Navigation – Plan du site
II. Lectures

Philippe Cassuto et Pierre Larcher (dir.), La sémitologie, aujourd’hui. Actes de la journée de l’École doctorale de l’Université de Provence du 29 mai 1997, Centre des Sciences du Langage, Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, Travaux 16, Publications de l’Université de Provence, 2000, 187 p.

Victor Porkhomovsky
p. 477-480

Texte intégral

1L’idée principale de la journée doctorale du 29 mai 1997 et du présent recueil est de donner un aperçu du state of the art des études sémitiques. Les auteurs ont préféré revenir à un terme ancien, “ sémitologie ”, équivalent de l’allemand Semitistik. On peut noter à ce propos que la taxonomie russe emploie afrikanistika (= allemand Afrikanistik), ou encore arabistika, plutôt que semitologiya.

2Les contributions de ce volume reflètent les intérêts et les domaines de recherche de l’école aixoise des études sémitiques. Il n’y a qu’un seul intervenant extérieur, Hervé Gabrion (Lyon), puisque I. Gajda était alors associée à l’IREMAM. Ceci explique le choix des thèmes des articles aussi bien que les lacunes évidentes, si l’on considère l’ensemble des études sémitiques.

3Les douze articles sont distribués deux par deux en six sections. La première est intitulée “ Qu’est-ce qu’une langue sémitique ? ”, un titre provocateur du point de vue des principes de la linguistique comparée historique traditionnelle (que, suivant le modèle de Th. Kuhn, je vais appeler linguistique comparée paradigmatique). Ce titre fait référence à une étude d’E. Ullendorff portant le même titre, dans laquelle cet auteur essayait de brosser un portrait typologique des langues sémitiques afin de classer les langues individuellement comme sémitiques ou non-sémitiques. Une telle méthode présuppose qu’à un moment déterminé de son évolution une langue peut devenir ou cesser d’être sémitique, ce qui est absolument inacceptable dans le cadre de la linguistique comparée paradigmatique. D’ailleurs, Ullendorff lui-même a dû avouer l’échec de ses tentatives pour identifier quels étaient les traits typologiques permettant de diagnostiquer si une langue est bien sémitique.

4Les deux articles de la première section n’examinent pas ce problème dans son ensemble, mais attaquent deux cas particuliers. Hervé Gabrion dans sa contribution “ L’hébreu moderne : une langue sémitique ? ” est préoccupé par le problème de la corrélation entre l’hébreu classique et l’hébreu moderne. L’auteur se prononce contre une archaïsation artificielle et forcée de la langue moderne basée sur des modèles de l’hébreu biblique, en ce qui concerne la morphonologie et l’orthographe (les consonnes bagat kafat et l’utilisation de dagesh), surtout dans l’enseignement de l’hébreu moderne. H. Gabrion s’associe à l’attitude de Haiim Rosen, qui refusait de considérer les innovations dans l’hébreu moderne comme des “ fautes ”. Cette attitude ne peut être contestée que pour des raisons sentimentales. Il reste à regretter que les questions très importantes et actuelles de la normalisation linguistique soient examinées dans le cadre d’un faux problème, celui du statut généalogique de l’hébreu moderne, car les tendances de l’évolution de cette langue, souvent sous l’influence des langues européennes (le yiddish et autres), n’y changent rien.

5Le second article de la première section porte le titre “ L’arabe, langue sémitique ”, sans point d’interrogation cette fois. Le problème de l’identité typologique du sémitique n’est pas abordé : c’est la classification interne des langues sémitiques et la place de l’arabe dans cette classification qui font l’objet de l’étude. Dans une présentation très brève (six pages environ), Pierre Larcher parvient à dresser un panorama critique des différentes conceptions de ce problème qui est un des plus discutés dans la linguistique sémitique. Au commencement de son exposé, il montre comment l’incorporation des données sur l’amorrite, l’ougaritique et l’éblaïte a changé la façon de s’y prendre. En même temps, ce développement est une bonne introduction aux articles suivants. En abordant le thème principal de sa contribution, P. Larcher présente les isoglosses les plus importantes pour la classification interne des langues sémitiques. L’inaccompli apocopé de l’arabe est placé au centre de son analyse et on ne peut qu’approuver ce choix, puisque c’est un des points-clé de la classification sémitique interne.

6La comparaison des données est menée sur le plan typologique selon la terminologie de l’auteur, c’est-à-dire dans un aspect synchronique. Bien sûr, cette méthode permet de déterminer les isoglosses dans l’aire sémitique, mais elle rend impossible une classification généalogique pour laquelle un modèle de l’évolution historique est indispensable. Ce n’est que dans le cadre d’un modèle historique, fondé sur la reconstruction d’un état sémitique commun (ou proto-sémitique), qu’on peut établir la différence entre les isoglosses, reflétant les innovations partagées et les archaïsmes. Ces derniers peuvent bien être préservés indépendamment des liens généalogiques internes.

7Donc, de manière tout à fait logique, parmi les hypothèses élaborées par différents auteurs, P. Larcher préfère celle de Giovanni Garbini. Selon les principes de l’école néolinguistique italienne, basée sur la fameuse wave theory, G. Garbini propose une classification purement aréale, dans les termes de la géographie linguistique, zones de diffusion, etc. Il faut noter d’ailleurs qu’il y a un obstacle sérieux de nature méthodologique en ce qui concerne le sous-groupement généalogique des langues parentes, notamment la difficulté de différencier les isoglosses ayant une valeur historique (généalogique) de celles qui ne reflètent que les situations de contact entre langues parentes. Parfois c’est une raison de plus pour renoncer au modèle purement généalogique de la classification interne des langues.

8Les trois sections suivantes de La sémitologie, aujourd’hui sont consacrées à quelques langues particulières ou groupes de langues, qui sont prioritaires pour l’école sémitique aixoise. La deuxième section comprend deux contributions par Remo Mugnaioni, consacrées à l’éblaïte (“ À propos de la langue d’Ebla. Aperçu et considérations linguistiques ”) et à l’amorrite (“ Note pour servir à une approche de l’amorrite ”). La section elle-même est intitulée “ D’ouest en est et retour : amorrite et éblaïte ”.

9Le premier article est une introduction détaillée aux études éblaïtes, comprenant : histoire de la découverte des textes éblaïtes, notes sur la nature des documents et le système d’écriture, aperçu linguistique, considérations sur la place de l’éblaïte parmi les langues sémitiques, avec une bibliographie représentative. Cet article est une bonne introduction pour tous ceux qui veulent s’initier à ce domaine, le plus nouveau des études sémitiques. En ce qui concerne le problème de la classification de l’éblaïte, R. Mugnaioni oppose l’aspect géographique aux isoglosses qu’il traite comme typologiques (cf. l’article précédent de P. Larcher), mais en même temps il insiste sur le caractère archaïque de cette langue. Il faut noter ici une certaine incohérence orthographique : dans l’article de R. Mugnaioni, éblaïte est écrit avec un accent aigu, tandis qu’ailleurs dans le livre (préface, sommaire) – il l’est sans accent.

10Le deuxième article, du même auteur, traite des problèmes de la linguistique amorrite. Du point de vue de sa composition, cet article est une version abrégée de celui sur l’éblaïte. La présentation de ces deux études, parallèlement dans la même section, obéit à une évidence : à part l’akkadien, on a ici la documentation linguistique la plus ancienne de l’aire sémitique, ce qui détermine l’importance de ces deux langues pour les études historiques malgré toutes les lacunes dans les données à la disposition des chercheurs.

11La troisième section est consacrée aux études ougaritiques. Le premier article de cette section “ L’ougaritique, problèmes de comparaison ”, par Christian Touratier, présente un aperçu historique de la découverte et du déchiffrement de l’ougaritique aussi bien qu’une analyse des correspondances graphiques et phonétiques de l’ougaritique dans le cadre de la linguistique sémitique comparée, suivie d’un paragraphe sur la place du système ougaritique d’écriture dans l’histoire de l’alphabet sémitique. La section ougaritique du recueil comprend aussi un article de R. Mugnaioni intitulé “ Éléments pour une analyse morphématique des notions d’accompli et d’inacccompli en ougaritique ”. À la différence de la plupart des autres contributions, cet article n’est pas un aperçu ou une introduction, mais présente les résultats d’une étude particulière. L’auteur arrive à des conclusions, d’ailleurs parallèles à celles de Chr. Touratier pour l’arabe, qui sont assez loin des attitudes traditionnelles des sémitisants. De notre point de vue, ces conclusions peuvent trouver leur explication dans le cadre de la reconstruction historique du système verbal en sémitique, par exemple : “ ce que l’on appelle inaccompli ne correspond en réalité qu’à une absence de morphème aspectuel… ” (p. 94).

12La quatrième section du recueil est consacrée aux langues sudarabiques épigraphiques. Mounir Arbach présente un aperçu des quatre langues – le sabéen, le qatabânite, le minéo-madhâbien et le hadramawtique – dans son article “ Les langues sudarabiques épigraphiques préislamiques. Traits communs et spécifités ”. Les isoglosses phonétiques et morphologiques dans le cadre sudarabique et pan-sémitique font l’objet principal de sa présentation, qui est munie d’une bibliographie détaillée et de cartes. La contribution d’Iwona Gajda, “ La langue écrite et les langues parlées : situation linguistique en Arabie méridionale ancienne ”, donne un aperçu diachronique sociolinguistique de l’Arabie du Sud antique avec une attention spéciale accordée à la langue que les sources arabes du Moyen Age appellent “ himyarite ”.

13La cinquième section est intitulée “ Problèmes particuliers : la racine et son utilisation ”. Elle est consacrée à un problème qui retient toujours l’intérêt des sémitisants. Daniel Baggioni et Pierre Larcher dans leur “ Note sur la racine en indo-européen et en sémitique ” présentent une analyse historiographique du problème de la notion de la racine, commençant par les pères fondateurs de la linguistique comparée. Ils examinent les réponses que donnèrent les linguistes au questionnaire sur la racine lors du ve Congrès International des Linguistes en 1939. Une attention spéciale est prêtée à la réponse de Marcel Cohen. Les auteurs montrent les paradoxes résultant des différents usages de la notion de la racine. Cet article est d’autant plus intéressant et utile que la tradition française dans ce domaine ne correspond pas exactement à celle dans d’autres langues. L’article de Philippe Cassuto sur “ Le classement dans les dictionnaires de l’hébreu ” présente une étude détaillée historique et historiographique du problème de la racine dans la lexicologie de l’hébreu de l’Antiquité à nos jours.

14La dernière et sixième section, “ Bilan et perspectives ”, comme les précédentes, comprend deux essais : “ Où en est la connaissance de l’amharique ? Dix ans de recherches (1987-1997) ” par Alain Rouaud et “ Métamorphoses de la linguistique arabe ” par Pierre Larcher. A. Rouaud donne une esquisse des changements sociolinguistiques en Éthiopie après la chute du régime marxiste dans ce pays et présente les résultats et desiderata dans le domaine des études amhariques, accompagnés d’une riche bibliographie. P. Larcher examine l’histoire des études arabes en France dans le cadre de la linguistique orientale et sémitique européenne.

15Pour conclure il nous reste à dire que la fin de ce millénaire a vu paraître pas mal de livres visant à dresser un bilan des résultats et des perspectives des études sémitiques. L’ouvrage en considération ne prétend pas donner un panorama intégral de ce domaine. Les éditeurs et les auteurs ont choisi les langues et les aires linguistiques qui posent le plus de questions à cause de la documentation limitée et quelques problèmes théoriques de première importance, et ils ont réussi à en donner des précis qui peuvent être recommandés non seulement aux étudiants en langues sémitiques, mais aussi à tous les linguistes qui veulent s’initier à ces sujets assez ésotériques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Porkhomovsky, « Philippe Cassuto et Pierre Larcher (dir.), La sémitologie, aujourd’hui. Actes de la journée de l’École doctorale de l’Université de Provence du 29 mai 1997, Centre des Sciences du Langage, Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, Travaux 16, Publications de l’Université de Provence, 2000, 187 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 03 décembre 2004, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2456

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page