Navigation – Plan du site
III. Lettrés et intellectuels au service de la transformation sociale

La vie intellectuelle des femmes à Beyrouth dans les années 1920 à travers la revue Minerva

Souad Slim et Anne-Laure Dupont
p. 381-406

Résumés

la revue Minerva, éditée à de 1923 à 1927, constitue un témoin intéressant de la vie culturelle et intellectuelle de Beyrouth dans la période. Revue animée par des femmes grecques-orthodoxes, elle défendait à la fois le nationalisme arabe d'une façon très large, et la cause des femmes arabes en insistant de façon encore très traditionnelle sur leur rôle éminent comme éducatrices, épouses et mères.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

  • 1  La Section de documentation et de recherches antiochiennes de l'Université de Balamand au Liban po (...)

1La revue féminine en langue arabe Minerva, qui était sous-titrée « revue de culture, d'art et de société » (Majallat adab wa fann wa ijtimâ'), parut à Beyrouth de 1923 à 1927. Mensuel édité par Marie Yannî (1895-1967), une jeune femme de la bourgeoisie grecque-orthodoxe, Minerva mettait l'accent sur l'identité arabe des lectrices, majoritairement des chrétiennes occidentalisées et émancipées, et les incitait à participer à la renaissance de l'Orient et à œuvrer pour le service de la collectivité1.

Origines et éducation de Marie Yannî

  • 2  La plupart des renseignements dont nous disposons sur Marie Yannî sont donnés, de manière peu déta (...)

2Marie Yannî, née à Beyrouth en 1895, avait des ascendances hellènes2. Son grand-père, Yannî Papadopoulos, arrivé en Syrie au début du XIXe siècle, avait un temps travaillé comme secrétaire au siège du Patriarcat orthodoxe d'Antioche à Damas (I, 2, 15 mai 1923 : 82). Sa famille s'était ensuite établie sur la côte syrienne, à Tripoli et à Beyrouth, et comptait des imprimeurs et des éditeurs parmi ses membres. Marie Yannî reçut une éducation soignée et fit des études secondaires. Après avoir été élève dans une école de la mission britannique, elle passa quelques années à Zahrat al-Ihsân, célèbre établissement grec-orthodoxe de Beyrouth, encore en activité de nos jours.

3L'école de jeunes filles Zahrat al-Ihsân (L'Éclat de la Charité) avait été fondée en 1880, à une époque où, sous l'impulsion des réformes ottomanes, les laïcs prenaient en charge la gestion de leurs Églises et de leurs communautés. Des associations se constituaient pour la création d'institutions caritatives et éducatives. L'instruction des jeunes filles était l'un de leurs objectifs majeurs. La fondation de Zahrat al-Ihsân coïncida avec celle de deux autres écoles de jeunes filles, l'une par l'Alliance israélite, l'autre par l'association sunnite des Maqâsid islâmiyya (Association des Projets islamiques). L'École Zahrat al-Ihsân elle-même ouvrit ses portes à l'initiative d'une association féminine qui recrutait dans les familles notables orthodoxes et était présidée par Emilie Sursuq (Sursock). L'école avait un caractère « national » (watanî). Elle était une entreprise autochtone, distincte de celle des missions étrangères catholiques ou protestantes dont le prosélytisme était craint. L'enseignement, selon le vœu des fondatrices, devait mettre l'accent sur la langue et la culture arabes, ainsi que sur la religion orthodoxe. En 1896, fut fondée une congrégation féminine pour s'occuper des jeunes filles et de l'entretien de l'école. C'était une petite révolution dans une communauté où la vie monastique était toujours contemplative et où il n'y avait pas de tradition de vie apostolique consacrée. Chaque année, une kermesse, un bal et une pièce de théâtre jouée par les élèves permettaient de compléter les ressources de l'école.

4La nature de l'éducation donnée à l'École Zahrat al-Ihsân évolua avec le recrutement des élèves. Jusqu'en 1909, les rapports de la direction insistent sur la nécessité pour les jeunes filles d'apprendre un métier et de travailler, soit parce qu'elles sont orphelines, soit parce qu'elles ont à faire vivre des parents pauvres ou âgés. À partir de 1909, une réaction se dessine. Travaux manuels, couture, broderie, cours sur l'hygiène et sur les soins à donner aux malades sont mis à l'honneur. L'école a maintenant pour but de former des mères de famille modèles, qui se sentent responsables de la bonne tenue de leurs foyers et de l'éducation de leurs enfants. Dans l'esprit du temps, ce n'est pas un retour en arrière. La formation intellectuelle et morale des mères apparaît au contraire comme un devoir « national ». C'est dans le cadre de la famille que doit se préparer le renouveau de la « nation » (umma) et de la société. Aussi est-ce tout naturellement qu'à la veille de la Première Guerre mondiale, les rapports de l'association Zahrat al-Ihsân soulignaient la nécessité d'élever les filles pour les rendre aptes à servir leur pays en contribuant au progrès social (Kûstâ Kûstî, 1996).

5Marie Yannî fut donc scolarisée dans l'un des principaux établissements de jeunes filles de Beyrouth, et l'un des plus anciens. Elle y reçut l'éducation complète qui faisait partie du projet de l'école. Elle bénéficia tout d'abord d'un enseignement de qualité en langue et littérature arabes. Son professeur était le shaykh Ibrâhîm al-Mundhir (1875-1950), poète, écrivain, orateur, qui devait devenir un grand nom de la littérature au Liban et fonder l'Académie scientifique libanaise (Al-Majma' al-'ilmî al-lubnânî). Marie Yannî conserva par la suite des liens avec son maître dont on retrouve la signature dans Minerva. Solidement formée en arabe, la jeune femme put aussi apprendre des langues étrangères, l'anglais, le français et le russe — en plus du grec que son père lui enseignait à la maison. Zahrat al-Ihsân accordait par ailleurs beaucoup d'importance, selon l'esprit du temps, à la déclamation et à l'art oratoire. Des concours de récitation de poésies étaient organisés pour encourager les jeunes filles à s'exprimer publiquement, ce dont Marie Yannî ne devait pas se priver par la suite. Expression écrite et orale dans une langue arabe vivante, à la fois respectueuse des formes classiques et modernisée, allaient de pair. Nul doute enfin que Marie Yannî eût été sensibilisée au cours de ses études secondaires à la nécessité de se mettre au service de la patrie.

  • 3  La date de 1916 est donnée par Jirjî Bâz dans « Al-sihâfa al-nisâ'iyya fî Sûriyya », (« La presse (...)

6Ses études achevées, Marie Yannî se consacra à son tour à l'enseignement. Elle aurait été professeur de français à l'école russe de Homs puis directrice de l'Ecole du Saint-Sauveur (Madrasat al-Mukhallis) à Beyrouth (Khairallah, 1996 : 184). C'est sans doute à Homs qu'elle rencontra son futur époux, Ibrâhîm Atâllâh, originaire de cette ville. Après son mariage en 1916, elle se consacra au journalisme. Elle avait déjà apporté sa contribution à la revue Al-Hasnâ' (La Jolie femme) qui parut à Beyrouth de 1909 à 1912. En 1916 ou en 1917, elle fit une première tentative pour lancer une revue qui portait déjà le nom de Minerva, et parut, selon Jirjî Bâz, pendant six mois3. La guerre, les difficultés économiques, la censure que les autorités turques exerçaient sur les publications en langue arabe expliquent l'interruption de Minerva. Marie Yannî toutefois ne renonça pas au journalisme. Elle écrivit des articles pour deux nouvelles revues féminines lancées à Beyrouth au lendemain de la guerre, Al-Fajr (L'Aurore) et Al-Mar'a al-jadîda (La Femme nouvelle). En 1923, elle fut à nouveau en mesure d'éditer Minerva, avec une périodicité mensuelle. Le premier numéro était daté du 15 avril. L'entreprise, cette fois, devait être plus durable.

La presse féminine de langue arabe et la fondation de Minerva

7Minerva n'était pas une initiative isolée. Dans le premier numéro, juste après son éditorial, Marie Yannî laisse à la femme de lettres Salmâ Sâ'igh le soin d'évoquer les « sœurs » (akhwât)de Minerva (I, 1, 15 avril 1923 : 5-10), et au journaliste Jirjî Bâz celui de faire l'histoire des journaux féminins en Syrie (ibid. : 11-14). La fondatrice entendait ainsi apporter sa pierre à l'édifice de la presse féminine en langue arabe dont les femmes syriennes, majoritairement originaires de Beyrouth, avaient été les premiers artisans. Les premiers journaux féminins étaient apparus une trentaine d'années auparavant dans les milieux de l'immigration syrienne en Egypte. En 1892, Hind Nawfal lançait à Alexandrie la revue Al-Fatât (La Jeune fille). Son exemple fut suivi par deux autres femmes syriennes, également de confession chrétienne, Louisa Habbâlîn et Alexandra Averinio. Celles-ci fondèrent respectivement Al-Firdaws (Le Paradis) en 1896 et Anîs al-Jâlis (Le Compagnon) en 1898. En 1899 était encore lancée Al-'Â'ila (La Famille) par Esther Moyal, de confession juive, puis, en 1906 Fatât al-Sharq (La Jeune fille de l'Orient), une revue qui devait paraître jusqu'en 1939 (I, 1, 15 avril 1923 : 11-14 ; Badran, 1996 : 14-16). En Égypte, l'impulsion était donnée. De 1900 à 1914, ce sont au total dix-huit périodiques qui furent publiés par des femmes pour moitié syriennes et pour moitié égyptiennes (Badran, 1996 : 61).

8Ceci témoignait des transformations de la condition féminine, au moins dans les villes et dans les communautés minoritaires, sous l'influence de facteurs divers : l'émigration elle-même, le modèle des femmes européennes et américaines, le développement des écoles de filles, de niveau primaire et parfois de niveau secondaire. Des femmes de plus en plus nombreuses avaient la possibilité de s'instruire, de sortir de chez elles, de circuler librement. Elles s'investissaient dans des œuvres hospitalières, éducatives et caritatives. Elles étaient mues par leur ferveur religieuse et par la conviction qu'il leur fallait soutenir les hommes dans leur effort pour parvenir au progrès et construire une société plus harmonieuse. La presse était une autre forme d'engagement. De jeunes femmes se sentaient le devoir d'encourager par l'écriture la transformation sociale. En fondant un journal, elles entraient timidement dans la vie professionnelle, de manière acceptable pour leur entourage. Écrire était comme enseigner : c'étaient des tâches qu'on estimait convenir à la bienséance féminine. Pour les femmes, c'était un moyen de servir la collectivité. Elles le faisaient à partir des problèmes concrets que rencontraient leurs congénères dans leur vie quotidienne. Elles donnaient du prix au travail domestique, apprenaient aux maîtresses de maison des principes d'hygiène et d'économie ménagère, leur donnaient des conseils pour élever leurs enfants, défendaient leur droit à s'instruire, les ouvraient sur le monde. À travers ces questions quotidiennes, les éditrices militaient pour que le rôle social des femmes fût reconnu et respecté, ne serait-ce que par la place centrale qu'elles occupaient dans leur famille.

9Leur discours accompagnait celui des réformistes qui considéraient que l'infériorité dans laquelle était maintenue la femme était un facteur du retard des sociétés orientales. Au moment où naissait la presse féminine, dans les années 1890-1900, des hommes faisaient paraître de multiples articles et ouvrages pour plaider l'amélioration de la condition des femmes. Ceux qui firent le plus de bruit sont les livres du juge égyptien musulman Qâsim Amîn (1863-1903) : Tahrîr al-mar'a (La libération de la femme), en 1899, et Al-mar'a al-jadîda (La femme nouvelle), en 1900, condamnaient la tyrannie masculine, la réclusion et le port du voile à partir d'une interprétation libérale des dispositions de la sharî 'a. À la même époque, des romans, comme ceux de Jurjî Zaydân (1861-1914) dans son célèbre cycle des « romans d'histoire de l'islam », mettaient en scène des femmes instruites, prêtes à se battre pour épouser l'homme de leur choix contre la volonté d'un père ou d'un souverain despotiques.

  • 4  Nous employons ici l'expression « villes syriennes » dans un sens purement géographique, pour les (...)

10Il y avait donc depuis les années 1890 tout un mouvement de réflexion sur la condition des femmes. La presse féminine se développa parallèlement. Elle témoignait du désir des femmes de participer elles-mêmes à un débat qui les concernait au premier chef. Le mouvement s'amplifia à la veille de Première Guerre mondiale et surtout dans les années qui la suivirent. Après Le Caire et Alexandrie, les villes syriennes, Beyrouth surtout, et, dans une moindre mesure Damas ainsi que des localités plus petites comme Zahleh et Shuway-fat, virent fleurir des publications destinées aux femmes, avec une durée de vie souvent encore éphémère. Jirjî Bâz en recense onze parues de 1909 à 1923, année du nouveau lancement de Minerva (I, 1, 15 avril 1923 : 12-13)4. C'est lui-même qui donna l'impulsion avec Al-Hasnâ'(La Jolie femme) qu'il édita à Beyrouth de 1909 à 1912. Journaliste et homme de lettres, Jirjî Nîqûlâ Bâz (1880-1959) est considéré comme l'un des « pionniers » (ruwwâd) de ce qu'on appelait volontiers dans les années vingt la « Renaissance féminine » (al-Nahda al-nisâ 'iyya), ou, selon une expression plus moderne, le « mouvement de libération de la femme arabe ». Jirjî Bâz écrivit des centaines d'articles sur ce thème. Quelques titres de ses ouvrages donnent un aperçu de ses préoccupations, bien caractéristiques de ce mouvement appelé « la Renaissance » : La littérature (Al-âdâb), Une couronne de lauriers pour la femme (Iklîl ghâr li-râ 's al-mar'a), L'être humain est enfant de l'éducation (Al-insân ibn al-tarbiyya), ou encore Les fléaux de la civilisation actuelle (Afât al-madaniya al-hâdira).

11Quand Minerva reparut le 15 avril 1923, elle était la sixième revue féminine alors disponible sur le marché des villes de Syrie et du Liban. Les autres publications étaient, par ordre d'ancienneté, Al-'Arûs (La Mariée) qui était éditée à Damas depuis 1910 par Marie 'Ajamî, Al-Fajr (L'Aurore), revue de la princesse Najla Abillama (Abî l-Lama') publiée depuis 1919 et qui vivait alors ses dernières semaines, Al-Khidr (Le Gynécée), également lancée en 1919 à Shuwayfat par 'Afîfa Sa'b, et deux revues toutes jeunes encore, Al-Mar'a al-jadîda (La femme nouvelle) et Al-Hayât al-jadîda (La vie nouvelle), respectivement éditées à Beyrouth depuis 1921 et 1922 par Julia Tu'ma Dimashqiyya et Habûba Haddâd (I, 1, 15 avril 1923 : 5, 12-13). Ces revues avaient une diffusion restreinte. À elles toutes, elles n'auraient pas dépassé, selon Salmâ Sâ'igh, les six mille exemplaires (Ibid. : 6). Les éditrices, pourtant, ne se sentaient pas concurrentes les unes des autres. Marie Yannî, répétons-le, était solidaire de ses consœurs, toutes évoquées dans le premier numéro de Minerva. « Comment doivent être nos revues ? » s'interrogeait-elle aussi en laissant répondre quelques journalistes éminents dont Marie Ajamî d'Al-'Arûs (I, 1, 15 avril 1923 : 15-19). Cette question montre qu'il ne s'agissait pas pour elle de lancer une énième publication sur un marché déjà saturé, mais d'œuvrer dans l'intérêt et pour le bien d'une cause commune, celle de la patrie dont la femme était l'un des piliers. Toutes les éditrices, bien entendu, se connaissaient. Elles avaient fait leurs premières armes ensemble et continuaient à collaborer après avoir fondé leur propre revue. Elles n'hésitaient pas à publier des articles de leurs consœurs, ou des conférences que celles-ci avaient prononcées dans telle ou telle manifestation culturelle. Dans Minerva, on trouve ainsi plusieurs contributions de Marie Ajamî. Marie Yannî elle-même, on s'en souvient, avait écrit dans Al-Fajr, comme toutes ses consœurs, et lorsque cette revue cessa de paraître en 1923, Jirjî Bâz lui rendit un vibrant hommage dans les pages de Minerva (I, 5, 15 août 1923 : 211-214).

12La fondation d'une revue n'était pas, à l'origine, une affaire commerciale. Les éditrices se contentaient de couvrir les frais d'impression du journal par des moyens sur lesquels nous ne disposons pas d'informations, peut-être grâce à une aide du mari, de la famille, voire de la communauté, ou grâce à quelques économies que les éditrices pouvaient avoir réalisées en exerçant d'autres métiers, notamment celui d'enseignantes. Rappelons que Marie Yannî et ses consœurs étaient toutes issues de la bourgeoisie, voire de lignées prestigieuses comme Najla Abillama. Éditer une revue était en quelque sorte une manière de tenir son rang et de remplir une fonction sociale commandée par la tradition familiale.

  • 5  On songe par exemple à Dâr al-Hilâl au Caire, maison d'édition qui tirait son nom de la revue qu'e (...)

13Minerva laisse néanmoins entrevoir que le journalisme féminin était à un tournant. À une époque où commençaient à se constituer de véritables maisons d'édition et des sociétés de presse, surtout en Egypte, la question de sa rentabilité ne pouvait plus être esquivée5. Cette question est posée en fait dès le premier numéro de Minerva. Elle constitue le fond de l'article de Salmâ Sâ'igh sur « Minerva et ses sœurs » et du débat lancé par Marie Yannî sur ce que devaient être les revues féminines. C'étaient des hommes, à vrai dire, qui étaient les plus sceptiques sur l'avenir de ces publications. À la question de Minerva : « Comment doivent être nos revues ? », Ibrâhîm al-Mundhir, l'ancien professeur d'arabe de Marie Yannî, répondit qu'elles étaient d'abord trop nombreuses. Pour lui, le marché des journaux féminins et de la presse en général était bel et bien saturé. Il reprochait aussi aux revues de se copier les unes les autres et de ne renouveler ni leurs informations ni leurs sujets (I, 1,15 avril 1923 : 16-17). Bûlus al-Khawlî, de son côté, rappelait que le journalisme, comme toutes les marchandises, obéissait aux lois de l'offre et de la demande. Il énumérait les conditions nécessaires à la réussite d'un journal, en donnant l'exemple de sociétés commerciales européennes qui fusionnaient afin d'éviter les pertes. Il proposait donc aux revues de s'unir selon leurs centres d'intérêt et selon la clientèle à laquelle elles s'adressaient, afin de mieux surmonter les difficultés matérielles (Ibid. : 19-21).

  • 6  Julia Tu'ma Dimashqiyya, l'éditrice d'Al-Mar'a al-jadîda, devait par exemple se tourner vers la pr (...)

14Salmâ Sâ'igh, parfaitement consciente de ces problèmes économiques mais plus convaincue sans doute de l'importance qu'il y avait pour les femmes à s'exprimer, raisonnait moins en terme de saturation que de diffusion. À ceux, dont étaient Ibrâhîm al-Mundhir et Bûlus Khawlî, qui jugeaient les revues féminines trop nombreuses, elle répondait qu'il y avait un grand potentiel de lectrices, en particulier dans la diaspora levantine. Les femmes ont le souci de leur beauté et de leur toilette, elles peuvent bien avoir celui de leur esprit, pensait Salmâ Sâ'igh. Il devait s'en trouver, parmi elles, qui s'offriraient volontiers un abonnement à des revues dont le coût, après tout, ne représentait que la moitié de celui d'un chapeau. Pour améliorer la diffusion de ces revues, Salmâ Sâ'igh proposait qu'elles se spécialisent et qu'elles s'inspirent du meilleur des publications étrangères (Ibid. : 5-10)6.

15Marie Yannî réfléchit rapidement aux moyens d'assurer la longévité de son entreprise. À partir du numéro cinq (août 1923), la publication occasionnelle de listes de personnes ayant offert des abonnements à des proches, avec le nom des destinataires, avait certainement un caractère incitatoire pour les autres lecteurs. La publicité, totalement absente la première année, fit son apparition en 1925. Minerva, incontestablement, cherchait à se maintenir sur le marché.

Contenu et rôle d'un journal féminin d'après Minerva

16La revue comprenait une cinquantaine de pages sous une couverture cartonnée de couleur bleue ou rouge foncé, illustrée d'un dessin qui représentait le buste de Minerve, la déesse éponyme. Le choix du titre est expliqué dans les premier et deuxième numéros, non par Marie Yannî elle-même mais par deux poètes qui apportaient fréquemment leur contribution à la revue, Shiblî Malât et 'Isâ Iskandar Ma'lûf (I, 1, 15 avril 1923 : 30 ; 2, 15 mai 1923 : 76-82). Le titre de Minerva serait d'abord un hommage rendu aux ascendances grecques de la fondatrice — bien que le nom de la déesse fût donné sous sa forme latine, comme le fit remarquer, dans une lettre, l'écrivain Jibrân Khalîl Jibrân (I, 5, 15 août 1923 : 236). Le patronage de Minerve avait surtout une valeur symbolique. Il signifiait que la revue était appelée à éclairer la raison et l'intelligence de ses lectrices, à les guider vers la sagesse, les arts et la beauté, pour conduire finalement au succès de la femme en Orient.

17La présentation de Minerva est simple, sans recherche dans la mise en page. Des planches photographiques, quoique d'assez piètre qualité, viennent agrémenter la lecture. Elles représentent des gloires locales ou des auteurs qui écrivent dans la revue. Elles sont moins des illustrations qu'une invitation à méditer l'exemple de leurs modèles. Elles ont aussi pour but de stimuler l'imagination poétique et l'art de l'écriture. Telle photographie de Miss Brésil 1923 est accompagnée d'un poème à la gloire de la beauté, telles autres planches font l'objet de concours : les lecteurs sont invités à exprimer sous la forme d'un poème ou d'un texte en prose ce que leur inspirent les images d'un vénérable vieillard pensant ou d'un jeune garçon rêveur accoudé à un balcon.

18La revue commence toujours par un article ou une conférence de Marie Yannî qui célèbre la confiance en soi, la vertu, la littérature et le rôle de la mère dans la nation. Vient ensuite une contribution sur un sujet lié à la condition des femmes : la presse féminine (n° 1) ; la situation de la femme orientale par rapport à la femme occidentale (n° 2), de la femme syrienne par rapport à la femme égyptienne (n° 3), de la femme chrétienne par rapport à la femme musulmane (n° 10) ; la beauté (n° 7) ; des biographies de la religieuse qui prit la responsabilité de l'Ecole Zahrat al-Ihsân ou de la poétesse Warda al-Yâzijî (n° 4, n° 11) ; ou encore un débat fictif entre neuf hommes de nationalités différentes disant à tour de rôle ce qu'est pour eux la femme (n° 5).

19Les articles qui suivent sont plus généraux : littérature, histoire, géographie parfois, sont à l'honneur. La poésie tient une grande place. Des aspects de la vie des femmes plus pratiques que dans les premières pages — mariage, allaitement des nourrissons, enjeux physiques, intellectuels et spirituels de l'éducation donnée aux enfants — sont parfois abordés. Minerva s'achève par des rubriques régulières : « La chronique du mois » (Târîkh al-shahr ou Akhbâr al-shahr), « Dans le monde de l'édition » (Fî 'âlam al-tibâ'a) — une sélection des publications récentes — et, à partir du numéro cinq, un courrier des lecteurs.

20Marie Yannî n'est pas la seule rédactrice. Beaucoup de journalistes, écrivains et poètes de renom, hommes ou femmes, publient dans Minerva. Parmi les signatures les plus fréquentes, se trouvent celles, déjà mentionnées, de Jirjî Bâz, promoteur de la presse féminine en Syrie et au Liban, et de Salmâ Sâ'igh, une personnalité marquante de la vie intellectuelle des femmes à Beyrouth entre les deux guerres. Enseignante, écrivain et journaliste, Salmâ Sâ'igh (1889-1953) était réputée pour sa culture, ses talents d'oratrice, son indépendance d'esprit et son intérêt précoce pour les questions économiques et la défense de l'industrie locale. Sa formation est semblable à celle de Marie Yannî qu'elle connaissait de longue date. Née à Beyrouth, elle avait été, elle aussi, élève de l'École Zahrat al-Ihsân et du shaykh Ibrâhîm al-Mundhir auprès duquel elle avait appris l'arabe littéraire. Sa carrière avait débuté dans l'enseignement. Elle dut tôt s'essayer à l'écriture, sans doute stimulée par les encouragements de Jirjî Bâz et la parution d'Al-Hasnâ' avant 1914. Pendant la Première Guerre mondiale, elle avait dirigé un orphelinat à Ghazîr. Mariée en 1911, elle se sépara par la suite de son mari et séjourna en France, peut-être avec l'intention d'apprendre la médecine. Elle devait encore passer les années de la Seconde Guerre mondiale au Brésil où elle était partie à la recherche d'un frère qui avait émigré (Khai-rallah, 1996 : 222-224). Outre des chansons et des nouvelles, elle écrivit de nombreux articles sur les poètes et les hommes de lettres de sa génération. Culture et littérature étaient vécues par elle comme une forme d'engagement en faveur de la langue arabe, de la patrie, et de la cause des femmes.

  • 7  Sur les débuts de Jibrân Tuwaynî, voir Dâyeh, 1994. L'auteur analyse les premiers articles de Tuwa (...)

21Un autre journaliste, tout juste rentré du Caire et bientôt appelé à faire une brillante carrière dans la presse et la vie politique libanaises, apporta sa contribution à Minerva : Jibrân Tuwaynî (1890-1947)7. Il était lui aussi un Beyrou-thin de confession grecque-orthodoxe, ancien élève de l'Ecole Thalâthat al-Aqmâr (les Trois Lunes, ou les Trois Docteurs), l'équivalent de l'École Zahrat al-Ihsân pour les garçons. Il avait commencé à écrire dès l'âge de quinze ans dans la revue beyrouthine orthodoxe Al-Manâr (à ne pas confondre avec son homonyme publié en Egypte par Rashîd Ridâ). Pendant trois ans, de 1908 à 1910, il avait séjourné à Paris pour travailler dans deux revues arabes qui y étaient alors éditées, Bârîs (Paris) et Nahdat al-'Arab (Le Réveil arabe), l'organe du Comité central syrien (Al-Jâmi 'a al-sûriyya), présidé par Rashîd Mutrân, partisan de la décentralisation ottomane. Après Paris, Jibrân Tuwaynî s'était installé à Mansûra en Egypte où, pendant plus de dix ans il fut rédacteur en chef du Delta et correspondant de célèbres journaux cairotes édités par des Syriens, les deux quotidiens Al-Ahrâm et Al-Muqattam, et la revue Al-Mahrûsa (la Bien-gardée). Jibrân Tuwaynî s'intéressait à des sujets variés, culture, art et surtout politique. Question d'Orient, défense de l'arabité, avenir de la Syrie et du Liban, problème palestinien comptaient parmi ses préoccupations majeures. Revenu à Beyrouth en 1923 pour se marier, il participa donc au lancement de Minerva avant de fonder en 1924 son propre journal, le quotidien Al-Ahrâr (Les Libéraux), précurseur du célèbre Al-Nahâr (Le Jour), édité jusqu'à nos jours.

  • 8  « Hatat al-Rîhânî », I, 3, 15 juin 1923 : 125-135 ; discours de Marie Yannî à Amîn al-Rîhânî publi (...)

22Outre ces journalistes expérimentés, Marie Yannî faisait appel à des écrivains talentueux comme Amîn al-Rîhânî (1876-1940). Ce dernier était l'une des gloires du milieu intellectuel beyrouthin nationaliste arabe. Minerva se fait l'écho d'une manifestation organisée autour de lui le 19 mai 1923, au cours de laquelle il reçut l'hommage de nombreux orateurs parmi lesquels Marie Yannî elle-même8. Amîn al-Rîhânî, homme de lettres, critique, historien, romancier, était un militant de l'unité arabe. Il devait se montrer particulièrement attentif à la politique des princes arabes, Faysal al-Hâshimî en Irak, et 'Abd al-'Azîz ibn Sa'ûd en Arabie.

23Minerva publie enfin les œuvres de très nombreux poètes parmi lesquels des noms connus au Liban et en Syrie, Shiblî Malât, Amîn Nakhla, ou Shafîq Ma'lûf, poète de la diaspora. Il faut relever aussi la signature fréquente de Fu'âd al-Khatîb (1883-1957), à la fois poète, écrivain et homme politique. Il était le secrétaire du Roi Husayn du Hedjaz et faisait office de Ministre des Affaires étrangères. Il se mit par la suite au service du Roi Abd al-Azîz ibn Sa'ûd qui le nomma notamment ambassadeur d'Arabie Saoudite en Afghanistan.

24S'il n'y avait pas de véritable équipe rédactionnelle, Marie Yannî était donc entourée de collaborateurs prestigieux qui constituaient un cercle étroit et influent où jouaient la solidarité communautaire orthodoxe, les réseaux scolaires et ceux nés de l'émigration, les affinités intellectuelles et l'adhésion commune au nationalisme arabe.

25À qui s'adressaient Marie Yannî et ceux qui écrivaient dans Minerva ? Les listes d'abonnés publiées dans les numéros cinq et six de la revue en 1923, si elles ne permettent aucune évaluation statistique (il n'y a que quarante-quatre noms cités), fournissent néanmoins une petite indication : les lecteurs sont, dans leur immense majorité, des femmes chrétiennes dont environ un tiers vit en Amérique, soit à New York, soit à Sâo Paulo et Rio de Janeiro. Les autres sont établies au Liban, en Syrie, en Palestine, en Irak et en Egypte. Il faut signaler que Minerva était reçue par des associations et des écoles de jeunes filles, telle une école anglaise de Palestine ou l'école orthodoxe de Homs en Syrie (I, 5, 15 août 1923 : 239-240 ; 6, 15 septembre 1923 : 285). La revue cherchait à se faire connaître dans les plus hautes sphères intellectuelles et politiques arabes comme l'atteste le courrier publié dans ses pages. Cette rubrique est inaugurée en août 1923 par une lettre du célèbre écrivain Jibrân Khalîl Jibrân, (1883-1931), principal représentant de l'école littéraire syro-américaine, qui s'excuse de ne pouvoir consacrer plus de temps à la presse de son pays, et tente de se rattraper par un rapide cours de mythologie autour du titre de la revue (I, 5, 15 août 1923 : 236). Sa lettre n'a d'autre intérêt que de montrer qu'un homme de lettres déjà réputé s'intéressait à Minerva. Sans doute Marie Yannî avait-elle sollicité Jibrân pour qu'il apportât sa contribution à la revue. À défaut de le faire, il avait écrit un mot d'encouragement qui permettait à Minerva de se placer sous les meilleurs auspices. Plus prestigieux encore était le soutien moral apporté par le Roi Husayn du Hedjaz et son fils l'Emir 'Abdallâh de Transjordanie. Minerva reproduit les lettres que Marie Yannî reçut de ces princes en réponse à celles qu'elles leur avait adressées pour les tenir informés de son entreprise. La lettre de Husayn, reproduite sous sa forme manuscrite, est brève mais élogieuse. L'Emir 'Abdallâh, quant à lui, remercie Marie Yannî de son ambitieux projet qui répond aux besoins sociaux et culturels de « l'Orient » (Al-Sharq). En la félicitant pour la qualité de sa revue, il se dit persuadé que l'éclosion (nuhûd) d'individus de sa trempe permettra à l'Orient de connaître « un avenir éclatant » (I, 6, 1er septembre 1923 : 281-282).

26Les signatures qu'on trouve dans Minerva et le haut patronage sous lequel la revue se plaçait montrent la ligne qu'elle entendait suivre. Minerva était une revue culturelle arabe, avec les choix politiques que cela impliquait. Elle était la voix des femmes dans le mouvement littéraire du temps. Il n'était pas question de traiter de sujets futiles : mode, cuisine, bijoux, n'intéressent ni Marie Yannî ni ceux qui croient en l'avenir de la presse féminine. Celle-ci est une presse d'opinion qui aborde des sujets sérieux en tenant compte de la spécificité supposée de l'âme féminine. Il faut inculquer aux femmes l'amour de leur langue et de leur patrie avec une tonalité poétique et sentimentale qui leur parlerait au cœur. Salmâ Sâ'igh proposait de s'inspirer de May Ziyâda (1895-1941), donnée en exemple pour sa culture et son ouverture d'esprit (I, 1, 15 avril 1923 : 9). Cette célèbre femme de lettres syrienne vivait au Caire où elle avait suivi ses parents, encore adolescente, en 1908. Son père Ilyâs Ziyâda avait repris le journal Al-Mahrûsa dans lequel elle écrivit, dès 1911, ses premiers articles. Restée célibataire — ce qui était exceptionnel —, élégante et très cultivée, elle tenait chez ses parents un salon littéraire brillant. Elle continuait à écrire des articles et des poèmes en français, en anglais et en arabe. Elle traduisit aussi des romans étrangers. Son œuvre en arabe consiste surtout en de nombreux articles sur des sujets sociaux et politiques, à travers un style nouveau et une esthétique fondée sur l'émotion dont Minerva porte aussi la marque.

27Le style recherché par Minerva est bien résumé dans l'évaluation qu'en fit un poète syrien populaire, Badawî '1-Jabal, à la fin de la première année de parution. Celui-ci dit apprécier tout particulièrement dans la revue ses poèmes, qui introduisent sourire ou tristesse dans le cœur des lecteurs. Il est essentiel, déclare-t-il, de mêler les sentiments et la poésie aux messages de fond car des articles trop sérieux et trop secs ne sauraient toucher qu'un public limité. Les sujets sociaux et politiques doivent être agrémentés d'un brin de romantisme, de douceur et de tendresse, toutes matières dans lesquelles la femme est experte. La femme, dit Badawî '1-Jabal, peut « adoucir la vérité brutale, difficile à accepter ou à assimiler, et la transformer en une vérité réaliste, palpable et proche des gens ». Son caractère, imprégné de sentimentalité et de transparence, l'aide dans cette mission essentielle. Pour Badawî 1-Jabal, Marie Yannî était précisément le modèle de la femme-écrivain capable de toucher ses lecteurs et de les influencer (I, 11, 15 février 1924 : 520).

28La recherche d'un style apte à mobiliser les femmes correspondait à la haute idée que Marie Yannî se faisait du journalisme (al-sihâfa)et qu'elle mit en exergue de Minerva :

« Le journalisme est une inspiration, une émotion profonde et sereine à laquelle vibre toute contrée ; c'est une idée qui tournoie dans la tête d'un penseur en éveil et devient une vérité reconnue derrière laquelle marchent les peuples ; c'est un murmure balbutié entre les lèvres d'un individu et dont le son se transforme en une voix fracassante qui résonne parmi les foules. Comme il est nécessaire que cette émotion soit délicate et sincère, cette idée élevée, et ces lèvres honnêtes et pures ! » (I, 1,15 avril 1923 : 2).

29Marie Yannî avait le sentiment d'accomplir une mission de guide et d'éveilleur des consciences. Il revenait à l'homme ou à la femme de plume, à la fois journaliste, poète et écrivain, de former intellectuellement et moralement ses lecteurs. Cela supposait qu'il fût lui-même vertueux, vrai dans ses sentiments et pur dans ses intentions, au service d'une cause désintéressée. La question posée dans le premier numéro de Minerva, « Comment doivent être nos revues ? », procède de cet état d'esprit. Les réponses obtenues par Marie Yannî montrent au demeurant que ses convictions étaient partagées : Marie 'Ajamî, l'éditrice d'Al-'Arûs, rapproche ainsi journalisme et littérature et insiste sur le devoir éthique de l'écrivain, appelé à s'appliquer à lui-même ce qu'il enseigne dans ses travaux (Ibid. : 25-29). Pour une autre femme, Christine Khûrî, la presse doit éclairer ses lecteurs. Elle dénonce ceux qui proposent de cesser d'instruire et d'éduquer les femmes. Un tel retour en arrière serait néfaste et aurait des conséquences bien plus graves que les dommages supposés de l'instruction. Il est impossible, poursuit-elle, d'ignorer les bienfaits de la connaissance qui éclaire l'intelligence de la femme, aiguise son sens du devoir et renforce sa volonté. Christine Khûrî traite aussi de l'impact de la civilisation occidentale sur les pays de l'Orient qui ont été envahis par les apports scientifiques et culturels des pays européens ; tout en fut bouleversé : les habitudes, les mœurs, la vie sociale... Ces mutations auraient pu être bénéfiques si le peuple y avait été préparé. Il est néanmoins impossible d'arrêter le courant, d'en dévier la direction et de choisir le parti de l'immobilisme et du déclin. L'évolution de la société est comparable au médicament qui, lorsque le malade le prend raisonnablement, le guérit, mais lorsqu'il l'avale trop vite, peut le tuer. Aux revues, par conséquent, de jouer le rôle du médecin qui mesure les doses à administrer. A elles, en d'autres termes, de dire jusqu'à quel point on peut imiter l'Occident. Christine Khûrî espère donc que Minerva, par ses informations et par ses articles, éclairera le cœur et la raison qui, ensemble, mèneront l'humanité sur les chemins de la perfection (Ibid. : 19-21).

30Les propos de Christine Khûrî sur l'impact de la civilisation occidentale rappellent dans quel contexte intellectuel, social et politique, les journalistes prétendaient guider leurs lecteurs. Il s'agissait de stimuler leur foi dans un progrès dont le modèle et les fondements venaient d'Occident, tout en les rendant fiers de leur identité propre. Marie Yannî, Marie 'Ajamî, Christine Khûrî et tous les collaborateurs de Minerva avaient le sentiment de vivre un temps de « Renaissance » (Nahda) qui consistait à retenir ce qu'il y avait d'universel dans la civilisation européenne — l'instruction, la liberté, le progrès scientifique et technique, l'émancipation des femmes — en l'acclimatant dans la culture arabe et orientale. Minerva est toute pétrie des idéaux de la Nahda et, de page en page, ne cesse d'employer le mot lui-même. Le projet de la revue est d'apprendre aux lectrices comment vivre ce temps de Renaissance, spécialement la « Renaissance féminine » (al-Nahda al-nisâ'iyya) qui en est l'un des aspects. Minerva croit au « progrès » (taqaddum) et au « renouveau » (tajaddud) des femmes qui affirment leur égale dignité avec les hommes, sortent de l'anonymat de leurs maisons et font entendre publiquement leurs voix. Progrès et renouveau doivent être vécus dans la continuité des traditions orientales. Ils ne sont pas une rupture avec la culture arabe mais, au contraire, permettent de l'approfondir. Car des femmes instruites et sages contribuent au rayonnement de la langue, inculquent l'amour de la patrie, et participent au progrès de la société tout entière.

31Ce discours en soi n'est pas nouveau ; il est celui de la presse arabe de la fin du XIXe siècle. Mais le contexte a changé. Aussi le discours, optimiste encore, prend-il un caractère d'urgence ; certains de ses termes se durcissent. Minerva témoigne du sentiment grandissant d'un affrontement avec l'Occident. Un article de Jibrân Tuwaynî parle ainsi du « combat fracassant » (sirâ' ha'il) que se livrent désormais « les deux civilisations occidentale et orientale ». La politique n'en est qu'un des aspects. Plus profondément, ce combat atteint la vie quotidienne de l'individu, à l'école, à la maison, dans son mode de vie et dans son fonctionnement intellectuel (I, 3, 15 juin 1923 : 103).

32Jibrân Tuwaynî, à l'instar des collaborateurs de Minerva en général, met moins l'accent ici sur les bouleversements politiques que sur les transformations de la société. Sur le plan politique, Minerva, en 1923, s'en tient à un nationalisme romantique qui s'enracine dans l'amour de la patrie et la conviction d'un avenir glorieux pour la nation enfin prête à vivre son rêve, sans penser l'État ni le territoire sur lequel s'exerce sa souveraineté (Pluymène, 1979 : 16). L'horizon de la revue est le Bilâd al-Shâm — « notre Syrie » (Sûriyyatu-nâ) comme dit Jirjî Bâz (I, 1, 15 avril 1923 : 11) — la Syrie étant entendue ici dans son acception historique et géographique. Le terme désigne un vaste territoire compris entre la Méditerranée et l'Euphrate, le Taurus et le désert d'Arabie, et excluant l'Irak. Sur la situation politique de la Syrie, la revue est silencieuse. Qu'une partie de ce territoire soit sous mandat français et qu'il soit morcelé en divers Etats est un fait à peine commenté par Minerva, que ce soit positivement ou négativement. La politique mandataire française n'est pas attaquée. Certes une évocation de l'écrivain damascène Khayr al-Dîn al-Ziriklî, adversaire notoire du mandat, insiste sur les effets néfastes de la bataille de May-salûn qui opposa, le 24 juillet 1920, les troupes françaises et les troupes arabes (I, 12, 15 mars 1924 : 560). Victorieux, les Français devaient entrer à Damas le lendemain ; Faysal, roi de Syrie depuis mars 1920, fut alors contraint à l'exil. Mais il est intéressant de relever que, parmi les princes hachémites dont Minerva recherche le patronage, Faysal, devenu roi d'Irak, est moins présent que son père, le Roi Husayn du Hedjaz, ou que son frère, l'Emir 'Abdallâh de Transjordanie. La revue n'évoque jamais, ni en bien ni en mal, les États du Levant sous mandat français : les Etats d'Alep et de Damas et le Gouvernement autonome du Djebel druze — alors réunis dans la Fédération des Etats de Syrie — l'Etat des Alaouites, et l'Etat indépendant du Grand-Liban dont Beyrouth était devenue la capitale. Il est vraisemblable qu'une partie des rédacteurs de Minerva ait, dans le fond, bien accueilli le mandat français, comme le laissent entendre des propos ambigus de Salma Sâ'igh dans le premier numéro de Minerva. Alors qu'elle explique que la « Renaissance » n'est pas encore parvenue à maturité, la journaliste critique le mot arabe retenu pour désigner le « mandat », « intidâb », car « intidâb », dit-elle, évoque le contrôle qui s'exerce sur une personne déjà adulte à laquelle manque une direction, alors que le pays en est encore au stade de l'enfance et de la couvaison (I, 1, 15 avril 1923 : 10). Un numéro du deuxième volume de Minerva publie par ailleurs la photo du Général Sarrail, qui fut en 1925 haut-commissaire représentant la République française dans les États du Levant placés sous son mandat.

33Le sentiment d'un combat entre Orient et Occident est donc au premier abord moins politique que culturel. Minerva prend surtout en compte les changements profonds survenus dans la société beyrouthine. Beyrouth jouait depuis les années 1820 un rôle important dans l'économie du Bilâd al-Shâm. Bien avant le départ des occupants égyptiens (1832-1840), et avec l'installation de la quarantaine pour le contrôle sanitaire des bateaux et du port, la soie du Mont-Liban était acheminée vers Marseille via le port de Beyrouth. C'est par ce dernier également que transitait, dès 1840, la majorité des produits en provenance de l'Angleterre à destination de la Syrie (Labaki, 1984 : 56, 349). L'ouverture des marchés syriens aux marchandises européennes contribua à la modernisation des infrastructures économiques et culturelles. L'occidentalisation des mœurs et des mentalités s'ensuivit progressivement. Déjà facilitée par la forte implantation des écoles missionnaires, elle avait fortement et sûrement démarré à la fin du XIXe siècle (Mayeur-Jaouen, 1995 : 816). Traditions religieuses et coutumes familiales étaient bouleversées. La cérémonie religieuse des fiançailles, par exemple, tombait en désuétude tandis que les relations à l'intérieur de la famille traduisaient l'érosion de l'autorité paternelle désormais répartie entre les différents membres de la famille. Celle-ci se rapprochait du modèle de la famille nucléaire (Nammour, 1989).

34Sans se placer résolument dans l'opposition au mandat français, Minerva craignait peut-être que la présence d'une autorité politique européenne sur le sol syrien ne renforçât le processus d'une occidentalisation à la fois rapide et sélective. Aussi la revue invite-t-elle à le maîtriser. À ses lectrices, dont la condition s'était déjà beaucoup transformée, elle propose de faire une pause et de réfléchir à la façon dont elles peuvent rester d'authentiques femmes arabes et orientales. La question de l'identité prime sur celle de l'émancipation.

  • 9  Cette revue en langue française avait pour directeur et propriétaire Charles Corm et fut éditée à (...)
  • 10  Textes dans Antoine Hokayem et Marie-Claude Bittar, 1981 : 106-109 et 197-207.
  • 11  Ces territoires sont le 'Akkâr, la Biqâ' (Bekaa), le Jabal 'Âmil et la plaine côtière incluant les (...)

35Cette ligne essentiellement culturelle n'est pas sans signification politique. Minerva pose implicitement le problème de l'identité de l'État libanais. À vrai dire, si Marie Yannî et ses collaborateurs mentionnent à peine le Liban, on peut penser qu'ils n'étaient pas hostiles à son existence comme État indépendant. La naissance d'un État créé pour que les chrétiens exercent un pouvoir politique était à même de les rassurer. Rappelons d'ailleurs que c'est un membre de la communauté orthodoxe à laquelle appartenait la majorité de ceux qui écrivaient dans Minerva, l'avocat Charles Dabbâs issu d'une vieille famille de Beyrouth, qui devait être le premier Président de la République libanaise de 1926 à 1932. Mais Minerva témoignait d'une autre conception de l'État libanais que celle qui s'était exprimée en 1919 dans les quatre numéros de la Revue phénicienne par exemple9, ou dans les mémoires des délégations libanaises remis à la Conférence de la paix10. Nulle allusion dans Minerva aux ancêtres phéniciens ni à la vocation spéciale d'un Liban francophone, séculairement tourné vers l'Occident, historiquement, culturellement et géographiquement distinct des pays qui l'entourent. Ceux qui prennent la plume dans la revue sont de cœur des nationalistes arabes, naturellement solidaires du Bilâd al-Shâm, comme la grande majorité des habitants des territoires réunis au Mont-Liban en 1920 pour former l'Etat du Grand-Liban11, et très soucieux de la concorde entre musulmans et chrétiens.

36Minerva prolonge donc le discours de la Nahda dans un contexte social, culturel et politique qui, plus que jamais, exige la mobilisation des consciences et des énergies. Les années vingt restent une époque de renaissance mais sont aussi une époque de combat. La Renaissance ne semble possible que vécue dans les valeurs propres de la société arabe et orientale. L'aspect identitaire de la Nahda, qui a toujours existé, l'emporte. Dans le mouvement qu'est fondamentalement la Nahda, l'ouverture à l'autre compte moins que la quête et l'affirmation de soi-même. À cette quête, les femmes doivent participer. Elles entrent courageusement sur le « champ de bataille », comme dit Jibrân Tuwaynî (I, 3, 15 juin 1923 : 103). Minerva est le signe que les femmes participent au combat pour la renaissance de l'Orient. La revue a aussi un effet d'entraînement. Elle se propose à son tour de former d'authentiques femmes arabes prêtes à servir leur patrie et leur nation et mises en garde contre les méfaits du mimétisme.

La défense de l'identité arabe

37Minerva a manifestement pour objectif essentiel de soutenir le patriotisme arabe syrien de ses lectrices. Elle célèbre à la fois l'amour de la terre et l'unité nationale. Le sol syrien, à l'échelle du Bilâd al-Shâm, constitue la « patrie », watan, conçue comme un territoire qu'il faut défendre et servir, avec des références françaises : ainsi la définition de la patrie d'après le Dictionnaire philosophique de Voltaire est-elle donnée dans le numéro onze (I, 11, 15 février 1924 : 513-515). Les habitants de la patrie sont unis par le sentiment d'une appartenance nationale (qawmiyya) commune qui repose sur la langue et l'histoire arabes et rend le Bilâd al-Shâm solidaire de l'Egypte, de la péninsule arabique et de l'Irak, sans se confondre avec eux. L'adjectif « arabe » est souvent employé comme synonyme d'« oriental » dans la mesure où l'identité arabe se construit en référence à l'Occident et contre lui. Cette identité arabe est commune aux chrétiens et aux musulmans invités à la compréhension mutuelle et à l'amour.

38L'engagement de Minerva au service de la cause arabe, évident, reste dans les limites d'un militantisme de bon aloi, tout empreint, nous l'avons dit, d'une douceur et d'un romantisme jugés propres aux femmes, qui n'échappent pas à la mièvrerie. Nul ennemi désigné dans les pages d'une revue qui ne recherche en aucune façon la polémique. S'adressant à des femmes bien élevées, elle se place résolument sur le terrain de la culture. Il faut tenir compte aussi de la psychologie de son éditrice et de ses collaborateurs qui appartiennent à une génération parvenue à l'âge adulte avant la Grande Guerre, encore pénétrée des idéaux des Lumières européennes, pétrie des concepts culturels et politiques français, et conservatrice sur le plan social. De ce point de vue, le « nationalisme romantique », qui exclut tout rejet idéologique de la puissance dominante, n'est pas spécifique à Minerva mais caractéristique du début des années vingt. Il est seulement accentué dans une revue destinée à des femmes.

39L'attachement au sol s'exprime tout d'abord par de simples procédés de langage, des adjectifs possessifs utilisés pour déterminer des lieux : les auteurs parlent de « notre Syrie », ou de « notre Beyrouth ». S'y ajoutent des descriptions détaillées de la nature syrienne, telle celle du fleuve Tamiras, le Nab' al-Safâ', par Jibrân Tuwaynî (I, 6, 15 septembre 1923 : 259). La contemplation de la nature ne fait pas que renforcer l'amour de sa terre natale. Elle est aussi une métaphore du progrès. Les eaux du Tamiras qui ruissellent sur les rochers ou coulent en cascade symbolisent le mouvement de la société tendue vers la réforme et l'amélioration de ses conditions d'existence.

40La revue est très attachée au rayonnement de la langue arabe. Elle s'intéresse à la poésie et à la littérature contemporaines. Par les concours de poésie et d'écriture que nous mentionnions plus haut, elle encourage ses lectrices à maîtriser l'arabe littéraire. Celui-ci doit être aussi utilisé oralement comme y incite le grand nombre de poèmes et de discours publiés dans Minerva. Nous l'avons dit, qualités d'écriture et qualités oratoires doivent se conjuguer. Minerva poursuit ainsi l'effort de rénovation de la langue qui caractérise la presse depuis une cinquantaine d'années. Elle témoigne de ce que l'arabe est une langue bien vivante, qui peut exprimer les besoins et les aspirations du temps et stimuler l'imagination créatrice. La revue fait un devoir aux femmes non seulement de connaître leur langue mais de la transmettre. À cette fin, elle publie un poème qu'elle propose aux mères de faire mémoriser à leurs enfants pour qu'ils apprennent l'arabe.

  • 12  I, 1, 15 avril 1923 ; 2, 15 mai 1923 ; 7, 15 octobre 1923.
  • 13  « Al-'Arab qabl al-islâm », I, 3, 15 juin 1923 : 136-143 ; 4, 15 juillet 1923 : 182-184 ; 5, 15 ao (...)

41L'histoire est naturellement très présente. Minerva évoque les souvenirs glorieux du passé et l'histoire récente de la Syrie et des pays arabes. Vallée des Rois, sur la rive occidentale du Nil à Louxor, et archéologie du Yémen font tour à tour l'objet d'articles12. Une conférence sur les Arabes avant l'islam, prononcée par le Docteur Hasan al-Asîr à l'Association de bienfaisance de Tripoli le 26 mai 1923, est publiée en feuilleton tout au long de la première année13. L'évocation des anciens Arabes n'est pas que pure nostalgie. La passé mythifié joue un rôle pour le présent. Il contribue à la formation de la nation à laquelle il donne des motifs de fierté et peut servir de modèle. De longues stances des poètes de la Jâhiliyya permettent ainsi à Hasan al-Asîr d'illustrer l'éthique et le courage des Arabes. Sans surprise, le conférencier insiste également sur leur grande tolérance à l'égard des femmes. Les pères consultaient les filles avant de les marier et les liens de parenté du côté maternel étaient tout autant revendiqués que ceux du côté paternel (I, 3, 15 juin 1923 : 136-143).

42Le risque d'une telle idéalisation du passé est de rendre plus difficilement acceptable encore le présent. Les auteurs ont beau affirmer qu'ils vivent un temps de renaissance, celui-ci reste bien obscur comparé à l'éclat du passé. C'est ce qu'exprime Muhammad Kâmil Shu'ayb al-'Âmilî dans le poème Une larme pour l'Orient (Dam'a fî sabîl al-Sharq) : il déplore la paresse, la faiblesse, la cherté de la vie, les divisions internes, l'ignorance dans lesquelles baignent encore, selon lui, les peuples et les pays de l'Orient. Ces défauts sont toujours mis en parallèle avec les qualités contraires qu'on rencontrait dans le passé et qui pourraient transfigurer l'avenir : au déclin, s'oppose la renaissance, aux divisions internes, Ja solidarité, à la faiblesse, l'énergie (I, 6, 15 septembre 1923 : 257).

  • 14  Rappelons que ces Martyrs ont donné leur nom à l'une des principales places du centre de Beyrouth, (...)
  • 15  « Mudhakkirât Shahîd », I, 2, 15 mai 1923 : 83-85 ; 3, 15 juin 1923 : 122-124 ; 4, 15 juillet 1923 (...)
  • 16  La vérité sur la question syrienne, publié par le Commandement de la IVe Armée (Djemal Pacha), Sta (...)

43Minerva fait mémoire d'événements douloureux récents qui sont aussi le creuset où se forge la nation. Celle-ci communie tout spécialement au souvenir des « Martyrs » (Shuhada) de 1915 et de 1916, victimes de la répression du gouverneur turc de la Syrie, Djemal Pacha. Après la saisie de documents au Consulat de France à Beyrouth qui faisaient état de contacts pris par les autonomistes ou indépendantistes syriens et libanais avec les représentants de la France, quelque deux cents personnalités musulmanes et chrétiennes avaient été jugées par la cour martiale de 'Aley pour trahison. Deux vagues de pendaisons publiques s'en étaient suivies à Beyrouth et à Damas, le 21 août 1915 et le 6 mai 1916. Le 6 mai devait rester comme date anniversaire des exécutions14. Minerva s'associe à la commémoration. À l'occasion de la Fête des Martyrs du 6 mai 1923, elle publie dans quatre numéros consécutifs le journal de l'une des victimes, Petro Paoli, un journaliste chrétien condamné pour avoir écrit en faveur de l'indépendance arabe15. La mort de Petro Paoli et de ses compagnons, sans nul doute, avait été vécue de très près par les collaborateurs de Minerva qui appartenaient aux mêmes cercles que les victimes. Petro Paoli lui-même était orthodoxe. Notons aussi qu'un membre de la famille Yannî, Qustantîn, faisait partie des personnes que la cour martiale de Aley avait condamnées par contumace16. Le sacrifice des Martyrs était associé au renouveau national puisqu'il avait été le signal de la grande révolte arabe — la révolution arabe comme l'appelaient les nationalistes — déclenchée dans le Hed-jaz le 5 juin 1916 par les princes hachémites. Ceux-ci, on le sait, sont présents dans les pages de Minerva, ainsi que le secrétaire aux Affaires étrangères, Fu'âd al-Khatîb.

44La mobilisation patriotique ne se fait pas seulement autour de thèmes culturels et historiques. C'est l'une des caractéristiques de la période de l'entre-deux-guerres, l'économie devient un élément essentiel de la lutte nationale alors que la concurrence des marchandises étrangères met à mal les productions locales. Le déséquilibre croissant de la balance commerciale entre la Syrie et le Liban et les pays européens, ainsi que l'installation à Beyrouth de nombreux réfugiés d'Arménie et de Cilicie, incitent Salmâ Sâ'igh à dresser le bilan de l'état économique de la nation dans une conférence reproduite par Minerva (I, 12, 15 mars 1924 : 548-554). Dans ses analyses et ses suggestions, les considérations politiques dominent. Elle associe intimement le renouveau du sentiment national et le progrès économique. Elle espère en des chefs forts et patriotes qui pourront grouper le peuple derrière eux et lui faire consentir des sacrifices en attendant des jours meilleurs. Elle compte aussi sur le patriotisme des émigrés qui expriment sans cesse leur désir d'investir dans leur pays d'origine et déplorent l'absence de programmes et de propositions de la part de leurs compatriotes. Se fondant sur Montesquieu, Salmâ Sâ'igh s'intéresse aux progrès de l'agriculture qui tiendraient moins à la fertilité des sols et aux superficies cultivées qu'à la justice et à la sécurité qui règnent dans le pays. Les préoccupations économiques de la journaliste mêlées au sentiment national naissant nourrissent chez elle une xénophobie latente (Pluymène, 1979 : 33). L'afflux de populations consécutif à la désintégration de l'Empire ottoman aggrave, selon elle, les problèmes économiques. Elle suggère d'installer les nouveaux arrivants sur des terres agricoles, sans tenir compte de l'origine urbaine de la majorité d'entre eux. Pour conclure, Salmâ Sâ'igh convoque Clemenceau pour dire que la force de la production peut sauver un peuple. Celui-ci, même s'il est exploité ou réduit en esclavage par des occupants, peut créer un système économique qui obligera les colonisateurs les plus acharnés à se retirer.

45Dans cet esprit, Minerva pousse ses lectrices à encourager concrètement l'industrie locale en étant patriotes jusque dans leurs achats. Dans un récit de voyage en Italie et à Marseille, Inès Barakat Bâz juge ainsi le savon fabriqué en Syrie à base d'huile d'olive préférable au savon européen préparé à partir de graisses, de colorants et d'alcool (I, 7, 15 octobre 1923 : 329). L'industrie textile libanaise est également défendue. Aux femmes, il est proposé d'acheter au moins une paire de chaussettes par an, ce qui devrait éviter la faillite d'entreprises de confection et le chômage de milliers d'ouvriers (I, 12, 15 mars 1924 : 531-533). Il faut dire que les différentes crises économiques et la concurrence de l'Extrême-Orient avaient déjà sérieusement affecté les exportations industrielles libanaises, traditionnellement fondées sur la soie. Les femmes étaient parfois accusées par la presse de leur avoir donné le coup de grâce en préférant des tissus et des vêtements importés de l'étranger (Chevallier, 1962 : 300-324).

  • 17  « Al-Nahda al-nisâ'iyya fî Misr wa Sûriyya », I, 3, 15 juin 1923 : 103-108 ; « Shaqîqatâni tatabâ' (...)
  • 18  Cf. Badran, 1996 : 74 et ss. Le Comité central des femmes du Wafd fut créé le 12 janvier 1920, sou (...)
  • 19  Jusque vers 1920, le voile paraissait nécessaire à Hudâ Sha'rawî, la grande féministe égyptienne, (...)

46D'une manière générale, les prises de position patriotiques de Minerva mettaient en cause le processus d'occidentalisation. Les femmes étaient incitées à ne pas calquer leur conduite sur celles des femmes occidentales. Elles étaient averties des dangers d'un mimétisme contraire aux intérêts supérieurs de la nation. Les enjeux d'une voie orientale de l'émancipation féminine sont très clairement exprimés dans deux importants articles de Jibrân Tuwaynî. Parus respectivement en juin 1923 et janvier 1924, ils sont intitulés « La Renaissance féminine en Syrie et en Egypte » et « Deux sœurs qui s'écartent : l'éducation des deux femmes du pays, la musulmane et la chrétienne »17. Dans le premier article, Tuwaynî constate des différences dans les renaissances féminines vécues par les « deux pays frères » (al-qutrâni al-shaqîqâni), l'Égypte et la Syrie. Ces différences tiennent aux emprunts inégaux faits à l'Occident. En Egypte, écrit le journaliste, la renaissance des femmes remonte à Qâsim Amîn (1863-1908) et s'est surtout manifestée dans la lutte contre la domination coloniale britannique. Les femmes ont participé à la révolution de mars 1919 et restent engagées dans la vie politique, notamment à travers le Comité des femmes du Wafd18. Ici « la Renaissance (Nahda) s'est transformée en révolution politique (inqilâb siyâsî) ». Pour autant, les femmes égyptiennes ont conservé leurs « habitudes nationales » ('âdât qawmiyya) et leurs traditions orientales. Elles parlent l'arabe et continuent à porter le voile, ce qui n'exclut pas qu'elles adoptent par ailleurs la mode européenne19. Les femmes coptes elles-mêmes sont parfois voilées. Et Jibrân Tuwaynî de souligner qu'il n'y a pas de différences entre elles et les femmes musulmanes. Il ne prétend pas ici discuter du voile. Il souligne plutôt l'heureux compromis entre modèle occidental et valeurs nationales orientales, et l'intérêt d'une émancipation progressive qui touche au même rythme femmes chrétiennes et femmes musulmanes. Tuwaynî, en revanche, juge négativement la façon dont s'est faite la Renaissance de la femme syrienne parce qu'elle crée un fossé entre les musulmanes et les chrétiennes. Ces dernières n'ont, selon lui, aucun respect pour les habitudes locales. Elles assimilent toutes les modes de la civilisation occidentale dans leurs moindres détails, y compris le plaisir coupable de danser le tango et le fox-trot. Le plus grave est qu'elles ne parlent pas leur langue « car les exigences de l'occidentalisation (al-tafarnuj) imposent à la femme d'aujourd'hui de ne parler que dans une langue étrangère ». Jibrân Tuwaynî se défend d'être de ces « conservateurs » (al-jâmidûn) qui disent qu'il faut à tout prix rester attaché à « l'ancien » (al-qadîm). Il préconise le « juste milieu » (al-wasat) :

« Nous devons prendre des habitudes et des langues des Occidentaux ce qui s'accorde avec nos goûts, nos traditions, et leur donner une teinture, sinon une couleur locale. Ainsi notre renaissance féminine reposera-t-elle sur une véritable base nationale ».

47La crainte que des valeurs et des modes de vie trop différenciés entre les femmes musulmanes et les femmes chrétiennes ne viennent relâcher les « liens nationaux » (al-'urâ al-qawmiyya) est précisément exprimée dans le deuxième article de Tuwaynî. Il faut, dit-il, rechercher « l'unité nationale » (al-wahda al-qaw-miyya) en faisant en sorte que la femme chrétienne ne suive pas aveuglément le courant de « l'imitation de l'Occident » (al-taqlîd al-gharbî) et que la femme musulmane ne soit pas retenue par des « traditions figées » (al-taqâlîd al-jâmida). Les deux sœurs doivent suivre le même chemin : « le chemin de l'éducation nationale commune » (tarîq al-tarbiya al-qawmiyya al-mushtaraka). Pour Tuwaynî, il est grave que les jeunes filles musulmanes n'assimilent de l'Occident que la science et la culture alors que les jeunes filles chrétiennes adoptent intégralement sa façon d'être et son mode de vie. L'éducation des enfants ne peut qu'en souffrir. Influencés par leurs mères, ceux-ci risquent de s'éloigner de leurs compatriotes d'autres confessions. Ici Tuwaynî déplore à nouveau l'abandon par les femmes chrétiennes de la langue arabe : dans leurs salons, le français est de mise. Ce facteur serait une cause d'éloignement supplémentaire. C'est pourquoi Tuwaynî trouve bon de célébrer l'effort des rédactrices des revues qui, comme Marie Yannî, s'expriment et écrivent en langue arabe.

  • 20  Extraits et analyse de cette déclaration dans Rabbath, 1986 : 478-481.
  • 21  Notons que l'article 11 de la constitution libanaise de 1926 faisait du français une langue offici (...)

48La caricature des milieux occidentalisés, et en premier lieu la critique de l'abandon de la langue arabe, ne sont pas des nouveautés. Ce qui est intéressant dans ces articles de Tuwaynî, ce sont les enjeux politiques implicites. Comment construire une nation par-delà les clivages confessionnels ? Pour Tuwaynî, seule la culture arabe est à même de rassembler chrétiens et musulmans dans un projet commun. L'auteur pose fondamentalement le problème du « visage arabe » du Liban. « Le Liban est une patrie dont le visage est arabe, qui retirera un bien utile de la civilisation des Arabes », affirmera vingt ans plus tard la déclaration ministérielle du 7 octobre 1943 qui fixe les conditions de l'indépendance du Liban et de ce qu'on appelle « le Pacte national » (al-Mîthâq al-watanî)20. Des thèmes fondateurs du Liban arabe sont présents dans les articles de Tuwaynî : le modèle de l'Egypte — pays où l'auteur, rappelons-le, a vécu dix ans, et où les immigrés originaires du Bilâd al-Shâm étaient fort nombreux ; la langue arabe, seule langue nationale21 ; le rapprochement des chrétiens et des musulmans dans un Etat créé pour que les premiers soient majoritaires mais qui, dans les faits, était multicommunautaire, sans majorité ni minorité.

Minerva, une revue féministe ?

49Pour les journalistes de Minerva, affirmation nationaliste et cause des femmes sont intimement liées. La revue affirme que la renaissance nationale est impossible sans la participation des femmes. Mais en mettant l'accent sur les questions identitaires, elle s'interdit de réfléchir à la nature profonde de l'émancipation féminine. Qualifier la revue n'est pas soi-même chose aisée : Minerva est-elle une simple revue féminine ou une revue féministe ?La question se pose d'autant plus que l'adjectif arabe nisâ'î, qui est employé dans Minerva, traduit indistinctement « féminin » et « féministe ». Si l'on considère le féminisme dans son sens large comme toute réflexion sur la condition des femmes et toute action visant à faire reconnaître leur rôle social, si, à l'instar de Margot Badran, on distingue un féminisme organisé et un féminisme quotidien incarné par des femmes qui exercent une profession ou sont désireuses d'améliorer leur situation (Badran, 1996 : 19), alors Minerva est incontestablement une revue féministe. Mais celle-ci est dépourvue de toute revendication expresse de nouveaux droits pour les femmes. Minerva est une revue engagée, mais pas une revue de combat. Elle attire de grands noms de la littérature arabe de l'époque et suscite l'intérêt bienveillant d'hommes politiques. Par sa nature même, elle symbolise la participation des femmes au mouvement culturel et politique. On n'y trouve pas en revanche de réflexion sur la situation concrète vécue par les femmes. Minerva a une vision essentialiste de « la » femme dont elle parle presque toujours au singulier. La diversité des situations et des conditions de vie n'est pas étudiée. La revue exprime les préoccupations d'un tout petit milieu citadin, bourgeois et chrétien, où les femmes sont certes instruites et libres de leurs mouvements mais où la revendication des droits est strictement bornée par les convenances de la bonne société et les exigences identitaires.

50Pour Minerva, l'égalité des hommes et des femmes doit surtout se manifester dans l'instruction et dans la reconnaissance du rôle social de la mère. De numéro en numéro, la revue perpétue un discours vieux de trente ans dans les revues arabes réformistes, celui qui exalte la femme épouse et mère, âme de la nation grâce à l'influence qu'elle exerce dans sa famille. Le ton est donné par Amîn al-Rîhânî dès le deuxième numéro. Son point de vue sur la femme rappelle les articles de Jibrân Tuwaynî analysés ci-dessus, avec moins de profondeur politique. Amîn al-Rîhânî commence par se réjouir de l'évolution moderne de la femme orientale sur les traces de sa sœur occidentale. Mais en plaçant le mouvement sous le signe de la confrontation entre deux civilisations, il est amené à tenir des propos des plus convenus et somme toute déjà fort conservateurs sur la condition féminine. Les bienfaits de l'évolution actuelle, dit-il, ne résident ni dans les « illusions de l'éveil politique (nahda siyâsiyya) des femmes », ni dans les « faux-semblants de la liberté », ni dans l'habitude de danser ou de baragouiner une langue étrangère, ni dans l'indépendance financière de la femme mariée ni dans l'indépendance politique. Les premiers bienfaits de cette évolution se trouvent dans une maternité saine, éclairée, libre et sage. Que grâce à leur mère, les enfants soient élevés dans l'amour et dans la sagesse. La plus belle liberté de la femme est celle que la mère enracine dans le cœur de ses enfants (I, 2, 15 mai 1923 : 55).

51L'on doit certes distinguer le discours des hommes et celui des femmes qui écrivent dans Minerva. Ce sont les hommes surtout qui craignent que « la femme orientale » ne ressemble par trop à « la femme occidentale » — ce qui justifie dans le fond tous les conservatismes quoique les intéressés s'en défendent avec force. Les femmes, elles, affirment sans ambages qu'elles sont les égales des hommes. Elles partagent toutefois avec leurs collaborateurs masculins la conviction que « la mère, c'est la nation » (al-umm hiya l-umma), pour reprendre le titre d'un article de Marie Yannî (I, 11, 15 février 1924 : 483-486). L'association entre la mère (al-umm) et la nation (al-umma) est d'autant plus percutante que les deux mots en arabe ont la même racine et sont presque semblables. « La mère, c'est la nation » signifie que la femme fait les peuples. De son instruction et de ses mœurs dépendent celles de ses enfants et par conséquent de la nation. Aussi le projet essentiel de Minerva est-il de donner une conscience sociale à des lectrices dont la vocation est d'être des femmes au foyer.

  • 22  Cf. un article du médecin Georges Hannâ dans Minerva, I, 4, 15 juillet 1923 : 171-175.

52Quelle image donne Minerva de l'existence de ces femmes au foyer ? Dans la vie domestique, elles jouissent d'une parfaite égalité avec leurs maris et sont pleinement responsables à leurs côtés des décisions à prendre concernant l'éducation des enfants. Les rapports conjugaux sont envisagés pour eux-mêmes, en dehors de la fonction parentale. Pour une bonne harmonie dans le couple, Marie 'Ajamî conseille aux maris et aux femmes de prendre quelques jours de vacances séparément (I, 8, 15 novembre 1923 : 354-355). La femme lit les journaux et va à des conférences. Elle doit être par ailleurs une mère attentive, et cela dès le plus jeune âge de l'enfant qu'il vaut mieux allaiter que de mettre en nourrice22. Notons que l'alternative du biberon, un facteur déterminant de la transformation de la vie des femmes, ne semble pas sérieusement envisagée. Il faut que la femme veille elle-même à l'éducation et à l'instruction de ses enfants, leur parle l'arabe et leur apprenne à aimer ses compatriotes d'autres confessions.

53Des questions essentielles dans la poursuite du processus d'émancipation, accès au travail, droits politiques, solidarité avec les femmes d'autres pays, sont envisagées, mais timidement. Minerva n'est pas hostile au travail des femmes. Marie Yannî et les éditrices de journaux sont elles-mêmes des femmes mariées, mères de famille souvent, qui exercent une activité professionnelle. La revue honore les pionnières. Elle salue la mémoire de Marie Eddé, première femme médecin, fondatrice d'un sanatorium, tout juste décédée (I, 10, 15 janvier 1924 : 354-362). Les biographies que publie Minerva sous la plume de Jirjî Bâz ont valeur d'exemple : pourquoi ne pas suivre les traces de la mère Maryam Jahshân, fondatrice de l'école Zahrat al-lhsân, ou de la poétesse Warda al-Yâzijî (I, 4, 15 juillet 1923 : 153-159 ; 11, 15 février 1924 : 487-491) ? Le genre biographique, traditionnel dans la littérature et l'historiographie arabes, avait été remis à la mode et modernisé depuis cinquante ans dans les revues arabes. C'était une manière édifiante de faire de l'histoire en montrant le chemin tracé par les glorieux prédécesseurs. Il ne s'agissait pas tant d'évoquer des individus que l'idéal social qu'ils représentaient et qui apparaissait comme un modèle à suivre (Khalidi, 1994 : 204-210). C'est pourquoi leur éducation et leurs qualités personnelles étaient mises en valeur. La nouveauté à la génération de Minerva, ce sont les biographies de femmes. Celles-ci sont montrées dans des activités publiques. Les lectrices sont incitées à trouver à leur tour leur place dans la société, à prendre des responsabilités, à œuvrer pour la collectivité. Le choix des métiers, toutefois, reste limité. Les femmes peuvent être enseignantes, écrivains, infirmières, plus rarement médecins. Les autres professions qualifiées sont réservées aux hommes. L'exercice d'un métier reste lié aux activités caritatives et philanthropiques et, comme on l'a vu, n'est pas nécessairement rémunérateur.

54Minerva manifeste aussi, quoique timidement, un certain intérêt pour les activités politiques des femmes. On se souvient de l'article de Jibrân Tuwaynî évoquant notamment le soutien apporté au Wafd parles femmes égyptiennes. La chronique du mois d'août 1923 signale aussi que l'épouse de Mustafa Kemal a été nommée député à l'Assemblée nationale d'Ankara (I, 5, 15 août 1923 : 240). Un seul article porte directement sur le rôle politique des femmes. Il a pour titre « Je suis pour que la femme gouverne » (« Ana li-l-mar'a an tahkuma », I, 6, 15 septembre 1923 : 260-265). L'auteur, un homme, Bishâra Jibrân Masarra, se contente de rapporter un discours tenu par une féministe américaine qui déclarait que « le temps était venu pour le sexe faible de s'emparer des rênes du pouvoir aux côtés du sexe fort afin de l'assister dans l'organisation des affaires du monde ». Ces propos sont cités de manière brute, sans le moindre commentaire. Minerva ne les incrimine ni ne les soutient, comme si la question de la participation des femmes au pouvoir ne pouvait être envisagée qu'à travers l'écran d'une personnalité étrangère, malgré un titre mobilisateur et une signature arabe. À l'évidence, pour les collaborateurs de Minerva, les femmes sont associées aux combats nationalistes. On se réjouit qu'elles revendiquent des droits politiques pour leur patrie — la liberté, l'indépendance —, mais rien n'est dit de leurs droits politiques à elles. Minerva ne souffle mot du droit de vote, ce qui est lié, au demeurant, à son incapacité à penser l'État. Au Liban, les femmes ne devaient voter que dix ans après l'indépendance, soit en 1953.

55Les allusions au rôle politique des femmes américaines, turques ou égyptiennes montrent que Minerva n'était pas insensible à l'évolution de la condition féminine de par le monde. On trouve dans la revue l'ébauche d'une solidarité avec les mouvements féministes étrangers. Dans le numéro de juin 1923, la chronique du mois mentionne la Conférence de l'International Woman Suffrage Alliance qui s'était tenue en mai à Rome, et la participation d'une délégation égyptienne conduite par Hudâ Sha'râwî (I, 3, 15 juin 1923 : 143). C'est à cette occasion que le Comité central des femmes du Wafd avait créé l'Union féministe égyptienne (Al-Ittihâd al-nisâ'î al-misrî). Il n'y avait encore rien de tel en Syrie et au Liban, et Minerva ne militait pas elle-même directement pour la constitution d'un mouvement féministe.

56Minerva laisse donc irrésolu le problème d'une émancipation féminine associée dans les esprits au mimétisme de l'Occident. On retrouve dans la revue toute l'idéologie de la Nahda avec ses contradictions. La foi dans le progrès est freinée par la nécessité constante de défendre son identité et la crainte d'assumer tous les risques de la liberté. L'émancipation des femmes érigées en symbole de la Renaissance est à la fois souhaitée et redoutée. Les femmes sont tout à la fois le moteur du progrès social et les gardiennes des traditions.

57Minerva, et c'est sans doute là son intérêt majeur, témoigne de toutes les interrogations de l'opinion publique libanaise au début du mandat sur l'identité nationale, le progrès économique et les rapports entre les communautés. Elle montre que les femmes participaient pleinement à la vie intellectuelle mais qu'en même temps elles demeuraient cantonnées aux aspects culturels du débat politique.

58La revue parut jusqu'en 1927. Marie Yannî n'en assura pas l'édition jusqu'au bout. En 1926, elle était partie s'installer avec son époux à Santiago du Chili, en laissant à son frère le soin de poursuivre la publication de Minerva (Khai-rallah, 1996 : 184). Les revues féminines de Syrie et du Liban furent bientôt concurrencées par des revues égyptiennes ou occidentales qui captèrent respectivement les lectrices de langue arabe et les lectrices capables de lire les langues étrangères (Politi Charara, 1974 : 2). La presse d'opinion, héritière du XIXe siècle, commençait à s'éteindre devant les avancées de la presse commerciale. Le journalisme féminin y perdit peut-être, dans la mesure où les affaires et la finance restaient la chasse gardée des hommes.

Haut de page

Bibliographie

BADRAN, Margot, 1996, Feminists, Islam and Nation. Gender and the Making of Modern Egypt, The American University in Cairo Press.

CHEVALLIER, Dominique, 1962, « Un exemple de résistance technique de l'artisanat syrien aux XIXe et XXe siècles », Syria, XXXIX.

DAYEH, Jean, 1994, Jibrân Tuwaynî wa 'asr al-Nahda (1905-1924), Beyrouth, Dâr al-Nahâr.

HOKAYEM, Antoine et BITTAR, Marie-Claude, 1981, L'Empire ottoman, les Arabes et les grandes puissances, Beyrouth, les Éditions universitaires du Liban.

KHAIRALLAH, Shereen, 1996, The Sisters of Men, Beyrouth, Lebanese American University.

KHALIDI, Tarif, 1994, Arabic Historical Thought in the Classical Period, Cambridge.

KOSTÂKÛSTÎ, Jamîla, 1996, Madrasat Zahrat al-Ihsân, Beyrouth, Matrâniyyat al-Rûm al-urthûdhuks (Archevêché grec-orthodoxe).

LABAKI, Boutros, 1984, Introduction à l'histoire économique du Liban. Soie et commerce extérieur à la fin de la période ottomane (1840-1914), Beyrouth, Université libanaise.

MAYEUR-JAOUEN, Catherine, 1995, « Les chrétiens d'Orient au XIXe siècle : un renouveau lourd de menaces », in Jean-Marie Mayeur (dir.), Histoire du christianisme, t. XI, Desclée.

NAMMOUR, Magda, 1989, Evolution de la pratique des fiançailles à Beyrouth à la fin du XIXe siècle, Mémoire de maîtrise d'histoire, Beyrouth, Université Saint-Joseph.

PLUYMENE, Jean, 1979, Les nations romantiques, Paris, Fayard.

POLITI CHARARA, Yolla, 1974, L'image de la femme dans la presse féminine au Liban, Beyrouth.

RABBATH, Edmond, 1986, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Beyrouth, Publications de l'Université libanaise.

Haut de page

Notes

1  La Section de documentation et de recherches antiochiennes de l'Université de Balamand au Liban possède deux volumes de Minerva : le volume I, comprenant douze numéros d'avril 1923 à mars 1924, don de Monsieur Ghassân Tuwaynî (Tuéni) que nous trouvons ici l'occasion de remercier ; et un volume disparate reliant divers numéros de la première et de la deuxième années (les numéros 1, 2 et 7 à 12 de la première année, entre avril 1923 et mars 1924, et les numéros 1 à 5 et 9 à 11 de la deuxième année, entre avril 1924 et février 1925. Ces numéros étaient adressés à Mgr Germanios Masarra, archevêque grec-orthodoxe de Beyrouth). Le présent article est une étude de la première année de Minerva. Les références à la revue sont marquées par le numéro du volume en chiffre romain, le numéro et la date de la livraison, les numéros de pages.

2  La plupart des renseignements dont nous disposons sur Marie Yannî sont donnés, de manière peu détaillée, par Khairallah, 1996 : 184.

3  La date de 1916 est donnée par Jirjî Bâz dans « Al-sihâfa al-nisâ'iyya fî Sûriyya », (« La presse féminine en Syrie »), Minerva, I, 15 avril 1923 : 12, celle de 1917 par Shereen Khairallah, op. cit. Selon Bâz, Minerva, dans sa première version, était un hebdomadaire, alors que S. Khairallah la présente comme un mensuel dont la rédaction était confiée à la sœur de Marie Yannî, Alexandra.

4  Nous employons ici l'expression « villes syriennes » dans un sens purement géographique, pour les distinguer des villes d'Egypte où parurent les premiers journaux féminins. Nous nous situons encore dans un cadre ottoman. Depuis 1920 toutefois, Beyrouth, Zahleh et Shuway-fat appartiennent à l'État du Liban distinct de l'État de Syrie. Bâz, quant à lui, dont l'article date de 1923, continue à parler des villes de « Syrie ». Comme nous le reverrons, il se réfère au Bilâd al-Shâm des Arabes, à la Syrie dans son expression historique et géographique, non à l'État de Syrie dans ses frontières connues aujourd'hui.

5  On songe par exemple à Dâr al-Hilâl au Caire, maison d'édition qui tirait son nom de la revue qu'elle publiait depuis 1892, Al-Hilâl. Au Caire encore, les premières sociétés de presse par actions apparurent dans la première décennie du XXe siècle et correspondirent à l'essor de la presse nationale égyptienne. Selon Jurjî Zaydân, c'est le leader nationaliste égyptien Mustafâ Kâmil (1874-1908) qui donna le ton avec Al-Liwa' (L'Etendard), suivi par Al-Jarîda (Le Journal) [in Târîkh âdâb al-lugha al-'arabiyya (Histoire de la littérature arabe), IV, Le Caire, Dâr al-Hilâl, nouvelle édition annotée par le Dr Shawqî Dayf (1968 ; lre éd. 1914) : 60].

6  Julia Tu'ma Dimashqiyya, l'éditrice d'Al-Mar'a al-jadîda, devait par exemple se tourner vers la presse enfantine en publiant un périodique intitulé Nadîm.

7  Sur les débuts de Jibrân Tuwaynî, voir Dâyeh, 1994. L'auteur analyse les premiers articles de Tuwaynî dont les plus importants sont reproduits dans la seconde partie de l'ouvrage.

8  « Hatat al-Rîhânî », I, 3, 15 juin 1923 : 125-135 ; discours de Marie Yannî à Amîn al-Rîhânî publié en editorial dans le même numéro : 99-102.

9  Cette revue en langue française avait pour directeur et propriétaire Charles Corm et fut éditée à Beyrouth au second semestre de 1919. En 1996, les éditions Dâr al-Nahâr, de Beyrouth, ont pris l'heureuse initiative d'en rééditer la collection complète en fac-similé.

10  Textes dans Antoine Hokayem et Marie-Claude Bittar, 1981 : 106-109 et 197-207.

11  Ces territoires sont le 'Akkâr, la Biqâ' (Bekaa), le Jabal 'Âmil et la plaine côtière incluant les villes de Tyr, Saïda, Beyrouth et Tripoli.

12  I, 1, 15 avril 1923 ; 2, 15 mai 1923 ; 7, 15 octobre 1923.

13  « Al-'Arab qabl al-islâm », I, 3, 15 juin 1923 : 136-143 ; 4, 15 juillet 1923 : 182-184 ; 5, 15 août 1923 : 231-235 ; 8, 15 novembre 1923 : 375-378 ; 11, 15 février 1924 : 516-518.

14  Rappelons que ces Martyrs ont donné leur nom à l'une des principales places du centre de Beyrouth, celle que les Français appelaient la place des Canons.

15  « Mudhakkirât Shahîd », I, 2, 15 mai 1923 : 83-85 ; 3, 15 juin 1923 : 122-124 ; 4, 15 juillet 1923 : 168 ; 5, 15 août 1923 : 220-221.

16  La vérité sur la question syrienne, publié par le Commandement de la IVe Armée (Djemal Pacha), Stamboul, Imprimerie Tanine, 1916 : 166.

17  « Al-Nahda al-nisâ'iyya fî Misr wa Sûriyya », I, 3, 15 juin 1923 : 103-108 ; « Shaqîqatâni tatabâ'adâni : tarbiyat al-mar'atayni al-wataniyyatayni al-muslima wa l-masîhiyya », Minerva, I, 10, 15 janvier 1924 : 439-442. Ce deuxième article est reproduit dans Dâyeh, 1994 : 195-196.

18  Cf. Badran, 1996 : 74 et ss. Le Comité central des femmes du Wafd fut créé le 12 janvier 1920, sous la présidence de Hudâ Sha'râwî.

19  Jusque vers 1920, le voile paraissait nécessaire à Hudâ Sha'rawî, la grande féministe égyptienne, pour que la femme puisse entrer dans la société. Ce n'est qu'en 1923, après la mort de son mari, que H. Sha'râwî se dévoila en public. Mais le dévoilement ne fit jamais partie intégrante du programme des féministes orientales, et correspondit surtout, dans les années 1920-1930, à des décisions personnelles. Cf. Badran, 1996 : 23 et chapitre V.

20  Extraits et analyse de cette déclaration dans Rabbath, 1986 : 478-481.

21  Notons que l'article 11 de la constitution libanaise de 1926 faisait du français une langue officielle au même titre que l'arabe, disposition qui fut supprimée en 1943 au moment de l'indépendance.

22  Cf. un article du médecin Georges Hannâ dans Minerva, I, 4, 15 juillet 1923 : 171-175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souad Slim et Anne-Laure Dupont, « La vie intellectuelle des femmes à Beyrouth dans les années 1920 à travers la revue Minerva », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/241

Haut de page

Auteurs

Anne-Laure Dupont

Centre d'histoire de l'islam contemporain, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Articles du même auteur

Souad Slim

Université de Balamand, Liban

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page