Navigation – Plan du site
I. Études libres

Communautés méditerranéennes de Tunisie. Les Grecs de Tunisie : du Millet-i-rum à l'assimilation française (XVIIe-XXe siècles)1

Habib Kazdaghli
p. 449-476

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

1Au numéro 5 de la rue de Rome à Tunis, se dresse toujours une église de style byzantin qui rappelle l'existence d'une communauté grecque, qui a presque entièrement disparu aujourd'hui. Ce fut et reste un lieu de culte, bien entretenu et dirigé par un évêque grec-orthodoxe, originaire d'Egypte. Ce dernier reçoit chaleureusement ses visiteurs, il se présente sous son nom grec Irénos et se plaît à le traduire en arabe avec un accent égyptien sous le vocable d'Abou-Salama. Il évoque son affiliation à l'Eglise grecque-orthodoxe d'Alexandrie et d'Afrique et fait remarquer, qu'à ce titre, il s'occupe en même temps des fidèles de cette Église depuis Dar es-Salâm, au Kenya, jusqu'à Casablanca au Maroc. Il réserve à chacune de ces petites communautés quelques semaines par an. Il a été nommé à Tunis par le patriarche d'Alexandrie. Lorsqu'il est à Tunis, il préside la messe tous les dimanches et reçoit quotidiennement les visiteurs et curieux, qui imaginent mal aujourd'hui que les Grecs aient eu en Tunisie une présence aussi longue.

  • 1  Une première ébauche de cette recherche a été présentée au colloque : La Tunisie et ses étrangers, (...)
  • 2  Cette première église se trouvait Rue de la Verrerie, à l'intérieur des murailles de la ville, en (...)
  • 3  L'inscription est gravée en grec et en français : « In memoriam du bataillon sacré grec 1942-1945, (...)

2Au début de la visite, il se plaît à montrer une plaque en marbre encastrée dans le mur de l'immeuble qui se dresse sur le côté gauche du jardin ; elle porte une inscription en grec qui rappelle que la première église Saint-Georges fut construite par les Grecs de Tunis en 18472 avant de préciser que l'installation du premier noyau grec dans la Régence remonte au XVIIe siècle, lequel groupe a été reconnu par le Patriarche d'Alexandrie en 1645. Au côté droit du jardin s'élève un monument, beaucoup plus récent, sur lequel est gravée une liste des Grecs de Tunisie morts pour la libération de la France au cours de la seconde guerre mondiale3. Ces deux symboles de la mémoire résument bien tout l'itinéraire et le destin de cette communauté méditerranéenne et illustrent les mutations identitaires subies par les Grecs tout au long de leur présence en Tunisie.

Aux origines de la présence des Grecs en Tunisie : des membres du Millet i-Rum (XVIIe-XIXe siècles)

3Les migrations grecques de l'époque moderne sont la conséquence de la conquête ottomane au XVe siècle et de sa poursuite pendant les deux siècles suivants avec l'occupation de Chypre en 1571 et de la Crète en 1669. À la domination étrangère, vont s'ajouter les facteurs économiques et démographiques ayant provoqué un déséquilibre entre les ressources naturelles et les effectifs humains dans les îles de la Mer d'Egée, ainsi que dans la Grèce actuelle.

4Les pays d'accueil des Grecs furent surtout européens tels les États italiens, l'Autriche-Hongrie mais aussi la Russie, la Pologne, l'Allemagne. Les autres Grecs, ceux qui étaient restés aussi bien dans les Balkans que dans les provinces musulmanes de l'Empire ottoman, l'Egypte, la Tripolitaine et la Régence de Tunis, feront partie du millet grec-orthodoxe. En effet, le terme millet, au départ, désignait une confession, une communauté religieuse y compris lorsqu'il s'agissait de musulmans. Au temps de l'Empire ottoman, ce mot a connu une évolution sémantique pour devenir un terme technique et a fini par désigner « les groupes religieux antérieurement autonomes au sein de l'Empire tel que les Juifs, les Arméniens, les Grecs-orthodoxes ou Millet i-Rum » (Troupeau, 1990 : VII, 61). Accepté en tant que tel par le pouvoir central, ce terme va donner droit à la protection et à un même traitement, aux membres du Millet à travers tout l'Empire.

  • 4  Archives Nationales de Tunisie (ANT), Série E, C. 503, D. 5 ; Profession de foi datée de 1932, mai (...)
  • 5  Il faut noter que, malgré leurs efforts, les Ottomans n'ont pas pu rester les seuls héritiers de B (...)

5Le statut de membre du Millet, ainsi défini, apparaît supérieur à celui qu'accordaient les capitulations, précisant les privilèges des chrétiens établis dans les provinces de l'Empire, considérés comme "étrangers" (Soumille, 1988 : 229-239). En effet, parmi les non-musulmans qui restèrent au sein de l'Empire ottoman, la situation des grecs-orthodoxes ne fut pas difficile à supporter car ils avaient bénéficié de la qualité de second peuple de l'Empire et surtout d'une certaine autonomie au niveau de la gestion de la communauté (Kitsikis, 1985 : VIII, 1002). D'après un document émanant de l'Église grecque-orthodoxe d'Alexandrie : « C'est le Patriarche Ionnikios qui avait décidé en 1645 d'en-voyer un Pope à Tunis et que les Grecs de cette ville devaient lui payer, à cette époque, trois cents piastres par an »4. Ainsi, il semble que la petite communauté grecque-orthodoxe de Tunis avait été dirigée par un pope dépendant du patriarche d'Alexandrie, ce dernier étant lui-même placé sous l'autorité du Grand Patriarche d'Istanbul (Constantinople). Conformément aux dispositions des firman-s de la Sublime Porte, tout chrétien orthodoxe fut assimilé, par la volonté du sultan, au millet grec-orthodoxe, dont le chef, le Patriarche grec-orthodoxe, se trouvait à côté de ce dernier, à Istanbul5. Le sultan reconnaissait au Patriarche certains privilèges administratifs sur ses fidèles, même lorsqu'ils étaient dans les "provinces" de l'Empire.

6Les quelques centaines de Grecs de la Régence de Tunis, établis depuis le XVIIe siècle, semblent avoir connu une situation privilégiée. En effet, les migrations grecques, à cette époque, étaient surtout le fait de familles aisées venues de Thessalie, de Macédoine, de Crète, de Chypre et d'autres petites îles de la mer d'Egée. Tous ces territoires faisaient partie intégrante de l'Empire ottoman. Ces Grecs s'adonnaient surtout au négoce entre Tunis et les divers ports de la Méditerranée orientale. Plus tard, d'autres occuperont des rôles dans l'ad-ministration et dans l'armée beylicale. De par leur rôle économique et leur statut ethno-confessionnel, ils avaient des rapports privilégiés avec les gouverneurs de la Régence. C'est ainsi qu'ils avaient pu exercer, sans difficulté, leur culte en tant que sujet (raîyd) du Sultan.

  • 6  De Saint Gervais note qu'à la même époque, la situation meilleure des grecs, par rapport à celle d (...)
  • 7  Idem. L'auteur affirme l'existence d'un titre déposé aux archives du consulat de Grèce à Tunis où (...)
  • 8  Ibidem. Notre auteur remarque que cette église « était coquette, de style byzantin avec coupoles, (...)
  • 9  L'auteur mentionne que « Les Grecs-orthodoxes possèdent une chapelle dans Tunis, avec deux popes »
  • 10  Idem.
  • 11  L'auteur signale l'autorisation accordée par Ahmed Bey le 10 janvier 1845 aux catholiques de Tunis (...)
  • 12  Malheureusement cette mesure en faveur des Grecs n'a été signalée que par des sources ultérieures.
  • 13  Ganiage signale le même chiffre sans citer de sources. D'autres part il mentionne que d'après la m (...)

7Cette communauté, dont le nombre n'a jamais dépassé quelques centaines de personnes, était bien visible au début du XVIIe siècle. Boyer de Saint Gervais, consul de France à Tunis de 1729 à 1734, notait déjà dans ses mémoires que : « Les Grecs ont une église où le service se fait tout à la grecque »6. Cette première église se trouvait dans le quartier franc, dans la partie basse de la ville de Tunis. D'après une tradition transmise par les Grecs de Tunis, elle aurait été placée sous le vocable de Saint-Georges et se trouvait rue de la Verrerie ; elle ne fut désaffectée qu'en 1901 (Kharalambis, 1926 : 153). En plus de ce lieu de culte, il semble que les Grecs aient reçu d'un des beys de Tunis la cessation, en toute propriété, d'un vaste terrain situé à l'extérieur des murailles de la ville pour servir de cimetière7. Sur ce terrain, ils devaient édifier une petite chapelle portant le nom Saint-Antoine8. L'existence d'un lieu de culte grec intra muros et d'un cimetière extra muros sont confirmées par le voyageur genevois Henry Dunant (1975 : 233)9, qui visita la Tunisie en 1856, juste une année après la mort d'Ahmed Bey. En effet, le règne de ce bey (1837-1855), fut marqué par plusieurs initiatives qui furent interprétées par les observateurs européens de l'époque comme le produit d'un esprit animé par une "grande tolérance"10. À cela, il faut ajouter les arguments avancés par Ibn Abi Dhiaf, témoin de l'époque et qui faisait partie de l'entourage du bey. En effet, cet auteur averti, avait vu dans cette politique en faveur des chrétiens l'expression d'un pragmatisme qui tient compte avant tout des intérêts économiques de la régence (Ibn Abi Dhyaf, éd. 1988 : IV, 89)11. En même temps, il faut ajouter que de pareilles mesures prises en faveur des chrétiens installés à Tunis, furent souvent le résultat de réclamations répétées de la part des représentants des puissances européennes (Chater, 1984 : 524). Cependant, nous excluons que le geste pris par Ahmed Bey, en faveur des Grecs en 184012, soit le résultat d'une quelconque pression étrangère. Car, pour le cas des Grecs dont le nombre ne dépassait guère, selon les témoins de l'époque, les deux cent cinquante personnes (Dunant, 1975 : 233 ; Ganiage, 1968 : 41)13, il s'agissait beaucoup plus d'un acte en faveur d'un groupe confessionnel endogène et non étranger. Mais il semble que ce geste était venu dans une conjoncture où les Grecs avaient déjà entamé, depuis un moment, le processus de leur détachement du système du Millet ottoman. Désormais, c'est auprès des consuls des puissances occidentales accrédités à Tunis que leurs regards vont s'orienter, pour chercher protection.

De membres du Millet i-Rum à celui de protégés des Consuls européens (1830-1880)

  • 14  Port de Grèce dans le Péloponnèse, sur la mer Ionienne. La bataille de Navarin a eu lieu le 27 oct (...)

8Faisant suite à la défaite de Mohamed Ali d'Egypte dans la Bataille de Navarin14 et à la guerre russo-turque (1828-1829), un Etat grec indépendant va naître, sur une petite partie de la péninsule, ne dépassant pas les limites de la Morée et se réclamant de la nationalité hellénique. Ce nouvel État fut vite placé sous la protection des puissances européennes et particulièrement de l'Angleterre (Traité de Londres 1830) et fut reconnu par la Sublime Porte par le traité de 1832.

  • 15  R. Ilbert signale (1996 : I, 70) que les Grecs d'Egypte, originaires des régions libérées de la do (...)

9Même si la création de cet Etat national hellénique ne concernait qu'une partie exiguë du territoire, ne comprenant qu'une petite fraction de la "nation grecque", cette nouvelle situation, eut des répercussions sur les Grecs de Tunis et des autres provinces ottomanes15. Mais les autorités beylicales, comme nous l'avons signalé plus haut, refusèrent de considérer les Grecs établis dans la Régence comme des ressortissants d'un quelconque Etat indépendant. Durant plus de trois siècles et jusqu'en 1827, les Grecs avaient été groupés en millet ex relevaient d'un cadi ou d'un shaykh. Le dernier qui assuma cette charge fut Theodoras Tsetses (Dessort, 1926 : 153). Même après cette date, les beys continuèrent à refuser d'accorder une représentation consulaire au nouvel Etat.

  • 16  Khaznadar (Mustafa), mamelouk tunisien, d'origine grecque et natif de l'île grecque de Chio vers 1 (...)
  • 17  Mussalli (Elias), Grec melchite catholique romain, né au Caire en 1829 d'une famille originaire de (...)

10Au milieu du XIXe siècle, malgré l'arrêt définitif de la course, la cour des beys de Tunis comptait toujours un nombre important de convertis (renégats) et de mamelouks dont ceux d'origine grecque. Certains occupaient des hautes charges dans l'Etat ; les cas les plus connus sont le Premier ministre Mustafa Khaznadar16 qui aida les Grecs de Tunis à acquérir une seconde donation beylicale, comme nous le verrons plus loin et Elias Mussali17 qui avait commencé, son ascension à cette époque, mais sans être pour autant ni mamelouk, ni converti. Mais beaucoup parmi les Grecs de la petite communauté orthodoxe de Tunis avaient déjà la pensée ailleurs.

  • 18  A.N.T. Série H. C. 252 D. 694. Lettre, en date 22 août 1833, du consul de France A. Duval, au bey (...)
  • 19  A.N.T, Série H. C. 252 bis, D. 6. Lettre en date du 13 mars 1839 du Consul de France au bey Ahmed (...)
  • 20  Idem.
  • 21  L'auteur se réfère à une lettre adressée de Tunis, le 15 nov. 1844 par le consul Lagau à Gui-zot ( (...)
  • 22  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 1 ; l'affaire du Grec Bazil, protégé anglais, qui demande d'être ac (...)
  • 23  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 5. Dans une lettre date du 21 janvier 1860, adressée par les membre (...)
  • 24  Ben Rejab (Rida), al-sburta wa amn al-hâdira min khilâl wathâiq majlis al-dhabtyya 1861-1864, (La (...)
  • 25  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 2. Affaire du Grec Nicolas, protégé anglais, accusé d'agression, co (...)

11En effet, ces derniers seront de plus en plus sensibles à la nouvelle conjoncture méditerranéenne. Ils vont essayer de tirer le maximum de profit des interventions des représentants des puissances européennes dans les affaires intérieures de la Régence, pour accéder au statut de protégés d'un des consuls européens établis à Tunis. La quête de la protection européenne commence à être signalée dès 1829. Au cours de cette année, marquée par la proclamation de l'indépendance de la Grèce, les Grecs qui avaient désiré retourner dans leur pays s'adressèrent au consul de France, M. de Lesseps, pour demander son intervention auprès du bey Hassine en vue l'obtention du teskera, ou passeport, leur permettant de quitter le pays. Pour les uns, il s'agissait avant tout de s'affranchir de l'esclavage et de retrouver une liberté perdue18. Pour d'autres, la recherche de la protection des consuls était un moyen pour exiger, en guise de revanche, le châtiment d'un sujet du bey ayant agressé un Grec19. Dans la même requête qui était présentée au bey par le consul de France, ce dernier profitait de l'occasion pour s'exprimer au nom de tous les Européens installés à Tunis et demander « l'établissement définitif dans le quartier franc d'un corps de garde devenu indispensable à la sûreté des Européens, journellement menacés »20. En 1844, le consul de France Lagau, exigea un châtiment exemplaire pour l'assassin du grec Dimitri, protégé français, par un Tunisien. L'assassin fut jugé, condamné à mort et exécuté dans les quarante huit heures (Chater, 1984 : 522)21. Un autre sujet de litige, qui va pousser les Grecs à rechercher la protection des consuls européens, est l'acquittement des dettes22 contractées envers eux par des Tunisiens. Ces litiges nous renseignent sur l'état de richesse de ces Grecs — même si nous restons sur notre faim, à propos des sommes en question —, sur la place réelle occupée par les créanciers grecs dans l'économie de la Régence et sur le type de relations qu'ils entretenaient avec la population autochtone. En effet, les documents consulaires ne retiennent que les contentieux que les consuls s'empressaient23 d'exploiter pour appuyer leurs propres revendications. Mais il faut préciser que les Grecs n'étaient pas toujours des victimes innocentes. Les registres de la préfecture de police de la ville de Tunis la Zaptié24, qui fut créé en 1861, nous renseignent sur des cas d'agressions meurtrières perpétrées sur des sujets du bey, par des Grecs25.

  • 26  Le terrain en question est situé le long du boulevard de la Marine, il s'étend sur 3 089 mètres ca (...)
  • 27  A.N.T, Série Historique, C. 252, D. 692/1. Lettre en date 21 février 1878 de Charles Nyssen, Consu (...)
  • 28  Idem.

12Même si les archives de police nous font apparaître les relations intercommunautaires, entre Grecs et autochtones, le plus souvent sous un prisme conflictuel et chaotique, il est à signaler, en revanche, que les autorités beylicales continuent à accorder aux Grecs une place privilégiée, surtout lorsqu'il s'agit de dispositions relatives à l'exercice du culte. C'est dans ce contexte qu'un terrain26 fut vendu par enzelkla. fin de 1863 par Mohamed-Sadok Bey (1859-1882), opération faite par l'entremise de son ministre Mustafa Khaznadar. Cette nouvelle acquisition par la communauté grecque de Tunis, se fera sous la forme d'une transaction entre le bey et un représentant des Grecs Elia Manidachi, en vue d'agrandir le cimetière et d'ériger une église orthodoxe27. L'opération relative à ce terrain « fut passée au consulat Impérial de Russie à Tunis »28, car le nommé Elia Manidachi, était à l'époque, protégé russe :

« La majorité des Grecs tunisois invoqua la protection consulaire russe à cause de la communauté de religion et aussi de la grande influence exercée sur l'esprit du bey par le consul de Russie Charles Nyssen. Ce dernier exerça les fonctions de consul de Russie pendant 60 années consécutives et mourut à Tunis en 1886 » (Khara-lambis,1926 : 153).

13L'objectif de cet acte était de :

  • 29  A.N.T. Série E, C. 503, D. 5. Un rapport de 8 pages en date du 4 avril 1940, résumant l'historique (...)

« les autoriser (les Grecs) à agrandir leur église ou à élever une construction identique consacrée à l'exercice de leur culte »29.

14Mais ce nouveau geste des autorités de la Régence sera la source d'une incompréhension. Par cette dernière cession, le souverain entendait "être agréable" aux yeux des chrétiens de rite grec-orthodoxe, qui continuaient, selon lui, à être des sujets du sultan et non des nationaux hellènes. Cette bonne disposition manifestée à l'égard des Grecs de la Régence semble avoir été interprétée par certains membres de la communauté et par des fonctionnaires du nouvel État hellénique comme des signes encourageants pour relancer la question de l'établissement de relations diplomatiques directes entre Athènes et Tunis.

  • 30  A.N.T. Série H. C ; 252, D. 692. Lettre en date 17 novembre 1866 envoyée par Seigneur Felice, fonc (...)
  • 31  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692. Lettreen du 28 avril 1867, de Basilio Kostandinis au Premier minis (...)
  • 32  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692. Lettre en date du 20 novembre 1868, de Spiridiov Logiatadios, cons (...)

15En effet, c'étaient les Grecs de Tunis qui avaient incité un fonctionnaire du gouvernement d'Athènes à entreprendre de pareilles démarches30. De même, en 1867, la question des décorations, à apporter d'Athènes pour le bey, est évoquée en tant que pression en vue de la récupération par un Grec de Tunis d'une dette évaluée à 15 000 piastres accordée à un sujet tunisien : le fils de Hajj Has-sine Ben Abbâs31. Le créancier grec, Basilio Kostandinis, affirmait vouloir utiliser la somme en question pour se rendre à Athènes et ramener les présents offerts par le Roi de Grèce, Grégoire, au bey de Tunis. En 1868, c'est le consul de l'État grec dans l'île de Chio, Spiridiov Logiatadios, d'où était originaire le Premier ministre tunisien, Mustafa Khaznadar, qui avait pris l'initiative d'écrire à ce dernier pour lui rappeler la nécessité de l'établissement de relations consulaires entre la Régence de Tunis et le Royaume de Grèce. Dans sa lettre, le consul prenait la précaution d'indiquer qu'il avait pris connaissance de « ses sentiments philhellènes grâce aux recommandations d'un des habitants de Chio le nommé ' Michel Coutsoudis »32, lequel avait des relations commerciales avec la régence de Tunis. Il lui avait également écrit qu'il avait cru important de rapporter l'information au gouvernement hellénique à Athènes tout en recommandant qu'une décoration devrait être décernée au bey de Tunis et à son Premier ministre, en signe de reconnaissance pour

  • 33  Idem.

« les sentiments philhellènes et le bon accueil qu'il a daigné porter aux intérêts des sujets hellènes qui se trouvent ou se rendent à Tunis »33.

16Le consul grec ne laisse pas échapper une occasion de déplorer l'inexistence de traité entre le gouvernement de Tunis et celui d'Athènes ni de rappeler le vif désir exprimé, y compris par les parents du ministre qui vivaient toujours dans l'île, pour

  • 34  Ibidem.

« qu'un traité commercial soit signé respectivement... car c'est en vertu de cet (éventuel) traité que les représentants consulaires pourraient être nommés en les villes et les échelles des deux États... »34.

  • 35  A.N.T. Série H, C. 252 bis, D. 3. Lettre en date du 22/06/1868, du consul d'Angleterre Richard Woo (...)
  • 36  A.N.T., Série H. C. 252 bis, D. 10. Lettre en date du 8 novembre 1877, de Charles Nys-sen, consul (...)

17Ces différentes tentatives pour tisser des liens directs entre Athènes et Tunis ne pouvaient connaître un dénouement heureux dans une conjoncture méditerranéenne marquée par la persistance des tensions et des affrontements entre l'ancienne métropole ottomane et le jeune Etat gtec, lui même souvent intégré dans les diverses stratégies occidentales adoptées par les puissances à l'égard de la Sublime Porte. C'est ainsi que la situation des Grecs de Tunisie a continué à osciller entre la recherche de l'installation d'un consulat capable de les protéger et le recours individuel à la protection des consuls d'Angleterre35, de Russie36et parfois de France. L'ouverture d'un consulat de Grèce à Tunis ne se fera que quelques mois avant l'établissement du Protectorat français en Tunisie, en 1881.

Les Grecs sous la protection du Consulat Hellénique à Tunis : comment avoir sa part du gâteau (1880-1898) ?

  • 37  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692/2. Lettre du ministère des Affaires étrangères de Grèce au ministre (...)
  • 38  A.N.T Série H, C. 252, D. 692/1. Lettre en date du 16 février 1881, du gérant du consulat helléniq (...)
  • 39  A.N.T Série H. C. 252, D. 692/2. Lettre en date du 28 janvier 1881, du gérant du consulat royal he (...)
  • 40  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692/1. Lettre en date 2 mars 1881, du gérant du consulat hellénique au (...)
  • 41  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 10. Lettre en date 31 août 1880 du gérant du consulat hellénique à (...)

18Le premier document indiquant l'existence d'un "Consulat Royal Hellénique" à Tunis, ne remonte guère au-delà du mois d'août 1880. Les documents que j'ai pu consulter aux archives ne m'ont pas permis de savoir dans quel contexte ce consulat a été autorisé à entrer en action dans la Régence. La lettre accréditant37 le nouveau consul auprès du bey a été envoyée d'Athènes, le 11 juin 1880. Quant au premier document que nous avons pu consulter et qui atteste implicitement, la reconnaissance par le gouvernement tunisien, de cette mission et de son rôle dans la protection des Grecs, date de février 188138. Cependant, d'après Kharalambis Poulos (1926 : 153), le consulat de Grèce fut créé en 1878 et le premier consul fut M. Iscomacos qui devait présider un Tribunal consulaire qui avait fonctionné jusqu'en 1884. Aux archives nationales, plu-sieurs dossiers confirment l'activité débordante entreprise par cette institution durant les mois qui précédèrent l'entrée des troupes françaises en Tunisie. En effet, dès le mois de janvier 1881, le gérant du consulat allait procéder à la nomination de plusieurs agents consulaires dans les principales villes portuaires de la Régence : Bizerte, Sousse, Monastir39. D'un autre côté, le gérant du consulat devait s'activer pour prendre en charge la défense des Grecs de Tunisie40et prendre la relève, même dans les affaires qui avaient précédé la création du consulat, lorsque ces derniers étaient encore des protégés des consuls des puissances européennes41.

  • 42  A.N.T Série H. C. 252, D. 692/1.Lettre en date du 11 septembre 1881, du gérant du consulat helléni (...)
  • 43  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/6. Lettre en date du 6 avril 1883, de l'Agent consulaire grec, au R (...)
  • 44  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/9. Lettre en date du 8 août 1883, de l'Agent consulaire grec, au Ch (...)
  • 45  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/8. Lettre en date 27 juillet 1885, du secrétaire général du gouvern (...)

19L'établissement du Protectorat français en Tunisie durant l'été 1881 ne semble pas avoir dérangé le gérant du consulat qui s'était vite adapté à la nouvelle situation. Ainsi, pour évoquer l'assassinat d'un Grec âgé de 86 ans, commis le 14 juillet 1881 par "les Arabes" insurgés, le consul s'était directement adressé aux nouvelles autorités fraîchement débarquées en Tunisie42. D'un autre côté comme si de rien n'était, il alla poursuivre l'installation d'agents consulaires dans les villes qui n'en avaient pas été pourvues, telles que Gabès43, Mahdia44, où il nomma respectivement Haï Haded, sujet français, Elia Sitbon, sujet italien. Chaque agent consulaire était secondé le plus souvent par deux courtiers tunisiens, pour lesquels il devait recevoir un accord préalable des autorités centrales. Ces dernières s'étaient donné un droit de regard sur les éventuels candidats à ces postes45. Ce contrôle rigoureux, mené par les autorités du Protectorat à l'encontre des représentations consulaires étrangères, laisse présager les nouvelles dispositions qu'elles n'ont pas tardé à prendre, en vue d'organiser la présence des différentes communautés étrangères établies en Tunisie.

  • 46  AG. Journal Officiel Tunisien (J.O.T.), Loi du 9 Moharrem 1306, 15 septembre 1888, sur les associa (...)
  • 47  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/1. Lettre en date du 20 août 1890, du secrétaire général du gouvern (...)
  • 48  Idem.

20C'est ainsi qu'elles promulguèrent, en septembre 1888, un décret sur les associations46. Mais la communauté grecque ne souscrivit d'une manière claire à cette loi, qu'en 1898. D'un autre côté, en 1890, suite à un accord entre les gouvernements grec et français, une décision fut prise pour la suppression47 des différentes représentations consulaires grecques installées, depuis 1880, dans plusieurs villes portuaires de la Régence. Les différents courtiers tunisiens qui y travaillaient furent appelés à arrêter toute collaboration avec ces agences et à se considérer comme soumis au même régime administratif que le reste de leurs concitoyens48.

21Cette démarche s'inscrivit dans le cadre de la mise en place du régime du protectorat qui s'était concrétisée par la suppression des juridictions consulaires en vue de doter le pays d'une nouvelle organisation de la justice. En effet, la loi du 18 avril 1883 vint organiser la justice française en Tunisie. Le décret beylical du 5 mai 1883 stipulait que :

« les nationaux des puissances amies dont les tribunaux consulaires seraient supprimés, deviennent justiciables des tribunaux français dans les mêmes conditions que les Français eux-mêmes » (Mahjoubi, 1977 : 176).

22Ces différentes dispositions visaient à assurer l'hégémonie de la France dans la gestion de la Régence et à écarter une éventuelle visée italienne sur la Tunisie.

  • 49  Au moment de la signature de ces conventions, la population française de Tunisie ne comptait encor (...)

23En effet, la question du déséquilibre démographique en faveur de l'élément italien au sein de la population européenne de Tunisie avait constitué un sujet qui avait longtemps préoccupé les autorités françaises. Celles-ci avaient mis presqu'un demi siècle pour faire basculer la situation démographique en leur faveur. Elles utilisèrent, comme nous le verrons plus loin, les autres Européens et leurs descendants, parmi lesquels nous trouvons les Grecs, pour augmenter le nombre des membres de la colonie française. Mais, au départ, il fallait agir prudemment et essayer de régler par étapes la question de la présence italienne en Tunisie. La première phase fut la signature des conventions franco-italiennes de 1896. Une année auparavant, en 1895, le gouvernement français, agissant au nom du bey, avait dénoncé le traité tuniso-italien de 1868. Par ces nouvelles conventions, l'Italie s'était décidée à reconnaître officiellement l'établissement du Protectorat français en Tunisie. En contrepartie la France reconnaissait le principe de l'égalité de traitement dans l'exercice des droits civils entres Français, Tunisiens et Italiens (Davi, oct. 1996 : 8)49.

  • 50  Un décret du 13 avril 1898 allait réglementer l'établissement des étrangers dans la Régence. Tout (...)

24De leur côté, les Grecs étaient considérés comme des étrangers50, ils étaient justiciables des tribunaux français, et n'avaient pas la jouissance de droits politiques en Tunisie. En vue de pratiquer leur culte grec-orthodoxe, ils étaient autorisés à former une association cultuelle. Avant même la promulgation officielle en Tunisie de la Loi sur les associations du 15 septembre 1888, les Grecs, de leur côté, avaient soumis leur association aux lois grecques en obtenant du roi Georges Premier un décret en date 7 septembre 1888 qui les définit ainsi :

  • 51  Archives diplomatiques de Nantes (Fonds de Nantes), Série Tunisie, C. 11, D. 9, (Bobine R 382, Ins (...)

« La communauté hellénique (qui est) à Tunis, se compose de tous ceux de même origine, libres hellènes ou non (libres) qui en sont des constituants réguliers »51.

  • 52  Fonds de Nantes, Série Tunisie, C. 11, D. 9 (Bobine R382, I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929 (...)

25Les autorités du protectorat, qui n'avaient pas manqué de relever des incohérences dans cette définition52, s'étaient contentées, dans une première période, de suivre l'évolution de la situation. Cette attitude "tolérante" s'explique par le nombre peu important des Grecs se trouvant en Tunisie. En effet, le dénombrement des étrangers établis en Tunisie, effectué en 1906, n'a recensé que quelques 733 Grecs dans toute la Régence. Les autorités du Protectorat devaient surtout faire face à l'acuité du problème italien. Ainsi, la communauté grecque évoluera dans le cadre du Protectorat, elle saura même tirer profit de sa situation marginale et loin des regards pour accumuler une certaine richesse immobilière.

Une communauté loin des regards : de 1898 à 1923

  • 53  Sutter (1796-1883), né à Ferrare (Italie), entré dans les ordres en 1816, nommé à Tunis, le 21 mar (...)
  • 54  A.N.T Série H. C. 252, D. 692/1. Lettre en date 21 février 1878, de Charles Nyssen, consul de Russ (...)

26Étant donnée la position particulière héritée de son statut de millet ottomane, la communauté grecque de Tunisie apparaissait, au début du Protectorat français, dans une situation de privilégiée. Ce qui n'a pas manqué de créer des manifestations de jalousie de la part de l'autre Église chrétienne rivale, l'évêché catholique de Tunisie. En effet, il faut rappeler que la donation par enzel, octroyée aux Grecs de Tunis en 1863, leur avait permis de mettre la main sur un terrain couvrant 3 089 mètres carrés. Une portion du terrain acheté couvrait la façade principale du cimetière catholique qui existait à l'endroit de l'actuelle cathédrale. L'évêque Sutter53, de la mission catholique, avait fait des démarches auprès du Premier ministre tunisien et avait pu obtenir le rachat de cette portion de terrain qui s'étendait sur 1 362 mètres carrés54.

  • 55  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Contrat en date du 19 décembre 1896 entre le Secrétaire du gouvernem (...)
  • 56  Idem. La somme en question s'élevait à 80 000 francs, elle a été payée par le gouvernement tunisie (...)

27Cependant, l'Église catholique, forte de la situation qu'elle avait conquise en Tunisie suite à l'établissement du Protectorat français, allait, d'une part, commencer à édifier, en 1890, sa grande cathédrale sur les lieux du cimetière chrétien et sur le terrain racheté auprès des Grecs et, d'autre part, leur intenter un procès en 1895. En effet, l'archevêché de Carthage avait contesté à l'Église grecque le droit de construire sur la rue de Rome des magasins et des logements qui auraient masqué l'une des façades de la cathédrale. À cause d'un vice de forme, la démarche auprès du tribunal n'avait pas pu aboutir55. C'est le "gouvernement tunisien" qui vola au secours de la cathédrale et prit à son compte les griefs portés par l'archevêché à l'encontre des Grecs. Dans ces conditions, la colonie grecque se trouva dans l'obligation de procéder à un arrangement à l'amiable. Elle céda les constructions, objet du litige, au gouvernement tunisien, moyennant une somme qu'elle fut obligée d'utiliser pour l'achèvement de la construction de sa propre église56.

  • 57  Fonds de Nantes, Série Tun., C. 11, D. 9 (Bobine R 382,1.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929, d (...)

28Il est probable que ces pressions, exercées par les autorités du Protectorat, ont contribué à contraindre la communauté grecque à régulariser sa situation juridique en conformité avec la loi du 15 septembre 1888, relative aux associations. En fait, c'est seulement en 1898 que ses responsables se décidèrent à soumettre le texte au roi de Grèce57 qui l'approuva par décret, le 3 février 1898. En même temps, ces statuts furent déposés au parquet et au gouvernement tunisien qui leur donna son autorisation, par arrêté du 30 mai 1898. Dans une lettre de mise au point, le Résident général fit remarquer trente ans plus tard que :

  • 58  Idem

« même s'il n'y a pas eu exactitude entre les textes français et les textes grecs, les autorités ont laissé faire vu le nombre limité de la colonie et vu qu'elle n'était effectivement constituée que par des sujets hellènes »58.

  • 59  Ibidem.

29La constitution de l'association de la communauté grecque orthodoxe de Tunis a consacré une évolution du statut de ses membres qui se sont érigés, désormais, en groupement cultuel ayant pour mission de gérer des biens liés à la pratique du culte : église, école, aides aux démunis... Cette association est régie par le droit laïc puisqu'elle est dirigée par un bureau élu tous les trois ans. Cependant, ce groupe humain, constitué à son origine sur des bases confessionnelles, va connaître, au fil des années, une certaine évolution. En effet, pendant longtemps, l'identification s'est surtout basée sur une certaine affiliation, plus ou moins réelle, aux patriarches d'Alexandrie et de Constantinople. Ces derniers avaient eux-mêmes accepté, durant des siècles, de faire allégeance aux sultans ottomans. Cependant, le mouvement hellénique et l'indépendance progressive de la Grèce, à partir de 1830, n'ont pas manqué d'avoir leurs répercussions sur l'état d'esprit de la communauté grecque de Tunisie et d'ailleurs, comme nous l'avons vu plus haut. Ainsi, l'identité de cette dernière va évoluer de la base ethno-confessionnelle pour faire intégrer la dimension nationale. Les liens privilégiés qu'elle avait tissés avec le consulat de Grèce, depuis son installation à Tunis, ont été souvent avancés par les autorités françaises de Tunisie, comme une preuve "des tendances irrédentistes"59 au sein de cette communauté.

30Ces différentes mutations ne pouvaient échapper à des autorités pleinement conscientes des dangers d'un cosmopolitisme non contrôlé, surtout au cas il serait mis à profit par une autre puissance européenne, qui chercherait à rivaliser avec la France en Tunisie. Certes, au lendemain de la première guerre mondiale, c'est « du péril italien » et de « l'agitation indigène » qu'il a été souvent question, mais la surveillance a dû concerner tout le monde. En effet, même si ce fut moins spectaculaire qu'en Italie, la Grèce connut au lendemain de la guerre des évolutions politiques successives dont il importerait de voir les prolongements en Tunisie. Cependant, l'événement majeur auquel il faut prêter attention, fut la naturalisation française au sein de la communauté grecque de Tunisie, à la suite des décrets de décembre 1923 qui l'encourageaient.

Les années charnières de la communauté grecque de Tunisie (1923-1933)

  • 60  La dénonciation officielle ne se fera qu'en 1943 ; cependant des pressions indirectes furent exerc (...)

31Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le problème relatif au déséquilibre engendré par la faiblesse en nombre de la colonie française par rapport à celle des Italiens était loin d'être résolu. Le recensement de 1921 n'avait fait que confirmer les appréhensions antérieures des autorités. Le nombre des Italiens était de 84799 alors que celui des Français était de 54476, les Maltais 12 520 et les autres étrangers 12 520. L'appel lancé aux métropolitains pour venir s'installer en Tunisie n'avait pas eu de résultats tangibles, malgré les privilèges et les encouragements qui furent prodigués. En effet, ils pouvaient aspirer à profiter d'avantages et faveurs auxquels les autres Européens ne pouvaient accéder (Kraïem, 1976 : 80). Face à cette situation, deux solutions furent envisagées : d'une part, la dénonciation progressive et de fait60, par la France, des conventions signées avec l'Italie en 1896. L'objectif était de rendre précaire la situation des Italiens de Tunisie et les inciter indirectement à se naturaliser. D'autre part, une loi sur la naturalisation, promulguée le 20 décembre 1923, était destinée à assurer la prépondérance de la colonie française dans la Régence et à contrecarrer la supériorité numérique des ressortissants italiens qui pourrait servir de prétexte pour la concrétisation des convoitises italiennes en Tunisie, depuis l'avènement de Mussolini au pouvoir en 1922 (Mahjoubi, 1982 : 346).

  • 61  Avant 1923, il existait une loi sur la naturalisation (décret du 3 octobre 1910). Comparée au préc (...)

32Certes, la nouvelle loi facilitait l'octroi de la nationalité française aux Tunisiens61, mais, surtout, elle la rendait automatique pour toute personne non Tunisienne née en Tunisie de parents qui y étaient eux-mêmes nés. Ainsi, la colonie française va s'ouvrir aux autres étrangers établis en Tunisie, tels que les Maltais, les Grecs et autres Européens, alors que les Italiens vont continuer à être régis officiellement par les conventions de 1896. À vrai dire, les nouvelles dispositions avaient pour but, avant tout, d'accroître, dans l'immédiat, le nombre des Français, par les membres des communautés « intermédiaires » qui pouvaient intégrer la communauté française sans apporter avec eux une charge identitaire marquée, comme c'était le cas des autochtones ou des Italiens.

  • 62  À un certain moment, la Grande Bretagne avait même porté cette affaire devant « la cour permanente (...)

33C'est ainsi que la nouvelle législation a intégré dans la nationalité française la majorité des Maltais, malgré les réserves exprimées par la Grande Bretagne62dont relevait cette colonie. Également, plusieurs dizaines de familles grecques accédèrent automatiquement à la nationalité française. Cette nouvelle donne créa une situation inédite au sein de la communauté qui va entrer irrémédiablement dans une crise d'identité de laquelle elle ne se remettra jamais, malgré les multiples tentatives de réconciliation et de compromis.

34Les premiers signes de difficulté vont commencer à apparaître en 1928. En effet, suite aux nombreuses naturalisations consenties par les Grecs,

  • 63  Fonds de Nantes, Série Tun., C. 11, D. 9 (Bobine R 382, I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929, (...)

« les nouveaux éléments (naturalisés) qui constituent désormais la communauté ne peuvent plus s'accommoder aux anciens statuts »63.

  • 64  Idem.

35D'après le Résident général, la principale raison qui explique ces difficultés, est que l'association cultuelle est devenue, depuis 1918, multinationale puisqu'elle comprend : 32 citoyens hellènes contre 24 français, 2 gréco-albanais et 2 gréco-ottomans64. Toujours d'après le même rapport, les Grecs de Tunis

  • 65  Ibidem

« ne demeurent unis qu'autour de l'autel orthodoxe et autour du patrimoine foncier dont l'association a hérité »65.

  • 66  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 4 avril 1929, de l'Am (...)

36En effet, l'importance de ce patrimoine va même éveiller des appétits extérieurs qui veulent le rentabiliser dans des œuvres culturelles66. À l'intérieur, la gestion des profits de cette richesse immobilière a été un facteur supplémentaire des tensions qui sont apparues entre les membres de la communauté grecque. La ligne de démarcation, réelle ou fictive, entre les deux groupes, a été la question de la naturalisation.

  • 67  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 22 février 1930, du d (...)
  • 68  Idem

37Après une contestation interne, déclenchée, semble-t-il, suite à l'élection d'un nouveau bureau de l'association au mois de mai 1928, un conflit est apparu au grand jour entre les membres de la communauté. Le dimanche 16 février, à la sortie de la messe, des incidents eurent lieu devant l'église de la rue de Rome, entre les membres du nouveau bureau élu au mois de mai 1928 et trois anciens membres, qui avaient fait partie de tous les bureaux qui s'étaient succédés de 1910 à 192867. Ces derniers avaient reproché aux membres du bureau leur mauvaise gestion des biens de la communauté68.

  • 69  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c (R 382,I.S.H.M.N.). Pétition en date du 3 juin 1930, adress (...)

38Quelques mois plus tard, la contestation connut un nouveau rebondissement. Les opposants avaient présenté un recours à l'administration par le biais d'une pétition signée par 29 Grecs, tous membres de la communauté grecque de Tunis et qui fut adressée au Résident général69. Après avoir rappelé les conditions dans lesquelles s'étaient tenues les élections de mai 1928 et les irrégularités commises

« notamment en prétendant éliminer des élections les membres naturalisés français, qui ne furent admis qu'au dernier moment »,

39les signataires de la pétition avaient relevé 3 faits majeurs qu'ils reprochaient au bureau directeur de la communauté :

  • 70  Idem. Les signataires ont précisé que ce terrain fut acheté en 1890 par des fonds provenant d'une (...)

40La vente d'un vaste terrain de 9 000 mètres carrés70, faisant partie du cimetière grec situé près du quartier de Jeanne d'Arc, moyennant le prix de 16 F le mètre carré, alors que les propriétaires des terrains voisins, déclinent les offres de vente à 80 F, le mètre carré.

41La vente à deux Israélites de deux immeubles, sis rue de la Kasbah et rue de la Verrerie, appartenant à la communauté grecque.

42D'avoir surélevé une petite construction sise rue de Rome de deux étages et dans l'immeuble de la rue de Naples, d'un étage, au prix de 900 F le mètre carré, alors que le cours de la construction est au maximum entre 650 et 700 F.

  • 71  Ibidem.

43Outre les griefs reprochés au bureau, la pétition constitue un document d'une grande valeur historique. En effet, elle nous livre un échantillon représentatif qui nous donne des informations précises sur la situation professionnelle de chaque signataire. C'est ainsi que nous avons relevé l'existence de 9 commerçants, autant de propriétaires industriels et agricoles et de 4 fonctionnaires71. Le même document nous permet également de faire ressortir les mutations des membres de cette communauté par rapport à la question de la naturalisation. En effet, en cette année 1930, sur les 29 signataires, nous en remarquons quinze qui maintenaient toujours la nationalité grecque, alors que les quatorze autres ont désormais la nationalité française.

44En effet, cette tendance est confirmée par le Dénombrement de la population civile européenne et indigène de Tunisie, réalisé au mois de mars 1931, et qui fait ressortir une baisse de la population grecque de Tunisie qui tombe à 463 alors qu'elle était de 646 personnes au dénombrement de 1926 et de 683, au recensement du 16 décembre 1906 qui n'avait concerné à l'époque que la population européenne civile de la Tunisie (Bulletin, 1907 : 169). Cette chute du nombre se remarque dans les trois principaux centres urbains qui regroupent la majorité des Grecs. La ville de Sfax où le nombre des Grecs tombe à 224 contre 343 en 1926. La même baisse se constate également dans la ville de Tunis où le nombre de Grecs tombe à 162 alors qu'il était de 187 en 1926.À Djerba, la baisse est encore plus évidente puisque le nombre est tombé à 6 alors qu'il était de 28 en 1926. Le seul facteur qui explique cette baisse du tiers du nombre de la communauté grecque, au cours d'une période aussi courte, est le mouvement de naturalisation. Ce fait confirme le début d'une certaine fracture au niveau de l'identité collective de cette communauté, dont les membres avaient commencé à se définir par rapport à des intérêts matériels, immédiats et futurs, beaucoup plus qu'à une référence ethnique et confessionnelle.

  • 72  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c, (R 382, I.S.H.M.N.). Lettre-réponse en date du 21 août 193 (...)
  • 73  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D.2 (R 382, I.S.H.M.N.). Télégramme en date du 16 juillet 1931, (...)

45Ainsi il est important de noter que cette mutation sociale va donner lieu à des changements de comportement et à la cristallisation de positions qui ne tardèrent pas à se manifester au sein du cadre associatif, seul espace de rencontre et d'identification des Grecs de Tunisie. La pétition citée plus haut fut le premier signal de ce changement identitaire qui était en train de se dessiner au sein de cette petite communauté. Mais, malgré la sollicitude manifestée par ce groupe contestataire, l'administration coloniale ne s'empressa pas d'intervenir, considérant que l'affaire était d'ordre privé et qu'il appartenait aux signataires de la pétition de porter plainte, s'ils le jugeaient nécessaire, devant les tribunaux compétents72. En réalité, comme nous l'avons vu plus haut, l'affaire était déjà devant les tribunaux et les autorités auraient pu exiger la tenue de l'assemblée générale de l'association à la date prévue - mai 1931 - lorsque le bureau, élu au mois de mai 1928, arriva au terme de son mandat. En ratant cette occasion, ces dernières avaient laissé la voie libre à une intervention extérieure dans les affaires de la communauté grecque de Tunisie. En effet, ce fut le Patriarche d'Alexandrie Meltios II (1926-1935), qui annonça son arrivée au mois de juillet 1931. L'objectif assigné à cette visite était d'essayer d'aider la communauté grecque de Tunis à dépasser ses dissensions et divisions et, en même temps, de faire tout ce qui était possible en vue de regrouper les fidèles autour du patriarcat grec-orthodoxe. Il semble que l'Etat grec n'ait pas été étranger à cette initiative73.

Le voyage du Patriarche d'Alexandrie Meltios II en Tunisie

46Le séjour du Patriarche d'Alexandrie en Tunisie avait commencé par deux messes qui furent célébrées à Sfax le 23 juillet et àTunis le 26 juillet 1931. Le Résident général, les autorités militaires et civiles ainsi que le corps consulaire avaient assisté à la cérémonie de Tunis. Au cours de cette messe,

  • 74  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. 2, (R 382,I.S.H.M.N.). Rapport en date du 29 juillet 1931, ad (...)

« le Patriarche a prodigué ses conseils à ses fidèles leur recommandant avant tout, de se montrer respectueux des autorités du Protectorat et dignes de la protection que la France leur accorde. Il s'est borné à les inviter à se montrer fidèles à l'Eglise orthodoxe »74

  • 75  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Rapport du Directeur général de l'Intérieur sur le voyage du Patriar (...)

47À côté des aspects protocolaires, le Patriarche avait consacré l'essentiel de son séjour à surmonter les divergences apparues entre les Grecs de Tunisie et à obtenir la réorganisation légale de la communauté. C'était dans ce but qu'il avait présidé une assemblée générale, le 31 juillet 1931, à laquelle avaient assisté 33 notables grecs75. Cette réunion avait pour but de

  • 76  Idem

« prier Sa Sainteté le Patriarche de nommer un conseil de 6 Epitropes et Ephores extraordinaires sous la présidence du délégué ecclésiastique de sa sainteté le Patriarche »76.

  • 77  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Nomination de l'Archimandrite Anthimos (texte paru en langue grecque (...)

48En effet, quelques jours après et avant son retour en Egypte, le Pape et Patriarche d'Alexandrie et d'Afrique, avait procédé à la nomination de l'Archimandrite Anthimos au poste de Président du Conseil extraordinaire de la communauté, conformément au vote de l'assemblée générale du 31 juillet 193177.

  • 78  Le Patriarche fait allusion ici au fait que la communauté de Tunis a cherché à se faire légitimer (...)

49Par ses différentes démarches entreprises à Tunis, surtout au terme de son voyage, le Patriarche d'Alexandrie dévoila ses véritables intentions. Ainsi, il condamna la séparation qui s'était faite en 1888, entre le culte qui était devenu du ressort des popes et la gestion des biens de l'Église, confiée à une association dépendante d'Athènes78. Il considéra que ce mode d'organisation, adopté à partir de 1888

  • 79  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2, (R 382, in I.S.H.M.N.). Lettre en date du 6 août 1931, du (...)

« était contraire à l'histoire de l'Eglise grecque de Tunis comme aux conceptions du patriarcat »79.

50Il envisagea tout simplement de revenir à une gestion cléricale de

  • 80  Idem.

« l'église Saint-Georges qui fonctionnait depuis trois siècles et qui s'est vue rabaissée au rang d'une association civile, soumise à la législation spéciale du décret de 1888 »80.

51En un mot, il demande :

  • 81  Ibidem.

« l'abrogation de l'arrêté du 30 mai 1898 et le retour à un fonctionnement conforme aux règles de notre religion »81.

52Ainsi, il apparaît clairement que le véritable objectif du voyage du patriarche d'Alexandrie en Tunisie était de profiter de la crise interne de la communauté pour changer le caractère laïc de sa gestion et la mettre sous son regard direct par la cooptation de son délégué religieux comme président de la communauté.

53Cette nouvelle situation va pousser les autorités du Protectorat à essayer de reprendre en main le dossier des Grecs de Tunis et surtout de faire barrage au projet du Patriarche qui vise à voir

  • 82  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Noteen date du 7 octobre 1931, du Secrétariat général du gouvernemen (...)

« la communauté orthodoxe rangée sous sa dépendance directe »82.

  • 83  L'arrêté en question a été promulgué le 20 février, sa publication officielle au J.O.T. date 27 fé (...)
  • 84  J.O.T. du 27 février 1932. Arrêté Au Premier ministre du 20 février 1932. La commission de 7 membr (...)

54Cependant, le tribunal, qui avait entre ses mains le contentieux relatif à la communauté, va encore compliquer les choses pour ceux qui avaient des préoccupations d'ordre public et laïc. Le tribunal, qui avait été déjà saisi, comme nous l'avons vu plus haut, par les opposants au bureau élu en 1928, crut bon de souscrire, lui aussi, aux solutions trouvées le 31 juillet 1931 en présence du Patriarche. Un jugement sur la requête fut prononcé le 30 septembre 1931. Il demandait la publication d'un arrêté qui officialise les nominations faites lors de l'assemblée de juillet en présence du Patriarche83. L'arrêté en question ne parut que le 20 février 1932 ; il stipulait que la communauté serait gérée provisoirement par une commission de 7 membres. Laquelle commission est chargée de procéder à la réforme du statut dans un délai de 6 mois84. Mais, pour assurer un suivi aux décisions prises lors de son voyage, le Patriarche désigna un représentant qui sera dépêché d'Egypte pour veiller sur ses fidèles en Afrique du Nord.

Prolongement du voyage du Patriarche d'Alexandrie : la nomination d'un évêque orthodoxe pour l'Afrique du Nord

  • 85  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382, I.S.H.M.N.). Télégramme en date du 25 février 1932 (...)
  • 86  Fonds de Nanres, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7 mars 1932 du Patri (...)
  • 87  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2, (R 382,I.S.H.M.N.). Note en date du 25 avril 1932 du Dire (...)

55Ce regain d'intérêt du Patriarcat d'Alexandrie pour les Grecs-orthodoxes, allait s'illustrer encore mieux, en février 1932, par la nomination d'un évêque orthodoxe pour la Tunisie, l'Algérie et le Maroc85. L'envoyé du Patriarche entendait à la fois exercer des fonctions spirituelles et veiller à l'administration du conseil de la communauté orthodoxe dont la présidence sera de sa compétence86. Ainsi, le nouveau responsable religieux arriva presque au moment de la publication de l'arrêté légitimant les décisions de l'assemblée de juillet 1931. Lors des premiers contacts de l'Évêque, les responsables du Protectorat lui rappelèrent, d'une manière ferme, que la communauté devait être maintenue dans le cadre de la législation tunisienne et du décret sur les associations du 15 septembre 188887.

  • 88  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382, I.S.H.M.N.). Rapport en date du 7 avril 1932 du co (...)
  • 89  Dépêche Tunisienne, 9 avril 1932. Elle donne une brève information sur la rencontre qui a eu lieu (...)
  • 90  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Procès verbalen date du 31 mai 1932, de l'Assemblée générale des mem (...)
  • 91  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382,I.S.H.M.N.). Rapport en date du 6 juin 1932, du Dir (...)

56Dans un premier temps, l'archevêque entendit mener pleinement son rôle de chef spirituel et temporel. Au cours de la première semaine d'avril, il se rendit à Sfax pour présider une messe solennelle dans l'Église de cette ville88 qui regroupait encore en 1932, malgré la baisse constatée plus haut, la plus forte concentration de Grecs du pays. Quelques jours plus tard, il tint à être reçu par le Résident général en sa qualité de chef spirituel des fidèles Grecs-orthodoxes de l'Afrique du Nord et lui remit « la Croix de Saint-Marc, symbole de l'Eglise grecque-orthodoxe d'Alexandrie »89. D'un autre côté, agissant en tant que Président du conseil d'administration de la communauté, Mgr Constantin Catzarakis convoqua une assemblée générale qui se tint le 29 mai 1932, en présence de 39 membres sur les 52, lesquels avaient été inscrits sur la liste ouverte spécialement, 15 jours avant cette date. La réunion avait pour objet d'approuver les nouveaux statuts qui avaient été préparés par le conseil d'administration, conformément à la mission qu'il avait reçue par l'assemblée générale du 31 juillet 193190. Les nouveaux statuts consacraient le point de vue exprimé par le patriarche lors de sa visite en Tunisie. Nous avons vu plus haut comment ce dernier avait refusé toute séparation entre les responsables du culte et ceux qui s'occupent de la gestion des biens de l'Église. Ainsi, d'après les nouveaux statuts présentés par Catzarakis, c'est l'archevêque qui deviendrait président de la communauté91.

  • 92  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 27 mai 1932, de Th. Carciadis, membre du Bureau pr (...)
  • 93  A.N.T, Série E, C. 503, D. 5, Profession de Foi, datée de 1932 et qui retrace sommairement l'histo (...)
  • 94  Idem

57Cette proposition ne pouvait être acceptée par l'administration car elle était en contradiction avec la loi sur les associations qui stipule que ces dernières doivent être gérées par des bureaux élus. D'un autre côté, le cumul des deux responsabilités, mettrait les Grecs de Tunisie sous la tutelle directe du patriarche d'Alexandrie, qui aurait géré la communauté par l'intermédiaire de l'archevêque qu'il avait envoyé en Tunisie. Informés du contenu du nouveau projet, quelques membres alertèrent les autorités, avant même la tenue de l'Assemblée qui devait ratifier les projets, considérant qu'il s'agissait de manœuvres qui tendaient « à mettre notre communauté sous le joug du Patriarcat d'Alexandrie... »92 Ce projet comportait également des risques politiques, car les dignitaires de cette Église et le patriarche lui-même, « étaient des sujets de S. M. Fouad Ier »93. C'est ainsi que certains membres de la communauté, en parfaite complicité avec l'administration du Protectorat, déclenchèrent une contre-offensive afin d'éviter ce qu'ils considèrent « comme ingérence du Patriarcat dans notre communauté »94.

La contre-offensive des Grecs "francisés" pour la reprise en main de la direction de la communauté

  • 95  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Procès verbal en date du 31 mai 1932. Le procès évoque deux objectio (...)
  • 96  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382,I.S.H.M.N.), Note du Directeur général de l'Intérie (...)
  • 97  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre de démission en date du 27 août 1932 des quatre membres adres (...)
  • 98  Nous avons pu nous assurer de ce fait en regardant la nationalité de chacun des signataires, qui a (...)
  • 99  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre de démission en date du 27 août 1932. Ils déclarent : « Nous (...)
  • 100  Idem.

58Une opposition à l'amendement des statuts s'était manifestée, sans grand succès, au cours de l'assemblée générale du 29 mai 193295. De son côté, l'administration, qui avait été mise au courant du contenu du nouveau projet de statut, allait commencer à mettre des freins pour empêcher sa concrétisation96. Cependant, ce fut vers la fin du mois d'août 1932 que la contestation arriva à s'organiser et à marquer un point ; il est difficile de ne pas y deviner la main des autorités du Protectorat. En effet, le 27 août, quatre membres97 du bureau provisoire, tous naturalisés Français mais d'origine grecque98, donnèrent leur démission. Outre les objections qu'ils firent aux autres membres du bureau,99 par leur coup de force « démocratique », les démissionnaires, mirent cette instance dans « l'impossibilité de convoquer une assemblée régulière »100.

  • 101  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Note rédigée au mois de décembre 1932 par Charles Saumagne, à l'époq (...)
  • 102 ./. O. T. du 28 décembre 1932. Cet arrêté a été promulgué alors que l'archevêque Catzarakis était e (...)
  • 103  Idem. La présidence du comité a été confiée à son doyen. Le comité a été chargé de la poursuite de (...)
  • 104  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Aide Mémoire en date du 2 décembre 1932, envoyé à l'archevêque (orth (...)

59Par cette démission en bloc, un coup sérieux avait été porté aux démarches de la tendance ecclésiastique en vue d'assurer son hégémonie sur la communauté grecque. En effet, le 3 juin 1932, au nom de cette dernière, l'archevêque Catzarakis avait déposé au Contrôle Civil un nouveau projet de statuts. Un mois plus tard, le 10 juillet, un autre groupe important de membres de la communauté, en opposition avec la première tendance, et dirigé par quatre membres du comité provisoire, déposa lui aussi un autre projet de statut101. Ainsi, une occasion en or fut offerte à l'administration pour qu'elle apparaisse dans une position de neutralité. En réalité, elle allait se baser sur la démission des quatre membres à la fin du mois d'août pour publier un nouvel arrêté sur la communauté grecque102. Ce dernier texte considère que la nouvelle situation, née de cette démission, lui impose de pourvoir aux sièges vides par la réorganisation de la commission de gestion qui sera composée des membres suivants : Alexandre Alexandroupoulos, Eustache Djivas et Dimi-tri Coyoutopoulo, Jean Manzouni, Thomas Temmos103. Avant la publication de cet arrêté les autorités avaient pris soin d'avertir Mgr Catzaralds qu'elles « ne pouvaient consentir à ce que, dans les nouveaux statuts, il fût spécifié que l'archevêque ait la présidence effective, ni même la présidence d'honneur104 ».

60La commission de conciliation désignée par l'arrêté de décembre 1932 arriva à présenter de nouveaux statuts au mois de mars 1933. Le comité qui fut élu à cette date confirme la prise en main des destinées de la communauté par les éléments « réalistes » qui avaient accepté de se conformer aux dispositions de la loi sur les associations qui sépare la responsabilité du culte et la gestion des biens, cette dernière étant du ressort d'association qui doit se conformer aux lois. Cette évolution consacre définitivement la supériorité numérique des naturalisés français parmi les activistes de la communauté grecque, et une nette évolution progressive de cette dernière vers son assimilation dans la civilisation française.

La perte d'identité et la francisation progressive de la communauté (1933-1960)

  • 105  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 23 septembre 1938, de Jean Manzuni à Charles Sauma (...)

61À partir de mars 1933, la communauté fut présidée par Jean Manzuni. Ce dernier se présentait en septembre 1938 « comme un natif de Tunisie et d'y avoir vécu depuis sa naissance, d'avoir eu l'honneur de s'engager volontairement dans l'armée française pendant la Grande Guerre, sans aucune obligation militaire, d'accroître la famille française par mes enfants dont l'un est prêt à partir sous les drapeaux de la France comme élève sous-officier et enfin d'être administrateur et directeur commercial depuis 1922 d'une maison de commerce... »105.

  • 106  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 7 février 1939. De Georges Lalakis, qui se présent (...)

62Un tel autoportrait en dit long sur l'évolution d'une partie des membres de la communauté grecque et de leur désir d'assimilation dans la nation française, à tel point qu'un des détracteurs de Jean Manzuni l'accusa de ne « connaître aucun mot de grec, ni en parlé ni en écriture »106.

  • 107  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Rapport d'activité de la communauté grecque en date du 19 avril 1939 (...)
  • 108  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Rapport d'activité de la communauté grecque de Tunis, en date du 23 (...)
  • 109  Idem.

63Hormis ces quelques petites oppositions qui surgissaient de temps à autre entre ses membres, la communauté grecque semble avoir retrouvé son calme et sa « liberté pour l'administration de ses biens ». En effet, en raison des dissensions et de la mauvaise gestion qui avaient marqué les années 1928-1931, les revenus de l'association furent placés, depuis la fin de 1931, sous séquestre, jusqu'à la fin de 1937. Dans le rapport d'activité édité en 1938, le président Manzuni, annonce avec fierté « la réouverture définitive de l'église le 6 mars »107. Cette dernière était restée sans desservant depuis le départ, au mois de décembre 1932, de l'archevêque Catzara-kis. C'est l'archimandrite Dimitrios Lancouvardos108 qui fut choisi pour le desservir. Le président annonce également la réparation de la coupole de l'église qui menace ruine, vu qu'elle était restée pendant six années consécutives sans être entretenue109.

  • 110  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 23 septembre 1937, du directeur de l'Administratio (...)
  • 111  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 18 avril 1939, du Président de la communauté, au D (...)

64Ainsi, à la veille de la seconde guerre, la communauté semble accepter, dans sa majorité, son intégration dans « l'œuvre française en Tunisie ». La référence à la culture grecque-orthodoxe est devenue désormais d'ordre cultuel et c'est le rôle de l'association d'assurer cette fonction tout en refusant toute ingérence extérieure dans son fonctionnement. C'est ainsi qu'après qu'il fut coupé court à toute intervention en provenance du Patriarcat d'Alexandrie, c'est le Consul de Grèce qui se vit rappeler la nouvelle réalité, c'est-à-dire que le plus grand nombre des membres de la communauté était de nationalité française110. Et par souci de garantir l'hégémonie des naturalisés français au sein du bureau directeur de la communauté, le président crut de son devoir de demander l'avis des autorités sur l'opportunité de la convocation d'une assemblée élective prévue pour le 7 mai 1939. Il lui fit remarquer qu'à « cause des événements actuels, certains membres français, qui ont droit au vote, sont mobilisés »111. Ce lien avec la France va se raffermir encore dans la conjoncture de la Seconde Guerre et celle de la Résistance. Ainsi, le sort de la communauté se joua avec celui de l'avenir de la présence française en Tunisie.

  • 112  C'est le cas des Grecs de Sfax qui, dès le 25 mars 1955, déposèrent de nouveaux statuts au gouvern (...)
  • 113  Le meilleur exemple est l'actrice de cinéma Hélène Katzaras, née dans la communauté grecque de Dje (...)

65Avec l'indépendance de la Tunisie, il était devenu impossible pour la communauté grecque d'assurer la continuité d'une présence qui avait pourtant duré pendant plus de trois siècles. Les Grecs naturalisés Français et travaillant dans la fonction publique étaient les premiers appelés à partir. Les autres, commerçants, industriels et entrepreneurs, tentèrent d'assurer la continuité de leur communauté dans une Tunisie qui se préparait à l'indépendance. Ainsi, dès que l'autonomie interne fut proclamée, ils firent valider les statuts par le gouvernement tunisien112. Cependant, acquis à la culture française, ayant souvent la nationalité française, c'était en France que la majorité des Grecs avaient envoyé leurs enfants poursuivre leurs études supérieures. Ces derniers s'étaient installés en France après leurs études, et c'était ensuite aux parents de les rejoindre. Seule une infime minorité parmi les membres de la communauté était rentrée en Grèce. Enfin quelques cas isolés s'étaient intégrés, par le mariage, avec les musulmans113.

  • 114  Seule l'église Saint Georges, sise au 5 rue de Rome à Tunis, demeure ouverte au public.
  • 115  Jusqu'à la fin de 1996, c'est Jean Arfaras qui s'occupait de l'église « Les trois Hiérarques » con (...)
  • 116  L'église grecque de l'Ile des « lotophages » est située en face du porr de Houmt-Souk, elle se tro (...)
  • 117  Je cite le cas de mon ami et collègue Jacques Alexandroupolos, petit fils d'Alexandre Alexan-droup (...)

66Aujourd'hui, seules les trois églises de Tunis114, de Sfax115 et de Djerba116continuent de rappeler le passé d'une communauté grecque dont les membres avaient entamé leur présence au XVIIe siècle, à Tunis et dans d'autres villes côtières, comme faisant partie du système du Millet ottoman, mais au terme de trois siècles de contact, d'acculturation et de jeux d'influences, la majorité de ses descendants, avait choisi l'assimilation française, tout en gardant une belle place pour la Tunisie dans leurs mémoires et dans leurs activités professionnelles117. Enfin, il est à rappeler aussi, que beaucoup de produits qui

67sont, aujourd'hui, partie intégrante de l'art culinaire tunisien, ont été introduits par les Grecs : le raisin sec, les olives salées, les poissons salés, les sirops de tamarins et d'orgeat, les halwas, le rahat-loukoum, le mastic (Kharalam-bis, 1926 : 154)...

Haut de page

Bibliographie

Bulletin de la Direction de l'agriculture, du commerce et de la colonisation, 11e année, n° 42, 1er trimestre 1907.

CHATER, K., 1984, Dépendance et mutations précoloniales, La Régence de Tunis de 1815 à 1857, Publications de l'Université de Tunis.

DAVI, Laura, octobre 1996, Mémoires italiennes en Tunisie, Mémoire de DEA (ronéotypé), sous la direction de Med-Hédi Chérif, Faculté des Sciences Humaines et Sociales.

DUNANT, H., 1975, Notice sur la Régence de Tunis, Genève, 1858, réédition de la S.T.D. Tunis.

GANIAGE, J., 1968, Les origines du protectorat français en Tunisie 1861-1881, M.T.E.

IBN ABI DHYAF, Ahmed, 1988, Ithâfahl al-zamân bi akhbâr muluk Tunis wa ahd el-amân, éd. M.T.E.

ILBERT, Robert, 1996, Alexandrie 1830-1930, IFAO, Le Caire.

KHARALAMBIS POULOS dit Lambis, 1926, Les Hellènes, dans Dessort (C.-H-Roger), Histoire de la ville de Tunis, E. Pfister, Alger.

KlTSIKIS, Dimitri, 1985, La Grèce entre l'Occident et l'Orient : Ency. Universalis.

KRAÏEM, Mustapha, 1976, Nationalisme et syndicalisme en Tunisie 1918-1929, Imprimerie de l'U.G.T.T, Tunis.

MAHJOUBI, Ali, 1977, L'établissement du protectorat français en Tunisie, Publications de l'Université de Tunis.

— 1982, Les origines du mouvement national en Tunisie 1904-1934, Publications de l'Université de Tunis.

MARTIN, Jean-François, 1993, Histoire de la Tunisie Contemporaine : de Ferry à Bourguiba, Paris, L'Harmattan.

ROUSSEAU, A., Annales tunisiennes, cité par Kharalambis Poulos, Les Hellènes, In Dessort (1926).

SAINT GERVAIS de, Boyer, 1736, Mémoires historiques qui concernent le gouvernement de l'ancien et du nouveau royaume de Tunis, Paris.

SOUMILLE, Pierre, 1988, Aspects sociaux et religieux du régime des « capitulations » dans la Tunisie husseinite 1705-1881, étude parue dans : La vie sociale dans les provinces arabes à l'époque ottomane, T. 3, Études réunies et présentées par Abdjelil Temimi, Publications du CEROMDI, Zaghouan.

— 1994, Lavigerie et les Capucins italiens en Tunisie 1875-1891, dans le Bulletin de Littérature Ecclésiastique, publié par l'Institut Catholique de Toulouse, Tome XCV.

TROUPEAU, Gérard, 1990, « Millet », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., VII, Leyde, Brill.

Haut de page

Notes

1  Une première ébauche de cette recherche a été présentée au colloque : La Tunisie et ses étrangers, organisé les 1er et 2 novembre 1996, par le Professeur Mounira Chapoutot-Remadi, à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis. L'actuelle version a été présentée à la 11e conférence de l'American Institute of Maghrib Studies (A.I.M.S) qui s'est tenue à Tunis du 28 au 30 mai 1998.

2  Cette première église se trouvait Rue de la Verrerie, à l'intérieur des murailles de la ville, en plein quartier franc ; elle avait fonctionné jusqu'en 1901.

3  L'inscription est gravée en grec et en français : « In memoriam du bataillon sacré grec 1942-1945, combattant pour la libération de sa patrie, il a participé aux combats de Tunisie : Morts, 3 officiers ; Blessés 7 ; Disparus 2 »

4  Archives Nationales de Tunisie (ANT), Série E, C. 503, D. 5 ; Profession de foi datée de 1932, mais non signée, mais il est certain qu'il s'agit d'un document du Secrétariat général du gouvernement tunisien.

5  Il faut noter que, malgré leurs efforts, les Ottomans n'ont pas pu rester les seuls héritiers de Byzance. En effet, certains fidèles vont se diriger vers la Russie, puissance orthodoxe montante, à partir du XVe siècle. Cette dernière va prendre le flambeau de l'orthodoxie et adopter l'aigle bicéphale, symbole de l'hellénisme.

6  De Saint Gervais note qu'à la même époque, la situation meilleure des grecs, par rapport à celle des catholiques. Ces derniers, écrit-il, quoique tolérés : « sont logés dans une maison obscure, qui ressemble à une vraie prison, dont ils payent, cependant, un loyer assez considérable ».

7  Idem. L'auteur affirme l'existence d'un titre déposé aux archives du consulat de Grèce à Tunis où il est indiqué que le nommé Raftopoulos, hellène orthodoxe, originaire du Péloponnèse, obtint, ce terrain, du bey régnant (sic), en reconnaissance des services rendus.

8  Ibidem. Notre auteur remarque que cette église « était coquette, de style byzantin avec coupoles, et dont la décoration intérieure était fort originale ». Au moment de la construction de l'actuelle Eglise en 1898, cette petite chapelle a été complètement démolie et remplacée par un immeuble. C'est sur le mur de ce dernier qu'on trouve raccroché, aujourd'hui, la plaque en marbre portant l'inscription : "Eglise Saint-Georges" en mémoire du lieu de culte qui existait à la rue de la Verrerie et qui fut désaffecté, en 1901, avec l'inauguration de la nouvelle église, de la rue de Rome.

9  L'auteur mentionne que « Les Grecs-orthodoxes possèdent une chapelle dans Tunis, avec deux popes ».

10  Idem.

11  L'auteur signale l'autorisation accordée par Ahmed Bey le 10 janvier 1845 aux catholiques de Tunis pour l'extension de leur église et précise que ce geste s'explique par le désir d'approfondir les bonnes relations qui existaient entre les négociants européens et l'Etat tunisien.

12  Malheureusement cette mesure en faveur des Grecs n'a été signalée que par des sources ultérieures.

13  Ganiage signale le même chiffre sans citer de sources. D'autres part il mentionne que d'après la mission catholique de Tunisie, le chiffre des européens était estimé à 12 000. Les plus nombreux étaient les Maltais avec 7 000 âmes, les Italiens avec environ 4 000 et les Français de 50 à 60 familles.

14  Port de Grèce dans le Péloponnèse, sur la mer Ionienne. La bataille de Navarin a eu lieu le 27 octobre 1827 et s'est achevée par la défaite de la flotte turco-égyptienne par une escadre anglo-franco-russe au cours d'une guerre qui a marqué le début du processus de l'indépendance de la Grèce.

15  R. Ilbert signale (1996 : I, 70) que les Grecs d'Egypte, originaires des régions libérées de la domination ottomane, s'étaient considérés comme hellènes et que « le gouvernement d'Athènes entendait bien élargir ses prétentions à l'ensemble de la population de race grecque ». Au cours des années 1830, le nouvel État grec était représenté en Egypte par Michel Tossiza, un consul très actif et ami personnel de Mohamed Ali.

16  Khaznadar (Mustafa), mamelouk tunisien, d'origine grecque et natif de l'île grecque de Chio vers 1817, mort à Tunis en 1878. Esclave de Hussein Bey (1824-1835). Beau-frère et favoti de Ahmed Bey qui l'éleva aux fonctions de trésorier (khaznadâr), il devait se maintenit pendant plus de trente six ans à un poste ou un autre, au service de cinq beys. (Ganiage, 1968 : 595).

17  Mussalli (Elias), Grec melchite catholique romain, né au Caire en 1829 d'une famille originaire de Syrie, mort à Tunis, en 1892. Entré en 1847 au service du bey, comme second, puis premier interprète en 1854 ; sous-directeur au ministère des Affaires étrangères en 1860, il devait conserver ces fonctions jusqu'en 1872 (Ganiage, 1968 : 593).

18  A.N.T. Série H. C. 252 D. 694. Lettre, en date 22 août 1833, du consul de France A. Duval, au bey Hassine qui se base sur le traité signé le 8 août 1830 entre la France et le bey pour réclamer l'affranchissement d'une certaine Khédija, grecque d'origine et qui s'est faite protégée française. Cette femme a été réduite à l'esclavage avec son fils depuis 13 ans. Toujours d'après la même lettre, il ressort que le bey a accepté de la libérer mais n'a accepté de la laisser s'embarquer vers le Levant que dans un bateau ottoman et non dans un bateau grec comme elle l'avait demandé.

19  A.N.T, Série H. C. 252 bis, D. 6. Lettre en date du 13 mars 1839 du Consul de France au bey Ahmed dans laquelle il demande la punition du nommé Gorgab (sic) qui a porté un coup de couteau à Michel, un Grec, « protégé Français ».

20  Idem.

21  L'auteur se réfère à une lettre adressée de Tunis, le 15 nov. 1844 par le consul Lagau à Gui-zot (Archives de Affaires étrangères, Quai d'Orsay C. C. Tunis 54).

22  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 1 ; l'affaire du Grec Bazil, protégé anglais, qui demande d'être acquitté de la dette qu'il a accordée à Hajj Muhammad b. Ahmad au mois de Rajab 1277H. Une autre affaire est évoquée le 10 décembre 1859 par le consul d'Angleterre, elle concerne une dette de 3 000 piastres que doit rembourser Mahmoud Ben Ammar au sieur Papa Costantino, négociant domicilié à Tunis, fondé de pouvoir de Panayotti Théodore, sujet anglais (voir A.N.T. Série H. C. 252 bis D. 1.).

23  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 5. Dans une lettre date du 21 janvier 1860, adressée par les membres du clergé grec au consul de France Léon Roches, ils écrivent : « Les grecs domiciliés à Tunis, connaissent déjà l'empressement et le zèle avec lequel vous avez toujours défendu leurs intérêts... ».

24  Ben Rejab (Rida), al-sburta wa amn al-hâdira min khilâl wathâiq majlis al-dhabtyya 1861-1864, (La police et la sécurité de la capitale d'après les registres de la préfecture de police), Mémoire pour le C.A.R. (ronéotypé), sous la direction de Abdelhamid Larguèche, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Tunis, 1992.

25  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 2. Affaire du Grec Nicolas, protégé anglais, accusé d'agression, coups et blessures à l'encontre de soldats de l'armée du bey. Toujours dans la série H. C. 252 bis, D. 7, l'affaire du Grec Andréa accusé d'avoir assassiné le laitier 'Alî b. Ahmad Bûssen El-Ouarchafânî (Registre de la Zaptié en date du 17 Safar El Khair 1287H).

26  Le terrain en question est situé le long du boulevard de la Marine, il s'étend sur 3 089 mètres carrés. Il était limitrophe du cimetière catholique Saint-Antoine. Par la suite, il a connu des ventes et des aménagements. Seule une partie est restée à la communauté grecque, elle y construira en 1898, la nouvelle Église Saint-Georges et, plus tard, les immeubles ouvrant sur la rue de Naples (actuelle rue Mokhtar Attia) dont il sera question plus loin.

27  A.N.T, Série Historique, C. 252, D. 692/1. Lettre en date 21 février 1878 de Charles Nyssen, Consul général de Russie à Tunis à son homologue, le Consul général de l'Empire d'Allemagne à Tunis où il dresse un rappel des différentes phases de l'acquisition de ce terrain par les Grecs.

28  Idem.

29  A.N.T. Série E, C. 503, D. 5. Un rapport de 8 pages en date du 4 avril 1940, résumant l'historique de la communauté grecque de Tunisie et qui remonte jusqu'à la prise de Byzance par les Turcs en 1453.

30  A.N.T. Série H. C ; 252, D. 692. Lettre en date 17 novembre 1866 envoyée par Seigneur Felice, fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères de la Grèce, aux Grecs de Tunis, en réponse à une lettre que ces derniers lui avaient adressée et dans laquelle ils lui avaient demandé d'envoyer des décorations au bey de Tunis « en signe de reconnaissance pour la bonne attitude qu'il exprimait à leur égard ».

31  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692. Lettreen du 28 avril 1867, de Basilio Kostandinis au Premier ministre Mustafa Khaznadar.

32  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692. Lettre en date du 20 novembre 1868, de Spiridiov Logiatadios, consul de Grèce à Chio, à son excellence Mustafa, Premier ministre.

33  Idem.

34  Ibidem.

35  A.N.T. Série H, C. 252 bis, D. 3. Lettre en date du 22/06/1868, du consul d'Angleterre Richard Wood, au Premier ministre Mustafa Khaznadar pour défendre les intérêts de Basilio, Grec, protégé anglais, dans une affaire de succession, suite au décès de son associé tunisien, le nommé Slimane El Fray.

36  A.N.T., Série H. C. 252 bis, D. 10. Lettre en date du 8 novembre 1877, de Charles Nys-sen, consul des intérêts russes à Tunis au Premier ministre, l'informant de l'assassinat perpétré sur la personne de Georges Hallaris, Grec, protégé russe, par le nommé Mustafa Ben Has-sen, sujet tunisien. Dans une autre lettre en date du 11 novembre 1879 (probablement après le départ du Premier ministre Kheireddine), le Consul russe confirme « ... Qu'en vertu des instructions reçues du Cabinet de Saint-Pétersbourg, le consulat impérial de Russie à Tunis est autorisé à continuer d'accorder la protection aux Grecs » (A.N.T. Série H, C. 252, D. 692).

37  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692/2. Lettre du ministère des Affaires étrangères de Grèce au ministre des Affaires étrangères du bey de Tunis dans laquelle il lui indique le nom du consul : Vasiliades.

38  A.N.T Série H, C. 252, D. 692/1. Lettre en date du 16 février 1881, du gérant du consulat hellénique à Tunis au Premier ministre Mustafa Ben Ismaïl. Il s'agit d'une lettre-réponse à un courrier qui a été adressé au consul par le Premier ministre au sujet de la vente de la maison de Basile Camellopoulos, sujet hellène, débiteur du sujet tunisien Sedli (sic).

39  A.N.T Série H. C. 252, D. 692/2. Lettre en date du 28 janvier 1881, du gérant du consulat royal hellénique à Tunis à Mustafa Ben Ismaïl, Premier ministre. Il l'informe que « le gouvernement hellénique vient de nommer, en qualité d'agents consulaires de Grèce, le sieur Vito Pellegrino à Biserte (sic), le sieur Philippe Rosso à Souse (sic) et Antoine Rosso à Monastier (sic) ».

40  A.N.T. Série H. C. 252, D. 692/1. Lettre en date 2 mars 1881, du gérant du consulat hellénique au Premier ministre Mustafa Ben Ismaïl de l'affaire de Denis Sotirpoulos sujet hellène et propriétaire d'un café à Tunis, grièvement blessé par un sujet tunisien, le nommé Haz Aly Bakkas (sic).

41  A.N.T. Série H. C. 252 bis, D. 10. Lettre en date 31 août 1880 du gérant du consulat hellénique à propos du contentieux d'Elia Manidachi, autrefois sous protection russe, avec l'ex-premier ministre, Mustafa Khaznadar, au sujet d'un terrain sis à la Marine.

42  A.N.T Série H. C. 252, D. 692/1.Lettre en date du 11 septembre 1881, du gérant du consulat hellénique au délégué par intérim à la Résidence de République française à Tunis. Après l'avoir informé du crime perpétré contre son administré, il lui demande de « faire auprès du gouvernement tunisien les démarches nécessaires afin que de sévères mesures soient prises à l'effet de découvrir les coupables et indemniser en même temps les parents de la victime ».

43  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/6. Lettre en date du 6 avril 1883, de l'Agent consulaire grec, au Résident général Paul Cambon.

44  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/9. Lettre en date du 8 août 1883, de l'Agent consulaire grec, au Chargé d'affaires de la République française, le Baron d'Estournelles.

45  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/8. Lettre en date 27 juillet 1885, du secrétaire général du gouvernement tunisien au consul de Grèce. Il l'informe de son refus d'agréer la nomination d'un troisième courtier à l'Agence consulaire de Djerba. Voir également, A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/10. Lettre en date du 19 avril 1889, du vice-consul de France à Sousse, au Résident général à Tunis. Il lui suggère de refuser la nomination de Frej b. El-Hadjj Muhammad b. 'Uthmân, proposé pour l'emploi de courtier de l'Agent consulaire grec à Monastir, car il n'a que 17 ans et n'a pas encore satisfait au service militaire.

46  AG. Journal Officiel Tunisien (J.O.T.), Loi du 9 Moharrem 1306, 15 septembre 1888, sur les associations.

47  A.N.T, Série H. C. 252, D. 693/1. Lettre en date du 20 août 1890, du secrétaire général du gouvernement tunisien au Premier ministre et aux caïds de Bizerte, Djerba, Arad (Gabès), Mahdia, Monastir et Sousse.

48  Idem.

49  Au moment de la signature de ces conventions, la population française de Tunisie ne comptait encore que 16 000 membres contre 50 000 italiens.

50  Un décret du 13 avril 1898 allait réglementer l'établissement des étrangers dans la Régence. Tout étranger qui voulait établir sa résidence en Tunisie ou y exercer une profession, un commerce ou une industrie quelconque, devait dans un délai de cinq jours à partir de son arrivée, faire devant l'autorité de police locale une déclaration de résidence en justifiant de son identité.

51  Archives diplomatiques de Nantes (Fonds de Nantes), Série Tunisie, C. 11, D. 9, (Bobine R 382, Institut Supérieur d'Histoire du Mouvement National, I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929, du Résident général de France à Tunis au ministre français des Affaires étrangères.

52  Fonds de Nantes, Série Tunisie, C. 11, D. 9 (Bobine R382, I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929, op. cit. Le Résident général relève que « le Roi des Grecs légifère, en terre de Protectorat français, à l'égard d'un groupe composé à la fois de ses sujets (Grecs libres) et de ceux qu'il aspire à délivrer du joug de l'étranger (non-libres), c'est-à-dire Grecs d'Europe, d'Asie, ou Grecs sujets tunisiens s'il en reste... ». Ilbert (1996 : 68) constate le phénomène en Egypte où le nouvel État grec avait souvent tendance à associer « orthodoxes », « grecs » et « hellènes », alors que le seul vrai point commun de ces populations était le Patriarcat grec-orthodoxe.

53  Sutter (1796-1883), né à Ferrare (Italie), entré dans les ordres en 1816, nommé à Tunis, le 21 mars 1843 (Soumille, 1994 : 197-231).

54  A.N.T Série H. C. 252, D. 692/1. Lettre en date 21 février 1878, de Charles Nyssen, consul de Russie à Tunis, au Chevalier Tulin, Consul général de l'Empire d'Allemagne à Tunis. Le consul Nyssen était au courant des détails de cette transaction, car à l'époque de son accomplissement, le bénéficiaire du terrain le Grec Elia Manidachi, était un protégé russe. De même, cette lettre nous apprend qu'un autre grec, Elias Mussalli, Interprète au Ministère tunisien des affaires étrangères et très proche du Consul français Roustan, qui mena les discussions qui eurent lieu au consulat de Russie et qui aboutirent au rachat de la portion de terrain réclamée par Mgr Sutter pour le compte de l'Église Catholique.

55  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Contrat en date du 19 décembre 1896 entre le Secrétaire du gouvernement tunisien, l'Archevêché de Carthage et le Président de la Colonie hellénique de Tunis.

56  Idem. La somme en question s'élevait à 80 000 francs, elle a été payée par le gouvernement tunisien en quatre termes et ce proportionnellement à l'évolution de l'édification de l'église orthodoxe.

57  Fonds de Nantes, Série Tun., C. 11, D. 9 (Bobine R 382,1.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929, du Résident général de France à Tunis, au ministre des Affaires étrangères à Paris.

58  Idem

59  Ibidem.

60  La dénonciation officielle ne se fera qu'en 1943 ; cependant des pressions indirectes furent exercées sur les ouvriers italiens, de même que le renouvellement des conventions de trois mois en trois mois, rendait plus précaire la situation des Italiens, incitant certains à demander leur naturalisation (Martin, 1993 : 102).

61  Avant 1923, il existait une loi sur la naturalisation (décret du 3 octobre 1910). Comparée au précédent décret, la loi de 1923 était beaucoup moins exigeante en ce qui concernait la connaissance de la langue française et les diplômes puisque le titre universitaire n'était plus de rigueur.

62  À un certain moment, la Grande Bretagne avait même porté cette affaire devant « la cour permanente de justice internationale de La Haye ». Un compromis fut trouvé par la suite entre les deux puissances.

63  Fonds de Nantes, Série Tun., C. 11, D. 9 (Bobine R 382, I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7/08/1929, du Résident général de France à Tunis, au ministre des Affaires étrangères à Paris. Le Résident informe le ministre qu'un procès est en cours d'instance devant le tribunal civil de Tunis, en annulation des dernière élections de mai 1928.

64  Idem.

65  Ibidem

66  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 4 avril 1929, de l'Ambassadeur de Grèce à Paris à André Honorat, Recteur de l'Université de Paris. L'ambassadeur de Grèce à Paris, mis au courant de l'importance de ce patrimoine, composé des loyers des immeubles et des magasins qui sont la propriété de la communauté de Tunis, demande au ministère français des Affaires étrangères la possibilité d'aliéner le produit de quelques-uns pour achever la construction de la maison de Grèce à la Cité Universitaire Internationale de Paris.

67  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 22 février 1930, du directeur de la Sûreté publique au Directeur général de l'Intérieur. La lettre donne les noms des trois anciens membres du bureau : Dimitri Couyotopoulo, limonadier, au 7 rue de Rome, J. Carmanis, pâtissier, rue de l'Eglise, E. Dzivas, épicier à la rue des Glacières.

68  Idem

69  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c (R 382,I.S.H.M.N.). Pétition en date du 3 juin 1930, adressée par 29 Grecs au Résident général de France en Tunisie.

70  Idem. Les signataires ont précisé que ce terrain fut acheté en 1890 par des fonds provenant d'une souscription des membres de la communauté, achat fait dans un but exclusifs savoir l'aménagement d'un cimetière.

71  Ibidem.

72  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. c, (R 382, I.S.H.M.N.). Lettre-réponse en date du 21 août 1930, adressée par le Résident général à M. A. Saganakis, interprète et expert près du Tribunal de Tunis, qui semble être le porte-parole des pétitionnaires.

73  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D.2 (R 382, I.S.H.M.N.). Télégramme en date du 16 juillet 1931, du ministre français des Affaires étrangères au Résidenr général. Dans ce message, il le met au courant que l'Ambassadeur de Grèce à Paris l'a informé que le Patriarche d'Alexandrie arriverait à Sfax, venant de Tripolitaine, vers le 25 juillet 1931 et se rendrait ensuite à Tunis où il recevrait les délégués des communautés grecques d'Algérie et du Maroc.

74  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D. 2, (R 382,I.S.H.M.N.). Rapport en date du 29 juillet 1931, adressé par le Résident général au ministre de Affaires étrangères. Outre la description des cérémonies du Patriarche, le Résident informe qu'il a reçu la visite du Patriarche le 27 juillet et que ce dernier était accompagné du Consul de Grèce et de l'Archimandrite Rosemaris.

75  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Rapport du Directeur général de l'Intérieur sur le voyage du Patriarche, adressé au Résident général. Les mêmes informations se trouvent au Fonds de Nantes, Série Tun. C. 8, D.2, (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7 août 1931, du Directeur général de l'Intérieur au Résident général.

76  Idem

77  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Nomination de l'Archimandrite Anthimos (texte paru en langue grecque le 4 août 1931 et en langue française le 11 août 1931). Dans ce texte le Patriarche donne mandat de « faire tout ce qui est nécessaire pour ramener la paix au sein de la communauté ».

78  Le Patriarche fait allusion ici au fait que la communauté de Tunis a cherché à se faire légitimer en 1888 par le roi de Grèce, et non par le Patriarcat d'Alexandrie, comme ce fut le cas depuis le XVIIe siècle.

79  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2, (R 382, in I.S.H.M.N.). Lettre en date du 6 août 1931, du Patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique Melitios II au Résident général de France en Tunisie.

80  Idem.

81  Ibidem.

82  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Noteen date du 7 octobre 1931, du Secrétariat général du gouvernement tunisien. Voir également Kharalambis, 1926 ; Dessort (C.-H-Roger) : 155. L'auteur rapporte que, selon la tradition véhiculée par les Grecs de Tunis, « L'église fut placée dans le giron du Patriarcat Œcuménique d'Alexandrie d'Egypte dont le dernier représentant, dit-on, quitta Tunis en 1853 ».

83  L'arrêté en question a été promulgué le 20 février, sa publication officielle au J.O.T. date 27 février 1932.

84  J.O.T. du 27 février 1932. Arrêté Au Premier ministre du 20 février 1932. La commission de 7 membres est composée de : Charissiadis (Théodore), Couvopoulos (Constantin), Couyotoupoulos (Lycurgue), Pachis (Dr Evangelos), Rosmaris (Archimandrite Anthimos), Siganaki (Alfred), Tso-nides (Paul).

85  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382, I.S.H.M.N.). Télégramme en date du 25 février 1932 du M.A.E. au Résident général. Il l'informe de la décision prise par le synode de l'Église grecque : le titulaire de cet évêché sera Mgr Catsarakis, qui résidera alternativement à Tunis et à Casablanca. Voir également, Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382, in I.S.H.M.N.). Lettre d'introduction en date du 29 février 1932, de la part de la légation de la République française en Egypte, au Résident général de France en Tunisie.

86  Fonds de Nanres, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382,I.S.H.M.N.). Lettre en date du 7 mars 1932 du Patriarche d'Alexandrie au Résident général Mancéron. Il l'informe que Mgr Constantin Catsarakis, « délégué par notre Église pour l'administration de ses fidèles en Tunisie, Algérie et Maroc », aura sa résidence à Tunis.

87  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2, (R 382,I.S.H.M.N.). Note en date du 25 avril 1932 du Directeur général de l'Intérieur, au Résident général.

88  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382, I.S.H.M.N.). Rapport en date du 7 avril 1932 du contrôleur civil de Sfax, au Résident général. Le rapport décrit les différentes activités du Métropolite qui a séjourné à Sfax du 1er au 6 avril.

89  Dépêche Tunisienne, 9 avril 1932. Elle donne une brève information sur la rencontre qui a eu lieu le la veille, 8 avril.

90  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Procès verbalen date du 31 mai 1932, de l'Assemblée générale des membres de la communauté orthodoxe de Tunis, qui a eu lieu le 29 mai 1932.

91  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382,I.S.H.M.N.). Rapport en date du 6 juin 1932, du Directeur général de l'Intérieur, au Résident général.

92  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 27 mai 1932, de Th. Carciadis, membre du Bureau provisoire de la communauté grecque, au Directeur général de l'Intérieur

93  A.N.T, Série E, C. 503, D. 5, Profession de Foi, datée de 1932 et qui retrace sommairement l'historique de la communauté grecque de Tunisie. Le texte n'est pas signé, il est probable qu'il fut rédigé par un fonctionnaire du Secrétariat général du gouvernement tunisien. À ptopos de la nationalité égyptienne des patriarches orthodoxes, voir également Ilbert (1996 : 613), « dès 1926, date de la loi sur la nationalité égyptienne, mais aussi de la mort de Mgr Photios II (1899-1926), le gouvernement égyptien tint à rappeler les règles fondamentales de la communauté. Le patriarche devait être ou devenir Égyptien, il devait être investi par le gouvernement local... C'est ainsi que Meltios II (1926-1935) dut renoncer à la nationalité grecque... »

94  Idem

95  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Procès verbal en date du 31 mai 1932. Le procès évoque deux objections qui ont été faites au cours de cette assemblée : La première, de Djivas Eustache, au sujet de la légalité de l'Assemblée générale (après refus de l'objection, il se retira). Quant à Théodore Cariciadis, il se retira sans aucun motif.

96  Fonds de Nantes, Série Tun. C. 21, D. 2 (R 382,I.S.H.M.N.), Note du Directeur général de l'Intérieur en date du 9 juin 1932. Ce responsable écrit que les statuts vont être étudiés, mais qu'ils ne seront approuvés que moyennant certaines satisfactions et garanties à obtenir du patriarche d'Alexandrie. Quant à la visite au bey, Mgr Katzarakis n'a pas à la faire actuellement puisque la question de sa reconnaissance officielle n'est pas résolue.

97  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre de démission en date du 27 août 1932 des quatre membres adressée au Directeur général de l'Intérieur. Il s'agit de Caciadis Théodore, Couvopolo Constantin, Pachis Evangelos et Siganaki Alfred.

98  Nous avons pu nous assurer de ce fait en regardant la nationalité de chacun des signataires, qui a été mentionnée dans la pétition signalée plus haut et qui a été remise au Résident général le 3 juin 1930.

99  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre de démission en date du 27 août 1932. Ils déclarent : « Nous n'avons pas réussi à persuader nos ministres du culte d'abandonner leurs prétentions injustifiées au sujet de l'avenir de notre communauté. Ils cherchent à nous imposer des statuts moyenâgeux, inadmissibles à notre époque ».

100  Idem.

101  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Note rédigée au mois de décembre 1932 par Charles Saumagne, à l'époque Contrôleur général des Affaires indigènes auprès du Secrétaire général du gouvernement.

102 ./. O. T. du 28 décembre 1932. Cet arrêté a été promulgué alors que l'archevêque Catzarakis était en déplacement en Egypte. Il était parti le 3 décembre pour participer aux travaux du Saint Synode.

103  Idem. La présidence du comité a été confiée à son doyen. Le comité a été chargé de la poursuite de l'élaboration des statuts et la gestion du comité qui prit fin le 1er mars 1933.

104  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Aide Mémoire en date du 2 décembre 1932, envoyé à l'archevêque (orthodoxe) de Carthage par le Directeur général de l'Intérieur.

105  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 23 septembre 1938, de Jean Manzuni à Charles Saumagne, Directeur de l'Administration générale et communale.

106  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 7 février 1939. De Georges Lalakis, qui se présente comme Français d'origine grecque, à Charles Saumagne.

107  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Rapport d'activité de la communauté grecque en date du 19 avril 1939. La réouverture a été solennellement célébrée le 6 mars 1938. À côté du nouveau desservant de l'église Mgr Dimitrios Langouvardos, ont assisté Georges Koumoussis, de l'église de Sfax et Mgr l'archiprêtre Constantin Michalowski, de l'église russe de Tunis.

108  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Rapport d'activité de la communauté grecque de Tunis, en date du 23 avril 1938, brochure de 16 pages. À propos du nouveau desservant le Président écrit : « l'Archimandrite Lancouvardos, qui arrive de Casablanca, n'est pas un inconnu, il a desservi la communauté de Sfax durant 18 années consécutives, il y a laissé le meilleur souvenir ».

109  Idem.

110  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 23 septembre 1937, du directeur de l'Administration générale et communale au Secrétaire général du gouvernement tunisien.

111  A.N.T. Série E. C. 503, D. 5. Lettre en date du 18 avril 1939, du Président de la communauté, au Directeur de l'Administration générale et communale. Il lui demande clairement « s'il doit convoquer cette assemblée ou surseoir en attendant que les absents mobilisés puissent prendre part aux élections ».

112  C'est le cas des Grecs de Sfax qui, dès le 25 mars 1955, déposèrent de nouveaux statuts au gouvernement Ben Ammar, qui l'autorisa par un arrêté en date du 18 juillet 1955. Cette association a été actualisée par Jean Arfaras, dernier président de la communauté, au cours de la dernière assemblée qui a eu lieu à Sfax le 17 novembre 1985. (C'est M. Arfaras qui nous a remis une copie des statuts).

113  Le meilleur exemple est l'actrice de cinéma Hélène Katzaras, née dans la communauté grecque de Djerba et mariée à un Tunisien musulman.

114  Seule l'église Saint Georges, sise au 5 rue de Rome à Tunis, demeure ouverte au public.

115  Jusqu'à la fin de 1996, c'est Jean Arfaras qui s'occupait de l'église « Les trois Hiérarques » construite vers 1892 et située au centre du quartier européen de la ville de Sfax. Au début de l'année 1998, j'ai appris par l'ambassade de Grèce à Tunis que Mr Arfaras est rentré définitivement en Grèce. Le 31 octobre 1996, j'ai enregistré avec lui un entretien, conservé à l'Unité d'Histoire Orale de l'Institut Supérieur d'Histoire du Mouvement National. Mr Arfaras est né en 1920, il a passé toute sa vie à Sfax, il garde jalousement une photo de groupe de la visite du Patriarche d'Alexandrie à Sfax au mois de juillet 1931. Dans cet entretien, il avait affirmé que, malgré la mort de sa femme et le retour de son fils à Athènes, il pense continuer à vivre à Sfax !

116  L'église grecque de l'Ile des « lotophages » est située en face du porr de Houmt-Souk, elle se trouve aujourd'hui dans le jardin de la villa d'une femme tunisienne qui s'appelle M'barka Bent Nacer Ben Aoun, elle est la veuve de Christos Mavrothalassitis, l'un des derniers Grecs de Djerba, mais qui avait la nationalité française. Cette femme fait de temps à autre des travaux d'enrretien pour sauvegarder une église qui n'a plus de fidèles.

117  Je cite le cas de mon ami et collègue Jacques Alexandroupolos, petit fils d'Alexandre Alexan-droupoulos qui fut coopté en décembre 1932 comme membre de la commission de conciliation ; il est actuellement professeur d'histoire à l'Université de Toulouse le Mirail. Il participe souvent aux fouilles archéologiques en Tunisie et ne rate aucune occasion pour développer les échanges entre son université toulousaine et ses collègues des universités tunisiennes. À ce titre il a été l'organisateur, conjointement avec son collègue Patrick Cabanel, du colloque international de Toulouse (14-17 janvier 1997), La Mosaïque Tunisie, diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l'identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Habib Kazdaghli, « Communautés méditerranéennes de Tunisie. Les Grecs de Tunisie : du Millet-i-rum à l'assimilation française (XVIIe-XXe siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 16 octobre 2004, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/243

Haut de page

Auteur

Habib Kazdaghli

Université de Tunis-Manouba.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page