Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Mizrahi Jean-David, Genèse de l’État mandataire. Service des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 462 p. , 12 cartes, 15 tableaux et 11 photographies.

Nadine Méouchy
p. 321-327

Texte intégral

1C’est un ouvrage important à plus d’un titre que nous livre ici Jean-David Mizrahi dont le travail minutieux enrichit notre savoir sur la période mandataire aux plans documentaire, historique et méthodologique.

2En premier lieu, ce travail témoigne du chemin parcouru depuis bientôt vingt ans par l’historiographie française sur le Mandat français en Syrie et au Liban, dont on sait qu’elle fut longtemps indigente dans un champ dominé par nos collègues anglo-saxons. Le précieux apport documentaire des archives de Nantes1 apparaît aujourd’hui dans des résultats décisifs comme ceux de la contribution de Jean-David Mizrahi à l’histoire du mandat français. De plus, lorsque celui-ci franchit aisément les ponts reliant l’histoire aux autres sciences sociales, articule sans à priori ses acteurs à de multiples réseaux avant de naviguer entre le local et le global, le lecteur mesure le trajet intellectuel parcouru  depuis  1989 par les historiens français  en général et, depuis vingt ans par, les spécialistes de l’histoire coloniale plus particulièrement. Pour toutes ces raisons, et pour ce qui est de l’histoire de la Syrie et du Liban sous mandat, nous sommes donc aujourd’hui dans un processus d’accumulation des savoirs et de renouvellement des questionnements dont cet ouvrage est sans conteste le témoin.

3Tout en s’appuyant sur une documentation archivistique largement militaire et diplomatique, combinée à une excellente exploitation de la bibliographie existant, en français et en anglais, l’auteur élève son sujet central, le Service des Renseignements (SR), au niveau d’une entrée originale, et de l’histoire de la France au Levant, et de l’histoire du moment fondateur de l’État moderne pour les sociétés locales. Cette entrée est servie par une plume alerte, un style resserré et un incontestable sens de la formule qui contribuent heureusement à dépoussiérer l’écriture académique classique

4L’argument principal du livre est de montrer comment, dans une situation coloniale donnée, un pouvoir d’ordre étatique « s’impose à une société locale et neutralise son potentiel de résistance » (p. 10). Il s’agit donc de l’étude de l’interaction entre les bandes armées et le Service des Renseignements, en Syrie et au Liban durant les années vingt, c’est-à-dire pour l’essentiel durant les années « militaires » du Mandat. L’étude concerne une dialectique, avec ses réciprocités et ses mécanismes, et non pas l’histoire des résistances armées anti-coloniales et/ou nationalistes vues sous l’angle du SR. Cette étude, d’une immense richesse en informations et en analyses, m’apparaît particulièrement novatrice, d’abord parce qu’elle relie l’installation et la pratique du pouvoir mandataire aux diverses expériences coloniales françaises (Algérie, Maroc, Tonkin en particulier) ; en cela l’histoire mandataire prend ici toute sa place dans l’histoire coloniale française. Ensuite, parce que cette étude relie l’histoire de la Syrie à la fois à son passé ottoman et aux évolutions de la Turquie kémaliste du début des années vingt. Envers et contre l’histoire nationale syrienne, qui influença longtemps les historiographies occidentales, nous savons aujourd’hui les liens étroits qui relièrent les moujahidines du Nord syrien aux foyers kémalistes du sud de l’Anatolie, foyers quasi autonomes de propagande et surtout d’intendance pour les bandes armées (‘isâbât ou Tchétés). Nous savons aussi que la guerre d’indépendance turque constitua un modèle pour la grande révolte syrienne de 1925. L’auteur, au terme d’une minutieuse radioscopie des relations entre Arabes et Turcs, nous en livre ici les réseaux, les acteurs-clés et les enjeux ; de la zone frontière syro-turque à la zone entre Syrie et Transjordanie, l’histoire des résistances anti-coloniales recouvre sa dimension régionale. Et, précisément, l’auteur nous donne à voir ces zones dans une configuration unique par sa brièveté : issues de la décomposition de l’Empire ottoman, ces provinces orientales, pourtant promises à d’autres empires, eurent l’espace de quelques années le sentiment de vivre encore une histoire commune, de suspendre le temps colonial grâce à ces bandes armées, ces hommes des campagnes, arabes, kurdes et turcs. Jean-David Mizrahi développe ici une approche originale du point de vue de l’histoire des États locaux : il démontre comment les ‘isâbât ont finalement joué un rôle capital dans la naissance des frontières nord et sud de la Syrie contemporaine. Les bandes armées qui se lèvent au nord et au sud, dans une temporalité légèrement décalée, témoignent non seulement de la résistance des populations locales à l’action coloniale mais aussi de leur rejet  de «la monopolisation de la violence légitime par l’État » moderne, centralisé (p. 126). Dans le nord syrien, elles témoignent en outre de l’intrusion de logiques populaires et populistes dans les campagnes, alors qu’au sud, dans la « société des marges »,  les bandes « s’autonomisent » par rapport aux chefs traditionnels à la faveur de la guerre et de l’agitation nationaliste. Au nord, ce sont les constructions étatiques kémaliste et mandataire qui s’emploient à liquider l’action des bandes : « Quelque part entre 1923 et 1926, l’extension de ces logiques d’État finit par générer une mitoyenneté fondatrice de la frontière elle-même. Dans ce processus, la répression du banditisme a joué un rôle central » (p. 417). Au sud, la formation de la frontière correspond à « un resserrement des tutelles mandataires » française et anglaise. C’est par « l’intégration de la région-frontière dans l’orbite de Damas » (p. 329) du côté français, et  par la création de l’émirat de Transjordanie, du côté anglais, destinée à « combler un vide politique (dangereux) pour la continuité et la sécurité des relations impériales » (p. 334), que la poussée des logiques impériales se concrétise dans le tracé de la frontière syro-transjordanienne2. Pour cette dernière région, l’auteur n’hésite pas à parler de « dissection à vif » à l’heure de la soumission de la plaine du Hauran et de la création de la Transjordanie. Je serais presque tentée de généraliser cette image forte aux autres tracés frontaliers, syro-turc et syro-libanais, pour rendre la charge douloureuse de ces « lignes de fracture » ressentie par les populations concernées. Ce qui explique qu’aujourd’hui ces frontières ne vont pas toujours complètement de soi pour l’opinion syrienne (qui les comprend, ne l’oublions pas, comme des pertes territoriales).

5Les actions armées, les « grandes descentes » des bandes armées eurent une autre conséquence du point de vue strictement français cette fois-ci : le Service des Renseignements (SR) se vit contraint de proposer de nouvelles formules de contre-guérilla et, en se réformant, dans les années 1925-1927 pour augmenter son efficacité, il évolua en véritable contre-pouvoir au sein de l’appareil mandataire. C’est pour avoir voulu lui résister que le premier haut-commissaire civil, Henry de Jouvenel, perdit son poste. Ici aussi le travail de J.-D. Mizrahi est central pour l’histoire du mandat. Grâce à l’utilisation maximale d’une très riche documentation, les acteurs français, hommes et institutions, dans leurs actions et interactions, sont passés au crible d’une analyse historique qui nous dévoile un pan entier de l’histoire du mandat dans les années vingt. Non seulement la carte de l’insécurité et des frontières  commande naturellement la distribution spatiale des postes de SR (voir les évolutions de 1922 à 1926-28 et à 1933, cartes p. 94, 371, 408), mais elle provoque une recomposition de l’appareil répressif mandataire en liaison d’ailleurs avec la naissance de la frontière syro-turque. Les troupes régulières (les fameuses « colonnes » de répression), qui sont beaucoup trop « lourdes » pour être efficaces face à la guérilla, sont progressivement remplacées par des « formations supplétives, plus souples d’emploi (…) tout en offrant une force de frappe bien supérieure à celle de la gendarmerie des États » (p. 152). C’est ici qu’entre en scène le célèbre lieutenant Collet et ses cavaliers tcherkesses, qui débuteront dans la région d’Alep avant d’exercer leur technique de terreur, désormais bien rodée, dans la région de Damas au cours de la répression de 1925-1926. Sur les relations entre ‘isâbât et grand banditisme, auxquels les supplétifs sont promis en priorité, notre auteur relève une évidente concomitance, des liens parfois consubstantiels et il propose une « typologie de l’action armée » (p. 116) qui classifie les niveaux et les acteurs de l’insécurité. Il faut s’être déjà  attelé à cet effort typologique pour en mesurer toute la difficulté : le terrain rebelle est multiple et mouvant, il se dérobe derrière l’anonymat des hommes et la mobilité des cavaliers, et la mémoire des combattants (lorsqu’elle existe) s’incline devant l’hagiographie des chefs, encouragée par le processus de construction nationale. C’est pourquoi il est loin d’être assuré que les sources arabes nous permettent jamais de faire toute la lumière sur ce sujet. On notera toutefois avec intérêt que les escadrons de gendarmes mobiles locaux, placés sous l’autorité d’un officier SR, reproduisent au quotidien des solidarités analogues à celles qui soudent les ‘isâbât (bandes armées), et font montre du même intérêt pour  le pillage et le butin et cela, dans le cadre de formations de taille équivalente. À côté des supplétifs, les militaires français, mobilisant la totalité de leur expérience coloniale en Afrique du Nord mais aussi en Indochine, constituent des groupes de partisans et de gardes ruraux pour « couper les ‘isâbât des communautés villageoises ». « Le modèle alépin », c’est-à-dire cette nouvelle organisation de contre- guérilla, sera étendu à la Syrie du Sud au moment de la grande Révolte de 1925-1926. À côté des considérations militaires, Jean-David Mizrahi montre parfaitement comment les compressions budgétaires, imposées par Paris au Haut-Commissariat, favorisent un durcissement du style d’action des SR, un glissement vers l’administration directe et, in fine, une extension des pouvoirs du SR : « Nous nous trouvons actuellement en présence de deux administrations qui se superposent, témoigne le Capitaine Gérardin en novembre 1925, l’une régulière, comprenant le délégué, le gouvernement, les conseillers ; l’autre officieuse, le SR » (p. 365). Il faudra tout le « courage de Ponsot » pour « desserrer l’étreinte des militaires » et étendre à l’autorité civile » ses pouvoirs en matière de police, de contrôle de la presse et des réunions, etc. (p. 393). Pour imposer également une « politique d’entente » avec les nationalistes, ce qui contribua à créer un style nouveau dans les relations syro-françaiss à défaut de régler les véritables questions politiques (Constitution, Traité, unité, indépendance).

6Dans son chapitre intitulé « Conditions de vie des officiers et quotidien du service », Jean-David Mizrahi offre au lecteur des pages qui campent des officiers du SR dans leurs fonctions et rendent une vie et des visages à ce service. Au fil du chapitre, le lecteur pourra se représenter ces officiers « blédards » postés dans les confins désertiques ou montagneux, souvent partis de France en quête d’une autre vie, un peu à la manière de ces aventuriers du xixe siècle qui tissaient leur destin entre politique et exploration, sur les terres inhospitalières d’Asie et d’Afrique… 3  Dans les années vingt,  l’« image de l’officier blédard, archétypée en même temps qu’elle commence à devenir anachronique » inspire la littérature coloniale (Pierre Benoît, Joseph Peyré), alors même, en effet, que l’institutionnalisation du dispositif colonial désenchante le monde de ces officiers (p. 269-270). Et, soudain, le lecteur français se retrouve en terrain familier : le trop de bureaucratie et le trop peu budgétaire, déjà, empoisonnent les missions sur le terrain.

7Cet ouvrage ne témoigne pas seulement d’un souci des acteurs français, pris dans leur quotidien comme témoins d’évolutions plus globales, mais il porte un intérêt égal aux acteurs syriens et libanais. Seulement là l’exercice est plus difficile car Jean-David Mizrahi approche la société des bandes à partir de la documentation militaire française : à force de rigueur et dans une lecture inspirée de ces archives, il réussit à toucher du doigt cette réalité locale en rejoignant ceux, dont je suis, qui la cherchent dans les documents arabes. Mais avant d’en tirer les conclusions méthodologiques, lisons plutôt ce passage significatif :

« Plus fondamentalement, on pourrait dire qu’à travers l’action des bandes armées, le vieux patriotisme des terroirs accède à la culture nationaliste, et qu’il l’informe aussi en retour. Il s’agit au départ de l’affirmation d’une identité locale, réactivée au cours des nuits passées dans les grottes ou les ravins, dans une sorte de réappropriation de l’espace périphérique, à mesure que l’ordre mandataire avance et investit le quotidien avec ses fonctionnaires, ses percepteurs, ses militaires. Relégués dans les interstices des communautés villageoises, louvoyant aux confins des finages, les « bandits » vivent une sorte d’exil intérieur, qu’interrompt de temps à autre l’éphémère irruption vengeresse sur la place publique du village, au grand jour, les armes à la main, dans une sorte de danse virile exhalant par tous les pores de la peau la fierté et l’honneur recouvrés. Mais les rares carnets de route (de chefs rebelles) conservés dans les archives révèlent surtout d’éprouvantes déambulations, les marches forcées ou au contraire les attentes prolongées, le contact risqué avec un parent qui fournira des vivres, ou la rencontre tant redoutée avec un groupe mobile. Entre ce corps à corps quasi tellurique qui réveille des identités de glaise, et le douloureux sentiment d’exil, prompt à s’enflammer pour une nouvelle patrie, se construit peu à peu l’identité politique des bandes armées, un nationalisme de terre et de chair : ”Nous, nous souffrons dans la montagne, hiver comme été, pour sauver notre patrie et notre Religion” » (p . 124).

8L’auteur sait-il que son approche de la conscience insurgée, construite à partir d’archives coloniales, se lit comme une démonstration éclatante de la théorie défendue par Ranajit Guha, membre éminent du groupe des « Subaltern Studies » aux Etats-Unis ?4 Guha, dans un ouvrage (1983) qui fit date chez les historiens anglo-saxons, démontre que « la conscience collective des insurgés s’inscrit en traits négatifs dans la conscience et les archives de leurs ennemis. Il argumente que l’insurrection laisse une empreinte, une image inversée en négatif, dans les rapports de la bureaucratie » coloniale (Provence : 680) C’est un pas méthodologique de géant que fait l’histoire coloniale grâce à Guha, en particulier dans les situations de carence voire d’absence d’archives locales (ce qui est le cas de l’Inde beaucoup plus que de la Syrie).

9Les historiens anglo-saxons sont mieux outillés que leurs collègues français, pour avoir investi l’histoire coloniale bien avant eux et pour avoir donc accumulé un savoir théorique produit par leurs études sur l’empire britannique. Le décloisonnement des historiographies française et anglo-américaine serait bénéfique aux deux côtés5 : chez les spécialistes français du monde arabe, elle permettrait de dédramatiser l’emploi des archives coloniales et de réduire la survalorisation des sources arabes au profit de l’accent mis sur l’approche méthodologique (ce ne sont pas les sources à elles seules qui font le résultat comme en témoigne la majorité des études historiques arabes qui ne produisent guère d’histoire des « subalternes » !). Rappelons par exemple l’influence de ces sources sur l’exclusion du champ turc de l’histoire de la Syrie du Nord et ce, jusqu’au milieu des années quatre-vingts. De l’autre côté, chez les chercheurs américains en particulier, l’approche méthodologique pourrait se décomplexer par rapport aux modèles théoriques (élaborés en Occident) qui encombrent les chapitres d’introduction avant même que l’argument ne soit démontré, et laisser émerger du terrain documentaire lui-même le cadre d’analyse. Démarche à laquelle l’historiographie française est aujourd’hui très attachée. Au fond, ce décloisonnement rendrait peut-être une plus grande sérénité à tout le monde.

10Pour illustrer la question des sources et des méthodes, je voudrais ici mettre en relation le travail de Jean-David Mizrahi avec celui de Michael Provence (2001), historien américain qui, lui, a largement exploité les sources et références arabes. Mizrahi et Provence traitent tous deux du Hawran et de la grande révolte syrienne de 1925-1926 ; ils font le choix de l’histoire sociale (encore balbutiante pour le Mandat français), prise dans une longue durée de plusieurs décennies, pour analyser les mécanismes et les acteurs de cette révolte. La longue durée les conduit à faire le même usage du concept anglais de Frontier pour caractériser la région du Hawran entre le milieu du xixe siècle et le début du xxe siècle6. Ils désignent ainsi un front de colonisation poussé vers le sud (Ajloun, Ard Jabbané) par la société pionnière druze, elle-même issue d’une migration du Mont-Liban vers le Jabal Hawran. À partir d’un socle commun qui montre comment les réseaux sociaux, constitués depuis plusieurs décennies par l’activité économique, ont été les canaux de la mobilisation armée et de l’agitation nationaliste, chaque auteur, puisant dans sa méthodologie et ses sources, apporte sa contribution personnelle. Provence étudie la société druze du Hawran de l’intérieur et par rapport à son investissement dans la révolte : comparaison avec les Druzes du Liban, structure de la propriété foncière, émergence d’un nouveau leadership social, réseaux campagne-ville, etc. Mizrahi part de phénomènes internes (expansion territoriale, oppositions intra et inter-claniques, etc.) pour rattacher l’histoire de la société druze à des ensembles quasi concentriques : une région, le Hawran, une ville, Damas (centre d’un pouvoir exogène), les institutions du mandat (État du Djebel, forces supplétives, etc.) et un pays (tracé de la frontière, Etat central). Bréf, ces deux études, venues d’horizons opposés, se complètent bien plus qu’elles ne s’opposent : quand Provence utilise les archives diplomatiques de Nantes en les considérant, à la suite de Guha, comme « une chronique à la fois de la domination et de la résistance », Mizrahi prend le parti de rechercher dans les mêmes archives « une lecture globale de l’entrechoquement des violences, sociale et guerrière d’une part, étatique et militaire de l’autre »7.

11Au delà des points saillants, ici évoqués, et qui attestent de l’importance du livre de Jean-David Mizrahi, je voudrais souligner à quel point il est réconfortant de voir l’historiographie française du Proche-Orient portée aujourd’hui par de jeunes chercheurs, non seulement rigoureux dans la méthode mais aussi sensibles à restituer la dimension « humaine » de la discipline qui est la nôtre.

Haut de page

Bibliographie

Fournié P. (dir.), 2003, Aventuriers du monde. Les grands explorateurs français au temps des premiers photographes, 1866-1914, Paris, L’Iconoclaste.

Mizrahi J-D. , Été 2003, « La répression du banditisme sur les confins de la Syrie mandataire : nouveaux États et nouvelles frontières dans le Moyen Orient des années 1920 », in Relations Internationales, n°114, p. 173-187.  

Provence T. , 2001, Plowshares into swords. Anti-colonial Resistance and Popular Nationalism in French Mandate Syria, 1925-1926, Ph. D. , The University of Chicago, Department of History, Chicago, Ilinois.

Ranajit, Guha, Elementary Aspects of Peaseant Insurgency in colonial Indian, New Delhi, Oxford University Press, 1983, p. 15-16. Cité par Mickael Provence, A Nationalist Rebellion without Nationalists ? Popular mobilizations in Mandatory Syria, 1925, 1926, in N. Méouchy et P. Sluglett (ed.), The British and French Mandates in Comparative Perspectives, Brill, Leyde, 2004, p. 673-692.

Haut de page

Notes

1 Ce sont les archives des postes à l’étranger (Haut-Commissariats, Consulats, Ambassades) du Ministère des Affaires étrangères. Ces archives ont été ouvertes en 1986 et ce n’est qu’à partir de cette date que les chercheurs ont pu avoir accès à la totalité des archives du Haut Commissariat de Beyrouth, ou tout au moins celles qui demeurent et qui n’ont pas été détruites ou remises aux administrations héritières aux indépendances (en particulier pour les services techniques).
2 L’auteur vient de publier un article qui reprend et synthétise ces questions : « la répression du banditisme sur les confins de la Syrie mandataire : nouveaux États et nouvelles frontières dans le Moyen-Orient des années 1920 ».
3 Leur épopée vient d’être exhumée de l’oubli grâce à Pierre Fournié (2003), Conservateur en chef du patrimoine, et à la Direction des archives du Ministère des Affaires étrangères, avec la publication d’un ouvrage magnifiquement illustré (500 photographies presque toutes inédites).
4 Ce groupe, constitué dans les années quatre-vingt, rassemble des historiens spécialistes de l’histoire coloniale de l’Asie du sud- est. En s’inspirant des thèses de Gramsci, ils décidèrent, à partir de l’exemple indien et du point de vue des classes « sulbaternes », de travailler sur résistances anti-coloniales que l’histoire coloniale britannique d’une part et l’histoire des élites nationalistes d’autre part avaient ignorées. Les principales figures de ce collectif sont Ranajit Guha, Gayatri Chakravorty Spivak et Partha Chatterjee.
5  Qui connaît par exemple, aujourd’hui en France, le groupe des  Subaltern Studies ? Dans quel livre français d’histoire coloniale peut-on trouver des références à Guha, à Hatterjee ou à Spivak ? En sens inverse, combien de fois les auteurs anglo-saxons mentionnent-ils leurs collègues français dans les ouvrages sur le Proche-Orient arabe contemporain ? Il existe bel et bien une certaine cécité partagée.
6 Mizrahi et Provence ne se connaissent pas et ont soutenu leur thèses à deux mois d’intervalle, l’un en juin et l’autre en août 2001.
7 J . D. Mizrahi, Radio France, Dédicace du 08/ 07/2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « Mizrahi Jean-David, Genèse de l’État mandataire. Service des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 462 p. , 12 cartes, 15 tableaux et 11 photographies. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 08 décembre 2004, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2416

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page