Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Brun Jean-Pierre, Jockey Philippe, Techniques et sociétés en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, Paris, 2001.

Olivier Aurenche
p. 271-273

Texte intégral

1On doit féliciter J.- P. Brun et P. Jockey d’avoir réuni en un volume de 853 pages dédié à Marie-Claire Amouretti cinquante-deux contributions sur l’histoire des techniques qui témoignent de la vitalité de l’école française dans ce domaine. Mais l’arbre ne cache-t-il pas la forêt ? En effet, les chercheurs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence s’y taillent la part du lion (22 contributions) et le nombre des étrangers est réduit (sept, dont quatre issus de pays riverains de la Méditerranée). Connaissant la spécialité de la récipiendaire, auteur de l’ouvrage désormais « classique » (sans jeu de mot !) sur le Pain et l’huile dans la Grèce antique, on ne s’étonnera pas que la période gréco-romaine soit bien représentée (39 contributions). Les autres périodes (Moyen Age, époque moderne et époque contemporaine) sont couvertes chacune par trois contributions. On peut regretter qu’aucune ne porte explicitement sur le monde musulman.

2Dans un pareil ouvrage, le regroupement des articles est toujours délicat. Les éditeurs ont choisi un classement, non pas chronologique, mais thématique. Soulignant à juste titre la faiblesse des travaux théoriques – au moins en France – dans le domaine, ils ont consacré une première section (6 contributions) à l’épistémologie. Dans la première, Philippe Bruneau, archéologue et théoricien de l’archéologie, animateur de la revue Ramage, consacrée à ces problèmes, invite à « déconstruire la complexité du fait technique » avant de « définir…. , sur quoi porteront les processus historiques » (p. 31). Dans la même rubrique, Antoine Casanova souligne le rôle joué en France par André Leroi-Gourhan, André-Georges Haudricourt et Charles Parain dans la prise de conscience par les historiens, et pas seulement ceux de l’Antiquité, de la « place des forces productives humaines dans les transformations des grands types de systèmes sociaux ». Du point de vue méthodologique, le même auteur insiste sur l’intérêt à pouvoir « cumuler les avantages de l’enquête historique et ceux de l’étude ethnographique » (p. 91). De fait, la plupart des auteurs ont suivi les recommandations des deux éditeurs de tirer :

«  profit de la confrontation systématique et rigoureuse des sources textuelles aux sources matérielles, ne négligeant aucunement l’iconographie et empruntant, le cas échéant, ses problématiques à des disciplines voisines, telles l’ethnologie ou la sociologie » (p. 13).

3Tel est donc l’angle d’attaque des différentes études sur les techniques présentées dans l’ouvrage.

4Viennent d’abord les techniques corporelles (quatre contributions) où l’on aborde notamment l’abstinence à l’époque moderne (M. Bernos), le thermalisme à l’époque romaine et son « interprétation » aux xviiie et xixe siècles (x. Lafon), ou le rôle de l’idéologie chez les historiens de la médecine au xxe siècle qui « occulte » systématiquement la place de l’homéopathie (P. Josset).

5Les techniques agricoles occupent une place de choix avec quelques incontournables comme l’araire et la charrue (A. Ferdière et G. Forni), les meules dans l’Antiquité minoenne (H. Procopiou), phénicienne (J.-P. Morel) ou romaine (A. Drine) et les pressoirs grecs (M.H. Jameson) ou romains (J.P. Brun et R. Frankel). Ces deux dernières contributions portent sur le même objet, le pressoir de Caton, dont une reconstitution à Beaucaire souligne, en passant, le rôle de l’expérimentation dans l’histoire des techniques.

6Une étude sur la cuisson domestique du pain dans les campagnes au Moyen Age (N. Lécuyer) montre le rôle quotidien de la « plaque foyère » à côté du four, signe de luxe ou de fabrication industrielle. La rubrique suivante traite des techniques artisanales, avec l’accent mis sur les matériaux comme la pierre dans la sculpture (A. Hermary et Ph. Jockey) et l’architecture antiques (H. Tréziny et Cl. Vatin) ou, plus nouveau, la brique dans l’architecture grecque (A. Jacquemin et D. Laroche), ou le métal dans sa nature même (P. Villard) comme dans la fabrication de la vaisselle (S. Tassinari). Une étude sur le santon provençal tranche entre l’emploi de « l’argile fine » ou du « plâtre vil » (R. Bertrand). Les ateliers de transformation des produits animaux en Gaule romaine (M. Leguilloux) côtoient les ateliers minoens de parfumerie (M.A. Dubur-Jarriges) et une étude sur le jonc attire l’attention sur les significations symboliques de cette plante commune (J. M. Pailler).

7Quatre contributions portent sur les techniques hydrauliques, essentiellement le transport (D. Meeks, S. Collin Bouffier) ou l’élévation de l’eau (H. Amouric). On présente aussi une découverte archéologique exceptionnelle, celle d’une roue à aubes d’époque grecque classique à Marseille, destinée probablement à l’entraînement d’une machine complexe (Cl. Varoqueaux et J.M. Gassend).

8On traite ensuite des divers modes de transport : pédestre avec une fine étude sur le contenu de la balle des colporteurs à la période moderne (G. Audisio) ou roulant avec une étude sur la traction animale (C. Rommelaere et G. Raepsaet) ou les techniques de freinage (M. Molin). Les transports maritimes antiques, spécialité aixoise, sont particulièrement bien représentés, aussi bien avec une remarquable mise au point sur l’histoire de la discipline (P. Pomey) qu’avec une nouvelle hypothèse sur le bateau – ou rafiot – d’Ulysse (A. Tchernia). Les autres contributions portent sur les routes maritimes en Méditerranée orientale (J. Noureux) et les ancres en pierre (D. Kourkoumelis). On mettra à part la présentation (E. Rieth) – exhumation ? – du rôle joué dans les études d’architecture navale par la magistrale contribution de l’amiral Pâris qui, au xixe siècle, avait procédé à la description, au dessin et à l’analyse de plus de 800 embarcations vernaculaires dans le monde entier, en se concentrant sur les « bateaux traditionnels de travail ». Cette base de données constitue un instrument de travail irremplaçable pour les études d’architecture navale antique.

9Une dernière rubrique (Varia) regroupe des études d’histoire de l’art à visée plus (G. Hoffmann) ou moins (S. Blétry) anthropologique, de textes littéraires ou épigraphiques sur la fondation de Marseille, l’élaboration des lois en Grèce (F. Ruzé) ou le fonctionnement d’un culte à Délos (F. Salviat).

10L’ouvrage se clôt par une bibliographie générale de 1 350 titres, qui reprend l’ensemble des références citées par les différents auteurs et qui, accompagnée d’un index, constitue un utile instrument de travail pour qui souhaite approfondir ou élargir les perspectives tracées dans l’ouvrage.

11Ainsi, ce gros livre, dans sa diversité, témoigne-t-il de l’intérêt et de l’urgence qu’il y aurait à développer, dans l’enseignement de l’ethnologie en France, une véritable anthropologie des techniques autrement que, dans le meilleur des cas, par la biais des écrits des « pères fondateurs ». Si, vue d’Aix-en-Provence, « l’histoire des techniques se porte bien » (Introduction, p. 13), il n’en va pas de même dans l’ensemble de l’Université française, où, à part quelques exceptions, cette branche de l’ethnologie souffre d’un grave déficit d’enseignement. On continue à privilégier l’étude des textes au détriment du contact avec la réalité concrète. Si cet ouvrage pouvait contribuer à redonner à l’anthropologie des techniques la place qu’elle mérite, il aurait rempli son office.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Aurenche, « Brun Jean-Pierre, Jockey Philippe, Techniques et sociétés en Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, Paris, 2001. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 23 novembre 2004, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2387

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page