Navigation – Plan du site
II. Lectures

Strasser, Andrea ; Haas, Siegfried ; Mangott, Gerhard ; Heuberger, Valeria, éds., Zentralasien und Islam/Central Asia and Islam, Hambourg : Deutsches Orient-Institut, 2002 (Mitteilungen : 63), 223 p.

Stéphane A. Dudoignon
p. 357-361

Texte intégral

1Depuis quelques années, faire le compte rendu d’un ouvrage européen sur l’islam en Eurasie centrale (l'ensemble Russie – Caucase – Asie centrale), c’est faire le compte rendu d’un livre allemand ou, du moins, d'un livre publié tout ou partie en allemand. Car en Europe, c’est dans le monde alémanique que se trouvent désormais les centres d'enseignement et de recherche les plus dynamiques et les plus productifs sur l'Eurasie centrale (à Berlin, Bamberg, Bielefeld, Bochum, Fribourg, Halle, Bern, Vienne…). Ce dynamisme, cette productivité s'expliquent certes par le fait que l'on a à faire en Allemagne, en Suisse et en Autriche à de nombreux centres, de fondation récente, et bien dotés (en bibliothèques spécialisées, notamment), animés de plus par des enseignants et chercheurs souvent jeunes et de haute qualité. Une autre explication à ce dynamisme peut être décelée dans la collaboration étroite qui souvent existe entre ces différents centres et leurs chercheurs.

2De ce niveau relativement élevé d'articulation mutuelle à l'échelle non d'un seul, mais de trois pays, le présent volume offre l'intéressant témoignage. Il atteste en outre de la capacité des universités alémaniques à jouer le rôle de foyers pour une coopération internationale (capacité qu'ont amplement démontrée, une nouvelle fois, l'organisation du Ve congrès biennal de l'European Society for Central Asian Studies à Vienne – après Bamberg et Berlin… –, en juillet 2001, puis celle du Ier Congrès mondial des études sur le Moyen-Orient, à Mayence, en septembre 2002). Encore cette évocation resterait-elle très incomplète sans la mention d'un réseau d'éditeurs scientifiques et de collections spécialisées, dont on serait en peine de trouver un équivalent ailleurs sur le continent. Cet ensemble d’atouts traduit la position désormais singulière de l’Allemagne vis-à-vis, à la fois, de la Russie et des mondes musulmans. Il exprime également l’investissement que la Suisse, depuis son adhésion récente au FMI en même temps que quatre anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale, consent dans cette région.

3Le présent volume, publié par le Deutsches Orient-Institut de Hambourg, est constitué des actes d’un colloque de haut niveau sur “ L’Asie centrale et l’islam ”, qui s’est tenu à Vienne les 19 et 20 juin 2000 à l’initiative, notamment, de la Österreichische Orient-Gesellschaft Hammer-Purgstall et de la Diplomatische Akademie d'Autriche. Publié après les événements du 11 septembre 2001 à New York, le recueil fait une large place aux rôles sociaux de l’islam dans les sociétés centrasiatiques contemporaines, ainsi qu’au rôle de la politisation de l’islam dans les réalignements diplomatiques actuels en Eurasie centrale. L’un des axes de la conférence a été une tentative de dissociation entre ce qu’il est convenu d’appeler le “ facteur islamique ” et les phénomènes économiques, sociaux, politiques qu’il recouvre (Halbach, p. 9-20).

4La majorité des articles de collaborateurs non allemands sont en anglais, de même que ceux de plusieurs auteurs germanophones. Chaque article est suivi d’une liste plus ou moins longue des références utilisées. On déplore un trait commun à ce genre de publication, qui est l’absence d’index et, plus ennuyeuse, celle de résumés bi - ou trilingues. Dernier détail : peut-être aurait-il convenu d’adopter les conventions typographiques de l’anglais, au lieu de celle de l’allemand (pour les guillemets en particulier), pour les textes publiés en cette langue. Du point de vue du contenu, on se contentera de signaler l’extrême disparité entre, d’une part, quelques articles de poids d’auteurs occidentaux (lesquels nous fournissent d’intéressants éléments de comparaison entre l’approche philologique qui domine encore et toujours outre-Rhin avec les préoccupations politologiques des observateurs anglo-saxons) et, d’autre part, des représentants des gouvernements d’Asie centrale vis-à-vis desquels on ne peut pas dire que les éditeurs ne se soient montrés particulièrement exigeants.

5Le premier chapitre, consacré à l’islamisation de l’Asie centrale, s’intéresse à divers phénomènes de ré-islamisation observés depuis la fin de la période coloniale. Bert Fragner (“ Der Islam in Zentralasien : viel mehr als eine Religion ” [L’islam en Asie centrale : beaucoup plus qu’une religion], p. 21-29) s’interroge sur la profondeur, sur la longue durée, des frontières de la “ persanophonie ” en Asie centrale – un point de vue qu’il a développé dans un opuscule récent (Fragner, 1999). Dans un article qui constitue le cœur de cet ouvrage (“ Bolschewismus als Glaubensform : Über Absichten und Wirkungen des sowjetischen Atheismus in Mittelasien ” [Le bolchevisme comme forme de foi : sur les buts et les effets de l’athéisme soviétique en Asie médiane], p. 30-58), Lutz Rzehak, l’un des meilleurs spécialistes de la littérature tadjique de la première moitié du xxe siècle (voir son remarquable ouvrage (2001)), se penche sur l’enracinement des postulats anti-religieux, sinon athées, de l’idéologie bolchevique dans les milieux lettrés officiels au Tadjikistan. Spécialiste de l’histoire coloniale de l’Asie centrale, Hisao Komatsu(“ Reform and Rebellion in Central Asia at the turn of the 20th Century : The Search for a true Islam ”, p. 59-65) analyse les différentes modalités de politisation de l’islam qui se manifestent, d’une part, dans les soulèvements armés dirigés contre les troupes russes (révolte dite de Dukchi Ishan dans le Ferghana en 1898), d’autre part dans la littérature didactique des milieux lettrés réformistes dits “ jadîd ”. Ce premier chapitre se clôt sur une brève et curieuse contribution de Richsibaj Junusov, du Comité pour les Affaires Religieuses de Tachkent, en Ouzbékistan (“ Die Renaissance islamischer Werte im unabhägigen Usbekistan ” [La renaissance des valeurs islamiques en Ouzbékistan indépendant], p. 66-71), dans laquelle l’auteur se contente de délivrer, d’une manière concise qui fait son intérêt, le point de vue officiel sur le rôle de l’islam dans la société ouzbèque contemporaine.

6Une courte section, ou sous-section, est ensuite consacrée à la “ diversité de l’islam ”. Fidèle à sa prolixité coutumière, Shirin Akiner offre dans la seconde contribution majeure du recueil (“ Islam in Post-soviet Central Asia : Contested Territory ”, p. 73-101) un essai de mise au point, assez flou il est vrai, sur les diverses modalités de politisation ou d’ultra-politisation de l’islam en Asie centrale aujourd’hui, avec une attention particulière pour l’Ouzbékistan – un pays dont l’auteur convient que son riche substrat politique demeure pour l’essentiel inconnu des spécialistes, en tout cas de ceux que l’on ne voit pas souvent sur le terrain. Spécialiste du prosélytisme chrétien, principalement protestant, et des “ nouvelles religions ” au Qazaqstan, Jakov Trofimov présente un survol superficiel des mouvements d’islamisation actuels dans cette ancienne république fédérée de l’URSS – notations sur les progrès récents de l’Ahmadiyya (“ Tendenzen in der Entwicklung des Islam im postsowjetischen Kasachstan ” [Tendances de l’évolution de l’islam au Qazaqstan post-soviétique], p. 102-108 où la bibliographie est très courte et “ oublie ” les assez nombreuses études panoramiques parues ces dernières années ; on peut ajouter à cette bibliographie (Trofimoc, 1997 ; Krivec, 1999 ; Ismailova, 2000 ; etc.]. Tout ceci pour ne rien dire des passionnants travaux de Bruce G. Privratsky (2001) qui révise de manière convaincante bien des stéréotypes sur la religiosité des “ peuples de la steppe ”, ainsi que sur les sanctuaires islamiques du Qazaqstan méridional.

7Le chapitre suivant, sur les systèmes juridiques et les mécanismes de résolution des conflits, s’ouvre sur une étude par Oskar Lehner, de la mission de l’OSCE au Tadjikistan ; l’auteur s’attarde sur les risques de réouverture du conflit dans ce pays, notamment par suite des divisions actuelles au sein du Parti Islamique du Renouveau ; il conclut aussi au caractère particulier du règlement de la guerre civile tadjique, attribué pour l’essentiel à des facteurs conjoncturels relevant dans une large mesure de la politique internationale (“ Tajikistan – A Successful Example of Incorporation of a Militant Islamic Movement into the Constitutional Framework ? ”, p. 109-115). Après un détour théorique par le Pakistan (Erwin Orywal, “ Ein Staat – ein Recht ? Probleme der Rechtspluralismus in allgemeiner und spezieller Sicht (Pakistan) ” [Un État, un droit ? Problèmes de pluralisme juridique d’un point de vue général et particulier], p. 116-120) on aborde avec l’universitaire qyrghyze Kanaa Aidarkul un bref aperçu de la politique officielle du Qyrghyzstan en matière de “ lutte anti-terroriste ” (“ State Policy of Kyrgyzstan in Its Struggle against Islamic Extremism ”, p. 121-126), puis avec un juriste du Qazaqstan, Roman Podoprigora, les problèmes posés à la défense des droits de l’homme par les excès de cette lutte en Asie centrale, dans un pays que l’auteur crédite cependant peut-être un peu vite d’une réceptivité très faible à l’activisme islamique (“ Islam in Kazakhstan from a Legal Perspective ”, p. 127-135).

8Sous l’étiquette “ Re-traditionalisation et transformation sociale ”, on mesure avec Peter Finke, dans le troisième article vraiment saillant de ce recueil (“ Wandel sozialer Strukturen im ländlichen Mittelasien ” [Transformation des structures sociales en Asie Médiane rurale], p. 137-149), le dynamisme et le caractère ondoyant, aurait dit Montaigne, des communautés rurales centrasiatiques face à l’emprise de l’État, avec un intérêt particulier pour le Qazaqstan. L’étude suivante offre sous une forme synthétique une mise en perspective intéressante entre, d’une part, le renversement actuel des rôles de sexe dans les économies d’Asie centrale (“ l’homme aux fourneaux, la femme au ”, dit désormais un proverbe qazaq) et d’autre part la pression croissante exercée sur les femmes par une tradition patriarcale réactivée par l’islamisme politique (Anara Tabyshalieva, “ Central Asia : Increasing Gender Inequality ”, p. 150-158). Le troisième élément de cette réflexion sur la place de l’islam dans les processus de revalorisation de la tradition est le remarquable article dans lequel William Fierman analyse, de manière subtile, la manière dont la presse qazaque actuelle traduit un sentiment aigu de l’hétérogénéité ethnique du Qazaqstan, par une hantise parfaitement disproportionnée du prosélytisme des nouvelles religions (“ Perceptions of Threats from “Alien Faiths” : An Analysis of Reactions in the Kazakh-Language Press ”, p. 150-171).

9Un bref chapitre sur le thème de l’islam et des identités politiques s’ouvre sur un texte sans grand intérêt de Paul Georg Geiss (“ Islam and Political Community in Central Asia ”, p. 173-189), qui se borne à commenter, sans apparemment disposer des moyens de les discuter, les études récentes les plus connues sur les variations de la politisation de l’islam dans les différents États d’Asie centrale. Le chapitre se clôt sur un texte polémique de Mumtoza Abdurazzakova, de l’ancienne “ école du Parti ” à Tachkent (aujourd’hui Université d’Économie Mondiale et de Diplomatie) : l’auteur n’oublie pas de citer le Président Islom Karimov pour dénigrer aux “ wahhabis ” et autres opposants toute véritable audience dans la jeunesse ouzbèque et donc toute possibilité de sortir de la marginalité dans laquelle ils se trouvent cantonnés par les autorités depuis la réaction de l’automne 1992 (“ Islam and the New Generation in Uzbekistan ”, p. 190-197).

10Comme annoncé, le volume se termine sur une courte section de circonstance, où il est question d’islam et de politique étrangère. Roland Dannreuther, du Centre genevois pour la Politique de Sécurité, plaide pour une meilleure coopération des puissances occidentales avec la Russie au nom de la nécessaire conjuration de menaces communes (“ Political Islam and the Geopolitics of Russian – Central Asian Relations ”, p. 199-214). Sally N. Cummings insiste, elle, sur le danger représenté par l’évolution interne de chacun des États d’Asie centrale – vers davantage d’autoritarisme, en particulier – pour la stabilité dans l’ensemble de la région (“ Perceived Threats and the Prospects for Cooperation in Central Asia ”, p. 215-223).

Haut de page

Bibliographie

Fragner Bert, 1999, Die “Persophonie”. Regionalität, Identität und Sprachkontakt in der Geschichte Asiens, Berlin : Verlag das arabische buch, [Anor : 5], 116 p.

Halbach Uwe, “ Islam im nachsowjetischen Zentralasian : Eine Wiedergeburt ? ” [L’islam en Asie Centrale ex-soviétique : une renaissance ?], p. 9-20.

Ismailova Sluzhan, 2000, “ Religija v obshchestvenno-politicheskoj zhizni Kazaxstana [La religion dans la vie publique et politique du Qazaqstan], Rossija i musul’manskij mir 2000/1 : 67-72.

Krivec Elena, 1999, “ Specifika religioznoj tradicii v Kazaxstane i Kirgizii [Spécificité de la tradition religieuse au Qazaqstan et au Qyrghyzstan], Rossija i musul’manskij mir 1999/8 : 94-100.

Privratsky Bruce G., 2001, Muslim Turkistan. Kazak Religion and Collective Memory, Richmond, UK : Curzon, 321 p.

Rzehak Lutz, 2001, Vom Persischen zum tadschikischen. Sprachliches Handeln und Sprachplanung in Transoxianien zwischen Tradition, Moderne und Sowjetmacht (1900-1956), Wiesbaden : Reichert Verlag, 470 p.

Trofimov Jakov, 1997, “ Sovremennaja religioznaja situacija v Respublike Kazaxstan (La situation religieuse actuelle en République du Qazaqstan), Central’naja Azija 1997/6 : 60-66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon, « Strasser, Andrea ; Haas, Siegfried ; Mangott, Gerhard ; Heuberger, Valeria, éds., Zentralasien und Islam/Central Asia and Islam, Hambourg : Deutsches Orient-Institut, 2002 (Mitteilungen : 63), 223 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 01 décembre 2004, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2452

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page