Navigation – Plan du site

Aires culturelles et pluridisciplinarité : quel enjeu pour les sciences sociales ?

Elisabeth Longuenesse et François Siino
p. 7-12

Texte intégral

1En 1996, dans un souci de “resserrement disciplinaire”, Pierre-Robert Baduel, alors directeur de la REMMM, proposait de distinguer deux séries, l’une consacrée à l’« Histoire », l’autre, sous le titre « Pouvoirs, Économie, Société », au monde contemporain. Succédant à Pierre-Robert Baduel à la direction de la revue, tout en conservant la rédaction en chef de la série Histoire, Sylvie Denoix a préservé cette distinction. Aujourd’hui, après une période de tâtonnements, la série anciennement intitulée « Pouvoirs, économie, société » prend un nouveau départ. Désormais confiée à une rédaction en chef conjointe, elle change de nom et devient simplement la série « Monde contemporain ». Ce changement n’est pas seulement formel, il traduit en effet une volonté réaffirmée d’ouverture pluridisciplinaire. En 1996, P.R. Baduel manifestait l’intention de « désinsulariser les sciences sociales traitant d’une même aire culturelle et [de] favoriser une communication transdisciplinaire » (1996 : 6) qui avait caractérisé son projet depuis 1986. Près de dix ans plus tard, faisant le bilan de cette expérience, il regrettait cependant que le projet n’ait « pas donné tous les fruits escomptés ». Il s’interrogeait sur « le rendement scientifique de la transdisciplinarité, qui n’aurait que trop peu enrichi de l’intérieur les livraisons » (ibid.). C’est dans cette nuance entre transdisciplinarité et pluridisciplinarité que se situe le renouvellement que nous souhaitons introduire : alors que la première était restée extérieure aux objets d’études, ne produisant qu’une forme de “côtoiement” au sein de la revue de livraisons consacrées à l’une ou l’autre des disciplines des sciences sociales, nous voulons faire le pari d’un enrichissement réciproque qui, sans céder à la facilité, ni négliger l’importance des débats théoriques, favorise un décloisonnement des pratiques de recherche. Ce faisant, nous nous inscrivons dans la tendance qui a vu ces dernières années le développement des travaux pluridisciplinaires, et dont la récente étude d’Yves Chevrier réaffirme l’importance. Dans un plaidoyer vigoureux et convaincant en faveur des “aires culturelles”, celui-ci défend non seulement l’idée que

« réfléchir sur les cultures et l’étude des cultures, ce n’est plus réfléchir seulement sur des lieux autres […], c’est réfléchir sur le monde, un monde qui se présente, dans sa totalité, y compris dans son ancien centre euro-occidental, comme un assemblage d’aires culturelles et historiques », mais aussi que « la recherche sur les aires culturelles apparaît comme le lieu même à partir duquel se recomposent les enjeux les plus généraux des sciences humaines » (Chevrier, 2003).

2Ainsi, peut-elle être porteuse d’un renouvellement des pratiques de recherche, qui permette « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels, afin d’élargir et d’approfondir le langage des sciences sociales » (ibid.). C’est ce projet de décloisonnement et d’ouverture qui devrait selon nous caractériser le projet de la REMMM.

3C’est en effet un atout des revues (et plus largement des travaux) consacrées à une aire géographique ou culturelle, que de pouvoir expérimenter la fécondité de la pluridisciplinarité, de la confrontation des problématiques, de la complémentarité des approches, sans être prisonnières des frontières d’une discipline. Pour être véritablement fructueuse, cette démarche doit néanmoins être méthodique et raisonnée, et maîtriser les conditions de sa mise en œuvre. Le choix de numéros thématiques est l’une des conditions qui devrait permettre de construire chaque fois une problématique pertinente en mobilisant les outils de disciplines proches et complémentaires autour d’un objet commun.

4Un tel parti pris n’implique cependant pas d’attitude dogmatique quant à « l’étendue » de l’aire couverte par les différentes livraisons. Chaque numéro devra ainsi faire l’objet d’une réflexion quant à la nécessaire cohérence entre la thématique traitée, l’aire géographique couverte et la profondeur historique prise en compte.

5De ce point de vue, il paraît évident que la série « Monde contemporain » ne peut se confiner à la seule histoire immédiate et que la participation d’historiens à cette série est naturellement la bienvenue, comme l’illustre un récent numéro sur « Sciences, savoirs modernes et pouvoirs » (n° 101-102). En effet, si la focalisation sur une « aire culturelle » peut avoir un sens, c’est seulement en gardant constamment à l’esprit le fait qu’il s’agit également d’une « aire historique » (Chevrier parle « d’aires culturelles et historiques »), ce qui impose de toujours contextualiser nos objets d’études, ainsi que le rappelait Sylvie Denoix dans une précédente livraison : être attentifs aux contextes de production de ces objets, permet de sortir d’une vision substantialiste de l’islam, de ne pas opposer normes et pratiques, de prendre conscience qu’il n’y a pas de « norme immuable radicalement séparée des pratiques » (Denoix, 2004 : 18). Elle recommandait, dans le même esprit, de ne pas s’interdire de prendre en considération des « objets issus de l’aire », ce qui peut aussi se comprendre, en associant ces deux idées, comme la nécessité de déconstruire les catégories des sciences sociales, en les revisitant à travers le prisme des langues des pays étudiés.

6C’est pourquoi, plutôt qu’une distinction proprement disciplinaire entre les deux séries, comme la concevait P.R. Baduel dans le même éditorial de 1996, il nous semble que cette distinction doit être plutôt chronologique, avec d’inévitables chevauchements ; la série “Histoire” ayant pour vocation de couvrir la longue durée – jusqu’à une histoire du temps présent -, tandis que la série “Monde contemporain”, plus attachée à l’actualité des sociétés étudiées, se devra de prendre en compte la généalogie historique des réalités contemporaines (et l’histoire comme temporalité, autant que de l’Histoire comme discipline). En tout état de cause, nous ne saurions penser cette distinction de façon rigide. Nous souhaitons en effet reprendre une tradition qui a contribué au succès de cette revue, celle de présenter de temps en temps un état des connaissances produites par les différentes disciplines des sciences sociales et humaines sur une ville, un pays, un peuple, et ce, sur la longue durée.

7Pour autant, l’actualité politique et sociale du monde arabe et musulman, y compris dans ses aspects les plus dramatiques, doit aussi avoir toute sa place dans cette série. Pour une fois, le temps nécessaire à l’élaboration d’un numéro de revue répondant à des critères scientifiques rigoureux cesse d’être un handicap ; à l’inverse, il permet aux chercheurs de rompre avec les inévitables pressions de la demande immédiate et de reformuler « à froid » avec le recul nécessaire des questions souvent déformées par les grilles de lecture quotidiennes qui sont notamment celles des médias. Le volume paru peu après la guerre du Golfe de 1991 illustre bien l’intérêt d’une telle démarche.

8Pluridisciplinarité et spécialisation sur une aire culturelle ne doivent donc en aucun cas être synonymes d’une recherche de second ordre, en dehors ou à la marge des développements et des débats des sciences humaines et sociales. Notre pari est bien au contraire que de tels travaux doivent apporter des contributions éminentes à la progression de la réflexion dans les disciplines. Celles-ci prennent trop souvent pour argent comptant et pour référence à valeur universelle, les modèles construits à partir du monde occidental, qui n’est après tout rien de plus qu’une aire culturelle parmi d’autres et dont les réalités doivent être également contextualisées et historicisées.

9Pourtant, le choix de la pluridisciplinarité, comme de l’aire culturelle, ne va pas de soi et fait d’ailleurs périodiquement l’objet de mises en cause diverses. Le département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS a récemment commandité une enquête sur l’audience des revues qu’il soutient, pour évaluer l’efficacité et la pertinence de sa politique d’aide. À cette fin, il a délimité dix-huit champs disciplinaires,  sélectionné un certain nombre de revues de référence (« revues-cœur ») dans chacun de ces champs (parmi lesquelles au moins trois en langue française et trois en langue anglaise), et procédé à un recensement des citations de chacune des revues soutenues dans ce corpus de référence. Apparemment rigoureuse, affirmant la volonté de ses commanditaires de dépasser le biais habituellement dénoncé dans les enquêtes américaines du même type, qui “oublient” d’inclure la production européenne, cette enquête pêche pourtant à son tour par des insuffisances méthodologiques criantes. Deux catégories de revues ne pouvaient que ressortir marginalisées de cette évaluation : les revues thématiques pluridisciplinaires, et les revues d’aires culturelles. Alors que le CNRS ne cesse, depuis des années, de proclamer son soutien aux recherches pluridisciplinaires, on admettra qu’il y a là une contradiction embarrassante.

10Dans le cas des revues traitant de tout ou partie du monde musulman, la moindre des choses aurait été de les confronter avec les revues de références dans leur domaine : International Journal of Middle Eastern Studies (IJMES), Journal of Economic and Social History of the Orient (JESHO), Orient, et quelques autres… Or, seul le British Journal of Middle Eastern Studies (choisi sur quel critère ?) apparaît dans le corpus de l’enquête, tandis que l’histoire est jugée à l’aune de deux autres revues d’« aires culturelles », ce qui est évidemment insuffisant. Mais bien plus, une rapide enquête montrerait que la circulation des idées et la publication des résultats, dans notre domaine, passe très largement par d’autres canaux, et particulièrement par celui de la publication d’ouvrages collectifs. Encore aurait-il fallu en effet s’interroger au préalable sur les modalités de publication dans les sciences humaines et sociales, évidemment différentes de ce qui se fait en sciences exactes. Les auteurs de l’enquête le reconnaissent à demi mot, lorsqu’ils citent l’importance des ouvrages, monographies, et… des ouvrages collectifs.

11Pour autant, et malgré ces insuffisances criantes, cette enquête peut nous rappeler utilement la nécessité de ne pas nous satisfaire d’un isolement dommageable dans l’ensemble des disciplines auxquelles se rattachent nos travaux. Viser l’ouverture implique de nous confronter aussi souvent que possible aux problématiques disciplinaires, tout en défendant la pluridisciplinarité et le comparatisme, mais aussi jeter systématiquement des passerelles avec le monde non francophone, par la publication plus fréquente d’articles en anglais. Défendre le français comme langue de travail et de diffusion scientifique reste fondamental, mais ne peut être synonyme de frilosité.

12Le rapport soumis par Dominique Darbon et Christophe Jaffrelot en juin 2004 sur « La recherche sur les aires régionales en science politique » vient à point alimenter notre réflexion et offrir à son tour quelques arguments allant dans le sens de notre projet. S’il évoque d’entrée de jeu « leur faible reconnaissance au sein de cette discipline qui tend à regarder les aires régionales comme trop particularistes », il conclut sur l’importance du contexte social et culturel pour comprendre les stratégies des acteurs et sur les vertus du comparatisme et de l’enquête de terrain. Comment ne serions-nous pas d’accord ! Ajoutons que malgré la crainte qu’expriment les auteurs de voir « les spécialistes d’aires régionales appartenant à d’autres disciplines (anthropologie, géographie, sociologie, histoire) […] occuper le terrain des questions politiques », la même difficulté, à des degrés divers, se retrouve dans les autres disciplines pour les spécialistes des mondes non européens et nord-américains. En outre, à la segmentation disciplinaire, nous préférons de loin, à l’instar d’Yves Chevrier, défendre le métissage et la confrontation disciplinaire.

13Monde arabe, turc, iranien, Maghreb, Moyen-Orient, Asie centrale, monde musulman…, au delà de la délimitation de l’ensemble ou des ensembles, « culturels », ou « régionaux » que couvre la REMMM, on admettra l’importance, dans le monde d’aujourd’hui, d’une meilleure compréhension des pays, des sociétés et des populations qui en relèvent, du fait de l’extrême sensibilité de l’actualité qui les concerne. Outil entre les mains d’une communauté scientifique, support pour la diffusion des connaissances dès leur élaboration, pour la mise à l’épreuve des travaux et des hypothèses, une revue joue un rôle essentiel dans la dynamique de la recherche, contribue à stimuler la réflexion.

14C’est ce rôle que nous souhaitons continuer à remplir pour répondre aux défis spécifiques à notre champ :

  • en contribuant à la connaissance de ces régions, connaissance tenant compte à la fois de l’héritage de l’Islam, des héritages culturels et de leur inscription dans un monde en plein bouleversement, sous la pression de facteurs partagés par l’ensemble de la planète ;

  • en combattant les stéréotypes et les simplifications dont souffrent les analyses sur le monde arabe et musulman, y compris dans le monde académique, par une exigence scientifique critique sans concession ;

  • en inscrivant nos travaux dans les débats théoriques des sciences sociales et en défendant l’indispensable contribution des travaux sur les aires culturelles non européennes à la progression d’un savoir à vocation universelle sur les sociétés humaines, sans négliger d’apporter un éclairage sur les grandes questions qui agitent l’opinion publique.

15C’est bien entendu de la communauté des chercheurs que nous attendons les propositions de thèmes nouveaux à mettre en chantier. C’est aussi pour cela que nous tenons à préserver un espace aux « études libres », qui doit entre autres permettre à tel jeune chercheur de publier un premier article, ou à tel autre, explorant une piste nouvelle en éclaireur, de faire connaître ses premiers résultats et de soumettre au monde académique ses hypothèses et pistes de travail.

16Ce souci d’ouverture, mais aussi de diffusion de la connaissance produite, a également conduit la rédaction de la revue à réfléchir aux possibilités offertes par l’édition électronique. Depuis 1999, la REMMM est adhérente du portail en ligne Revues.org, fédération de revues en Sciences Humaines [http://remmm.revues.org/ ]

17Sur le site de la revue, plusieurs rubriques vous sont proposées :

  • les sommaires de tous les numéros depuis le numéro 1, qu’il s’agisse de varia ou de numéros thématiques ;

  • les résumés et abstracts des articles publiés, depuis leur existence dans la revue (n° 87-88, 1999) ;

  • les comptes rendus d’ouvrages, en texte intégral ;

  • et très prochainement, le texte intégral des articles de numéros épuisés.‏

18Dans le cadre des évolutions technologiques que permet l'adhésion à Revues.org, le site de la REMMM est en cours de migration vers un outil moderne de publication dynamique en ligne, Lodel [http://www.lodel.org], particulièrement adapté aux usages de la publication scientifique en sciences humaines.

19Enfin, de façon à utiliser au mieux la complémentarité entre les deux types de support (papier et électronique), une nouvelle rubrique intitulée Bibenligne animée par Véronique Ginouvès et Jean-Christophe Peyssard présentera désormais, dans chaque numéro, une analyse de sites web ayant un rapport avec la partie thématique du numéro, ou plus largement avec le champ couvert par la REMMM, en s'appuyant sur le site Bibenligne [http://bibenligne.mmsh.univ-aix.fr]

20La présente livraison s’inscrit pleinement dans la démarche éditoriale que nous venons de définir. Sous le titre Le travail et la question sociale, ce dossier s’inscrit dans l’actualité des débats, théoriques et politiques, autour des questions de sécurité et d’insécurité. Il ambitionne aussi de désenclaver la réflexion sur les pays étudiés, tout en mettant en lumière les spécificités de leurs héritages et de leur évolution. La « question sociale » y est inscrite dans un contexte marqué par les mesures de libéralisation économique et les plans d’ajustement structurel, en même temps que dans l’histoire de la formation de l’État moderne, de la domination européenne et de l’évolution du marché du travail. Les contributions portent sur divers pays, et abordent différents aspects de la question posée en introduction, à partir de positions disciplinaires variées. Il interroge explicitement les conditions de la comparaison, en met en lumière l’intérêt, mais aussi les limites. Nous espérons qu’il contribuera à ouvrir ou rouvrir des pistes de recherche fructueuses, autant qu’à éclairer certains aspects des problèmes les plus brûlants de l’actualité.

Haut de page

Bibliographie

BADUEL Pierre Robert, 1996, « L’avenir d’une revue trentenaire. Editorial », REMMM 73-74, Aix-en-Provence, Edisud : 5-9.

CHEVRIER Yves, 2003, « Les Aires culturelles dans les sciences de l’homme et de la société : questions pour une prospective ». [En ligne]. In Colloque de prospective scientifique en sciences humaines et sociales des 24, 25 et 26 septembre 2003, Gif-sur-Yvette.

http://www2.cnrs.fr/SHS/actions/themes_prospective/prospectiveairesculturelles.rtf (consulté le 20/07/2004).

DARBON Dominique et JAFFRELOT Christophe, 2004, La Recherche sur les Aires régionales en science politique, Bilan et Perspectives, http://www.cnrs.fr/SHS/actions/fichiers/aires_regionales.pdf (consulté le 12/07/2004).

DENOIX Sylvie, 2004, « Des culs-de sac heuristiques aux garde-fous épistémologiques ou comment aborder l’aire culturelle du “monde musulman” », REMMM 103-104 : 7-26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse et François Siino, « Aires culturelles et pluridisciplinarité : quel enjeu pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2337

Haut de page

Auteurs

François Siino

Articles du même auteur

Elisabeth Longuenesse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page