Navigation – Plan du site
Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient

105-106 | janvier 2005
Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient

Sous la direction de Elisabeth Longuenesse, Myriam Catusse et Blandine Destremeau
ISBN 2-7449-535-6

Comment aujourd’hui formuler la question de la “sécurité” et de l’“insécurité” sociale au Maghreb et au Moyen-Orient ? Comment, dans quelle mesure, les questions de l’emploi, du travail, de la pauvreté, de la misère, sont-elles envisagées par les politiques étatiques d’un côté, par les groupes sociaux et les individus de l’autre ? Quelles formes de solidarités sont mobilisées, quelles stratégies mises en œuvre, par les différents acteurs en présence, quelles revendications, quels compromis ? Comment, à quelles conditions, ces différentes questions, subsumées dans l’Europe industrielle de la seconde moitié du XIXe siècle, dans les termes d’une “question sociale”, envers paradoxal du “progrès”, sont-elles articulées, formulées, par les acteurs concernés : État, organisations de la “société civile”, syndicats, associations, porte-parole reconnus ou auto-proclamés de tel ou tel groupe social ?En s’inspirant des travaux de Robert Castel, ce dossier a l’ambition d’ouvrir une réflexion sur les conditions de formulation d’une “question sociale” dans des configurations forts éloignées de l'émergence de l'État social français.Du Maroc “ajusté” à l’Iran “post-révolutionnaire”, de la Syrie avançant à reculons dans la voie de la libéralisation économique à l’Égypte des “diplômés-chômeurs”, des ouvriers agricoles égyptiens exilés au Caire ou dans la vallée du Jourdain aux réfugiés palestiniens du Liban dénués de tout droit, entre politiques étatiques et pratiques populaires, les auteurs tentent d’éclairer les évolutions en cours, de réfléchir à la manière dont se négocient les compromis socio-politiques.Mais en amont c’est aussi, sur la longue durée, la construction des catégories, sociales et politiques, qui sont replacées dans une perspective historique. Du Pakistan colonial à la Turquie contemporaine, en passant par l’Égypte de Mohammed Ali ou la Syrie mandataire, se conjuguent en effet héritages de l’histoire, volontarisme étatique, et influences exogènes.