Navigation – Plan du site
II. Lectures

Vatin Nicolas et Yerasimov Stéphane, Les cimetières dans la ville. Statut, choix et organisation des lieux d’inhumation dans Istanbul intra muros, Istanbul, Institut français d’études anatoliennes Georges Dumezil, Paris, Lib. d’Amérique et d’Orient A. Maisonneuve (Varia Turcica xxxv), 2001, 263 p. et 2 cartes h. t.

Régis Bertrand
p. 348-350

Texte intégral

1Cet ouvrage s’appuie sur une tradition de recherche qui a été longtemps liée au relevé des épitaphes dans une perspective prosopographique ; elle est ici renouvelée par une très large problématique, celle des multiples aspects de la présence des morts parmi les vivants. Il offre sur les lieux d’inhumation stambouliotes (qui incluent aussi les mausolées – türbe – et les tombes isolées, car l’“ on enterre partout dans la ville ”) une première synthèse qui aborde tour à tour dans un premier chapitre, les questions du statut et de la gestion des cimetières et de leur place dans la ville ; dans un second chapitre, celles des inhumations proprement dites, de leur répartition dans l’espace selon le temps et l’état social. Vient ensuite une somme considérable de données documentaires : répertoire et cartographie de 489 lieux d’inhumation qui renferment les tombes d’environ 2 600 individus, fac-similé des principaux textes d’archives publiés en annexe et traduits. Un précieux index des noms, lieux et matières permet des lectures sélectives et combinées de ce texte riche et très dense.

2Les auteurs ont dû faire preuve d’une constante ingéniosité documentaire en croisant plusieurs types de sources et d’approches : les relevés et comptages résultant d’une importante enquête de terrain et de celles de leurs prédécesseurs, les sources livresques, telles que les observations des voyageurs étrangers (qui sont à juste titre très soigneusement critiquées), les sources d’archives : mentions souvent éparses et ponctuelles d’autorisations de concessions, plaintes et jugements des archives judiciaires, quelques registres de comptes. Les difficultés des chercheurs de l’aire occidentale qui ont porté leurs efforts sur le même sujet ne sont pas très différentes, à cette nuance près qu’Istanbul n’a pas connu les destructions multiples de tombeaux suscitées ou induites par la Révolution française mais que les cimetières stambouliotes ne sont entrés sous l’autorité municipale qu’en 1926, alors que la tutelle préfectorale permet d’entrevoir beaucoup plus tôt les mutations des cimetières français contemporains.

3La majorité des stambouliotes a été inhumée dans les cimetières extra-muros, en particulier les non-musulmans. La sépulture à l’intérieur des murs, soumise à autorisation pour chaque cas, est une forme d’inhumation privilégiée – ce qui pourrait d’ailleurs expliquer les divergences relevées entre les sources d’archives et les textes des voyageurs qui ont sans doute plutôt été témoins des inhumations des  gens du commun dans les cimetières extra-muros. Ses bénéficiaires sont répartis en quelques grandes catégories : les sultans et la famille ottomane – cette dernière n’a pas constitué de panthéon dynastique mais a privilégié les fondations d’un de ses membres –, les oulémas, les serviteurs de la  dynastie, les cheiks et le monde des confréries mystiques (les membres de ces dernières jouant par ailleurs un rôle net de fossoyeurs, cf. p. 27-28), les commerçants et artisans. La cartographie statistique des localisations les plus fréquentes des tombeaux de chacune des catégories constitue un apport précieux à la connaissance de la topographie sociale de la ville, dont elle confirme ou complète les nuances. L’évolution des sépultures a été suivie sur près d’un demi-millénaire à travers cinq périodes : 1453-1512, soit le temps de l’installation des Ottomans ; 1513-1595, le temps du rapide développement de la ville et de la création vers 1570 de grands cimetières musulmans aux portes ; 1596-1754, des générations marquées par une relative stagnation des fondations ; 1754-1867, période qui connaît apparemment la montée numérique du nombre des sépultures autorisées dans l’enceinte. En 1868 intervient l’interdiction d’inhumer intra-muros, décision prise sans doute pour des raisons d’hygiène comme en Europe occidentale trois générations plus tôt. Cette date ouvre la dernière période de l’étude, les membres de la famille ottomane bénéficiant de dérogations ainsi que des serviteurs de l’État de haut rang – ces derniers sont presque tous enterrés dans des enclos de sultans.

4Si l’on esquisse une comparaison rapide avec une autre capitale appartenant à l’aire catholique, Paris ou Rome par exemple, nombre de ressemblances apparaissent d’emblée : l’on enterre partout également dans la ville chrétienne des temps modernes, mais jusqu’à la fin du xviiie siècle seulement, et à cette nuance près que l’espace d’inhumation, qu’il soit une église ou un cimetière, doit être bénit (jusqu’en 1881 en France pour les cimetières catholiques). L’on y réemploie aussi épisodiquement des marbres antiques pour les tombeaux, les cimetières y connaissent des problèmes de clôture, des bestiaux peuvent aussi y entrer, voire des prostituées y exercer épisodiquement leur commerce. L’épitaphe interpellant souvent le lecteur potentiel pour lui demander une prière y prolifère aussi. Le tombeau à double stèle a connu une existence à la fois géographiquement et historiquement définie mais existe aussi dans le monde chrétien. L’on peut même observer que si l’inhumation intra-muros y a été plus précocement prohibée, des exceptions y ont été maintenues avec le panthéon parisien et que le dôme des Invalides a, depuis qu’il a reçu la dépouille de Napoléon, une fonction proche de celle d’un türbe impérial. Les différences n’en sont pas moins fondamentales et affectent le statut de l’inhumation. L’enterrement dans les lieux de culte et point simplement dans les chapelles funéraires qui étaient au demeurant affectées au culte, l’inhumation en des caveaux où sont réunis et superposés les corps des membres d’une même famille ou d’une même communauté ou association et surtout la licéité de l’exhumation et de la mise des restes en ossuaire pour réemployer le terrain d’inhumation constituent des différences radicales — jusqu’à aujourd’hui pour les deux dernières.

5C’est dire combien la lecture de ce bel ouvrage mérite de déborder le cercle des spécialistes de l’aire turque. Il figure en bonne place parmi les grandes publications qui ont tendu ces dernières années à renouveler les connaissances historiques des mondes des morts de plusieurs grandes villes par une approche de longue durée résolument nourrie des apports de l’ethnologie et de l’histoire de l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Bertrand, « Vatin Nicolas et Yerasimov Stéphane, Les cimetières dans la ville. Statut, choix et organisation des lieux d’inhumation dans Istanbul intra muros, Istanbul, Institut français d’études anatoliennes Georges Dumezil, Paris, Lib. d’Amérique et d’Orient A. Maisonneuve (Varia Turcica xxxv), 2001, 263 p. et 2 cartes h. t. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 25 octobre 2004, consulté le 25 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/2451

Haut de page

Auteur

Régis Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page