Navigation – Plan du site
Lectures

María Jesús Viguera Molins, El Islam en Aragón, Caja de ahorros de la Inmaculada, Àragón (Saragosse), 1995, 173 p.

Pierre Guichard
p. 309-313

Texte intégral

1Maria Jesús Viguera avait déjà publié un utile ouvrage de synthèse sur l'histoire de l'Aragon actuel à l'époque musulmane (Aragón musulmán, Saragosse, 1981), qui donnait un bon exposé événementiel allant de la conquête du VIIIe siècle au milieu du XIIe siècle. L'ancienne "Marche supérieure" d'al-Andalus, qui correspondait au bassin de l'Ebre, tombe en effet aux mains des Aragonais entre 1096 (prise de Huesca) et 1170 (conquête de Teruel), le moment majeur de l'avancée chrétienne étant l'occupation de Saragosse en 1118.

2Les deux ouvrages ne font pas double emploi, mais plutôt se complètent. Alors que le premier donnait un récit assez dense de l'évolution politique et militaire de ces presque cinq siècles d'histoire, le second ne lui consacre qu'une place assez limitée (les pages 45-71 où l'on trouvera un résumé clair et rapide, intégrant bien certains travaux récents comme celui d'Eduardo Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, 1991).

3Il apparaît bien que le VIIIe siècle est marqué par la prépondérance dans les événements politiques des lignages d'origine arabe ; au IXe siècle, émergent de puissantes familles de néo-musulmans d'origine indigène, dont les plus importants sont les Banû Qasî, lignage aristocratique muwallad originaire de la région de Tudela-Arnedo. Le personnage le plus connu de cette famille est Mûsâ b. Qasî, qui gouverne Saragosse de 852 à 862 et dont la puissance est telle qu'une chronique chrétienne le qualifie de "troisième roi d'Espagne". L'émir de Cordoue, MuÌammad Ier (852-886) s'appuie contre eux sur une famille arabe, les Banû Tu'jîb, qu'il établit au gouvernement de Calatayud et Daroca et dont il renforce le pouvoir. À partir de 890, ces Tujîbides se sont imposés à Saragosse, où ils resteront prédominants jusqu'au XIe siècle. Ils profitent alors du califat de Cordoue pour constituer de 1013 à 1039 la première dynastie indépendante de la tâ'ifa de Saragosse.

4Ils laissent après 1039, la place à une autre famille probablement arabe, celle des Banû Hûd, qui reste au pouvoir dans la vallée de l'Èbre jusqu'à l'arrivée des Almoravides. Au-delà de la sèche énumération des dynasties et des souverains, les problèmes de légitimité que rencontrent les dynasties des tâ'ifa sont un aspect important de l'histoire politique de cette époque (voir François Clément, "L'apport de la numismatique pour l'étude des tâ'ifa andalouses des Ve/XIe siècles", Archéologie islamique, 4, 1994). Peut-être le récit événementiel est-il parfois un peu rapide, et on y relève quelques inexactitudes. Ainsi, les circonstances de la crise politique qui provoque l'arrivée au pouvoir des Hûdides auraient-elles mérité, du point de vue qui vient d'être évoqué, davantage d'attentions.

5L'avant-dernier souverain tujîbide, Mundhir II, est en effet assassiné par un cousin, 'Abd Allâh b. al-Îakam, qui lui reproche de ne pas reconnaître le faux calife omeyyade Hishâm II que les Abbadites de Séville auraient intronisé en 1035. Mundhir ne faisait, en effet, figurer sur ses monnaies, qui sont parmi les toute premières qu'ait émises une tâ'ifa andalusî, qu'un fictif Imâm 'Abd Allâh. María Jesús Viguera indique (p. 62) que, pendant le peu de temps, à peine un mois, qu'il resta au pouvoir avant d'être à son tour éliminé par l'un de mes gouverneurs (le premier hûdide), 'Abd Allâh b. al-Îakam ne fit pas frapper de monnaies à l'invocation du calife de Séville au nom duquel il avait assassiné son cousin. Or cela n'est pas exact, les rares monnaies conservées de cet 'Abd Allâh b. al-ºakam portant bien le nom du calife Hishâm II al-Mu'ayyad (Prieto Vives, Los reyes de tâ'ifa, Madrid, 1926, p. 126, et G. C. Miles, Coins of the Spanish Mulûk al-Tawâ'if, New York, 1954, p. 80).

6En fait, plutôt que de répéter une histoire politique dans l'ensemble assez bien connue et peu susceptible de renouvellement, l'ouvrage se propose surtout de faire le point de nos connaissances sur la société, l'économie et la culture de cette région d'al-Andalus, connaissances sensiblement renouvelées par bon nombre de travaux récents, aussi bien historiques qu'archéologiques. On prendra aisément la mesure de ce renouvellement en parcourant l'abondante bibliographie qui conclut l'ouvrage : très peu de titres sont antérieurs à 1981, année de la publication de son premier ouvrage sur l'Aragon par Maria Jesús Viguera.

7Le souci affirmé d'accorder la plus grande place aux données de l'archéologie, très active dans cette région (voir par exemple, Carlos Esco, Joseph Giralt, Philippe Sénac, Arqueologia islámica en la Marca Superior de al-Andalus, Huesca, 1988) se traduit par une abondante illustration présentant de nombreux documents inédits ou encore peu connus, et constituant parfois de véritables petits "dossiers" sur un aspect particulier. Ainsi les pages 148-149 présentent-elles une série de photographies et dessins illustrant les récentes découvertes d'ordre archéologique et artistique faites à la Cathédrale du Pilar de Saragosse, où l'on a retrouvé des éléments très importants de la grande mosquée préexistante, aussi bien en ce qui concerne le niveau de fondation d'époque émirale que le décor du minaret daté probablement de l'époque tujîbide. De la même façon, aux pages 134, 135 et 171, sont présentés des céramiques à très intéressants décors de type "califal" vert et brun du Xe ou du XIe siècle, inédites à ma connaissance, provenant de fouilles effectuées au château d'Albarracín.

8Dans le chapitre sur la société (p. 73-100), Maria Jesús Viguera relie bien les problèmes concernant la composition ethnique de la population de la Marche Supérieure à l'histoire évoquée précédemment. S'appuyant sur une étude de Luis Molina Martinez et Maria Luisa Avila Navarro ("Sociedad y cultura en la Marca Superior", Historia de Aragón, t. 3, Guara editorial, Saragosse, 1985), elle fait ressortir davantage que la plupart des travaux existants ont le rôle joué par l'élément arabe, sans doute numériquement très minoritaire, mais culturellement et politiquement très important. Elle insiste avec raison sur le caractère a posteriori des informations généalogiques que nous possédons : elles font apparaître des lignages, parfois proliférants, mais issus d'un seul ancêtre, plutôt que des groupes claniques ou tribaux plus diffus. Il ne lui semble cependant pas déraisonnable de supposer que "à côté des établissements individuels, il y eut des installations de groupes tribaux, sans tête de lignage ni descendance illustre" (p. 79).

9Les indices textuels susceptibles d'étayer cette opinion ne sont sans doute pas nombreux. On pourrait observer, cependant, que dans le texte de la capitulation de Saragosse, le chef tûjîbide MuÌammad b. Hâshim rend en 937 au calife 'Abd al-RaÌmân III, texte qui nous a été conservé par Ibn Hayyân, apparaissent comme représentants de la population de Saragosse, c'est-à-dire vraisemblablement du groupe dirigeant arabe, quelques Tujîbides qui ne semblent pas descendre du même ancêtre que le groupe dynastique bien connu. Le reste du chapitre sur la société traite des mozarabes, des juifs, des éléments d'origine berbère, et énumère les principales familles de fuqahâ' connues dans la Marche d'après les répertoires bio-bibliographiques.

10Le chapitre consacré à l'économie est plus énumératif. Y sont rassemblées les indications dispersées dans diverses sources, surtout géographiques, relatives aux productions agricoles, industrielles et artisanales, des références assez générales relatives aux différents types de propriété, des données accompagnées d'une belle planche de photographies de monnaies frappées dans la région à l'époque des †â'ifa (il est dommage qu'elles ne soient pas accompagnées de la transcription des légendes) ; sont aussi reproduits des objets céramiques, des tissus. Un paragraphe rapide est consacré au problème classique des exarici, ces ruraux musulmans dépendants, fréquents dans les sources chrétiennes, dont le nom provient du terme arabe sharîq.

11Le dernier chapitre sur la culture (p. 131-159) est centré sur le problème de l'arabisation. Il insiste justement, mais avec prudence, sur l'acculturation d'ensemble : "une population de culture littéraire, comme l'était au départ la population d'al-Andalus, se structura en tant qu'"arabisée" dans sa culture littéraire, dans diverses manifestations quotidiennes, et dans l'usage de l'arabe, qui en arriva à être utilisé de façon majoritaire, puis exclusive, ce qui n'empêche pas la réalité d'un bilinguisme avec une certaine survivance du romance et plus sporadiquement de l'hébreu, comme langue du culte" (p. 131). Cette arabisation est démontrée en particulier par l'onomastique, et par quelques anecdotes comme l'épisode, rapporté par Abû Bakr al-Turtuûshî, de la mort de Ramire Ier d'Aragon en 1063 : ce souverain est tué par un guerrier musulman qui s'est insinué dans les lignes chrétiennes en profitant du fait qu'il était vêtu comme les chrétiens et parlait leur langue, ce que l'auteur (originaire de la région) semble considérer comme relativement exceptionnel (p. 131).

12L'histoire intellectuelle de la vallée de l'Èbre à l'époque musulmane, surtout brillante sous les †â'ifa, est brièvement mais clairement résumée, en particulier le développement à cette époque de la philosophie, à partir des travaux de J. Lomba sur Ibn Gabirol (Avicebrón) et Ibn Badjdja (Avempace). Ces développements sont à relier avec le haut niveau culturel de la cour de Saragosse dans la seconde moitié du XIe siècle : un point rapide est fait sur l'importance de la contribution du souverain hudide de Saragosse Al-Mu'taman (qui règne de 1081 à 1085) au développement de la mathématique arabe, à partir de découvertes récentes de manuscrits et d'études de J. P. Hogendijk et A. Djebbar.

13Dans le domaine littéraire, ressort l'intérêt de la Maqâma dite "berbère" d'Abû Tâhir al-Tamîmî al-Saraqustî (m. en 1143 à Cordoue), qui figure dans le recueil de lettres rhétoriques "de Saragosse" (maqâmât saraqustiyya) rédigé par cet auteur qui, en réalité, passa une bonne partie de sa vie dans d'autres villes d'al-Andalus, et se livre dans ce texte à une violente charge anti-berbère. On ignore malheureusement à quel moment celle-ci fut écrite, et de quelle façon elle se relie à la présence almoravide dans la péninsule. Là encore, il s'agit d'un texte édité en 1981-1982, et traduit et étudié seulement dans les années 1990.

14Ainsi qu'on l'a dit plus haut, une bonne illustration et les pages 143-157 sont consacrées aux vestiges artistiques et archéologiques, en particulier la mosquée de Saragosse déjà évoquée, et l'important palais de la Aljafería édifié à la périphérie de la même ville par Abû Dja'far Al-Muqtadir (1046-1081). D'intéressantes photographies des remarquables décors et chapiteaux de ce palais restauré et qui sert actuellement de siège pour le parlement de la région autonome d'Aragon (Cortes) sont présentées. On note, en particulier, un chapiteau où figure le laqab par lequel est connu habituellement ce souverain, al-Muqtadir, laqab dont on observera qu'il ne fut pas utilisé sur les monnaies, où seul figure le laqab de niveau émiral plutôt que califien de 'Imâd al-Dawla. Quatre pages sur la culture mudéjare (connue, en particulier, à travers le fonds de 60 manuscrits, pour une bonne part arabes d'Almonacid de la Sierra, trouvé en 1884, mais aussi d'autres trouvailles bien plus récentes comme celle de Calanda en 1993) et l'aljamiado, langue romane notée en caractères arabes, utilisés par les musulmans ayant progressivement perdu l'usage de l'arabe après la Reconquête, clôturent l'ouvrage.

15Au total, une bonne mise au point sur l'Aragon musulman, parfois un peu rapide, mais claire, précise, bien informée et actualisée, étayée par une abondante illustration où, à côté des inévitables paysages un peu répétitifs, figurent de nombreuses cartes et photographies ou dessins d'intérêt archéologique et artistique, qui constituent une très utile documentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Guichard, « María Jesús Viguera Molins, El Islam en Aragón, Caja de ahorros de la Inmaculada, Àragón (Saragosse), 1995, 173 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2377

Haut de page

Auteur

Pierre Guichard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page