Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Ben Nefissa, Sarah, Pouvoirs et associations dans le monde arabe, CNRS édition, 2002.

Elisabeth Longuenesse
p. 311-317

Texte intégral

1Sarah Ben Nefissa travaille de longue date sur le mouvement associatif en Égypte. Outre de nombreux articles parus dans Égypte-Monde Arabe ou dans Maghreb-Machrek, elle a aussi publié en arabe, en collaboration avec une chercheuse égyptienne, Amani Qandil, un gros ouvrage intitulé « Al-jam‘iyyât al-’ahliyya fî Misr » (Les associations en Égypte), véritable somme sur la question, associant annuaire et dossier de synthèse sur le paysage associatif égyptien. Ses travaux sont aujourd’hui une référence obligée pour quiconque veut travailler dans ce domaine. Cet ouvrage représente un jalon supplémentaire sur ce parcours, par lequel elle a tenté une mise en perspective de la situation du mouvement associatif dans plusieurs pays arabes.

2Sous le titre «Pouvoirs et associations dans le monde arabe », elle propose une réflexion sur les recompositions du politique dans une région du monde qui peine à amorcer une transition vers la démocratie. A la suite d’Olivier de Sardan, elle suggère d’abord de considérer les ONG comme une « porte d’entrée » vers d’autres processus sociaux, pour l’étude du changement social, des pouvoirs locaux, de la gouvernance. Mais, loin de les réduire à ce qui certes apparaît comme un rôle social grandissant, elle défend la thèse de la nécessaire articulation de ce rôle à la question de la démocratie et à une approche par le politique. Dans le contexte tout autant d’une mobilisation de la société civile, portée par les nouvelles couches moyennes urbaines, que du désengagement de l’ « État-providenc », c’est bien à l’émergence de nouveaux acteurs politiques que l’on assiste. La difficulté d’appréhension du politique dans le monde arabe pourrait être ainsi levée par des travaux se situant à l’interface entre le politique, le social et l’économique.

3Mais au fait, qu’est-ce qu’une association ? est-ce la même chose qu’une ONG ? Certains des contributeurs de l’ouvrage utilisent indifféremment les deux termes, d’autres privilégient l’un ou l’autre. Le chapitre introductif de l’ouvrage s’étend longuement sur ce point, loin d’être anodin, de la définition des termes. Disons tout de suite que l’auteur, au lieu de l’éclaircir, contribue un peu plus à l’embrouiller, soulignant du même coup, bien involontairement, une difficulté autant conceptuelle que linguistique. Reconnaissant d’emblée l’« imprécision des catégories », elle se propose d’en tenter une définition en faisant le détour de la comparaison internationale et d’une confrontation des expériences française et anglaise, qui lui fourniraient une grille de lecture pour interroger les expériences (et le vocabulaire) arabes. Mais son erreur est peut-être de s’appuyer sur des travaux d’économistes qui s’intéressent non pas tant aux « associations » qu’au « secteur sans but lucratif ». Ainsi, non contente d’entretenir la confusion entre le terme français « association » – qui renvoie inévitablement au modèle véhiculé par la loi de 1901, définissant une forme juridique et un type de relation à l’État – et le terme d’origine anglo-saxonne « ONG » (traduction de la notion véhiculée par les organisations internationales de « Non-Governmental Organization »), elle introduit de nouvelles catégories comme « secteur sans but lucratif », « fondation », « tiers-secteur », « voluntary sector », « économie sociale », qui chacune renvoie à la fois à un champ d’activité et à un statut juridique particulier. Le programme de recherche de l’université John Hopkins auquel elle se réfère, porte sur les « organisations sans but lucratif », qui correspondent plus ou moins, dit-elle, à la catégorie française d’ « économie sociale », laquelle « inclut quatre composantes principales : les coopératives, les mutuelles, les associations type loi 1901 et, enfin, les fondations ». Pour les besoins de la comparaison, les responsables du programme ont écarté, dans le cas français, les coopératives et les mutuelles, et n’ont conservé que les associations et les fondations. Sarah Ben Nefissa part donc de là pour se demander si ces deux catégories peuvent aider à appréhender « les associations et les ONG du monde arabe » - en oubliant (momentanément) que le monde associatif, dans le modèle français, mais aussi, bien sûr, dans le monde arabe, déborde largement du champ de l’économie sociale ou des organisations sans but lucratif, de sorte qu’à vouloir à tout prix chercher à définir des catégories universalisables, sans s’interroger d’abord sur le contexte de leur émergence, elle débouche sur une impasse. Impasse qui la conduit à une affirmation, pour le moins paradoxale, lorsqu’elle déclare, dès la première page, que l’objet « association » serait un objet illégitime dans la recherche française, au contraire de la tradition anglo-saxonne. Quand on sait la quantité de travaux sur les associations, qui se sont encore multipliés à l’occasion du récent anniversaire de la loi 1901, on ne peut qu’être perplexe1  En réduisant les associations aux organisations à but non lucratif, l’auteur n’est-elle pas victime d’une confusion dans les termes ? Confusion qui lui fait reporter une possible faiblesse des travaux sur celles-ci à l’ensemble du champ des études sur les associations. Au point que, pour répondre à la question qu’elle pose, il aurait peut-être mieux valu commencer par faire une sorte d’archéologie des catégories sociales et juridiques dans les différents pays, avant de s’aventurer dans une démarche comparative rendue particulièrement délicate du fait de leur non correspondance de l’un à l’autre. Peut-être alors qu’une interrogation sur les circonstances de la promulgation de la loi de 1901, d’un côté, des différentes lois réglementant tel ou tel type d’organisation civile en Grande-Bretagne, de l’autre, aurait permis de formuler des hypothèses éclairant les formes spécifiques de mobilisation de la « société civile » ici et là-bas. On sait en effet combien l’histoire de la construction étatique est différente d’un pays à l’autre, entre le modèle centralisateur et interventionniste français, et le modèle libéral, privilégiant l’autonomie des institutions locales, la délégation, et le rôle des notables, caractéristiques du système britannique. Les spécificités du développement du capitalisme, la forme prise par les luttes ouvrières et revendicatives, les modalités de la mise en place de l’État social, les relations avec l’Église, ne peuvent se comprendre indépendamment de cette histoire. Le mouvement associatif, les mutuelles, l’économie sociale, les société savantes, les cercles culturels, sont autant d’expressions particulières, soumises à des réglementations qui sont le produit de rapports de force et de compromis inscrits dans un contexte, un lieu, un moment particulier.

4A fortiori, s’interroger sur la forme associative dans les pays arabes aujourd’hui ne peut que renvoyer à des problématiques spécifiques à chacun de ses pays, en même temps qu’à des contraintes et des évolutions caractéristiques de notre époque : certes, un certain nombre de traits les rapprochent, entre le caractère autoritaire de la plupart des régimes, et la pression nouvelle exercée par un certain nombre d’instances internationales en faveur d’un allègement de l’intervention de l’État et d’un développement des « organisations de la société civile », interlocuteurs souvent privilégiés des bailleurs de fonds. Mais les héritages historiques, les évolutions politiques, ont probablement imprimé leurs marques différemment de l’un à l’autre.

5Cinq pays sont ici traités : le Maroc, le Liban, la Syrie, la Palestine, et l’Égypte. Les trois premiers font l’objet d’articles de synthèse, donnant un aperçu historique, avant de présenter le paysage actuel. Le cas palestinien est étudié par deux auteurs. Le cas égyptien enfin, sur lequel la coordinatrice de l’ouvrage a déjà beaucoup écrit, est examiné à travers une étude de cas, celui de la plus ancienne et la plus influente association islamique.

6Ghislain Denoeux situe sa réflexion sur le Maroc dans le cadre du débat sur la société civile, le dynamisme du monde associatif étant considéré souvent comme une preuve de la transition démocratique. Les associations sont réglementées par une loi de 1958, inspirée de la loi française de 1901, et formellement très libérale. Mais, depuis 1973, un certain nombre de décrets sont venus en réduire la portée. Dans une société marocaine profondément individualiste, dépourvue de « culture associative », l’essor des associations, à partir des années 1980, renverrait d’une part à la montée en puissance des nouvelles couches moyennes, jeunes, éduquées, urbanisées, d’autre part à un double souci du pouvoir, de contrer la mouvance intégriste, et de réduire ses dépenses sociales. Le développement des ONG dans les domaines de la santé, de l’emploi, de l’assistance, permettrait de canaliser les financements internationaux. Les associations régionales sont un outil de cooptation des élites locales. Économiques, culturelles ou sociales, nationales ou locales, la plupart fonctionnent comme un outil de légitimation du pouvoir, qui en cooptent les responsables dans de multiples conseils consutlatifs, et se transforment en instrument d’ascension sociale. À ce compte, il devient hasardeux d’y voir une « société civile en gestation ».

7La situation libanaise est, on le devine, bien différente. La tradition associative y est ancienne, remontant au xixe siècle, où elle offre un espace d’expression identitaire, caritatif, familial, communautaire. Après la révolution jeune turque, puis sous le Mandat, d’autres formes apparaissent, qui fournissent un cadre de mobilisation politique des élites, souvent multiconfessionelles. Mais les associations laiques ne survivent guère à l’indépendance. L’époque chehabiste (1958-75), époque de réformes, voit un essor multiforme et un renouvellement du travail associatif, avec la naissance d’associations à visée sociale, citoyenne, mais aussi culturelle et sportive. Pendant la guerre, les associations se replient sur le local, mais dès la fin de la guerre, des coordinations se mettent en place, encouragées par les organisations internationales. Les enjeux de la mobilisation associative, après 15 ans de guerre civile, ne peuvent être séparés de ceux de la reconstruction et d’une réconciliation malheureusement souvent problématique. Karam Karam est moins négatif que Denœux quant à la signification possible du renouveau associatif dans les années 1980 : il y voit en effet une nouvelle forme de mobilisation et d’affirmation de revendications citoyennes, un nouveau type de militantisme et un « espace de renouvellement de l’activité politique », correspondant aussi à un renouvellement de génération.

8L’histoire des associations syriennes est très comparable à celle des associations libanaises jusqu’aux années 1950. Mais, en 1963, la révolution ba‘assiste les marginalise radicalement. S. Boukhaima montre comment la politique sociale de l’État réduit d’abord à peu de chose leur champ d’intervention. Ensuite, et surtout, sous l’étroite tutelle du parti Ba‘as, un ensemble d’ « organisations populaires » sont créées, qui encadrent et quadrillent l’ensemble des activités sociales et culturelles. Le droit d’association, reconnu par la constitution, est régi par une loi de 1958 remontant à l’époque de la République arabe unie, et impose une enquête préalable sur les membres fondateurs. Mais, comme ailleurs, la réduction des capacités redistributives de l’État favorise, dès les années 1980, une certaine renaissance de l’activité associative, dans le domaine de l’action sanitaire et sociale. Plus qu’une ouverture en direction de la société civile, il faut y voir un moyen pour l’État de se décharger de certaines tâches, et de capter des financements étrangers, ce que confirme la proximité de certains responsables associatifs à l’égard du pouvoir. La puissance des associations confessionnelles est tempérée par l’allégeance forcée de leurs dirigeants. Dans le même temps, les associations de droits de l’homme qui tentent de s’organiser, sont en butte à la répression systématique et restent sans statut légal.

9En Palestine, B. Curmi fait remonter la préhistoire du mouvement associatif, comme au Liban, aux associations familiales et confessionnelles. Très tôt cependant, certaines se créent en réaction à l’action des associations sionistes, et deviennent le cadre d’activités politiques plus ou moins secrètes. Après 1948, Gaza, sous administration égyptienne, conserve la législation mandataire, tandis que des organisations sur le modèle égyptien se créent dans les années 1960. La Cisjordanie, bientôt annexée par la Jordanie, dépend de la réglementation jordanienne. C’est après 1967 que se développe le mouvement associatif, comme cadre d’action de la résistance. Chaque organisation politique met en place ses relais associatifs, sous la forme d’autant d’organisations de jeunes, de femmes, de syndicats… Dans les années 1970 et 1980, apparaissent les associations islamiques, puis les associations de dévelopement et de droits de l’homme. Avec la première intifada, et les débuts de l’aide internationale, les « ONG » se professionnalisent. La création de l’Autorité palestinienne, après les accords d’Oslo, modifie profondément le paysage. Certains financeurs réorientent leurs subventions vers l’ANP, de nombreux services, assurés par les associations, sont interrompus. La loi sur les associations, adoptée en 1998, est globalement libérale, malgré des tentatives, avortées, de contrôle de la part du président Arafat. La question la plus sensible, source de débats et de polémiques, est celle du financement. Certains, qui refusaient tout financement américain dans les années 1980, sont moins gênés aujourd’hui pour l’accepter. La capacité redistributive acquise par des organisation nées dans la mobilisation nationale transforme la nature des relations qu’entretiennent leurs dirigeants avec la population. Celles-ci tendent à glisser vers le clientélisme, tout se retrouvant dans une situation de compétition avec l’ANP. Enfin, et c’est le point que développe Sari Hanafi, l’orientation stratégique de ces ONG, du fait du poids des financements extérieurs, est marquée par un « agenda » souvent déconnecté des réalités locales : la prolifération des programmes concernant les femmes, la concentration des actions en milieu urbain, font du monde agricole le grand oublié. Le morcellement et la mise en compétition des actions, l’absence de vision d’ensemble, sont source de gaspillage et de corruption. Dans les cas les plus extrêmes, certains programmes qui veulent promouvoir une « culture de paix » et de « dialogue », dans une démarche dite « people to people », en s’imaginant pouvoir faire abstraction du contexte d’occupation, se transforment au mieux en coquille vide, au pire fonctionnent comme des leurres pour masquer l’échec des politiques du soi-disant processus de paix. Loin d’être synonymes, a priori et par essence, de démocratisation, les associations sont prises dans les mêmes contradictions que la société palestinienne tout entière, prise en tenaille entre l’occupation israélienne, le pouvoir autoritaire et corrompu de l’ANP, et les injonctions des organisations internationales.

10A travers le cas de la Gam‘iyya shar‘iyya, Sarah Ben Nefissa interroge ce qu’elle identifie comme un « nouveau langage citoyen » associant credo moral islamique et mobilisation politique. Longtemps strictement cantonnée à la prédication religieuse, à la différence de l’association des Frères Musulmans, la Gam‘iyya shar‘iyya a été dans les années 1970-80 le lieu d’une compétition entre le pouvoir et les Frères musulmans pour en prendre le contrôle, qui se concluera par la victoire de ces derniers. L’auteur explique cette prise de pouvoir par un double mouvement convergent qui voit les premiers glisser vers la revendication politique d’application de la loi islamique, et les seconds se préoccuper de plus en plus d’islamisation par le bas. Plus concrètement, c’est aussi la relation entre bienfaisance et politique qui est mise en évidence ici, comme révélateur du fonctionnement du politique en Egypte, où le candidat se légitime comme pourvoyeur de service. L’association se place ainsi en « position d’intermédiation entre ordre administratif et ordre social ». C’est enfin dans le langage que l’auteur repère une nouvelle représentation de la place de l’individu, comme « sujet autonome et responsable », à travers la valorisation de l’« acte vertueux » (al-‘amal al-sâlih), qui fait le « citoyen vertueux », la vertu se déclinant dans toutes les activités et tous les domaines de la vie sociale, dans le travail, le commerce, la consommation, et bien sûr la famille. Ce langage citoyen, qui se confond avec un langage moral, se traduit dans une pratique de solidarité et d’entr’aide, qui ne peut que séduire la population, et dont le trait le plus frappant, remarque l’auteur, est l’absence de la distinction entre espace privé et espace public, caractéristique au contraire de la modernité occidentale. Il y a là une piste de réflexion particulièrement féconde pour lire les recompositions du champ politique dans un pays comme l’Égypte.

11Ce qui traverse l’ensemble des cas traités dans cet ouvrage, au delà des différences de contexte et des spécificités historiques, c’est une double évolution, à partir des années 1980, dans le sens d’une instrumentalisation croissante des associations pour pallier les insuffisances des politiques sociales, mais aussi d’une mobilisation dans le champ politique, qui prend des formes variables. Il est remarquable en revanche que la dimension de l’économie sociale, du « secteur à but non lucratif » ou tiers-secteur, sur laquelle s’étendait le chapitre introductif, est quasiment absente des différentes contributions. Sur un autre plan, on notera que la référence historique à la loi de 1901 est un héritage non seulement de la colonisation française (comme au Maroc) mais aussi… des réformes ottomanes. La référence au modèle anglo-saxon est donc plus récente et renvoie plutôt, à partir des années 1980 et de la mise en place des politiques de libéralisation, à l’intervention croissante des institutions internationales à la recheche de partenaires locaux non étatiques. Inversement, c’est sur leur instigation que les États eux-mêmes cherchent à susciter la création d’ « ONG » pour capter les financements de bailleurs de fonds internationaux. Quant au rôle « politique » des « associations », il renvoie, on l’a vu, à un renouvellement de la mobilisation, dont la forme et les enjeux sont très variables d’un pays à l’autre. Ainsi, loin de toute grille de lecture occidentale, qu’elle soit française ou anglaise, c’est donc bien seulement à partir de la conjoncture spécifique des pays concernés, de la configuration des rapports entre les États et leur société d’une part, et ces mêmes États et les intitutions internationales de l’autre, que l’on peut et doit interroger les conditions de la (re)naissance d’une société civile.

Haut de page

Bibliographie

Nefissa S. , 1992-93, « le financement des services sociaux du secteur associatif à réfèrent islamique », Égypte-Monde Arabe, n°12-13.

1992, « Le mouvement associatif égyptien et l’islam. Éléments d’une problématique », Maghreb-Machreck, n°135.

1994, « L’association al-Nidâ’ al-Gadîd : un nouvel acteur sur la scène politique égyptienne », Égypte-Monde Arabe, n°20.

1995, « Associations égyptiennes et libéralisation sous contrôle », Maghreb-Machreck, n°150.

Neffissa S. , Qandil A. , 2002, Al-jam‘iyyât al-‘ahliyya fî MiÒr, CNRS édition.

Passaris S. , Raffi G. , 1984, Les associations, Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères.

Haut de page

Notes

1 Cf. Le petit ouvrage de synthèse de Passaris et Raffi (1984). Les auteurs s’y appuient sur un certain nombre de travaux remontant au années 1970. Il est vrai que dans les années qui ont suivi, les associations ont souvent été abordées plutôt à travers une réflexion sur les nouveaux mouvements sociaux ou les nouvelles formes de militantisme, l’économie sociale, ou le bénévolat. L’association Française de Sociologie a constitué un réseau thématique intitulé  « Sociologie de l’engagement, présentées dans le cadre du réseau, sur des sujets croisant ces trois notions de vie associative, engagement et objectif était de « réunir les chercheurs de toutes disciplines sur les associations afin de conforter leurs objectifs, l’ « objet » « association » vont émerger, et elle cessera ses activités en 1987 (Cf. Francis Lebon, recherche en cours, EHESS, 1er congrés de l’AFS, Villetneuse, 24-27 fev.  2004). Les travaux n’ont toutefois pas cessé de se multiplier , centrés généralement sur un type particulier d’association.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Ben Nefissa, Sarah, Pouvoirs et associations dans le monde arabe, CNRS édition, 2002. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 20 décembre 2004, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2413

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page