Navigation – Plan du site
Lectures

Histoire de la Méditerranée (sous la direction de Jean Carpentier et François Lebrun), Le Seuil, Paris, 1998, 619 p.

Daniel Panzac
p. 316-317

Texte intégral

1La Méditerranée est née il y a un demi siècle avec la publication, en 1949, de la première édition de La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II de Fernand Braudel. Cet ouvrage magistral révélait l'unité de cette mer intérieure et en faisait un personnage historique à part entière. Ce fut un éblouissement, justifié et, depuis, nombre d'auteurs ont adopté ce cadre géographique considéré désormais comme essentiel à la connaissance et à la compréhension des trois continents qui la bordent. Il est significatif qu'après avoir assuré la direction d'une Histoire de France puis une Histoire de l'Europe, les responsables de cette collection aient consacré un troisième volume à la Méditerranée. Destiné à un public éclairé mais non spécialiste, ils ont fait appel à cinq universitaires réputés qui se sont partagé la tâche selon un découpage chronologique sans surprise : l'Antiquité, le Moyen-Age, l'Epoque Moderne, l'Epoque Contemporaine jusqu'en 1945 et enfin la deuxième moitié du XXe siècle.

2Chaque auteur a été libre de traiter sa part de l'ouvrage ce qui assure une certaine diversité non seulement dans le style des chapitres mais également dans le plan. Alain Tranoy, auteur des cinq chapitres consacrés à l'Antiquité en consacre quatre à l'évolution chronologique, le cinquième étant réservé à une présentation thématique de la Méditerranée sous l'Empire romain, la seule période, rappellons-le, durant laquelle cette mer est entièrement unifiée sous un seul pouvoir politique. Elisabeth Carpentier adopte un plan uniquement fondé sur le déroulement du temps pour présenter, en cinq chapitres, les dix siècles du Moyen-Age. Par contre Bartolomé Bennassar n'utilise qu'un seul de ses quatre chapitres pour évoquer les évènements du XVIe au XVIIIe siècle et en réserve trois à des thèmes fondamentaux : "le poids des hommes et les nécessités du commerce", ce qu'il appelle "les lames de fond", c'est-à-dire les catastrophes naturelles (séismes, peste) auxquelles il ajoute les migrations humaines alors que la démographie a été traitée au chapitre précédent ; enfin, heureuse initiative, les îles ont droit à un chapitre entier. Dominique Borne a choisi de présenter les années 1815-1945 en privilégiant les aspects culturels traités comme révélateurs des aspects politiques et diplomatiques. Cela nous vaut un chapitre bien enlevé sur la Méditerranée romantique de la première moitié du XIXe siècle auquel fait pendant un chapitre voué à la vapeur et à l'économie caractérisant la deuxième moitié de ce siècle. A travers différents exemples (Istanbul, Salonique, Alexandrie, Marseille, Alger) son troisième chapitre est consacré aux villes considérées comme la caractéristique principale du monde méditerranéen. Enfin dans les six derniers chapitres, Claude Liauzu s'efforce, avec succès, d'éclairer et d'organiser une histoire méditerranéenne, plus complexe et plus mouvementée que jamais, et qui se poursuit sous nos yeux.

3Traiter en cinq cents pages un tel sujet est un peu une gageure mais on peut dire que, dans une large mesure, c'est une gageure réussie dans deux domaines et non des moindres. Le premier est l'intéressante mise au point sur les dernières avancées dans la connaissance de la Préhistoire et de l'Antiquité grâce aux récentes découvertes archéologiques. Le second aspect réside dans le recentrage, couronné de succès, de l'Histoire de la Méditerranée. Jusqu'à une époque récente, l'européo-centrisme triomphait, aussi est-il très satisfaisant de voir tous les auteurs accorder à l'Empire byzantin, au monde arabe et à l'Empire ottoman la place qui leur est due. Il n'est pas question de réparer on ne sait quel dommage passé mais simplement de tenir d'une réalité, pour une meilleure connaissance d'un passé ancien ou proche.

4L'influence des responsables de la collection se retrouve dans la structure de l'ouvrage. Chacun des 23 chapitres se termine par deux documents contemporains de la période ou du thème traité, le plus souvent de textes, mais on y trouve également des illustrations. Originaux et bien choisis, ils contribuent à l'agrément de la lecture ou de la consultation de cet ouvrage. En effet, on trouve à la fin plus de cent pages d'annexes comprenant des données géographiques et économiques contemporaines, une chronologie, une série de 25 cartes et plans historiques, un glossaire, une orientation bibliographique peut-être un peu mince, un index des noms propres et un index géographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Panzac, « Histoire de la Méditerranée (sous la direction de Jean Carpentier et François Lebrun), Le Seuil, Paris, 1998, 619 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2376

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page