Navigation – Plan du site
III. Lettrés et intellectuels au service de la transformation sociale

« L'Égyptien pour l'Égyptien » (1930-1931), campagne nationaliste économique et controverses sur l'identité1

Didier Monciaud
p. 355-380

Résumés

En 1930-1931, en Egypte, une association dénommée al-Misrî li-l-Misrî anima une campagne appelant au boycott des produits britanniques. Le célèbre intellectuel d'origine copte Salâma Mûsâ lança et dirigea cette association particulièrement populaire parmi la jeunesse éduquée. En 1930, un journal servit même de porte-parole à l'association et se lança dans une virulente campagne contre les Syriens d'Egypte, dénoncés comme étrangers et outils de la domination coloniale en Egypte. Première du genre, cette campagne fut une action de jeunes acteurs nationalistes adressée en priorité aux jeunes éduqués et attestant une sensibilisation aux dimensions économiques de la lutte nationaliste.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

  • 1  Ce texte est la version finale d'une communication intitulée « Al-Misrî li-l-Misrî (1931), Economi (...)

1Dans l'Egypte de 1930, formellement indépendante depuis 1922, mais encore sous le joug britannique, le célèbre intellectuel d'origine copte Salâma Mûsâ fonda une association dénommée « L'Egyptien pour l'Egyptien » (Al-Misrî li-l-Misrî). En septembre 1930, fut également lancé un hebdomadaire, al-Misrî (L'Égyptien) qui servit de porte-parole officieux à l'association.

2L'association et le journal cherchaient à promouvoir une conscience économique nationaliste en appelant au boycott des produits anglais. Cette campagne reflétait la sensibilisation grandissante aux dimensions économiques de la lutte nationaliste, dans le contexte de la crise mondiale. Sa nouveauté était aussi de s'adresser en priorité aux jeunes nationalistes issus des écoles et de l'Université, avec le soutien de personnalités célèbres.

  • 2  Le terme arabe utilisé est shawâm. Cf. Philipp, 1985.

3Al-Misrî li-l-Misrî mena en outre une campagne virulente contre la presse syrienne d'Egypte, et par extension contre les ressortissants syriens dénoncés comme « étrangers », « intrus » ou encore « outils de la domination coloniale en Egypte ». Il convient par « Syriens » d'entendre les Syro-Libanais d'Egypte immigrés sur les rives du Nil à partir du XVIIIe siècle, d'abord pour des raisons religieuses, notamment dans le cas des melkites, puis au XIXe siècle surtout pour des raisons à la fois démographiques, économiques et politiques2. Nombre de journaux égyptiens, parmi les plus célèbres, comme al-Ahrâm, avaient été fondés par ces émigrés syro-libanais depuis la fin du XIXe siècle. La campagne de Salâma Mûsâ, hostile aux Syriens d'Egypte, mit en relief les débats du temps autour de l'identité égyptienne.

Un nouveau type de campagne

  • 3  Sur lui, cf. la traduction de son autobiographie, publiée en arabe en 1947, Musa, 1961 ; V. Egger, (...)

4En quoi cette campagne de presse, d'un genre résolument nouveau, marqua-t-elle une rupture dans les débats intellectuels du temps ? Avant d'évoquer le déroulement de la campagne orchestrée par al-Misrî li-l-Misrî, rappelons la personnalité complexe de celui qui en fut le principal animateur : l'intellectuel copte Salâma Mûsâ (1887-1958)3. Le caractère novateur du personnage, premier socialiste arabe, explique le tournant que représenta son association.

  • 4  Il semble que Salâma Mûsâ n'avait pas bien compris le fossé qui séparait son fabianisme du parti c (...)

5Salâma Mûsâ, né dans la moyenne bourgeoisie copte, fit ses études secondaires au Caire. Il lut les journaux en vogue du temps, comme Al-Muqtataf ou al-Jâmi'a, et fut marqué par les articles de deux auteurs progressistes d'origine syrienne, Farâh Antûn (1874-1922) et Shiblî Shumayyil (1850-1917) qui fut le principal introducteur du darwinisme dans le monde arabe. Salâma Mûsâ estimait d'ailleurs que la lecture des journaux lui avait appris davantage que l'école. Il partit ensuite, en 1907, pour la France où il séjourna deux ans, s'intéressant à l'égyptologie. Un long séjour en Angleterre, de 1909 à 1913 (avec une parenthèse cairote en 1910), le familiarisa avec le socialisme fabien. Salâma Mûsâ avait également lu des auteurs aussi divers que Marx, Nietzsche, Tolstoï ou Dostoïevski. À son retour d'Europe, il collabora quelques mois au journal al-Liwâ', l'organe du Parti national (watanî) dirigé par Mustafâ Kâmil de 1900 à 1908. Il créa également al-Mustaqbal (l'Avenir), journal polémique, avec l'aide de son mentor Shumayyil, et publia plusieurs ouvrages dont, en 1910, le célèbre Avenir de Superman chez Dâr al-Hilâl. Il fut aussi l'auteur du premier ouvrage en arabe sur le socialisme en 1913 : ce court texte expliquait la faiblesse de l'Egypte par la domination coloniale et prônait la voie du socialisme à travers l'éducation. Salâma Mûsâ espérait que les principes socialistes pénètreraient graduellement les sphères du pouvoir. Sur le plan politique, il fut d'ailleurs l'un des fondateurs du parti socialiste égyptien, en 1921. Ce parti, très réformiste en réalité, fut admis au Komintern en 1923 et interdit en 19244.

  • 5  D'après Muqaddimat Superman, Le Caire, Dâr al-Hilâl, 1910 : 29, cité par S. Hanna et G. Gardner, 1 (...)

6C'est donc un intellectuel progressiste, l'un des premiers en Egypte à écrire sur le socialisme, mais aussi un homme proche des milieux intellectuels syriens, qui s'engagea dans la presse égyptienne dont il devint rapidement une figure importante. En 1914, il édita son premier hebdomadaire al-Mustaqbal, dont Shiblî Shumayyil était le rédacteur en chef. Le journal était marqué par un modernisme extrême, avec pour principaux thèmes l'évolutionnisme, les idées socialistes, le progrès industriel et une approche rationaliste de la religion. Salâma Mûsâ travailla ensuite à al-Mahrûsa, invité par sa compatriote, la femme de lettres May Ziyâda, pour quelques mois. Il retourna ensuite à Zaga-zig, sa ville natale, se consacrer à la lecture. En 1919, de retour au Caire, il participa à la révolution et entra à Dâr al-Hilâl, le groupe de presse fondé par le Syrien Jurjî Zaydân (1861-1914). De 1923 à 1929, il fut le rédacteur en chef de l'hebdomadaire Kull shay' et surtout de la revue mensuelle al-Hilâl sur laquelle il exerça une forte influence. Au cours de cette période, il publia neuf livres, et résuma en arabe un livre anglais au contenu ouvertement rationaliste et agnostique. Ses thèmes de prédilection restaient la civilisation, la culture, le progrès, comme tant d'auteurs du temps. Il défendit la liberté de pensée, prôna les réformes kémalistes et plaida pour le développement du dialecte dans la littérature. Il s'intéressait aussi, ce qui était moins banal, aux questions paysanne, ouvrière et féminine, et prônait la lecture de Rousseau ou Tolstoï. La dimension économique est partie intégrante, très tôt, de sa compréhension de l'histoire. Il explique par exemple, dans l'introduction de son livre Superman, que « la tâche la plus importante des Egyptiens reste la libération économique, de même que la libération intellectuelle »5.

  • 6  Kull shay', n° 84, 20/07/1927.

7Passionné par la philosophie sociale, il cherchait aussi à promouvoir la culture égyptienne ancienne au détriment de la culture arabe. Chantre d'un certain pharaonisme, il souhaitait revivifier la pensée et la vie égyptienne pharaonique dans la pensée égyptienne moderne. Virulent critique de la méthode classique dans les études arabes, il se déclara même partisan de l'arabe dialectal contre l'arabe littéraire. Il s'inspirait directement des idées et opinions littéraires contemporaines d'Europe, mais aussi des théories d'alors sur la psychologie, les sciences, les théories de l'hérédité et la psychologie du comportement. À titre d'exemple, un de ses articles porte ce titre caractéristique « Le bolchevisme en Egypte il y a 4000 ans »6. Il s'agissait pour lui de chercher dans la presse et la littérature européennes des thèmes et des problématiques pour les rattacher, autant que possible, à la situation égyptienne. Dans son admiration pour l'Occident, il n'hésita pas à écrire des éloges dithyrambiques de l'Angleterre.

8En 1929, il démissionna, plein de ressentiments, du groupe Dâr al-Hilâl pour fonder sa propre maison d'édition. De sérieuses divergences politiques s'étaient fait jour entre lui et Emile Zaydân, le directeur du groupe, qui avait, à ses yeux, le tort de se rapprocher du Palais (Egger, 1986 : 171). La dimension personnelle de cette démission n'est pas non plus à négliger. Salâma Mûsâ semble avoir été blessé par le chaleureux accueil réservé par le groupe de presse à deux autres journalistes, ses rivaux, Karîm Thâbit et Fikrî 'Abâza (Mahmûd, 1974 : 82). Cette rivalité constitua même pour lui, aux yeux d'un témoin, une question d'« honneur » (Mahmûd, 1974 : 82).

  • 7  Salâma Mûsâ, « Ilâ 1-qurrâ' », al-Majalla al-jadîda, n° 1, novembre 1929 : 3.

9Sa réaction consista à lancer son propre mensuel al-Majalla al-jadîda (la Nouvelle revue) dont le premier numéro sortit en novembre 1929, au prix de trois piastres. Adoptant le slogan « Culture, renouveau, soutien à la culture égyptienne et intérêts sémitiques de l'Egypte », le nouveau périodique avait pour objectif de « propager la culture parmi les masses »7. La nouvelle revue était d'ailleurs abondamment illustrée ; elle publia le premier roman de Naguib Mahfouz. Salâma Mûsâ restait, comme le montre son slogan, un avocat résolu du pharaonisme. Mais on retrouvait aussi dans son mensuel son vif intérêt pour les sciences exactes. La méthode du renouveau proposée s'inspirait de Diderot, Bernard Shaw, H. G. Wells, et citait en exemple pour l'Egypte d'autres pays non-occidentaux, tels la Chine ou le Japon.

10C'est d'abord avec al-Majalla al-jadîda, que Salâma Mûsâ amorça un « passage au cours de l'été 1930 d'une phase internationaliste à une phase nationaliste » (Egger, 1986 : 172). Il commença une vigoureuse campagne nationaliste qui appelait à mettre un terme à la domination étrangère sur l'économie égyptienne. Au centre de son combat, une lutte sans merci contre la presse syrienne : il se déchaîna contre « la présence de non-Égyptiens d'origine dans la presse égyptienne », qualifiés de dukhalâ' (i.e. « intrus ou envahisseurs », Mahmûd, 1974 : 83).

  • 8  Ismâ'îl Sidqî fut président du Conseil du 20 juin 1930 au 4 janvier 1933, puis du 4 janvier 1933 a (...)

11Le nouvel hebdomadaire, L'Égyptien (al-Misrî), que Salâma Mûsâ lança en septembre 1930 reprit, avec virulence, tous ces thèmes. La nouvelle revue affirmait être « une revue de l'Égyptien, un hebdomadaire politique égyptien » qui « porte l'étendard de l'égyptianité, prône le boycott des produits anglais et l'attaque contre la presse syrienne » (Mûsâ, 1993 : 106). La thématique de l'authenticité était au centre du journal et de la polémique. Cette thématique s'inscrivait dans une logique de confrontation avec les titres du groupe de presse Dâr al-Hilâl, stigmatisés comme syriens, donc étrangers. Le prix de vente d'al-Misrî était modique, une piastre, alors que le mensuel concurrent, al-Hilâl, était vendu alors une piastre et demi (Mahmûd, 1974 : 83). Avec ce nouveau projet, Salâma Mûsâ voulait résolument intervenir sur le terrain politique. Il insistait sur le rôle de la presse comme vecteur de propagation de la culture. Il n'oublia nullement de formuler de violentes diatribes hostiles à Ismâ'îl Sidqî, alors président du Conseil8, qui exerçait avec la faveur du Palais une quasi-dictature après avoir abrogé la constitution de 1923. Salâma Mûsâ dénonça encore les « féodaux » et autres « autocrates ». Al-Misrî s'interrompit après quatorze numéros : en décembre 1930, l'hebdomadaire fut finalement interdit par le gouvernement Sidqî après une série d'attaques contre le prince 'Umar Tusûn et la famille royale. L'association devait lui survivre.

12Al-Misrî était en effet étroitement lié à la création d'une association. Le journal servit d'organe à l'association al-Misrî li-l-Misrî, (L'Egyptien pour l'Egyptien) fondée au même moment (Mûsâ, 1931 : 64). L'association comme le journal avaient pour objectifs d'encourager les produits égyptiens, de combattre l'invasion de produits anglais et de populariser l'idée d'indépendance économique. Le projet d'une association nationaliste économique aurait été suggéré à Salâma Mûsâ par un proche collaborateur du journal al-Misrî. Le rédacteur présenta alors cette idée aux lecteurs.

  • 9  al-Misrî, n° 13, 27/11/1930, p. 2.

« Un de nos jeunes gens parmi les plus intelligents a suggéré la création d'une association égyptienne qui s'engagerait à ce que ses membres achètent égyptien et non étranger pour tout produit nécessaire. Pour l'adhésion, l'adhérent porterait un badge. Il le présenterait au commerçant ou à l'industriel égyptien. Ce dernier lui octroierait alors une réduction spéciale. Mais l'objectif de cette association n'est pas l'intérêt de ses membres. Il s'agit de promouvoir les industries égyptiennes, de revigorer les sentiments nationalistes en prêtant main-forte aux patriotes. Que les membres étudient les différentes industries et élaborent un guide où l'on indiquerait les noms des commerçants et industriels patriotes ! »9.

13L'objectif principal était d'amener la lutte nationaliste sur le terrain économique. Il fallait n'acheter aucun produit étranger si l'équivalent était produit en Egypte (Mûsâ, 1963 : 166). L'association al-Misrî li-l-Misri fut donc fondée dans ce but. Salâma Mûsâ et le jeune journaliste Hâfiz Mahmûd en furent élus respectivement président et secrétaire. Fathî Radwân évoque la réunion publique qui annonça la fondation de l'association, rue 'Imâd al-Dîn au centre-ville. Salâma Mûsâ prononça l'allocution de clôture après les discours de deux autres dirigeants de l'association (Radwân, 1967 : 252-53). « Il entra, se déplaçant avec des mouvements normaux, avançant comme s'il marchait dans la rue, sans but précis. Il prononça des propos léthargiques (...), sans aucune agitation, sans émotion comme s'il les lisait d'un papier » (Radwân, 1967 : 253). L'intellectuel qui possédait une plume superbe, se révélait être, selon Fathî Radwân, un piètre orateur... Ce défaut ne nuisit pas au succès de sa campagne.

14Les mots d'ordre de l'association étaient essentiellement dirigés contre la domination du commerce par les étrangers et les autres minorités présentes en Egypte. La lutte contre les produits anglais était naturellement privilégiée, et le serment d'adhésion résumait les principes fondamentaux du projet.

  • 10  Cité par G. Shûkrî, 1965 : 49, d'après Taqwîm al-Misrî li-l-Misri, p. 4 ; S. Mûsâ, 1933, 1439 ; Fo (...)

Je jure devant Dieu, mon pays et sur mon honneur de ne pas faire travailler un étranger, de ne rien utiliser d'étranger, sauf si je me suis bien assuré de l'inexistence d'une personne ou d'un objet égyptien qui dispenserait l'étranger, je promets de m'engager moralement à appliquer ce serment. Ce serment inspirera ma conscience10.

15Un tract affirmait de façon similaire :

  • 11  « Al-Misrî li -l-Misrî », in FO 141/vol 770/515/3/31.

Chaque Égyptien est membre de l'association par son patriotisme effectif et pratique, sans considération de cou leur politique ni de croyances religieuses, sans aucune hostilité envers une quelconque communauté ou peuple, simplement au nom de l'éveil (nahdd) économique et scientifique que soutient la constitution de la nation vivante, et que tout Égyptien proclame et réaffirme du plus profond de son âme11.

  • 12  Ce siège se composait d'une unique et modeste pièce (H. Mahmûd, 1974, 79-81) ; sur l'action de Hâf (...)
  • 13  S. Mûsâ, 1961, 138. Selon ce dernier, Ahmad Husayn aurait repris cette idée pour le projet de la P (...)

16L'association était ouverte à tous sans condition de race, religion, nationalité ou parti. Les tracts insistaient à plaisir sur son caractère non-partisan. L'association bénéficia du soutien de plusieurs personnalités influentes : des intellectuels (Amîn al-Khûlî, Muhammad Abû Tayla, Rashîd Rustum), ou des figures publiques (le prince 'Abbâs Halîm ou encore Muhammad 'Abd al-Samad, mécène et fondateur de plusieurs écoles privées) (Mahmûd, 1974 : 83). A l'exception de Salâma Mûsâ, les principaux animateurs de la campagne étaient de jeunes éduqués, étudiants ou lycéens. On y trouve l'étudiant Hâfiz Mahmûd, déjà mentionné, qui avait rencontré Salâma Mûsâ peu de temps auparavant au siège d'al-Majalla al-jadîda12. L'association comptait aussi parmi ses membres Fathî Radwân et Ahmad Husayn que la fondation en 1933 du parti ultra-nationaliste « Jeune Egypte » allait rendre célèbres. Ahmad Husayn représenta l'association al-Misrî li-l-Misrî à la Faculté de droit de l'Université du Caire ; mais il finit par rompre avec Salâma Mûsâ, en raison de sérieuses divergences tant au niveau des méthodes que des principes13. Notons enfin le rôle des frères Mustafa et 'Alî Amîn au sein de l'association (Amîn, n.d., 247-250). Ces jeunes lycéens avaient été particulièrement actifs contre le gouvernement autoritaire d'Ismâ'îl Sidqî en 1930. L'arrivée au pouvoir de ce dernier par un coup de force constitutionnel avait été suivie d'une sévère répression contre la presse. Plusieurs journaux furent interdits, dont al-Misrî, et le nouveau pouvoir procéda à l'établissement de lois très strictes en matière de censure. Mustafâ Amîn évoque pour cette époque « la mort de dix journaux en un seul mois » (Amîn, 245).

  • 14 Foreign Office, série l41/vol770/515/0/31/Cairo 03/03/1931, Keown Boyd.
  • 15  FO 141/Vol 770/515/11/31 ; 16/06/1931.
  • 16  FO 407/vol 215/J 1556/14/16/Sir M. Lampson to Sir John Simon 485, 28/05/1932.
  • 17  FO 141/ vol 693/ 1/90/32 Ministère Intérieur Euro Dept, n° DGO 19, Le Caire 08/06/1932.
  • 18  FO 141,/Vol 770/515/12/31, Residence, 18/06/1931.
  • 19 al-Ahrâm, 11/03/1931.

17L'idée d'intervenir au niveau économique n'était pas singulière pour l'époque. Tracts et articles appelant au boycott circulaient couramment au début des années trente. Un communiqué de presse, par exemple, appelait à acheter de préférence des biens fabriqués en Egypte14. Un autre invitait au boycott de tous les biens anglais, et suggérait en particulier de rejeter les marques Shell et Dunlop au profit de Mobil et de Michelin15. Un employé aurait même été surpris en train de poser un autocollant invitant à boycotter Shell16. Un rapport anglais précise que les consignes d'achat les plus diverses circulaient parmi les Égyptiens, pour le kérosène, les vêtements, l'alimentation, les chaussures ou les ustensiles les plus variés... On suggérait d'éviter certaines marques ou au contraire d'en choisir en priorité17. Certaines couches ou catégories sociales étaient invitées à participer activement à cette entreprise, par exemple les femmes de milieu aisé18 ou encore les écrivains19. Les jeunes issus des collèges et lycées étaient eux-mêmes sensibilisés au boycott :

  • 20  Ministère des Affaires Étrangères MAE/Afrique 1918-40/Égypte/vol 93/Légation en Egypte n° 89 Le Ca (...)

Un certain nombre d'étudiants et de collégiens se sont rendus à leurs écoles sans cravate et sans col, le cou entouré d'écharpes de cotonnades que l'on a fabriquées à Mahalla, mais cette manifestation n'a pas eu de lendemain. Il est à remarquer toutefois que le boycottage était prêché non seulement envers les marchandises britanniques, mais pour l'ensemble des produits étrangers et nous devons voir là une nouvelle manifestation des tendances xénophobes qui vont en augmentant dans la jeunesse égyptienne20.

18La jeunesse des écoles était bien la cible principale de la campagne d'Al-Misrî. C'est à elle que s'adressait ce message :

  • 21  Taqwîm al-Misrî, p. 4, cité dans G. Shukrî, 1965 : 50.

À présent, vous ne possédez l'Egypte que nominalement : ceux qui la possèdent, les étrangers, ne parlent pas votre langue et ne portent pas vos habits. Ils ont même un visage qui n'est pas identique au vôtre. Ces étrangers, ce sont eux qui possèdent la patrie égyptienne. Ils détiennent non seulement les principales banques du pays mais aussi ses commerces et ses industries21.

19Le rejet des étrangers avait pour corollaire l'exaltation de la fierté nationale. Les jeunes représentaient alors l'élément dynamique qui seul pouvait mener à bien cette tâche de redressement économique.

  • 22  Taqwîm al-Misrî, p. 6, cité in ibid.

O jeunesse égyptienne, assez traité avec les étrangers ! Que pas un d'entre vous n'achète quoi que ce soit chez eux ! Achetez, mais uniquement chez l'industriel ou le commerçant égyptien. C'est seulement ainsi que nous pourrons réaliser notre indépendance et faire de l'Egypte la propriété des Égyptiens22.

  • 23  « L'Égyptien à l'Égyptien », Le Journal du Caire, 12/05/1931.

20Réunions, manifestations, distributions de tracts, publications de communiqués de presse et d'appels23 furent les premières formes d'action de l'association L'Égyptien pour l'Egyptien. Celle-ci se préoccupa particulièrement de la question des vêtements, en appelant les Égyptiens non seulement à porter des habits confectionnés localement (Mûsâ, 1961 : 138), mais aussi à fabriquer des tarbouches blancs. L'idée fut même avancée de faire défiler dans les rues du Caire des manifestants habillés du costume national égyptien (Mûsâ, 1931 : 64). La nourriture étrangère était aussi dénoncée. Ahmad Mukhtâr al-Nadûrî, un membre de l'association vivant à Alexandrie, offrit un prix de 50 livres (une somme très élevée pour l'époque) à celui qui pourrait fabriquer du fromage à pâte cuite (gebna rûmî en dialecte) d'une qualité, d'un goût et d'une forme identiques à ceux d'un fromage importé (Mûsâ, 1993 : 108). Pour être hostile aux produits importés, l'association n'en reconnaissait pas moins leurs qualités !

  • 24  Salâma Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-miîriyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 193 (...)
  • 25  FO 141/Vol 770/515/3/31 Judicial adviser 12/3/1931 to Residence. Les animateurs avaient envisagé u (...)

21Le boycott des étrangers établis dans le pays au profit des commerçants autochtones devint une préoccupation importante. L'association publia ainsi une liste de marchands et manufacturiers à soutenir, liste imprimée spécialement par al-Majalla al-jadîda. Au début de 1931, lors de la première Exposition égyptienne pour le commerce et l'industrie, des membres de l'association distribuèrent des tracts portant les noms d'industriels, d'artisans et de commerçants avec lesquels les Égyptiens devaient travailler. Les étudiants et les élèves se déplacèrent à l'Exposition pour propager le message de l'association en faveur des produits égyptiens24. Ils devaient réitérer ce type d'action lors la Foire agricole. Trois élèves d'une école de Choubra furent même arrêtés à six heures du soir devant la Foire, en train de distribuer des tracts de « L'Égyptien pour l'Égyptien »25.

22Salâma Mûsâ chercha à encourager le métier à tisser égyptien (al-nawl al misrî) (Mûsâ, 1931 : 62-64). Il présenta un rapport à l'Association où il envisageait une action similaire à celle de Gandhi. Il chiffra même un tel projet, estimé entre 150 et 300 piastres l'unité, et envisagea la création d'une école d'enseignement du textile. Le projet devait permettre une généralisation du nawl sur l'ensemble du territoire. Il fallait en enseigner le maniement, puis fournir à chaque diplômé une unité. On évoqua aussi la possibilité pour chaque section locale de prendre en charge un nawl. Les adhérents auraient alors dû acheter et faire la promotion des produits (Mûsâ, 1931 : 62-64). Ces projets restèrent, à notre connaissance, sans lendemain.

  • 26  Salâma Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-mimyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 1933  (...)
  • 27  Les grands magasins appartenaient en effet à cette époque à des « égyptianisés », en particulier d (...)

23Finalement, une idée concrète devait se réaliser : l'établissement d'un magasin et d'une société commerciale qui serait un « établissement égyptien » purement autochtone26. L'implantation du projet rue Fû'ad, en plein cœur du quartier commerçant27 et en plein secteur européen de la capitale, avait une forte dimension symbolique. Mustafâ Amîn se souvient :

« à cette époque, on ne trouvait (là) aucun marchand égyptien. Seuls les noms comme Cicurel, Chemla, Albun ou Marchais, noms d'étrangers (Khawâga) venaient à l'esprit, absolument aucun nom égyptien » (Amîn, 252).

  • 28  Tal'at Harb, figure politique, s'investit après la révolution de 1919 dans le projet de création d (...)
  • 29  Cf. al-Majalla al-jadîda, n° 2, décembre 1933 : 1439-40.

24Tal'at Harb et la Banque Misr28 appuyèrent le projet. Ainsi s'ouvrirent le premier magasin de ce type, baptisé la Maison égyptienne (al-Bayt al-misrî), et une société de commercialisation de produits égyptiens29. Muhammad 'Abd al-Samad, vice-président de l'association et ancien directeur de l'Académie pour l'avancement de l'éducation à Choubra, avait offert un chèque décisif d'un montant de 1000 livres qui permit la création de la compagnie pour la vente de produits égyptiens (Mûsâ, 1961 : 139).

25L'animation et les formes d'intervention de la campagne procédaient d'une véritable « nouvelle méthode » (Mahmûd, 1974 : 84).

  • 30  M. al-Manjûrî, 1937 : 91-92. Le caractère ouvert, presque flou, de cette campagne permit d'ailleur (...)

« L'association al-Misrî li-l-Misrî n'est pas une association dans le sens connu. Elle n'a en effet ni local ni président. Mais elle est une association abstraite à laquelle participe le peuple dans son entier (sic). Chaque individu est donc convaincu de ses principes car ils constituent son credo et sa foi nationaliste »30.

  • 31  Cf. FO 141 /vol 770/515/3/31.
  • 32  Nidâ' min jam'iyyat al-Misrî li-l-Misrî bi-Shubrâ ilâ l-Misriyyîn al-ahrâr, in FO 141/vol 770/515/ (...)

26Malgré cette affirmation, un tract conservé dans les archives du Foreign Office porte la mention d'un siège ou du moins d'une adresse, 149 rue de la Reine Nazli, au centre-ville du Caire. L'adhésion coûtait cinquante piastres pour une année31. Hâfiz Mahmûd, élu secrétaire, voyagea beaucoup dans le pays (Mahmûd, 1973 : 135). Des comités locaux furent créés dans les différentes facultés de l'université au Caire mais aussi en province (à Alexandrie, bien sûr, à Mahalla al-Kubrâ et Tantâ, les deux grandes villes du Delta, mais aussi à Assiout). Il existait au Caire des comités par quartier, comme à Choubra32.

  • 33  YMCA est le sigle anglais pour l'Association des Jeunes Gens Chrétiens, influente association d'or (...)
  • 34  Salâma Mûsâ, « Injâzât al-wataniyya al-misriyya », al-Majalla al-jadîda, mai 1931 : 779-791.
  • 35 Ibid, p. 793.

27« L'attirance de la jeunesse », formule employée par Hâfiz Mahmûd (1974 : 84), résume parfaitement l'écho enthousiaste important rencontré par l'association auprès de la jeunesse scolarisée. Une estimation, sans doute exagérée, parle même de 10000 membres. L'essentiel du soutien provient de l'Université et des lycées (al-Râfi'î, 1949 : 325). Lors d'une conférence au YMCA33d'Assiout, Salâma Mûsâ appela à la réalisation par le nationalisme égyptien de l'indépendance politique et de l'indépendance spirituelle. Mais ceci ne suffit pas, poursuivit-il, il faut également réaliser l'indépendance économique34. Il réclama un soutien plus particulier pour les acteurs les plus résolus de leur action : les jeunes. Ils étaient à ses yeux la force motrice de toute cette dynamique. Il expliqua : « les soldats de ce jihâd, ce sont eux les jeunes ! »35. Certains jours, les jeunes qui portaient sur leurs épaules les responsables de l'association formaient d'impressionnants cortèges, comme dans le quartier cairote de Fûm al-Khalîg. Hâfiz Mahmûd souligne aussi le caractère novateur des slogans scandés. Il n'était pas question de soutien à des personnes mais d'appui résolu à la production nationale (Mahmûd, 1974 : 84).

  • 36 al-Misrî, n° 2, 12/09/1930, p. 7.
  • 37  D'après M. Amîn dans Egger, 1986,178, et al-Hilâl, septembre 1930, 7.

28L'appel au boycott des publications syriennes et à l'achat des journaux égyptiens semble avoir quelque peu réussi36. Il aurait même entraîné une baisse significative des ventes de la presse syrienne37.

  • 38  Nidâ' min jam'iyyat al-Misrî li-l-Misrî bi-Shubrâ ilâ l-Misriyyîn al-ahrâr, in FO 141/vol 770/515/ (...)

29Des sensibilités politiques diverses s'exprimèrent pendant la campagne. L'éventail était large, des nationalistes radicaux du futur courant Jeune-Egypte aux wafdistes (Mahmûd, 1974 : 84). Outre les frères Amîn, déjà évoqués, nous pouvons aussi mentionner de jeunes wafdistes dirigés par Zuhayr Sabrî à Assiout par exemple (Deeb, 1978 : 361). Un tract de la section de Choubra mentionne aussi le dirigeant Hamad al-Bâsil, 'Abbâs Halîm, le prince de la famille royale qui avait rejoint le Wafd ets'intéressait aux syndicats ouvriers, et la « mère de la nation », Safya Zaghlûl, veuve de Sa'd Zaghlûl, le fondateur charismatique du Wafd38.

  • 39  FO 141/Vol 770/515/0/31/ Cairo 3 Mars 1931, Euro Dept, Keown Boyd.

30Un comité de jeunes wafdistes fut créé pour encourager les biens manufacturés égyptiens39. Un comité similaire, peut-être le même, lança ce vibrant appel en mars 1931 dans Le Journal du Caire :

  • 40  Le Journal du Caire, 04/03/1931. cité in FO 407/vol 213/J 803/26/16/Sir M. Lampson to Mr A. Hender (...)

« Chaque fois qu'un Égyptien peut substituer un produit local à un produit étranger, il ne doit absolument pas hésiter à le faire. S'il est contraint d'acheter un produit étranger, il doit à tout prix éviter d'acheter tout article provenant d'Angleterre. Le boycott n'est donc pas dirigé en aucune façon contre les produits français, italiens, américains ou allemands, mais exclusivement contre la Grande-Bretagne »40.

  • 41  FO 407/vol 213/J 794/26/16/Sir P. Loraine to Mr A. Henderson n° 225, 28/02/1931.

31Certains titres wafdistes s'affirmèrent particulièrement favorables au boycott tels al-Fallâh al-misrî ou al-Diyâ'41. Les Britanniques ne tardèrent pas à s'inquiéter de cet appui wafdiste à la campagne al-Misrî li-l-Misri. Qu'un véritable boycott fût organisé ou non, ils craignaient que le Wafd ne profitât du mouvement pour rallier les forces nationales. C'est l'opinion du diplomate W. Smart, de retour d'un voyage dans le Delta au début de mars 1931.

  • 42  FO 407/vol 213/J 1032/26/16/Sir M. Lampson to Mr A. Henderson 284, 23/03/1931.

« Mon impression à Mansûra, où les étudiants ont commencé à porter des tarbouches blancs avec un pompon vert fabriqués localement, est [la suivante] : que l'agitation réussisse ou non à créer un véritable boycott des biens anglais, le mouvement offre un moyen fort utile de rallier les forces nationales autour du Wafd et de développer de manière générale les sentiments anti-britanniques »42.

  • 43  FO 407/vol 212/J 2873/4/16/Mr Hoare to Mr A. Henderson, Alexandrie, n° 403, 25/08/1930. Sur ce con (...)
  • 44  voir à ce sujet FO 407/vol 215/J 678/14/16/Sir M. Lampson to Sir John Simon télg 31, 01/03/1932 ; (...)

32Le Wafd entendait plutôt se servir du boycott comme moyen de pression sur les autorités britanniques pour les inciter à rouvrir des négociations directes qui déboucheraient sur un traité43. À la moindre perspective électorale, le Wafd, bénéficiant du soutien de l'immense majorité du pays, oubliait son hostilité intransigeante envers la Grande-Bretagne44.

33La participation réelle de nombreux wafdistes à l'association de Salâma Mûsâ n'empêchait d'ailleurs pas la vive méfiance du parti Wafd envers l'intellectuel. Celui-ci avait beau critiquer la royauté, les responsables du Wafd voyaient en lui un électron libre, et n'encourageaient pas les membres du parti à adhérer à l'association (Amîn, 252).

Le déclin de l'association

  • 45  R. Mûsâ, 1993 :107-108 ; sur la création de cette Académie, voir G. Shukrî, 1965 : 49.

34Mis à distance par le Wafd, Salâma Mûsâ devait se heurter à l'opposition du gouvernement Ismâ'îl Sidqî avec lequel il avait déjà eu quelques démêlés au moment de la fermeture de l'Académie Scientifique en 193045. Sa campagne dynamique menée dans le contexte d'un régime autoritaire ne pouvait mener qu'à la confrontation.

« I. Sidqî était un homme qui croyait en "l'ouverture" en matière économique, c'est-à-dire [à la nécessité de laisser] la porte grande ouverte à l'étranger. Notre compréhension politique évolua donc spontanément vers une opposition indirecte à sa politique » (Mahmûd, 1973 : 136).

35Les raisons de cette opposition n'étaient pas seulement idéologiques. Le journal al-Misrî avait eu le tort de s'en prendre au gouvernement Sidqî et de ne pas ménager ses attaques contre la famille royale. Il accusa par exemple le défunt khédive Tawfïq, oncle du roi Fu'âd, d'être un traître au pays. Il serait resté sur le toit de son Palais d'Alexandrie pour regarder l'attaque de la ville par les Anglais en 1882. L'hebdomadaire publia aussi les portraits de rois déchus au cours de l'histoire européenne, en expliquant que leur destitution était due à leur refus d'obéir à la volonté du peuple (Amîn, 252).

  • 46  Vernon Egger mentionne ainsi cinq ou six titres. Nous avons trouvé un unique exemplaire d'un hebdo (...)

36Salâma Mûsâ, avec la campagne d'al-Misrî li-l-Misrî, avait donc gagné un crédit immense. L'intellectuel « devenait un dirigeant » (Mahmûd, 1974 : 84). Cette nouvelle stature politique irrita fortement le pouvoir (Mahmûd, 1974 : 84) qui ne se contenta pas de la fermeture d'al-Misrî, organe officieux de l'association. Il empêcha quasi systématiquement tous les projets éditoriaux ultérieurs de Salâma Mûsâ. A la suite d'al-Misrî, presque tous les nouveaux journaux lancés par ce dernier furent très rapidement interdits, la plupart dès les premiers numéros46.

37Mais ce ne fut pas la censure du gouvernement Sidqî qui entraîna directement le déclin de l'association. Les attaques décisives vinrent d'une contre-offensive de la presse syrienne du Caire. En réponse aux polémiques virulentes de Salâma Mûsâ, le groupe de presse Dâr al-Hilâl, possédé par les frères Zaydân, d'origine syrienne, réagit vigoureusement. Il profita d'un épisode ancien pour animer une campagne virulente contre Salâma Mûsâ, d'avril à mai 1931. L'influent hebdomadaire Al-Musawwar, principal titre du groupe al-Hilâl, publia en effet la photocopie d'une lettre manuscrite de Salâma Mûsâ datée d'août 1929 et adressée à Ahmad Kâmil, haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur (Mûsâ, 1993 : 124). Salâma Mûsâ y demandait l'autorisation de publier un journal copte. Ce document fut reproduit dans l'ensemble des revues du groupe Dâr al-Hilâl, faisant figure de pièce à conviction à la charge de l'auteur. Les différents périodiques du groupe dénoncèrent violemment Salâma Mûsâ comme un « traître » ou encore un agent de la sédition confessionnelle entre coptes et musulmans. Le coup, pour l'association, fut terrible et direct.

Ces numéros [d'al-Musawwar]étaient distribués gratuitement devant toutes les réunions où Salâma débattait toujours de l'idée d'al-Misrî li-l-Misrî (Mahmûd, 1974, 85).

  • 47  Cf. pour plus de détails, al-Musawwar, 24/04/1931, p. 2 ; 01/05/1931, p. 2 ; 08/05/1931, p. 2 ; 15 (...)

38Les articles d'al-Musawwar qui accompagnaient le document en question étaient d'une violence extrême. Ils visaient exclusivement la personne de l'écrivain et contenaient de multiples accusations de trahison. On reprocha tour à tour à Salâma Mûsâ d'avoir essayé de favoriser la sédition confessionnelle (la fitna) entre coptes et musulmans, d'avoir attaqué le Wafd et la personne de Sa'd Zaghlûl, de s'en être pris à l'arabité et à l'Islam. On l'accusa aussi d'être hostile à la culture orientale. On lui reprochait son « hérésie », son « libertinage », son orientation pro-occidentale, ses critiques contre la langue arabe, ou encore ses sympathies envers l'expérience sociale russe. On lui intenta aussi un procès pour athéisme. Il fut qualifié tour à tour d'infidèle, de communiste, et de païen ! Enfin, il fut accusé d'avoir servi, lorsqu'il travaillait à al-Hilâl, d'indicateur à la solde du ministère de l'Intérieur47.

  • 48  Sur tous ces événements, cf. M. Colombe, 1951 : 37-41.

39Pourquoi ce document était-il si accablant pour Salâma Mûsâ ? Sa date, pour commencer, condamnait son auteur : la lettre datait en effet d'août 1929, à un moment où le climat politique était très tendu, et le gouvernement illégitime aux yeux des nationalistes. Le roi Fu'âd avait dissous le Parlement en juin 1928, par un coup de force proche d'un coup d'État, et avait alors confié au président du parti libéral-constitutionnel, Muhammad Mahmûd Pacha, la charge de président du Conseil (du 27 juin 1928 au 2 octobre 1929). C'était choisir l'affrontement direct avec le Wafd ; Muhammad Mahmûd n'eut donc pas l'autorité nécessaire pour conclure un traité avec l'Angleterre, malgré ses pourparlers avec Henderson. Le Wafd revint ensuite au pouvoir grâce aux élections de décembre 1929, avant d'être évincé par un nouveau coup de force royal, celui qui abrogea la Constitution de 1923 et plaça Ismâ'îl Sidqî au poste de premier ministre48. Le scandale de la lettre éclata donc sur ces entrefaites dans un contexte de relations tendues entre le Wafd et le Palais. C'est ce que résume Fathî Radwân, un des principaux animateurs de l'association.

  • 49  Ahmad Lutfî al-Sayyid y était ministre de l'Instruction publique. La lettre était en réalité adres (...)
  • 50  F. Radwân, 1967 : 262. Nous pouvons, à l'instar de Vernon Egger, nous demander comment les respons (...)

« Les propriétaires de la maison d'édition [Dâr al-Hilâl]restèrent silencieux jusqu'à ce qu'ils obtinssent une arme. Ils la lancèrent alors en pleine campagne (...). S. Mûsâ devait y renoncer, meurtri. Les propriétaires avaient obtenu une lettre qu'il avait adressée à Lutfî al-Sayyid, alors membre du gouvernement Muhammad Mahmûd49. Il y suggérait que le gouvernement publiât un quotidien politique dont la direction soutiendrait le projet d'accord M. Mahmûd-Henderson (...). Or le Wafd avait décidé de refuser ce projet car le gouvernement (...), issu d'un putsch, ne représentait pas le peuple égyptien. Le boycott wafdiste fut appliqué avec succès. L'opinion publique dans le pays était à cette époque majoritairement wafdiste. La suggestion de soutenir ce projet [Mahmûd-Henderson] était pour elle une trahison »50.

40L'impact dans les propres rangs de l'association fut dévastateur. Si les personnes les plus proches de Salâma Mûsâ firent preuve d'une réelle compréhension, la base réagit mal, et considéra le document compromettant comme une compromission avec le gouvernement Sidqî (Radwân, 1967 : 263). Si Fathî Radwân ne parle que de « blessure » (Radwân, 1967 : 263), Hâfiz Mahmûd manifesta lors de cet incident un véritable rejet de Salâma Mûsâ (Mahmûd, 1974 : 85).

41Le mal était fait. Salâma Mûsâ rompit tout lien avec l'association. Expulsion ou démission forcée ? Nous ne pouvons le dire avec certitude, au regard des sources. Cette question pourrait être le fondement de la polémique avec Ahmad Husayn, un de ses adversaires selon son fils Ra'ûf Salâma Mûsâ (1993 : 127). L'association devait non seulement changer de président, mais aussi de siège et de nom ; elle s'appela désormais « Association pour l'indépendance économique » (Mahmûd, 1974 : 85). Il s'agissait, selon Hâfiz Mahmûd (1973 : 136), d'une simple tactique. On peut légitimement en douter. Ce choix même apparaît comme une réponse aux accusations d'anti-nationalisme arabe (Mahmûd, 1973 : 136).

  • 51  Al-Ahrâm, 18/02/1932.

42L'élection de la nouvelle direction eut lieu au Club de Commerce, situé rue 'Imâd al-Dîn au centre ville. La présidence revint à Abdallâh Fikrî 'Abâza, Mahmûd Sakar, Hâfiz Mahmûd et Fathî Radwân devenant secrétaires51. La campagne put ainsi continuer sous un nom nouveau. « Avec ces changements, nous sauvions l'idée de Salâma Mûsâ de sa disparition » (Mahmûd, 1974 : 85). La nouvelle forme de l'association poursuivit ses interventions, mais sans jamais retrouver l'audience de la première époque. On en trouve ainsi trace au début de 1932, à l'époque de splendeur du Plan Piastre dont Hâfiz Mahmûd et Fathî Radwân furent des responsables importants (Monciaud, 1995b : 113-127).

43Salâma Mûsâ s'orienta pour sa part, après un certain silence, vers de nouvelles activités journalistiques. Il continua de publier sa revue al-Majalla al-jadîda, il écrivit dans al-Balâgh avant de rejoindre quelques années plus tard le journal confessionnel copte Misr. C'était incontestablement l'aveu d'un échec.

L'expression d'une conscience économique nationaliste

  • 52  H. Mahmûd, 1973 : 134-135. Lutfî al-Sayyid, formé à l'Ecole khédiviale secondaire du Caire puis li (...)

44Épisode bref, la campagne d'al-Misrî li-l-Misrî n'aura battu son plein que quelques mois, de la fin 1930 au printemps 1931. Mais il faut revenir sur les multiples significations que recouvre l'événement. Au-delà du boycott des produits étrangers et de la promotion des produits nationaux, l'objectif premier de cette campagne était donc de « promouvoir une conscience économique nationaliste » (Mûsâ, 1961 : 134). Son credo s'inscrit très explicitement dans la lignée du nationalisme égyptien. Il reprend le fameux slogan L'Égypte aux Egyptiens de la révolution urabiste de 1882 et d'Ahmad Lutfî al-Sayyid (1872-1963) au début du XXe siècle dans son journal Al-Jarîda. Hâfiz Mahmûd estimait lui-même que Salâma Mûsâ « renouvelait le credo de Lutfî al-Sayyid »52. Dès 1931, il avait rappelé cette filiation historique en résumant ainsi le message de l'association :

  • 53  Hâfiz Mahmûd, « Misr li-I-Mùriyyîn », Al-Majalla al-jadîda, avril 1931, p. 736.

« Le plus fort des nouveaux principes n'est-il pas celui de l'indépendance économique, avec tout ce qu'elle nécessite ? (...). Qu'elle soit le principe fondamental de cette jeunesse égyptienne qui portera dans peu de temps les responsabilités de l'Egypte (...) Nous la réclamons, nous qui renouvelons la révolution contre l'occupation matérialiste que les étrangers nous imposent. Nous crions donc l'Egypte aux Égyptiens »53.

45Ce fort sentiment nationaliste prenait une forme particulière. Il correspondait bien à « un nouvel esprit, une nouvelle dimension » (Mûsâ, 1961 : 139) où apparaissait pleinement le facteur économique.

46Pas de véritable indépendance sans économie authentiquement égyptienne. Salâma Mûsâ retraçait l'histoire de l'occupation britannique à la lumière du facteur économique et insistait, dans ses écrits, sur la volonté colonialiste d'entraver le développement économique du pays assujetti.

« Son véritable objectif est économique. Il s'agit de l'exploitation de la nation dominée par la nation dominante (...) Notre question égyptienne débuta avec la dette d'Ismâ"îl et notre incapacité à la régler. Elle se poursuivit ensuite avec le double contrôle, les intrigues des propriétaires de la dette, tels Rothschild et autres, pour que finalement l'Angleterre occupe notre pays et s'assure le paiement des parts de dette. (...) L'Angletetre ne nous laisse de l'indépendance que le nom et son drapeau, comme elle ne nous laisse que le trône. Mais elle conserve les bénéfices économiques, elle garde les ministères et les administrations remplis de fonctionnaires anglais. (...) Notre question égyptienne reste donc, à la base, économique. Nous devons donc lutter avec des moyens économiques » (1963 : 167).

47Dans un autre article de l'époque, Salâma Mûsâ explique que l'objectif des Anglais est de faire du pays soumis une vaste plantation de coton, en y empêchant le développement industriel (Mûsâ, 1963 : 73). Il considère ainsi l'économie comme la clé (miftah) ou l'éperon (rnahmaz) dans la stratégie de domination (1963 : 167). Il opère, dans les priorités de l'action nationaliste, un véritable tournant.

48La campagne de boycott correspondit au moment où l'Egypte commençait à ressentir les effets de la crise économique mondiale commencée en 1929. Aux difficultés sociales s'ajoutait le problème politique avec l'échec renouvelé des négociations anglo-égyptiennes. Les jeunes issus des écoles ou de l'Université étaient plus particulièrement préoccupés par le thème économique, puisqu'ils étaient directement concernés par le problème des débouchés et le marché de l'emploi.

  • 54  Cf. par exemple al-Majalla al-jadîda, décembre 1930, p. 252-253.
  • 55  Cf. par exemple H. Mahmûd, « Tal'at Harb », al-Majalla al-jadîda, avril 1931, p. 915-919 ; S. Mûsâ (...)

49Ces jeunes devinrent donc, on l'a vu, le fer de lance des actions où la dimension économique était mise an avant. Nous avons déjà mentionné l'exemple des élèves de Mahalla al-Kubrâ qui abandonnaient les cravates européennes pour les remplacer par des écharpes fabriquées localement. Pour Jacques Berque, « c'est à ces petits détails que se reconnaissent les grands mouvements » (1969 : 466). Dans le contexte des négociations douanières, on n'hésite pas à demander au gouvernement d'agir en ce domaine et de protéger les industries locales des importations54. La glorification de Tal'at Harb, fondateur de la Banque Misr et du groupe du même nom, s'amplifie alors55.

  • 56  S. Mûsâ, « L'Inde, nation orientale », al-Majalla al-jadîda, février 1930, p. 401-406 ; Fathî Radw (...)

50Aux effets de la crise de 1929, s'ajoutent l'influence et l'exemple de Gandhi, ainsi que ses écrits et actions en matière de boycott. Ce modèle a été décisif pour la campagne d'al-Misrî li-l-Misrî (Radwân, 1967 : 251). Salâma Mûsâ et Fathî Radwân, les deux principaux dirigeants de l'association, signèrent des articles sur l'Inde dans al-Majalla al-jadîda avant de consacrer chacun un livre au légendaire dirigeant indien56 Intérêt significatif et, à l'époque, fréquent dans le monde arabe. En Tunisie, le Néo-Destour créé par Habib Bourguiba en 1934 reprit ce modèle indien et organisa le même genre d'opérations de boycott. Le mouvement de non-coopération en Inde a clairement inspiré les nationalistes dans de nombreuses colonies.

51L'idée semblait répandue en Egypte que l'Empire britannique pourrait bientôt être ébranlé, sinon mis à genoux par des méthodes identiques. Une note du ministère français des Affaires étrangères l'explique :

  • 57  MAE/Afrique 1918-40/Égypte/vol 93/Légation en Égypte n° 89, Le Caire 16/03/1931.

Les Égyptiens [sont] très frappés du succès remporté par Gandhi. Ils ne se rendent pas compte que la situation est ici toute différente. Il en est de même d'ailleurs en Palestine où l'on semble vouloir suivre la même voie. Les journaux ont donc publié un manifeste recommandant à la population de ne plus acheter de produits étrangers. Des associations se sont formées au Caire et en province pour encourager le retour au costume national et l'achat de vêtements fabriqués dans le pays57.

52L'impact de Gandhi et de ses actions était tout aussi important dans les rangs wafdistes. Certains demandaient que « Nahhâs fasse en Egypte ce que Gandhi faisait en Inde » (Amîn, 251-252).

  • 58  S. Mûsâ, 1934 : 50, cité par V. Egger, 1986 : 174.
  • 59  S. Mûsâ, 1931 : 62 ; 1934 : 46, et 1961 : 138.
  • 60  S. Mûsâ, 1931 : 47. Son nationalisme économique l'amena également à s'intéresser à l'expérience d' (...)

53Selon Gandhi, les Britanniques sapaient l'artisanat indien. C'est pourquoi il proposait que les villageois indiens utilisassent le métier à tisser. Par delà la logique économique, cet outil symbolisait aussi l'identité perdue et retrouvée. Salâma Mûsâ, en scientiste convaincu, considérait Gandhi comme un réactionnaire à cause de son refus de la culture européenne et de l'industrialisation (Mûsâ, 1961 : 138). Mais il soulignait sa capacité à pousser les autres à faire leur autocritique et reconnaissait que son action avait valeur de modèle58. Salâma Mûsa écrivit directement à Gandhi en 1931 ; il lui demandait des renseignements sur son mouvement Swadheshi pour qu'il pût servir de modèle à sa campagne de boycott des étrangers, afin donner aux industries nationales « un élan tellement nécessaire » (Egger, 1986 : 172). Il réclama aussi le matériel (pour avoir des métiers à filer) ainsi que des spécimens (Mûsâ, 1961 : 138). Il choisit enfin comme symbole économique de l'Egypte le métier à tisser (Egger, 1986 : 173-174), appelant à sa distribution dans les villages59. Cette idée du nawl égyptien, équivalent du métier à tisser indien, a beaucoup préoccupé Salâma Mûsâ, on l'a vu, tant au niveau strictement économique qu'identitaire. « Nous désirons du métier à tisser une pédagogie nationale de même que nous en souhaitons un bénéfice économique » écrivit-il (Mûsâ, 1931 : 64). Dans sa conférence au YMCA d'Assiout déjà mentionnée, il soumit ainsi au public un rapport de l'Association des tisserands indiens60. L'expérience indienne offrit donc un puissant exemple de revendications et de thèmes de mobilisations (Mûsâ, 1932 : 85).

54L'association mettait en avant la question de la domination étrangère sur l'économie et le pays. Elle établit aussi un lien direct avec la présence étrangère sur place, et désigna, au-delà des Anglais, l'intolérable présence des Syriens.

La question égyptienne ne se réduit pas à l'indépendance de notre pays par rapport aux Anglais. Il y a en effet chez nous, aujourd'hui, pire que les Anglais. On trouve un quart de million d'étrangers qui vivent parmi nous. Ils ont des tribunaux consulaires et même des tribunaux mixtes qui leur permettent d'êtres distincts de nous civilement. Ces étrangers sont une douloureuse épine dans notre corps. Notre avenir avec eux est encore plus pénible qu'avec l'occupation britannique. (...) Ils dominent les restaurants, les hôtels, les commerces et les usines, ils dominent même la presse. Nous sommes donc contraints à lire leurs journaux. (...) Boycottons donc toute interaction avec les étrangers établis dans notre pays (Mûsâ, 1963 :165-167).

  • 61  Salâma Mûsâ, « Nahnu wa l-ajânib », al-Misrî, n° 11, 12/11/1930, p. 3.
  • 62  Ibid.

55Cette présence étrangère apparaît démesurée aux membres de l'association. Le chiffre d'un quart de million d'étrangers apparaît comme un chiffre angoissant pour le journal al-Misrî61. Ces étrangers étaient alors 77 173 au Caire, mais bien plus encore à Alexandrie où l'on comptait 99 605 Grecs, Français et Italiens. L'existence de quartiers exclusivement européens fut donc dénoncée par Salâma Mûsâ. Les modes alimentaires influencées par l'étranger furent aussi l'objet de critiques. On dénonça une trop faible présence de nourriture égyptienne dans les restaurants62.

56Avec ces exemples, perçait l'épineuse question des communautés étrangères et de leur intégration dans le pays. Elles occupaient de fait, dans l'Egypte libérale, une place particulière, et formaient de véritables élites qui fréquentaient souvent les écoles françaises. « Il va sans dire que ces minorités locales constituaient un îlot culturel ou des îles en Egypte avec leurs écoles, journaux, clubs » (Deeb, 1978 : 11). L'absence de liens avec les Égyptiens était dénoncée par les nationalistes groupés autour de Salâma Mûsâ.

57Le statut social des Syriens, jugé privilégié, était bien sûr l'objet de commentaires acerbes.

  • 63  Mahmûd 'Alî al-Sharqâwî, « Musta'marât al-ajânib fi Mur », al-Misrî, n° 12, 20/11/1930, p. 12.

« Tous ces étrangers ont des revenus moyens chez eux et bien plus élevés chez nous. Ils possèdent même la plupart de nos richesses. Ils connaissent une vie saine que nous-mêmes ne connaissons pas. Ils bénéficient de la protection du gouvernement plus que nous mêmes. Ils vivent dans les quartiers les plus propres alors que nous vivons dans les tombes ! »63.

  • 64  al-Misrî, n° 2, 12/09/1930, p. 2.
  • 65  Mahmûd 'Alî al-Sharqâwî, « Musta'marât al-ajânib fi Misr », al-Misrî, n° 12, 20/11/1930, p. 13.
  • 66  « Nahnu wa l-ajânib », al-Misrî, n° 11, 12/11/1930, p. 3.

58La condition locale de ces étrangers paraît aux antipodes de celles des nationaux. Au delà de leur nombre, c'est leur position hégémonique sur l'économie du pays qui faisait problème. « Ces étrangers, ce sont eux qui rayonnent profitant de notre indépendance. Un danger supplémentaire existe. En Egypte, pas un ne pense à son égyptianisation »64. Plusieurs exemples soulignent leur place prédominante dans le commerce et l'industrie. On cite un entrepôt de Bûlâq où ne travaille aucun Égyptien, on s'intéresse au secteur bancaire, à la presse. De même, on évoque l'absence d'impôts à payer65. Salâma Mûsâ va jusqu'à dénoncer un début d'accumulation foncière : il évoque le cas de la province de Sharqiyya où trois Syriens posséderaient vingt pour cent des terres agricoles « par des moyens qui ne sont pas honorables »66.

  • 67  Farîd Majâlî, « Al-ajânib wa l-'azma », al-Misrî, n° 13, 04/12/1930, p. 7.

« Les étrangers vivent en Egypte de l'argent des Égyptiens, de leur sang. Ainsi ils nous contrôlent, ils méprisent notre honneur, ils ignorent notre existence comme s'ils étaient les Égyptiens et nous les étrangers »67.

59La conclusion logique de ce type de démonstration est de caractériser ces étrangers, ces Syriens, comme de véritables agents internes de colonisation.

  • 68  Mahmûd 'Alî al-Sharqâwî, « Musta'marât al-ajânib fî Misr », al-Misrî, n° 12, 20/11/1930, p. 12-13.

« Oui, il s'agit de colonies qui résident sur la terre d'Egypte, sous nos yeux conscients. Notre gouvernement égyptien a pour maître les étrangers [... alors qu'il...] nous laisse mourir dans notre pays (...). Il protège l'étranger et lui laisse faire ce qu'il désire alors qu'il nous chasse de nos emplois dans notre propre pays »68.

  • 69  Ibid. et S. Mûsâ, 1963 : 165.

60Les minorités, exploiteurs du pays, finissent par devenir, aux yeux de Salâma Mûsâ et de son entourage, pires que les Anglais69. Pire encore, la presse censée incarner l'esprit même de la nation serait pareillement dominée par les Syriens. L'arme du boycott permettrait donc seule de saper la base réelle de cette hégémonie économique, la disparition de la domination suivra : les Egyptiens pourront alors parler d'indépendance réelle (Mûsâ, 1963 : 165-167).

61Selon Salâma Mûsâ, la seule véritable différence entre l'Egypte et l'Europe réside dans la nature agricole de son économie. Un de ses ouvrages, publié peu après la campagne L'Égyptien pour l'Égyptien, exprime d'ailleurs son approche où s'affirme un matérialisme mécanique (Shukrî, 1965 : 51). L'auteur prône pour l'Egypte le passage à une civilisation industrielle. Une telle conception repose sur sa compréhension d'un monde divisé en deux catégories. D'un côté les nations industrialisées, dominantes et civilisées ; de l'autre les nations agricoles, orientales, sombres et arriérées. Selon cette logique, les nations industrielles progressent tandis que les autres régressent. Cette différence de statut socio-économique possède un prolongement direct au niveau culturel. La liberté de pensée existe en Occident, alors que l'Orient ne connaîtrait que son écrasement. Au développement en Europe correspondrait la sclérose (al-jumûd), voire la domination (al-rukûb) en Orient (Mûsâ, 1931 : 3).

  • 70  al-Majalla al-jadîda, mai 1931, p. 772-776.

62L'industrie apparaît alors comme la solution par excellence. Elle fournit l'axe fondamental de tout projet de changement, de tout progrès véritable. Les animateurs de la campagne avaient ainsi célébré un exemple de « noyau de l'indépendance » lors de l'ouverture d'une usine de textile à Assiout, au cœur même de ce qui fut l'Egypte pharaonique70.

63Le développement industriel reste avec l'éducation un des éléments-clés de la Nahda. Salâma Mûsâ l'envisage surtout comme un mode de lutte contre les systèmes traditionnels. Son projet nécessite le recours à des moyens importés d'Occident. La question des valeurs menacées ou du risque de l'occidentalisation, thème récurrent chez tant de ses contemporains, ne semble jamais avoir été pour lui une préoccupation. Salâma Mûsâ fut un partisan résolu de l'occidentalisation. Les autres acteurs de l'association, lorsque l'on examine leurs itinéraires respectifs, étaient toutefois loin de partager une telle perspective.

64Cette insistance de Salâma Mûsâ sur l'industrialisation est fortement volontariste.

« Il est de notre devoir, individu, nation et gouvernement de promouvoir nos industries. Nous devons acheter les objets produits par les Égyptiens. Ainsi, nous répandrons l'élément civilisé parmi le peuple. La civilisation du vingtième siècle n'est pas agricole mais industrielle. C'est la civilisation de la science, de la création, de la pensée et d'un avenir sans passé » (Mûsâ, 1931 : 5).

65Ce nationalisme assimile justice sociale et industrialisation. On y sent différentes influences, tels le socialisme fabien, le scientisme et un fort évolutionnisme social (Legassick, 1979 : 56). Le modernisme extrême de Salâma Mûsâ cherche à établir un lien entre libération nationale et libération sociale, sans oublier de vibrants appels à l'indépendance personnelle.

Nationalisme, colonialisme et minorités : à la recherche d'une identité égyptienne

66Les attaques contre les possédants étrangers comme la polémique contre les groupes de presse syriens avaient donc ouvert un débat sur la place de la minorité syrienne dans son ensemble en Egypte. Salâma Mûsâ et ses compagnons, en les dénonçant comme des intrus, posèrent la question de leur loyauté et de leur allégeance. Une perception particulière de l'égyptianité s'affirmait ainsi.

  • 71  À titre d'exemple voir la biographie de Fâris Nimr, rédacteur en chef d'Al-Muqattam, in FO 407/Vol (...)

67L'entrée en guerre de Salâma Mûsâ contre la presse syrienne s'explique par son propre itinéraire et par le poids, réel, des Syro-Libanais dans les groupes de presse et les journaux. La presse syrienne comprenait les groupes al-Hilâl (quatre hebdomadaires et un mensuel), al-Latâ'if al-Musawwara (deux hebdomadaires), al-Muqattam (un quotidien et un mensuel), al-Ahrâm (un quotidien). Ils étaient tous caractérisés par leur relative neutralité envers le pouvoir colonial, ce qui leur valut de virulentes critiques de la part des nationalistes71.

  • 72  L'Égypte indépendante, publication du Groupe d'Études de l'Islam, Paris, Hartmann, 1938 :391.

68Al-Hilâl occupa une place particulière, avec al-Muqtataf, dans le champ intellectuel et culturel. Le groupe fondé par Jurjî Zaydân s'intéressa particulièrement aux questions arabes et islamiques. « La presse syrienne reste fidèle à sa tradition constante d'un universalisme arabe et presque musulman »72. Son opposition aux particularismes locaux est aussi à ne pas oublier. Polémiste hors pair, Salâma Mûsâ anima une violente campagne contre Dâr al-Hilâl, accusant ses propriétaires d'être des outils du colonialisme. Il réclama le « nettoyage » de la presse égyptienne de ces « intrus ». Sa défense de la « presse nationale » insistait sur son engagement politique, par exemple la dénonciation des atteintes à la Constitution, du despotisme du Palais ou du gouvernement des minorités. La presse syrienne avait au contraire une nature essentiellement commerciale, ce qui expliquait, selon Salâma Mûsâ, la modération de son attitude vis-à-vis du pouvoir.

69Le recrutement de journalistes, en particulier des rédacteurs en chef, en Syrie fut aussi dénoncé vigoureusement.

« Ils réussissent car ils ne tiennent aucun compte de l'intérêt du pays. Ils ne se soucient que de leur avenir. Ils n'ont aucun scrupule à soutenir le colonialisme et le despotisme » (Mûsâ, 1993 : 106).

  • 73  Cf. Muhammad Khashshâba, « La réaction égyptienne et son danger pour notre Renaissance », al-Majal (...)
  • 74  Al-Misrî, n° 5, 1930 : 7.

70Salâma Mûsâ accablait ainsi l'ensemble des journalistes d'origine syrienne, très nombreux au Caire. Ceux-ci étaient traités de mercenaires à la solde de tout patron susceptible de leur verser les plus hauts salaires73. Parmi les cibles préférées des attaques de Salâma Mûsâ, figuraient Emile Zaydân et Raoul Makâryûs, responsables des deux plus importants groupes de presse syriens74. La campagne contre al-Hilâl etcontre la presse syrienne fut peut-être surtout ce que Vernon Egger nomme une « vendetta personnelle » destinée à « détruire le pouvoir des Syro-Libanais en Egypte » (1986 : 176).

  • 75  Cité par R. Mûsâ, 1993 : III.

71D'une lutte contre la domination étrangère, on passait à l'appel en faveur de la nationalisation de l'économie. Cette lutte pour le contrôle national recouvre la revendication d'égyptianisation. Implicitement, cette démarche renvoie à une conception originale de l'Egypte et de l'identité égyptienne selon une logique opposant l'endogène à l'exogène, fondée sur les dichotomies entre Égyptien et Arabe, national et étranger, moderne et réactionnaire (Jankowski et Gershoni, 1986 : 128). Salâma Mûsâ cherchait à démontrer comment l'élément étranger était par nature nuisible à la créativité locale (Jankowski et Gershoni, 1986 : 124). Une totale incompatibilité existerait entre ces deux entités. « Ils restent Syriens dans le sang et l'esprit. Je suis quant à moi Egyptien. Mon sang est le sang de ce paysan dont je parle toujours »75.

  • 76  S. Mûsâ, « Les idées de la réaction en Egypte », al-Majalla al-jadîda, février 1930, p. 432-435, e (...)
  • 77  Cf. les contributions à ce volume de Nadia Elissa-Mondeguer, Catherine Mayeur-Jaouen et Luc Deheuv (...)

72Les Syriens se retrouvaient associés à ce que Salâma Mûsâ dénonçait comme la « réaction ». Il ne se tourna pas seulement, avec les Zaydân, contre l'élite grecque-orthodoxe, mais adressa aussi ses attaques aux nombreux réformistes musulmans d'origine syrienne qui étaient venus s'installer au Caire à la fin de l'Empire ottoman. Trois d'entre eux, véritables personnalités publiques, lui paraissaient particulièrement haïssables. « Trois écrivains détestent les jeunes Égyptiens et appellent à la haine ». Il faisait ainsi référence aux réformistes musulmans, Rashîd Ridâ, Muhibb al-Dîn al-Khatîb et Mustafâ Sâdîq al-Râfi'î76. Rashîd Ridâ, successeur désigné de Muhammad 'Abduh, animait alors le Manâr, revue qu'il avait fondée ; il s'était affirmé avec sa polémique contre le penseur laïc Farah Antûn. Muhibb al-Dîn al-Khatîb, pour sa part, était l'influent propriétaire de l'Imprimerie salafiste et de l'hebdomadaire al-Fath qui combattit violemment 'Alî 'Abd al-Râziq et Tâhâ Husayn77. Mustafâ Sâdîq al-Râfi'î enfin, un fonctionnaire de moindre envergure, avait acquis quelque notoriété par ses diatribes hostiles envers les écrivains 'Abbâs al-'Aqqâd et Tâhâ Husayn. On trouve bien là sous la plume de Salâma Mûsâ les analyses les plus véhémentes contre les orientations pan-arabistes et salafistes qui se développent dans la période (Jankowski et Gershoni, 1986 : 108, 127).

  • 78  Cf. Muhammad Khashshâba, « La réaction égyptienne et son danger pour notre Renaissance », al-Majal (...)

73À ces personnalités symbolisant à la fois le joug syrien et « la réaction et l'arriération », Salâma Mûsâ oppose des modèles authentiques : les Égyptiens libéraux Muhammad Husayn Haykal, Mahmûd Azmî et 'Azîz Mirhûm. Au niveau de la presse, il oppose al-Siyâsa, organe de la véritable égyptianité, à al-Ahrâm et al-Muqattam, symboles de l'intrusion des Syriens en Egypte78.

  • 79  Salâma Mûsâ, Misr wa l-hadâra. Le Caire, p. 7-8.

74La définition particulière de l'égyptianité par Salâma Mûsâ s'appuyait donc sur le droit du sol et du sang, sans oublier les origines paysannes et la centralité de la Vallée du Nil. Le pharaonisme se retrouverait plus à ses yeux dans l'élément musulman, pur produit de l'héritage pharaonique, alors que l'élément copte se serait mélangé avec les Grecs79.

75L'action menée par l'association L'Égyptien pour l'Egyptien joua un rôle déterminant dans la prise de conscience des dimensions économiques de la lutte nationale. Fathî Radwân parle à ce titre

  • 80  Cité par Vernon Egger, 1986 : 180.

« du mérite de cette association pour avoir rendu les jeunes gens conscients et fiers de leur histoire, pour avoir aussi créé un esprit d'unité par delà les clivages de classe, de religion ou de parti politique »80

  • 81  Salâma Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-misriyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 193 (...)

76La campagne, caractérisée surtout par une participation active de la jeunesse scolarisée, se situa effectivement hors du cadre partisan. Elle favorisa un type de mobilisation et d'action qui exprimait de façon caractéristique les élans de la jeunesse ; c'est avec ce genre de mouvement de jeunesse que s'amorça la désaffection envers les partis politiques dans l'entre-deux-guerres. Le thème de l'indépendance économique prit une toute autre vigueur au travers de cette forme d'action. 'Abd al-Rahmân al-Râfi'î, historien et témoin de l'époque, considère d'ailleurs que « ce furent eux, [les jeunes], qui constituèrent les organisations appelant à l'encouragement des produits, des productions et des institutions nationales, et à leur promotion, leur diffusion, leur généralisation » (1949 : II, 324). Il les tient pour « l'avant-garde du credo de cet éveil économique » (al-Râfi'î, 1949 : II, 325). Les jeunes éduqués continuèrent à intervenir, à partir de cette expérience, avec d'autres campagnes de nationalisme économique dont la plus célèbre reste celle du Plan Piastre. La filiation directe avec al-Misrî li-l-Misrî est évidente81.

77La presse s'impose ici comme un puissant instrument de propagande. D'une manière générale, la presse occupe au cours de cette période une place essentielle, expression et lieu de joutes furieuses autant que passionnées (Ayalon, 1992 : 271).

78Le thème de l'égyptianisation se fera sans cesse plus fort à partir de ce moment. De même, la vallée du Nil, la place des minorités ou l'intégration dans une communauté politique deviendront des questions centrales. Cet ensemble pose directement la définition de la « nationalité », forme récurrente et passionnée dans les années trente de ce qu'est être Egyptien.

  • 82  Cf. le texte d'une de ses conférences à l'Université américaine du Caire, « Al-wataniyya wa I-'âla (...)

79On ne peut manquer d'être surpris par le chauvinisme buté et le réductionnisme économique, chez une telle figure intellectuelle. Paradoxalement, Salâma Mûsâ prônait un nationalisme radical alors qu'il s'était montré, au niveau philosophique, un avocat résolu du mondialisme ou de « l'unitarisme entre les pays »82. Sa campagne de 1930 s'inspirait, comme tant de mouvements de jeunesse de l'époque, des méthodes fascistes ; s'il critiquait Mussolini, Salâma Mûsâ fut d'ailleurs, à partir de 1934, assez admiratif de l'Allemagne nazie dont il ne condamnait pas l'antisémitisme et dont il admirait la politique industrielle.

80La chute de Salâma Mûsâ est intéressante à plus d'un égard. Il ne revint plus jamais sur cet épisode dans ses écrits et s'abstint désormais de lutter contre Dâr al-Hilâl etcontre les Syriens en général. Il évoqua Jurjî Zaydân, fondateur du groupe sur un ton positif (Radwân, 1967 : 262). Ce véritable tournant ouvrit une nouvelle étape dans la vie et l'itinéraire de Salâma Mûsâ. L'épilogue douloureux allait enfermer Salâma Mûsâ dans un statut d'intellectuel copte. C'est désormais en tant que tel qu'il s'inscrira dans le paysage politique. Il écrira dans le journal copte Misr et animera régulièrements des débats au club des jeunes chrétiens, le YMCA. Peut-être Salâma Mûsâ, en tant que copte, avait-il essayé de redéfinir la place de sa communauté dans la nation et de lui trouver une place à part entière, en forgeant une unité commune aux Égyptiens contre les Syro-Libanais (Radwân, 1967 : 249).

  • 83  83. Permettons-nous de renvoyer à notre article sur les perceptions actuelles de Salâma Mûsâ, D. M (...)

81Par une cruelle ironie de l'histoire, Salâma Mûsâ se trouve aujourd'hui traité en Egypte en des termes proches de ceux qu'il pouvait employer il y a soixante ans à l'encontre des Syriens : un allogène irréductible, lié au parti de l'étranger83. Notre ami, le regretté Avriel Butovski, définissait ainsi ce prisme nationaliste : « pour les écrivains les plus « jacobins », la nation est perçue comme enracinée dans la classe moyenne inférieure autochtone, les travailleurs et les paysans. Le nationalisme est historiquement bloqué par les étrangers et leurs agents locaux, perçus comme des étrangers ou des Égyptiens liés aux étrangers » (1994, 55). Une telle problématique continue de jouer un rôle important dans le champ politique et intellectuel de l'Egypte contemporaine. Salâma Mûsâ, après avoir utilisé ces attaques de son vivant, semble bien en être devenu, après sa mort, la cible.

Haut de page

Bibliographie

AMÎN, Mustafâ, n.d., Min 'ashara ilâ 'ishrîn, Le Caire, al-Maktab al-misrî al-hadîth.

AYALON, Ami, 1992, « Sihafa : the Arab Experiment in Journalism », Middle Eastern Studies, vol 28, n° 2, avril.

BERQUE, Jacques, 1969, L'Égypte, impérialisme et révolution, Paris, Gallimard.

BUTOVSKI, Avriel, 1994, « The Language of Monarchy », Harvard Middle East and Islamic Review, n° 1, février.

COLOMBE, Marcel, 1951, L'évolution de l'Égypte 1924-1950, Paris, Maisonneuve.

DEEB, Marius, 1978, « The Socio-Economic Role of the Local Foreign Minorities in Modern Egypt 1805-1961 », International Journal of Middle East Studies, vol. 9.

EGGER, Vernon, 1986, A Fabian in Egypt, Salamah Musa and the Rise of Professional Classes in Egypt 1909-1939, New York-Londres, University Press of America.

HANNA, Sami et GARDNER, George, 1969, « Salâma Mûsâ (1887-1958), Pioneer of Arab Socialism », in Sami Hanna et George Gardner (dir.), Arab Socialism, Leiden, E. J. Brill.

JANKOWSKI, James et GERSHONI, Israel, 1986, Egypt, Islam and the Arabs, the Search for Egyptian Nationhood 1900-1930, Oxford.

LEGASSICK, Trevor, 1979, Major Themes in Modern Arabic Thought, an Anthology, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

MAHMÛD, Hâfiz, 1973, Asrâr al mâdî 1907-52 fî l-siyâsa wa l-wataniyya, Le Caire, Rose al-Yûsuf.

— 1974, 'Amâliqa al-sihâfa, Le Caire, Dâr al-Hilâl.

AL-MANJÛRÎ, Mahmûd, 1937, Ittijâhât al-'asr al-jadîd fi Misr, Le Caire, Maktabat al-Nahda.

MONCIAUD, Didier, 1995a, « Polémiques autour de Salâma Mûsâ, enjeux de nationalités, nationalisme et projet de Nahda », Égypte/Monde Arabe, n° 21, Janvier-Mars, p. 115-127.

— 1995b, « L'Œuvre de la Piastre et Misr al-Fatât, entre nationalisme économique et réforme sociale », dans Alain Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national, CEDEJ, Le Caire, p. 113-127.

MÛSÂ, Ra'ûf Salâma, 1993, Abî Salâma Mûsâ, Le Caire, Dâr al-Mustaqbal.

MÛSÂ, Salâma, 1931, Ghuyûbunâ wa ghuyûb al-ajânib, Le Caire, Matba'at al-Majalla al-jadîda.

— 1932, Gandhi wa l-haraka al-hindiyya, Le Caire, Matba'at al-Majalla al-jadîda.

— 1961, The Education of Salama Musa, trad, par L.O. Schuman, Leiden, Brill, (première édition en arabe, 1947).

— 1963, Mukhtârât Salâma Mûsâ, Beyrouth.

PHILIPP, Thomas, 1985, The Syrians in Egypt 1725-1975, Stuttgart, Franz Steiner.

RADWÂN, Fathî, 1967, 'Asr wa rijâl, Le Caire, Dâr al-Anglo-Misrî.

AL-RÂFI'Î, 'Abd al-Rahmân, 1949, Fi a'jâb al-thawra al-misriyya, Le Caire, Maktaba al-Nahda al-misriyya, 2 vol.

REID, Donald M., 1974, « The Syrian Christians and Early Socialism in the Arab World », IJMES, V, p. 177-193.

SHUKRÎ, Ghâlî, 1965, Salâma Mûsâ wa azmat al-damîr al-'arabî, Saïda, Manshûrat al-Mak-taba al-'arabiyya.

WENDELL, Charles, 1972, The Evolution of the Egyptian National Image from its Origins to Ahmad Lutfî al-Sayid, Berkeley, L. A., Londres, University of California Press.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est la version finale d'une communication intitulée « Al-Misrî li-l-Misrî (1931), Economic Nationalism and Controversy over the Egyptian Identity », présentée dans le cadre de l'atelier « Egypt, Intellectuals and Nationality », animé par le Dr. Roger Owen, lors de la conférence annuelle de la BRISMES, Manchester, 12-14 Juillet 1994. Cet atelier avait été organisé en mémoire d'Avriel Butovstki, collègue et ami canadien disparu prématurément.

2  Le terme arabe utilisé est shawâm. Cf. Philipp, 1985.

3  Sur lui, cf. la traduction de son autobiographie, publiée en arabe en 1947, Musa, 1961 ; V. Egger, 1986 et les souvenirs de son fils Ra'ûf Salâma Mûsâ, 1993.

4  Il semble que Salâma Mûsâ n'avait pas bien compris le fossé qui séparait son fabianisme du parti communiste.

5  D'après Muqaddimat Superman, Le Caire, Dâr al-Hilâl, 1910 : 29, cité par S. Hanna et G. Gardner, 1969 : 53-54.

6  Kull shay', n° 84, 20/07/1927.

7  Salâma Mûsâ, « Ilâ 1-qurrâ' », al-Majalla al-jadîda, n° 1, novembre 1929 : 3.

8  Ismâ'îl Sidqî fut président du Conseil du 20 juin 1930 au 4 janvier 1933, puis du 4 janvier 1933 au 21 septembre 1933.

9  al-Misrî, n° 13, 27/11/1930, p. 2.

10  Cité par G. Shûkrî, 1965 : 49, d'après Taqwîm al-Misrî li-l-Misri, p. 4 ; S. Mûsâ, 1933, 1439 ; Foreign Office, série 141/vol 770/515/3/31. Précisons ici que le document original Taqwîm al-Misrî li-l-Misrî reste introuvable.

11  « Al-Misrî li -l-Misrî », in FO 141/vol 770/515/3/31.

12  Ce siège se composait d'une unique et modeste pièce (H. Mahmûd, 1974, 79-81) ; sur l'action de Hâfiz Mahmûd, voir H. Mahmûd, 1973 : 134-140.

13  S. Mûsâ, 1961, 138. Selon ce dernier, Ahmad Husayn aurait repris cette idée pour le projet de la Piastre, sur des bases plus violentes inspirées des fascismes européens (attaques de cafés, célébration de Mussolini et Hitler).

14 Foreign Office, série l41/vol770/515/0/31/Cairo 03/03/1931, Keown Boyd.

15  FO 141/Vol 770/515/11/31 ; 16/06/1931.

16  FO 407/vol 215/J 1556/14/16/Sir M. Lampson to Sir John Simon 485, 28/05/1932.

17  FO 141/ vol 693/ 1/90/32 Ministère Intérieur Euro Dept, n° DGO 19, Le Caire 08/06/1932.

18  FO 141,/Vol 770/515/12/31, Residence, 18/06/1931.

19 al-Ahrâm, 11/03/1931.

20  Ministère des Affaires Étrangères MAE/Afrique 1918-40/Égypte/vol 93/Légation en Egypte n° 89 Le Caire, 16/03/1931.

21  Taqwîm al-Misrî, p. 4, cité dans G. Shukrî, 1965 : 50.

22  Taqwîm al-Misrî, p. 6, cité in ibid.

23  « L'Égyptien à l'Égyptien », Le Journal du Caire, 12/05/1931.

24  Salâma Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-miîriyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 1933 : 1439.

25  FO 141/Vol 770/515/3/31 Judicial adviser 12/3/1931 to Residence. Les animateurs avaient envisagé un temps le recours à l'action directe auprès des magasins et des usines, mais les pouvoirs publics et la police les en dissuadèrent énergiquement.

26  Salâma Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-mimyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 1933 : 1439.

27  Les grands magasins appartenaient en effet à cette époque à des « égyptianisés », en particulier des familles juives telles Benzion, Cicurel, Chemla... Sîdnâwî (Sednaoui en transcription de l'époque) est une autre chaîne de magasins fondée par des émigrés syriens.

28  Tal'at Harb, figure politique, s'investit après la révolution de 1919 dans le projet de création de la Banque Misr, une banque nationaliste qui fut à l'origine d'un groupe économique influent.

29  Cf. al-Majalla al-jadîda, n° 2, décembre 1933 : 1439-40.

30  M. al-Manjûrî, 1937 : 91-92. Le caractère ouvert, presque flou, de cette campagne permit d'ailleurs à un avocat député wafdiste d'affirmer l'avoir lancée, en 1928, sans mentionner Salâma Mûsâ.

31  Cf. FO 141 /vol 770/515/3/31.

32  Nidâ' min jam'iyyat al-Misrî li-l-Misrî bi-Shubrâ ilâ l-Misriyyîn al-ahrâr, in FO 141/vol 770/515/3/31.

33  YMCA est le sigle anglais pour l'Association des Jeunes Gens Chrétiens, influente association d'origine protestante qui disposait de sections dans l'ensemble des villes d'Égypte.

34  Salâma Mûsâ, « Injâzât al-wataniyya al-misriyya », al-Majalla al-jadîda, mai 1931 : 779-791.

35 Ibid, p. 793.

36 al-Misrî, n° 2, 12/09/1930, p. 7.

37  D'après M. Amîn dans Egger, 1986,178, et al-Hilâl, septembre 1930, 7.

38  Nidâ' min jam'iyyat al-Misrî li-l-Misrî bi-Shubrâ ilâ l-Misriyyîn al-ahrâr, in FO 141/vol 770/515/3/31.

39  FO 141/Vol 770/515/0/31/ Cairo 3 Mars 1931, Euro Dept, Keown Boyd.

40  Le Journal du Caire, 04/03/1931. cité in FO 407/vol 213/J 803/26/16/Sir M. Lampson to Mr A. Henderson n° 238, 07/03/1931. voir aussi FO 407/vol 213/J 682/26/16/Sir P Loraine to M. A. Henderson n° 60 Télg, 04/03/1931.

41  FO 407/vol 213/J 794/26/16/Sir P. Loraine to Mr A. Henderson n° 225, 28/02/1931.

42  FO 407/vol 213/J 1032/26/16/Sir M. Lampson to Mr A. Henderson 284, 23/03/1931.

43  FO 407/vol 212/J 2873/4/16/Mr Hoare to Mr A. Henderson, Alexandrie, n° 403, 25/08/1930. Sur ce contexte politique délicat, cf. M. Colombe, 1951.

44  voir à ce sujet FO 407/vol 215/J 678/14/16/Sir M. Lampson to Sir John Simon télg 31, 01/03/1932 ; FO 407/vol 215/J 786/14/16/Sir M. Lampson to Sir J. Simon n° 247, 12/03/1932 ; FO 407/217/J 2612/11 /16/Sir Percy Loraine to Sir John Simon 943 Cairo, 28/10/1933 ; FO 407/vol 215/J 1335/14/16/Sir M. Lampson to Sir J. Simon 409, 06.05.32 ; FO 407/vol 215/J 1335/14/16/Sir M. Lampson to Sir J. Simon 409, 06/05/1932.

45  R. Mûsâ, 1993 :107-108 ; sur la création de cette Académie, voir G. Shukrî, 1965 : 49.

46  Vernon Egger mentionne ainsi cinq ou six titres. Nous avons trouvé un unique exemplaire d'un hebdomadaire intitulé al-Zahrâ al-Najma, n° 5, 12/01/1931. Les autres titres restent introuvables.

47  Cf. pour plus de détails, al-Musawwar, 24/04/1931, p. 2 ; 01/05/1931, p. 2 ; 08/05/1931, p. 2 ; 15/05/1931, p. 5 ; 22/05/1931, p. 3.

48  Sur tous ces événements, cf. M. Colombe, 1951 : 37-41.

49  Ahmad Lutfî al-Sayyid y était ministre de l'Instruction publique. La lettre était en réalité adressée à un fonctionnaire du ministère de l'Intérieur.

50  F. Radwân, 1967 : 262. Nous pouvons, à l'instar de Vernon Egger, nous demander comment les responsables de Dâr al-Hilâl avaient pu obtenir cette lettre et pourquoi ils l'avaient publiée en deux parties.

51  Al-Ahrâm, 18/02/1932.

52  H. Mahmûd, 1973 : 134-135. Lutfî al-Sayyid, formé à l'Ecole khédiviale secondaire du Caire puis licencié de l'École de droit acheva ses études en Suisse. Lecteur de Shiblî Shumayyil, il fonda le journal Al-Jarîda de 1907 à 1914 dans lequel il diffusa ses idées. Il était fort réservé à l'égard des allogènes, notamment syriens, résidant en Egypte, mais insistait sur la solidarité entre coptes et musulmans, tous « fils du Nil » dans le cadre de l'Umma. Cf. Ch. Wendell, 1972.

53  Hâfiz Mahmûd, « Misr li-I-Mùriyyîn », Al-Majalla al-jadîda, avril 1931, p. 736.

54  Cf. par exemple al-Majalla al-jadîda, décembre 1930, p. 252-253.

55  Cf. par exemple H. Mahmûd, « Tal'at Harb », al-Majalla al-jadîda, avril 1931, p. 915-919 ; S. Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-mistiyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 1931, p. 1439-40.

56  S. Mûsâ, « L'Inde, nation orientale », al-Majalla al-jadîda, février 1930, p. 401-406 ; Fathî Radwân, « Le patriotisme indien et ses buts », al-Majalla al-jadîda, avril 1930, p. 715-717 ; S. Mûsâ, Gandhi wa l-haraka al-hindiyya (Gandhi et le mouvement indien), Le Caire, Matba'at al-Majalla al-jadîda, 1932 ; F. Radwân, Gandhî, Le Caire, 1934.

57  MAE/Afrique 1918-40/Égypte/vol 93/Légation en Égypte n° 89, Le Caire 16/03/1931.

58  S. Mûsâ, 1934 : 50, cité par V. Egger, 1986 : 174.

59  S. Mûsâ, 1931 : 62 ; 1934 : 46, et 1961 : 138.

60  S. Mûsâ, 1931 : 47. Son nationalisme économique l'amena également à s'intéresser à l'expérience d'encouragement des productions nationales (ahliyyd) au Japon (cf. al-Majalla al-jadîda, décembre 1930, p. 252.

61  Salâma Mûsâ, « Nahnu wa l-ajânib », al-Misrî, n° 11, 12/11/1930, p. 3.

62  Ibid.

63  Mahmûd 'Alî al-Sharqâwî, « Musta'marât al-ajânib fi Mur », al-Misrî, n° 12, 20/11/1930, p. 12.

64  al-Misrî, n° 2, 12/09/1930, p. 2.

65  Mahmûd 'Alî al-Sharqâwî, « Musta'marât al-ajânib fi Misr », al-Misrî, n° 12, 20/11/1930, p. 13.

66  « Nahnu wa l-ajânib », al-Misrî, n° 11, 12/11/1930, p. 3.

67  Farîd Majâlî, « Al-ajânib wa l-'azma », al-Misrî, n° 13, 04/12/1930, p. 7.

68  Mahmûd 'Alî al-Sharqâwî, « Musta'marât al-ajânib fî Misr », al-Misrî, n° 12, 20/11/1930, p. 12-13.

69  Ibid. et S. Mûsâ, 1963 : 165.

70  al-Majalla al-jadîda, mai 1931, p. 772-776.

71  À titre d'exemple voir la biographie de Fâris Nimr, rédacteur en chef d'Al-Muqattam, in FO 407/Vol 213/Part 109/ Janvier-Juin 1931 /Part CIX/J 395/395/16, Leading Personnalities 1/01/1931.

72  L'Égypte indépendante, publication du Groupe d'Études de l'Islam, Paris, Hartmann, 1938 :391.

73  Cf. Muhammad Khashshâba, « La réaction égyptienne et son danger pour notre Renaissance », al-Majalla al-jadîda, décembre 1930, p. 210. 74. Al-Misrî, n° 5, 1930 : 7. 75. Cité par R. Mûsâ, 1993 : 111.

74  Al-Misrî, n° 5, 1930 : 7.

75  Cité par R. Mûsâ, 1993 : III.

76  S. Mûsâ, « Les idées de la réaction en Egypte », al-Majalla al-jadîda, février 1930, p. 432-435, et Muhammad Khashshâba, « La réaction égyptienne et son danger pour notre Renaissance », al-Majalla al-jadîda, décembre 1930, p. 211.

77  Cf. les contributions à ce volume de Nadia Elissa-Mondeguer, Catherine Mayeur-Jaouen et Luc Deheuvels.

78  Cf. Muhammad Khashshâba, « La réaction égyptienne et son danger pour notre Renaissance », al-Majalla al-jadîda, décembre 1930, p. 211.

79  Salâma Mûsâ, Misr wa l-hadâra. Le Caire, p. 7-8.

80  Cité par Vernon Egger, 1986 : 180.

81  Salâma Mûsâ, « Thalâtha sanawât min al-wataniyya al-misriyya », al-Majalla al-jadîda, décembre 1933, p. 439.

82  Cf. le texte d'une de ses conférences à l'Université américaine du Caire, « Al-wataniyya wa I-'âlamiyya », al-Majalla al-jadîda, mars 1930, p. 532-537.

83  83. Permettons-nous de renvoyer à notre article sur les perceptions actuelles de Salâma Mûsâ, D. Monciaud, 1995a : 115-127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « « L'Égyptien pour l'Égyptien » (1930-1931), campagne nationaliste économique et controverses sur l'identité », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/240

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Chercheur associé au GREMAMO, Université Denis Diderot (paris VII)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page