Navigation – Plan du site
Lectures

Maxime Rodinson, Entre Islam et Occident, entretiens avec Gérard D. Khoury, Paris, les Belles Lettres, 1997, 303 p.

Jean-Charles Depaule
p. 329-331

Texte intégral

1Le livre construit par Gérard D. Khoury, à partir d'entretiens qu'il a conduits avec rigueur, appartient à ce qu'il est convenu d'appeler l'ego-histoire. Le genre a ses séductions et ses écueils. On se rappelle comment Georges Duby s'y risquant était dans un premier essai resté très en retrait. Jacques Berque, quant à lui, dans ses Mémoires des deux rives, mettait en perspective sa vie comme une aventure "totale". Décrire une formation, un métier, retracer des parcours et des étapes, un cheminement intellectuel, des rencontres, restituer la part autobiographique sur fond plus ou moins net d'Histoire, en dessinant une trajectoire, cela constitue une justification suffisante, malgré diverses tentations et les pièges de l'illusion rétrospective.

2Dans le cas d'Entre Islam et Occident, il est difficile, pour le lecteur que je suis, de ne pas mêler à sa lecture quelques éléments de sa propre ego-histoire, de ne pas se rappeler d'abord combien, dans la vague irrationnelle qui accompagna et suivit la guerre de 1967, les interventions de Maxime Rodinson furent éclairantes (et de ne pas se souvenir du sang froid qu'il opposait aux injures et menaces des gros bras du Betar, groupe sioniste ultra). Difficile aussi d'oublier l'introduction à l'islam que fut son Mahomet - son livre préféré, dit-il - ou, plus tard, la critique décapante de La Fascination de l'islam. Et quelques moments : par exemple Maxime Rodinson puisant, à la demande, dans la prodigieuse mine bibliographique de sa mémoire, ou bien évoquant le parti communiste syro-libanais des années 40, improvisant un commentaire sur la notion de "terrain", ou, encore, chantant Le grand frisé dans les couloirs de l'Université de Londres...

3Fils de juifs irréligieux, ouvriers émigrés de Russie, communistes, un saute-ruisseau autodidacte du XIIIe arrondissement de Paris entre aux Langues O - à l'époque le baccalauréat n'est pas exigé et les études en principe n'y sont pas trop longues - et va devenir un éminent savant orientaliste. Telle est l'étonnante histoire que raconte la première partie du livre. La suite n'est guère ordinaire, non plus : la Guerre passée au Proche-Orient, le retour en France, la Bibliothèque nationale, puis l'Ecole pratique des hautes études où il enseignera pendant plus de quarante ans le guèze, langue sémitique proche de l'arabe. Et le militantisme, avec, en 1958, l'exclusion du PC.

4De Marcel Cohen à Louis Massignon, en passant par Claude Lévi-Strauss, Maxime Rodinson n'est pas tendre pour certains de ses maîtres, "protecteurs" ou collègues. Sa gouaille n'épargne pas Henri Curiel. Réfractaire à l'art académique de la dissertation et à ses jongleries, il manifeste à l'égard de l'éloquence et de la virtuosité, qu'avec la désinvolture, il tient pour des traits de l'esprit bourgeois, une tenace défiance, attitude de classe d'un fils de pauvres issu de l'instruction primaire, assurément, et soucieux d'une reconnaissance qu'il n'a pas toujours obtenue. Renvoyant dos à dos "les spécialistes bornés et les généralistes légers", il salue en revanche Jean Lecerf, Georges Gurvitch, David Cohen, Jean Massin, Henri Lefebvre, Fereydun Hoveyda et d'autres. Marcel Mauss dont il a été l'élève est célébré très chaleureusement - "J'ai suivi Mauss avec passion". Nous apprenons notamment que celui-ci, cordial et fort peu mandarinal, a contribué à compléter sa collection de chansons politiques.

5Le récit cède progressivement le pas à la réflexion épistémologique. L'image de l'intellectuel au travail se précise. "(...) Il y a très peu de périodes où je n'aie pas été tous les matins devant mon bureau. Tous les jours, je fais un travail régulier, dans le sens d'un écrit savant ou théorique, d'une recherche, même s'il est mince" (p. 258). L'autoportrait sans apprêt ne gomme pas les limites du personnage, souvent il les accentue, au risque d'être peu flatteur. Ce sont, d'abord, celles, revendiquées, d'une culture d'homme du XIXe siècle.

6Ce sont également celles de sa démarche scientifique. Délibérément indifférente à bien des développements scientifiques actuels, elle se caractérise par un indéfectible rationalisme et la prééminence accordée aux faits. Parler de limites à ce propos pourrait paraître paradoxal : de l'économie politique à la cuisine, de la philologie à l'ethnologie en passant par l'histoire des religions (notamment celle du christianisme des premiers temps, qui n'est pas le domaine le plus connu de son érudition), sa vaste curiosité et ses compétences multiples en font une sorte de spécialiste sans spécialité. S'il en faut une, l'étiquette de "sociologue ou d'anthropologue général" est celle qu'il préférerait, précise-t-il tout en insistant sur son intérêt pour "l'aspect évolutif, diachronique".

7Il réitère son attachement à la "sociologie marxienne" qui repose sur l'idée qu'une société "se bâtit autour de tâches essentielles sans lesquelles elle ne pourrait subsister" (p. 281), les conceptions cardinales de Marx lui paraissant toujours fondamentales - "elles doivent continuer à servir de guide et de garde-fou". On pourrait objecter que Marx n'a pas, à proprement parler, jeté les bases d'une sociologie. Les réserves que l'on émettra concernent davantage la position de Maxime Rodinson qui, s'incrivant dans un cadre déterministe très large, si global qu'il est difficilement récusable, semble juger secondaires des spécificités, des médiations, en particulier les mentalités, et des embrayages qui contribuent à rendre intelligibles la logique des faits sociaux et leur articulation. Son point de vue sur la linguistique, considérée comme une discipline accessoire, sans autonomie légitime, relève de la même attitude.

8Cette raideur est déroutante. Peut-être l'épistémologie n'est-elle pas, en l'occurrence, le meilleur terrain de rencontre, ce livre témoignant par ailleurs, dans le domaine de l'histoire, de la politique et de l'idéologie, d'une grande attention à la complexité des phénomènes. Il nous offre en outre, nourrie par une longue expérience, une méditation sur les rapports du travail intellectuel et de l'engagement militant, soulignant les contradictions existant entre exigence de rationalité et désir révolutionnaire. On mesure l'importance de telles réflexions empreintes de scepticisme quand on sait l'attachement de Maxime Rodinson aux principes de son éducation première qui lui "imposait de prendre parti dans les débats publics " (p.215).

9Le plaisir, voire la jubilation, n'est pas absent. En particulier celui des chansons et des langues. Dans La fascination de l'Islam, Maxime Rodinson démystifiait la prétention à l'omniscience du philologue, caractéristique, à ses yeux, d'une certaine tradition orientaliste. Ici il avoue voyager avec passion à travers les mots et, autant pâtissier que philologue, évoquant calissons, baklava et amandes, nous invite à partager, un trop bref instant, son "grand délice".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Depaule, « Maxime Rodinson, Entre Islam et Occident, entretiens avec Gérard D. Khoury, Paris, les Belles Lettres, 1997, 303 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2372

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Depaule

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page