Navigation – Plan du site
Première partie – L'injure, la société, l'islam. Une anthropologie de l'injure

La politique de l’injure. Une décennie meurtrière en Algérie

"The politics of insult. A bloody decade in Algeria"
Abderrahmane Moussaoui
p. 165-179

Résumés

Très souvent, l’injure précède et/ou supplante l’agression physique. En situation de conflit l’injure pourrait être une sorte de stade suprême de la violence. En une décennie de violence politique en Algérie, plus que la mort c’est l’humiliation que subissent les corps avant, et les cadavres après, qui frappe les esprits. L’émasculation prend une place particulière. Cette injure qui consiste à « féminiser » l’autre renvoie en fait au sens de l’honneur qui est l’apanage des hommes ; ils en sont les exclusifs détenteurs et les principaux protecteurs. L’injure ne se résume donc pas à l’acte verbal. Elle peut également prendre la forme d’un acte physique que l’on subit dans sa propre chair. En contraignant l’autre à faire ce que la morale ou la situation rend obscène, cet acte peut être une attitude visant une torture morale extrême. Forcer l’époux à assister au viol de sa femme, ou le père, à celui de sa fille ; raser la tête d’une femme et l’obliger à vivre nue parmi des rebelles, constituent autant d’injures fatales pour ceux qui les subissent. Au-delà de la personne de la victime, ces injures sont également fatales pour son groupe d’appartenance.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une conception éliasienne de la violence, l’injure en tant que signe d’une violence symbolisée dans un mot, ou même, dans un geste, peut paraître comme l’expression d’une modalité « civilisée » de l’agression. À la lumière du terrain que nous présentons ici, celui de la guerre civile algérienne, même si l’injure présuppose une « civilisation des mœurs », elle ne signifie pas pour autant « une mise à l’écart de l’agression et de la violence » (Elias, 1973).

2En effet, dans l’économie générale de la violence, très souvent, l’injure précède et/ou supplante l’agression physique ; elle peut être alors perçue comme une violence symbolique moins dévastatrice que la violence physique. Cependant, en situation de conflit, nos observations suggèrent, au contraire, que l’injure pourrait être une sorte de stade suprême de la violence. Quand les atteintes au corps se banalisent, l’injure devient le biais le plus indiqué pour continuer à faire mal. Les blessures morales qu’elle occasionne sont alors autrement plus mortelles.

Un contexte de violence

3En une décennie de violence politique en Algérie, le bilan est dramatique. Le nombre de morts varie entre 100 000 (bilan officiel) et 200 000 selon la plupart des formations d’opposition. En y ajoutant les survivants, orphelins, veufs et veuves, mutilés et autres handicapés, le nombre de victimes total s’élève à plus d’un million, selon les déclarations du Président A. Bouteflika. Grossis ou minimisés ces chiffres ne rendent pas compte de toute l’horreur dans laquelle s’est perpétrée cette violence. Tuer devient secondaire à côté de l’humiliation que subissent les corps avant, et les cadavres après, cet acte ultime. Plus la victime est « significative » du point de vue du message, plus elle constitue un support idéal d’expression. L’objectif premier étant d’humilier, il y a une sorte de raffinement dans la mise à mort. Supplices spectaculaires et massacres collectifs sont des messages destinés le plus souvent au survivant qui devient ainsi la véritable victime.

4La victime matérielle, quant à elle, n’est que le support d’une cruauté croissante selon le message que l’on veut délivrer. On peut, par exemple, couper les doigts du journaliste ou la langue du chanteur, scier les bras et/ou les jambes du patriote qui a osé prendre les armes contre les groupes islamiques armés (GIA) etc. Cette cruauté peut se raffiner davantage pour aboutir à l’énucléation (percement et enlèvement des yeux) avant l’achèvement de la victime. Dans ce dépeçage, l’émasculation prend une place particulière. Quand la violence était encore limitée et ne concernait que les hommes, beaucoup parmi ceux qui ont succombé ont eu à connaître ce sort. Plus que le meurtre, pareil acte signale le mépris dans lequel on voudrait tenir la victime. Elle est rabaissée au statut de femme. Ainsi, sa mort n’est plus celle d’un héros. Cette injure, qui consiste à féminiser l’autre, renvoie en fait au sens de l’honneur qui est l’apanage des hommes ; ils en sont les exclusifs détenteurs et les principaux protecteurs. Une autre mutilation, moins tragique, renvoie à la même symbolique. Elle consiste à couper le nez de la victime. Rappelons que nez se dit nîf en arabe, et que ce mot est synonyme de fierté, d’orgueil et d’honneur. Comme au temps de la guerre de libération, les GIA n’ont pas hésité à couper le nez de ceux qui refusaient d’obtempérer à l’interdiction de fumer. Symboliquement ce châtiment est équivalent à une castration.

5Manifestement, le but n’est pas seulement d’anéantir, de faire disparaître, c’est également et surtout l’humiliation de l’adversaire qui est visée. Celle-ci est même indépendante de l’acte de faire mourir. Elle peut intervenir avant, pendant ou après la mort, avec des actes verbaux ou gestuels. Proférer des injures publiques peut se faire par l’emploi de mots soigneusement choisis en certaines situations. Cela peut s’accomplir également pendant la mise à mort d’une victime, en choisissant les techniques les plus humiliantes. Couper le sexe de la victime, par exemple, et le lui mettre dans la bouche quand c’est un homme, ou écarteler les jambes et mutiler les parties génitales de la femme, sont quelques-unes des formes que peut prendre l’humiliation qui commence sur un corps vivant et peut même se poursuivre après la mort. Dirigée vers les proches de la victime, l’humiliation use de divers autres procédés : exposition des têtes sur des piques, mutilation du cadavre, privation de sépultures, interdiction dans certains cas des manifestations du deuil par les survivants, etc.

6Au-delà des souffrances et des peines qu’occasionnent de telles humiliations pour les victimes qui les subissent, directement ou indirectement, ces humiliations apparaissent, surtout, comme autant d’obstacles dressés sur le chemin héroïque du défunt. Car, dans pareilles conditions, mourir demeure un acte héroïque quelquefois dûment recherché. Mourir en héros est autrement plus méritoire que de vivre sans honneur, et le héros n’est pas nécessairement le fortuné survivant mais plutôt celui qui a réussi à échapper de son vivant à l’outrage. Ainsi l’intégrité du corps de l’adversaire tué peut apparaître comme un signe de « réussite » du défunt et, par conséquent, un revers pour son bourreau. Ce dernier se rattrape sur le cadavre qu’il « injurie » pour lui ôter, à titre posthume, toute dignité. Plusieurs victimes supplient leurs bourreaux de les achever par balles. Procédé, certes moins éprouvant, mais surtout plus digne. Or, l’objectif du bourreau est précisément d’humilier avant de tuer en réduisant la victime à l’état de bête que l’on attache et que l’on égorge. En effaçant la dimension héroïque du défunt, la mutilation constitue l’injure suprême.

7Pour ce faire, du reste, il n’est pas toujours nécessaire de tuer. Quelquefois les Islamistes armés ont choisi délibérément de ne pas tuer mais de rendre infirmes, en confectionnant un type de bombes spécialement dosées pour sectionner les membres inférieurs du corps. Dressées sur les sentiers qui menaient à leurs caches, ces bombes étaient destinées aux forces de sécurité et à leurs auxiliaires pour les mutiler et les « rendre risibles » (maḍaka) comme l’affirmait un élément des GIA dans une séquence filmée destinée à la propagande.

8L’injure ne se résume donc pas à l’acte verbal. Elle peut également prendre la forme d’un acte physique que l’on subit dans sa propre chair. En contraignant l’autre à faire ce que la morale ou la situation rend obscène, cet acte peut être une attitude visant une torture morale extrême. Forcer l’époux à assister au viol de sa femme, ou le père, à celui de sa fille ; raser la tête d’une femme et l’obliger à vivre nue parmi des rebelles, constituent autant d’injures fatales pour ceux qui les subissent. Au-delà de la personne de la victime, ces injures sont également fatales pour son groupe d’appartenance.

9La définition courante de l’injure est réductrice si on la limite à son aspect verbal. En réalité l’injure peut prendre plusieurs formes. En français comme dans d’autres langues, ses multiples synonymes rappellent la pluralité des modalités à travers lesquelles elle peut s’effectuer et les divers sens qu’elle peut prendre. Elle est insulte, affront, calomnie, outrage, diffamation, infamie etc. Comme le rappelle son étymologie latine injuria, l’injure est absence de justice, une injustice. De ce point de vue, peut être considérée comme injure toute expression ou attitude destinée injustement à causer du tort à autrui.

10Sur le terrain concerné, plusieurs équivalents servent à dire l’injure en langue arabe. Certains ne sont utilisés que dans le langage parlé comme al-iyâ (la chute) ou al-takhâr (le défaut). D’autres ne se déclinent que dans la langue littéraire classique comme al-hajû (la moquerie, la satire), al-qardh (la médisance) et al-qadhf (l’attaque). Beaucoup cependant sont utilisés dans l’un et l’autre registre comme al-shatm (l’insulte grossière), al-m‘ayra (l’invective), al-la‘na (l’anathème).

11Cependant, c’est le terme al-sabb qui est le plus usité dans tous les registres. Le verbe sabba veut dire couper, transpercer, percer etc. Pratiquer une entaille avec une arme tranchante se dit également avec les mêmes mots nous disent les lexicographes arabes. Dans son dictionnaire, Kazimirski nous signale que le mot sabba signifie « faire des entailles avec une arme tranchante aux pieds d’une bête pour l’empêcher de marcher ».

12Le sens paraît donc lié à l’idée de blesser sans tuer. Une blessure incommodante qui empêche d’être comme avant mais qui ne tue pas. Le sabb suggère l’idée de déchirure violente, et par conséquent celle de rupture. C’est ainsi que rompre les liens se dit qaṭ‘ al-asbâb. Le sabb consiste précisément à signifier la rupture de ces liens : celui qui injurie est un faiseur d’entailles. C’est ce même mot sabbâb qui est utilisé pour désigner la personne dont le métier est de couper les tendons (sabbâb al-‘arâqib). Si l’étymologie latine du terme « injure » renvoie au sens de l’injustice et de « violation du droit », le terme arabe sabb, suggère plutôt l’idée de blessure.

13L’injure est un dommage qui peut prendre la forme d’une parole, d’un geste, d’un dessin, d’une parole, d’un geste, d’un dessin, d’une caricature ou de toute autre expression outrageante. Contrairement à certains actes, d’emblée ressentis comme des offenses, l’injure exige de son destinataire une connaissance préalable des règles du code dans lequel s’inscrit l’auteur de l’injure. Ce code est appelé code de l’honneur quand il fixe, dans un groupe, les frontières de la dignité morale à préserver en empêchant quelqu’un d’autre de les franchir. Injurier c’est franchir ces frontières. Quand cela arrive, les réponses sont codifiées également pour celui qui veut rétablir le sentiment qu’il a de sa dignité morale. Car, insulter c’est s’attaquer à l’honneur, ce qui exige réparation. Dans une situation où le stade de l’échange a largement dépassé le niveau de la communication orale, les attaques à l’honneur (les injures donc) passent par les actes de violence physique. Parce que, même en situation de violence physique massive, l’injure demeure autrement plus blessante. On peut tuer au couteau, à l’épée, à la scie à la hache et avoir besoin de faire encore plus, par l’injure, pour atteindre, au-delà du corps, la personne. La violence physique est destinée à détruire le corps, seule la violence symbolique atteint l’être dans la dimension qui le fonde en tant qu’humain. La victime qui a vu un être cher éventré, égorgé, décapité, dépecé, craint et souffre davantage encore des actes injurieux liés à l’honneur.

Honneur et places d’honneur

14L’honneur peut se traduire en arabe par sharaf (éminence), jâh (prestige), ‘ir (réputation), ḥurma (considérations, égards et honneur) nîf (orgueil, amour propre) et même ‘âr (honte). Cette pluralité lexicale, qui se double d’une polysémie du concept lui-même, peut nous aider à explorer le sens de l’insulte.

15Autant l’honneur est une valeur sociale, autant il est une valeur psychologique et, à ce titre, il demeure un sentiment subjectif. Du déshonneur des uns se nourrit l’honneur des autres. En infligeant du déshonneur et de la honte à l’adversaire, on signale sa prétention à une place d’honneur. « Le vrai vainqueur d’une joute d’honneur, croit sa réputation grandie de l’humiliation du vaincu » (Pitt Rivers, 1983 : 31). De cet agencement des actions en une sorte d’échelle inversée, résulte une dialectique de l’honneur où la bonne réputation d’un groupe est nécessairement ressentie comme un opprobre chez les membres du groupe adverse.

Injure et politique

16Injurier en politique, pour les uns et pour les autres, c’est mobiliser des registres allant à l’encontre des valeurs éthiques partagées par le groupe. Le but est de porter atteinte à l’honneur de l’autre en s’attaquant à sa dignité morale et/ou sociale.

17Pour ce faire trois registres sont usités en général par les uns et les autres. Il y a le registre bestial, le registre religieux et le registre moral. En réalité les trois registres s’interpénètrent comme dans l’expression ḥallûf al-ghâba qu’utilisent les GLD (groupe de légitime défense) pour désigner les islamistes armés. allûf, le porc, cette « bête singulière » qui symbolise l’impureté. allûf al-ghâba, littéralement « porc de la forêt », sert dans le parler maghrébin à désigner le sanglier. En qualifiant les membres des groupes armés de sangliers, leurs adversaires font référence d’abord à leur vie quotidienne qui se déroule dans les reliefs boisés et dans les maquis. Par ailleurs, cette expression rappelle que le sanglier, comme le porc, est aux yeux du musulman un animal impur dont la consommation de la chair est illicite. L’évoquer c’est convoquer des images avilissantes associées à cet « animal éboueur » qui se nourrit de pourriture. Il n’est pas anodin de réduire des combattants qui se posent en défenseurs de l’islam, à la figure de l’un des interdits les plus respectés de la religion musulmane dont la seule idée de l’enfreindre (manger la chair du porc) suscite l’écœurement chez beaucoup. Rappelons enfin que ces affrontements se déroulent le plus souvent dans l’arrière pays, dans un monde rural où le sanglier est un animal dévastateur synonyme de dégâts et que le tuer est une activité banale et courante.

  • 1 « Chiens de Zeroual », du nom du président de l’époque, est le sobriquet utilisé par les islamistes (...)

18À ces injurieuses épithètes, les membres des GIA répondent avec la même politesse, taxant les GLD de klâb Zeroual1. Là aussi, nous avons affaire à un animal impur et dont la chair n’est pas licite à la consommation. Socialement, le chien symbolise également le degré extrême du mépris : c’est l’animal sans orgueil ni dignité, qui accepte les rôles les plus ingrats pour pouvoir se nourrir, sa nourriture étant faite de restes. En qualifiant les GLD de « chiens », leurs adversaires les considèrent comme dénués de tout orgueil et n’étant mus que par des motivations bassement pécuniaires. Autrement dit, les GLD n’auraient aucun idéal sinon celui du ventre. Par ailleurs, au Maghreb, le chien est associé à la médisance et à la délation. Les « chiens du douar » aboient sans motifs sérieux pour ameuter les habitants parce qu’ils ne connaissent pas la pudeur qui recommande la discrétion. Objet de mépris, le chien dont la fidélité au maître est aveugle, est aussi objet de crainte. Capable de mordre à mort, il n’hésite pas à manger la charogne. En usant de pareilles épithètes, on attribue ainsi à l’adversaire toutes les tares d’une bête vorace et sans orgueil.

19Le point commun entre les deux figures animales évoquées dans les injures d’un côté comme de l’autre est le caractère d’interdit sacré qu’elles présupposent. Ainsi le porc est l’animal impur par excellence tout comme le chien est un animal souillé. Klâb et ḥallûf sont des animaux non consommables et nuisibles pour l’homme, le ḥallûf surtout. Ces figures déjà suffisamment négatives en elles-mêmes, le sont davantage quand on ajoute à chacune un qualificatif également dégradant. L’expression ḥallûf al-ghâba insiste sur l’aspect sauvage, et celle de klâb Zeroual souligne la servilité.

20Par ailleurs, traiter les uns de klâb et les autres de ḥallûf c’est les rabattre au stade animal, leur enlever leur humanité. Et, dans pareil contexte, ce discours n’est pas toujours exprimé par un langage symbolique, il arrive qu’il se traduise par des actes concrets. Ainsi, souvent les femmes ayant fait l’objet d’un rapt par les groupes islamistes armés sont réduites physiquement à cet état animal. Elles sont déshabillées et utilisées comme des bêtes de somme qui puisent l’eau, lavent et cuisinent.

21Quoi qu’il en soit, animaliser, c’est exclure du droit au respect. Aux écrits journalistiques taxant les membres des GIA d’infra-humains, font écho les sobriquets en usage chez les « patriotes » et leurs adversaires. L’usage d’une taxinomie animale, souvent appuyé par une description physique (les membres des GIA sont régulièrement décrits comme hirsutes par exemple) par les protagonistes, signale l’intention des uns et des autres. Chacun cherche à déchoir l’adversaire de son statut d’humain. Pour suggérer le lien qui existerait entre l’état animal et l’ennemi, on se contente souvent de la description de l’adversaire : hirsutes, puants, sales etc. Comme l’écrit Florence Burgat (1999 : 45) : « … l’animalisation, en dehors de la réalité zoologique des catégories spécifiques d’homme et d’animal, constitue un processus de destitution du droit à avoir des droits ». Le même auteur nous dit un peu plus loin que : « Ces concepts sont plus normatifs que descriptifs et désignent avant tout une condition, une situation à l’intérieur d’une hiérarchie, un statut » (ibidem : 47).

Du religieux et de l’éthique

22Pour atteindre la dignité morale d’autrui, on use également du registre religieux. Les forces de sécurité et les représentants de l’autorité publique sont tous, aux yeux des groupes islamistes armés, des ṭaghût. Le vocable signifie à la fois tyran et mécréant. Il renvoie à celui qui refuse de se soumettre aux préceptes divins et qui s’érige lui-même en Dieu. Accuser l’autre d’un écart aussi blasphématoire est un acte disqualifiant, en ce sens qu’il met son destinataire à la merci du fidèle qui, dès lors, s’estime autorisé, voire obligé, de réparer pareil outrage. aghût est en fait un anathème qui désigne à la vindicte celui dont le sang ne vaut plus aucun prix et peut alors être l’objet d’une effusion, à l’instar de tout animal impur et nuisible. De ce même point de vue, l’expression Yahûd Muḥammad (juxtaposant le terme juif au nom du Prophète) semble encore plus éloquente. Elle relève également d’un sacré transgressé, mais exprime plus fortement que le qualificatif précédent l’idée de sacrilège. Associer le nom d’une ethnie considérée particulièrement comme ennemie de l’islam à celui du Prophète Muḥammad souligne bien ce caractère sacrilège.

23Â côté de ces registres directement liés aux valeurs du religieux, il y a celui relevant de l’éthique sociale. Après chaque acte perpétré par les GIA, le discours officiel condamne les auteurs en les traitant de « lâches (jabâna) qui s’attaquent à des citoyens sans armes ». Ce qui situe le débat au niveau d’une sorte d’éthique chevaleresque dont le monopole symbolique du courage apparaît comme le principal enjeu. Le reproche n’est pas celui de prendre les armes et de se battre mais de s’attaquer à celui qui n’en possède pas. Il s’agit alors d’une transgression caractérisée du code de l’honneur. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’en arabe le mot jabân veut dire à la fois peureux et lâche. Avoir peur, voilà une autre insulte intolérable qui laisse transparaître le paradigme qui la fonde : l’opposition polarisée du masculin et du féminin. Le masculin se situe vers le pôle positif, celui de l’élévation et de la domination avec tous les attributs y afférents (puissance, force, courage etc.) alors que la peur se trouve du côté féminin, du mauvais côté. D’ailleurs, c’est en recourant à ce topos de la peur que les islamistes lancèrent leurs premières menaces. L’arrêt du processus électoral, qui devait les porter au pouvoir, a été vécu comme une spoliation et une bravade semblables à une « dévirilisation ». L’aile radicale de la mouvance islamiste réagit alors en promettant à ceux qui les avaient empêchés d’accéder au pouvoir de « leur faire porter le vêtement de la peur ». L’expression utilisée est significative. Il s’agit de répondre à ce qui a été vécu d’abord comme une humiliation par une autre humiliation, autrement plus avilissante. Faire porter la peur à l’adversaire, c’est le déloger de son statut d’homme. Autrement dit, c’est le « féminiser », tant le courage viril est une valeur partagée élevée au stade de référent sacré.

  • 2 Pluriel de rkhî, antinomie du fal (le mâle par excellence).

24Cette conception de l’honneur comme à la fois expression et enjeu de la virilité trouve des échos dans un autre qualificatif insultant par lequel le discours populaire désigne quelquefois les représentants du pouvoir. Il s’agit du terme rkhâṣ2.

  • 3 Lors des marches de ceux qui s’opposaient aux islamistes au nom de la démocratie, on entendait souv (...)

25Une autre dimension est en jeu dans cet échange symbolique. La population traite tantôt les uns tantôt les autres, de khiyân (pl. de khâyan) qui veut dire à la fois « spoliateur » et « traître ». L’expression est doublement injurieuse parce qu’elle convoque un registre éthique et un autre religieux. Cette double transgression, imputée traditionnellement aux dirigeants du pouvoir, tous considérés comme véreux, va être reprise à l’encontre des groupes islamistes armés. Les « démocrates » vont user de ce qualificatif en l’associant à celui de « tueurs » lors de leurs marches dénonçant la violence terroriste3. Ici l’injure consiste à contester à l’adversaire un statut socialement idéalisé, rabaissant ses conduites à de vulgaires penchants de déviant.

La femme, siège de l’honneur

26Dans ce jeu de l’honneur, la femme constitue souvent un des principaux enjeux. Notons que deux parmi les équivalents arabes cités plus hauts, le ‘irḍ (réputation) et le ḥurm (considération), mettent directement en cause la femme et la sexualité. Pourfendre le ‘irḍ ou le ḥurm de quelqu’un c’est l’atteindre dans son intimité dont « sa » femme (épouse, sœur et mère) est le prolongement naturel, voire le lieu central.

  • 4 Voir le quotidien El Watan du 23/24 décembre 1994 n° 1271.

27En décembre 1994, les services de sécurité révèlent le chiffre de 215 femmes assassinées en deux ans4. Ce chiffre est en deçà de la réalité et ne prend pas en considération les femmes violées. Depuis, le nombre des victimes a terriblement augmenté. En mai 2000, les associations de familles victimes du terrorisme estimaient à huit mille le nombre de femmes violées durant ces dix années de « guerre sans nom ». Il faut y ajouter celles enlevées et assassinées, sans compter les rescapées qui préfèrent se taire. Ce phénomène d’enlèvement des femmes et de leur viol, pourtant assez répandu en temps de guerre, a beaucoup choqué les observateurs et connaisseurs des pays se réclamant des valeurs arabo-islamiques. Le viol des femmes en Algérie diffère de celui des Bosniaques où il semble avoir servi de moyen d’épuration ou plutôt de démultiplication. Car, si en Bosnie les femmes violées étaient engrossées et empêchées d’avorter pour les obliger à porter les enfants de l’ennemi et contribuer à sa perpétuation, en Algérie la finalité n’était pas la même.

28Les pays arabes sont également choqués parce que s’attaquer aux femmes remet en cause les règles de la futuwwa (code chevaleresque) ancrées dans les règles sociales contemporaines. L’exemple du Liban revient souvent dans la comparaison. Malgré une longue guerre civile autour d’enjeux politico-religieux, la femme a été relativement épargnée de ce point de vue. Pour comprendre le cas algérien, peut-être faudrait-il, au-delà des caractéristiques ethniques et religieuses, davantage se référer à l’espace anthropologique que constitue le bassin méditerranéen en matière de représentation sociale de la femme et de la sexualité.

29Aujourd’hui encore, dans nombre de pays de la Méditerranée, posséder une femme hors du lien de mariage est une offense à sa parentèle, notamment masculine. Comme si, en faisant l’amour avec elle, on faisait de tous les hommes de sa parentèle (époux, père et frères) des femmes possédées. Suprême insulte dans une société où la virilité est une valeur constitutive du lien social. En possédant la jeune femme pucelle, l’humiliation est encore plus grande, car le « dégât » (khṣâra c’est ainsi qu’on désigne la défloration) qui en résulte est immense et irréparable. Il dévalue la femme qui, de bien d’échange précieux, devient lḥam khânaz (« chair puante »). Un adage populaire dit : « la charogne quand elle pue, seuls les concernés, les parents, s’en chargent » (al-lḥam ilâ khnaz mâ yarfdûh ghayr umm mâliḥ). Cet adage est souvent évoqué à propos d’une vieille fille, pour dire que seul un parent peut l’épouser et donc la « sauver » du pourrissement qui la guette. Par extension, l’adage est convoqué chaque fois que la situation est estimée dramatique. L’image de la charogne en putréfaction est assez éloquente. Elle suggère que le corps de la femme, quand il ne peut plus être fécondé dans le cadre de règles socialement admises, s’apparente à un corps mort. Le terme khṣâra qui qualifie la défloration est bien à propos, il signifie que la femme est désormais « inutilisable » dans le cadre des règles socialement reconnues. Elle est donc morte socialement et son corps/cadavre est l’affaire de ses proches (umm mâliḥ). L’auteur de ce « dégât » est bel et bien un meurtrier qui lance un défi à tous les proches de la victime. Disqualifiée, celle-ci symbolisera à jamais la puissance virile de son agresseur en le rappelant quotidiennement aux membres de son groupe. Si le meurtre se traduit par l’absence, un tel acte se particularise par sa dérangeante présence qui constitue une insulte au quotidien condamnant le groupe à perpétrer lui-même le meurtre de la porteuse du signe infamant. Quand la « fauteuse » n’est pas tuée physiquement, comme c’est le cas souvent, elle est tuée socialement.

30Â la suite des enlèvements, les captives (ṣabâyâ) sont utilisées par leurs ravisseurs pour les tâches les plus ingrates et servent à l’occasion de compagnes aux combattants sans femmes, avant d’être torturées et assassinées ou relâchées. De telles pratiques ne sont ni inédites ni propres aux sociétés arabes et/ou musulmanes. Elles constituent, malheureusement, un fait historiquement attesté dans la plupart des pays du pourtour de la Méditerranée. Dans l’Italie du milieu du siècle Hobsbawm (1966 : 29) nous signale que : « La vendetta (…) et le mariage par enlèvement sont des phénomènes courants dans cette partie de la Calabre ».

31Plus près de nous encore, à la fin du siècle qui vient de s’achever, en Europe, le drame bosniaque, en Afrique, la tragédie rwandaise, sont venus cruellement le rappeler à nos mémoires oublieuses.

32Au-delà des frustrations sexuelles et de la délinquance latente, le viol des pucelles et des jeunes femmes évoque un des principaux vecteurs de l’honneur dans les sociétés où la femme a de tous temps été le lieu et l’enjeu de l’honneur. C’est en elle que se cristallise l’honneur du groupe, et c’est à travers elle que le groupe manifeste son pouvoir à faire respecter ses territoires.

33Dans une structure sociale où elle demeure encore, d’une certaine manière, la propriété d’un mâle, la femme constitue le siège/prolongement de l’honneur de l’homme. Or, ce mâle est solidaire de son groupe d’appartenance, groupe qu’il engage par ses actes. Quand ces derniers sont positifs, le groupe en tire bénéfice et prestige, quand ils sont négatifs, le groupe en rend compte collectivement.

34De ce fait, la loi du groupe impose aux femmes de défendre leur honneur en conservant leur vertu, c’est-à-dire en s’abstenant de rapports sexuels hors mariage. Celui qui tente de les y obliger défie et salit l’honneur du groupe. Si la femme s’avère consentante, elle est mise à mort, à moins que son partenaire ne s’arrange pour « légaliser » la situation. Quand la femme n’est pas consentante, il s’agit d’un viol, préjudice qui ne peut être réparé que dans le sang. En situation de conflit, le viol a le statut du meurtre. C’est un meurtre symbolique perpétré non plus contre une seule victime mais contre tout un segment social. L’ancrage du code de l’honneur, avec ses règles et valeurs, est si profond que toutes les prescriptions religieuses (qui mettent la femme à l’abri des conflits) sont ignorées par celui qui veut toucher… à mort un groupe. Pour la femme, le viol est une injure qui ne se répare quasiment jamais. Il constitue le plus souvent une injure matricielle dans la mesure où il inaugure un processus d’insultes itératives qui ne cesse qu’avec la disparition de celle qui en porte le stigmate.

35Déclencheur d’insultes futures, le viol est le commencement d’un avilissement durable. C’est une injure destinée à se démultiplier à l’avenir à travers les réactions de stigmatisation qu’aura à endurer la victime de la part des proches et des moins proches. Pour les membres de son groupe d’origine, la personne de la victime finit elle-même par se confondre avec l’injure dont ils se pensent également victimes.

36Beaucoup de ces femmes enlevées seront relâchées nues. Qu’elles aient été violées ou pas importe peu au regard du code de l’honneur. Le fait d’avoir été déshabillée est suffisant pour signifier l’atteinte irrémédiable de l’honneur. Car, la ‘awra (ce qui est érogène) est souillée par le seul regard de l’autre. En laissant ainsi sa ‘awra à la merci du regard de l’autre, la femme s’expose au ‘âr (honte, perte de l’honneur). Le rapprochement entre ces deux termes de même racine n’est pas sans rappeler l’expression française « parties honteuses » qui naguère désignaient les organes sexuels.

37Là encore, le lien entre l’honneur et l’intimité de la femme n’est pas exclusif aux sociétés se réclamant de l’islam. Longtemps dans la « culture du châtiment » en Occident, la femme a été épargnée de certains châtiments jugés infamants. On préférait enterrer vivante ou noyer une femme que de la pendre, de peur que ses parties intimes ne soient exposées à la vue. « En certains endroits d’Allemagne au XVIe siècle, on pendait les personnes de sexe féminin soit en caleçons, soit en jupes longues que l’on nouait en bas » (Duerr, 1998 : 246).

38Plus tard, au XVIIe siècle, l’usage du pantalon de pendaison se répand pour éviter à la femme ce déshonneur qui paraissait plus dur à affronter que la pendaison elle-même. Rappelons que l’usage du pantalon était alors strictement interdit aux femmes par la religion qui ne tolérait pas que l’on se vêtît comme l’autre sexe. On préférera plutôt enfreindre un précepte religieux que d’exposer la nudité de la femme. Plus tard encore, dénuder la poitrine ou les fesses devient le châtiment réservé aux femmes adultères. De même les juifs à l’époque biblique mettaient la femme adultère complètement nue. Attitude à rapprocher du châtiment infligé, il n’y a pas si longtemps encore, à la femme découverte non vierge chez certains musulmans du Maghreb, que l’on dénudait en lui rasant parfois le crâne.

39Pourtant, certaines rescapées laissent entendre qu’elles avaient préféré s’enfuir nues plutôt que d’avoir à subir le viol au quotidien. Le fait est significatif dans une société foncièrement machiste. Il prend l’aspect d’un ultime gage de vertu que la femme, victime jamais innocente, paye pour racheter sa place au sein du groupe, mais ces démarches expiatoires n’arrivent pas toujours à bout de l’intransigeance de celui-ci.

40On a aussi pu constater qu’au moment où les islamistes armés avaient réussi à faire adhérer une large partie de la population villageoise, des pères se sentaient plus humiliés quand leur fille refusait d’accepter un mariage avec un mujâhid, car elle s’auto-désignait ainsi comme une potentielle victime d’un rapt. De ce fait, elle devenait source d’humiliation pour la famille. Son refus était perçu non seulement comme une injure à l’autorité du père mais également comme source de potentielles injures autrement plus graves visant à la fois le père, la famille et le groupe dans sa totalité. Ce que craignaient le plus les familles habitant les zones où sévissaient les GIA, c’est l’enlèvement. Beaucoup se résignèrent à accepter un mariage forcé pour ne pas avoir à subir l’opprobre du viol.

  • 5 Ce « mariage de jouissance » (traduction littérale) est un contrat d’union entre un homme et une fe (...)

41Dans une large mesure, le viol pourrait être compris comme une forme dégénérée de zawâj al-mut‘a5. C’est parce qu’il n’y a pas eu consentement que la femme devient otage à la merci de son ravisseur. Quand les parents, par adhésion ou sous la contrainte, consentent à marier leur fille, le viol est légalisé et le sacrifice adouci. Les parents auront admis de donner leur fille en offrande pour se rapprocher du camp adverse. À l’instar d’un sacrifice, la victime est mutilée (ici déflorée), car la perte de l’hymen est considérée comme un dégât (khṣâra) rappelons-le.

42Ces pratiques humiliantes vont prendre des allures plus tragiques encore quand les groupes armés se mettront à émasculer les hommes et à violer les femmes en présence de leurs conjoints, leurs pères ou leurs frères. Outre le supplice des proches, témoins forcés et impuissants des souffrances physiques et morales de la victime, l’acte vise à déshonorer l’adversaire en lui ôtant toute estime de la part de la population avec laquelle il cohabite. Il faudrait préciser que ces pratiques avilissantes ne sont pas l’apanage exclusif d’un groupe. Elles constituent, désormais, le « corps du texte » en matière de communication entre les parties directement impliquées dans le conflit. Chacun s’applique à inventer les meilleurs procédés qui lui permettraient une réversion supérieure de l’offense. Aux plaintes des rescapés des maquis islamistes font écho celles des islamistes passés par les services de la Sécurité. La plupart assurent avoir subi des tortures (notamment avoir été sodomisés) et quelquefois avoir assisté au viol de leurs propres femmes par leurs tortionnaires. Chez les uns et chez les autres la vengeance primaire passe par l’humiliation, celle-ci est d’abord une atteinte à la virilité, principe même de l’honneur qui apparaît comme au fondement de l’ordre sexué. Destituer l’homme du statut social que lui confère sa masculinité passe par des attaques symboliques à partir des représentations liées à la sexualité (émasculation, sodomie, viol etc.).

La profanation des cadavres, entre châtiment et injure

43Empaler, émasculer et mettre dans la bouche du défunt son propre sexe, éventrer la femme enceinte, écarteler les jeunes femmes, sont autant d’injures. Ce sont des blessures traumatisantes à la fois pour le corps physique qui les subit et pour le corps social auquel se rattache la victime.

44Empêcher le mort d’avoir une sépulture en le déterrant ou en le découpant est une manière de lui dénier l’ultime traitement humain. Il faut le « jeter aux chiens », dit l’expression populaire, c’est-à-dire à ses semblables. C’est bien là une double injure qui après avoir exclu la victime de l’espèce humaine, s’acharne à la reléguer au plus bas de l’ordre animal.

45Probablement, plus que le meurtre, le traitement humiliant du cadavre est porteur de message. Lacérer un corps, l’émasculer, taillader et découper un cadavre, décoller une tête, la coiffer et venir la poser au centre du village ou au seuil de la maison familiale, sont autant de mises en scène symboliques qui sont reçues par leurs destinataires comme autant de défis injurieux. Ce rituel macabre soigneux diffère du meurtre expéditif ou du massacre aveugle. Le temps est nécessaire et l’auteur de tels actes le prend, signalant ainsi, comme dans l’insulte, son défi à l’adversaire. Car, ici les règles sont connues de tous et le langage codifié.

46Nous n’avons pas pu consulter les qawâ‘id al-mufliḥa, cette sorte de code militaire doublé d’un code martial à l’usage des groupes islamistes armés. Versets coraniques et ḥadîth-s à l’appui, les châtiments et les formes de mise à mort y seraient décrites en rapport avec le grief imputé. Quelques principes cependant peuvent être dégagés à la lumière des usages et des discours qui accompagnent les actes de violence depuis environ une décennie.

47a) Le premier objectif étant l’humiliation du corps, le « raffinement » qui se constate lors de la mise à mort de certaines personnes suggère une humiliation plus grande. Ce traitement, où la cruauté est particulièrement affichée, semble être réservé à une population estimée plus coupable pour une raison ou une autre. Il en a été ainsi pour les intellectuels, les journalistes ou les femmes à un moment ou un autre de l’évolution du processus de la violence. Selon cette logique, le procédé de mise à mort individuelle est en soi significatif quant à l’importance qu’a la victime dans le conflit, selon les auteurs de l’acte. Une mise à mort collective et indifférenciée apparaît comme un acte barbare où le corps de la victime est secondaire et insignifiant. C’est sa démultiplication qui le rend efficient pour atteindre les survivants.

48b) Les personnalités sont mises à mort de manière spectaculaire. L’acte est exécuté avec hardiesse et témérité pour des raisons objectives (ces personnalités sont souvent protégées et/ou armées) mais aussi pour signifier l’invulnérabilité du groupe qui peut frapper impunément quand il veut et où il veut. Toutefois, la mise à mort spectaculaire, qu’elle soit individuelle ou collective, est destinée autant à la victime (châtiée de manière exemplaire) qu’au camp adverse que l’on défie et auquel on signifie son mépris. L’insolence qui consiste à frapper sur le terrain de l’ennemi est une injure de lèse-majesté.

  • 6 C’est-à-dire la « torture maximale ».

49c) Cette mise à mort peut prendre l’aspect d’un supplice que le bourreau fait durer et qui ne s’arrête pas avec l’arrêt du souffle de la victime. Parmi les procédés, la décollation de la tête et le démembrement du cadavre sont les plus usités pour frapper l’imagination, notamment quand il s’agit d’une personnalité publique. Cette atteinte à l’intégrité du corps n’est pas toujours post-mortem, elle peut servir de moyen de mise à mort. Réservée au traître, celui qui a quitté le clan ou qui, dès le départ, s’en est déclaré un ennemi actif, la mutilation du corps semble être la forme suprême du châtiment. Moyen de mise à mort ou châtiment posthume, ce procédé n’est pas sans rappeler la « summa supplicia » (Grodzynski, 1984)6 qui consiste à faire endurer aux suppliciés le calvaire d’une agonie lente. « … les suppliciés ne sont pas “exécutés” au sens courant du mot, ils agonisent lentement. Et cette agonie est spectacle, spectacle du corps souffrant » (Grodzynski, 1984 : 361). C’est une des finalités de l’injure que de transformer l’injurié en objet de spectacle, à son corps défendant, au point qu’il en souffre moralement et quelquefois physiquement. L’humiliation peut/doit se poursuivre après la mort par l’exposition des têtes décollées, la mutilation des cadavres, la privation de sépultures ou l’interdiction, dans certains cas, des manifestations du deuil par les survivants.

Conclusion

50Une certaine lecture de Norbert Elias peut suggérer que la manifestation de l’injure sous la forme d’une violence venant souligner et redoubler une agression physique, peut signifier l’échec ou l’inexistence de ce qui fonde à ses yeux un procès de civilisation des mœurs : le monopole de la violence. Témoignage d’un self-control pulsionnel, lui-même signe d’un progrès dans le processus de civilisation des mœurs, au sens où l’entendait Elias, l’injure peut paraître comme de la violence domestiquée.

51Pour notre part, user de l’injure après avoir accompli l’acte de violence témoigne d’une sorte de dérèglement dans lequel l’usage de la symbolisation ne réprime pas pour autant la poussée pulsionnelle. Il pourrait s’agir aussi d’une confusion de registres assez significative.

52L’injure est censée réfréner les élans agressifs et éviter la violence physique. Elle ne nie pas la violence potentielle, elle la contient dans les deux sens du terme. C’est en ce sens qu’elle est une violence symbolique convenue. C’est-à-dire une violence codée, une violence sur laquelle on a mis des formes. Puisque codifier « c’est à la fois mettre en forme et mettre les formes » (Bourdieu, 1986 : 41).

53En tant que « mise en forme » et « mise des formes », l’injure tend à contrôler ou à réduire la violence. Or, loin de l’évacuer, cette symbolisation accentue la violence physique. Nous l’avons vu, l’injure ne précède pas toujours l’acte de violence physique, elle peut l’accompagner ou même le prolonger, réduisant ainsi la violence physique à une simple étape dans la gradation des modalités d’usage de la violence.

54Il serait plus judicieux d’ailleurs de parler de violence symbolisée au sens de métaphorisée pour éviter de la confondre avec la notion bourdieusienne de « violence symbolique » qui s’exprime par des règles et des mécanismes de régulations sociales incorporées dans les esprits des agents, sous forme de pensées et de schèmes de perception. Ici la victime n’est pas nécessairement consentante. Si la « violence symbolique » est en général imperceptible (parce que profondément incorporée), l’injure qui, comme nous l’avons vu, ne se limite pas qu’au langage, est une violence qui n’est ni douce ni invisible. Cette violence symbolisée s’apparente cependant à la notion bourdieusienne dans la mesure où, à l’instar de cette dernière, elle suppose un code partagé par les protagonistes délimitant clairement la frontière entre le dominant et le dominé.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, 1986, « Habitus, code, codification » in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 65.

BURGAT Florence, 1999, « La logique de la légitimation de la violence : animalité vs humanité » in Héritier F., De la violence II, Paris, Odile Jacob, p. 45-62.

DUERR Hans Peter, 1998, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, éd. MSH.

ELIAS Norbert, 1973, La civilisation des mœurs, Paris, Calman-Levy.

GRODZYNSKI Denise, 1984, « Tortures mortelles et catégories sociales. Les summa supplicia dans le droit romain », in Du châtiment dans la cité. Supplices corporels et peine de mort dans le monde antique, Collection de l’École française de Rome.

HOBSBAWM E. J., 1966, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard. PITT-RIVERS J., 1983, L’anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, Le Sycomore.

Haut de page

Notes

1 « Chiens de Zeroual », du nom du président de l’époque, est le sobriquet utilisé par les islamistes pour désigner les forces auxiliaires que le pouvoir appelle officiellement « Groupe de légitime défense » (GLD) et qui sont communément appelés « patriotes ».

2 Pluriel de rkhî, antinomie du fal (le mâle par excellence).

3 Lors des marches de ceux qui s’opposaient aux islamistes au nom de la démocratie, on entendait souvent ce slogan : khayyânin, qattalîn wi gûlû mûjâhidîn, qui pourrait être traduit par : « Voleurs, tueurs et ils se prétendent mûjâhidîn (défenseurs de l’islam) ».

4 Voir le quotidien El Watan du 23/24 décembre 1994 n° 1271.

5 Ce « mariage de jouissance » (traduction littérale) est un contrat d’union entre un homme et une femme rendant le coït licite pendant une durée déterminée. Interdit dans le monde sunnite, il est en usage chez les chiites. Il a été remis au goût du jour par les islamistes.

6 C’est-à-dire la « torture maximale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « La politique de l’injure. Une décennie meurtrière en Algérie  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/1204

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page