Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

WILS, O. , Wirtschaftseliten und Reform in Jordanien. Zur Relevanz von Unternehmer-Bürokraten-Netzwerken in Entwicklungsprozessen (Élites économiques et réforme en Jordanie. De l'importance des réseaux d'entrepreneurs et de bureaucrates dans le processus de développement), Hamburg, Deutsches Orient Institut, 2003, 283 p. , 17 tableaux, 16 schémas.

Françoise de Bel-Air
p. 332-335

Texte intégral

1L'économie politique, discipline dont se réclame Oliver Wils, met ici en relief les dynamiques politiques à l'œuvre dans la conception et dans l'instauration de réformes économiques. Particulièrement développée par les universitaires allemands (P. Pawelka, C. Schmid entre autres), elle permet utilement de rompre avec l'abondance des analyses stato-centrées comme avec l'économisme dominant les travaux des institutions internationales sur le Moyen-Orient.

2Cet ouvrage, version publiée de la thèse en « sciences politiques et sociales » de l'auteur, soutenue l’été 2001 à l'Université libre de Berlin, est le fruit à la fois d'une recherche théorique poussée et d'une fréquentation régulière du terrain jordanien. En sept chapitres couvrant l'histoire économico-politique jordanienne de 1949 à nos jours, Oliver Wils apporte sa contribution au développement théorique de la discipline et complète les précédents travaux sur la Jordanie1. Il dévoile efficacement les raisons de la stagnation économique de ce pays (comme des autres pays de la région) depuis 1967 et celles de la persistante résistance rencontrée par l'instauration de réformes économiques, en dépit des espoirs nés des processus de paix.

3L'hypothèse centrale de la recherche est la suivante : les difficultés d'instaurer des réformes proviennent des tensions dans les relations entre l'État/le régime, d'une part et les acteurs sociaux, d'autre part. La survivance du régime, et plus généralement les logiques politiques, dictent les modalités de l'instauration des réformes. La coopération entre entrepreneurs et bureaucrates, médiation entre les intérêts quelquefois conflictuels de l'État et du secteur privé, peut prendre la forme d'un processus de négociation, ou celle d'un processus de rent-seeking (poursuite de la rente), les flux de revenus rentiers de provenance extérieure étant sécurisés aux dépens du développement de moyens de production. Ces deux types d'interaction ont une importance particulière dans la phase actuelle de la réforme de l'économie : les réseaux de relations qu'ils impliquent permettent de perpétuer les privilèges des élites économiques en contrôlant la progression des réformes et en endiguant l'instauration d'une libre concurrence ; d'autre part, la poursuite du processus de rent-seeking s'inscrit dans la logique même du processus de réforme, en raison du fait que le contexte politique subsistant depuis le processus de paix en 1994 a entraîné un assouplissement de la conditionnalité de l'attribution des aides et crédits internationaux.

4L'approche de Oliver Wils est centrée sur les interactions entre acteurs et sur leurs réseaux. Cet angle original permet à l'auteur de revisiter la théorie de l'État-rentier et de s'inscrire ainsi dans un vaste débat scientifique en cours. L'autre axe théorique mobilisé, afin de clarifier le lien entre modes d'interactions entre acteurs et modes d'accumulation des revenus rentiers, reste la théorie institutionnelle, dans sa variante du « nouvel institutionnalisme ». Cette théorie met l'accent sur le rôle des « institutions » (systèmes de valeurs, règles formelles et informelles, habitudes, normes et rites) dans les processus étudiés, qu'elle situe au « niveau intermédiaire » (meso level) entre les structures et les acteurs, au niveau des processus de gouvernance. Cette combinaison d'approches autorise une critique convaincante de l'hypothèse de la puissance de l'État (ou régime) rentier ; l'affaiblissement des fondements institutionnels de celui-ci a d'ailleurs pu aussi être observé sur le terrain saoudien par K. Chaudhry. Le concept de rente est donc affiné par une intégration des dynamiques internes aux États concernés, dynamiques historico-sociales et politiques ainsi que revenus générés à l'intérieur du pays. Cette réflexion théorique est enrichie par de nombreuses références, par exemple à la théorie de la société en développement bureaucratique due à H. Elsenhans. Elle fournit aussi une explication convaincante à la perpétuation du système socio-politique rentier dans les pays de la région après 1982 et le début de la chute des revenus rentiers extérieurs.

5Avant cette date, c'est la rupture intervenue en 1967 dans les relations État-société qui retient l'attention. Dans un contexte décrit au chapitre 2, caractérisé par la variété des élites constituées depuis la création de l'Émirat (élites politiques, Armée, bureaucrates, alliés directs de la famille royale, commerçants, propriétaires terriens, etc.), une première phase du développement jordanien (1949-1967) voit la formation des réseaux d'entrepreneurs et de bureaucrates, ces derniers coopérant avec les « grandes familles », détentrices des capitaux canalisés vers des projets industriels. Les premières réformes économiques jordaniennes ont donc été menées « par le haut ». Mais, pourtant, ce recours aux capitaux privés a entraîné l'attribution de privilèges, la formation de monopoles et de réseaux progressivement devenus indépendants du Palais.

6Les conséquences du boom pétrolier de 1973, examinées en chapitre 4, découlent de ce contexte social, politique et économique particulier : le passage d'une stratégie de développement interne à l'intégration de la Jordanie à un système régional de circulation de la rente a renforcé les réseaux des élites liées au Palais aux dépens des élites du secteur privé, actives dans les secteurs bancaire et financier. L'afflux des aides arabes a impulsé une tendance à la « poursuite de la rente », ces élites se trouvant réduites une stratégie fondée sur un lobbying informel et sur la prise de contacts individuels tandis que les premières émergeaient de l'affaiblissement progressif des capacités institutionnelles et administratives de l'appareil d'État. Oliver Wils met bien en relief la centralisation progressive du pouvoir aux mains des élites économiques proches du Palais (renforcée par la dissolution du Parlement en 1974, qui a entraîné la création de « comités restreints » en lieu et place des institutions de décision), pourtant rapidement menacée par l'émergence d'une nouvelle élite, des hommes d'affaires auparavant sans base de soutien, des groupes de pression constitués autour des retombées de la rente sur les décombres des mouvements nationalistes arabes et nationalistes transjordaniens. Dans ce contexte, il n'est pas étonnant de constater l'échec des premières mesures de réforme économique, mises en œuvre à partir de 1984 et censées répondre à l'amenuisement de la rente. Cet échec est imputable autant à l'absence de volonté intérieure et à la nécessité de protéger les privilèges existants, qu'aux « ambitions dynastiques » des membres de la famille royale, qui empêchaient ceux-ci de circonscrire le développement économique à la rive est du Jourdain.

7L'autre rupture dans la conduite des réformes économiques se situe en 1988-89, avec l'imposition par le FMI d'un programme d'ajustement structurel en réponse à l'endettement croissant de la Jordanie, dont les conséquences politiques et sociales (les émeutes d'avril 1989 dans les zones rurales du pays, la hausse de la pauvreté et du chômage) ont été décrites ailleurs. Après l'interruption de cette phase par le déclenchement de la Guerre du Golfe, les années postérieures à 1992 sont marquées par la signature du Traité du Wadi Araba entre Israël et la Jordanie en 1994 qui, en assouplissant les conditionnalités de l'attribution d'aides au développement, permet à la Jordanie de bénéficier d'importants « dividendes de la paix ». Les crédits et attributions augmentent (tab. 5.1. p. 139), en provenance cette fois des États-Unis, du Japon et de l'Union européenne. Dans ce contexte, la poursuite des réformes, les mesures touchant aux impôts, aux droits de douane, aux exportations et aux investissements n'ont que peu d'effets. Les conditions d'une atténuation du processus de « rent-seeking » et d'une compétition libre entre entrepreneurs (développement des exportations reposant, entre autres, sur une dévaluation radicale de la monnaie) ne sont donc toujours pas réunies, ce type de mesures risquant d'entraîner des conséquences politiques que les bailleurs de fonds et le Palais ne sont pas prêts à assumer.

8Le chapitre 6, intitulé « les conséquences de la réforme économique sur l'élite des affaires jordanienne » étudie les acteurs internes du processus de réforme. Oliver Wils y analyse de façon très détaillée, par les outils de la théorie institutionnelle, la façon dont le contexte des réseaux d'influence et des liens entre bureaucrates et affairistes explique les médiocres résultats des mesures de réforme économique. À travers l'exemple de la réforme des impôts et de la privatisation du secteur des télécommunications, l'auteur montre comment l'élite des affaires a réussi à manipuler les mesures de réforme à son profit, en se garantissant contre une éventuelle concurrence du secteur privé ou de nouveaux réseaux par l'octroi d'avantages et d'options. La stabilité et la sécurité de la répartition de ceux-ci sont assurées, grâce en particulier à la faiblesse des capacités de gestion administrative et institutionnelle de l'État, dont sont responsables les bailleurs de fonds. Pourtant, l'auteur remarque l'implication nouvelle des représentants de l'élite du Palais dans le processus de rent-seeking, élites qui bénéficient de la coopération avec les investisseurs étrangers. La conclusion de l’ouvrage exprime le pessimisme de l’auteur, sur l’éventualité d’un règlement des problèmes politiques et sociaux frappant la Jordanie. Celle d’une atténuation  de la dépendance à l’égard des revenus externes et de la tendance à la poursuite de la rente (rent-seeking) lui semble également improbable dans un futur proche.

9Ce dernier chapitre, préparé et introduit par le reste de l’ouvrage, est une contribution très originale par O. Wils aux travaux sur la Jordanie. L’outil théorique, utilisé avec une grande distance critique permet une analyse fine et variée des dynamiques politiques, économiques et sociales à l’œuvre en Jordanie depuis 1949, à travers l’indicateur des réformes économiques et des aléas de leur mise en œuvre. Cet ouvrage constitue en outre un précieux outil de recherche, grâce à la synthèse de précédents travaux qu’il expose clairement, aux entretiens réalisés et aux profils de familles d’entrepreneurs présentés, qui « personnalisent » les données, mais surtout à la clarté des références et aux nombreuses données statistiques ( présentées en dix-sept tableaux). On aurait apprécié un court exposé critique de l’élaboration des indices, généralement de seconde main et tirés de publications statistiques officielles, ce qui ne remet pas en cause l’efficacité de la démonstration. On peut souhaiter qu’une traduction de l’ouvrage sera rapidement réalisée, afin de rendre accessible au plus grand nombre les travaux des économistes politiques allemands.

Haut de page

Notes

1 La Jordanie a constitué le terrain d’application de ces théories par plusieurs auteurs allemands depuis les années 1970 (Markus Haas, Franck Czichowski, Gilbert Anderer par exemple), dont les subtils mais complets travaux d’analyse de ce pays complexe sont cités dans la bibliographie de l’auteur.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise de Bel-Air, « WILS, O. , Wirtschaftseliten und Reform in Jordanien. Zur Relevanz von Unternehmer-Bürokraten-Netzwerken in Entwicklungsprozessen (Élites économiques et réforme en Jordanie. De l'importance des réseaux d'entrepreneurs et de bureaucrates dans le processus de développement), Hamburg, Deutsches Orient Institut, 2003, 283 p. , 17 tableaux, 16 schémas. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 26 novembre 2004, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2419

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page