Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Garcin J.C. , (dir.), Lectures du Roman de Baybars, Marseille, Éditions Parenthèses- MMSH, 2003.

Francis Guinle
p. 279-282

Texte intégral

1Dans un recueil d’articles parus dans L’Orient au cœur en l’honneur d’André Miquel, Jean-Claude Garcin écrivait le « Récit d’une recherche sur les débuts du Roman de Baybars », en forme de résumé de communications proposées à un séminaire qu’il diriga à Aix-en-Provence sur Le Roman de Baybars en 1998-1999. Le présent volume, Lectures du Roman de Baybars, est le fruit direct de ce séminaire et nous propose d’aborder ce texte sous différents aspects. Le volume de 318 pages est donc ainsi divisé en trois parties : « le Texte et son histoire », « Lectures » et « Le Public des histoires ». En plus des textes proposés par les auteurs cités plus haut, le volume comprend une chronologie (« Quelques dates pour suivre Le Roman de Baybars) et une bibliographie assez fournie (une dizaine de pages) fort utile malgré son agencement parfois peu pratique.

2Un des grands intérêts de ce recueil d’articles est qu’il met à contribution les plus grands spécialistes des divers aspects abordés dans l’étude du Roman de Baybars, littérature arabe ancienne et contemporaine, histoire médiévale et contemporaine, linguistique, qui tous ont accepté de mettre leurs connaissances et leur talent en commun. Pour ce qui relève des spécialistes de la littérature populaire et du Roman de Baybars lui-même, nous noterons la présence, bien sûr, de Jean-Claude Garcin, directeur du séminaire et instigateur de ce recueil, éminent historien de la période mamelouke, Jérôme Lentin, spécialiste des parlers du Moyen-Orient, en particulier de Damas, Jean-Patrick Guillaume, co-traducteur (avec Georges Bohas) du Roman1, et Thomas Herzog dont l’étude sur les derniers conteurs de Damas, et la thèse sur la genèse et le contexte socio-politique de Sîrat Baybars en font un des spécialistes occidentaux. La contribution de grands noms de la linguistique et de la littérature arabe, comme Pierre Larcher et Claude Audebert ajoute au prestige de ce recueil.

3La première partie du recueil part, pourrait-on dire, à la recherche du texte. Ainsi, Pierre Larcher présente les cinq « grandes » sîra qui ont fait l’objet de l’intérêt de certains chercheurs (en particulier des orientalistes), depuis la fin du xviiie siècle. Faisant ainsi le point sur la recherche, il présente les grandes caractéristiques de ces textes, en tant que genre particulier. Thomas Herzog, pour sa part, se concentre sur Sîrat Baybars et les différentes versions imprimées et manuscrites. Se servant de son étude comparative des titres d’épisodes dans vingt-deux manuscrits, et de celle d’un épisode particulier (« la Prise de Gênes ») il tente de retracer l’origine du Roman. Tâche délicate qui s’appuie sur une démarche systématique entreprise pour sa thèse dont l’article reflète les résultats et les conclusions. Jean-Patrick Guillaume met en relief les rapports qu’entretient le Roman de Baybars avec « la tradition du roman épique arabe », à  partir de thèmes communs, mais aussi de personnages types et de situations similaires. À travers ses analyses, on voit se profiler une « grammaire » du roman épique arabe qu’il conviendrait d’approfondir pour voir dans quelle mesure elle se distingue du concept plus général de la « grammaire » du récit, tel qu’on peut le trouver chez Propp, Brémond, ou encore Greimas. Concluant cette première partie, le texte de Jérôme Lentin sur les « variétés d’arabe dans des manuscrits syriens »  du Roman. À partir des traits linguistiques caractéristiques des textes écrits en moyen arabe, l’auteur compare une série de manuscrits d’origine syrienne, sur de courts extraits donnés en graphie arabe, en transcription et en traduction. L’ensemble fait apparaître « l’inévitable problématique écrit/oral » (109), et pose clairement la question de la nature même de ces textes.

4La deuxième partie du recueil (« Lectures ») propose essentiellement des lectures « historiques », c’est-à-dire, d’une part le rapport du Roman avec l’histoire, d’autre part l’idéologie qui sous-tend le texte, en particulier en ce qui concerne l’image du souverain et l’idéologie du pouvoir. Ainsi, Jean-Claude Garcin nous promène dans les hauts lieux du Caire, en particulier « Bayn al-Qasrayn » dont il retrace l’histoire, ce qui permet de mieux cerner la genèse et les développements successifs du Roman. La connaissance parfaite de l’auteur des règnes successifs de la période mamelouke lui permet de faire des rapprochements entre certains épisodes du Roman et des événements historiques parfois beaucoup plus tardifs que le règne de Baybars. C’est également ce que fait Nasr al-Dîn Naamoune dans un article dont le titre parle de lui-même « La “modernisation” de la vie de Baybars au xve siècle ». L’auteur voit en particulier dans le couple Baybars/‘U mân un reflet du couple historique Barqûq/Baraka. Les deux articles suivants montrent l’idéologie qui se dégage du Roman à travers l’image du souverain et du pouvoir (Yannick Lerible), et le rôle des saints (Denis Gril). Ces deux articles sont parfaitement complémentaires quant aux questions qu’ils soulèvent sur l’exercice du pouvoir, les rapports entre royauté et califat. Ainsi, Denis Gril arrive à la conclusion que le ou les auteurs « ont approché, de plus ou moins près, le sultan » (196).

5La troisième partie du recueil est consacrée à la performance, ou réalisation orale du Roman, et à sa réception. Commençant par une anthologie de textes sur les cafés du Caire, Jean-charles Depaule nous fait traverser les siècles, du xviie au début du xxe. On retrouve Thomas Herzog qui avait consacré son mémoire de maîtrise aux derniers conteurs syriens du Roman de Baybars (1994) et qui prolonge son étude en commentant une interview par Claude Salamé, chercheur à l’IFPO de Damas (ex-IFEAD), du dernier conteur qui exerce encore au café al-Nawfara, Abû Shâdî. Toujours dans la perspective de la réception, Claude Audebert parle du « public égyptien d’aujourd’hui et la littérature de Sîra », et sa notion de publics au pluriel, son rappel des travaux de B. Connely et S. Slyomovics (portant principalement sur Sîrat Banû Hilâl), le rappel aussi de l’importance de ce que Zumthor appelle la « performance », sont au cœur des questions que pose la réception des siyar. Éric Vial, enfin, tente un parallèle amusant et convaincant : « Entre Roman de Baybars et sagas occidentales contemporaines, parallèles et convergences ». Son étude ne porte que sur les quelques premiers volumes de Sîrat Baybars, et certains aspects, certaines affirmations méritent d’être nuancés. Les comparaisons portent surtout sur les feuilletons occidentaux du xixe siècle, et sur les BD telles que Tintin ou Asterix. Il y aurait beaucoup à dire et à redire sur cette analyse qui, si elle montre bien certaines similitudes, pourrait parfois paraître un peu réductrice.

6Chacun de ces articles a son intérêt propre. Il se dégage parfois cependant de l’ensemble une impression d’inégalité due certainement au fait que les auteurs n’ont pas tous utilisé les mêmes sources, et que celles-ci varient énormément d’un auteur à l’autre. Ainsi, Thomas Herzog a, pour son mémoire de maîtrise, puis de DEA, puis pour sa thèse, été en contact avec de nombreuses versions en arabe, des plus courtes aux plus longues, alors qu’Éric Vial, pour sa part, analyse les cinq premier volumes de la traduction de la recension alépine. D’autres s’appuient sur la version imprimée du Caire qui, si elle est assez volumineuse, n’atteint pas les dimensions de certaines recensions manuscrites, et n’utilise pas tout à fait la même langue que, par exemple la recension de Damas. Ce volume représente une contribution essentielle dans l’étude de Sîrat Baybars et de ce genre particulier de la littérature populaire arabe que constituent les siyar. S’il n’aborde que très peu finalement l’aspect purement littéraire, il reste indispensable à tout chercheur désireux d’aller plus loin, et montre à quel point le texte, quel qu’il soit, de Sîrat Baybars est source d’enrichissement et de plaisir.

Haut de page

Bibliographie

Garcin Jean Claude, (éd.), 2001, « Récit d’une recherche sur les débuts du Roman de Baybars » in Sanagustin F.  (éd), L’Orient au cœur en l’honneur d’André Miquel, Paris-Lyon, Maisonneuve & Larose, Maison de l’Orient méditerranéen : 73-77.

Haut de page

Notes

1 Publiée par Sindbad, Actes Sud (1986-1998) et seule version française, la traduction de Jean-Patrcik Guillaume et Georges Bohas se sert de la recension alépine de Sorat Baybars. Elle comporte à ce jour 10 volumes, représentant environ un sixième de l’ensemble du texte. Notons ici que Georges Bohas et Katia Zakharia sont en train d’éditer en arabe la recencion damascaine ; quatre volumes ont vu le jour représentant environ un cinquième de cette recension (Sorat al Malik al-Zâhir Damas, IFEAD, 2000-2004).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Guinle, « Garcin J.C. , (dir.), Lectures du Roman de Baybars, Marseille, Éditions Parenthèses- MMSH, 2003. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 08 décembre 2004, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2391

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page