Navigation – Plan du site
Lectures

Omar Carlier, Entre nation et djihad. Histoire sociale des radicalismes algériens. Paris, Presses de sciences po, 1995, 443 p.

Jean-Robert Henry
p. 331-337

Texte intégral

1Comme le bon vin, certains ouvrages subissent avec bonheur l'épreuve du temps, on ne perd rien à attendre pour les lire. A sa parution, le livre de Omar Carlier n'avait eu droit qu'à quelques lignes dans la page qu'un quotidien du matin consacrait à quelques ouvrages récents sur l'Algérie. C'est pourtant lui qui, vraisemblablement, restera à terme une des meilleures clés de connaissance de ce pays. Il joint des qualités rares à rassembler : un riche et long travail de terrain, des intuitions théoriques solidement appuyées sur une interdisciplinarité maîtrisée, enfin une véritable empathie de l'auteur pour son sujet. L'analyse d'Omar Carlier est celle d'un témoin privilégié, qui a construit sans complaisance, mais non sans implication, un regard sur l'Algérie contemporaine que les divers intéressés ne peuvent considérer sans respect. Seul sans doute un chercheur placé à la "frontière des sociétés" pouvait réaliser ce travail, en étant accepté par des acteurs qui ont échangé un récit de vie militante contre sa compréhension, avec la certitude que celle-ci donnerait d'eux une image fidèle aux héritiers de leur histoire. Ce qui frappe le plus dans les meilleures parties de ce livre est la qualité d'écoute des hommes (qui ne sacrifie pas l'étude des documents) : des centaines d'entretiens avec des militants de base donnent à la réflexion théorique une exceptionnelle présence humaine.

2L'ouvrage, tiré d'une thèse sur travaux, est une recomposition d'études publiées sur une quinzaine d'années. Leur rapprochement (et leur réécriture) mettent en valeur la continuité de la pensée de l'auteur et offrent une nouvelle mise en perspective de l'histoire contemporaine de l'Algérie, qui donne toute sa puissance dès l'introduction (complétée par la présentation qu'en fait Jean Leca). Morceau d'anthologie, celle-ci est cependant difficile à pénétrer de prime abord, et gagne à être relue après avoir pris connaissance du reste de l'ouvrage.

3L'ordre choisi par l'auteur pour agencer cette série d'études n'est pas de hasard, et participe aussi de sa démarche actuelle. Les onze chapitres de l'ouvrage, regroupés sous deux grandes parties thématiques, suivent en réalité un fil globalement chronologique : d'abord les processus de mobilisalisation politique, puis le passage à l'action dans les années de braise et de feu, enfin l'après-indépendance. Un "assemblage", pour rester dans le registre œnologique, où les années anciennes l'emportent nettement sur les plus récentes.

4Les lieux et modes de socialisation préalables à la mobilisation politique font l'objet, dans les deux premiers chapitres, d'analyses très pénétrantes, où l'enquête de sociologie historique, solidement appuyée sur de nombreux témoignages, produit tous ses effets. L'auteur choisit d'abord de montrer combien, dans un milieu urbain algérien "moderne" travaillé par de profondes déstructurations et transformations, la jeunesse s'affirme progressivement comme un groupe social qui s'autonomise. Dès cette époque, la "sociabilité infra-politique" des jeunes apparaît comme le grand réservoir de mobilisation où va germer peu à peu la parole du nationalisme radical. C'est, on le sait, un thème récurrent des analyses actuelles sur l'islamisme. Mais Carlier avait "inventé" cet objet de recherche bien avant qu'il ne refasse sens aujourd'hui. Il insiste sur l'importance des "lieux de sociabilité" des jeunes, en empruntant à son article des Annales sur "le café maure" (J. Berque affirmait qu'il aurait voulu l'avoir écrit), quelques très belles notations sur le cercle (ou nâdî) et le café : le premier est le "quartier général" du parti de la réforme, alors que "le café est le nâdî du peuple, le cercle du pauvre". La cohésion de la classe d'âge se construit aussi, de façon plus structurée, dans les clubs sportifs, à l'école et par le scoutisme. Peu à peu les "jeunes" émergent comme "une force sociale distincte", dont l'horizon d'attente est disponible pour la politisation.

5En médina, milieu plus "traditionnel" en apparence, les choses prennent une tournure un peu plus complexe. En prenant l'exemple de Tlemcen, la "liseuse", qui deviendra un bastion "étoiliste" à la fin des années 30, l'auteur décrit, toujours fondé sur un riche travail d'enquêtes, la façon dont la mobilisation et l'innovation politiques empruntent à l'existant, pour acclimater un nationalisme radical venu du nord, et lui-même issu du mariage entre l'expérience d'émigration et la modernité politique européenne. La puissance du nationalisme radical à Tlemcen, note Carlier, réside "dans sa capacité à mobiliser de façon créatrice (il insiste à nouveau sur le scoutisme) les formes de sociabilité à l'œuvre dans la société urbaine en travail, et à s'approprier le dynamisme de la nouvelle société civile. Elle réside aussi dans sa capacité à y insérer des forces sociales, celles par exemple des petits métiers, que les autres courants ne savent pas capter ou retenir au même degré." Ce mixage entre le traditionnel et le moderne, la dialectique entre les processus proprement algériens et ceux qui viennent du "pays d'au-delà des mers" sont une caractéristique du nationalisme radical algérien. Le mérite de Carlier est de lui rendre toute sa résonnance sociale.

6Les quatre chapitres suivants empruntent moins à l'enquête de terrain et n'insufflent pas à l'analyse théorique autant de substance humaine que les deux précédents. Ils n'en sont pas moins une relecture brillante et souvent originale de l'histoire du nationalisme radical, qui l'infléchit dans une direction nettement sociologique. Sont mises en valeur des dimensions méconnues ou mal perçues de cette histoire (malgré les pistes ouvertes par J. Berque) : rapport ville-campagne, rôle de la parole publique, rôle de l'école et de l'association dans la formation d'une société civile, réflexion sur les "lieux du politique".

7Concernant la relation ville-campagne, l'auteur prend pour champ d'observation un "quadrilatère urbain" du nord-constantinois, en montrant que, comme à l'ouest, et à la différence d'Alger, ce ne sont pas les plus grandes villes qui ont joué un rôle structurant dans la mobilisation nationaliste radicale, mais plutôt des villes "intermédiaires", étroitement articulées à leur arrière-pays rural par des liens et des lieux de sociabilité anciens et nouveaux (la colonisation a d'une certaine façon "reconstruit" la société). Ce sera le mérite du Parti du peuple algérien (PPA) de réussir à intégrer politiquement les campagnes, après la Seconde Guerre mondiale, en transformant le monde des fellahs en "une force politiquement opérationnelle". Le fait que ce parti devienne progressivement hégémonique en milieu rural et, plus généralement, "dans l'intérieur" du pays, n'empêchera pas l'affirmation du rôle nodal des villes dans l'organisation et la hiéarchisation partisanes, du moins jusqu'à ce que la "montagne" s'impose comme troisième repère de la "triangulation politique".

8Si le rapport de la politique à l'espace laisse ouvertes de nombreuses questions de recherche, c'est peut-être moins le cas pour le rapport à la parole. Le sujet qui s'impose ici est Messali, parfait "tribun de la plèbe", au "métier politique" exemplaire. Carlier montre combien sa voix et son verbe, son talent d'orateur, la mise en scène de son corps contribuent à donner vie au groupe, et à forger l'imaginaire de la nation en modernisant le vocabulaire des solidarités tribales et religieuses. La célèbre formule " cette terre n'est pas à vendre ", lancée en 1936 par Messali devant un Congrès musulman qui avait "oublié" de l'inviter à ses assises, deviendra la parole fondatrice du nationalisme radical. Sans doute faudrait-il davantage se demander comment elle s'est croisée, dans la mobilisation des esprits, avec la non moins célèbre formule de Ben Badis : " L'islam est notre religion, l'Algérie est notre patrie, l'arabe notre langue ".

9Le croisement des référents est également au cœur du chapitre sur la "genèse d'une société civile". Plus que dans tout autre pays arabe, les formes de la domination coloniale ont modélisé en Algérie les modes de réponses de la société colonisée. L'auteur montre comment l'école et l'association ont été deux instances importantes de socialisation moderne induites par la colonisation et retournées contre elle. Délibérément ou non, il n'évoque pas l'armée (pour laquelle on dispose cependant, en langue française depuis 1994, de l'intéressante étude de Gordon), ni l'appareil juridique qui, en tant qu'institution et culture, a configuré, de façon presque caricaturale, l'Etat algérien moderne et n'a pas été sans effet sur la société civile.

10A propos de l'école, Carlier insiste sur le rôle considérable de l'école française dans la reconstitution d'une élite, et évoque bien sûr le rapport à "l'autre école", musulmane, qui faisait sans cesse passer l'enfant - et le futur militant - d'un monde à l'autre, entre lesquels les échanges n'étaient pas symétriques. Le sujet de l'école coloniale est loin d'être épuisé par ce chapitre : certains développements (par exemple sur le contenu de la leçon d'histoire) sont rapides, et on s'étonne que les témoignages et les romans sur la socialisation et la politisation par l'école, n'aient pas été mis à contribution (comme les œuvres de Feraoun, celles de Lucienne Favre, ou l'étonnant Rouge le soir de René Cathala, un des plus lucides récits sur la dramatisation du rapport colonial).

11La réflexion sur les "lieux du politique" est riche d'intuitions, mais plus abstraite et froide que le deuxième chapitre qu'elle recoupe en partie à propos de l'espace social et politique du "café". Elle est moins le fruit d'enquêtes de terrain qu'une remise en perspective talentueuse de savoirs acquis sur le nationalisme algérien. Une formule résume bien la pensée de l'auteur : " le PPA a construit le lieu du politique en s'appropriant tous les lieux ". A l'école du PC et du syndicalisme, le PPA, obsédé par une "mystique de l'organisation", a su dans un premier temps imposer le local comme lieu du politique ; après la dissolution du parti, c'est la "clandestinité" qui deviendra pour longtemps l'espace valorisé du politique. Entre les deux, le parti de Messali Hadj a réussi aussi à mobiliser en sa faveur le "triangle des lieux clos" fréquentés par la société musulmane : la mosquée (en profitant du refus des Oulémas de se constituer en parti religieux, contrairement aux islamistes contemporains), le hammam et le café (sans oublier les échoppes des artisans). En politisant tous ces espaces, le PPA fait sien en fait tout l'espace public, ce qui le distingue et l'avantage par rapport aux autres mouvements.

12Au service de quel projet politique s'opère cette conquête (aux résonnances léninistes) de l'espace public ? Le premier chapitre de la seconde partie, intitulé "nationalisme et populisme", s'emploie à y répondre. Populisme est en fait ici le maître-mot, guidant toute la démarche de l'auteur. Plus que d'autres, il insiste sur le "glissement du mouvement national vers le populisme", sur l'interclassisme qui profite à l'expression nationaliste la plus radicale. Il y voit une configuration unique dans le monde arabe, tout en rappelant tout ce que le PPA doit à ses origines extérieures, francophone et arabophone. Il souligne également, une fois de plus, le rôle déterminant de la jeunesse, " force de frappe du populisme de contestation " : d'une certaine façon, le PPA est le "parti des jeunes".

13Ce populisme interclassiste présente bien sûr des ambiguités. Il est un "lexique dur" dans une "idéologie molle", constate Carlier ; le discours égalitariste passe d'autant mieux que la lutte nationale cache le jeu des différences. Celles-ci seront remises en valeur après l'indépendance, quand le "national-populisme" cèdera la place au "populisme de gestion". La relecture du passé en fonction des préoccupations du présent pèse peut-être un peu trop sur ce chapitre, même si l'auteur manie avec virtuosité des formules qui donnent à sa réflexion beaucoup de ressort.

14Portant sur une question plus ponctuelle, mais fondamentale, l'analyse de la "crise berbériste" de 1949 au sein du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) est un des moments forts de ce recueil d'articles recomposés. L'auteur quitte les sentiers battus de l'essentialisme berbère et de la politique coloniale pour procéder à une lecture moderne du phénomène culturel et régional au sein du PPA, et suggérer ses conséquences sur l'Algérie actuelle. Il montre combien la Kabylie se prêtait, plus que toute autre région, à cette crise. La forte recomposition du tissu social et le syndrome minoritaire, par rapport à l'Algérie et à l'universalité arabe, y poussaient au besoin de construire une "nouvelle image de soi", et posaient le problème du contenu du projet national. Mais la promotion, face à l'"Algérie arabe et musulmane", d'une Algérie et d'une culture "citoyennes" englobant une "demande de berbérité" ne pouvait être compatible avec la logique populiste et unanimiste du PPA. Si le conflit fut rapidement maîtrisé à l'époque, le problème politique ne fut pas traité au fond. C'était une façon de reporter à plus tard la maturation de la crise culturelle algérienne, ainsi que les rapports entre société civile et politique.

15Le chapitre sur la "violence insurrectionnelle" tente d'éclairer un autre point obscur, tout aussi fondamental, de la dynamique politique algérienne. Après avoir synthétisé toutes les informations disponibles sur la crise du PPA, l'Organisation spéciale et le Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA), en y ajoutant quelques éléments d'enquête, l'auteur s'interroge sur les raisons et la logique du passage à la violence. Il n'y va pas sans prudence, prenant soin de proclamer sa neutralité de chercheur (p. 292). Le propos est également assez convenu sur la violence insurrectionnelle qui répond à la violence coloniale et au "mensonge colonial" (sans insister sur la faiblesse crispée de ce pouvoir colonial). Plus originale est l'analyse des effets internes du recours à la violence sur le parti nationaliste. Carlier souligne les ambiguïtés du compromis de 1947 sur le partage des tâches entre action légale, action clandestine et préparation à l'insurrection. Si le décalage entre la violence des mots et le passage aux actes marque autant le PPA-MTLD, c'est d'une part parce qu'il y a véritablement deux stratégies et deux modèles de rupture avec l'ordre colonial au sein du parti, et d'autre part parce que le recours à la violence n'est jamais "naturel" ni innocent. Comme le rappelle Carlier, le passage à la violence est irrémédiable, aussi bien dans le rapport aux adversaires que dans le rapport aux siens et à soi-même : " la violence interne accompagne l'essor de la révolution ". Mode d'action et d'accès au pouvoir d'une minorité agissante, la violence ne laisse jamais indemne la société, et les acteurs de cette violence eux-mêmes n'en finissent pas de s'interroger sur ses effets sur le lien social et sur les individus. Sur cette question essentielle, le propos de l'auteur reste au total allusif et prudent. Or, les événements de mai 1945 et surtout ceux d'août 1955, où fut appliquée la "stratégie race contre race", appelaient une réflexion plus nourrie.

16Si les neuf premiers chapitres permettent une lecture, ou une relecture, globale de l'histoire d'un demi-siècle de nationalisme algérien, les deux derniers, consacrés à l'Algérie indépendante, n'ont pas cette ambition. Cette "troisième partie" de l'ouvrage est cependant une contribution séduisante à l'interprétation d'une histoire plus contemporaine et donc plus insaisissable. L'auteur s'y emploie à démontrer la continuité de la dynamique populiste, dont il a brillamment démonté les mécanismes dans les chapitres précédents. Il passe presque sous silence la période-clé de la transition de l'indépendance, où les espoirs fous de toute une société dans un avenir de mieux-être social et démocratique - qui se combinait curieusement avec une volonté de réconciliation avec l'ancienne métropole - se sont fortement heurtés aux ambitions politiques des "clans". Il dit trop peu de choses (seulement dans le chapitre 11) du facteur du rapport à la France, concret, symbolique, et même politique : la stratégie menée par de De Gaulle (presque jamais évoquée dans l'ouvrage) a eu un effet considérable sur l'évolution du régime algérien ; elle a dépossédé le FLN d'un victoire militaire, et la "coopération" massive a permis aux premiers gouvernements algériens de survivre, voire de se légitimer au niveau interne et international, au prix d'une curieuse articulation entre socialisme, islam et coopération.

17Carlier choisit d'abord d'analyser, à travers le "style politique" des trois premiers présidents algériens, le passage du populisme de contestation au "populisme de régulation" ou "d'Etat". Il observe comment une "religion politique" se met progressivement en place, diversement servie par les talents des leaders successifs, mais sur fond d'une même légitimation populiste de leur pouvoir : le service de l'unanimisme, la gestion de la rente matérielle et de la rente symbolique restent pendant un quart de siècle les ressorts qui garantissent au régime une relative adhésion populaire, à côté du soutien (et des combinaisons) du "groupe nodal" politico-militaire.

18Pourquoi donc, à partir de 1986, une telle crise de confiance de la société dans ce pouvoir ? Carlier insiste à juste titre sur le fait qu'il ne faut pas chercher une cause unique à l'usure du système. Dans son chapitre 11, il analyse les mutiples "raisons de la colère", économiques et socio-démographiques notamment, mais aussi culturelles, qui ont abouti à la crise de 1988, et fait perdre au régime sa légitimité populiste. Ce chapitre est un des plus riches de l'ouvrage. De la même façon que la relecture de l'histoire s'était greffée sur de remarquables enquêtes "de terrain", ces ultimes développements sont le fruit d'une observation d'autant plus attentive de l'évolution politique algérienne, qu'elle souffrait peut-être de ne pas être assez participante.

19A côté de la dépression économique qui a imprimé à la société algérienne une logique du chacun pour soi, où la nomenklatura se servait sans vergogne, Carlier insiste sur ce qui s'avère plus spécifique à l'Algérie, c'est-à-dire le " marasme culturel généralisé ", auquel menait une politique de la culture qui tuait la culture. Ces deux marasmes ont touché principalement les jeunes, désoccupés économiquement et désemparés culturellement. C'est chez eux que le rejet de la "religion politique" a été le plus fort, les faisant passer à une "culture d'émeute", qui n'est pas née, souligne l'auteur, d'un retour au Coran.

20Mais l'islam politique va se greffer sur elle. Ce sera l'habileté du FIS de tirer les dividendes directement politiques de tout le travail engagé précédemment dans les "registres du savoir", c'est à dire à l'école et à la mosquée. Le passage de la "mouvance islamique" au politique et la concrétisation du projet de "République islamique" font l'objet ici de très riches observations. L'auteur analyse comment le pouvoir politique se "désacralise" au profit de la religion, la shari`a devenant la "solution" à tous les maux dont souffre la société algérienne. Dans cette logique de rupture par rapport au régime issu de 1962, Carlier s'emploie aussi à souligner des continuités : Le FIS est l'héritier le plus proche du FLN. S'il emprunte, comme lui, aux Oulémas leur message religieux, c'est bien de l'expérience du PPA que viennent son modèle organique, son populisme, son "fraternalisme", son manque de démocratie, et sa façon de jouer à la fois de la stratégie insurrectionnelle et de la stratégie électorale.

21L'analyse de l'instrumentalisation par le parti religieux d'un contexte politique et social favorable est tout à fait convaincante. Mais le lecteur reste sur sa faim, en ce qui concerne le pilotage central de cette stratégie de récupération, et les aides qu'elle a pu recevoir de l'extérieur. Si le modèle du PPA et du FLN est pertinent pour le FIS, celà devrait signifier que pour ce parti aussi le rôle des leaders est primordial, comme l'auteur l'a bien démontré pour les deux premiers. Or, l'analyse se fait ici discrète, faute peut-être de données factuelles suffisantes pour l'étayer.

22Concernant le "marasme culturel", une comparaison avec les deux pays voisins aurait été utile pour mieux comprendre ce qui est particulier à l'Algérie dans l'émergence et la gestion de la crise culturelle (comme d'ailleurs dans le développement du mouvement national). Or, le centrage exclusif sur l'Algérie de la démarche de l'auteur ne laisse place à aucune considération de ce type. C'est la principale critique qui peut être faite à cet ouvrage. Tout en affirmant que peu de processus politiques ont été aussi sensibles que le nationalisme algérien au facteur externe, Carlier accorde au total peu de place à la dimension "internationale" de son sujet. Il réduit également à peu de pages le rapport structurant ("nous"/"eux") du nationalisme à l'Algérie européenne, comme si l'histoire était relue avec les yeux du présent : ce travail remarquable n'échappe pas toujours au conformisme du sens de l'histoire, et l'atout de l'auteur, qui est son regard internisé, l'amène parfois à ne pas savoir en sortir.

23Une autre gêne éprouvée par le lecteur tient paradoxalement à la qualité de l'écriture. Alors que Carlier ignore délibérément l'éclairage et les témoignages apportés à son objet de recherche par la littérature, ce qui est surprenant pour une démarche d'histoire sociale, son style est très littéraire. Il use abondamment de formules, dans la manière de Berque. Si la formule est un atout qui suggère et invente là où la raison trop savante se heurte à un obstacle, sa multiplication brouille la perception d'ensemble. Elle nimbe d'impressionnisme des propos qui auraient pu être formulés sans détour. Transformant le discours savant en exercice de style, l'abus des formules habille parfois de neuf des analyses et interprétations déjà bien établies. L'auteur ne fait alors que poser une touche personnelle sur des connaissances acquises, sans inventer comme dans les meilleurs de ses chapitres. Et ce travail de réécriture - au sens propre - de l'histoire se montre à l'occasion injuste vis à vis de prédécesseurs à la prose moins élégante : la distribution des références n'est pas toujours très généreuse.

24Ces réserves n'enlèvent rien à l'intérêt exceptionnel de l'ouvrage. C'est une approche nouvelle de l'histoire de l'Algérie qui est ici déployée, et on ne pourra plus tenter d'éclairer les origines de la crise actuelle sans y faire référence. De là à projeter, comme y invite la 4e de couverture, la lecture du passé sur l'interprétation du présent, le pas est un peu vite franchi. Le travail d'histoire sociale mené ici vaut pour sa méthode, qu'on souhaite voir prolongée, mais il faut résister à la tentation de lui faire trop dire sur le présent et l'avenir. Les interprétations à chaud des crises politiques ne conviennent pas aux modes de questionnement des chercheurs. Elles sont plutôt le fait d'observateurs participants libérés des contraintes de la prudence scientifique. Ainsi les intuitions fulgurantes que Pierre Claverie avait formulées sur l'évolution politique de l'Algérie, quelques mois avant sa mort1. Elles répondent plus directement à la question obsédante du processus de "sortie de crise".

Haut de page

Notes

1 P. Claverie, "Témoignage", in Annuaire de l'Afrique du Nord, Paris, CNRS éditions, 1995.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Robert Henry, « Omar Carlier, Entre nation et djihad. Histoire sociale des radicalismes algériens. Paris, Presses de sciences po, 1995, 443 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2373

Haut de page

Auteur

Jean-Robert Henry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page