Navigation – Plan du site
II. Lectures

David, Charles-Philippe et la Chaire Raoul-Dandurand (éds) : Repenser la sécurité, nouvelles menaces, nouvelles politiques, Quebec : Fides la Presse, 315 p, annexes.

Gérard Groc
p. 362-364

Texte intégral

1La Remmm couvrant essentiellement le monde arabe et musulman, le livre Repenser la sécurité, nouvelles menaces et nouvelles politiques dont nous faisons ici le compte-rendu, nous interpelle moins dans le fourmillement de considérations militaires, stratégiques, balistiques extrêmement techniques qu'en fonction de la prémisse à partir de laquelle est faite cette réévaluation de la sécurité, à savoir l'aire musulmane mais aussi l'islam.

2L'objet global de ce livre, réalisé par toute une équipe relevant de la "Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques" de l'université de Québec est fondamentalement de deux ordres : d'abord, analyser, après les attentats du 11 Septembre, les éléments d'une réinterrogation des questions de défense et d'une nouvelle politique de sécurité, puis, en inférer et circonscrire les conséquences pour le Canada, dans sa proximité et dans son alliance avec son puissant voisin. Ainsi, sur 13 chapitres, 10 traitent-ils donc de la sécurité avec beaucoup de détails techniques, juridiques, politiques. On y trouve une nomenclature précise des armes de destruction massive (chimiques, biologiques, nucléaires et radiologiques) avec une évaluation détaillée en termes de fabrication et d'utilisation. On y trouve également la définition de la “ révolution dans les affaires militaires ” (la RAM) qui passe par le recours grandissant aux armes dites intelligentes, à la “ guerre propre ” pour mieux faire face aux conflits de quatrième génération dans leurs aspects de dépassement du cadre étatique et de déterritorialisation. Nous trouvons aussi la réouverture du débat sur la production de missiles anti-missiles, vieille question que les deux super-puissances avaient préféré écarter de leurs projets, avec le traité ABM de 1972, comme étant source d'une surenchère dangereuse, mais que l'idée nouvelle d'une sanctuarisation nécessaire du territoire des États-Unis semble vouloir remettre à l'honneur. Deux chapitres sont consacrés plus largement à l'avenir de la puissance militaire américaine ainsi qu'à cette “ stratégie de sécurité du territoire national ” américain, qui font justement mention de l'importance de la couleur de l'équipe gouvernementale réunie autour du président et de son influence sur la vision sécuritaire (quelques citations utiles de D. Rumsfeld) et tracent une analyse détaillée de toutes les étapes de la pensée stratégique, avec l'idée nouvelle d'une mobilisation plus large de tout le support civil (affectation accrue des citoyens et des premiers secours “ à la sécurisation des infrastructures critiques ”). Trois chapitres incluent ensuite le Canada dans le raisonnement, d'abord à travers l'idée d'intégration nord-américaine et de construction, politique et militaire, d'un partenariat stratégique (avec aussi les résistances que cela peut impliquer), puis à partir des changements induits au niveau des forces armées canadiennes, enfin, en développant le concept de sécurité économique et d'évaluation “ d'un maintien de l'intégrité structurelle des économies nationales et de leur capacité de croissance dans un contexte marqué par les risques et les menaces à la fois intérieures et extérieures ”. À noter, à ce propos, une des hypothèses émises dans ce chapitre, à savoir que la sécurisation de l'économie peut aussi passer “ en transformant l'environnement externe selon des principes et des modalités ” qui donnerait à celui qui en prend l'initiative “ l'avantage face aux autres États ”, en d'autres termes, “ à imposer à la communauté internationale de nouvelles normes régissant le système économique mondial ”. Un avant-dernier chapitre explore l'idée de l'argent sale ou plutôt des listes établies internationalement à ce propos.

3Mais, ce qui nous surprend dans cette étude, est que cette réflexion très élaborée en matière militaire et stratégique et dont les conséquences sont envisagées à long terme, repose finalement sur une prémisse rapidement esquissée dans les trois premiers chapitres, à savoir qu'Al-Qaida, Ben Laden et allii préfigurent, à travers les attentats contre les Twin Towers, un modèle-type du conflit de “ quatrième génération ” à partir duquel on théorise et on systématise d’urgence une mutation des évaluations sécuritaires. Aucune objection à admettre que les attentats du 11 septembre induisent un terrorisme nouveau qui s'affranchit de l'État-nation, mené par des acteurs libérés de tout contrôle étatique qui utilisent des moyens de lutte non conventionnels et exploitent les vulnérabilités des sociétés développées en attaquant leur territoire. Aucune difficulté, non plus, à comprendre qu’une telle irruption engendre des réflexions voire l’élaboration d’une riposte, au vu du décalage apparu entre les risques encourus et l’innocuité des moyens de défense “ traditionnels ” dont disposait pourtant une hyper-puissance. Mais, est-on sûr que l’enchaînement linéaire qui va du 11 septembre à l’islam, en passant par Ben Laden, l'Afghanistan, le terrorisme et le religieux soit un fondement théorique solide ? Ben Laden présage-t-il réellement d’un archétype terroriste international auquel les États du xxie siècle seraient sûrement confrontés ? Et son niveau d'élaboration en termes de réseaux clandestins, de soutiens internationaux, de mobilisation des circuits bancaires, caritatifs, de militants résidant en Occident est-il l'annonce de cet hyper-terrorisme “ qui ne respecte pas les règles du jeu ” et qui procède de l'islam extrémiste lequel “ encourage le dépassement de la philosophie matérialiste ainsi que le sacrifice de soi, d'où la décision de terroristes de commettre leurs attentats suicides ” ? Al-Qaida fonctionnant en référence à l’islam, est-on sûr que tout nouveau terrorisme captera cette dimension religieuse (un État désormais opposé à une secte) et que l’islam restera un ferment potentiel de terrorisme ? Ou bien, a-t-on affaire, aussi fracassant qu'ait été son impact, aussi indéchiffrables qu’aient été ses relais, à un acte pour l'instant encore unique dont on ne sait pas encore s'il est forcément reproductible ? Quand on assiste, quelques mois après la rédaction de cette étude, au fait que la réponse américaine semble avoir déserté l’Afghanistan pour se concentrer sur l’Irak ; lorsqu’on apprend que cette réorientation est en réalité élaborée depuis plusieurs années par certains cercles républicains conservateurs américains et vise au large remodelage du Proche Orient ; lorsqu’on se remémore, ce qui est d’ailleurs dit dans ce livre, qu’à la source de l’activisme de Ben Laden il y a d’abord un vigoureux encouragement américain à mobiliser les réseaux islamistes pour faire pièce à une présence soviétique en Afghanistan, on peut se poser la question des origines de cette évolution. Sans compter qu’il faut aussi intégrer dans ce schéma les logiques propres à certains pays comme l’Arabie Saoudite tout comme la probable implication d’intérêts américains dans une route pétrolière trans-afghane qui ont déjà conduit, dans le passé, à des contacts officiels entre américains et talibans. Le chapitre sur les conséquences géostratégiques de la guerre d’Afghanistan est clair à ce sujet.

4Le raisonnement qui nous interpelle donc est celui fait sur le terrorisme religieux (chapitre 3) présenté aux confluences d’un terrorisme classique évoluant de plus en plus vers une dimension “ mondialisante ” et d’un islam/islamisme qui a déjà l’expérience de la violence politique contre des régimes tenus pour corrompus, mais qui affiche, depuis Ben Laden, sa capacité à mettre en scène, au-delà des limites étatiques, une umma “ déterritorialisée ” au cœur de laquelle on découvre des réseaux jusque-là insoupçonnés. Si l’on articule à cette nouvelle configuration, d’une part, la propension croissante, appelée dans l’article “ jihadisme ”, de certains croyants à se vouloir “ martyrs ”, de l’autre, l’importance d’incitateurs tels des prédicateurs, mollahs, émirs et autres cheiks qui parlent en public et motivent des trajectoires individuelles “ sans véritablement donner d’ordres précis ” mais en les cautionnant, enfin, celui de metteurs en réseaux, tels Ben Laden qui n’est pas un instigateur mais un “ facilitateur ”, on obtient alors une “ toile islamique ” qui connecte ces dynamiques les unes aux autres, pour en faire des potentialités explosives. La description qu’en fait le livre, s’augmente enfin de celle des circuits de financement non contrôlables (organismes caritatifs, banques islamiques, technique hawala de transferts financiers), des fluidités présidant aux déplacements internationaux des militants, pour parvenir à l’idée d’un “ mode coopératif pan-islamique sans frontières ” qui se meut dans une géopolitique du terrorisme islamique passant par l’Afghanistan, l’Algérie, l’Égypte, le Liban, le Yémen, la Somalie, les Philippines, l’Indonésie et la Malaisie.

5Mais, malgré tous ces détails et ces évaluations, cet effort de repenser la sécurité repose surtout sur un modus operandi qui a surpris mais qui ne nous paraît pas avoir encore force de modèle sinon celle de planifier une mutation dans la prévision d’un arsenal militaire qui, elle, serait promue au rang de modèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « David, Charles-Philippe et la Chaire Raoul-Dandurand (éds) : Repenser la sécurité, nouvelles menaces, nouvelles politiques, Quebec : Fides la Presse, 315 p, annexes. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 01 décembre 2004, consulté le 28 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2455

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page