Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Cilja Harders, Staatsanalyse von Unten: urbane Armut und politische Partizipation in Ägypten; micro- und mesopolitische Analysen unterschidliecher Kairoer Stadtteile, Hamburg, Deusches Orient-Institut, Arbeitsstelle Politik des Vorderen Orients, Berlin, 2002, 309 p., (Schriften des Deutschen Orient-Institut), ISBN: 3-891173-069-1.

Eric Verdeil
p. 318-321

Texte intégral

1« Une analyse de l’État par en bas : pauvreté urbaine et participation politique en Égypte ; analyses micro et mésopolitiques de plusieurs quartiers du Caire » : ce livre est issu d’une thèse de doctorat en sciences politiques, soutenue par l’auteur à l’université de Hambourg. Les pauvres constituent, en Égypte comme dans de nombreux autres pays du Sud, une part considérable de la population, même si elle est difficile à évaluer puisque,  selon les définitions et les enquêtes, la pauvreté concerne entre 23 et 48% de la population à la fin des années quatre-vingt-dix (p.80-83). Cette incertitude même ne permet guère de mesurer si le phénomène est stable, en croissance ou en diminution sensible. Toutefois, si le livre ne néglige pas ces questions, son objectif n’est pas de contribuer au débat sur la mesure du phénomène mais de s’interroger sur l’enjeu de la participation et de la mobilisation politique des pauvres dans la société égyptienne, en partant du constat que la politologie ne s’est pas suffisamment penchée sur cette question. L’auteur propose pour cela, dans son premier chapitre « Des relations de la pauvreté et de la participation », un cadre d’analyse fondé sur trois axes. Les théories de la transition des systèmes politiques autoritaires vers la démocratie s’imposent comme un premier bloc de référence, mais à condition de décentrer le regard, de relativiser le rôle des élites et des processus formels et institutionnels au profit d’analyses faisant leur place au local et aux catégories sociales d’ordinaire délaissées, ainsi qu’aux processus informels. Le second axe est celui d’une économie politique de la pauvreté dans laquelle les pauvres doivent être considérés en tant qu’acteurs rationnels et aux conduites stratégiques. Cette posture s’inscrit à l’encontre d’un discours catégorisant les comportements des pauvres par la passivité ou par l’anarchie. Il s’agit ici de comprendre les mécanismes politiques qui concourent à la construction et à la reproduction, voire à l’accentuation de la pauvreté. Le troisième volet du cadre d’analyse de cette recherche est l’ouverture à la thématique du genre. Les femmes sont en effet souvent absentes des analyses politiques de la transition, car elles sont peu représentées dans les processus formels institués en objets d’étude dans ce champ. L’évaluation de la pauvreté est, de même, faussée par la non prise en compte du travail domestique assuré par les femmes. Revendiquant les acquis de travaux de sociologie « féministe », l’auteur adopte une définition élargie de la participation, comprise comme participation économique, sociale et politique aux processus d’allocation de ressources dans les sphères de la société civile et étatique, afin de restituer leur juste place aux pauvres et aux femmes.

2Le chapitre 2 « Naissance d’un projet de recherche féministe » détaille les conséquences de ces choix théoriques pour l’enquête ethnographique conduite dans trois quartiers pauvres du Caire, à Sayida Zainab, à Bassatin et à Masr al-Qadima. Le chapitre 3 « Une analyse multidimensionnelle de la pauvreté. Les économies de la survie au Caire », extrêmement riche et vivant, s’attache à l’étude micropolitique, c’est-à-dire au niveau le plus local du foyer, de la rue ou du micro-quartier, de « l’économie de la survie ». L’auteur montre le poids des réseaux informels d’entraide familiale ou de voisinage et la place essentielle qu’y tiennent les femmes pour assurer le fonctionnement de l’économie domestique. Elle détaille ensuite les effets de la politique d’ajustement structurel sur la structure des revenus des foyers pauvres. Le chapitre 4 « Le contexte macropolitique : libéralisation bloquée et contrat social informel », beaucoup plus bref, qui se base sur une revue de la littérature politologique existante, campe le cadre macropolitique de l’Égypte de la fin des années quatre-vingt-dix, caractérisée par le blocage du processus de libéralisation, ainsi que la démobilisation et la frustration politique qui s’en suivent. Le chapitre 5 « Analyses des quartiers : pauvreté et participation politique » aborde la compétition politique sur la scène locale, qualifiée de niveau mésopolitique. Cette scène est le lieu d’interactions et de transactions entre les structures formelles et les réseaux informels de participation : institutions, partis, ONG d’un côté et associations de migrants, institutions informelles de régularisation des conflits (comme le maglis al-‘arab) de l’autre. Cilja Harders souligne l’imbrication de ces deux versants de la politique : « les formes du droit n’existent pas séparément l’une de l’autre puisque les représentants d’une compréhension moderne du droit ne sont pas automatiquement exclus des autres processus mais, au contraire, y sont liés » (p. 212). La cooptation des nouveaux notables locaux, issus des réseaux informels, dans ceux du parti au pouvoir, est une autre forme de cette imbrication. Les élections locales de 1997, qui constituent le terrain final de l’étude, illustrent concrètement ce mécanisme. Elles concernaient les conseils de quartiers (maglis al-hay) et les assemblées de gouvernorat (maglis al- muhafaza).

3La lecture n’est pas facilitée par la forme académique qu’a gardée le texte, très dense et surchargé de références théoriques et documentaires qu’il aurait été plus commode de trouver en notes. Néanmoins, les conclusions de chapitres sont pédagogiques et la conclusion générale replace les analyses dans le contexte général de l’Égypte « en transition ». Deux organigrammes synthétiques (« participation politique et inégalité sociale », p. 53 et « acteurs et organisations », p. 249) résument le champ embrassé par l’étude et présentent graphiquement les typologies des relations sociales et politiques qu’elle envisage. Ils seront utiles au lecteur non-germaniste.

4Les apports du livre se situent à plusieurs niveaux. L’étude multidimensionnelle de la pauvreté, autrement dit élargie à diverses formes de participation aux processus d’allocation de ressources, montre à la fois la place essentielle des femmes dans l’économie de la survie et et la précarisation permanente qu’elles subissent. Dans le contexte de l’ajustement structurel, l’État égyptien se retire de diverses formes de redistribution, rompant ainsi ce que l’auteur nomme « l’ancien contrat social ». Et, en fait de lutte contre la pauvreté, l’État s’attaque aux pauvres eux-mêmes, criminalisant leurs activités (répression du commerce informel, etc.). Dans le même temps, les pauvres n’envisagent pas de se passer de l’État et, concrètement, ne cessent d’avoir recours à des prestations étatiques pour survivre, avec l’accord explicite ou tacite des autorités, comme dans le cas du piratage de réseaux publics d’eau ou d’électricité ou dans celui de l’occupation et de la construction illégale de terrains et de logement. Cilja Harders s’appuie ici sur des enquêtes de terrain comme celles d’ A. Deboulet. Elle propose la notion de « contrat social informel » pour désigner l’espace d’action et de négociation qui, en l’absence de droits formels, permet néanmoins d’obtenir, grâce à l’action d’intermédiaires locaux au contact des autorités, l’accès à certaines ressources essentielles pour la survie. La contrepartie de ce contrat informel est la démobilisation politique, l’abandon par les citoyens de leurs droits et de leurs revendications politiques, au bénéfice du parti au pouvoir qui conforte ainsi son assise tout en intégrant en son sein des notables issus des réseaux informels. Aux discours sur la transition qui présentent le local comme des espaces possibles de la démocratie, l’auteur oppose donc une réalité bien différente. Ces réseaux informels du local sont, en outre, le lieu de la construction d’identités sociales « traditionnelles », notamment par le biais des associations de migrants et par la réactivitation d’institutions populaires informelles. La mise en avant de la ‘aÒabiyya vecteur d’une « re-traditionnalisation » de la politique plutôt instrumentale, davantage d’ordre discursif que réelle, participe d’une ethnicisation de la société. Ce discours « traditionnel » est l’un des facteurs qui, selon l’auteur, participe aujourd’hui à l’exclusion des femmes de la participation politique.

5Cette étude ambitieuse appelle quelques remarques. La définition élargie de la notion de participation se révèle fructueuse pour comprendre les mécanismes d’allocations de ressources dans leur interaction avec les institutions étatiques. Elle conduit à souligner l’intégration de couches habituellement délaissées par l’analyse politologique dans la société : les pauvres par rapport à l’ensemble de la société et à l’État, les femmes dans les mécanismes de l’économie de la survie. N’est-il cependant pas paradoxal de persister à qualifier cette participation de politique quand, justement, c’est la non-participation de l’immense majorité de la population qui est décrite ? Le gain théorique, s’il existe, n’est peut être pas assez explicite, faute de mieux remettre en perspective cette notion par rapport aux autres concepts de la transition, au terme de l’analyse. En somme, l’apport du livre paraît plus novateur dans l’analyse de l’économie de la survie, très convaincante, que dans celle du fonctionnement politique. Le concept de « contrat social informel » gagnerait lui aussi à être mieux situé dans la théorie politologique. La nouveauté de ce contrat, sa spécificité par rapport aux types d’échanges et de relations politiques existant dans la période antérieure à l’ajustement structurel pourraient être davantage argumentées. Le choix de traiter anonymement les personnes, les groupes, les ONG, sans les restituer dans leurs parcours historiques participe de ce flottement synchronique. Une dernière remarque a trait à ce qui est, même si le titre ne l’annonce pas, le ressort essentiel de la recherche et sa préoccupation éthique sous-jacente : la question de l’inégalité sociale des sexes/genres. Dans quelle mesure ce « projet de recherche féministe » est-il issu d’une démarche militante, institutionnalisée dans l’action d’une ONG, ou y-est il articulé ? L’avant-propos ne fait pas la lumière sur ce point. Tout l’ouvrage est pris dans une tension entre la volonté de faire ressortir et d’évaluer à leur juste valeur le travail et l’action des femmes et l’étude des conditions objectives qui produisent leur exclusion. L’une des finalités de la recherche n’est-elle pas, au fond, de trouver un moyen d’y mettre fin : « Car l’enjeu d’une transformation politique significative et durable n’est pas seulement celui de la réduction des inégalités sociales et de l’amélioration des conditions de participation pour les hommes et les femmes pauvres, mais tout autant une question de relations de genre/de sexe démocratiques »(p. 278). Cette dernière phrase de la conclusion dénote en tout cas les espoirs immenses placés, et dès lors trahis, dans le processus de transition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Cilja Harders, Staatsanalyse von Unten: urbane Armut und politische Partizipation in Ägypten; micro- und mesopolitische Analysen unterschidliecher Kairoer Stadtteile, Hamburg, Deusches Orient-Institut, Arbeitsstelle Politik des Vorderen Orients, Berlin, 2002, 309 p., (Schriften des Deutschen Orient-Institut), ISBN: 3-891173-069-1. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 26 novembre 2004, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2414

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page