Navigation – Plan du site
La tradition manuscrite en écriture arabe

99-100 | novembre 2002
La tradition manuscrite en écriture arabe

Sous la direction de Geneviève Humbert
ISBN 2-7449-0375-2

Si l'écriture arabe n'a pas toujours été liée à l'islam, le livre en écriture arabe naît pour sa part après l'apparition de l'islam, même si copistes, traducteurs et auteurs ne furent pas tous musulmans.Puis l'extraordinaire expansion de l'islam et de la langue arabe dans l'espace et le temps - on a continué à copier des livres à la main jusqu'au début du XXe siècle - et le succès de l'écriture arabe (qui a été utilisée, toutes époques confondues, pour transcrire environ 130 langues) ont eu pour résultat la production d'un nombre considérable de manuscrits.Recherchés d'abord pour leur contenu, puis pour la qualité des réalisations calligraphiques ou des décors, miniatures et peintures qu'on peut trouver dans les plus anciens et les plus luxueux d'entre eux, les livres en écriture arabe ont intéressé les érudits et les historiens de l'art. Mais la valeur d'un manuscrit ne tient pas forcément à ses qualités esthétiques ou à un contenu exceptionnel. Aujourd'hui un nouveau regard est porté sur le livre manuscrit comme témoin d'un ensemble de pratiques et de techniques (choix du support et des encres, reliure, composition des cahiers, mise en page, style d'écriture), et la copie apparemment la plus banale peut représenter un trésor pour le codicologue ou le paléographe, le spécialiste de l'histoire des fonds et des bibliothèques, l'historien des textes, des éditions et des traductions, et plus généralement du livre et de la culture...