Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Stéphane Valter, La construction nationale syrienne. Légitimation de la nature communautaire du pouvoir par le discours historique, Paris, CNRS éditions, 2002, 400 p.

Elizabeth Picard
p. 327-331

Texte intégral

1La question à laquelle s'attaque dans ce livre Stéphane Valter est une bonne question. Comment le régime ba‘thiste - et singulièrement son dirigeant de 1970 à 2000, Hafez el-Assad - se maintient-il à la direction de l'État syrien ? Certainement pas par la seule force brute, en dépit d'un bilan humain et démocratique particulièrement désastreux, ni en agitant les menaces et les attentes de la politique régionale (Lawson, 1996). Il faut bien que la coercition soit assortie d’un système de légitimation pour expliquer la pérennisation d’un régime qu'on ne peut qualifier de totalitaire.

2Une explication assez convaincante est celle que propose Volker Perthes (1995), où l'auteur explique la stabilité du lourd appareil d'État syrien par l'existence et l’efficacité relative d'une structure parallèle interpersonnelle, coïncidant partiellement avec la structure officielle. Une autre, qui serait plutôt celle de Raymond Hinnebusch (1990) et de Hanna Batatu (1999) (absent de la bibliographie de Stéphane Valter et, à vrai dire, assez éloigné de ses préoccupations), insiste sur les effets de la redistribution et sur les gains économiques et sociaux du monde rural dans la période ba‘thiste. Par delà l'attention aux structures institutionnelles (l'administration, l'équilibre des pouvoirs politiques, la législation ainsi que les normes et les codes sociaux), on peut s'attacher aussi aux modes de diffusion et d'exercice du pouvoir, comme le fait Philippe Droz-Vincent dans un livre à paraître prochainement, afin d'éclairer le fonctionnement interne de ce système autoritaire.

3Reste l'étude du discours du pouvoir sur lui-même et sur sa relation à la société - soit, dans le cadre d'un État-nation (dont Charles Tilly nous avertit à bon escient qu'il ne faut pas le prendre à tort pour un État national puisqu'il n'est qu'une adaptation universalisante et imposée par le haut d'un modèle européen), le discours sur la « construction nationale », et en particulier l’élaboration d’une histoire « nationale ». En l'occurrence, Stéphane Valter montre à plusieurs occasions qu'il s'agit non pas d’une histoire analytique et critique mais d'une histoire-mémoire, c'est-à-dire orientée vers une construction volontariste de la mémoire nationale, à partir d'images sélectives (Nora, 1984).

4La problématique à laquelle s'attache Stéphane Valter pour le cas de la Syrie, est extrêmement répandue dans le monde d’aujourd’hui. C’est celle d’États jeunes, mais riches d'une histoire ancienne, dont l’invention a précédé le processus de construction nationale. S'il insiste d’ailleurs sur le caractère récent du régime ba‘thiste, arrivé au pouvoir à Damas en 1963, il ne s'attarde pourtant pas sur la nouveauté relative de l'État syrien, constitué en 1920 par la puissance mandataire sous une forme plurielle, et qui ne prit ses contours définitifs qu’à la fin des années 1930, à la veille de son indépendance. Pour Stéphane Valter, il y a la période ba'thiste (depuis 1963 et, surtout, depuis 1970) et « la période anté-ba‘thiste » (p. 210, celle-ci s'étendrait donc de la préhistoire à 1963), si bien qu'il s’intéresse très peu aux orientations de la construction nationale qui ont été celles de l’État syrien de 1943 à 1963, dont la comparaison avec la période ba‘thiste, et aussi avec la période de la nahda, aurait été éclairante (Hourani, 1968). C’est pourquoi Valter se démarque volontairement de la rétrospective analytique de Ulrike Freitag (1991) qu'il cite pourtant abondamment et à bon escient, à la fois parce qu'il s'intéresse à une période plus limitée et parce que, nous le verrons plus loin, ce ne sont pas les écoles historiques et idéologiques qui l'intéressent, ni les historiens, mais la construction d'un discours historique.

5Ces limites historiques (cernant la période postérieure à 1963 et surtout à 1970) ne sont pas le principal obstacle à la réflexion comparatiste. La définition insistante et postulée de la nature du pouvoir politique en Syrie comme pouvoir communautaire (en titre du livre), ou « assez étroitement communautaire» (à la deuxième page de l'introduction), « minoritaire » (p. 11), « émanation de la communauté alaouite » (p. 12), etc., amène Stéphane Valter à une conception à la fois restrictive et hésitante de la question à traiter, qu’il résume ainsi : « comment le régime actuel (…) cherche assez nettement à légitimer par un certain type de discours symbolico-historique son origine musulmane hétérodoxe et son monopole du pouvoir dans un environnement majoritairement sunnite » (p. 8). Le paradoxe, c'est qu'ayant choisi d'aborder son sujet par le biais de la question communautaire (une dimension importante, au-delà des polémiques, mais dont il reconnaît qu'elle n'est qu'une dimension parmi d'autres puisqu'il mentionne aussi le thème du patrimonialisme et, dans le chapitre iii de la dernière partie, celui de la domination des villes sur les campagnes, puis de la ruralisation des villes), l'auteur écarte volontairement et presque totalement les thèmes ayant trait à la période qualifiée d'islamique - de la conquête en 634 à la chute de l'Empire ottoman en 1918. Certes, les justifications qu'il donne de ce choix sont raisonnables : le sujet est déjà traité, et il mérite une étude à lui seul. Il n'empêche qu'on a là une étude « en creux » qui adhère implicitement à « l'idéologie en creux » d'un régime qui s'efforce constamment de neutraliser la période islamique en tant que moment référentiel (p. 109). La réflexion de Stéphane Valter s'attache à la construction nationale unitaire de la Syrie (c'est un leitmotiv important du livre mais aussi de l'idéologie du régime) en puisant dans un vaste champ référentiel remontant rien moins qu'à un million d'années. En même temps, elle esquive l'examen des thèmes historiques diviseurs.

6La présentation des thématiques, des agencements et de la documentation du discours officiel sur la consistance d’une identité arabe syrienne et sur l'ancienneté de sa territorialisation, est organisée en trois parties. La première traite plutôt des écrits historiques, ou sur l'histoire, en s’attachant à la distinction et à l’articulation entre arabité et syrianité (la seconde étant la marque de la territorialisation). La deuxième s’appuie sur  la matérialité archéologique et les débats entre archéologues sur des thèmes nombreux allant de la période préhistorique à l’époque byzantine et à la question de la place de l’héritage chrétien en Syrie. La troisième comporte deux études sur les polémiques véhémentes et parfois confuses à propos des découvertes d’une équipe archéologique italienne à Ebla en 1975, sur identité juive et identité araméenne, et à propos du creusement du tunnel sous le Haram al-Sharif en 1996, sur l'archéologie de la Palestine ; une synthèse des écrits occidentaux sur la construction d’un référent national territorial par les Ba'thistes iraquiens ; des chapitres sur la muséographie, sur la conservation du patrimoine et sur le tourisme. L'architecture du livre n'est pas toujours convaincante: on trouve des développements sur la recherche archéologique dans les parties ii, p. 110-140, et iii, p. 233-241. La discussion sur l'identité des populations de la Syrie « originelle » est développée dans la partie ii, p. 137-140, et à nouveau dans la partie iii, p. 218-225. D'une façon générale, le livre aurait mérité d'être allégé de nombreuses redites. Mais la quantité, la variété des sujets abordés, la minutie avec laquelle ils sont traités, sont impressionnantes. Stéphane Valter montre une érudition et une curiosité de savant, illustrées par un appareil critique abondant et soigné. Il se vante à juste titre d'utiliser de nombreuses sources arabes originales (c'est un excellent arabisant) et la masse d'informations qu'il réunit à l'appui de sa démonstration contribue certainement à enrichir les débats sur l'histoire du Proche-Orient en général et de la Syrie en particulier. Plusieurs parties sont excellentes, appuyées sur une observation des terroirs et une connaissance directe des débats dans lesquels se déploie l'argumentation du régime sur l'identité territoriale syrienne - tel ce développement original sur le traitement du patrimoine archéologique à Raqqa (p. 185-188). Parfois, Stéphane Valter n'a pas résisté à son penchant pour l'accumulation du savoir, gratifiant par exemple le lecteur de force détails sur l'organisation des fouilles par les Occidentaux (p. 115-120 et 143-147).

7Une telle abondance dans le traitement des écrits historiques et des découvertes archéologiques, ainsi que des politiques gouvernementales en matière de patrimoine, apporte-t-elle confirmation de la thèse de Stéphane Valter selon laquelle « l'identité imaginée [ dans les cercles du pouvoir ] est conçue essentiellement comme arabe et syrienne dans le sens où la communauté politique nationale s'opère par une territorialisation identitaire » (p. 31)? La conclusion n’est pas critiquable en soi et elle va dans le sens de nombreux travaux récents sur la construction politique en Syrie. Mais en quoi le recours à l’histoire apporte-t-il une dimension et une preuve supplémentaires ?

8La réponse n’est pas tout à fait claire et réclame l’examen de deux questions méthodologiques. La première porte sur le traitement par Stéphane Valter de la coïncidence intrigante entre la nature arbitraire et monolithique du pouvoir de Assad, d'une part, et la floraison de thèses et de représentations divergentes, acceptées par celui-ci « parce qu'il peut y trouver un bénéfice politico-symbolique », de l'autre (p. 33 & 211). Selon Stéphane Valter, les producteurs de discours historique et archéologique sont interchangeables, et tous ensemble représentatifs d'une pensée unique en raison de la « prédominance du pouvoir sur la vie intellectuelle publique ». Si bien que le corps de sa démonstration consiste en une sélection et une réorganisation d'extraits d'ouvrages amalgamés et décontextualisés. Le discours des auteurs qui reviennent le plus souvent (Afif Bahnasi, Muhammad Farzat, Sultan Muhaysin, Qasim Tuwayr et, bizarrement, As‘ad al-Achkar) est éclaté et réemployé au fil d'une démonstration linéaire dont on ne sait pas toujours si elle est celle de l'historien cité, celle du pouvoir, ou encore celle de Stéphane Valter lui-même (p. 201, on le voit s'insurger contre les excès de la thèse qu'il rapporte). Les notices biographiques des historiens (p. 323-332) font montre d'ailleurs d'un étonnant manque de rigueur - celui-ci étant qualifié d'alaouite, celui-là de marxiste et un troisième de « célèbre internationalement », tandis que le quatrième est libanais.

9Cette marque d'une indifférence aux conditions de production du discours historique ( en miroir de l’instrumentalisation sans vergogne de ce discours par le régime) contraste avec la qualité de la bibliographie, abondante, soignée, en quatre langues au moins, et dont le classement est clair et cohérent. Pourtant, outre celle du livre de Batatu, mentionnée plus haut, on note une autre absence, celle du livre de Lisa Wedeen (1999). Bien sûr, la thèse a été écrite et soutenue avant (en janvier 1998). Mais cela n’empêche pas Stéphane Valter de relater les tout derniers épisodes de la saga familiale de la famille Assad, y compris le «  mariage d’amour » de Bachar (p. 321) ou encore de disserter sur les avantages comparés du modèle « égyptien » et du modèle « chinois » de libéralisation (p. 306).

10Plus sérieusement, la prise en compte du travail de Lisa Wedeen aurait été nécessaire, et elle nous amène à la seconde question méthodologique. Celle de l’usage des concepts et des outils d’analyse des sciences sociales dans le cadre de cette thèse de science politique. Postulant la prévalence des « vieilles » allégeances « traditionnelles » dans la stratégie de construction nationale du pouvoir syrien, l’analyse bute sur une aporie puisque le processus de « création d’une modernisation politique » passe par « l’effacement de ces allégeances » (p. 307 à 310). Dès lors, comment évaluer l’effectivité du discours historique ? On veut bien admettre que Stéphane Valter ait laissé de côté le traitement de sa réception par la société syrienne (p. 303), tant est délicate l’analyse des réappropriations, des détournements et des contournements du discours du pouvoir, comme l’a bien montré Wedeen. Mais on comprend moins qu’il ait négligé l’étude du contexte de production de ce discours, des modalités de son contrôle, des enjeux de pouvoir dont il est le révélateur, et surtout de la traduction en actes de ses énoncés par les groupes composant la « minorité dirigeante » : des politiques publiques, sécuritaires, éducatives, administratives, etc. La sociologie politique nous suggère que ce contexte, ces modalités, ces enjeux et cette mise en actes sont autrement explicatifs de la « construction nationale syrienne », de ses avancées et de ses échecs, que la présentation du contenu du discours historique.

Haut de page

Bibliographie

Freitag U. , 1991, Geschichtsschreibung in Syrien 1920-1990, Hambourg, Schriften des Deutschen Orient-Instituts.

Hourani A. , 1968, dans Syria and Lebanon : A political essay, Beyrouth, Lebanon Bookshop.

Lawson F. , 1996, Why Syria goes to war, Ithaca & Londres, Cornell University Press.

Middle East Watch (éd), 1991, Syria unmasked. The suppression of human rights by the Asad regime, New Haven & Londres, Yale University Press.

Nora P. , 1984 « La fin de l'histoire-mémoire » in P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire 1. La république, Paris, Gallimard.

Perthes V. , 1995, The Political Economy of Syria under Asad, Londres, I. B. Tauris

Wedeen L. , 1999, Ambiguities of domination.. Politics, retoric, and symbols in contemporary Syria, Chicago, The University of Chicago Presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Stéphane Valter, La construction nationale syrienne. Légitimation de la nature communautaire du pouvoir par le discours historique, Paris, CNRS éditions, 2002, 400 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 08 décembre 2004, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2417

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page