Navigation – Plan du site
I. État et nation

La presse de Syrie et du Liban entre les deux guerres (1918-1939)

Nadine Méouchy
p. 55-70

Résumés

L'essor sans précédent de la presse de Syrie et du Liban, dans l'entre-deux-guerres, s'inscrit dans le cadre d'une période d'intense mobilisation politique, de mutations dans la vie publique et du développement de la scolarisation. C'est au cours de ces années, où la presse apparaît comme un instrument de prise de parole, qu'une nouvelle profession, alors jeune et engagée, trouve sa consécration : les journalistes. La presse, qui fonctionne comme agent et miroir de ces diverses évolutions, montre aussi comment s'affirment les différentes personnalités des deux capitales promues depuis peu, Beyrouth et Damas.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

  • 1  À la chute de l'Empire ottoman, ces deux États n'existent pas encore dans leurs frontières actuell (...)
  • 2  En nous fondant uniquement sur le nombre de titres de presse publiés pour chaque période, sans ten (...)

1À la faveur des développements politiques successifs qui jalonnent l'entre-deux-guerres, la presse des États de Syrie et du Liban1 connaît un essor important : ce ne sont pas moins de 490 titres de presse qui paraissent entre 1918 et 19392, se répartissant principalement entre Beyrouth (263), Damas (92), Alep (31) et Tripoli (22).

  • 3  Cela concerne 37 villes et localités au moins.
  • 4  Plus d'une vingtaine de centres possèdent des archives de cette presse. Les principaux sont les su (...)
  • 5  Ainsi, Joseph Elias dit que Philippe de Tarâzî se serait trompé sur la date de parution du premier (...)
  • 6  Cet inventaire ne pouvait pas figurer dans cet article en raison de sa longueur. Je l'ai établi du (...)

2Cette étude est fondée sur un relevé de presse aussi précis que possible. Toutefois, l'établissement de l'inventaire de la presse de Syrie et du Liban entre les deux guerres mondiales comporte des limites en raison du grand nombre de titres publiés et de leur éparpillement géographique tant pour ce qui est du lieu de parution3 que du lieu d'archivage4. Certains ouvrages sur la presse arabe, pionniers en la matière et qui ont servi de référence aux inventaires postérieurs, comportent des erreurs5. De plus, la durée de vie d'un titre est variable ainsi que sa périodicité : par exemple, le titre damas-cène al-Fallâh, fondé en 1919 comme revue, est transformé six mois plus tard en journal (al-Rifâ'î, 1969 : 25). Enfin, pour déjouer la censure et les suspensions, certains journaux, parmi les plus exposés, se « dédoublent » : à Damas, par exemple, al-Fajr sert de substitut à al-Istiqlâl al-'arabî en cas de suspension du second. À Beyrouth, al-'Âsifa remplace al-Ahrâr le temps de ses suspensions (en 1932) et L'Orient forme avec L'Écho d'Orient un doublet. Toutes ces raisons font que nous ne saurions prétendre à l'exhaustivité de l'inventaire de presse qui sert de fondement à cet article6.

Un temps de mobilisations et de mutations

  • 7  Le 7 mai 1920 est instituée, à Damas, une Direction des imprimés (mudîriyyat al-matbû'ât) à laquel (...)
  • 8  L'attribution des Mandats à la France et à l'Angleterre est réalisée à la Conférence interalliée d (...)
  • 9  Ce journal avait été fondé en 1889 au Caire par des Syriens en exil, Ya'qûb Sarrûf, Fâris Nimr et (...)

3En 1918, tous les habitants des anciennes provinces arabes de l'Empire cherchent à se prononcer sur l'avenir qu'ils envisagent pour eux-mêmes dans le cadre d'un État moderne. L'intervention dans le débat des Français et des Anglais, motivés par des ambitions précises, en fausse le déroulement et les résultats. En octobre 1918, la proclamation à Damas du gouvernement arabe dirigé par le prince Faysal b. al-Husayn, porteur de tous les espoirs des nationalistes, suscite une vague de création de feuilles de presse. C'est véritablement à partir de cette période que la presse quotidienne joue un rôle important dans le pays7. Les Français, présents sur le littoral, n'auront de cesse de limiter les influences de ce gouvernement nationaliste arabe sur le territoire du futur Grand-Liban. Leurs alliés sur le terrain, majoritairement maronites et catholiques, revendiquent en effet un État libanais au sein duquel ils auraient la prééminence. Les Français instaurent à Beyrouth la censure de la presse qui frappe notamment les feuilles nationalistes. Il n'y aurait eu en revanche aucune forme de censure officielle à Damas durant les deux années du règne de Faysal (al-Rifâ'î, 1969 : 25). Le contrôle de la presse se généralise ensuite avec l'imposition du Mandat français à la Syrie et au Liban8. Ce contrôle, préventif ou punitif, comprend les pressions, la censure, les suspensions, voire la fermeture de titres et l'arrestation de journalistes ou de responsables de presse. Pendant la grande révolte de 1925, quelques journalistes réussirent à contourner la stricte censure appliquée aux opérations militaires en envoyant des nouvelles à des journaux égyptiens (par exemple à al-Muqattam9)auxquels ils s'étaient rattachés comme correspondants anonymes.

  • 10  Cette politique était destinée à permettre l'élaboration d'une constitution et la formation d'un g (...)
  • 11  Le général Weygand avait pris des mesures déjà en septembre 1923 pour protéger la liberté de la pr (...)

4En Syrie, la défaite militaire et politique des nationalistes à Maysalûn, le 24 juillet 1920, et l'entrée des Français mettent le débat politique en veilleuse. Le mouvement nationaliste arabe est réduit au silence. II faudra attendre la grande révolte (1925-26) et ses conséquences pour voir se mettre en place, à nouveau, un contexte favorable au développement de la presse : fin du règne des militaires (avec l'arrivée, en 1926, du premier Haut-Commissaire civil, Henri de Jouvenel) et levée du régime militaire d'exception (1927) ; inauguration par la France d'une « politique d'entente » avec les nationalistes10 qui donnèrent dès lors la priorité au combat politique et à ses vecteurs ; levée de la censure à l'été 1926 (al-Rifâ'î, 1969 : 44)11, mais non des suspensions, ce qui limite la marge de manœuvre des journalistes. Cette levée de la censure, assortie de l'ouverture politique venue de la puissance mandataire, provoque un essor de la presse dans les provinces ; enfin, une large amnistie pour les prisonniers et les exilés politiques (qui commencent à rentrer au pays à partir de 1928) alimente les feuilles de presse en plumes militantes ; c'est le cas de Lutfî al-Haffâr par exemple.

  • 12  Les chiffres que j'indique ici sont calculés à partir de la date de fondation, en ma possession, d (...)
  • 13  C'est cette Constitution qui institutionnalise, grâce à son célèbre article 95, la confessionnalis (...)

5Au Liban, les réactions à la mise en place du Mandat furent plus partagées, comme en témoignent la diversité d'opinion des journaux et des périodiques, et l'envol de la presse après la création du Grand-Liban. À Beyrouth, on note 75 créations de titres entre 1921 et 1925, contre 15 entre 1918 et 1920. À titre comparatif, Damas ne vit que 20 créations de titres entre 1921 et 1925 contre 25 titres pour 1918-192012. C'est en 1926 qu'est proclamée la République libanaise, succédant au Grand-Liban et dotée de sa première Constitution13. La République libanaise consacre la promotion définitive de Beyrouth comme capitale. Beyrouth affirme aussi sa vocation par la presse, par sa suprématie régionale écrasante comme lieu d'édition de presse. Le débat politique libanais est animé à la fois par la diversité des tendances qui s'y exprime et grâce au rôle des nationalistes arabes qui marchent encore de conserve avec leurs camarades syriens. C'est à Beyrouth, le 20 octobre 1927, que se tient le premier Congrès nationaliste réunissant des représentants syriens et libanais, qui se donne pour objectif de répondre aux ouvertures du Haut-Commissaire, Henri Ponsot, successeur d'Henri de Jouvenel.

6Ainsi, dans le sillage d'un combat qui se place désormais sur le terrain parlementaire et politique, la vie politique entre 1926 et 1939 comporte, en Syrie comme au Liban, les mêmes dynamiques recoupant souvent des appartenances idéologiques opposées :

  1. la formation de blocs parlementaires se fait à la faveur de la mise en place d'assemblées représentatives ;

  2. des partis politiques de type moderne sont créés ou développés, et certains d'entre eux, comme le Parti communiste, la Ligue d'action nationale, le Parti national-social syrien et l'Association des Frères Musulmans, sont communs aux deux pays ;

  3. les formes d'organisation de la jeunesse, comme les structures paramilitaires, qui se développent alors révèlent une nette influence des modèles d'encadrement totalitaires ayant cours en Europe à la même époque.

7Cette période est donc caractérisée à la fois par une intense mobilisation politique, accrue par un contexte de marasme économique, et par des mutations structurelles dans l'organisation de la vie politique. La presse apparaît comme le vecteur indispensable des discours concurrents, eux-mêmes renouvelés et idéologisés, de ces nouvelles structures partisanes. La mobilisation politique, principalement nationaliste, contestataire et elle-même porteuse de différentes visions du territoire, est centrée autour des thèmes de l'unité et de l'indépendance. Elle concerne essentiellement sept grandes villes et allie souvent Syriens et Libanais : Damas, Homs, Hama et Alep en Syrie, Beyrouth, Tripoli et Saïda au Liban.

Et la presse devient tribune

8La presse joue alors, pour plusieurs raisons, un rôle considérable dans le débat d'idées et dans les mobilisations urbaines :

    • 14  Ce journal beyrouthin fut transféré à Damas en 1926 à la demande du Damade Ahmad Nâmî bey. Le prop (...)

    la presse est d'abord considérée comme l'agent principal de la formation d'une opinion publique, objectif déclaré non seulement des nationalistes, mais aussi de tous ceux qui sont engagés dans leur temps. Signe de ce temps, un journal beyrouthin puis damascène, fondé en 1910 par Tâhâ Midawwar et dirigé par Nasûh Bâbîl, s'intitule al-Ra'y al-'âmm, l'opinion publique14. Ainsi, dès son accession à la tête du gouvernement arabe, le prince Faysal aurait encouragé les propriétaires de titres de presse, auparavant pénalisés par le pouvoir turc, à reprendre la parution de leur titre. Il aurait réuni les rédacteurs en chef de la presse à Damas (al-Rifâ'î, 1969 : 14) pour leur demander de préparer l'opinion publique à soutenir les revendications nationalistes ;

  1. l'audience de la presse augmente régulièrement avec l'accroissement de la scolarisation : entre 1924 et 1934, la population scolaire des écoles primaires et secondaires a pratiquement doublé dans les établissements gouvernementaux. Une partie de ces jeunes gens diplômés et cultivés fourniront des militants aux organisations de jeunesse, des plumes engagées aux journaux et des troupes aux grandes mobilisations urbaines anti-mandataires qui recrutent facilement dans les lycées, notamment dans le célèbre lycée Tajhîz de Damas ;

    • 15  Les célébrations du quarantième jour concernant le shaykh Nûras al-Kîlânî, notable nationaliste de (...)

    la presse peut influencer, dans ses formes, la contestation citadine ; le recentrage syrien sur le combat politique s'inspire, par exemple, des méthodes d'agitation préconisées par le Mahatma Gandhi et qui connaissent une réelle vogue dans les milieux nationalistes. La presse nationaliste exalte le personnage de Gandhi et rend fidèlement compte de ses discours comme de ses actions contestataires. En s'inspirant de l'exemple du dirigeant indien, les nationalistes préconisent la désobéissance civile (grève de l'impôt, refus de coopérer avec les autorités mandataires) et l'institution de manifestations-anniversaires qui connurent d'autant plus de succès qu'elles s'inscrivaient dans les traditions locales : c'est par exemple le cas des manifestations du quarantième jour suivant le décès d'une personnalité nationaliste connue15 ;

    • 16  L'unité réfère à trois notions distinctes : en effet, l'unité peut être syrienne, arabe ou islamiq (...)

    la presse est à la fois agent et miroir des multiples thèmes du combat nationaliste. La solidarité arabe tout d'abord, qui s'exprime à propos de la colonisation sioniste en Palestine, de la colonisation française au Maghreb, et de la présence italienne en Libye. Des revendications spécifiquement syriennes ensuite, comme l'unité16 et l'indépendance, comme l'instauration d'un système politique démocratique et la solidarité avec les villes syriennes victimes de la répression du pouvoir mandataire. Enfin, les débats liés à la modernisation de l'économie et de la société comptent parmi les thèmes récurrents de la presse.

  • 17  Pour des raisons pratiques, je considère que les titres fondés entre 1921 et 1925 continuent à par (...)

9À Beyrouth comme à Damas, la presse quotidienne est le lieu d'affrontement privilégié des différentes tendances politiques. Tous, politiciens, lettrés, professionnels et organisations, veulent avoir accès à la parole publique. Certaines organisations recueillent, d'ailleurs, les dividendes d'un meilleur écho dans le pays : le Bloc nationaliste syrien voit, entre 1928 et 1936, son audience s'amplifier considérablement, dans le même temps où s'accroît le nombre de titres publiés en Syrie. Entre 1926 et 1936, c'est-à-dire au moment où le débat politique, préalable à la signature des traités franco-libanais et franco-syrien, est à son apogée, l'accroissement du nombre de titres créés est patent : à Beyrouth entre 1921 et 1936, plus de 180 titres voient le jour, dont 75 entre 1921 et 1925, et 105 entre 1926 et 1936. À Damas, dans des proportions moindres, ce sont 53 titres qui apparaissent entre 1921 et 1936, dont 33 pour la seule période 1926-193617. L'accroissement indiqué par les chiffres témoigne bien du besoin de prise de parole, d'une part, et du rôle assigné à la presse dans ce domaine, d'autre part.

10L'audience de cette presse peut être appréciée grâce aux estimations des tirages. En l'absence d'autre source d'information et de comparaison (aucune des publications consultées par nous et consacrées à la presse ne donne d'indication à ce sujet), nous avons utilisé telles quelles les données contenues dans les rapports de presse du Haut-Commissariat ; ces rapports ne nous renseignent que sur un tout petit nombre de titres, et uniquement pour les années 1924 et 1929. L'examen des chiffres indique en tout cas que la moyenne des tirages, à Beyrouth comme à Damas, tourne alors autour de 1 000 exemplaires, quelle que soit la périodicité du titre.

11Voyons pour Beyrouth les titres crédités d'un tirage important :

Presse beyrouthine

Agrandir

12Un tirage impressionnant est annoncé pour al-Dabbûr, dirigé successivement par plusieurs membres de la famille Mukarzel, qui est un périodique hebdomadaire satirique, politique et illustré, à la fois francophile et critique à l'égard du Mandat. Il serait passé de 1 200 exemplaires en 1924 à 7000 en 1929 ! La limite inférieure des tirages beyrouthins se place à 200-300 exemplaires : al-Nabbût (Le gourdin), hebdomadaire humoristique et politique dirigé par Élie Ghurayyib, tire en 1924 à 200-300 exemplaires ; al-Namrûd (L'insurgé), fondé en 1925, hebdomadaire apolitique dirigé par Hunayn al-Qutaynî, tire en 1929 au même nombre d'exemplaires que le périodique précédent ; Sadâ al-masârih (L'Écho des théâtres)fondé en 1923 et dont nous ignorons la périodicité, tombe de 600 exemplaires en 1924 à 200-300 en 1929.

Presse damascène

Agrandir

13À Damas, si la moyenne des tirages reste la même, nous constatons que la fourchette des chiffres se rétrécit par rapport à celle de Beyrouth, puisque l'on passerait d'un rapport de 200-300/7000 exemplaires, à un rapport 500/2000. En effet, les meilleurs tirages annoncés de la presse damascèe vont en 1924 au Jirâb al-kurdî, hebdomadaire satirique politique, dirigé par Tawfîq Jânâ. Toute l'équipe du périodique, directeur inclus, passera ensuite au Sha'b. Dans la tranche des 1 500-2 000 exemplaires, nous trouvons plusieurs titres tous proches également des nationalistes : al-Muqtabas, Alif-Bâ', al-Sha'b, Fatâ al-Arab, al-Qabas ; le seul titre de cette tranche qui n'affiche pas d'appartenance nationaliste, tout en se situant dans l'opposition modérée, est al-'Umrân. Nous constatons en parallèle, toujours dans la limite du petit nombre de données en notre possession, que les tirages les plus faibles à Damas concernent des quotidiens marqués par leurs tendances favorables aux gouvernements syriens successifs, perçus comme collaborateurs des Français : al-Mirsad, 600 exemplaires en 1929, et al-Ra'y al-'âmm, 500 exemplaires en 1929, qui est accusé d'être un « journal subventionné » (şahîfa ma'jûra)par les Français (al-Rifâ'î, 1969 : 45).

14Les tirages indiqués pour les journaux de provinces sont pratiquement tous inférieurs à 1 000 exemplaires (sauf à Homs au Liban, Zahlé et Bayt Shabab en Syrie). Ils se situent en effet dans une moyenne de 500 exemplaires et tombent à 200 dans certains cas à Alep (al-Nahda, Nor avedaper, al-Qurbân al-muqaddas, al-Hadîth, La Revue juridique, al-Miknasa)et même à 150 exemplaires à Antioche pour un bi-mensuel en turc, Yeni Majmû'a, favorable aux ambitions kémalistes dans le Sandjak d'Alexandrette.

15Ainsi, s'il est difficile de tirer des conclusions à partir des chiffres du tirage pour Beyrouth — où ni la périodicité ni le contenu politique ne semblent constituer des indicateurs cohérents —, il apparaît en revanche que, dans le cas de Damas, c'est la presse nationaliste, et elle seule quasiment, qui tient le haut du pavé.

16Les chiffres du tirage ne constituent pas d'ailleurs à eux seuls un indicateur suffisant d'audience. Nous connaissons, en effet, le rôle des cafés, des maisons privées ou des maisons d'hôtes (madâfa-s)dans lesquels le journal est lu et commenté en groupe. Chaque exemplaire de presse a en réalité — une réalité impossible à quantifier — plusieurs lecteurs.

La consécration d'une profession
jeune et engagée : les journalistes

17Les années de l'entre-deux-guerres consacrent la constitution d'une nouvelle profession qui se distingue grâce au développement de la presse, à une époque précisément où cette dernière est perçue, moins comme un outil professionnel que comme un instrument de prise de parole au service de tous. Une parole que le contexte historique et politique rend toujours urgente, essentielle, qui s'attache à répandre les idées des réformistes musulmans, des arabistes et des modernistes d'avant 1914 comme celles de l'entre-deux-guerres.

18Dès 1918, aux trois mondes qui s'interpénètrent déjà dans la presse — celui de la presse proprement dite, celui de la politique et celui de l'enseignement — s'ajoutent progressivement de nouvelles catégories sociales ; celles-ci défendent des intérêts économiques qui ne sont plus nécessairement ceux des notables traditionnels (zu'amâ)entrés en politique. Au monde des grands propriétaires fonciers, des grands commerçants et financiers de Beyrouth, de Damas, de Hama et d'Alep, entendus dans des quotidiens comme al-Ahrâr ou Lisân al-hâl, s'oppose déjà celui des couches moyennes en développement : petite et moyenne bourgeoisie maronite de Beyrouth, par exemple, qui s'exprime dans l'Orient.

19Les journalistes tentent d'ailleurs de se constituer, comme les autres, en profession : en 1929 est créé le premier syndicat de la presse à Damas. Entre 1931 et 1936, un projet d'Union des journalistes syriens essaie, sans beaucoup de succès toutefois, de voir le jour. Il faudra attendre 1942 pour qu'un véritable syndicat de la presse soit constitué en Syrie.

  • 18  Al-Minbar, fondé en 1923 (avec un tirage de 700/800 exemplaires), dirigé par 'Alî Nâsir al-Dîn est (...)

20L'identification précise de ces nouveaux acteurs — responsables de presse et journalistes — se heurte cependant à un certain nombre d'obstacles. Tout d'abord, dans le cas de nombreux titres, les responsables (propriétaire, directeur, rédacteur en chef) changent souvent et leur nom n'est pas toujours mentionné en première page. Ensuite, la censure, très active dans la première période du Mandat18, ainsi que les pressions des gouvernements libanais et syrien poussent les journalistes à rechercher l'anonymat. Ainsi Nasûh Bâbîl raconte-t-il, dans son livre sur la presse et la politique, qu'entre 1924 et 1926, alors qu'il travaillait comme correspondant du journal beyrouthin al-Ra'y al-'âmm, il signait ses articles de ses initiales « NB », afin de ne pas être identifié. Un jour, Haqqî bey al-'Azm, gouverneur de l'Etat de Syrie, crut reconnaître le mystérieux NB et accusa le nationaliste Nasîb al-Bakrî d'être l'auteur d'un article peu amène pour sa personne. Nasîb al-Bakrî lui-même n'aurait rien su de la véritable identité de l'auteur de l'article, jusqu'au jour où Nasûh Bâbîl démissionna de ses fonctions dans les imprimeries de l'État et se consacra exclusivement à la presse (Bâbîl 1987 : 26). Lorsque le nom d'un journaliste est connu, encore faut-il pouvoir reconstituer l'essentiel de sa biographie. Nous avons pu le faire pour une quarantaine de noms dont nous savons qu'ils ont contribué, en diverses qualités, à un ou plusieurs titres de presse. C'est à partir de ces informations, de critères de génération et d'appartenance sociale, que nous proposons de caractériser les acteurs de la presse levantine dans l'entre-deux-guerres.

  • 19  Les fiches biographiques que nous avons constituées reposent largement sur les indications données (...)
  • 20  Il existait pourtant une loi sur les imprimés refusant à toute personne âgée de moins de 25 ans le (...)

21Relevons d'abord la grande jeunesse des acteurs de la presse. Sur trente-huit d'entre-eux dont nous avons pu identifier la date de naissance19, sept seulement sont nés avant 1890 et ont donc déjà atteint la trentaine en 1920. Il s'agit pour la plupart de figures illustres de la période, comme 'Alî Nâsir al-Dîn, Fâris al-Khûrî, Muhammad et Ahmad Kurd 'Alî, l'émir Sa'îd al-Jazâ'irî. Neuf acteurs de la presse sont nés entre 1890 et 1900, sept entre 1900 et 1910 et quinze entre 1910 et 1920. Ces hommes, y compris évidemment nombre de propriétaires et de directeurs de titres, ont donc, dans leur majorité, moins de trente ans lorsqu'ils entrent dans le monde de la presse20. Cette indication est valable pour toutes les tendances politiques et intellectuelles : par exemple, la revue islamique damascène al-Tamaddun al-islâmî (La civilisation islamique), organe de l'association du même nom, est dirigée entre 1937 et 1941 par Khayrallâh al-Ja'farî, né en 1920 et donc âgé de 17 ans lors de son entrée en fonctions à la revue. De même, Fawzî Amîn, né en 1908, a été successivement propriétaire de deux feuilles de presse anti-nationalistes, al-Nizâm et al-Naqqâd, la première ayant été créée en 1927, alors qu'il n'avait que 19 ans. Yûsuf Yazbik, un des membres fondateurs du parti communiste syro-libanais, a seulement 24 ans lorsqu'il fait paraître al-Insâniyya (L'Humanité)en 1925. On pourrait citer encore Munîr Aswad, médecin hamiote et journaliste, qui fonde à 25 ans son journal al-'Asî, ou Wajîh al-Haffâr, secrétaire de rédaction, à 22 ans seulement, d'al-Qabas.

22Cette extrême jeunesse des journalistes et patrons de presse recoupe évidemment celle des acteurs politiques. Dans les années trente, la nouvelle génération investit les associations communautaires (surtout au Liban) et publiques et fonde de nouvelles organisations politiques pour concurrencer celles de ses aînés. Elle leur reproche leur conservatisme et leur souci d'utiliser leurs fonctions pour élargir leur clientèle personnelle. Mais, dans plusieurs cas, des liens de parenté existent entre cette jeune génération et ses aînés. De ce conflit de génération, Nasûh Bâbîl témoigne, dans ses mémoires, en racontant comment certains propriétaires de titres s'opposaient souvent aux nouvelles idées (al-afkâr al-shâbba al-mutatawwira)et qu'ils œuvraient pour que la presse demeure exclusivement entre leurs mains (Nasûh Bâbîl, 1987 : 25).

  • 21  Al-Jazîra publie en 1933 les Mémoires du Dr. Shahbandar.

23La presse apparaît donc comme un terrain d'expression privilégié de la jeunesse et les feuilles les plus radicales, celles des courants panarabe, communiste et islamiste, sont bien souvent rattachées directement à des organisations politiques ou se trouvent sous l'emprise de jeunes journalistes engagés. Il en est ainsi, par exemple, en Syrie, d'al-Jazîra (1932)21 puis d'al-Amal al-qawmî (1938), organes successifs de la Ligue d'action nationale. Munîr al-'Ajlânî, un des chefs des « Chemises de fer » (al-Qumsân al-hadîdiyya), est également rédacteur en chef d'al-Qabas. À Beyrouth, Kâzim al-Sulh fonde en 1931 al-Nidâ', « l'appel » nationaliste. En 1934, apparaît la revue al-Duhûr, publiée par « l'Association de la Libération de la Pensée » et dirigée par Salîm Khayyâta. La voix militante de ce lettré marxisant se fait aussi entendre dans le mensuel progressiste al-Talï'a (L'Avant-garde)comme dans d'autres périodiques. Les importantes mobilisations urbaines anti-mandataires de 1936 donneront l'occasion à ces organisations d'accroître leur audience. Les difficultés rencontrées en Syrie par le Bloc nationaliste dans sa politique de conciliation avec la puissance mandataire, puis ses maladresses lorsqu'il fut au pouvoir, entre 1936 et 1939, favorisent un transfert progressif de la direction du mouvement nationaliste entre les mains de la « jeunesse ». Jeunesse qui avait acquis de l'expérience et de l'âge depuis la fin des années 1920.

  • 22  Michel 'Aflâq, par exemple, rentre en Syrie en 1932 après avoir fait ses études d'histoire à la So (...)

24Les critères d'appartenance sociale ne sont pas sans relation avec ceux de l'âge. En effet l'entre-deux-guerres est marqué notamment par la conjonction du développement de la presse et de l'arrivée progressive d'une nouvelle génération, politiquement hardie et soucieuse de son intégration professionnelle et sociale. La presse peut effectivement apparaître comme un débouché professionnel pour cette jeunesse mieux outillée intellectuellement que ses pères22 et soucieuse de s'assurer une place dans la société. Sur 34 acteurs de la presse dont nous avons pu identifier la formation, 14 sont titulaires, au moins, du baccalauréat et 20 ont fait des études supérieures à Damas, Beyrouth ou ailleurs. Sur 41 acteurs de cette presse, 11 sont identifiés comme journalistes, 8 appartiennent aux professions libérales, 2 sont enseignants et 20 exercent des professions diverses, dont celle de politicien. Un certain nombre de ces personnages possèdent une double activité : leur profession et la presse. Ainsi, par exemple, Ahmad Nâjî al-Zâghâtî, jeune avocat alépin, crée son propre périodique al-Majalla al-huqûqiyya (la Revue juridique).

25Malgré le caractère partiel et lacunaire de nos informations, nous pouvons différencier trois types d'acteurs : les journalistes professionnels, les membres de l'élite sociale et les représentants des nouvelles professions. Les journalistes professionnels, tout d'abord, n'ont reçu aucune formation spéciale. Ils sont, pour ainsi dire, « sortis du rang ». Entrés relativement jeunes dans le métier, ils ont commencé par être journalistes, typographes ou imprimeurs. Ils ont gravi les échelons en devenant rédacteur en chef, directeur, voire propriétaire d'un titre. Ahmad Kurd 'Alî, par exemple, commence sa carrière de journaliste à 19 arts, en écrivant pour la revue mensuelle al-Muqtabas, fondée en 1906 en Egypte par son frère Muhammad. Nasûh Bâbîl fait également ses premières armes dans al-Muqtabas. Dans cette catégorie, se rangent des hommes d'origine sociale plutôt modeste, dont le niveau d'études dépasse rarement le baccalauréat, et qui assurent leur promotion professionnelle par la presse. C'est le cas, à Damas, de Fawzî Amîn, Sa'îd al-Tulâwî (al-Fayhâ')et Nash'at al-Taghlibî (al-Qabas). Quelques journalistes viennent du monde de l'imprimerie comme Nasûh Bâbîl, Wajîh Baydûn, Amîn Hakîm, etc. La différenciation sociale se fait ensuite entre le propriétaire de l'imprimerie (Wajîh Baydûn) et le typographe (Nasûh Babîl).

26Ceux des membres de l'élite sociale qui gravitent dans le monde de la presse sont originaires pour la plupart de familles de commerçants, de propriétaires fonciers ou de hauts fonctionnaires. Entrés en politique, ils utilisent la presse comme vecteur de leur action publique et de leurs idées : c'est le cas des Sulh, comme de Salîm 'Alî Salâm, Muhyî al-Dîn Nsûlî, Yûsuf alKhâzin, Sa'îd al-Jazâ'irî, Lutfî al-Haffâr, Khayr al-Dîn Ahdab ou encore 'Alî Mustafâ al-Atrash.

27Les membres des nouvelles professions (enseignement, médecine, droit) occupent une place importante dans le monde de la presse. Leur position sociale repose à la fois sur les besoins réels auxquels ils répondent et sur le magistère qu'ils exercent. Issus plutôt des couches moyennes, au développement desquelles ils contribuent, ils ont généralement, hormis les instituteurs, reçu un enseignement supérieur. Ce sont ces hommes qui portent avec le plus de conviction sans doute la « bonne parole » éclairée et moderniste. En effet, c'est peut-être avec ces acteurs-là, chacun dans sa spécialité, que l'on observe le mieux les publicistes missionnaires de la réforme sociale et politique : ils prennent la plume — et créent parfois pour cela leur propre journal — pour expliquer et diffuser leur savoir, perçu par tous comme étant, en soi, une source de progrès.

28Toutefois, et quelle que soit leur origine sociale, nombre des acteurs qui délivrent cette parole éclairée et engagée sont des lettrés au sens plus classique du terme, tels Fàris al-Khûrî, Muhammad Kurd 'Alî, Lutfî al-Haffâr ou Michel Shîha. Ils apportent à la presse la richesse d'une réflexion élaborée ailleurs (à l'Académie arabe de Damas par exemple) sur la culture, la société et le pouvoir politique.

Deux capitales, deux personnalités : Beyrouth et Damas

29Au cours des pages précédentes, nous avons déjà vu se profiler les caractères propres des deux capitales promues depuis peu, en un temps d'idéologisation des nationalismes, et promises, de ce fait, à des évolutions, sinon opposées, du moins contrastées. La presse permet de montrer comment la personnalité de chacune de ces deux villes s'affirme différente. À partir des indications en nôtre possession sur le contenu des feuilles de presse, nous avons effectué un comptage thématique élémentaire par ville pour les années 1918-1939, en dénombrant les thèmes représentés. Nous avons exclu de ce comptage les titres répertoriés comme politiques, sauf ceux de la presse communiste ou marxisante dont l'existence même est un indicateur de la diversité des tendances et des tons exprimés dans le débat politique.

Agrandir

30La première remarque qu'appelle ce comptage illustre bien l'esprit du temps. Les lecteurs manifestent à l'évidence un intérêt marqué pour les sujets culturels, historiques et littéraires ; outre évidemment l'intérêt pour les questions politiques et notamment celles liées à la wataniyya qui occupent souvent les éditoriaux de la presse damascène. À Beyrouth, il faut relever également la place privilégiée de la presse religieuse, majoritairement chrétienne, souvent dotée d'un financement institutionnel. Presque toutes les communautés se donnent en effet, pendant le Mandat, un canal d'expression officiel qui accompagne leur reconnaissance sociale et la confessionnalisation du système politique libanais. Du côté musulman, la disparition de l'Etat ottoman et l'abolition du Califat ont laissé les sunnites dans une sorte de vacance « directionnelle ». À Beyrouth, en corrélation avec la communautarisation de l'Etat, le mufti va s'efforcer progressivement d'occuper ce vide dans le cadre libanais. À Damas, la presse islamique semble se développer après 1924.

31Si les deux capitales accordent une place relativement aussi importante à la presse féminine, Beyrouth apparaît, en revanche, comme la plus investie, au niveau du grand public, dans les débats modernes de société : la presse éducative, enfantine, médicale, juridique et sportive y est particulièrement bien représentée. Il faut noter enfin la part importante de la presse humoristique et satirique dans les deux villes : un signe incontestablement favorable de l'acuité des débats comme de la vitalité de l'opinion publique en formation.

  • 23  À comparer avec les deux titres en turc à Antioche, les deux titres en turc et les deux titres en (...)

32Quelles sont les langues utilisées dans cette presse protéiforme ? Si Damas offre quatre titres en français et un titre bilingue français-arabe, Beyrouth apporte un éventail plus large et plus important : seize titres en français, trois titres bilingues (deux arabe-français et un arabe-anglais) et trois titres en arménien. On trouve aussi deux titres dans cette dernière langue à Antélias, au Liban23. La signification de ces présences linguistiques différentes peut être illustrée par l'exemple des polices libanaise et syrienne. Chacune possède son périodique : la revue spécialisée publiée à Damas, dès 1922, s'intitule al-Shurta (La police)alors que le bulletin publié à Beyrouth à partir de 1924 s'appelle Nashrat al-bûlîs al-shahriyya (Bulletin mensuel de la police). Autrement dit, le titre du périodique libanais arabise un terme français (al-Bûlîs)alors que le périodique syrien utilise le terme arabe (al-Shurta).

  • 24  Citons l'exemple de Shâkir Ni'mât al-Sha'bânî et de son journal al-Ahâlî à Alep : mécontent de la (...)

33C'est au cours de la période de l'entre-deux-guerres que la presse syro-libanaise acquiert sa maturité, soutenue par l'essor et la diffusion des feuilles quotidiennes. Elle incarne les préoccupations de son temps et reflète les évolutions de la vie politique et intellectuelle. Ainsi, de même que nous trouvons encore, dans les années vingt, des partis attachés à la personne d'un seul notable, certains journaux tournent autour d'une seule personne, leur propriétaire ou leur directeur24, tandis que d'autres se présentent déjà comme le porte-parole d'un syndicat, d'un bloc parlementaire, d'un parti de type moderne ou d'un courant de pensée. Les acteurs de la presse témoignent à la fois de la permanence du genre des publicistes et de la consécration des journalistes en tant que profession. L'engagement des jeunes gens instruits, sur la scène politique comme dans la presse, donne aux débats en cours un retentissement sans commune mesure, ni avec les possibilités des journaux, souvent alimentés par la publicité, ni avec les chiffres de leurs tirages. Les thèmes qui attirent les lecteurs contribuent à opposer Damas et Beyrouth, deux villes, deux capitales qui ne sont pas dans leur temps de la même façon : Damas, haut-lieu du nationalisme arabe, héritière des penseurs de la Nahda et de la Réforme, tournée vers ses structures professionnelles et politiques, recherche une modernité qui ne lui fasse pas perdre son âme. Beyrouth, aux multiples visages communautaires, retenue à l'Orient par sa Montagne et ouverte à l'Europe par son port, ses élites commerçantes et intellectuelles, appelle une modernité conforme aux ambitions que son rang de capitale ne cesse de faire naître.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed-Bioud, Abdel Ghani ; hanafi, Hassan et Féki, Habib, 1969, 3 200 revues et journaux arabes de 1800 à 1965, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, imp. Bibliothèque Nationale.

'Askar, Ihsân, 1973, Tatawwur al-sihâfa al-sûriyya, Le Caire, Dâr al-nahda al-'arabiyya.

Bâbîl, Nasûh, 1987, Sihâfa wa sîyâsa, Sûriyya fi l-qarn al-'ishrîn, Londres, Riad el-Rayyes Books.

Dâghir, Yûsuf As'ad, 1978, Qâmûs al-sihâfa al-lubnâniyya (1858-1974), Beyrouth, Publications de l'Université libanaise, Librairie Orientale.

Elias, Joseph, 1997, Al-sihâfa al-lubnâniyya, al-qâmûs al-musawwar (1858-1958), Beyrouth, Manshûrât dâr al-nidâl lil-tibâ'a wa al-nashr wa al-tawzîc.

— 1982, Tatawwur al-sihâfa al-sûriyya ft mi'at 'âm, 2 tomes, Beyrouth, Dâr al-Nidâl.

Fâris, Georges, 1951, Man huwa fi Sûriyya, Publication du bureau des études syriennes et arabes. Damas, Imprimerie des Sciences et des Lettres.

Hourani, Albert, 1968, Syria and Lebanon, a Political Essay, (lère édit. 1946), Londres, Oxford University Press.

Al-Jundî, Adham, 1960, Târikh al-thawrât al-sûriyya fi 'ahd al-intidâb al-faransî, Damas, Matba'at al-ittihâd.

Khoury, Philip, 1987, Syria and the French Mandate, The Politics of Arab Nationalism, Londres, I.B. Tauris.

Méouchy, Nadine, 1989, « Les formes de conscience politique et communautaire en Syrie et au Liban à l'époque du Mandat français », Université de Paris-IV, texte dactyl.

Rabbath, Edmond, 1973, La formation historique du Liban politique et constitutionnel. Essai de synthèse, Beyrouth, Publications de l'Université libanaise.

Al-Rifa'î, Shams al-Dîn, 1969, Târikh al-sihâfa al-sûriyya, 2 tomes, Le Caire, Dâr al-ma'ârif bi-Misr.

Tarazi, Philippe de, 1913, Târikh al-sihâfa al-'arabiyya (tomes 1 et 2), (tomes 3 et 4 : 1914), Beyrouth, al-Matba'a al-adabiyya.

Haut de page

Notes

1  À la chute de l'Empire ottoman, ces deux États n'existent pas encore dans leurs frontières actuelles. L'Etat du Grand-Liban, qui devient la République libanaise en 1926, est créé le 1er septembre 1920 par adjonction à la Province du Mont-Liban de la région du Sâhil incluse dans l'ancien vilayet de Beyrouth et de quatre cazas relevant de l'ancien vilayet de Damas. La Cilicie passe à la Turquie en vertu des accords d'Ankara conclus entre la France et les kémalistes en octobre 1921. La Syrie elle-même est divisée en juin 1921 en quatre États autonomes (Alep, Damas, Territoire des Alaouites et Djabal Druse), avant de voir Alep et Damas réunies dans la même administration, en 1922. Pour le contexte historique, on pourra se reporter notamment à Philip Khoury (1989) et Albert Hourani (1968), ainsi qu'à Edmond Rabbath (1973).

2  En nous fondant uniquement sur le nombre de titres de presse publiés pour chaque période, sans tenir préalablement compte du contexte historique, nous pouvons faire débuter cette étude soit en 1918 qui coïncide avec la fin de l'Empire ottoman, soit en 1926-27, qui correspond à la fin des résistances armées et à l'amorce de la vie politique constitutionnelle. Nous avons choisi la période 1918-1939, privilégiant par là une vision globale de la période de l'entre-deux-guerres.

3  Cela concerne 37 villes et localités au moins.

4  Plus d'une vingtaine de centres possèdent des archives de cette presse. Les principaux sont les suivants, à Beyrouth : Jafet Library (American University of Beirut), Bibliothèque Orientale de l'Université Saint-Joseph, Orient Institut (OIB) ; à Damas : Bibliothèque Zâhiriyya, Bibliothèque al-Asad, Institut français d'études arabes de Damas (IFEAD), Centre des Archives Historiques.

5  Ainsi, Joseph Elias dit que Philippe de Tarâzî se serait trompé sur la date de parution du premier numéro de certains titres de presse et que lui-même a reporté des erreurs dans son ouvrage (1982), Tatawwur al-sihâfa al-sûriyya fi mi'at 'âm (Elias, 1997 : 6).

6  Cet inventaire ne pouvait pas figurer dans cet article en raison de sa longueur. Je l'ai établi durant plusieurs années. Il existe, dans son premier état, en annexe de ma thèse (1989). Depuis, je ne cesse de le compléter en vue d'une publication future. Les principales sources que j'ai utilisées pour établir mon relevé sont : les revues de presse du Haut-Commissariat augmentées d'informations provenant de documents d'archives du Quai d'Orsay et des ouvrages publiés par Yûsuf As'ad Dâghir (1978), Philippe de Tarâzî (1913), Abdel Ghani Ahmed-Bioud, Hassan Hanafi et Habib Feki (1969), Joseph Élias (1982 ; 1997) et Shams al-Dîn al-Rifâ'î (1969).

7  Le 7 mai 1920 est instituée, à Damas, une Direction des imprimés (mudîriyyat al-matbû'ât) à laquelle chaque titre de presse dépose deux exemplaires de sa production.

8  L'attribution des Mandats à la France et à l'Angleterre est réalisée à la Conférence interalliée de San Remo, le 25 avril 1920. Les effets sont immédiats : entre 1920 et 1921, le quotidien nationaliste beyrouthin al-Haqîqa aurait déjà été suspendu 30 fois par le Haut-Commissariat. Parmi les titres beyrouthins ayant fait l'objet d'une ou plusieurs suspensions entre 1918 et 1939, nous pouvons citer : al-Abâbîl, Abû Nuwwâs, al-Ahrâr, al-Ahwâl, al-Arz, al-Balâgh, al-Bashîr, al-Sha'b, al-Sharq, al-Haqîqa, al-Iqbâl, Lisân al-hâl, al-Minbar, La Nation, L'Orient, al-Râya, al-Sayyâr.

9  Ce journal avait été fondé en 1889 au Caire par des Syriens en exil, Ya'qûb Sarrûf, Fâris Nimr et Shâhîn Makâriyûs. Très lu, il adoptait une ligne pro-britannique.

10  Cette politique était destinée à permettre l'élaboration d'une constitution et la formation d'un gouvernement représentatif chargé de négocier un traité avec la France.

11  Le général Weygand avait pris des mesures déjà en septembre 1923 pour protéger la liberté de la presse et lever la censure dans l'État dé Damas uniquement. Non seulement la pression de la censure demeurait forte dans les autres États, mais encore le Haut-Commissaire ne réussit pas à appliquer les mesures libérales qu'il avait préconisées pour Damas et reprit les pratiques de son prédécesseur : contrôle et suspension des journaux, voire arrestation de journalistes comme celle, en avril 1924, de Muhammad Subhî 'Uqda, rédacteur en chef d'Abû Nuwwâs

12  Les chiffres que j'indique ici sont calculés à partir de la date de fondation, en ma possession, de chaque journal. Je n'ai pas tenu compte de la durée de parution des journaux, sauf pour ceux créés avant 1918 et signalés comme paraissant après cette date. Une autre limite de ces chiffres provient de la difficulté qui existe, par manque de données bien souvent, de différencier les titres créés avant octobre 1918 par exemple, avant ou après le 24 juillet 1920 ou le 1er septembre 1920.

13  C'est cette Constitution qui institutionnalise, grâce à son célèbre article 95, la confessionnalisation du système politique libanais.

14  Ce journal beyrouthin fut transféré à Damas en 1926 à la demande du Damade Ahmad Nâmî bey. Le propriétaire de ce journal est, en effet, politiquement proche du Damade : il est républicain et opposé au Bloc nationaliste syrien. Le tirage du journal est passé de 700-800 exemplaires en 1924 à 500 en 1929, année de sa disparition.

15  Les célébrations du quarantième jour concernant le shaykh Nûras al-Kîlânî, notable nationaliste de Hama, Ibrâhîm Hanânû, dirigeant nationaliste alépin (m. 1935), et Faysal 1er roi d'Irak (m. 1933), furent l'occasion de manifestations politiques nationalistes.

16  L'unité réfère à trois notions distinctes : en effet, l'unité peut être syrienne, arabe ou islamique. Unité arabe et unité islamique renvoient à une appartenance culturelle. L'unité syrienne, fondée sur une appartenance territoriale, est celle dont le contenu, apparemment le mieux délimité, est en fait le plus flou. Précisons que le concept d'unité libanaise s'est forgé en opposition à ces trois visions de l'Unité.

17  Pour des raisons pratiques, je considère que les titres fondés entre 1921 et 1925 continuent à paraître dans la période suivante et viennent donc s'ajouter aux créations postérieures.

18  Al-Minbar, fondé en 1923 (avec un tirage de 700/800 exemplaires), dirigé par 'Alî Nâsir al-Dîn est suspendu définitivement après huit mois d'exploitation. 'Ali Nâsir al-Din, nationaliste militant, est emprisonné par deux fois entre 1922 et 1924.

19  Les fiches biographiques que nous avons constituées reposent largement sur les indications données par Georges Fâris (1951) et par Adham al-Jundî (1960).

20  Il existait pourtant une loi sur les imprimés refusant à toute personne âgée de moins de 25 ans le droit de fonder un journal. Nasûh Bâbîl en témoigne pour la période 1922-1927. Il y a donc là une question à approfondir (1987 : 38).

21  Al-Jazîra publie en 1933 les Mémoires du Dr. Shahbandar.

22  Michel 'Aflâq, par exemple, rentre en Syrie en 1932 après avoir fait ses études d'histoire à la Sorbonne.

23  À comparer avec les deux titres en turc à Antioche, les deux titres en turc et les deux titres en arménien à Alep.

24  Citons l'exemple de Shâkir Ni'mât al-Sha'bânî et de son journal al-Ahâlî à Alep : mécontent de la signature du Traité de 1936, Sha'bâni fait passer son journal dans l'opposition. Voir aussi supra l'exemple du Jirâb al-kurdî

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « La presse de Syrie et du Liban entre les deux guerres (1918-1939) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/226

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page