Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Kerrou, Mohamed, (dir.), Public et Privé en Islam, IRMC, Maisonneuve & Larose, 2002, 343 p.

Vincent Lemire
p. 294-301

Texte intégral

1Les sciences sociales tiennent leur légitimité de leur capacité à produire, éprouver et si possible exporter des catégories. Outils d’analyse des réalités qu’elles prétendent rendre lisibles, ces catégories sont historiquement construites. Elles fournissent aux chercheurs autant de grilles de lecture du monde social. Ces outils peuvent-ils voyager sans perdre de leur pertinence théorique et de leur efficience pratique ? En d’autres termes, ces concepts qui permettent d’appréhender et de saisir le réel restent-ils opératoires après leur dépaysement ?

2Cette question nodale posée aux sciences sociales, l’ouvrage collectif dirigé par Mohamed Kerrou prend le risque de la repenser à partir d’un couple conceptuel dont la production scientifique a particulièrement usé et peut-être abusé : les catégories-miroirs de public et de privé. Le couple conceptuel public/privé, qui a su, sur la rive nord de la Méditerranée, nourrir la profession pendant des décennies, est-il un produit d’exportation ? Cette « provocation scientifique », au sens le plus noble du terme, répond bien aux exigences éditoriales de la collection « Connaissance du Maghreb » et à son projet de dépasser les frontières culturelles et disciplinaires, grâce notamment à la promotion de la recherche collective en réseau à l’échelle de la Méditerranée.

3Si Mohamed Kerrou, directeur de l’ouvrage et responsable de sa problématique générale, — c’est assez rare pour être souligné — a pris le risque de poser aux différents intervenants du programme de recherche une question franche et précise, il a su également décliner cette ambition avec nuance et subtilité : comme le souligne Jean-Charles Depaule dans la préface de l’ouvrage, les territoires emboîtés de la ville, de la religion, du domaine juridique, de l’État, de la sphère domestique sont ici successivement exploités dans une volonté clairement assumée de déplacer les barrières et de brouiller les cartes. Ces questionnements sont abordés à toutes les échelles, mais avec une attention particulière portée à la notion d’espace public, qui semble condenser l’ensemble des problématiques connexes de la question. Jean-Charles Depaule résume assez bien l’ambition de l’ouvrage, qui est d’éviter les deux écueils contraires et symétriques de « l’ethnocentrisme tranquille » (les catégories de public et de privé sont pleinement opératoires pour analyser les sociétés d’Islam) et du « relativisme invertébré » (à chaque situation spécifique sa grille de lecture irréductiblement singulière), grâce à une ré-historicisation des catégories public/privé ainsi mises à l’épreuve.

4Position du problème

5Mohamed Kerrou, ne semble pas menacé par le « relativisme invertébré » dénoncé par Jean-Charles Depaule : dès l’introduction, il met en garde la communauté scientifique contre le vertige culturaliste qui consiste à dénoncer à priori les catégories d’analyse classiques comme « occidentalocentrées ». Il souligne qu’à ce compte-là, les concepts d’État ou de démocratie risqueraient de tomber sous le coup de la même dénonciation, et qu’une ambition simplement « scientifique » — c’est-à-dire à vocation universelle — deviendrait impossible à défendre, minée de l’intérieur par l’essentialisme et l’exceptionnalisme.

6On partage volontiers les appréhensions et les inquiétudes de l’auteur : la limite majeure de la tentation hypercritique, outre qu’elle ne propose pas d’alternative conceptuelle crédible aux paradigmes qu’elle s’acharne à démolir, réside dans une vision figée et maximaliste des catégories visées : pour mieux engager le fer avec le couple conceptuel public/privé, l’école culturaliste fait semblant d’ignorer que ces catégories font problème y compris en Occident, qu’elles ne sauraient s’y appliquer sans distinction et sans nuance, et que les programmes de recherche se multiplient en Europe même pour mettre justement en lumière les porosités, les interférences et les emboîtements qui traversent les notions de public et de privé. Comme souvent, le débat épistémologique est faussé à la base car la cible visée n’est qu’une pure fiction rhétorique forgée par un des camps pour servir d’épouvantail et de repoussoir. L’épouvantail du couple public/privé comme deus ex machina des sciences sociales en Occident n’existe que dans l’esprit de ceux qui se plaisent à le dénoncer. Si ces notions de public et de privé sont historiquement construites, elles le sont autant par ses « usagers » que par ses détracteurs.

7Autre référent historiquement construit, « l’Islam » mérite aussi un travail raisonné de déconstruction : en s’inscrivant dans la logique des analyses désormais classiques de Jacques Berque, Maxime Rodinson, Hichem Djaït ou Mohamed Arkoun, Mohamed Kerrou défend l’ambition d’une approche critique et plurielle du fait musulman, tournée en particulier vers les conditions concrètes  — ou « topographiques » — de son fonctionnement. Dans ce cadre, le terrain des études urbaines et la question des limites entre l’espace public et la sphère domestique ont été particulièrement renouvelés ces dernières années. Le paradoxe est que l’Islam, ignoré ou au contraire survalorisé, demeure « l’impensé » des sciences sociales (M. Arkoun). Qu’il soit contourné ou au contraire auto-référencé, l’Islam reste le point aveugle de ces nouvelles perspectives de recherche : ce constat a encouragé Mohamed Kerrou à privilégier dans cette enquête collective l’analyse des « croisements » entre une sphère publique « assimilée avant tout au politique » et une sphère privée « perçue d’abord au niveau du for intérieur que sollicite la croyance individuelle ». On aura compris que ce programme de recherche a voulu rompre avec la stratégie d’évitement qui caractérise trop souvent les études consacrées au « fait islamique ». Cette ambition apparaissait d’ailleurs clairement dans l’énoncé même du programme de recherche initial (« Sécularisation et mutations culturelles au Maghreb et au Machrek ») et dans le titre du colloque de clôture organisé à Casablanca en octobre 1999 (« Public et Privé. Le statut du religieux dans les sociétés contemporaines du Maghreb et du Moyen-Orient »). Il s’agissait alors bel et bien de s’attaquer au nœud du problème, c’est-à-dire aux thèmes de la sécularisation (notion préférée à celle de laïcisation, jugée trop étroitement institutionnelle et juridique) et aux « modalités d’association ou de dissociation entre le religieux et le politique ». Évaluer, en somme, les horizons et les contraintes d’une analyse de l’Islam comme «  objet d’étude ».

8Théories du public et du privé

9La première partie de l’ouvrage, qui est aussi la plus courte, s’attache à une mise au point théorique. À partir notamment des acquis épistémologiques de Norbert Elias (généalogie des mœurs), de Jürgen Habermas (théorie de l’espace public) ou de Philippe Ariès (histoire de la vie privée), les auteurs tentent de reposer et de déplacer la question d’une « modernité » généralement associée à la distinction des sphères du privé et du public, et d’un « archaïsme » associé à l’inverse à l’indistinction ou à l’interpénétration de ces deux sphères.

10Anton Blok, anthropologue à l’université d’Amsterdam, ouvre le débat et se penche sur le berceau de la privacy. « Dès le bas Moyen Âge, écrit-il, plusieurs activités sociales en Europe occidentale ont été peu à peu poussées hors du champs public ». C’est donc bien par exclusion, ou plutôt par soustraction, que la sphère privée s’est construite : éduquer, manger, se baigner, dormir, faire la cour, faire l’amour, pleurer, se disputer, punir, soigner… toutes ces activités se sont peu à peu retirées « dans les coulisses de la scène publique », pour reprendre le titre de la contribution d’Anton Blok. L’auteur inscrit cette sociogenèse de la distinction dans la logique eliassienne du « processus de civilisation », ce qui repose au centre des débats la question cruciale de l’évolutionnisme et de l’ethnocentrisme.

11Le texte qui suit, du sociologue André Petitat, envisage très clairement la rupture récente de ce processus et remet en tout cas en question la linéarité supposée de ces évolutions : en attirant l’attention du lecteur sur l’affaire du « Monicagate », André Petitat rappelle que le nouvel espace médiatique occidental tend à publiciser l’intimité et à brouiller les limites entre vie publique et vie privée. On pourrait ajouter que le terme journalistique de « Monicagate » — un prénom (on sait que le prénom renvoie d’avantage à l’intime et au privé que le nom) affublé d’un suffixe désormais chargé aux Etats-Unis d’Amérique de pointer les dérapages de l’autorité publique — témoigne en lui-même de tout un programme de déconstruction des frontières public/privé. La mise en lumière de cette logique nouvelle d’emboîtement du privé et du public, saturée d’enjeux médiatiques, n’a que peu à voir avec le champs de recherche défini collectivement (les pays d’Islam), mais il a au moins le mérite de casser la linéarité supposée des processus de différenciation public/privé en Occident, et donc de reposer en des termes nouveaux la question de leur « modernité ».

12Hamadi Redissi, politologue à l’Université de Tunis, conclut cette première partie par une analyse des imbrications des registres public/privé en pays d’Islam, en insistant notamment sur l’évolution des mœurs et sur l’émergence d’un pouvoir politique néo-patrimonial : le déplacement des seuils entre sphères familiale, domestique et patrimoniale lui permet de proposer au lecteur une « histoire hachurée du privé » en Islam.

13Espaces publics et espaces privés en Islam

14La notion d’espace public condense l’essentiel des questionnements soulevés par ce programme de recherche. De ce fait, elle constitue logiquement le cœur de l’ouvrage : l’analyse des dynamiques spatiales doit rendre visible et lisible certaines logiques sociales. On regrettera que ce postulat — l’espace traduit le social ; il révèle, manifeste, éclaire le monde social — ne fasse pas d’abord l’objet d’une véritable remise en question sur le plan théorique, d’une nécessaire remise en perspective, car on sait les conclusions souvent hâtives qu’on a pu par le passé tirer d’une lecture « transparente » de l’espace urbain islamique. L’analyse d’une morphologie urbaine singulière (par exemple la médina) comme décalque d’une morphologie sociale immédiatement « correspondante » court toujours le risque de verser dans l’essentialisme.

15La contribution de Sylvie Denoix, qui ouvre cette deuxième partie de l’ouvrage, vient rassurer le lecteur : ici, il n’est pas question de lire naïvement le monde social en parcourant les artères de la « ville islamique » ou en observant le « plan de la maison à cour », mais bien plutôt de confronter une réalité urbaine spécifique et historiquement contextualisée (les villes du monde musulman sunnite médiéval) aux conceptions juridiques alors en cours d’élaboration et aux correspondances linguistiques trop souvent ignorées. La pierre, en elle-même, ne dit rien du monde social ; le droit et la langue, au contraire, révèlent au chercheur attentif les stratégies d’appropriation et les modalités de transaction qui régissent le partage de l’espace urbain. Pour ce faire, Sylvie Denoix rappelle d’abord, avec Brunschvig, que la propriété privée (milk) est reconnue, fondée et défendue dans les diverses déclinaisons juridiques musulmanes de façon au moins aussi solide qu’en Occident. Au passage, elle opère une première et fructueuse distinction entre sphère privée et sphère individuelle, en rappelant les cas aujourd’hui bien documentés de propriété immobilière privée-collective. La mise à distance d’une lecture essentialiste et transparente de l’architecture domestique lui permet en outre de dénoncer l’analyse de la famille musulmane comme « repliée sur elle-même » : le plan à cour de certaines maisons musulmanes ne dit rien, en lui-même, de la « vie privée » musulmane, ou plutôt il révèle des fragments de réalités sociales infiniment plus complexes et contradictoires. Mais c’est pourtant la catégorie de « public » qui pose véritablement problème, tant sa polysémie conduit nombre de chercheurs à un « cul-de-sac heuristique ». L’exemple le plus significatif est celui de la désormais fameuse « controverse municipale » : constatant l’absence d’un pouvoir strictement « municipal » dans les villes musulmanes, de nombreuses études continuent de conclure à la carence des pouvoirs publics urbains en pays d’Islam, sans chercher à déceler dans des institutions telles que le muhtasib, le waqf ou le cadi les indices précoces -— souvent plus précoces qu’en Occident — d’un réel « service public » de la ville.  L’analyse des lieux de sociabilité (cimetières, hammams, cafés, souks) et des espaces du  « débat public » (mosquées), toujours précisément inscrits dans un contexte urbain singulier (Baghdad aux viiie-xie siècles n’est pas Le Caire au xixe siècle) permet à l’auteur de revisiter la supposée dichotomie fonctionnelle des villes musulmanes. On notera au passage que les catégories purement spatiales (comme l’opposition centre-périphérie) sont elles-mêmes des constructions historiques et sociales. Enfin, Sylvie Denoix achève ce travail de déconstruction par l’évocation des « biens ni privés, ni publics », tels que le finâ’ ou l’iqtâ, en insistant sur les distinctions subtiles mais non moins fondamentales qu’il convient d’opérer entre propriété et usage, entre normes juridiques et pratiques quotidiennes, entre possession et appropriation. Les notions de public et de privé, pertinentes pour la période contemporaine, sont « pour la période médiévale, le plus souvent non-opératoires » : Sylvie Denoix défend ici une voie étroite mais exigeante, refusant aussi bien les pièges de l’ethnocentrisme européen que les mirages de l’essentialisme islamique.

16Les quatre autres contributions réunies dans cette deuxième partie s’attachent elles aussi à mettre en lumière les passerelles qui relient ces deux « mondes » public et privé, pour mieux démontrer qu’ils n’ont rien d’étanches et que ce sont bien les figures de la « porosité » qui dominent. Isabelle Grangaud, à partir de l’analyse des sources judiciaires de Constantine au xviiie siècle, montre que les conflits familiaux (a priori « privés ») sont l’objet de processus complexes de « publicisation » : contre une « vision évolutionniste de l’histoire » qui ferait de la « naissance de la vie privée » la condition de  « l’avènement de la modernité », elle souligne que les catégories de public/privé ne sont bien souvent que « l’idiome classificatoire propre aux sciences sociales », et que ce sont moins les recours en justice en eux-mêmes qui méritent l’attention du chercheur que les « modalités », les « usages » et les « attentes » liées à ces recours. La prise en compte — dans la tradition des gender studies — des distinctions sexuelles  dans l’usage de l’institution judiciaire lui permet ainsi d’ébranler le mythe « d’un espace féminin dont l’horizon ne serait que domestique et intérieur, à l’inverse de l’univers masculin, extra-domestique et ouvert sur l’espace public ».

17Jocelyne Dakhlia s’attaque quant à elle à un autre « monstre historiographique » : le monde du harem. Elle déconstruit un autre mythe tenace, celui de son absolue clôture, qui reste encore de nos jours une des figures classiques de l’étanchéité supposée du dedans et du dehors. L’analyse précise des différentes fonctions et espaces du harem l’amène à conclure à son ambiguïté fondamentale, entre sphère publique et sphère privée, et à dénoncer un certain « renoncement » des historiens à son égard, un certain évitement qui a trop souvent conduit les chercheurs à s’arrêter à la limite d’un seuil supposé infranchissable. Reprenant un axe historiographique déjà bien développé dans les études médiévales occidentales, Jocelyne Dakhlia contribue ainsi à la mise à jour de ce qu’elle aurait pu appeler les  « deux corps » du harem : « en réalité, écrit-elle, la scène domestique du harem est aussi une scène publique, au sens où il s’agirait d’une scène de l’exemple ».

18Imed Melliti et Mohamed Ghomari, respectivement sociologue et architecte, tentent pour leur part de conjuguer — au présent — les notions d’espace limitrophe et de seuils. Les « pratiques habitantes » et les modes d’appropriations sont successivement explorés pour revisiter les cadres d’analyse de l’hospitalité et de la liminarité dans le Maghreb contemporain. Cette seconde partie de l’ouvrage se conclut ainsi sur ces notions de « transition » et de « porosité » qui semblent constituer le socle conceptuel de cette démarche éditoriale collective.

19Autorités publiques et libertés individuelles en Islam

20Les contributions rassemblées dans cette troisième et dernière partie s’attachent à cerner les enjeux proprement politiques de la question, en déplaçant le regard du couple initial public/privé vers le couple autorités/libertés. Jean-Philippe Bras, directeur de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain à Tunis, tente de cerner les processus juridiques et institutionnels de « l’administration de l’Islam » dans la Tunisie actuelle. Si le fait religieux, en tant que croyance, semble a priori relever de la sphère individuelle et intime, ses manifestations, son organisation et sa gestion quotidienne permettent à l’auteur de retravailler les notions d’institutionnalisation, de structuration administrative et de fonctionnarisation des acteurs du fait religieux. Entre les deux pôles théoriques et désormais classiques de « l’islam religion d’État » d’une part et de  « la gestion communautaire des affaires religieuses » d’autre part, Jean-Philippe Bras introduit un certain nombre de modalités intermédiaires de gestion « publique » des affaires religieuses. En définitive, la multiplication des instances étatiques de contrôle amènent l’auteur à s’interroger sur les conséquences futures de cette  « bureaucratisation » de l’islam : « Va-t-on assister à une intensification de pratiques communautaires et individuelles privées, un islam du for intérieur ? Ou, au contraire, un islam national mobilisateur s’imposera-t-il, à travers l’État ou des forces politiques concurrentes ? ».

21L’article d’Abderrahmane Moussaoui, qui creuse quant à lui la notion délicate d’ « intérêt général » dans l’Algérie d’aujourd’hui, fait heureusement écho à l’interrogation de Jean-Philippe Bras : contestant l’efficience heuristique des explications traditionnellement apportées à la crise algérienne ( « chute du pétrole, crise identitaire, crise du modèle étatique »), il tente de mettre en avant une lecture proprement et véritablement « politique » de la question, au sens le plus noble du terme. Selon Abderrahmane Moussaoui, c’est bien « la question fondamentale de la justice sociale estimée déficiente » qui constitue le cœur du problème. Il décline donc différentes approches de la notion d’intérêt général en Algérie, en abordant de front une question qu’il affirme « incontournable » : « quel est le statut de la chose publique en pays d’islam ? ». Les outillages conceptuels de la discipline anthropologique et de la discipline historique sont tour à tour mis à l’épreuve, sans omettre la prise en compte des contextes de la colonisation et de l’indépendance, afin de mieux cerner les conditions d’émergence et d’affichage de la « société civile » algérienne. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit là selon l’auteur du processus de refondation d’une « théologie politique basée non plus sur les catégories de la morale religieuse mais sur des idéaux citoyens ».

22Les deux politologues Baudouin Dupret et Agnès Devictor déplacent le regard vers la notion de « moralité », question centrale pour qui veut saisir les interactions du public et du privé, des normes et des pratiques, du collectif et de l’intime. Baudouin Dupret, par l’analyse détaillée des acteurs et des discours, tente de déplier pour le lecteur les enjeux d’une affaire de viol et de restauration de virginité qui s’est déroulée au Caire à l’automne 1998 : reprenant les cadres d’analyse de l’ « hétéronomie de la norme », l’auteur met en lumière les interactions de la « moralité publique » et de la « responsabilité individuelle » dans l’Égypte actuelle. Agnès Devictor, à son tour, reprend ce questionnement à propos de la censure des mœurs dans le cinéma de la République islamique d’Iran : instrument de représentation de la société, le septième art permet au chercheur en sciences sociales de saisir les processus complexes de contrôle étatique de la moralité tels qu’ils sont en quelque sorte projetés et ainsi mis en lumière sur l’écran. L’instrumentalisation par les autorités religieuses du cinéma, mais aussi de la radio et de la télévision comme les nouveaux minbâr modernes, remet en question les frontières ténues et poreuses de la croyance, du sacré, du religieux et du spirituel, comme l’illustre magistralement l’œuvre ambiguë d’Abbâs Kiyârostami : le paradoxe, souligné par Agnès Devictor dans sa conclusion, est que « le cinéma véritablement d’expression sacrée est autonome des emprises religieuses et du pouvoir politique ».

23Mohamed Kerrou, qui conclut ce volume, revient sur la figure du mezwar, « censeur des mœurs au Maghreb », dont la fonction s’est tantôt distinguée et tantôt confondue avec celle du muhtasib : l’analyse des chroniques permet à l’auteur de mettre en lumière les variations historiques de la fonction, mais aussi d’attirer l’attention sur les possibles continuités entre le mezwar d’hier et l’actuelle répression des mœurs au Maghreb. Les Talibans d’Afghanistan semblent apparaître à l’auteur comme les héritiers naturels des mezwar. Cette conclusion ne risque-t-elle pas de suggérer imprudemment au lecteur une logique « essentialiste » de la censure islamique, depuis le muhtasib de Tunis jusqu’à la fatwa du mollah Mohammed Omar ?

24Au total, l’ouvrage collectif dirigé par Mohamed Kerrou atteint et dépasse son double objectif : historiciser et recontextualiser le couple conceptuel public/privé en pays d’Islam. Il évite surtout les pièges bien connus de ce type d’entreprise scientifique et éditoriale : la déconstruction systématique et collective d’une catégorie d’analyse usée et usagée entraîne parfois, chez le lecteur non-averti, un vertige méthodologique difficile à surmonter. Face à une telle curée hypercritique, il est fréquent d’éprouver une certaine angoisse du « vide conceptuel » : si ces catégories sont désormais obsolètes, lesquelles leur préférer ? On ne ressent pas un tel malaise à la lecture de cet ouvrage : ici, au contraire, la mise à l’épreuve de la « cible » public/privé n’est jamais une mise à mal, et on perçoit chez l’ensemble des contributeurs — derrière l’indispensable et impitoyable exercice de déconstruction — une volonté tenace de rechercher les pistes qui permettraient de faire émerger un nouvel horizon paradigmatique, au delà des décombres : c’est la figure du seuil qui semble correspondre provisoirement le mieux à ce paradigme émergent. En effet, tous les articles de ce volume mettent en avant les notions de porosité, de passage, de transition, de transaction… comme si la redéfinition des catégories de public et de privé en Islam passait avant tout par un déplacement du regard, de l’épicentre rassurant et confortable d’un phénomène social vers ses périphéries emboîtées, ses limites brouillées. Parce qu’il assume le risque de se tenir délibérément « au bord de la falaise », l’ouvrage réussit peut-être à déplacer insensiblement les vieux héritages frontaliers qui bornent depuis longtemps l’horizon des sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Lemire, « Kerrou, Mohamed, (dir.), Public et Privé en Islam, IRMC, Maisonneuve & Larose, 2002, 343 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 26 novembre 2004, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2421

Haut de page

Auteur

Vincent Lemire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page