Navigation – Plan du site
Lectures

A. Yerolympos , s.d. [1998], Urban transformation in the Balkans (1820-1920), Aspects of Balkan Town Planning and the Remaking of Thessaloniki,Thessalonique, Univ. Studio Press.

Jean-Luc Arnaud
p. 317-319

Texte intégral

1Composé à partir de plusieurs textes de conférences et de cours destinés à des étudiants en planification urbaine, ce livre traite de l'urbanisation des villes balkaniques au cours de la période de construction des états de cette région, entre 1820 et 1920. A. Yerolympos, architecte, s'intéresse à la forme de ces villes et à la législation afférente plutôt qu'aux sociétés qui y résident et qui les fabriquent.

2Durant la période considérée, les nouvelles frontières imposent de nouveaux réseaux urbains dont la hiérarchie se recompose ; plusieurs villes qui étaient des chefs-lieux provinciaux dans l'Empire ottoman deviennent alors des capitales. Si c'est à la Grèce que la plus grande part de ce livre est consacrée, il traite aussi des autres villes, petites et grandes, de Roumanie, de Bulgarie et de Serbie. Pour illustrer les descriptions de leurs transformations, présentées le plus souvent comme une suite d'événements, une abondante iconographie de documents parfois rares constitue une documentation précieuse. On regrettera seulement l'absence de toute tentative d'homogénéisation (des échelles en particulier) qui ne facilite pas les comparaisons.

3Dans le contexte d'une production d'espaces urbains dont la morphologie doit avant tout se démarquer de celle de la ville ottomane considérée comme archaïque (16), ce livre cherche les multiples sources des projets de fondation, de reconstruction ou de transformation des villes. C'est en Europe du nord et dans ses extensions coloniales qu'elle semble découvrir des éléments de réponse. Mais la juxtaposition de plans de villes mises en place dans des conditions très différentes, sur la base des similitudes formelles de leurs réseaux viaires, sont parfois peu convaincantes. Par exemple, les pages 34-35, qui mettent face à face le plan de Caracas, celui de Montpellier et celui de Saint-Petersboug avec celui de Thessalonique, nécessitent sans aucun doute une explication qui fait défaut.

4Au-delà de sa quête des origines formelles, l'auteur note que les transformations des tissus anciens sont toujours accompagnées par la construction de nouveaux édifices tels que des palais royaux, des bâtiments administratifs ou encore des lieux de culte chrétiens (18). C'est au sujet des plans des villes grecques que l'analyse morphologique est la plus détaillée, ils sont regroupés en trois périodes. La première est celle de la ville néoclassique, le plan d'Athènes de 1833 en constitue l'expression la plus accomplie. À partir de 1880, les grilles régulières, interprétées comme des tracés hypodamiens, sont les plus prisées (25). Enfin, la dernière période, qui débute vers 1910, n'est pas tant marquée par une référence formelle que par de nouvelles procédures de production de la ville qui ressortissent à la pratique de l'urbanisme planificateur (30).

5A. Yerolympos accorde beaucoup d'importance au rôle des minoritaires dans l'occidentalisation des villes et dans l'adoption des méthodes occidentales de planification durant la période ottomane, sans donner d'explications à ce phénomène (50). Suivant ce postulat, ce livre est empreint d'un fort accent anti-ottoman. Le pouvoir musulman d'Istanbul, par son despotisme et son organisation médiévale (sic), serait à l'origine d'un retard en ce qui concerne la planification urbaine. Ainsi, l'auteur oppose une période de stagnation, qualifiée de traditionnelle, durant laquelle le "joug"ottoman faisait obstacle à l'exercice de l'édilité, à une période de mutations qui serait postérieure aux indépendances et à laquelle elle consacre la plus grande partie de son livre. Les études de cas ne confirment pas toujours cette dichotomie. Ainsi par exemple, la Serbie, autonome à partir de 1815, ne dispose pas de règlement urbain avant le milieu des années 1860 alors même que les villes connaissent une forte croissance depuis le milieu du siècle (32). A contrario, Thessalonique a été dotée d'une organisation édilitaire locale (municipalité fondée en 1869) bien avant son rattachement à la Grèce en 1912.

6Le dernier chapitre, qui occupe pratiquement le tiers du livre, est consacré à la reconstruction de Thessalonique à la suite de l'incendie de 1917, au cours duquel une très grande part du tissu ancien, dont l'ensemble des quartiers bas où se concentraient les activités économiques, a été détruite. Sous le contrôle absolu de l'État, la reconstruction a été l'occasion d'une planification s'étendant bien au-delà des quartiers incendiés puisque les extensions projetées quadruplent la surface urbanisée, aussi bien vers l'ouest que de l'autre côté de la rade. L'auteur s'intéresse de près au projet élaboré par l'architecte français, E. Hébrard. Fondé sur une étude archéologique, il reprend les dispositions générales du plan antique (113). Hébrard proposait aussi de conserver la ville haute et de reconstruire le bazar à l'identique comme témoignage de l'état antérieur de la ville ; mais considérés comme des traces de "l'occupation" turque, ces lieux ont été éliminés avec l'assentiment de tous (114). C'est le mode de régulation d'éventuelles spéculations qui constitue la part la plus novatrice de l'expérience salonicienne. Compte tenu de l'impossibilité financière de l'état d'acquérir les quartiers incendiés pour en redistribuer les lots en fonction du nouveau plan, c'est au nom d'une association des propriétaires (fondée à cet effet) que l'expropriation a été prononcée. Ils recevaient chacun un titre (non cessible dans un premier temps) correspondant au montant fixé par une commission d'évaluation. Ce titre pouvait être échangé contre une nouvelle parcelle de terrain du plan Hébrard (115). La revente des terrains acquis suivant ce principe était interdite durant trois ans ; en cas de cession, la moitié de la plus value réalisée devait être versée à la municipalité pour financer la construction d'édifices publics (116). À partir de 1921, la négociation des titres distribués par l'association est autorisée, la demande croît rapidement, en 1924, les prix sont multipliés par six (118).

7Le livre s'achève par une bibliographie. Si le caractère soigné de sa présentation et la qualité de reproduction de son abondante iconographie en font de prime abord un "beau livre", l'impression générale qui dégage, à l'issue d'un examen plus appprofondi, est celle d'une organisation très approximative des données, qui n'en facilite pas la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Arnaud, « A. Yerolympos , s.d. [1998], Urban transformation in the Balkans (1820-1920), Aspects of Balkan Town Planning and the Remaking of Thessaloniki,Thessalonique, Univ. Studio Press. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2381

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page