Navigation – Plan du site
Lectures

Federico, Cresti, Oasi di italianità. La Libia della colonizzazione agraria tra fascismo, guerra e indipendenza (1935-1956), Torino, Società Editrice Internazionale, décembre 1996, 298 p. (Préfacé par Salvatore Bono, complété par un index des personnes et des lieux).

Nora Lafi
p. 319-322

Texte intégral

1L'histoire de la colonisation italienne en Méditerranée s'enrichit de nouveau avec ce bel ouvrage intitulé Oasis d'italianité, la Libye de la colonisation agraire entre fascisme, guerre et indépendance (1935-1956). Ce livre constitue une étape majeure dans l'historiographie italienne, dans le sens où il marque une évolution dans les études sur la colonisation italienne. Celles-ci furent souvent traitées sur le mode de l'événementiel et du général1, exceptions faites de la thèse non publiée de Gary Lane Fowler Italian Agricultural Colonization in Tripolitania2 et de l'ouvrage de Claudio Segrè L'Italia in Libia3. Le premier avait produit un travail conséquent sur la colonisation italienne en Tripolitaine en axant son étude exclusivement sur l'agriculture. Son recherche offre une approche remarquable dans la mesure où, déjà, il avait prolongé son analyse fondée dans un premier temps sur l'exploitation de documents d'archives, par l'étude des problèmes de propriété foncière italienne en Libye, tandis qu'à l'époque de sa recherche (1963-1964), des Italiens y demeuraient encore. Le second auteur s'était attaché à l'étude de la propagande italienne à l'extérieur de la péninsule. Il avait donc en outre abordé les thèmes de l'émigration massive des Italiens à travers les productions de l'imaginaire et de l'idéologie coloniaux. Cependant, les sources qu'il avait exploitées étaient essentiellement constituées des coupures de presse et de la documentation de l'Institut agronomique italien d'Outre-mer (Istituto agronomico italiano per l'oltremare).Oasi di italianità offre aujourd'hui une étude basée sur d'autres sources et propose un regard plus proche, scrutateur, de la chose coloniale dans la réalité quasi quotidienne de son déploiement et de son évolution.

2Le livre de F. Cresti revêt ainsi à notre sens un double intérêt, tant au niveau de la présentation des sources, que pour ce qui concerne l'analyse des faits. Il s'y trouve une importante base documentaire composée essentiellement d'une bibliographie très fournie, présentée par thèmes, ainsi et surtout que du descriptif de nombreux fonds d'archives complètement inédits. Celui de l'Institut national de la prévoyance sociale (Istituto nazionale della previdenza sociale, INPS) à Rome ; celui du ministère des Affaires extérieures (Ministero degli Affari esteri) encore à Rome ; celui de l'Institut agronomique d'Outre-mer de Florence (Istituto agronomico per l'Oltremare di Firenze) ; et enfin, celui du Public Record Office de Londres. Le second intérêt, et non des moindres, est de nous proposer également un travail d'une grande précision, riche en citations, tableaux et chiffres analysés, qui sont d'une grande aide pour la compréhension d'un procesus complexe et riche en événements.

3L'ouvrage se divise en quinze chapitres dans lesquels sont exposé, de manière chronologique, les différentes étapes que connut l'émigration italienne en Libye de 1935 à 1956 (date des derniers accords italo-libyens concernant l'héritage colonial). Cependant, dans un esprit didactique, l'auteur ne manque pas de nous faire un bref rappel des événements qui ont précédé cette période. En effet, après la conquête de la Tripolitaine par les Italiens en octobre 1911, plusieurs commissions d'enquête furent envoyées en Libye pour évaluer, d'une part, tous les aspects du grave problème que posa rapidement la question de l'émigration italienne dans les premières années de l'occupation (aucune loi n'en prévoyait les modalités, pas même celle de 1923) et, d'autre part, pour définir les réelles possibilités de développement du territoire conquis sur les Ottomans. Il était régulièrement question alors de promouvoir la recherche et l'expérimentation dans les actions coloniales et notamment dans le domaine agricole. À ce propos, en 1926, un comité permanent pour l'émigration interne (devenu en 1931 le Commissariat pour l'émigration) - destiné à organiser et à contrôler le déplacement de la main-d'œuvre des zones surpeuplées et frappées par le chômage vers des zones susceptibles d'être développées - fut créé. Ce comité joua par la suite un rôle primordial dans l'organisation de l'émigration rurale vers la Libye dès la fin des années trente (cf. les lois de Mussolini).

4C'est dans ce même esprit que l'auteur étudie, au début de son ouvrage, les premières interventions de l'Institut national fasciste de la prévoyance sociale (INFPS) dans la mise en place du programme de la colonisation agricole en Libye (plus précisément sur la côte fertile). Dès 1934, le président de l'INFPS, Giuseppe Bottai, proposait, dans une lettre, de l'intention du ministre des Colonies Emilio De Bono, de mettre en œuvre un programme d'intervention que l'Institut reprit ensuite partiellement à son compte. Bottai affirmait qu'il avait l'intention de démarrer une première expérience sur une superficie de 5 000 ou 10 000 hectares, à choisir dans les zones de Misurata et Gasr Daùn. Une fois l'approbation ministérielle obtenue, l'Institut se lança dans un plan de lotissement des terres choisies. Après avoir exposé la situation géographique de tous les lots (Tarhuna Kussabat Homs, Bir Terrina…) l'auteur passe à la présentation des différentes phases de colonisation.

5La première phase fut, en quelque sorte, la première expérience de colonisation de l'INFPS à Bir Terrina. L'auteur en observe toutes les étapes en livrant l'origine géographique des migrants (par exemple sur 45 000 demandes envoyées pour la sélection des colons, 1 890 familles furent retenues dont 1 400 familles provenant des provinces septentrionales et 400 des méridionales) et les critères de sélection des familles destinées à émigrer (familles nombreuses, de bonne moralité, celles dont le chef de famille avait adhéré au Parti fasciste). Foisonnant de détails, cette étude apporte des renseignements tant sur le nombre de personnes qui ont constitué le corps de la colonisation que sur la politique menée à cette époque. C'est ainsi que nous apprenons par exemple que, sur 400 familles, soit 3 491 personnes, il y avait 1 466 hommes, 761 femmes de plus de 15 ans et 1 264 enfants sur lesquels 837 étaient analphabètes. Nous y découvrons également, dans une tentative de resituer l'histoire de l'émigration massive des Italiens et la colonisation de la Libye, l'importance que revêtait cet institut (INFPS) aux yeux de Mussolini et d'Italo Balbo.

6Après avoir présenté la manière dont se réalisa l'acquisition des concessions privées, leurs liens étroits avec l'INFPS - qui constituait une nouvelle étape et devenait le point capital dans le projet de colonisation démographique - l'auteur en arrive à ce que l'on appela "I Ventimila" (les Vingt-mille) en référence à la colonisation démographique de l'année XVI. Sous la pression de Mussolini l'INFPS élargit en effet le programme d'action coloniale à partir de 1937. Cela se concrétisa par de nouveaux projets sur la Libye, en particulier celui élaboré par le gouverneur Balbo : une émigration rurale effective en 1938, composée de 20 000 colons. Le projet, et la loi qui s'ensuivit, s'accompagnèrent d'un voyage symbolique de Mussolini en Libye, illustrant la vision stratégique impériale, en arrière-fond idéologique, à l'émigration, conçue désormais comme un des moteurs essentiels de la mainmise sur le territoire libyen.

7Une fois décrits le programme de colonisation pour l'année 1939 et sa réalisation, l'auteur en arrive au compte rendu (économique) de la colonisation démographique intensive, ce qu'il fait en relevant les problèmes auxquels les familles furent confrontées durant le gouvernement Balbo (comme ceux liés à l'eau, l'expulsion des Libyens des villages de colons, les mesures prises à l'encontre des femmes italiennes qui fréquenteraient un musulman etc.). F. Cresti nous montre comment tout cela amena, peu à peu, d'une part une politique contre les Libyens, laquelle déboucha sur la création de villages destinés aux agriculteurs musulmans en Libye orientale (la partie occidentale étant réservée aux colons) ; et, d'autre part, à la recherche d'une extension coloniale en Cyrénaïque en créant de nouveaux villages de colons. Le programme de colonisation de 1940, énoncé l'année précédente par Balbo, et la période de la guerre sont analysés avec de nombreux documents mettant en relief les nouvelles directives dans un contexte de mauvaises récoltes dues aux déplorables conditions climatiques rencontrées.

8Avec la fin de la Deuxième Guerre mondiale, arrive la période de la British Military Administration et son cortège de problèmes de gestion des biens fonciers, auxquels vont être dorénavant confrontés les propriétaires-colons en Libye. Cette partie, ainsi que celles qui suivent, constituent de nouvelles et importantes étapes que F. Cresti démêle en prenant soin de guider le lecteur dans une multitude d'événements qui relevaient à la fois des contextes internationaux, nationaux et locaux. Du reste, la phase de l'après-guerre fut marquée par l'intervention des Nations Unies dans la question de la propriété coloniale durant les années 1946-1947 et une baisse notable des familles italiennes en Libye. Le traité de paix signé à Paris le 10 février 1947, et imposé par les quatres puissances de l'époque, prévoyant selon l'article 23 le renoncement de la part de l'Italie à toute activité dans ses anciennes colonies africaines, ainsi que la décision des Nations Unies de la création d'un État indépendant, allaient, de nouveau, soulever la question des biens fonciers en Libye. F. Cresti propose une fine analyse du statut du bien foncier dans ce contexte du conflit entre les Anglais, qui voulaient éliminer la présence italienne, et particulièrement celle de l'État sous toutes ses formes, et les populations italiennes demeurées sur place.

9Tractations et concertations italiennes sur l'avenir des organismes de colonisation durant les années 1949-1951, problèmes de la reconnaissance des biens fonciers mettant en scène l'INPS (ex-Institut national fasciste de la prévoyance sociale, INFPS), l'auteur montre bien la complexité de la question posée à propos des activités de cet institut : agissait-il de manière autonome ou mandaté par l'État ? De cet écheveau, F. Cresti traite tous les points juridiques concernant les liens entre l'État et cette institution. Par exemple, se posait la question du caractère privé ou non de l'INPS sachant que l'État ne concourrait aucunement au capital de l'institut. Agissait-il comme un organisme privé ou comme une antenne de l'État ? Question déterminante pour juger de la légalité de son action en Libye. Un débat d'autant plus important que le douzième chapitre de ce livre traite justement de la reprise de l'activité de colonisation agraire italienne à l'aube de l'indépendance libyenne.

10L'ouvrage se termine par l'étude de la Relazione sulla colonizzazione contadina della Tripolitania (Rapport sur la colonisation paysanne de la Tripolitaine) d'Armando Maugini (ministre des Affaires extérieures), le nationalisme libyen et la colonisation agraire et enfin les accord italo-libyens de 1956. Là encore, il fut question du statut des biens fonciers des Italiens en Libye. Les tractations libyco-italiennes s'étendirent sur plusieurs années car on n'arrivait pas à trouver un terrain d'entente, et ce, en dépit de l'invitation d'une délégation italienne à Tripoli en 1953 pour aplanir justement tous les litiges. Les Libyens réclamaient de l'Italie une substantielle réparation pour les dommages causés pendant les années de guerre et pour l'occupation subie. Les Italiens débattaient encore de la question des biens fonciers, et particulièrement de leur caractère privé ou public, lequel devait décider de manière décisive de leur inclusion dans l'accord de règlement.

11Avec cette étude et les conclusions que Federico Cresti en tire, l'histoire des colonies italiennes en Libye ne sera désormais plus à ses débuts, grâce à l'acuité de ses analyses. L'autre apport stimulant est la preuve donnée par F. Cresti de l'existence de sources nombreuses et de qualité, encore inexploitées, promesse de travaux à venir tout aussi importants4.

Haut de page

Notes

1 Une première synthèse sur la présence italienne en Libye fut publiée par DEL BOCA Angelo, 1988, Gli Italiani in Libia, 2 vol. : vol. I, Tripoli bel suol d'amore, Laterza ed., Roma-Bari, 1986 ; vol. II, Dal fascismo a Gheddafi, Laterza ed., Roma-Bari.
2 FOWLER Gary Lane, 1969, Italian Agricultural Colonization in Tripolitania, Ph. D. dissertation, Department of Geography, Syracuse University.
3 SEGRÉ Claudio, 1978, L'Italia in Libia. Dall'età giolittiana a Gheddafi, Feltrinelli ed., Milano, dont l'édition originale fut publiée en anglais : Fourth Shore.The Italian Colonization of Libya, The University of Chicago Press, Chicago-London, 1974.
4 Illustration de ce regain d'intérêt pour l'étude en profondeur des réalisations coloniales italiennes, Mia Fuller a traité dans un grand chapitre de son livre (fruit d'une recherche doctorale) la question des villages coloniaux en Libye à l'instar de F. Cresti, mais en élargissant le champ d'investigation aux villages pour Libyens créés par les Italiens en Érythrée, en Somalie et même en Italie. Fuller Mia, (à paraître), Colonial Constructions : Architecture cities and italian colonialism, Routledge.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Lafi, « Federico, Cresti, Oasi di italianità. La Libia della colonizzazione agraria tra fascismo, guerra e indipendenza (1935-1956), Torino, Società Editrice Internazionale, décembre 1996, 298 p. (Préfacé par Salvatore Bono, complété par un index des personnes et des lieux). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2380

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page