ! ». L'adversaire l'injurie directement en l'apostrophant : búlla ya-si-ṭṭaḥḥân « par Dieu ! maître cornard. ! » et ils en viennent aux mains. Dans cette dispute d'hommes, une seule injure proprement dite a été proférée.

63L'autre scène d'injure met aux prises les deux glaneuses. Elle se compose d'une dizaine de répliques. Dans les quatre premières, il y a échange de griefs déclenché par l'accusation portée par l'une des femmes : l'autre s'approcherait trop de son mari en glanant ; elle l'accuse donc de « convoitise » et la défie : aš ha-ṛṛóġbœ ṛawu-uṛṛâġobḫaṣoṛ « en voilà une convoitise ! Rien ne réussit au convoiteux ! ». L'incriminée proteste et finit par inciter son accusatrice à plus de retenue. Les quatre premières répliques demeurent dans l'ordre du spécifique. L'accusée dans sa défense use de la formule-type de conciliation ṣálli-ɛala-muḥámməd « Dieu bénisse le Prophète ! », qui aurait pu désamorcer la tension, si elle n'avait pas été suivie immédiatement par un appel au silence exprimé sur un mode injurieux : uḏ̣úmm rigtek « ramasse ta bave ! ». À partir de là, s'enchaînent, avec escalade, d'autres accusations, des appels à l'arbitrage de témoins et des termes d'injure non spécifiques, introduits par ya.

À la marge de l'injure

64Il existe un certain nombre de situations à la marge de l'injure proto-typique telle qu'elle a été dégagée à partir des corpus examinés. Les principaux facteurs propres au déclenchement sont présents, mais il n'y a pas à proprement parler de profération d'injure. Ces cas d'injure évitée sont de types divers. On distingue l'injure désamorcée, l'injure-plaisanterie, l'injure rituelle, l'injure dite aux marabouts nonchalants, la quasi-injure ou l'« à peu près injurieux » qui constituent autant de cas où l'injure ne fonctionne pas à plein.

L'injure désamorcée

65Dans le cadre de ce qui aurait pu constituer une injure-sanction, un exemple d'injure désamorcée est fourni par un texte takroûnien. Dans la séance de labour (Tak.T. : 6-7, trad. 183-184), la manière de semer de l'un des participants suscite la critique d'un autre, qui met en cause son savoir-faire. Les deux hommes sont apparemment de statut comparable ; ce qui les différencierait serait donc leur expérience et leur compétence dans le travail qu'ils accomplissent en groupe. Des indices montrent que celui qui prend la parole pour adresser devant témoins des reproches au second ne le fait pas de façon totalement mesurée : ulā-ḏa-bîh ḥmə́dɛaṭaṣṣ-aɛla-ṣâleḥ : « áḷḷa-aḷḷ-aḷḷa ! waḷḷâhi ɛêb aɛlîk yā-sī-ṣâleḥ ! îdek mîši ṯâbta fə-zzarrîɛa »... » et voilà qu'Ahmed dit brusquement à Ṣalaḥ : « Mon Dieu ! mon Dieu ! Par Dieu ! c'est honteux (litt. « honte sur toi »), Si Ṣalaḥ, d'avoir la main si peu sûre en semant !. ». Les éléments constitutifs d'une situation de crise sont en place : il y a compétition et rivalité, jugement critique, interpellation vigoureuse devant témoins, énumération des gestes mal accomplis, exposé des conséquences et ordre de quitter le groupe des semeurs pour rejoindre celui des laboureurs. L'interpellé ne peut que se sentir profondément humilié.

66Le verbe qui introduit l'intervention d'Ahmed est ɛaṭaṣ ; son sens premier est « éternuer ». Il désigne un acte inconvenant, irruptif, non contrôlé ; le verbe signifie secondairement « faire à qqn. de vives et brusques remontrances », « manifester violemment à qqn. de l'irritation ». Il s'agit d'une parole agressive (cf. l'emploi de ɛala) et abrupte. L'intervention d'Aḥmed comporte une invocation (áḷḷa-aḷḷá-aḷḷa) qui vaut comme déploration très expressive d'un événement fâcheux ; elle est suivie de la formule introduisant le serment (waḷḷâhi) dans sa réalisation formelle la plus solennelle (avec la présence de la voyelle désinentielle-i), de l'interjection « honte sur toi », de l'apostrophe « ô Si Ṣalaḥ ». Les modalités du dire et le contenu relèvent de l'injure. Mais Aḥmed termine son intervention par la formule : eddîn ɛand-aḷḷá laslâm « La vraie religion, au regard de Dieu, c'est l'Islam ». Une note de W. Marçais (n. 17 : 192) glose ainsi l'emploi de la formule : « Notre qualité de musulman nous interdit, à toi d'agir comme tu le fais, à moi de t'adresser des reproches excessifs et injurieux. Je n'ajoute rien de plus ! Puisse cela te suffire ! » Et Marçais d'ajouter « Cette expression s'inspire d'un texte coranique bien connu (III, 7) ; elle équivaut à une réprobation formelle, conçue en termes intentionnellement mesurés, mais n'admettant pas la réplique ».

67L'interpellé cependant proteste, en arguant de son expérience et de sa compétence et traite implicitement son interlocuteur de novice. L'emploi de la formule d'inspiration coranique n'a pas bloqué la réplique mais elle a contribué à désamorcer la portée injurieuse de l'intervention d'Aḥmed et à éviter l'escalade. L'adversaire proteste en termes mesurés. Le règlement de la querelle intervient de façon définitive quand Ahmed fait devant les assistants la démonstration irréfutable de son savoir-faire et de sa supériorité en la matière. Tout le monde en est convaincu et l'incident est clos.

68Dans un autre cas, c'est la différence de statut des interlocuteurs qui bloque le déclenchement d'une scène d'injures ; l'amertume et le ressentiment peuvent s'exprimer dans le registre de l'ironie. C'est ainsi que procède à l'égard du maître le candidat évincé dans le choix du « roi de la moisson ». L'inadéquation du propos à la situation en révèle la portée ironique : « Dieu accroisse ton bien ! ». Ce vœu est ainsi répété à plusieurs reprises. La rancœur du prétendant malheureux trouve cependant un exutoire dans la scène d'injure qui se développe entre le vainqueur et lui, et dans laquelle le candidat choisi par le maître s'est en quelque sorte substitué à ce dernier dans la réponse à la tirade ironique.

69L'évitement de l'injure peut aussi être le fait d'une auto-régulation et du bon sens des protagonistes. On en relève un exemple dans un des cas d'injure-plaisanterie.

L'injure plaisanterie

  • 26 Le texte dit explicitement dans la traduction : « Après les avoir muselées, [il] se sentit pris de (...)

70L'intention de plaisanter est en balance avec celle de blesser et l'emporte sur elle dans la visée de l'injurieur. Dans le texte de Tanger, déjà cité, qui relate le pèlerinage de l'ɛanṣra, le garçonnet vivement convoqué par les jeunes filles pour accrocher la balançoire leur fait grief de leurs cris et du vacarme qu'elles ont déclenché en l'appelant au vu et su de tous. Il les menace du célibat, ce qui les réduit à un silence consterné ; puis voyant l'effet de sa menace26, il prend pitié d'elles et leur dit : « c'est pour rire ! » et elles lui répliquent alors sur le même mode de la plaisanterie.

71Mais à moins que l'intention de plaisanter ne soit clairement spécifiée, comme dans ce cas, il demeure une ambiguïté dans l'appréciation de la visée de l'injure et sa réception par l'injurié. La limite entre agacerie et injure reste ténue.

  • 27 Les désignations de la parole malséante empruntent le plus souvent au lexique des cris d'animaux (c (...)

72Pendant la séance de mouture décrite dans un texte takroûnien, une jeune femme énumère en chantant tous les noms des jeunes gens du village qui ne sont pas encore mariés (Tak.T. 111, trad. 317) ; par jeu, elle introduit dans la liste le nom d'un homme dont l'épouse est présente et « dont personne n'ignorait que son amour pour son homme lui faisait trembler les os ». Bien que la chanteuse se rétracte aussitôt et retire le nom prononcé en disant : « ô mot qui m'a échappé, rentre dans ma bouche ! », l'épouse réagit avec la plus grande irritation « insultant du doigt, insultant du bras, insultant de la langue, l'écume aux lèvres, bramant (comme une chamelle) »27. Elle défie et menace longuement rivales potentielles et mari infidèle. Son comportement totalement déraisonnable déclenche l'hilarité générale. La scène s'achève néanmoins par des embrassades. Le caractère de plaisanterie a finalement prévalu, même dans l'esprit de la victime.

73Une autre injure évitée se situe lors des travaux de la moisson à Takroûna. Une femme en accuse une autre de s'être approprié une gerbe qu'elle aurait elle-même liée. L'accusée réagit avec modération et démontre à son interlocutrice qu'elle s'est trompée, par un argument irréfutable qui convainc l'accusatrice ; cette dernière reconnaît son erreur, présente ses excuses et proteste de son amitié. Dans cette scène qui rappelle la dispute des deux semeurs, il n'est pas fait mention de témoins et l'incident s'achève par des échanges de vœux entre les deux femmes.

74Parmi les injures à la marge qui relèvent du registre plaisant, il faut signaler l'injure-cajolerie, qui s'adresse préférentiellement aux enfants. Le Glossaire signale qu'elle implique souvent l'emploi du verbe yánɛel dans un sens atténué et qu'elle est désignée du nom de turbâža ou tarbîža. Il n'est pas certain que ce type d'injure-cajolerie soit toujours perçu comme telle par l'enfant injurié et que la part d'agressivité qu'elle comporte soit toujours neutralisée.

L'injure rituelle

75Un autre type d'injure particulier est représenté par l'injure rituelle. Elle figure dans le texte takroûnien qui concerne la procession de la demande de pluie (Tak.T. 27, trad. 204). À la fin du rituel, les enfants injurient et lapident celle qui a conduit le cortège et elle les injurie à son tour. Marçais suggère que s'exprime par ce rite l'attente de l'effet bienfaisant attaché aux injures et aux imprécations des victimes (ibidem. note 39, p. 224)

76On peut éventuellement aussi considérer comme des injures rituelles ce que des spécialistes ont nommé l'injure aux saints récalcitrants. Le terme mlazzdésigne en Tunisie ce genre particulier de poésie religieuse « dont l'objet propre est l'insulte aux marabouts nonchalants ». Parmi les circonstances propices au fait d'injurier que nous avons citées, ce type particulier pourrait correspondre à l'injure-sanction, dans le cadre d'un « contrat » rompu par les puissances tutélaires, qui tardent à exaucer les prières de leurs fidèles. C'est un aspect connu de l'islam populaire.

La quasi-injure ou l'« à peu près injurieux »

77C'est à propos d'un contexte ludique qui oriente plutôt vers l'injure-plaisanterie que Marçais introduit la notion d'« à peu près injurieux » dont il rappelle qu'il fut pratiqué de tout temps dans la société arabe (Tg.T. 182, note 2, avec renvoi à Buḫārī, Isti'ḍan, n° 22, Doutté, Merrâkech : 35 sq, Desparmet, Arabe dialectal : 35).

78Au cours d'une partie de jeu, des participants taquinent le propriétaire déconfit d'une toupie endommagée par les coups reçus. Un premier intervenant adresse au malheureux la formule de condoléance prononcée pour la mort d'un proche. Il s'agit bien sûr d'un usage détourné et ironique de la formule. Un autre joueur enchaîne avec une malédiction : ṛ˘bbí-eḫli-fâlo « que Dieu lui donne un augure misérable ! ». La note précise qu'articulé rapidement cet énoncé peut être compris comme une formule de condoléance ṛ˘bbí-eḫ˘lfâlo (c.-à-d.˘eḫ-â-lo) « que Dieu la lui remplace ! ». Le destinataire naïf est abusé ; prisonnier d'une seule interprétation du message, il prend pour une marque de sympathie ce qui n'est que moquerie concertée. Ses interlocuteurs sont de connivence. C'est le double sens possible du message, impliquant la manipulation d'une formule consacrée et portant sur une modification infime de la structure syllabique et du découpage des constituants lexicaux, qui semble désigné par le terme de « à peu près injurieux ». L'effet injurieux n'est perçu que par l'injurieur et ses complices.

79L'« à peu près injurieux » sur le mode de la plaisanterie se pratique dans les milieux où règne une forte connivence (comme celui des ṭolba, par exemple) et peut également être utilisé pour s'adresser aux gens d'une autre religion. C'est une pratique tolérée, voire même recommandée par certains musulmans. L'injure fonctionne alors surtout comme marque d'exclusion.

  • 28 On retrouve dans le roman algérien écrit en français Nedjma (Kateb Y, 1956 : 14), qui ne présente a (...)

80Les exemples auxquels renvoie Marçais dans la note citée concernent, par exemple, les saluts des musulmans aux non musulmans. On peut éviter d'utiliser la formule canonique du salut musulman (*as-salâm ɛalaykum) et lui trouver un équivalent dans le registre de la politesse. On peut spécifier que le salut ne s'adresse qu'aux seuls musulmans : es-selâm ɛala hel-es-selâm « le salut sur les gens du salut ». On peut aussi brouiller et altérer le signifiant du message en substituant le mot selâma « sécurité ici-bas » à selâm. On peut encore « marmonner » es-semm, « le poison », à la place de es-selâm, ou le griffonner pour le rendre illisible dans un document écrit (Doutté, 1905). Dans la société coloniale, les personnes ciblées par ces formules d'exclusion étaient souvent détentrices du pouvoir, par rapport aux injurieurs ; la technique de l'« à peu près injurieux » permettait donc de brouiller le message d'exclusion, autant par précaution que par connivence28.

En conclusion

81La question posée dans le titre de cette contribution était : comment un double système contraignant comme celui de l'honneur maghrébin et de l'éthique musulmane - qui proscrivent tous deux l'injure, avec, il est vrai, des degrés différents de coercition -, peut-il s'accommoder de sa pratique ? L'examen des scènes d'injure que proposent les auteurs des Textes arabes tangérois et takroûniens permet d'apporter quelques réponses. Elles ont été regroupées en référence à un schéma d'interrogation classique : « qui injurie qui, en quelles circonstances et en quels termes ? ».

82Seules les personnes extérieures au système de l'honneur injurient et sont injuriables. Ce fait explique aussi que les témoins, garants des valeurs et des codes sociaux, ne soient pas partie prenante dans ces échanges d'injure et renvoient le plus souvent les protagonistes dos à dos, en particulier quand il s'agit de femmes.

83Les récits établissent les contextes d'émergence de l'échange d'injures et relatent les phases de son développement, relativement codifié, et les modalités de son expression. On a pu mettre en évidence, à la fois par l'examen du lexique et celui des scènes relatées, quelques traits culturels : le lien très étroit entre malédiction et injure, la prévalence de l'injure interpellative, la part importante de l'injure-sanction et les conditions dans lesquelles cette dernière peut valoir comme injure « évitée ».

84Ce sont les scènes d'injure opposant les femmes qui ont tendance à se constituer le plus facilement en stéréotypes d'un genre comique plaisant. Il se crée visiblement une complicité entre les rédacteurs hommes des textes et leurs lecteurs extérieurs à la culture.

85Le déroulement d'une scène d'injure typique, avec sa part d'injures spécifiques et non spécifiques a également montré combien les formules d'injure sont codifiées et combien grandes sont les interférences avec les formes courtes de la littérature orale traditionnelle, ce qui nous a amené à reconnaître un système de « convenance » dans la pratique de l'injure.

Haut de page

Bibliographie

BEAUSSIER M., 1958, Dictionnaire pratique arabe français, Typo-Litho Carbonnel, Alger, 1093 p.

BOKHÂRI (el-), 1903-1914, Les traditions islamiques, trad. O. Houdas/W. Marçais, 4 vol. , Imprimerie Nationale/E. Leroux, Paris.

BORIS G., 1958, Lexique du parler arabe des Marazig, Imprimerie Nationale/Librairie C. Klincksieck, Paris, 686 p.

BRETEAU Cl. H./ROTH A., 1991, « Du cri animal à l'homme sonore. Recherches comparatives sur l'auditif dans trois parlers arabes maghrébins », Littérature orale arabo-berbère, 19-20, pp. 

29-108.

BRETEAU Cl. H./ROTH A., 1997, « La moisson à Takroûna. Mise en récit et en dialogue par W. Marçais et A. Guiga », Littérature orale arabo-berbère, 25, pp. 21-56.

BRUNOT L., 1956, « La muzâwaja dans les dialectes citadins du Maroc », Mélanges Louis Massignon, Institut Français de Damas, pp. 251-286.

CASTRIES (H. de), 1896, Les moralistes populaires de l'islam. Les gnomes de Sidi Abd-er-Rahman El-Medjedoub, E. Leroux, Paris, 121 p.

DESPARMET J., 1904-1905, Enseignement de l'arabe dialectal, I et II, J. Desparmet, Blida.

FISHMAN J., 1965, « Who speaks what language to whom and when ? », La Linguistique 2, pp. 67-88.

DOUTTE Ed., 1905, Merrâkech, Comité du Maroc, Paris, 408 p.

GALAND-PERNET P., 1998, Littératures berbères. Des voix, des lettres, PUF (Collection Islamiques),

Paris, 280 p.

KATEB Y., 1956, Nedjma, Seuil, Paris, 256 p.

LARGUECHE E., 1983, L'effet injure. De la pragmatique à la psychanalyse, PUF, Paris, 167 p.

LARGUECHE E., 1991, « Le juron : parole sans foi ni loi, ou : du serment à l'injure », in R. Verdier (éd.), Le Serment, vol. II, CNRS, Paris, pp. 235-244.

MACHUEL L., 1901, Ed-Dalîl ou Le guide de l'arabisant, Alger, 96 p.

MARCAIS W., 1902, Le dialecte arabe parlé à Tlemcen. Grammaire, texte et glossaire, Publications de la Faculté des Lettres d'Anger, t. XXVI, Paris, 325 p.

MARCAIS W., 1911, Textes arabes de Tanger : transcription, traduction annotée, glossaire, Imprimerie Nationale/E. Leroux, Paris, 505 p.

GUIGA A., 1925, Textes arabes de Takroûna, I, Textes, transcription et traduction annotée, Imprimerie Nationale/E. Leroux, Paris, 426 p. ; II, 1958-1961, Glossaire, Imprimerie Natio-nale/CNRS/Geuthner, 4252 p.

FARES J., 1931-1933, « Trois textes arabes d'El-Hamma de Gabès, Journal asiatique, avril-juin 1931 : 193-247 ; oct.-déc. 1932 : 193-270 ; juil.-sept. : 1933 : 1-188. NOËL Ph., 1941, « Le serment chez les campagnards tunisiens », IBLA : 32-36.

PREMARE de A.-L., 1986, La tradition orale du Mejdûb. Récits et quatrains inédits, Edisud, Aix-en-Provence, 383 p.

ZaGNOLI N., 1991, « Jurari e jastimari. Situation du serment en Calabre méridionale », in R. Verdier (éd.), Le Serment, vol. II, CNRS, Paris, pp. 289-319.

Haut de page

Notes

1 Le système de notation utilisé dans les textes établis et publiés par W. Marçais a été grandement simplifié, en particulier la notation des timbres et des longueurs vocaliques. Le lecteur est invité à se reporter au texte original. Les abréviations Tak. Gl. renvoient au Glossaire des Textes arabes de Takroûna, Tak.T. aux Textes, Tg. aux Textes arabes de Tanger (cf. la bibliographie). Les citations et les traductions de W. Marçais ont été respectées.

2 L'obligation de réciprocité s'exprime aussi parfois, précise le Glossaire, dans l'expression de sentiments plus amènes : wúllī-ébbək ḥébbu walœ́w ma-ižâšī-ɛa-lkêf» et celui qui t'aime, aime-le, même s'il n'est pas sympathique ».

3 L'astérisque indique qu'il s'agit de la notation normalisée d'un énoncé ; ici c'est une translittération à partir d'une graphie arabe. La seconde mention de la page renvoie à la traduction.

4 Il est intéressant d'observer que les échantillons relevés concernent des groupes villageois et citadins. Les glossaires et lexiques arabes maghrébins citent des termes relevant du champ de l'injure mais les textes illustrant des variétés linguistiques de nomades ne comportent pas de scènes d'injures proprement dites. Ils présentent surtout des défis de poètes ou de guerriers, qui ont une autre fonction et s'insèrent dans un autre cadre.

5 On relève dans un texte tangérois une argumentation un peu spécieuse, mais amusante, émanant des narrateurs s'impliquant dans le récit. Il s'agit de la citation d'un complément obscène à un dicton injurieux qualifiant de façon spécifique les mitrons et à propos duquel figure l'argument suivant : « On ajoute encore au dicton quelque chose qui le complète ; c'est très grossier et désagréable à entendre ; j'ai honte de dire ; mais nous considérons que, d'une part, si nous nous taisons, nous priverons les gens de l'utilité (de le connaître) ; que, d'autre part, quelqu'un de mal intentionné lisant ceci, et ne trouvant pas ledit complément, pourrait bien dire : "Il n'a pas su donner tout le dicton ; c'est pour ça qu'il a prétexté la vergogne..." ». Les narrateurs se placent donc sous le contrôle des autres connaisseurs autochtones de la microculture concernée.

6 La plupart des auteurs de lexiques maghrébins traitent ces deux termes comme des synonymes, tout comme cela s'observe couramment en français (cf. Larguèche, 1983 : 1-9).

7 Le fait d'injurier ses propres parents est la faute majeure et la marque du comble de l'exaspération : aḫâni wulla-tébb-tsœbbə́bni fi-wāldáiya f-nnhâ « laisse-moi tranquille ! Ou bien est-ce que tu veux me pousser à bout aujourd'hui ? », litt. « tu veux me faire injurier mes parents » (Tak. Gl. : 1754). La mention littéralement, désormais abrégée litt., introduit un mot à mot proposé par nous tandis que la mention i.e. signale une glose des auteurs.

8 Les thèmes verbaux et verbo-nominaux exprimant le passif (thèmes dérivés en t ou n et participe passif en maCCûC) ont aussi le sens de « être frappé par les djinns d'un égarement de l'esprit ». Mais il faut rapprocher cette valeur d'une autre filière de sens de la racine SBB actualisée, par exemple, par subba « cause ».

9 Les formules de malédiction et d'injure font un usage fréquent de la construction en doublet, procédé expressif et intensif bien vivant dans les formes courtes de la littérature orale maghrébine (cf. Brunot, 1956).

10 On observe dans cet énoncé comme dans le dicton précédemment cité (issbb-sdJîn wulwàldên), un certain degré de mise en forme (par parallélisme, jeux de rythme et d'assonnances, recours à la construction en doublet) qui illustre le caractère formulaire de ces expressions.

11 On peut en quelque sorte figurer ainsi la constitution de cette injure : d'une première assertion « ton frère est un voleur ! », qui, dans le système des relations sociales concerné, a déjà une portée injurieuse, on passerait à l'affirmation d'une caractérisation : « tu es caractérisé par le fait d'avoir un frère qui est un voleur », puis à l'apostrophe : « ô toi dont le frère est un voleur ! », qui fonctionne pleinement comme injure.

12 Au thème dérivé exprimant la réciprocité, la forme verbale tnâlel signifie « échanger des insultes », tandis que dddâea (*tdâea) désigne le fait d'« échanger des blasphèmes ».

13 Dans les formules de malédiction citées par nos sources, en situation de dialogue, le destinateur ne maudit jamais lui-même en disant « je te maudis », mais il appelle la malédiction de Dieu sur la cible.

14 Les termes « injurieur » et « injuriaire » sont repris de Larguèche (1983) et sont utilisés dans le cas de la malédiction-injure. Le destinataire du message est ainsi à la fois l'injuriaire et l'injurié.

15 Les auteurs du Glossaire précisent que le terme courant pour désigner le « père » dans le parler de Takroûna est bbwái. La réalisation figure surtout dans les formes courtes, dont les injures.

16 On trouve même chez Boris (1958) la mention suivante : sábbni lelɛéreg elâdeš « il m'a insulté jusqu'à la onzième génération ».

17 Cet énoncé cité dans une note à un texte tangérois (Tg., 147, n. 2) a été relevé par l'auteur à Tlem-cen. Il est accompagné du commentaire suivant : « L'habitude d'insulter et de maudire les ascendants d'un adversaire est demeurée, malgré l'interdiction formelle attribuée au Prophète, une pratique courante dans tous les pays arabes ».

18 Le glossaire précise que ce verbe désigne aussi le fait de faire le geste obscène (t˘gwîl) qui accompagne les insultes dans les disputes de femmes et qui consiste à « frapper de la paume de la main droite le dessus de la main gauche fermée ».

19 Les occlusives b et t ont pour correspondants ordinaires dans le parler de Tanger des réalisations respectivement affriquée et spirante, toutes deux notées ici par un soulignement : et .

20 La mère de la fillette injuriée injurie à son tour. Les injurieuses menacent de faire appel à leur parenté masculine, mais cela reste de l'ordre du défi et les hommes en question n'interviennent généralement qu'après l'algarade et non pour prévenir les injures.

21 Cf. l'énoncé suivant dans Tak. Gl. : 831, fréšlu-ḥṣîrtu "il lui a étendu sa natte", i.e. « il lui a dit ses quatre vérités », « il l'a dénigré ».

22 Par sa mise en forme, la séquence ulâd-˘lqâɛ ulbâɛ uššmâɛa men-drâɛ qui prétend établir l'honorabilité et la notoriété de la famille dont se revendique la vieille femme semble correspondre à un fragment de forme courte, fonctionnant comme un blason. La réalisation occlusive et non spirante du phonème /b/ dans bâɛ pourrait également conforter cette hypothèse.

23 Le mitron n'a pas qualité pour intervenir en son nom. Mais en tant que messager, c'est lui que le four-nier charge de transmettre à la boulangère le serment comminatoire qu'il a formulé à son encontre.

24 Cf. une observation de Zagnoli (1991 : 303) selon laquelle cette modalité « laisse une possibilité, à l'injurieur et à l'injurié, d'éviter l'affrontement direct ».

25 Ce quatrain figure avec de légères variantes chez de Castries (1896 : n° 20, p. 15) et chez de Prémare (1986, n° 15, p. 66).

26 Le texte dit explicitement dans la traduction : « Après les avoir muselées, [il] se sentit pris de compassion pour elles ».

27 Les désignations de la parole malséante empruntent le plus souvent au lexique des cris d'animaux (cf. Bre-teau/Roth : 1991).

28 On retrouve dans le roman algérien écrit en français Nedjma (Kateb Y, 1956 : 14), qui ne présente au demeurant que de très rares scènes d'injures, une situation qui s'apparenterait à un brouillage par précaution. Des travailleurs algériens chuchotent des injures à l'encontre d'un entrepreneur français, c'est-à-dire qu'ils usent d'une modalité qui n'est pas celle de la parole injurieuse ordinaire et qui en modifie l'effet. Il est dit de l'injurié qu'il « déguste » ces injures formulées à voix basse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arlette Roth, « Entre les contraintes de l'éthique musulmane et du système de l'honneur, peut-il y avoir un usage toléré de l'injure ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/1200

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page