Navigation – Plan du site
II. Lectures

Fabienne Le Houérou, Ethiopie-Erythrée. Frères ennemis de la corne de l’Afrique, Paris, l’Harmattan, Les Nouvelles d’Adis, 2000, 160 p.

Catherine Miller
p. 498-501

Texte intégral

1L’ouvrage de Fabienne Le Houérou est paru en Juillet 2000 alors qu’une nouvelle guerre opposait l’Éthiopie et l’Érythrée et causait des milliers de morts dans une indifférence internationale quasi-générale. Rappelons brièvement que l’Érythrée est un État-nation très jeune, créé en 1993, après la victoire des fronts alliés érythréens (FPLE, Front Populaire de Libération Érythréen) et tigréens (FPLT, Front Populaire de Libération Tigréen) et la chute du régime de Manguestu en Éthiopie. La guerre d’indépendance de l’Érythrée a duré plus de trente ans (1961-1991). La reconnaissance de l’État érythréen par le nouveau gouvernement éthiopien (dominée par les le FPLT) semblait inaugurer une nouvelle ère dans la région. Mais malgré leur entente initiale les deux anciens alliés se sont de nouveau lancés dans une guerre fratricide en juin 1998 au motif officiel d’un différent frontalier. Ce nouveau conflit (qui s’est apaisé depuis) illustre encore une fois combien la construction ou la reconstruction d’une nation qui s’est forgée dans la guerre est difficile. Tout processus de construction nationale se fait en partie par opposition à “ l’Autre ” mais quand la guerre apparaît comme le ciment essentiel et fondateur d’une construction nationale, il n’est pas aisé pour les chefs et les anciens combattants de déposer les armes et de s’effacer pour laisser la place à une construction sociale et politique. Comme le souligne l’auteur, les blessures du passé sont essentielles pour comprendre ce nouveau conflit et le passé peut parfois “ enfermer ” les acteurs.

2C’est en historienne “ contemporénaiste ” que F. le Houérou aborde la genèse et le développement du nationalisme érythréen ainsi que l’histoire des relations entre l’Érythrée et l’Éthiopie et plus particulièrement entre érythréens et tigréens qui partagent proximité géographique (nord du plateau abyssin) et proximité culturelle et linguistique. Mais il s’agit ici d’une démarche originale d’historienne mêlant différentes sources et différentes approches : travail sur les archives de la colonisation italienne mais aussi  interviews de certains acteurs de la période coloniale (les supplétifs érythréens de l’armée coloniale italienne) et de la guerre d’indépendance, en particulier le président érythréen Isaïas Afwerki et deux leaders tigréens (Saba Nega et Seyoum Mesfin) dont les entretiens sont reproduits in extenso en annexe. Ces entretiens de personnalités officielles sont croisés avec les récits d’ ex-combattantes du FPLE. L’auteur a utilisé ici la vidéo pour recueillir ces témoignages. L’emploi de cet outil de travail n’étant pas anodin car il permet non seulement de restituer la parole, le discours des acteurs mais aussi leur gestuelle, leurs expressions qui en disent parfois autant si ce n’est plus que les discours. L’un des grands mérites de ce livre est d’aborder des questions essentielles dans une langue simple et claire, agréable à lire et en gardant toujours un ton très personnel et un regard humain. Les récits des combattantes sont particulièrement émouvants car ils restituent les conditions de l’engagement, l’atmosphère du Front, le rapport à la mort, à la violence, le don de soi, les relations d’amitiés et d’amour, les relations avec la famille. Par la présence forte des acteurs, par le ton très personnel de l’auteur, par son découpage cet ouvrage me semble avoir les qualités qu’offrent parfois les bons documentaires cinématographiques, la pratique de la caméra par l’auteur n’étant sans doute pas étrangère à ce rapprochement peut être inattendu dans la recherche historique. Ce livre défriche un terrain particulièrement délaissé en France mais ne constitue pas “ une somme ” sur l’Érythrée. Certaines questions nécessiteraient d’être approfondies et l’auteur a peut-être parfois des jugements trop rapides ou hâtifs. La bibliographie laisse également à désirer. Au moins quatre ouvrages mentionnés dans le texte n’apparaissent pas dans la bibliographie.

3Le premier chapitre est consacré à la genèse de la nation érythréenne. La colonisation italienne (1890-1941) a été l’événement fondateur qui a créé une entité/identité  érythréenne inexistante auparavant. Cette colonisation a été perçue différemment par les Éthiopiens et par les Érythréens. Rejeté par les Éthiopiens le passage colonial est revendiqué par l’Érythrée. La période coloniale est essentielle car c’est à partir d’elle que les Érythréens vont revendiquer leur différence par rapport à leur voisin, vont bâtir leur discours identitaire et vont adopter et s’approprier le nom d’Eritrea donné par les Italiens à cette région (appelée auparavant Mareb Mellash). Pour les Éthiopiens, au contraire, la conquête mussolinienne (1936-1941) est une blessure pour un pays qui n’avait jamais été colonisé et les Éthiopiens se battront farouchement contre l’envahisseur. C’est autour des frontières coloniales revendiquées par l’Érythrée que s’est cristallisé le conflit actuel. F. Le Houérou s’attache plus particulièrement à la figure de l’ascaro, ce supplétif  érythréen de l’armée coloniale italienne. Ces supplétifs formant un corps pluri-ethnique étaient fort nombreux, ont participé à la fixation des limites du territoire érythréen et ont eu une importance socio-politique durable. Pour l’auteur, les ascari ont joué un rôle central dans la genèse du pays et ont été des “ créateurs de frontière ” et les agents d’une certaine modernité. Il semble qu’une véritable filiation se soit établie entre les combattants FPLE de la guerre d’indépendance (1961-1991) et les ascari, beaucoup de combattants étant fils d’ascari.

4L’importance du fait colonial comme période propice à l’émergence de nouvelles identités ethniques, nationales ou régionales est un fait reconnu par tous et largement décrit. On a souvent considéré que de nombreux mouvements de revendication ethnique ou nationale avaient été “ créés ” par le pouvoir colonial pour diviser les populations locales (on pense par exemple au mouvement berbère ou à la guerre du Sud Soudan, etc.). Mais les processus sont évidemment plus complexes et derrière la manipulation coloniale apparaissent également des facteurs socio-historiques plus anciens. Si la colonisation a toujours opéré une rupture il me semble difficile de faire partir l’histoire d’une région à cette période sans prendre en compte l’histoire plus ancienne. Dans le cas de l’Érythrée il nous manque quelques clefs historique pour mieux comprendre les relations que les populations de cette région entretenaient avec le reste de l’Éthiopie avant la colonisation italienne. Quelle a été par exemple la position de l’Église ? Celle des grands propriétaires fonciers ? Quels types de relations administratives et politiques s’établirent-ils entre cette province et la capitale de l’empire, etc., etc. On ne comprend pas pourquoi église et notabilité rurale ont pu être des forces de résistance en Éthiopie (dans le Choah) et pas en Érythrée bien que l’auteur mentionne les révoltes paysannes. Et l’analyse très intéressante du système foncier dans le Choah (région Amhara) mériterait  d’être élargie aux provinces du Nord.

5Le deuxième chapitre très bref décrit la gestion de l’Érythrée à la période italienne (les traités entre l’Italie et l’Éthiopie qui ont permis la délimitation des frontières), la période britannique considérée comme une parenthèse et la reprise en main par le Negus en 1949. L’auteur aborde la question de la construction identitaire érythréenne qui se veut nationale et non pas ethnique ou religieuse et qui s’est structurée dans le cadre de la guérilla sous contrôle, principalement, du  FPLE. Le succès du FPLE réside bien dans la mobilisation autour de ce “ rêve national ”, mobilisation à laquelle les femmes ont massivement adhéré. Le FPLE fait en effet partie de ces mouvements de guérilla où les femmes ont joué un rôle important (elles représentaient 30 % des combattants) grâce à une stratégie féministe issue de l’idéologie marxiste-léniniste et prônant l’émancipation des femmes.

6Le troisième chapitre s’intéresse donc plus particulièrement à ces combattantes, aux raisons de leur engagement, à l’impact de cet engagement sur leur vie personnelle et à leur place actuelle dans la société. Dans ce chapitre les analyses de l’auteur se basent à la fois sur les paroles des combattantes et sur leur gestuelle. C’est à partir de cette gestuelle que F. Le Houérou dit déceler une crainte non dite du parti qui se traduirait par “ la toute puissance du FPLE sur les esprits ”, “ la notion de violence à l’intérieur du parti” ainsi que la transformation des femmes (le goût pour le commandement, la perte de la féminité). Il me semble que F. Le Houérou donne ici une interprétation des faits qui ne vient pas seulement de la lecture “ innocente ” des images mais de la connaissance plus générale qu’elle a de la situation érythréenne et du FPLE. Comme d’autres mouvements de guérilla efficaces, le FPLE a totalement pris en main pendant trente ans les combattants et les combattantes à qui il a fournit “ une place, un statut, un combat et une nouvelle famille ” ainsi qu’une idéologie, une vision du monde. Le parti organise tout, contrôle tout et ne laisse aucune place à la liberté individuelle. Les motivations pour rejoindre le front sont diverses : venger un père ou un frère tués, fuir un mariage forcé ou une persécution familiale. La mémoire idéalise cette période du front et tend à en minorer les épreuves. Les valeurs de courage/sacrifice, héroïsme sont évidemment sublimées et totalement intégrées dans l’imaginaire national. Les jeunes combattantes ont ainsi vécu des expériences très particulières qui les démarqueront des femmes ordinaires. De très belles pages abordent le thème de la culpabilité des survivants à l'égard des “ martyrs ”, la difficulté des liaisons amoureuses, le douloureux abandon des enfants confiés aux jardins d’enfant du FPLE. Les années de lutte ont radicalement transformé ces femmes en leur faisant prendre conscience de leurs capacités et beaucoup sont depuis entrées en politique. Mais la réinsertion dans la vie civile n’est pas aisée et beaucoup d’anciennes combattantes sont aujourd’hui divorcées ou célibataires, ont du mal à réintégrer leur famille et ne sont pas considérées comme des “ modèles ” par les autres femmes. Toute la société érythréenne semble d’ailleurs être parcourue par le clivage combattants/civils. Les premiers ont investi l’appareil politique et administratif ; les seconds les domaines économiques ; mais l’alliance des deux groupes dans une même société civile est loin d’être acquise d’autant que le pouvoir reste centralisé et concentré dans les mains du leader Isaïas Afwerki

7Le dernier chapitre décrit les raisons du nouveau conflit : rivalités économiques et commerciales, rancunes historiques symbolisées par la question frontalière, symbole identitaire très fort pour les Érythréens. Derrière ce conflit se cachent d’autres enjeux en particulier la rivalité entre Amharas et Tigréens en Éthiopie. L’auteur indique le profit que les dirigeants tigréens peuvent tirer de ce conflit en renforçant leur légitimité à l’intérieur de l’Éthiopie. Un aspect paradoxal de ce conflit est qu’il est “ national ” et non pas “ ethnique ” puisqu’il oppose la ‘nation érythréenne’ à la ‘nation éthiopienne’. Or l’Éthiopie depuis 1991 a adopté une politique décentralisée ou la représentation politique se fait sur des bases ethniques (oromo, amhara), ces ethnies étant elles-mêmes considérées comme des nations (Salih & Markakis, 1998). À l’inverse, l’Érythrée essaie toujours d’aplanir les différences ethniques même si celles-ci ont tendance à resurgir. Mais c’est toute cette question de l’articulation entre appartenance ethnique, religieuse et nationale qui nécessite d’être approfondie dans cette région du monde

8Ce petit livre très riche traite donc de l’identité nationale érythréenne, fruit d’un processus historique qui selon F. Le Houérou commence avec l’Italie et se construit progressivement en créant de la distinction et donc aussi du stéréotype visant essentiellement à se distinguer de l’Autre, le proche voisin des plateaux abyssins. Il aborde de très nombreux thèmes annexes (la participation des femmes, la vision du pouvoir, le rapport à la guerre, etc.). Comme le dit l’auteur il s’agit “ d’un chantier de recherche ”. L’ouvrage est loin d’être exhaustif (cf. l’absence de toute analyse sur le FLE, sur le clivage musulman/chrétien, Haut Plateaux/plaines, etc.) et beaucoup d’autres aspects de la société érythréenne restent à découvrir.

Haut de page

Bibliographie

SALIH, Mohammed and Makarkis, John (eds), 1998, Etnicity and the State in Africa. Uppsala : Nordiska Afrikainstituted

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Fabienne Le Houérou, Ethiopie-Erythrée. Frères ennemis de la corne de l’Afrique, Paris, l’Harmattan, Les Nouvelles d’Adis, 2000, 160 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 03 décembre 2004, consulté le 19 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2467

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page