Navigation – Plan du site
II. Lectures

Canan Atılgan, Türkische Diaspora in Deutschland : Chance oder Risiko für die deutsch-türkischen Beziehungen ?, Hambourg, Deutscher Orient-Institut, 2002, 330 p.

Elise MASSICARD
p. 350-357

Texte intégral

1Dans ce livre, issu de sa thèse de doctorat, l'auteur analyse le rôle des migrants de Turquie en Allemagne et celui de leurs organisations dans les relations turco-allemandes. Alors que la majorité des recherches de science politique sur la migration est consacrée aux institutions officielles, elle s'interroge sur la qualité d'acteurs de politique étrangère des organisations de migrants. Loin de le réduire à des "objets" des politiques étatiques, elle interroge leur capacité d'action autonome. Loin de se borner à décrire la dimension sociale des relations turco-germaniques ou les activités transnationales des organisations de migrants, elle analyse au contraire leur influence sur les relations interétatiques : les activités des organisations de migrants contraignent-elles ou influencent-elles les relations interétatiques ? Ont-elles tendance à faciliter le rapprochement, ou créent-elles au contraire des sources supplémentaires de conflit entre les deux États ? En d'autres termes — plus théoriques — l'auteur étudie l'interaction entre le "monde stato-centré" et le "monde multicentré" (Rosenau, 1990), entre les États et les organisations sociales. Elle s'inscrit ainsi dans les questionnements contemporains de relations internationales — et notamment la réflexion sur de nouveaux acteurs — en dépassant le débat souvent vain sur leur importance relative.

2Cette entreprise est d'autant plus ambitieuse que le terrain auquel l’auteur s'attaque est particulièrement complexe. Les migrants de Turquie en Allemagne sont tout d'abord très nombreux : avec plus de deux millions de personnes, ils constituent le groupe de migrants le plus important du pays. Ce groupe se distingue par son faible taux de naturalisation et par sa faible intégration au système politique allemand. Il se caractérise en outre par ses fortes mobilisations, ainsi que par l'orientation prioritaire de ces dernières vers la Turquie. Alors que les migrants font pression sur la politique étrangère allemande pour faire évoluer la situation en Turquie, Ankara s’invite dans la politique intérieure allemande : l’État turc dispose en Allemagne d’un large réseau consulaire et associatif destiné à contrôler les migrants sur le plan politique et religieux et à contrer leurs mouvements utilisant l'Allemagne comme lieu d'opposition. Prenant acte de cette imbrication, l'auteur défend la thèse centrale de l'interdépendance entre ces acteurs, thèse qui relativise la vision des deux pays comme étant deux espaces politiques clos et distincts. De ce fait, la politique d'intégration de l'Allemagne et sa politique étrangère envers la Turquie sont inséparables, et la distinction entre politique interne et politique étrangère s'estompe. C'est dire à quel point le cas est bien choisi pour traiter de l'interaction entre États et mouvements de migrants. Ce travail était d'autant plus nécessaire que cette perspective n'avait jamais été appliquée de manière systématique sur ce terrain particulièrement pertinent.

3Toute la difficulté de l'entreprise réside dans la complexité de ce monde "multicentré" : une dernière caractéristique des mobilisations des migrants de Turquie en Allemagne est en effet leur diversité et leur conflictualité. Si l'auteur part de l'idée d'une "communauté de migrants" comme acteur unique, elle aboutit rapidement à la conclusion qu'une telle vision simplifie une réalité bien plus complexe. En choisissant cependant de centrer l'analyse sur les organisations de migrants de Turquie — ce qui permet d'isoler des unités d'observation facilement délimitables —, l'auteur néglige d'autres pratiques d'investissement de l'espace politique allemand, qui pourraient faire sens dans le cadre de son interrogation sur l'imbrication des espaces politiques interne et externe. Ainsi, elle ne s'intéresse pas aux investissements individuels de migrants dans les partis ou les organes consultatifs allemands, qui permettent pourtant d'influencer la politique de l'Allemagne envers les migrants, et qui deviennent objet de débat et de décisions politiques en Turquie. Leur existence change indiscutablement la donne des relations interétatiques, et aurait pu avec profit être intégrée à l'analyse.

4On regrette également l'absence de référence et de discussion de travaux proches comme ceux de Thomas Faist (1999 : 36-72) sur les "espaces transnationaux". On regrette aussi la totale méconnaissance des travaux français concernant ce sujet, que ce soit au niveau théorique1 ou concernant directement le complexe turco-allemand. Loin de constituer une critique, cette remarque indique plutôt un cloisonnement national des recherches, même sur un sujet aussi précis que les relations turco-allemandes. Elle constate en outre, si c'était encore nécessaire, la faible connaissance à l'étranger des travaux rédigés en français.

5La grande densité de l'ouvrage ne permet pas d'en rendre compte dans le détail, encore moins d'en discuter tous les aspects. Je me bornerai donc à en retracer l'argumentation générale, ainsi qu'à relever quelques points qui comptent parmi les plus intéressants.

6Dans une première partie, l'auteur définit le cadre théorique de l'étude en revenant notamment sur les notions d'interdépendance, de politique transnationale et de mobilisations "diasporiques". En les combinant, elle dégage les présupposés de base de l'analyse, ainsi que les hypothèses qui la guident.

7L'auteur retrace ensuite les relations bilatérales turco-germaniques, qui constituent le contexte général dans lequel s'inscrit l'ensemble du complexe relationnel entre les deux pays. Longtemps coopératif, ce contexte se caractérise par de nombreuses tensions depuis les années 1990. Claire et concise, cette présentation a en outre le grand mérite de faire la part belle aux perceptions de part et d'autre — qui constituent une donnée centrale et rarement prise en compte — ainsi qu'au rôle des médias dans leur construction et leur diffusion. Peu d'analystes se permettent une telle vision sans concession en la matière, tant ces questions sont sensibles.

8Dans le chapitre suivant, l'auteur présente comment les conditions de la société d'accueil influencent les possibilités de participation et les formes de mobilisation des migrants en son sein. Elle arrive au constat sévère de "l'échec de l'intégration" (p. 77) : la plupart des migrants de Turquie en Allemagne — même de seconde ou de troisième génération — s'identifient avec le pays d'origine. Ces dernières années témoignent en outre d'une distanciation croissante entre Allemands et migrants de Turquie. Malgré des évolutions certaines, ces derniers forment toujours un milieu séparé, caractérisé par des pratiques distinctes, et socialement désavantagé. En raison de lois restrictives sur la nationalité — malgré leur récente évolution —, ainsi que des réserves à la naturalisation de part et d'autre, les migrants bénéficient rarement des droits politiques. Dès lors, en l'absence de la sanction du vote, les possibilités de participation politique ou de prise d'influence qui leur sont offertes en Allemagne restent limitées. L'auteur explique ainsi que la majorité des mobilisations des migrants de Turquie s'orientent vers leur pays d'origine.

9La seconde partie du livre retrace les enjeux que représentent les migrants de Turquie en Allemagne pour les États turc et allemand, ainsi que les attentes et les politiques de ces derniers pour les instrumentaliser ou les mobiliser. L'auteur interroge donc la compatibilité des objectifs et des activités des organisations de migrants avec les intérêts nationaux des deux États, qui sont eux-mêmes souvent incompatibles.

10L'auteur éclaire tout d'abord les attentes de l'Allemagne à l'égard des migrants de Turquie à la lumière des politiques publiques les concernant, elles-mêmes liées aux représentations de la nation. Depuis que l'installation durable de ces migrants est acceptée, l'Allemagne œuvre à leur intégration. Dès lors, leur orientation vers la Turquie est considérée comme une preuve de leur absence de loyauté. Ici aussi, la vision sécuritaire du migrant de Turquie comme "l'étranger à problèmes", dont la loyauté est toujours mise en doute et qu'il convient de mieux contrôler, est décrite sans concession. L'Allemagne leur demande donc de se détacher politiquement et émotionnellement de la Turquie, sans toutefois leur fournir toujours le cadre qui leur permettrait de le faire. C'est ici que les intérêts de deux États divergent : de son côté, l'intérêt de la Turquie est que ses migrants conservent une identité spécifique, gardent des liens avec le pays d'origine et défendent ses intérêts en Allemagne, par exemple en faveur de l'intégration de la Turquie à l'Union Européenne. C'est ainsi que, depuis les années 1980, la Turquie a mis en place des modes d'encadrement et de contrôle des migrants sur le sol allemand, visant à maintenir leur loyauté. À l'exemple des débats autour de l'enseignement de la langue turque et de la religion musulmane (islam importé ou islam "allemand", enseigné en turc ou en allemand ?), l'auteur montre les enjeux externes et internes de l'encadrement de ces migrants et comment les intérêts des deux États à ce sujet s'affrontent.

11Dans ce contexte conflictuel et marqué par la méfiance, les organisations de migrants se trouvent entre les fronts. La prise d'influence de la Turquie diminue la souveraineté de l'Allemagne sur son sol ; elle considère ainsi les migrants comme des "têtes de pont" de la Turquie, et suspecte cette dernière d'œuvrer à empêcher l'intégration. À l'inverse, la Turquie estime que l'Allemagne tente d'assimiler ces mêmes migrants, de couper leurs liens avec la Turquie et de les utiliser comme instrument de politique étrangère contre le pays d'origine. En outre, elle reproche à l'Allemagne son attitude qu'elle juge trop "libérale" vis-à-vis des mouvements d'opposition au régime turc. De ce fait, les revendications des organisations de migrants envers un État sont suspectées d'être instrumentalisées par l'autre. Loin de permettre un rapprochement, ces organisations deviennent matière à conflit supplémentaire, et leur marge de manœuvre est trop réduite pour résoudre les tensions entre les États.

12En outre, la simple présence des migrants crée de nouvelles interdépendances entre politiques interne et extérieure et restreint la marge de manœuvre des États, comme le montre brillamment l'auteur à propos du conflit kurde. Touchée par l'importation, parfois violente, du conflit sur son sol, l'Allemagne a été contrainte d'en faire un objet de politique. Elle se tient officiellement à l'interdiction du PKK sur son sol, condamne le "terrorisme kurde", et reconnaît à la Turquie le droit de le combattre. Cependant, toute décision politique de sa part en faveur d'un camp provoque des réactions et la mobilisation de l'autre. Soumise à la pression du PKK, l'Allemagne tolère aussi certaines activités pacifiques du PKK sur son sol. Cette "double stratégie" peut être considérée comme une recherche d'équilibre pour éviter de mettre en danger les relations turco-germaniques tout en évitant les actes de violence sur le sol allemand. Mais elle montre aussi le peu de marge de manœuvre de l'Allemagne, coincée entre des impératifs de politique étrangère et de politique interne, qui sont étroitement liés. En effet, l'Allemagne s'estime touchée par l'importation d'un problème interne que la Turquie n'a pas su régler, et tente de faire pression pour sa résolution en Turquie par des prises de position critiques sur la politique intérieure du pays d'origine, qui devient ainsi objet des relations bilatérales. L'Allemagne se voit donc obligée de pratiquer à l'égard de la Turquie une politique intérieure qui prenne en compte les aspects extérieurs, et vice-versa. Cette imbrication affaiblit les États : avec l'importation du conflit, l'Allemagne devient plus fragile au niveau interne ; de même, la Turquie devient plus sensible par rapport à la réalisation d'objectifs extérieurs, comme son intégration à l'UE, conditionnée à sa bonne image en Europe, sur laquelle peuvent influer les organisations de migrants.

13Ce champ relationnel conflictuel semble cependant sur le point d'évoluer. La politique d'influence sur les migrants mise en œuvre par la Turquie s'est avérée contre-productive, dans la mesure où elle a contribué à perpétuer une société parallèle, à polariser les migrants entre ceux acceptant cette interférence et les autres, et donc à empêcher la constitution d'un groupe uni de migrants. Depuis le milieu des années 1990, la Turquie promeut une nouvelle vision qui donne la priorité au détachement des migrants par rapport aux conflits importés pour former un groupe uni, à leur intégration politique et sociale dans la société d'accueil — sous réserve de conserver leur identité — en vue de mieux pouvoir s'impliquer dans la prise de décision et défendre leurs intérêts. Cette nouvelle conception, qui se rapproche des intérêts allemands, n'a toutefois pas encore donné lieu à des mesures conjointes des deux États.

14Ainsi, c'est d'abord de manière "passive", en créant des conditions d'action nouvelles et un contexte plus complexe que les organisations de migrants influencent les relations bilatérales et limitent les marges de manœuvre politiques des deux États.

15La troisième partie de l'ouvrage est en revanche consacrée aux activités autonomes des organisations de migrants et à leurs effets sur les pays d'origine et d'accueil. Pour restituer la complexité de ce champ, l'auteur en isole cinq, qu'elle analyse en détail. Elle distingue entre les organisations "oppositionnelles" par rapport aux fondements du régime turc en place (PKK, Milli Görü proche des partis islamistes de Turquie) et celles qui "soutiennent" le régime en place (organisations proches du parti nationaliste MHP ou directement soutenues par les institutions turques). Cependant, la distinction entre Milli Görü et le MHP gagnerait à être nuancée, dans la mesure où leur position par rapport au régime turc dépend largement de la conjoncture politique, comme l'auteur le reconnaît elle-même (p. 254). On peut en outre regretter l'absence des organisations alévies, reléguées comme dans la grande majorité des études à quelques notes de bas de page, alors même qu'intégrer ce cas intermédiaire aurait probablement permis d'éviter une approche trop linéaire en termes "pour ou contre le régime en place en Turquie" pour une approche plus multidimensionnelle. Enfin, la dernière catégorie est celle d'une organisation qui vise à surmonter les divergences des migrants pour assurer la représentation autonome, à la fois envers la Turquie et l'Allemagne, des intérêts qui résultent de la situation de migration.

16Pour mesurer l'influence des organisations sur les développements politiques, l'auteur trouve un angle d'analyse prudent et pertinent, en retraçant de manière diachronique pour chacune les formes d'organisation, les activités principales, le potentiel de mobilisation et de pression au sein des migrants de Turquie, mais aussi du système politique allemand. Elle montre ainsi que les possibilités d'influencer les relations interétatiques dépendent non seulement de conditions structurelles communes, mais aussi des stratégies mises en œuvre par les organisations elles-mêmes. Elle intègre notamment le rôle des alliances avec les groupes sociaux et politiques du pays d'accueil (organisations de droits de l'homme ou partis de gauche pour le PKK par exemple) comme l'une des variables fondamentales d'influence sur la prise de décision politique du pays d'accueil. Ainsi, c'est probablement le PKK qui est le mieux parvenu à influencer la politique allemande : par une combinaison de sensibilisation, de relations publiques, et d'utilisation stratégique de la violence, le PKK est parvenu à obtenir d'importantes concessions des autorités allemandes, comme la tolérance de ses activités sur le territoire malgré l'interdiction officielle ou la mise de la question kurde à l'agenda politique de l'Allemagne ou la dégradation de l'image de la Turquie en Allemagne. L'auteur montre enfin que ce sont finalement les organisations opposées à l'État turc qui sont le mieux parvenues à s'intégrer dans le jeu politique de l'État d'accueil, alors que celles qui en sont proches, dans la mesure où leurs cadres sont souvent moins adaptables à un nouveau contexte politique et moins producteurs de stratégies de long terme, et sont suspectées d'agir en fonction d'intérêts extérieurs. Elle dément ainsi les simplistes calculs à somme nulle selon lesquels plus une organisation est orientée vers le pays d'origine ou liée à un parti dans le pays d'origine, moins elle cherchera le soutien d'interlocuteurs politiques du pays d'accueil pour soutenir sa cause.

17L'auteur conclut par un bilan de l'interaction dans cette "relation triangulaire". Les migrants de Turquie constituent désormais un enjeu majeur des relations bilatérales, d'autant plus que les développements en migration influencent aussi l'État d'origine. Ils modifient la donne des relations bilatérales, dans la mesure où les rétroactions triangulaires sont autant de facteurs d'incertitude qui affectent la stabilité des relations. Cependant, la dynamique des relations bilatérales reste déterminée en premier lieu par les États et leurs intérêts nationaux, qui conditionnent le fonctionnement des organisations de migrants. La coopération interétatique est donc d'autant plus importante.

18L'analyse est détaillée et bien documentée — elle s'appuie sur de nombreuses sources écrites, complétées par des entretiens avec les décideurs en politique étrangère turcs et allemands ainsi qu'avec des cadres associatifs des organisations de migrants de Turquie en Allemagne. Sur l'ensemble de l'ouvrage, l'argumentation est bien construite et rigoureuse. Elle intègre avec précision la dimension diachronique, ce qui rend l'ensemble dynamique. Non seulement elle restitue la complexité, mais elle met aussi en lumière les contradictions, sans chercher à créer une uniformité qui resterait artificielle.

19L'analyse d'un sujet souvent traité sur un mode émotionnel reste concrète, sans concessions et teintée d'un souci d'objectivité, à de rares et mineures exceptions près. Ainsi, on regrette parfois l'expression de jugements normatifs (p. 49). D'une manière générale, tout ce qui va en faveur d'une intégration des migrants de Turquie en Allemagne est ainsi considéré comme "positif", sans que cette intégration soit par ailleurs définie avec précision. On regrette également des prises de position sur les développements à venir pour conclure certains chapitres (p. 135). Outre que ces prédictions s'accordent mal avec le ton très analytique de l'ouvrage, certaines semblent déjà vieillies au vu des développements récents largement inattendus (victoire de l'AKP aux élections de novembre 2002 et reprise des combats du PKK/KADEK à la faveur de la question irakienne). Mais ces digressions normatives ou prédictives restent dans l'ensemble peu nombreuses et ne nuisent pas à l'argumentation générale.

20On regrette cependant le manque de distance critique vis-à-vis de certaines caractérisations officielles, turques ou allemandes. Ainsi, l'auteur reprend à son compte la "laïcité" de l'État turc (p. 108, 121, 122, 141, 287, etc.), sans noter la contradiction avec les efforts de ce même État pour encadrer voire contrôler la pratique religieuse de ses migrants à l'étranger, efforts qu'elle décrit très bien par ailleurs. Or, même érigée en dogme d'État, cette "laïcité" désigne avant tout une domestication étatique du religieux. Remplacer ce terme par celui de "religion officielle" serait plus exact et permettrait surtout de mieux comprendre l'enjeu du religieux en migration, qui ne se limite pas à la préservation de l'identité. Un autre terme repris par l'auteur sans distance critique ni tentative de définition précise est celui "d'extrémisme" (par ex. p. 123). L'auteur fait ici sienne une catégorisation politique de certains groupes par les États turc et allemand, dont elle analyse pourtant très bien les enjeux par ailleurs. Cette confusion la porte à émettre des jugements tels que “ l'islam en Turquie porte des traits spécifiques qui le distinguent de l'extrémisme et de l'islamisme radical ” (p. 142) dont on est en droit de s'interroger sur les fondements scientifiques. Enfin, on peut s'étonner de l'utilisation sans complexe du terme "ethnique" (entre autres p. 36, 76, 78 ; "réseaux ethniques" p. 65) sans définition et de manière presque naturelle, alors que ce terme reste très discuté — probablement plus en France qu'en Allemagne.

21Dans un registre plus anecdotique, on regrette que la transcription des caractères turcs laisse à désirer, alors même que sont déjà parus dans cette collection des ouvrages qui les utilisaient sans anomalie. Relevons une coquille sans grande importance, les élections législatives turques ont eu lieu en 1999 et non en 1998 (p. 222). Mais ces défauts de forme pèsent de peu de poids face à la qualité de cet ouvrage.

22Une réflexion plus approfondie sur la manière dont l'enjeu de l'intégration de la Turquie à l'UE influence ce complexe relationnel aurait été bienvenue : pourquoi, malgré une position globalement pro-européenne, les migrants de Turquie en Allemagne ne deviennent-ils pas un facteur de pression politique sur Ankara ? Une telle interrogation dépasse le cadre de la présente analyse, qui fournit cependant dès à présent de précieux éléments de réflexion (p. 110-111 par exemple).

23Un tel ouvrage de synthèse sur le rôle des migrants et de leurs mobilisations dans les relations turco-allemandes comble sans aucun doute une lacune de la recherche. L'un de ses grands mérites est d'avoir su rendre accessible, grâce à un style précis et clair et à une grande finesse, un sujet d'une réelle complexité. Son autre grand mérite se situe sur le plan théorique : malgré sa formulation parfois un peu fonctionnaliste alors même que l'analyse ne l'est pas, la lecture relationnelle que propose l'auteur met en lumière les interdépendances et parvient à rendre un champ d'interaction complexe, sans exclure des effets rétroactifs. Ainsi, cet ouvrage propose à un niveau plus général une lecture novatrice de la sociologie de l'action internationale.

Haut de page

Bibliographie

Faist Thomas, 1999, "Developing Transnational Social Spaces : The Turkish-German Example" in Ludgar Pries (dir.), Migration and Transnational Social Spaces, Ashgate, Aldershot.

Rosenau James, 1990, Turbulence in world politics : A History of Change and Continuity, Princeton : Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 On pense aux développements récents de la sociologie des relations internationales, par exemple au sujet des acteurs transnationaux.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise MASSICARD, « Canan Atılgan, Türkische Diaspora in Deutschland : Chance oder Risiko für die deutsch-türkischen Beziehungen ?, Hambourg, Deutscher Orient-Institut, 2002, 330 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 08 décembre 2004, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2453

Haut de page

Auteur

Elise MASSICARD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page