Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Marín, M. , Tejer y vestir : de la Antigüedad al Islam, Madrid, éd., Estudios Árabes y Islámicos, Monografías, Consejo Superior de Investigationes Científicas, 2001, 500 p.

Nada Chaar
p. 273-279

Texte intégral

1L’ouvrage constitue le compte rendu de deux journées d’études qui se sont tenues à Madrid les 11 et 12 novembre 1999 sur le thème « Identité et langage corporel : le vêtement en al-Andalus et dans d’autres sociétés pré-modernes ». La période traitée s’étend de l’Antiquité à la fin du Moyen Age. L’éditeur scientifique, Manuela Marín, présente ces journées d’études comme le résultat paradoxalement fécond de l’échec du projet initial de réaliser l’inventaire des restes textiles et le répertoire des sources écrites relatives au vêtement en al-Andalus. Dans l’introduction, M. Marín situe les recherches que cet ouvrage regroupe dans le cadre des problématiques héritées de la sémiologie, qui traitent le vêtement comme un ensemble signifiant. En effet, dans les sociétés pré-modernes et dans celles de l’Islam plus particulièrement, la correspondance supposée entre l’apparence et la valeur personnelle donne lieu à une normativité religieuse et juridique du vêtement. Mais cette correspondance n’est pas l’apanage de l’Islam : parmi les signes les plus évidents figurent ceux qui sont liés au sexe, qui donnent au vêtement féminin un rôle d’ostentation et font du tissage une activité éminemment féminine. M. Marín considère le vêtement comme un code qui laisse les étrangers aussi décontenancés que devant une langue étrangère. C’est à la singularité de ce code qu’elle attribue l’erreur des observateurs étrangers qui continuent à considérer le vêtement musulman comme immuable. Elle explique également cette erreur par la lacune des sources, en soulignant le monopole tenu par l’Occident sur le discours de mode. À ce titre, elle invite à considérer les contributions réunies dans l’ouvrage comme un moyen de révéler les carences de notre information et comme une tentative pour développer l’étude d’un domaine de l’histoire culturelle qui demeure insuffisamment exploré.

2L’ouvrage se compose de cinq parties traitant chacune d’un élément du système vestimentaire : les normes et les codes sociaux dans lesquels il s’insère, l’imaginaire qu’il reflète, les divisions de sexe qui s’y expriment, les éléments matériels qui le sous-tendent.

3La première partie de l’ouvrage explore les normes vestimentaires telles qu’elles apparaissent dans des textes normatifs religieux et juridiques. La contribution de M. J. de Azcárraga (« La indumentaria en el Antiguo Testamento : sus gozos y sus sombras », p. 15-41), étudie les normes vestimentaires implicites que recèlent les métaphores de l’ombre et de la lumière et les valeurs du bien et du mal dans l’Ancien Testament. L’auteur s’intéresse également à la matérialité du vêtement et d’un code vestimentaire qui repose sur des règles de pureté et des hiérarchies sociales. C’est un autre type de normes qui fait l’objet de l’étude menée par Roberto Tottoli (« Tradizioni islamiche sull’uso di tessuti e vestiti», p. 43-72) sur les hadith-s. L’auteur met à jour les contradictions d’une tradition religieuse issue d’un contexte historique particulier. Le seul domaine où la tradition ne se contredit jamais est celui de l’impératif fondamental, énoncé dans le Coran, de la modestie corporelle. A ce titre, les hadith-s ne font, aux iie et iiie siècles de l’Hégire, que reprendre, pour dénoncer le luxe croissant des élites gouvernantes et l’influence des cultures étrangères, un argumentaire élaboré au ier siècle. Les contributions de Cristina de la Puente (« Documentos jurídicos sobre el vestido en al-Andalus : los formularios notariales », p. 73-93) et de Rachid el-Hour ( « La indumentaria de la mujeres andalusíes a través de Zahrat al-rawd fî taljîs taqdîr al-fard de Ibn Bâq», p. 95-108) poursuivent l’étude des normes vestimentaires dans l’Islam à travers des formulaires notariaux des xie et xiie et du xive siècles. Ces sources permettent d’appréhender la valeur économique du vêtement et dans une certaine mesure la composition des garde-robes. Mais elles montrent surtout que le discours juridique sur le vêtement en al-Andalus s’insère dans un discours social qui le fait apparaître comme un élément fondamental de la définition de la personne humaine et de son rang. Les deux contributions s’intéressent particulièrement aux obligations vestimentaires de l’époux musulman, qui sont directement proportionnelles au rang de l’épouse.

4La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les signes et les symboles attachés au vêtement et au tissage. La contribution de Ricardo Olmos (« El simbolismo del tejer y el vestido en la Odisea », p. 109-136) étudie des liens métaphoriques et symboliques qui font du monde du tissage dans l’Odyssée un univers éminemment féminin que le poète affuble de valeurs contradictoires : valeurs positives liées à la vertu et à la virginité, valeurs négatives qui associent tissage et chant, tissage et enchantement. Mais surtout, l’univers du tissage tel qu’il apparaît dans l’Odyssée est le lieu d’un discours et d’une action proprement féminins : la tisseuse n’intervient pas seulement dans la trame du récit, mais également dans une entreprise cosmogonique. La contribution de Manuela Marín (« Signos visuales de la identidad andalusí », p. 137-180), insiste sur l’insertion du vêtement en al-Andalus dans un système de communication sociale régi par des codes visuels que l’auteur se propose de reconstituer à travers la littérature biographique religieuse et les chroniques. Si ces sources ne traitent le vêtement que de manière anecdotique ou en l’insérant dans des descriptions exemplaires, elles permettent du moins d’étudier le vêtement d’apparat et l’image vestimentaire que les élites religieuses entendaient donner d’elles-mêmes. Tandis que les élites gouvernantes s’arrogent l’exclusivité des matières interdites par la tradition et de l’ostentation, la lente élaboration du vêtement religieux andalou témoigne des tensions entre pouvoir civil et religieux qui aboutissent à une différenciation vestimentaire claire de ces deux catégories. Le vêtement est donc un signe d’identité qui distingue les musulmans des dhimmis et des chrétiens d’Occident, les Andalous des Berbères, la khâssa de la ‘âmma. La contribution d’Odile Blanc ( « La diversité vestimentaire à la fin du Moyen Age : formation d’un discours de mode », p. 181-197) confronte deux types de sources qui tiennent sur le vêtement un discours contradictoire : l’œuvre des chroniqueurs et des moralistes, les peintures de manuscrits. Si le discours des moralistes est celui d’une condamnation de la diversité vestimentaire au nom du refus de la nouveauté, les peintures de manuscrits datant du règne de Charles v donnent de l’aristocratie une image vestimentaire idéalisée. Certes, le discours n’est pas directement normatif, mais les traits d’une apparence rêvée commencent à y faire surface.

5La troisième partie traite des métaphores et des lexiques. La contribution de Diana Segarra Crespo (« ‘Coser y cantar’ : a propósito del tejido y la palabra en la cultura clásica », p. 199-217) met en lumière le lien métaphorique entre parole et tissage dans des univers culturels très éloignés dans l’espace et le temps. Mais elle met surtout l’accent sur l’imaginaire classique dans lequel le tissage reflète une image de la femme élaborée par les hommes. Néanmoins, cette activité permet à la femme de nouer des liens avec l’extérieur et de contribuer à la cohésion sociale. L’étude menée par Elisa Mesa Fernández (« Bordar las palabras : título y contenido en la literatura árabe clásica », p. 219-238) sur les noms de vêtements et d’étoffes dans des titres d’ouvrages d’adab s’étendant du ixe au xixe siècle montre que les métaphores textiles et vestimentaires y acquièrent une valeur performative. Elles construisent un univers psychologique qui convainc le lecteur que le livre le protègera contre l’ignorance en lui permettant de pénétrer dans un monde d’élégance et de confort. La contribution de Mona R. Bastawi (« Vestidos femininos en el Lisân al-‘arab de Ibn Manzûr », p. 239-253) s’intéresse aux noms de vêtements féminins selon une perspective lexicographique. Elle montre que les noms mêmes des vêtements féminins nous renseignent sur les centres de production, les producteurs, les circuits de commercialisation, les matières textiles et tinctoriales et la forme des vêtements. Ce tableau thématique complet du système vestimentaire musulman, s’il ne répond pas à toutes les questions, permet du moins d’entrevoir la diversité d’un répertoire vestimentaire féminin qui reflète les différences sociales et qui s’ajuste aux circonstances. C’est également une recherche de type lexicographique que nous livre la contribution de Xaime Varela Sieiro (« Tejidos y vestimenta de procediencia árabe en la documentación altomedieval gallega (900-1250) », p. 255-285). En datant l’apparition des noms de vêtement et d’étoffes, leur disparition ou leur changement de sens dans les documents notariaux galiciens, l’auteur décrit une double appropriation culturelle, linguistique et vestimentaire, accomplie par les élites religieuses chrétiennes.

6La quatrième partie, qui porte sur les différenciations sexuelles au sein du système vestimentaire, réunit quatre contributions. Celle d’Isabel Izquierdo (« La trama del tejido y del vestido feminino en la cultura ibérica », p. 287-311) s’intéresse au vêtement de la femme et à l’activité textile dans le monde ibérique entre la fin du ve et la fin du iiie siècle avant notre ère. A travers l’examen de documents archéologiques et iconographiques, l’auteur met en lumière les techniques du tissage, la place de cette activité dans l’espace domestique, les symboles textiles et vestimentaires qui s’insèrent dans des rites de transition et relient l’univers féminin à l’au-delà. Le vêtement et l’activité textile apparaissent comme des discriminants qui traduisent une différenciation des sexes et des rôles sociaux et une hiérarchie sociale. La contribution de Hadas Hirsch (« Setting borders : colours, patterns and textiles in women’s clothing according to hadîth literature », p. 313-326) poursuit la réflexion sur la différenciation des genres en étudiant la mise en place de barrières entre les sexes dans le discours religieux musulman. Les normes vestimentaires énoncées par les hadîth-s mettent en place une double séparation : en excluant la femme des interdictions relatives à l’ostentation, ils semblent affirmer son incapacité à poursuivre des idéaux religieux élevés. Mais en lui attribuant un vêtement dont le rôle majeur est de cacher sa sensualité et de la couper de la société, la société patriarcale islamique, tout en renforçant la distinction entre le public et le privé, renforce les relations de pouvoir qui opposent les sexes. C’est un autre type de discours normatif qu’explore la contribution d’Antonio Cea Guttiérez et Pilar García Mouton ( « Joyas para la mujer en las Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616 », p. 327-354). Les lettres que les émigrés espagnols envoient à leurs femmes pour les inciter à les rejoindre permettent de réaliser un tableau sommaire du système vestimentaire espagnol aux Indes. Mais le discours qu’elles révèlent fait avant tout apparaître le vêtement féminin comme ce qui doit être le reflet de l’honneur de l’époux et de sa position dans une société beaucoup plus mobile que celle de la métropole. Ce n’est plus le discours normatif mais le rôle du vêtement dans l’élaboration d’une identité locale qu’étudie Ángeles Vicente (« Imágenes marroquíes : el vestido como factor constructor de una identidad », p. 355-365) à travers des photographies et des entretiens réalisés auprès de femmes de la région rurale de Jbâla, au Maroc. L’étude montre que l’évolution de l’identité vestimentaire de la femme jibliyya depuis les années 1920 est surtout liée à des aspects économiques. C’est la fabrication domestique et la commercialisation du mendîl, l’un des quatre éléments caractéristiques du vêtement jiblî, qui a conjointement contribué à répandre cette pièce vestimentaire dans les campagnes environnantes et à maintenir l’usage des trois autres pièces dont la valeur comme signe d’identité a augmenté du fait même de la généralisation de la première.

7La cinquième partie explore la matérialité du vêtement. La contribution de Michael G. Moronyi ( « Clothing as an item of economic consumption in early islamic society », p. 367-378) montre que le vêtement musulman a fait dès le départ l’objet d’une production de masse et d’une commercialisation facilitées par le fait qu’il n’était ni coupé ni cousu, donc adapté à toutes les silhouettes. Dans les lettres de la Geniza du Caire et dans les inventaires de marchands et les comptabilités domestiques que recèlent les papyrus égyptiens, le vêtement apparaît comme un objet coûteux, qui occupe une place principale dans les budgets domestiques. La contribution de Fernando Valdés Fernández (« Algunas reflexiones sobre el estudio arqueológico de los tejidos de origen o procediencia andalusí », p. 379-393) invite à une remise à jour des méthodes de catalogage des textiles. L’auteur critique la marge d’erreur importante laissée par une datation des pièces fondée sur les seuls critères stylistiques et épigraphiques. La contribution d’Ana Cabrera Lafuente (« Caracterización de la producciones textiles en al-Andalus (siglos ix al-xiv) : estudios sobre tintes », p. 395-416) montre que l’étude des substances tinctoriales qui entrent dans la composition des étoffes permet de caractériser des centres de production textile. Les analyses ont en effet révélé que des substances tinctoriales différentes sont utilisées selon que l’étoffe provient d’Égypte ou de Perse, de la Péninsule ibérique ou de Sicile. Néanmoins, les substances révélées par l’analyse ne comprennent pas toutes celles qui sont citées dans les sources littéraires, ce que l’auteur explique par le fait que les pièces qui nous sont parvenues sont principalement des étoffes de luxe. C’est précisément sur les sources littéraires, qu’il s’agisse d’ouvrages d’agronomie, de botanique ou de hisba, qu’Expiración García fonde son étude des plantes textiles et tinctoriales andalouses (« Las plantas textiles y tintóreas en al-Andalus », p. 417-451). Elle dresse un tableau vivant des espèces agricoles et sylvestres en nous renseignant sur la date de leur arrivée en al-Andalus, les techniques de leur culture, les usages qui en sont faits et les centres de leur production. L’auteur montre que les sources agronomiques permettent de corriger certaines informations relatives à la production ou à la commercialisation des matières premières textiles que nous livrent les sources historico-géographiques. La contribution de Françoise Piponnier (« Le choix des couleurs, au féminin et au masculin : le cas du costume bourguignon xive-xve siècles », p. 453) utilise les inventaires de biens meubles conservés à Dijon pour étendre à la population rurale et urbaine des recherches jusqu’ici fondées sur les comptabilités princières. Si l’étude montre qu’au xive siècle la couleur a conquis les campagnes et que le vêtement joue de manière croissante sur le contraste des étoffes et des couleurs, le choix des couleurs reproduit les hiérarchies économiques et sociales. L’ouvrage se termine par une remise à jour de la bibliographie de l’archéologie textile proposée par Asunción Lavesa Martín-Serrano (« Tejidos islámicos : una aproximación bibliográfica », p. 473-498).

8L’ouvrage révèle donc un contenu thématique historique et géographique d’une grande richesse qui répond aux problématiques posées par le concept de système vestimentaire que Roland Barthes introduisit dans les années 1950, mais qui n’a donné lieu à des études historico-sociologiques du vêtement que depuis une trentaine d’années. L’utilisation d’un nombre important de sources et des approches de natures représentent pour l’étude du vêtement une contribution d’autant plus précieuse que les monographies aussi bien que les travaux sur le système vestimentaire des pays d’Islam demeurent rares, en dehors de recherches portant principalement sur le vêtement d’apparat et de la synthèse de Y. Stillman  publiée en 2000 sous le titre d’Arab Dress chez Brill. De nombreux articles insistent sur la nécessité d’une approche interdisciplinaire du vêtement qui permettrait de confronter des méthodes et divers types de discours pour compenser le caractère souvent anecdotique des références au vêtement dans les sources écrites et l’incertitude devant laquelle nous laissent les sources archéologiques. Une des richesses de l’ouvrage réside dans la démonstration qu’il fait de la possibilité offerte d’aborder, à partir de tous les types de sources, il est vrai avec des degrés de précision variables, les divers aspects du système vestimentaire.

9Néanmoins, la volonté d’intégrer l’étude du vêtement dans un cadre chronologique et géographique très large, correspondant à l’espace méditerranéen, tend à altérer la cohérence de l’ensemble. Certes, comme le souligne M. Marín dans l’introduction, la figure de la femme apparaît comme un fil conducteur reliant des problématiques et des thèmes d’étude très variés. Cependant, ce fil conducteur repose sur une étude conjointe du vêtement et des symboliques liées à l’activité textile, deux domaines qui se rattachent à différentes perspectives de recherche. Il est vrai que l’activité textile trouve sa place dans le système vestimentaire dont elle constitue l’arrière-plan matériel. Néanmoins, l’étude symbolique et métaphorique des relations entre activité textile et place de la femme dans la société relève d’autres problématiques que celles qui sont liées au statut de signe social du vêtement. Ainsi, le classement thématique des contributions induit des confusions entre signes, symboles et métaphores. Si l’on considère que la métaphore et le symbole mettent en place des relations de signification implicites entre un objet et son signifiant, les signes du code vestimentaire reposent sur des relations conscientes et revendiquées entre l’apparence et la place de l’individu dans la société. Les métaphores liées au tissage étudiées par R. Olmos dans l’Odyssée sont plus proches des rapports symboliques entre activité textile et féminité analysés par D. Segarra Crespo que des signes d’identité visuelle étudiés par M. Marín. De même, la troisième partie de l’ouvrage regroupe des études portant sur les relations symboliques et métaphoriques entre activité textile et statut de la femme ou entre les titres et le contenu des ouvrages d’adab et des études de type lexicographique. Cela induit une confusion entre un thème (les relations métaphoriques qui structurent l’imaginaire d’une société) et une méthode de recherche consistant à interroger le sens des mots et non les relations de sens entre les mots. De cette confusion résulte parfois une difficulté à suivre le fil de l’ouvrage et une impression d’hétérogénéité.

10Cela peut sans doute s’expliquer par le fait que l’étude du vêtement ou de la place de la femme dans l’Antiquité classique est menée selon des problématiques propres et en s’appuyant sur un type de sources particulier qui rend difficile son insertion thématique dans une recherche portant principalement sur le vêtement médiéval et andalou. La perspective structuraliste qui semble dominer une partie des contributions trouve là une de ses principales limites : la notion même de système vestimentaire, qui est au centre de la problématique exprimée par M. Marín dans l’introduction, suppose une délimitation historique et géographique claire de l’objet d’étude.

11Par ailleurs, on aurait souhaité que les deux journées d’étude donnent lieu à une réflexion sur certains éléments qui apparaissent en filigrane dans les diverses contributions. Dans l’introduction, M. Marín dénonce un discours occidental qui tend à surestimer l’immuabilité de ce qui est qualifié de « costume musulman ». À ce titre, on peut regretter que l’ouvrage n’interroge pas la notion de mode en tant que subversion des normes et des codes dans le cadre des pays d’Islam. Par ailleurs, si le vêtement est souvent étudié selon une perspective sociologique et sémiologique, et selon des problématiques qui explorent les relations de pouvoir au sein du corps social, on relèvera l’absence de réflexion approfondie sur la relation du vêtement au corps en tant que relation de pouvoir entre la société et le corps même de l’individu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nada Chaar, « Marín, M. , Tejer y vestir : de la Antigüedad al Islam, Madrid, éd., Estudios Árabes y Islámicos, Monografías, Consejo Superior de Investigationes Científicas, 2001, 500 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 23 novembre 2004, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2389

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page