Navigation – Plan du site
II. Lectures

Sabrina Mervin, Histoire de l'islam. Doctrines et fondements, Paris, 2000.

Eric Chaumont
p. 333-334

Texte intégral

1Le petit livre de Sabrina Mervin est un excellent petit livre. On lui reprochera seulement son titre - marketing oblige il est vrai -, beaucoup trop ambitieux en regard de ce qui peut être offert au lecteur en quelques 270 pages d'un livre de poche.

2L'ouvrage, à vocation exclusivement pédagogique, se divise en deux parties suivies d'une chronologie, d'une bibliographie et de deux index (noms et notions). L'ensemble est bien conçu et parfaitement réalisé (aucune coquille ni erreur de translitération ; seul regret, mais il est personnel, les notes en fin de section plutôt qu'en bas de page).

3La première partie (p. 11-198), composée de 10 chapitres, retrace de manière nécessairement générale l'histoire des sociétés musulmanes des origines jusqu'à la période contemporaine. Il s'agit, il faut le préciser, bien plus d'une histoire des représentations et des institutions religieuses musulmanes que d'histoire factuelle même si les deux se mêlent parfois. Toutes les matières abordées, et elles sont nombreuses, sont présentées avec clarté et l'exposé s'appuie toujours sur les travaux les plus récents et émanant des meilleurs spécialistes contemporains : l'A. n'appartient manifestement pas à la classe des “ spécialistes bornés ” et c'est heureux. Parfois l'exposé est trop général (les quelques pages — p. 131-135 en particulier — consacrées à la pensée légale imâmite par ex. où la description des concepts d'ikhtilâf, d'ijtihâd, d'uÒûl al-fiqh, etc. ne permettent pas de les différencier de ce qu'ils sont dans le cadre du sunnisme ; ainsi “ (...) l'articulation du couple ijtihâd/taqlîd (...) ” est aussi “ centrale ” au sein de la théorie légale sunnite qu'elle ne l'est “ dans la doctrine juridique imamite ”), mais il est difficile d'éviter cet écueil dans ce type d'ouvrage. À côté de ces quelques trop grandes généralités, il y a aussi quelques affirmations contestables et qui auraient dû être présentées comme étant sujettes à caution pour les spécialistes. Ainsi, dire que l'un des facteurs majeurs du développement de la théologie musulmane est “ l'influence de la pensée grecque sur l'élaboration de la pensée islamique ” (p. 86) n'est pas exact : les plus grands théologiens musulmans — les Jubbâ'î, Ash‘arî, Bâqillânî et autres — ne subirent pas l'influence de la pensée grecque et ce n'est qu'à partir de Ghazâlî (m. 505/1111), cet “ anti-philosophe qui philosophait allègrement ”, que la théologie musulmane se trouve mêlée de philosophie grecque du point de vue conceptuel. L'intérêt tout particulier de la théologie musulmane pré-ghazâlienne est précisément de s'être développée en dehors de toute influence grecque. Signalons la place importante, c'est justifié et rare, qu'accorde l'A. aux sciences légales dans sa présentation de l'islam (même si, à nouveau, on peut ne pas être d'accord avec tout ce qui y est dit : je ne pense pas, par exemple, qu'il faille considérer la dialectique “ révélation (naql)/raison (‘aql) ” comme étant au principe de la naissance et du développement des sciences légales en islam).

4La seconde partie de l'ouvrage (p. 199-270) est un “ Glossaire critique ” qui reprend un certain nombre de concepts-clés (apostasie, ijtihâd,...), d'institutions importantes (chûrâ, Mosquée...) ou de personnalités-phares (‘Alî b. Abî Tâlib, al-Ghazâlî...) de l'islam (les divisions de ce glossaire sont : 1. Mots et thèmes, 2. Acteurs et institutions, et. 3. Lieux). Les mutafaqqih-s profiteront certainement de ce glossaire qui, tout comme le reste de l'ouvrage, est bien à jour des études les plus récentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Chaumont, « Sabrina Mervin, Histoire de l'islam. Doctrines et fondements, Paris, 2000. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 01 décembre 2004, consulté le 26 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/2445

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page