Navigation – Plan du site
Lectures

Geneviève Humbert, Les voies de la transmission du Kitâb de Sîbawayhi. (Studies in Semitic Languages and Linguistics, XX), Leiden, E.J. Brill, 1995, xvi + 374 p., 21 pl.

Kinga Dévényid
p. 308-309

Texte intégral

1L'ouvrage de G. Humbert - dans lequel sont examinées les différentes transmissions d'une grammaire arabe qui est généralement considéré comme la plus ancienne - est le fruit de longues années de recherches.

2Le Kitâb de Sîbawayhi fut rédigé au lle/vIlle siècle. Bien que l'auteur soit considéré comme l'un des plus grands grammairiens arabes, on ne connaît rien de sa biographie, ce qui est bien illustré par le simple fait que même la date de sa mort est située dans une "fourchette" qui peut aller de 160-161/776-777 à 194/809-810. La même incertitude se trouve autour du Kitâb. Comme G. Humbert le démontre, "le Kitâb n'a en réalité pas été transmis du tout... Sibawayhi mourut prématurément... avant d'avoir eu le temps de prendre toutes les dispositions nécessaires à la transmission régulière de son livre" (p. 16).

3Actuellement, trois édition du Kitâb sont généralement utilisées, qui dépendent étroitement de l'une d'entre elles, celle de H. Derenbourg (2 vols, 1881-1889). Les éditions de Bûlâq (1898-99) comme celle de 'Abdassalâm Hârûn sont utiles par l'inclusion des extraits de commentaires d'al-Shantamarî et d'al-Sîrâfi qui facilitent la compréhension des vers-témoins et des passages plus complexes1. Mais en ce qui concerne le texte, la copie "A" de Derenbourg (BN de Paris, arabe 3987) est la base de toutes les éditions. C'est un manuscrit tardif comme l'établit G. Humbert du XVIIIe siècle, provenant d'Egypte, qui suit la recension d'al-Zamakhsharî. On peut donc voir que seul le fait d'avoir édité à un moment donné le nombre des manuscrits accessibles était très limité, ce qui est dû au hasard, a élevé une recension orientale à une position dominante.

4Le texte du Kitâb nous est actuellement connu par soixante dix-sept copies disséminées dans dix-huit pays. Sur ce nombre immense de manuscrits, seulement dix-sept sont restés inaccessibles à G. Humbert; elle a estimé en outre que onze d'entre eux étaient sans véritable intérêt. Il restait donc quarante-neuf manuscrits que l'auteur a examinés soigneusement, faisant une première distinction en fonction de l'ancienneté des copies : copies anciennes (de 35 1/962 à 547/1152) 6 manuscrits ; copies médiévales de main occidentale 4 manuscrits; copies médiévales de main orientale 16 manuscrits ; copies modernes 23 manuscrits. En analysant les manuscrits de différents points de vue codicologie, paléographie, histoire du manuscrit, etc. G. Humbert a réussi à établir que l'exemplaire, aujourd'hui perdu, du célèbre grammairien de Bagdad, Abû l-'Abbâs al-Mubarrad (mort en 286/900) est à l'origine de tous les manuscrits qui nous sont parvenus, et a fonctionné comme une véritable vulgate. G. Humbert a réussi à trouver un exemplaire du Kitâb conservé à Milan (sous la cote X 56) qui est ni daté, ni localisé, et dont même le nom du copiste est inconnu, mais qui se distingue de l'ensemble des manuscrits par ses gloses internes aussi bien que par son texte. Ce manuscrit est lié au nom d'Abû 1-Hasan Ahmad b. Nasr qui était un contemporain de Tha'lab (et donc aussi d'al-Mubarrad). Son Kitâb "semble relever d'une transmission parallèle à celle d'al-Mubarrad, par laquelle il n'a apparemment pas été influencé" (p. 185).

5Bien que les manuscrits actuellement connus n'apportent que peu d'informations sur les débuts de l'histoire de la transmission du Kitâb, jusqu'à l'époque d'al-Mubarrad, le travail précis de G. Humbert, et surtout la découverte et l'analyse du manuscrit de Milan, nous demande de traiter avec plus de précautions les éditions, et appelle aussi à la nécessité d'une réédition2.

6Aucun autre manuscrit arabe n'a été étudié avec tant de détails et avec une telle précision, ainsi l'oeuvre de G. Humbert est une leçon pour l'ensemble des études arabes.

Haut de page

Notes

1 Il faut souligner l'importance de l'inclusion de ces commentaires pour le lecteur. Bien que ces inclusions ne soient pas insignifiantes pour l'histoire du texte, elles sont issues d'une tradition éditoriale orientale qui pour le bénéfice du lecteur contient plutôt des commentaires et non des variantes provenant de manuscrits différents, contrairement à ce qui est le cas dans la tradition éditoriale occidentale.
2 Qui mériterait d'être faite sur CD-ROM, en présentant les variations et des gloses différentes dans une forme claire et facilement analysable.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kinga Dévényid, « Geneviève Humbert, Les voies de la transmission du Kitâb de Sîbawayhi. (Studies in Semitic Languages and Linguistics, XX), Leiden, E.J. Brill, 1995, xvi + 374 p., 21 pl. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2382

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page