Navigation – Plan du site
Première partie – L'injure, la société, l'islam. Une anthropologie de l'injure

Les Ilenti ou maudire son prochain en turc

Altan Gokalp
p. 223-249

Résumés

La langue turque contemporaine dispopse d’un nombre important de formules d’invective et de malédiction qui relèvent d’un genre appelé ilenç ou ilenti, forme qui est connue depuis les premières inscriptions turques runiques de la Haute Asie. Bien que l’islam réprouve le fait de maudire son prochain, le genre issu d’une grande tradition turque ancienne est d’un usage commun chez les Turcs. Plus encore, la manière de maudire relève d’une tradition savante, d’un « Grand Parler » qui s’apparente aux genres littéraires les plus classiques comme l’épopée, le conte ou la poésie lyrique : la métrique, les rimes, l’usage des assonances obéissent aux mêmes règles que la grande tradition littéraire turque. En cela, le fait d’user de l’invective et de la malédiction est d’une certaine manière une prétention à la distinction et à la domination de l’autre. Les cibles de l’invective éclairent bien cette volonté de dominer et de détruire son ennemi (le corps, la famille, la maladie, une mort peu digne, etc.).

Haut de page

Texte intégral

« J’irai cracher sur vos tombes ! »

1On connaît assez bien le culte des saints qui, à travers des stratégies multiples et variées, organise l’attente thaumaturgique aux plans du réel, de l’imaginaire et du symbolique aux fins de réalisation d’un désir, un vœu, une guérison, l’arrivée de la fécondité, etc. Contrairement à ces dispositions positives, dans certaines religions ce lien peut servir à nuire à autrui, mais en islam turc, on ne va pas chercher l’appui d’un saint pour nuire à son prochain.

  • 1 Voir à ce sujet le merveilleux film (américain) de Jacques Tourneur dans les années quarante : The (...)

2C’est la magie noire (büyü) qui organise l’autre versant : comment faire pour que le mal dont je suis frappé me quitte et circule, pour être pris par quelqu’un d’autre (j’écris le nom de ma maladie sur un morceau de papier que je cache au creux d’un arbre : celui qui lira le papier acquerra mon mal1, comme le disent clairement et à des verstes de là, les panneaux d’annonces municipales dissuasives

  • 2 A Guidel, dans le Morbihan par exemple, mais visiblement c’est une pratique générale.

3– en Bretagne2mais aussi ailleurs sûrement – pour les places de stationnement réservées aux handicapés : « Si tu prends ma place, prends aussi mon handicap ! ». Charmant !

4Pour explorer l’injure en langue turque, nous partons de deux corpus : d’une part un corpus de la tradition orale ancienne, un cycle épique médiéval, Le livre de Dede Korkut, d’autre part des enquêtes de terrain récentes (Bazin, Gokalp, 1998).

  • 3 A la fin de la rédaction du présent travail, les éditions Sindbad/Actes sud ont publié un document (...)

5Le texte et le corpus présentés ici appellent d’abord une remarque quant au genre des actes de parole qui constituent une catégorie particulière chez les turcs anciens et contemporains désignés sous le nom d’ilenti. En tant que paroles et discours outrageuses, « qui outrepassent les bornes en fait d’offense (Littré) », la catégorie relève bien de l’injure, outrage de fait, ou de parole ou par écrit (Littré). Mais ilenti c’est avant tout une invective : « discours injurieux, expression injurieuse contre quelque personne ou contre quelque chose ». Plus que ce qui fait la différence – au risque d’anachronisme – entre l’injure, la malédiction et l’invective, ce qui nous a paru intéressant de relever dans ce travail c’est l’enracinement du genre et sa nature qui le rattache à la grande tradition. En effet, loin d’être une manifestation spontanée d’un moment d’humeur, ou de colère impuissante, le genre ilenti semble relever d’une grande tradition « littéraire » chez les Turcs. Il s’agit en l’occurrence, à travers le temps et l’espace des cultures turco-phones d’un « grand parler » qui exclut l’improvisation. A travers les exemples des corpus disponibles pris en compte ici on verra qu’il s’agit, au plan formel, essentiellement du genre épique. On en trouve des exemples nombreux qui ont survécu jusqu’à nos jours dans le Livre de Dede Korkut mais aussi sous forme de risâle3(traité) à l’instar de celui du XVIIIe siècle pris en exemple ici.

6L’auteur anonyme du traité en question dit :

« Pour indiquer le chemin du salut à ceux qui aspirent aux biens de ce monde, il a été dit : « Le monde est une charogne, ceux qui le désirent sont des chiens ». Et des effrontés il a été dit : « La pudeur est la source de la foi. »

(…) Après avoir observé les dépravations des gens, écouté leurs niaiseries, réfléchi aux souffrances et aux malheurs que celles-ci provoquent, mesuré leurs vices, ainsi que la peine et le chagrin qu’ils causent aux hommes de qualité, toutes les grossièretés qui sont venues au bout de ma langue se sont répandues et je me suis mis à fulminer et à injurier.

Pour l’inculte et le libertin, le désobéissant et l’impudent, pour celui qui ne suit pas les maîtres et les éducateurs, je demande au Souverain Eternel : (suit la liste organisée des invectives). »

7Par ailleurs, le vocabulaire de l’invective, de la malédiction, de « l’énoncé ritualisé à effet thaumaturgique négatif » ne déroge pas à la règle quasi systématique de la dualité référentielle ethnolinguistique chez les turcs : le registre pré-islamique turco-mongol d’une part et le registre islamique de l’autre. En d’autres termes il y a bien une intertextualité entre les corpus venus d’époques différentes. Le Turc moyen d’aujourd’hui se reconnaît bien dans les malédictions médiévales du Livre de Dede Korkut comme paradigme permanent.

8Pour caractériser le genre, chez les Turcs anciens on trouve le doublet alkış/ kargış (éloge / imprécation, damnation), d’une part, puis le mot-valise kem « nuisible » et surtout la forme ilenç / ilenti avec l’idée de « préhension, saisir » qui survit dans l’usage des langues turques modernes. Pour le registre islamique on trouvera en héritage ottoman les mots de nezir « vœu négatif », intizâr « une attente (d’un événement négatif ) ». Enfin c’est le terme lâ’net « malédiction », qui comme les autres termes relève du vocabulaire arabe de l’islam.

  • 4 Qui ont une autre particularité, celle d’entrer en relation sexuelle virtuelle environ quatre cents (...)

9Il n’est pas bon ni recommandé de maudire son semblable en islam et la magie noire est interdite ; on ne maudit que Satan, ses suppôts et autres ennemis de la religion, et encore, avec modération, mais pas son prochain. Le corpus présenté ci-après suggère au contraire que c’est un sport favori au quotidien chez les Turcs4. Témoins les paroles de cette chansonnette à la ligne mélodique doucereuse qui passait quasiment en boucle à la station de radio turque immigrée « Metropol FM » à Berlin en 2000 :

« Ne me dis pas un mot, ne regarde surtout pas mon visage, On pourrait entendre ta voix, quelqu’un pourrait porter sur toi le regard du désir. Est mon ennemi celui qui te trouverait proche du cœur, Même si c’est ta mère qui te caresse, mon cœur se pétrifie.

Je supplie le Tout-puissant, que les girons qui t’ouvrent les bras, Ne puissent plus se refermer parce qu’emplis par la terre noire (des tombeaux). Que nulle bouche ne puisse prononcer ton nom avec désir, Que les yeux qui te regardent avec mon regard deviennent aveugles. »

Sakın bir söz söyleme, yüzüme bakma sakın, Sesini duyan olur, sana göz koyan olur. Düşmanımdır kim bulursa seni cana yakın, Annen bile okşasa benim baǧrım taşolur. Dilerim tanrımdan ki, sana açık kucaklar, Bir daha kapanmadan, kara toprakla dolsun. Anmasınlar adınıcandan anan dudaklar, Sana benimle bakan gözler kör olsun.

10Plus généralement, dans le recours à la malédiction, il y a cette économie complexe d’échange inégal d’énergie vitale, à l’instar des gens de Mayenne décrits par Jeanne Favret-Saada dans son étude, Les mots, la mort, les sorts (1977), qui illustre le rapport entre « l’imprécateur » et son « destinataire ».

11En effet si je dis à mon ennemi : « Je ferai tomber la neige sur la vulve de ta mère » (cf. infra) précédé d’un « Je planterai un figuier dans ton foyer (de la cheminée) », par mes deux énoncés je m’attribue un pouvoir relativement consistant. Car je promets, au sens performatif d’Austin, que :

12— le foyer de ma victime sera détruit. Or le foyer est la métonymie de la maisonnée dans sa continuité. Ainsi le benjamin d’une série de garçons s’appelait od çigin (le prince du feu/foyer) chez les Turcs anciens et les Mongols. C’est lui qui est appelé à assurer la continuité du lignage en ne le quittant pas.

13— « Je promets » d’y planter un figuier. Aimable attention en apparence, mais : le figuier est un arbre dont la reproduction est problématique. Il y a des figuiers mâles et des figuiers femelles ; la reproduction est l’œuvre du truchement d’une mouche porteuse du pollen reproducteur vers l’arbre femelle. En soi le figuier est un arbre « bon à penser symboliquement » dans le monde méditerranéen qui associe le figuier à l’homosexualité : le trou du fond de la figue avec les graines rouges de la chair, visible, est associé à l’anus donc à une sexualité anale et la non-reproduction, la sexualité stérile. De plus le figuier est un arbre à « humeurs » puisqu’il produit une sorte de lait lorsque le fruit n’est pas mûr. « Le lait de l’arbre stérile ? » Bizarre ! En Turquie on ne fait pas la sieste à l’ombre d’un figuier (le risque est de ne pas se réveiller, de mourir) . On ne monte pas non plus sur les branches d’un figuier car elles sont censées être fragiles et la chute fatale (voir infra) « je suis monté sur un figuier… »). Et on ne plante pas un figuier non plus, sous peine d’attirer des maladies au foyer où l’arbre fut planté.

  • 5 L’école de ce grand-art est l’école tout court dans les cours de récréation où les garçons – et non (...)

14En somme, grâce à ma « promesse », dépourvue de « foyer » dans sa continuité la mère de ma victime est pour ainsi dire « cul nu ». C’est là que ma puissance de démiurge intervient in fine, en faisant tomber la neige sur son organe reproducteur, la vulve ; difficile d’engendrer par temps froid. Jackpot. Tout l’art de l’invective dans son économie et ses paradigmes est là. Cela relève donc du « grand parler », qui s’apprend5lors de la genèse des vertus viriles ; dès l’école élémentaire.

Le « mal-dire »

15Ce dont il sera question ici est un aspect du « mal-dire » qui relève du « cri-de-cœur » : le désir de vengeance né du sentiment d’impuissance de celui qui réagit à l’inéquité vécue au tréfonds de son être, qui agit en son nom propre, par un énoncé et par la puissance de l’énoncé seulement, pour un destinataire individualisé dans son corps, dans son être, dans sa famille, sa descendance jusqu’à son séjour dernier en sépulture, le cimetière « le village de pierres » comme le dit la malédiction.

16L’idée même de ce travail m’est venu lors d’un travail de terrain dans la Troade en Turquie dans les années soixante dix (Gokalp, 1992) :

17Selon la légende, un père – veuf – vit avec sa fille unique dans un village au pied du Mont Ida (act. Kazdaǧı) à l’entrée des Dardanelles. Belle, la jeune fille ne répond pas aux sollicitations des jeunes garçons de son âge, du village. Les rumeurs d’inceste naissent. Le père décide d’en finir. Il emmène sa fille avec lui au sommet du Mont Ida. Ils traversent la zone de nuages qui couvrent toujours l’avant-sommet de cette montagne et il s’enfuit en y laissant sa fille pour une mort certaine.

18Une fois en bas, ivre de remords, il entreprend de refaire l’ascension de la montagne et, ô miracle, au-delà des nuages il retrouve sa fille nimbée d’une lumière étrange. Celle-ci n’est pas émue et dit à son père qu’ils ne retourneront plus chez les gens de la calomnie, en bas dans la plaine. Il creuse deux tombes côte à côte. Le père et la fille prennent place dans leur tombe respective ; la jeune fille

  • 6 Une série de légendes qui court sur tout le pourtour méditerranéen et qui part d’un schéma comparab (...)

19– dite la Nymphe blonde (Sarıkız) – passe sa main du haut de la montagne vers la Mer Egée en contre-bas pour y puiser deux poignées d’eau de mer avec lesquelles elle s’aspergera – en guise d’ablution : on est en tradition musulmane ainsi que son père. Ils disparaîtront à jamais de la vue des humains6.

20Détail : avant de quitter le village, la nymphe blonde s’était adressée aux gens du village de la calomnie en leur disant : « Que vos filles soient creuses (incapables d’engendrer), que votre sperme soit froid (incapable de procréer) ! » (Kızınız kovuk olsun, (soyunuz) beliniz soǧuk olsun).

21C’est ainsi que tous les ans, des milliers de paysans escaladent la montagne en un rituel complexe et coloré, le quinze août, à la recherche d’une source d’eau claire cachée qu’il faut dégager de ses mains, sans outils. D’autres paysans de la région pensent que la nymphe blonde revient sous les traits d’une tarentule, animal qu’il est interdit de tuer. On voit immédiatement les connexions de tarentisme et autres références d’une région dont les strates mythologiques sont richissimes et congruentes.

22Le propos de ce travail s’arrête à la malédiction et à ses effets. Au fond, la malédiction est pire que la magie noire, qui elle, est parable. Avec la malédiction, c’est l’énoncé ou le regard – qui en dit long – qui tue : c’est le temps du remords qui s’ouvre pour l’autre.

  • 7 Commencé comme une curiosité d’ethnolinguistique turque sur les « formes simples », le corpus de qu (...)

23Même mis en ordre de manière sommaire7le corpus d’aménités et d’imprécations collecté pour le présent travail permet d’envisager quelques questions importantes d’ordre anthropologique, d’ethno- et de sociolinguistique.

24C’est d’abord une problématique des « actes de langage ». « Quand dire c’est faire » pour prendre la formulation d’Austin. Si au sein du corpus présenté ici on peut distinguer un nombre important de constatifs du genre « On ne se torche pas le cul avec des orties » ou « Le chien aboie la caravane passe », le statut des malédictions, vœux et injonctions, relève plutôt de la catégorie des « performatifs » mais ne peut être cerné par le seul concept, certes dominant, de « performatif » ; les formes « perlocutoires », « illocutoires », etc. apparaissent avec toute leur complexité et leur pluridimensionnalité. Cela mérite une analyse rien qu’autour de ce débat (qui dépasse le cadre du présent travail).

25C’est ensuite la topologie, du lieu de l’agression ; la cible : la dimension physique, surtout dans sa configuration sexuelle, joue un rôle central. On essaye d’atteindre chez l’adversaire là où cela fait mal : le corps dans sa complétude, les fonctions essentielles de boire, manger, dormir, parler, avoir une sexualité, engendrer, fonder une famille et assurer la procréation et la continuité ; le désir de mourir en paix en ayant évité la misère, la maladie, les souffrances, ne pas déchoir au « rang » de l’animal. En effet un nombre relativement limité d’animaux constitue le bestiaire de ces imprécations/malédictions : le chien, les vers, les rapaces, l’incontournable âne – lié aux légendes vétéro-testamentaires autour de Job –, le serpent, le chien…

26Le corpus est un arsenal redoutable organisé pour frapper tout cela et amener la déchéance, mieux, les souffrances sans fin et l’annihilation de l’ennemi. Cette topologie est doublement intéressante : d’abord elle reflète un paradigme particulier, historiquement et culturellement déterminé (le rôle des humeurs par exemple). Ces lieux sont autant de plans de signification qu’il faut « configurer » comme on le dit maintenant dans le langage de l’informatique, contextualiser.

Le règne de la métonymie

27C’est enfin la dimension « tropologique » des éléments de ce corpus : la métonymie est reine, alors que la métaphore n’est pas terrible si on veut que « ça prenne ». Ce primat de la métonymie, on peut le repérer rapidement, mais il convient de l’analyser et de justifier.

  • 8 Kızım sana söylüyorüm gelinim sen anla.

28Cette particularité tropologique constitue un des apports les plus intéressants de ce corpus puisque la logique de la métonymie est aussi celle qui constitue pour l’essentiel la structuration de la religion populaire en Turquie, qu’il s’agisse de « l’islam populaire » à base vétéro-testamentaire, ou du substrat pré-islamique omniprésent dans la magie et la genèse du miraculeux. Le « mis pour » sans le référent et la contiguïté par associativité de sens, le système gagne à tous les tableaux. Le « mis pour » relève de la devinette. La formulation « la barque de l’Imam » désigne le cercueil, le téléscopage et l’associativité des sens dans le cas du figuier montre bien que la métaphore du genre : « Chérie t’es belle comme un camion », pourtant recevable au plan formel et logique, n’aurait pas un public facile en l’occurrence. Les Turcs ne disent-ils pas souvent : « Ma fille c’est à toi que je parle, ma bru c’est à toi de comprendre8 » ? L’échange direct est toujours risqué : si je vais demander la main de ma fiancée à son père, directement, je risque bien un : « Tu veux ma main sur la gueule ? », alors que mes « émissaires », si je suis la voie traditionnelle, iront voir mon futur beau-père en délégation en introduisant ma demande par un : « Au nom de Dieu et avec l’aide du Prophète nous sommes venus ici pour demander la main de ta fille pour X, le fils d’un tel. » Il n’y aura donc pas d’offense ni pour les ambassadeurs, ni pour celui qui les a délégués. L’échange est médiatisé.

29Des inscriptions du genre : « Ne ferme pas tes yeux j’ai froid », ou : « Le soleil de ton regard naît dans mes nuits » ornent souvent le fronton ou le cul des camions routiers turcs et autres minibus qui parcourent la steppe anatolienne et bien au-delà, jusqu’à Kachgar dans le Sinkiang : la métonymie est reine en poésie populaire. Cela va assez loin puisque même dans la vie de tous les jours, en cas d’insinuations qui font problème de la part d’un interlocuteur pas vraiment franc du collier, celui-ci verra vite arriver un cinglant : « Ne me parle pas en métonymie » (bana kinayeli konuşma). Le mot kinaye est le terme technique qui désigne la métonymie.

30On ne maudit bien qu’en métonymie. En cela, la logique et la mise en œuvre de la malédiction relèvent de celles de la religion populaire en islam turc : les deux ensemble se renforcent et se complètent.

Un « grand parler »

31A la base, la malédiction ilenç/ilenti ou kargış dans ses formes plus archaïsantes doit satisfaire aux règles de base de l’art poétique turc pré-islamique : versification, métrique, rimes, assonances, scansion. On y retrouve généralement les canons du vers épique et de la versification de la poésie lyrique ko ma.

  • 9 Pour l’édition savante française voir : Bazin L., Gokalp A., 1998).
  • 10 (4+4), (4+4+3) ; (4+4+4+4).

32Ce qui magnifie la pratique et le discours de la malédiction en l’érigeant au niveau du « Grand parler » réside dans les propriétés formelles de ce genre qui relève de la littérature traditionnelle au sens technique et noble, « Grande tradition » du terme, et plus particulièrement de l’épopée, genre privilégié des cultures turques passées et présentes. En effet, surtout dans les formes perlocutoires et illocutoires des malédictions on trouvera les canons de l’épopée (destân) dont le prototype anatolien est Le livre de Dede Korkut9avec le mètre de sept syllabes (4+3) avec césure au milieu, accentuation de la première partie et insertion d’autres « blocs » pour les besoins de la déclamation ou de la rime10, ou ceux du genre lyrique koşma fait de quatrains avec le mètre typique de onze syllabes (6+ (5~ 4+4+3). En contrepoint, les constatifs se rapprochent de l’adage ou du proverbe qui obéissent à d’autres règles formelles. Les césures et les assonances jouent en général un rôle capital en accentuant les effets de scansion et le caractère emphatique et déclamatoire. Sans entrer dans les détails d’une analyse formelle, il convient d’ajouter que l’ensemble est organisé pour être chanté, la musique traditionnelle turque est rarement instrumentale seule ; c’est ce détail qui introduit les extensions de rime, refrains, etc.

33Maudire est un raffinement identitaire et culturel. C’est ainsi que ne maudit pas qui veut, dans n’importe quelles circonstances ; le public témoin est souvent nécessaire comme dans le « chœur » de l’épopée pour reconnaître et apprécier les formes les plus solennelles.

« Là où ça fait mal »

34Il s’agit, par la parole, dans sa forme magnifiée entre le genre épique qui renvoie le groupe à la conscience qu’il a de son identité, et une forme qui imite la prière, susceptible de mobiliser les forces de l’attente thaumaturgique, de porter le mal chez l’ennemi. Mais, les exemples sont nombreux dans la littérature ancienne, il n’est pas de malédiction « en général » ; il faut spécifier la cible.

35Au vu du corpus présenté ci-après on peut observer au premier plan la référence au corps, dans sa complétude physique qui subit les attaques les plus directes :

36— La tête : le front, les yeux – extrêmement importants, cf. infra – la bouche, la langue, la gorge, les dents.

37— Le giron et les entrailles, notamment le foie/poumon, siège de la vie (et non le cœur) chez les Turcs anciens.

38— Les organes de la reproduction, notamment la vulve de la mère ; les « humeurs : lait / sperme / sang ».

39— Les organes moteurs : le genou, les pieds , les jambes etc. La main et les bras.

40Une autre topologie du mal envisage la famille, sa genèse, son harmonie et ses capacités à perdurer avec les qualités de renommée, de respectabilité et de procréation. Il faut organiser la « délégitimation généalogique » de l’ennemi

41La maladie et la misère sont conçues comme des malheurs qui durent : plus que le mal de l’instant, destructeur, il s’agit de la souffrance sans fin de la torture : il faut donner du temps au temps.

42Le trépas enfin : c’est un des hauts-lieux du rang et de la dignité, autant que dans la vie proprement dite. Dans la mesure où la mort est conçue comme une transition et non une annihilation, il convient de la souiller, convenablement, pour nuire à son prochain. Il est frappant de constater que l’imagination qui sous-tend ces malédictions sont jubilatoires et empreintes d’humour noir.

  • 11 Cf. note 4.

43Du berceau à la tombe : il faut que chaque jour qui se lève celui dont je veux le mal regrette d’être né ; telle est la philosophie de ce « grand parler », un versant important de la tradition poétique. L’ensemble relève donc d’un savoir encyclopédique qui magnifie l’auteur et affaiblit la victime si elle ne peut donner la réplique. Car c’est un détail mais qui a son importance, l’usage de ce grand parler n’est pas muet ; l’invective doit se faire au grand jour et de préférence en public11.

44Le corpus d’invectives et de malédictions collecté ici provient de trois sources pour l’essentiel. Il s’agit d’abord d’un « carnet » de terrain où je notais pêle-mêle des « curiosités » entendues lors de divers terrains en Turquie et en Europe au sein de l’immigration turque. L’idée d’une analyse du corpus prit forme par la suite lors de la traduction et de l’édition savante française d’une des plus grandes épopées des Turcs : Le livre de Dede Korkut. Ce fut enfin un ouvrage publié par le ministère turc de la culture, qui présente un catalogue alphabétique des éloges et invectives en turc (Akalin, 1990).

Le pouvoir

451. Le bien de l’Etat (Le Bien Public) est (vaste comme) la mer ; cochon soit celui qui n’en profite point

Devletin malıdengiz, yemeyen donguz !

462. A supposer que tu sois du feu, tu ne brûleras que là où tu es

Ateşolsan cermin kadar yer yakarsın

473. Que tout ce que tu touches se transforme en pierre (mais aussi en or, en dollar etc.)

Tuttuǧun taş(altın, dolar etc olsun)

(Que tu ne puisses en retirer aucun bienfait)

484. Loin de moi et pilier pour l’enfer.

Benden uzak cehenneme direk

  • 12 Un article de P.N Boratav (1954) démontre la permanence d’un grand nombre de ces adages et invectiv (...)

(une version du XVe siècle dit : Que l’étranger baise son cadavre, pourvu qu’il soit loin de nous = yâd ölüsün siksin, bizden irag olsun12)

495. Si la prière du chien était recevable il pleuvrait des os

Itin duasıkabul olsa gökten kemik yaǧar

506.Que vive mille ans le serpent qui ne me mord pas

Beni sokmayan yılan bin yıl yaşasın

517. Que cela (ce que tu viens d’obtenir indûment) te serve (pour l’achat de) ton linceul

Kefen olsun

528. On ne se torche pas le cul avec des orties ( = Inutile d’attendre du bien de quelqu’un qui est foncièrement mauvais)

Isırgan ile taharet olmaz

539. Le chien aboie, la caravane passe

It ürür kervan yürür (sürür)

5410. Le chien, au chien et (l’autre chien ), à sa queue ( = on demande de faire qq chose à un subordonné, il cherche quelqu’un en dessous de lui pour tirer au flanc)

It ite, it kuyruǧuna

5511. Faire du bavardage de cerfs (remarque à l’adresse des gens qui « glandouillent » au lieu de bosser = passer son temps à se raconter des conneries)

Geyik muhabbeti yapmak

Le corps

56La tête (başına)

5712. Que ta tête : soit couverte de poux / soit frappée par la foudre / écrasée par une pierre de fondation / enturbannée de noir / serve de pilier à une pierre tombale / enrobée de naphte / soit couverte de cendres et de terre / soit brulée par des tisons (grande fièvre) / soit dépecée/qu’on tende des tambours avec la peau de ta tête

Başına : bit düşsün / yıldırım düşsün temel taşıdüşsün / karamlar baǧlana / mezar taşıdikile / kül elene/toprak elene / zift / kızdırma çırasıyana (ateşli hastalık) / derisini yüzeler / derisinden davul edeler

5813. Manger les chairs de la tête (de qqn.) ( = le harceler)

Başının etini yemek

5914. Son destin, à sa tête

Akibeti başına

6015. Que le monde entier s’amasse et s’écroule sur sa tête

Alem başına yıǧıla / yıkıla

6116. Ce que tu m’as fait endurer qu’ils te reviennent (à ta tête)

Bana ettiklerin başına gelsin

6217. Que tu deviennes cul par-dessus tête

Başaşaǧıgelesin

6318. Que le malheur ne te lâche jamais.

Başın beladan kurtulmasın

6419. (Pour les femmes mariées) : que ta tête se défasse, ton mari meure, ton foyer se disloque, que tu noues sur ta tête le foulard des veuves

(Evli kadınlara) : Başın bozula (kocan ölsün, yuvan daǧılsın, başınıdul kadınlar gibi baǧla)

6520. Que ta tête soit enserrée (l’esprit encombré d’ennuis de toutes sortes

Başın darala

6621. Que ta tête soit : arrachée / soit en pièces / frappe la pierre

Başın kopsun / paralansın / taşa dokuna

6722. (Pour le sommeil) : que ta tête ne connaisse point d’oreiller (que tu crèves d’insomnies)

(Uyku için) Başın yastık görmeye

6823. Que le feu se déverse sur (embrase) ta tête

Bana ateşdöküle

6924. (A ceux qui disent : tu en es la cause…) qu’une pierre de mon poids t’écrase la tête

(Bunlara sebep sensin dendiǧinde) başına benim kadar taşdüşsün

7025. Que la fumée sorte par ta tête

Dumanın başından çıka

7126. Que je puisse mettre ta tête en terre ( = Que je puisse t’enterrer)

Başınıtopraǧa koyayım

7227. Que même une éponge qui tombe te fende la tête

Sünger düşsün başın yarılsın

7328. Que le hibou se pose sur ta tête

Başına baykuşkona

(Le hibou/la chouette dont le cri annonce un malheur, par opposition à « que l’oiseau de la Providence » (devlet kuşu) – qui signifie la chance – se pose sur ta tête)

Le front (alın)

74Chez les Turcs anciens et nouveaux le front constitue une référence importante. Chez les anciens le front est le lieu de référence du processus de spatialisation : le « devant » est conçu en fait comme « à partir du front vers la droite qui elle même désigne un mouvement d’approche et le sud ».

75Par ailleurs, dans la conception musulmane, le destin de tout un chacun est « écrit » par Dieu sur le front de ses créatures : seul il sait le lire et choisit l’heure de la fin ecel. C’est ce qui explique le bandeau qui orne le front des futurs martyrs avec l’inscription du nom d’Allah. Chez les Alevîs de Turquie il s’agira d’un bandeau rouge avec le nom d’Ali, cousin et gendre du prophète.

76La couleur noire désigne dans la spatialisation turque le nord, la main gauche et le mouvement d’éloignement. Le terme générique kara (xara en mongol) a désigné durant la période ottomane la non solvabilité et la pauvreté, l’absence de référence lignagère : bon nombre de serbes, grecs, etc. l’ont ainsi choisi comme patronyme (Kara georges, kara michalis, etc.) avec un sens voisin de « le petit ».

7729. Que ton front soit écrit de noir

Alnına kara yazıla

7830. Que ton front soit noir

Alnın kara çıka

7931. Que le Tout-Puissant écrive ta chute sur ton front

Kâdir senin alnına kazâ yazsın

Le cerveau (beyin)

8032. Qu’un chancre sanglant te pousse dans le cerveau

Beyninde kan çıbanıçıka

Le menton (çene)

8133. Que ton menton soit : ligoté (pour les morts) / cassé / paralysé çenen : baǧlansın / çekile / kapansın / kırılsın / tutulsun

Le nez (burun)

8234. Que ton nez soit plongé dans la merde/ soit taillé comme un arbre

Burnun boka bata / budana

8335. Que tu sois pendu par le nez à un crochet de boucher

Burnundan çengellere asılasın

8436. Que tes moustaches ne connaissent pas la sueur (que tu meures en adolescence)

Bıyıǧın terlemesin

Les yeux (göz)

85L’œil joue également un rôle poly-sémantique : racine trilittérale K(ö/o)R / Z le terme désigne aussi bien l’œil (göz), le voir (gör-mek), que l’aveugle (kör), la braise (köz / kor) ou le tombeau (kor). L’association regard/feu donne donc à l’œil une charge d’énergie (le mauvais œil, cf. n° 90).

8637. Que tes yeux coulent devant toi

Gözün önüne aksın

8738. Que tes yeux tombent sur tes genoux

Gözün dizine dursun

8839. Que tes yeux soient aveugles

Gözün kör olsun

8940. L’aveugle de ta main. ( ?) (Tu exagères).

Elinin körü

9041. Que les corbeaux te crèvent les yeux

Kargalar gözünü oysun

9142. Tige (de fer) chauffée dans les yeux qui veulent du mal.

Elem tere fişkem gözlere şiş

9243. Aveugle, regarde la lumière

Işıǧa kör bakasın

La bouche-la langue (aǧız-dil)

9344 Que ta bouche soit : verrouillée / fermée à jamais / se dessèche / se remplisse de sang / soit refroidie / soit touchée par la pierre d’une fronde / ne sente plus le goût

Aǧzın kapansın : kilitlensin / yumulu kalsın / kurusun / kanla dola / soǧuya / Aǧzına sapan taşıdeǧe / tadıkaça

9445 Que les guêpes/le serpent te pique(nt) la langue

Dilini eşek arısı/ yılan soksun

9546. Des poils m’ont poussé sur la langue (à force de répéter la même chose sans être entendu)

Dilinde tüy bitmek

9647 Que ta langue, et que ta bouche se dessèchent (pré-XVe siècle)

Aǧzın, dilin kurusun (Dede Korkut)

9748 Que la parole qui sort de ta bouche te perce le cœur / que le feu sorte de ta bouche

Aǧzından / çıkan söz koynuna girsin / od çıksın

9849. Que (lors de la purification mortuaire) ta bouche soit lavée par un incroyant / infidèle

Aǧzınıimansız yusun

9950. Que ton haleine s’épuise

Aǧzının buǧusu tükene

10051. Que tu aies la part qui revient à ta bouche (avoir une réponse sévère)

Aǧzının payınıalasın

10152. Que ta bouche perde le sens du goût

Aǧzının tadıkaça

10253. Que ta bouche écume comme la gueule des chiens enragés

Kuduz itler gibi aǧzın köpüre

10354. Que ta bouchée te reste dans la bouche

Yudumun aǧzında kala

10455. Ce que tu as commis, mangé, te ressorte par le nez

Ettiǧin / yediǧin içtiǧin aǧzından burnundan gele

La langue (dil)

10556. Mère, que ta langue et ta bouche se dessèchent Que ta langue pourrisse, mère Berger, que ta bouche se dessèche Que ta langue pourrisse, berger

Ana aǧzın dilin kurusun,

Ana dilin çürüsün (Dede Korkut)

Aǧzın kurusun çoban,

Dilin çürüsun çoban (Dede Korkut)

10657. Que Dieu retire ta langue par la nuque

Allah senin bu dilini ensenden çekip alsın

10758. Que ta langue : pourrisse / soit passée au fer rouge / se dessèche / soit arrachée / s’enfle / ne puisse pas prononcer de louange à Dieu / soit paralysée, etc.

Dilin : baǧlansın / çürüsün / daǧlansın / kopsun / kurusun / lâl olsun / şişsin / salavata dönmesin / tutulusn

10859. Que ta langue s’assèche pour dire la prière

Niyaz dillerin kuruya

10960. Qu’on verse du plomb fondu sur ta langue

Diline kurşun aksın

11061. Que tes langues qui chantent se taisent

Öten dillerin susa

Les dents (diş)

11162. Que tu ne puisses avoir de dents pour mâcher

çiǧneyecek dişbulamayasın

11263. Que tes dents se ramassent dans ta paume

Dişlerin eline avucuna gele

La gorge (boǧaz)

11364. Que cela te reste à travers la gorge

Boǧazında kalsın

11465. Que ta gorge s’assèche et que tu n’aies personne pour te donner une goutte d’eau

Boǧazın kurusun de bir yudum su verenin olmasın

11566. Que le feu te prenne la gorge / que des tiges te traversent la gorge / que ta gorge soit pleine de plumes d’oiseau

Boǧazına : ateşdüşsün / şiştakılsın / kuşpalazıçıka

11667. Que tu boives du poison

Aǧu içesin

11768. Que ta fin soit du poison

Aǧulardan gidesin

11869. Bois du miel vomis du poison

Bal içesin zehir kusasın

11970. Mange de la flamme

Alev yiyesin

12071. Que ta flamme te sorte par la tête

Alevin tependen çıka

Le cou (boyun)

12172. Je ferai de la bière sur ta nuque = « je ne te laisserai pas tranquille une seconde » (à cause du temps de fermentation lente nécessaire)

Ensende boza pişiririm (mek)

12273. Que ton cou se dévisse

Boynu çıkasıca

12374. Que ton cou reste sous toi (que tu crèves comme un mouton sacrifié)

Boynun altında kalsın

12475. Que ton cou reste de côté / que ton cou connaisse le chanvre ( = que tu sois pendu par la corde de chanvre)

Boynun bükük kala / Boynun kendirli olsun (asılasın)

12576. Que le bourreau te frappe le cou

Cellat boynunu vursun

12677. Que le carcan du supplice te passe par le cou

Kahır kasnaǧıboynundan geçsin

La taille (le corps) (boy)

12778. Que la corde des pendus mesure ta taille

Boyunu boz ipler ölçsün (asılasın)

12879. Que la terre recouvre ton corps (dans sa longueur)

Boyunu toprak örtsün

12980 Que tu partes avec ta taille (tel que tu es)

boyda gidesin inşallah

13081. Que le cercueil soit la mesure de ta taille

Boyuna bosuna (sal / tabut / pot) gele

Le torse-le giron (baǧır)

13182. Que ton torse soit transpercé comme une passoire

Allah böǧrünü dele

Le foie-poumon (ciǧer)

132Chez les Turcs anciens le foie est le siège de la vie – et non le cœur – le poumon est désigné comme « le foie blanc » par opposition au « foie noir ». Il était de coutume de manger une partie du foie de son ennemi mort pour s’assurer de sa force vitale. Le turc contemporain a gardé la dualité foie noir/blanc et même le sens de « vie » puisque le terme affectueux canım ciǧerim = « ma vie mon foie » équivaut à « mon chéri ».

13383. Que le couteau se plante à ton foie/poumon

Bıçak ciǧerine saplana

13484. Que tes poumons se collent (dans les plèvres = que tu ne puisses pas respirer)

Ciǧeri yapışasıca

13585. Que ton poumon te revienne par la bouche

Ciǧerine aǧzina gelsin

13686. Que ton poumon s’arrache / cuise / brûle

Ciǧerin kopsun / pişsin / yansın

13787.Que des chancres te poussent dans les poumons

Ciǧerinde çıban çıka

13888. Que tu sois chassé/tiré par le poumon

Ciǧerinden avlan

13989. Que : les poux / le feu du hammam / des brandons / envahissent tes poumons

Ciǧerine bit düşsün / hamam ateşi / köz düşsün

14090. Que le mauvais œil te perce les poumons

Kem gözler ciǧerini dele

Le genou (diz)

14191. Que tu ne cesses de ramper à genoux

Dizin dizin sürünesin

Les intestins (baǧırsak)

14292. Que tes intestins se déversent / se déchirent

Baǧırsakların döküle / yırtıla

Les pieds (ayaklar)

14393. Que tes pieds se présentent à l’orient (que tu sois enterré)

Ayaǧın şarka çevrile

14494. Que tu deviennes comme un chien à deux pattes brûlées

Iki ayaǧıyanmışite dönesin

14595. Que la somme de tes péchés t’emmêle les pieds

Taksirat olsun ayaǧina dolansın

14696. Que ton piedbot se casse

Topal ayaǧın kırılsın

14797. Que tu boites d’un pied et que tu sois chauve

Ayaǧıçolak başıkabak olasın

Le Sexe

14898 Tu as mis ton cul en location, à quoi bon cacher ton sexe avec ta main

Götünü vermişsin kireye elini karşıtutma (XVe siècle)

14999 Celui qui va toujours la bite en érection, ira aussi la tête basse

Siki her daîm kalkık gezenin başıyerde gezer (XVe siècle)

150100 Le Turc, quand il palpe du fric ne pense qu’à deux choses : forniquer et construire une maison

Türkün eli para görünce aklıya binada olur, ya zînada

151101. Arrière ! Manants ! On m’appelle Bekir-le fou, sans sel ni sucre échappé de la laiterie. C’est moi qui dépeçai ma mère et mon père. C’est aussi moi qui des lèvres de ma sœur fis du meze (pour mon raki) (XIXe siècle).

Heyt imanım ! Bize derler mandıradan kaçan tatsız tuzsuz deli Bekir / Anamı kesen ben ! Babamıkesen ben ! Ablamın dudaklarından meze yapıp içen gene ben !

Les humeurs

152Comme dans d’autres cultures, les humeurs jouent un rôle capital : le lait et le sperme sont étroitement associés puisque « il a fallu du sperme de l’homme pour que la femme ait du lait » : ce qui interdit le mariage entre les frères / sœurs de lait. Par ailleurs le sperme est associé à un os long qui constitue le principe générateur du patrilignage des hommes donneurs de femmes, les maternels d’un homme étant classés « chair ». Paradoxalement le sang n’est pas un principe de descendance majeur chez les Turcs anciens remplacé qu’il est par l’os (soy), donc le sperme. Les larmes et la sueur jouent un rôle important mais non générationnel.

Le sperme (döl)

153102. Que ton sperme s’assèche / reste par terre

Dölün kuruya / meydanda kala.

154103. Que tu sois verrouillé du haut et du bas

Altın üstün kilitlene

155104. Que vos filles soient creuses (infertiles) et votre sperme froid (inerte)

Kızınız kovuk olsun, soyunuz soǧuk olsun

Le sang (kan)

156105. Que tu craches le sang dans des bassines en or

Altın leǧenlere kan kusasın

157106. Que ton sang et ta merde viennent par le même trou

kanın bokun bir delikten gele

158107. Que tes veines s’assèchent

Damarlarn kuruya

159108. Que tes deux mains baignent dans le sang

Iki elin kanda kalsın

La famille, le foyer, la reproduction

La mère (ana)

160109 Je ferai tomber la neige sur la vulve de ta mère

Ananın amına kar yaǧdırırım (cf. Introduction)

161110 Que ma mère soit mon épouse (si je mens)

Anam avradım olsun

162111. Travaille toujours et tant que tu veux, la vulve de ta mère mesurera toujours un empan.

Çalışçalış, anananın amıgene bir karış

163112. Je baise la bouche / la vulve / la religion de ta mère

Ananın amını/ aǧzını/ dinini sikeyim

164113. J’aurais du faire naître une pierre plutôt que de te faire naître

Seni doǧuracaǧıma taşdoǧuraydım

165114. Que tu restes sans ta mère. (qu’elle meure)

Anasız kalasın

166115. Que tu perdes père et mère

Anandan babandan ol

167116. Que les gens crachent sur les sandales de tes père et mère

Ananın babanın çarıǧına tüküreler

168117. Que ta mère et ton père : gesticulent de désespoir sur ta tête ( = toi en train de mourir) / bêlent comme des agneaux / qu’il partent dans un cercueil rouge / qu’ils jouent avec ton fez, ton pompon et tes babouches – ta dépouille /qu’il soient tout déchiquetés

Anan baban : başında çırpına / meleye / bir kızıl tabutta gide / fesinle, püskülünle terliǧinle oynaya / tünbe tünbe ola (didik didik)

169118. Que le lait que tu as têté de ta mère te ressorte par les trous du nez

Anandan emdiǧin süt burnundan gelsin

170119. Que ta mère soit baisée par l’orchestre de chambre du Sultan Abdulhamid au complet sur le pont sur le Bosphore afin que l’Europe et l’Asie assistent au spectacle (nb / création récente, anonyme ; pseudo archaïsme).

Senin ananı Sultan Abdülhamidin fasıl hey’eti boǧaz köprüsünde siksin, Asya ve avrupa temâşa eylesin

171120. Je suis monté sur le figuier j’en ai mangé des vertes et des pas mûres. (pour dire : la vie pour moi, c’est l’expérience !) (Réponse) : Si tu tombes tu verras la vulve de ta mère (cf. Introduction).

Çıktım incir aǧacına yedim hamunu mamunı (Réplique) Bir düşersen, görürsün ananın amını

La parenté

172121. Que le bon Dieu ne te fasse pas sentir le parfum d’un enfant

Allah çocuk koklatmasın

173122. Que tu ne puisses pas revoir tes enfants

Çoluk çocuǧuna kavuşmayasın

174123. Que tes enfants soient des muets

Çoluk çocuǧun dilsiz olsun

175124. Que tu ne connaisses pas les bienfaits de tes enfants

Çoluk çocuġunun hayrınıgörmeyesin

176125. Ne guéris pas, ne vois pas la fin de ton mal, et le jour où tu auras guéri endors toi affamé

Onma, bitme, onduǧun gün aç yat

177126. Que tu grandisses et que tu prospères, le jour où tu auras de quoi sourire que tu te mettes à pleurer

Büyük adam olasın, dallanasın budaklanasın, tam güleceǧin zaman aǧlayasın

Le nom / la renommée (adın)

178127. Que ton nom soit donné à d’autres (que les tiens) / Que ton nom soit le seul souvenir de toi / vienne des ténèbres / vienne des dessous des cercueils / Que ton nom d’or se transforme en pacotille / qu’il soit englouti / imperceptible / asséché.

Adın başkasına kona / Adın kala sen gidesin / kara yerden gele / sallar altından gele / Altın adın pul ola / Adın sanın batsın / Adın sanın bellisiz olsun / Adın sanın kurusun

Le foyer / la cheminée pour la maison(née) (ocak-baca)

179Le foyer ocak vient de l’ancien od + cak « le lieu du feu ». Il désigne par métonymie le lieu de genèse et de poursuite du patrilignage.

180128. Je planterai un figuier à ton foyer (cf. Introduction)

Ocaǧına incir dikerim (mek)

181129. J’éteindrai ton foyer / Que ton foyer s’éteigne

Ocaǧınısöndürmek / Ocaǧın sönsün

182130. C’est le chien qui commande la maison abandonnée

Issız eve it buyruk

La veuve (dul)

183131. Que tu ailles (en bru) dans des maisons du deuil et sans robe de mariée

Dul evlere duvaksız gidesin

184132. Que le chemisier de la veuve soit ta vêture

Dul gömleǧi giyesin

185133. Que tu restes veuve sept ans durant et que tu partes (meures) la huitième année sans avoir connu le bonheur

Yedi sene dul kalasın sekizincin sene bî-murat gidesin

186134. Que ton voile de mariée te reste sur le visage et ta main crispée sur le cœur

Duvaǧın yüzünde elin koynunda kala

187135. Que tu épouses un veuf sans le voile de la mariée sur le visage, et/ou que tu épouses un aveugle sans rituel de mariage.

Dul ere duvaksız, kör kişiye nikâhsız gidesin

188136. Qu’il neige à ton mariage

Düǧününde kar yaǧsın

189137. Que tu ailles en épouse à un pied-plat / à un étranger / à un querelleur / à un cogneur

Düztabana / el kapılarına / eli bayraklıya / sopalıya düşesin

190138. Que ton trousseau demeure dans son écrin

Çeyizin dürülü kala

191139. Que tu ne connaisses pas le bonheur de ton trousseau

Çeyizinin hayrınıgörmeyesin

192140. Ceux qui disent « ma bien-aimée » à ma bien-aimée, que leur demeure demeure verrouillée

Yarime yar diyenin evleri kilitli kala

193141. Que ton célibat soit sans fin

Bekârlıktan kurtulmayasın

194142. Ne connais ni ordre ni harmonie

Dirlik birlik görme inşallah

195143. Que ton harmonie s’envole

Dirliǧin uçsun

196144. Que tu aies une famille mais par l’ordre ni l’harmonie

Evin olsun da dirliǧin olmasın

197145. Dors mon bébé dors, Grandis vite, Quand ton père me tapera, Que tu le tapes pour moi.

Ninni diyem yatasın çabucak boy atasın, Baban beni döǧende, sen de ona çatasın

198146. Que tes petits te le fassent payer

Balalarından çekersin inşallah

199147. Que dieu te sépare de celui / celle que tu aimes

Sevenineden ayrıkalasın

200148. (Je suis tellement seul que) quand je vois une mouche je suis content comme si j’avais vu un parent

Sinek görünce akraba görmüşgibi oluyorum

201Une autre version du XVe siècle dit : faute de parents nous dirons bonjour à la cigogne ; Kavım yokluǧundan leklege sala verevüz

Le trépas

202La mort est une transition. Elle est l’œuvre de Dieu qui lit sur le front de tout un chacun « son heure » (ecel). C’est Azraël l’ange de la mort qui vient reprendre la vie à celui dont l’heure est arrivée. Dans l’épopée de Dede Korkut, l’épisode de « Deli Dumrul » met en scène la révolte du héros contre l’inéluctable, dans son combat avec Azraël. L’idée de « l’écriture du destin sur le front » a donné lieu au concept de « cahier » de tout un chacun, le defter qui comptabilise ses vertus (cahier blanc) et ses péchés (cahier noir). La formule « on a roulé son cahier » (defteri dürüldü) désigne le fait qu’il est passé de vie à trépas.

203Le cercueil n’est pas nommé en tant que tel mais par « la barque de l’imam », le cheval de bois, ou « les quatre bras ». De même le cimetière est désigné par méto­nymie par « le village de pierre », etc. Une autre formule, souvent utilisée dans les lamentations (aǧıt) fait référence à une conception « végétale » de l’homme en le désignant par « fleur de la terre », « le nouveau né de la terre » etc., lorsqu’il est enterré.

La mort : cadavres, sépultures, cercueil (cende, ölüm / mezar-tabut)

204149. Que tes parents et tes ancêtres traînent de cimetière en cimetière

Atan anan gor be gor ola (mezardan mezara sürüne)

205150. Celui qui crée (Dieu), qu’il te reprenne

Verenim seni apara

206151. Je maudis la sépulture de ton père

Babanın sinine (mezarına) lânet

207152. Que tu ailles à côté de ton père mort

Ölmüş babanın yanına gidesin

208153. Que je disperse la terre sur la sépulture de ton père

Toprak koyayım babanın başına

209154. Que la sépulture de tes ancêtres soit une écurie d’ânes

Ecdadının kabri eşek ahırıola

210155. Seule la terre noire (de la sépulture) couvrira ta honte

Ayıbınıkara toprak örtsün

211156. Que ta dépouille soit emplie de paille (pour) que tu meures bien replet

Saman dolduralar derine ; öl gerine gerine

212157. Que ton cahier blanc soit enroulé

Ak defterlerin dürülsün

213158. Que le sort / la destinée examine ton cahier

Felek defterini yoklaya

214159. Que ton cahier noir s’alourdisse

Kara defterin çoǧala

215160. Que tu montes le cheval en bois (le cercueil)

Tahta ata binesin (tabut)

216161. Enfourche donc (la monture) à quatre-bras (le cercueil)

Dört kolluya binesin

217162 Soit meublé de planches ( = du cercueil)

Tahtalara döşenesin

218163 Que tu sois embarqué dans la barque de l’imam (le cercueil)

Imam kayıǧına binesin

219164. Que tu ailles au paradis des ânes

Eşekler cennetine gidesin

220165. Que tu sois le bébé de ( = sous) la terre

Yer bebeǧi olasın

221166. Que tu sois la fleur de (sous) la terre

Yer çiçeǧi olasın

222167. Que tu ailles porté par quatre hommes (dans le cercueil)

Dört adamın çiǧninde gidesin

223168. Que tu restes debout dans ta sépulture

Gorunda dik oturasin

224169. Déchirer le linceul (survivre à tout)

Kefeni yırtmak

225170. Que tu sois enterré dans une sépulture de chien

It gorunda yatasın

226171. Que ton ombre ne porte pas sur la terre ( = parce que sous la terre)

Gölgen yere düşmeye

227172. Que la miséricorde de Dieu passe sur toi comme le vent

Allahn rahmeti üstünden yel gibi geçe

228173. Va sur le radeau noir (le cercueil)

Kara salla git

229174. Que les diables de l’enfer conduisent ton radeau (cercueil)

Salınızebanîler güde

230175. Va au village en bois ( = le cimetière avec ses cercueils)

Tahtalıköye gidesin

231176. Que tu ailles au village en pierre (cimetière) / fais toi élire maire au village en pierre

Taşlıköye gidesin / Taşlıköye muhtar olasın

232177 Que tu sois le maire des poissons ( = que tu sois mort noyé)

Baılklar emîni olasın (XIXe siècle)

233178 Que ton cadavre : soit nourriture pour chiens et les oiseaux / pourrisse / reste sur la route

Cendeǧin : itlere / kuşlara kala / koksun / yola düşe

234179. Que tu te noies dans des rivières à sec et que des corbeaux morts mangent ton cadavre

Kuru çaylarda boǧulasın, leşini ölmüşkargalar yiye

235180. Que tu n’atteignes pas le vendredi / que tu crèves un vendredi. ( = le jour du seigneur pour l’islam)

Cumaya varamıyasın / Cuma günü çatlayasın

236181. Que tu tombes sous la griffe d’Azraël (l’ange de la mort) / que tu t’en­voles accroché à l’aile d’Azraël

Azrailin demir pençesine gelesin / Azrailin kanadına tutuna uçasın

237182 Que l’heure de ta mort arrive à cheval / que le cheval de l’heure de ta mort piaffe

238Ecelin atlıola / Ecelin kişnesin

239183 Que tu partes avant l’heure de ta mort

240Ecelsiz gidesin

241184. Que tu sois fauché comme du blé en herbe

242Gök ekin gibi biçilesin

243185. Pars vivant ; qu’on ramène ton cadavre

Dirin gitsin ölün gelsin

244186. Que tu te noies dans une cuillérée d’eau

Bir kaşık suda boǧulasın

245187. Que tu te noies dans des lacs sans eau

Susuz Göllerde boǧulasın

246188. Que tu sois la nourriture des vers et des oiseaux

Kurda kuşa yem olasın

247189. Que tu en sois à compter le (dernier) vingt quatre heures ( = crève vite dans l’angoisse de la mort)

Yirmi dört saatin derdine düşesin (çabucak öl)

248190. Que tu t’écroules jeune en pleine force de l’âge / comme des peupliers

Civan devrilesin / Kavaklar gibi devrilesin

249191. Que la potence soit là où la vie te quittera

Dar aǧaında can veresin

Misères

250192. Que le pain soit un cavalier et que tu lui coures derrière sans l’atteindre

Ekmek atlıola sen yaya koşup kavuşamayasın

251193. Que ton pain soit sec et ton lait caillé clair (le lait caillé est l’ayran, originellement le petit lait de la baratte)

Ekmeǧin kuru / Ayranın duru ola

252194. Que tu deviennes un mendiant incapable de mendier

Dilenemez dilenci olasın

253195. Que tes petits restent orphelins, bêlant comme des agneaux

Balaların ardında kala / meleye

254196. Que le bon dieu te fasse la séparation du divorce

Allah el kınamaz (boşanmak) ayrılıǧıvere

255197. Que tu ailles au devant des cataclysmes

Afete gelesin

256198. Que la neige recouvre les montagnes sur lesquelles tu comptes (espoir grand comme une montagne)

Güvendiǧin daǧlara kar yaǧsın

257199. A l’étroit, que tu t’appauvrisses

Darda kalasın daralasın

La branche (dal)

258Comme dans l’épopée de Dede Korkut, l’arbre est le principe même de vie et il est sacré, les branches signifient le principe de jeunesse et d’espoir.

259200. (Jeune et fragile comme) la branche, que tu meures

Dal iken ölesin

260201. Que ta branche se dessèche

Dalın kuruya

261202. Que les branches sur lesquelle tu comptes, se cassent. (espoir fragile)

Güvendiǧin dallar kurusun

262203. Que la branche où tu te poses se casse

Konduǧun dallar kırılsın

263204. Que les branches que tu tiens ne puissent reverdir

Tuttuǧun dallar yeşermeye

264205. Que tu n’aies point de branches ni de bourgeons

Dal›n budaǧın budana / kuruya / olmasın

265206. Que l’arbre sur lequel tu t’appuies s’écroule

Dayandıǧın aǧaç yıkılsın

266207. Que l’arbre que tu tiens se dessèche

Tuttuǧun aǧaç kuruya

267208. Que tu ailles vêtu de haillons

Çula çaputa sarınasın

268209. Que tu n’aies même pas de haillons à te mettre

Çulsuz kalasın

269210. Que tu nages parmi les poux

Bit içinde yüzesin

270211. Que les chiens mangent ton pain et les poux ton col

Ekmeǧini it yiye, yakanıbit yiye

271212. Que tu sois plus affamé que le chien et plus nu que le serpent

Itten aç yılandan çıplak kalasın

272213. Que les poux mangent ton dos et les chiens ton pain

Sırtınıbit yesin ekmeǧıni it yesin

273214. Que tu ailles au devant de beaucoup de couteaux dans des rues très étroites

Dar sokaklarda bol bıçaklara gelesin

274215. Que le bon Dieu te fasse descendre du cheval pour monter un âne

Allah seni attan indirip eşeǧe bindire

Maladies-peines (dert)

275216. Que le bon dieu te donne des maux inconnus

Allah bilinmez dert vere

276217. Que ton mal soit à répétition ( = cyclique)

Derdin devre gele

277218. Tombe dans des maux tels pour toi, que tu en sois à m’oublier

Kendi derdine düşesin de beni unutasın

278219. Je te souhaite un mal tel que le remède en soit le lait de l’oiseau et la corne de l’âne ( = denrées inexistantes).

Öyle bir dert tutasın ki, dermanıkuşsütü, eşek boynuzu ola inşallah

279220. Que les scorpions te piquent

Seni akrep sançsın

280221. Que le bon Dieu te donne un mal (massif – comme une mosquée) et qui nécessite un suppositoire (long) comme un minaret

Allah câmi gibi bir dert, minare gibi fitil versin

281222. Dors dans les bas-fonds, regarde les portes (pour mendier)

Diplerde yat kapılara bak

La chance (baht) / Le malheur (bela)

282223. Ne dis pas je suis belle, un bouton suffit (à te défigurer), ne dis pas je suis riche, une étincelle suffit (pour te ruiner)

Güzelim deme bir sivilcim (sivilce), zenginim deme bir kıvılcım yeter

283224. Que ta chance : se referme / devienne noire / ne te soit pas amie

Bahtın : kapansın / kara gele / yar olmaya

284225. J’espère (recevoir) les mauvaises nouvelles (noires) de toi

Kara haberini alayım

285226. Que le bon Dieu t’envoie ton malheur au galop

Allah belânıatlıgetire

286227. Que le bon Dieu te donne ton malheur, que ta prière mortuaire soit faite par le chien

Allah belânıversin, köpek salanıversin

287228. Que tu trouves ton malheur là où tu poses le pied / très vite

Belanı : ayaǧının altında bulasın / tez bulasın

288229. Que tu sois vaincu par soixante dix malheurs en soixante dix lieux

Yetmişyerde yetmişbelâya tuşolasın

289230. Que tu n’aies de cesse de pleurer

Daim aǧlayasın

290231. Allite toi avec des douleurs inextinguibles

Gitmez aǧrıya yat

Le soupir de désolation (Ah !)

291232. Que les soupirs de désolation ne te lâchent pas

Ah çekesin

292233 Que tu pousses des soupirs et que tu n’entendes que cela

Ah deyip ah işidesin

293234 Cogne toi la tête sur les genoux en poussant des soupirs (de désolation)

Ah diyesin başınıdizine çalasın

294235. Qu’à chaque soupir de souffrance tu craches le sang

Ah diyesin kan tüküresin

295236 J’espère que tu en seras réduit à chercher ma merde desséchée

Sen benim kuru boklarımıararsın inşallah

296237 Que ton dos de brave touche la terre (que tu sois vaincu)

Yigit arkan yere gelsin

297238. Que ce soit pierre devant, pierre derrière

Önün arkan taşola

Souffrances

298239. Que tu rampes et traînes tant et plus (… à l’instar des serpents)

Sürüm sürüm sürünesin

299240. Que tes plaintes de souffrance n’aient pas de fin

Ilim ilim ilinesin

300241. Que tu t’enfonces au tréfonds de la terre

Yerin dibine bat e mi

301242. Que tu sois pris par le mauvais sort et que le soleil te brûle

Afsun avlasın, güneşkavlasın

302243. Que tu sois le poisson dans le tandoori ( = cuire à petit feu)

Tandırda balık olasın

303244. Que ta (capacité de) clairvoyance se noue / se verrouille

Basiretin baǧlana / kilitlene

La fête (bayram)

304245. Que tu ne voies pas de fêtes

Bayramlara çıkamayasın

305246. Que le noir (le malheur) soit le compagnon de tes fêtes. Que tes fêtes soient noires

Bayramlar başına kara gele. Bayramların kara ola.

Conclure ?

306La malédiction comme genre est bien une œuvre vivante, qui associe un savoir encyclopédique sur une grande tradition à un savoir-faire qui permet de satisfaire un des principes fondamentaux des cultures turques du passé et même du présent : le souci permanent de « tenir son rang ». Le grand parler de l’invective/malédiction constitue un moyen fondamental de se « poser » là où il le faut, de réagir face à l’adversité. C’est aussi un art vivant dans la mesure où bon nombre des formules, qui ont l’aspect formel de l’ancien sont de création récente ou présente comme celle qui est relative au pont sur le Bosphore et l’orchestre de chambre du Sultan Abdulhamid (sic). Le livre de Dede Korkut, riche en invectives et en reflexions sur le « grand parler » sert souvent de modèle, à preuve, cette malédiction entendue dans le quartier turc Kreuzberg de Berlin « Que le döner kebab s’arrête de tourner » (döner kebab dönmez olsun) sortie tout droit de Dede Korkut où la mère désespérée à la recherche de son fils invective la montagne par un : « Que tes rivières abondantes cessent de couler, que tes herbes cessent de pousser, etc. » Il s’agit pour l’immigré turc d’exprimer son ras-le-bol de sa communauté et de sa culture du döner.

307Une dernière remarque de conclusion : lors du travail de collecte et d’organisation, rien que l’effet d’incantation des formules en pensant à des noms auxquels on veut le plus grand bien, m’a semblé avoir un effet de thérapie jubilatoire non négligeable.

Haut de page

Bibliographie

AKALIN S., 1990, Alkişlar, Kargişlar. Kültur bakanlıǧi, halk kültürünu araştirma dairesi yay. N° 130, hal edebiyati dizisi n° 36, Ankara, 272 p.

BAZIN L. et GOKALP A., 1998, Le Livre de Dede Korkut, Paris, Gallimard, collection l’Aube des Peuples.

BORATAV P.N., 1954, « Quatre-vingt quatorze proverbes turcs du XVe siècle restés inédits » in ORIENS, vol VII, 2, : 223-250.

FAVRET-SAADA J., 1977, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard.

GOKALP A., 1992, « La légende de la nymphe blonde » in Mélanges offerts à Louis Bazin, Paris, L’Harmattan, p. 13-143.

LÂTIFÎ (éd. 2001), Eloge d’Istanbul, suivi du Traité de l’invective, traduction, présentation et notes de Stéphane YERASSIMOS. Sindbad/Actes sud, Paris.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet le merveilleux film (américain) de Jacques Tourneur dans les années quarante : The curse of the Demon où celui qui lit le papier est dévoré par un nuage transformé en monstre .

2 A Guidel, dans le Morbihan par exemple, mais visiblement c’est une pratique générale.

3 A la fin de la rédaction du présent travail, les éditions Sindbad/Actes sud ont publié un document d’un auteur anonyme du XVIIIe siècle baptisé « Traité de l’invective » qui confirme par sa forme et son contenu la pérennité de l’invective comme genre spécifique dans le monde turc-ottoman (Lâtifî, 2001).

4 Qui ont une autre particularité, celle d’entrer en relation sexuelle virtuelle environ quatre cents fois par jour (semble-t-il d’après une « enquête » fantomatique réalisée en Turquie) avec des êtres humains des deux sexes et de tous âges, animaux domestiques et sauvages, objets animés et inanimés : en effet, dès qu’une contrariété se présente (par exemple la voiture qui ne démarre pas) on lui « baise sa mère » ; le chien qui ne mange pas sa pâtée subira forcément le même sort, de même que la clef qui n’entre pas dans la serrure… ce qui est un comble. Cette manie est restée en héritage dans bon nombre de langues balkaniques à partir de la racine « sik-tir… » « pine/er », etc).

5 L’école de ce grand-art est l’école tout court dans les cours de récréation où les garçons – et non les filles – apprennent l’art de la joute verbale avec des vers rimés. Ne pas savoir répondre à une provocation verbale en appel à joute, rend minable et fait perdre la face. Etre à court de répliques conformes peut conduire à l’agression physique, la bagarre. Si je dis par exemple – formule de gamin bien connue : Köprü alti boy boy, ananısiken kovboy (« ils sont longs longs les chemins de sous les ponts ; celui qui baise ta mère est un cowboy », la réplique acceptable – rime, métrique, scansion, assonances – peut-être : Ona öyle demezler ; peynir ekmek yemezler (« on ne peut pas le dire de la sorte, et ce qui le font ne mangent pas le fromage avec le pain »)… Faute de réponse conforme on est nul donc perdant ; il n’y a plus que le recours à l’agression physique qui disqualifie encore plus en matière d’humiliation.

6 Une série de légendes qui court sur tout le pourtour méditerranéen et qui part d’un schéma comparable (le couple père/fille, la calomnie, le renoncement et la disparition) concerne la légende de sainte Marine et les allégories qu’elle permet d’organiser. Voir également Gokalp, 1992.

7 Commencé comme une curiosité d’ethnolinguistique turque sur les « formes simples », le corpus de quelque soixante expressions a subi un effet de boule de neige pour atteindre la taille présentée ici, déjà réduite pour éviter les répétitions. Il s’agit d’un corpus imposant qu’il conviendra d’analyser et organiser plus en profondeur et en finesse.

8 Kızım sana söylüyorüm gelinim sen anla.

9 Pour l’édition savante française voir : Bazin L., Gokalp A., 1998).

10 (4+4), (4+4+3) ; (4+4+4+4).

11 Cf. note 4.

12 Un article de P.N Boratav (1954) démontre la permanence d’un grand nombre de ces adages et invectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Altan Gokalp, « Les Ilenti ou maudire son prochain en turc  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 22 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/1207

Haut de page

Auteur

Altan Gokalp

Etudes turques et ottomanes, CNRS-EHESS, PAris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page