Navigation – Plan du site
II. Lectures

Garip Turunç, La Turquie aux marches de l’Europe, Paris : l’Harmatan, 2001, 162 p., tableaux, annexes, bibliographie, préface de Maurice Catin.

Gérard Groc
p. 505-511

Texte intégral

1Les relations entre la Turquie et l'Europe, de la Communauté Économique Européenne du Traité de Rome (1957) à l'Union Européenne du Traité de Maastricht (1993) sont à la fois longues et embrouillées. En effet, premier pays, avec la Grèce, à avoir signé, en 1963, un accord d'association avec le Marché Commun, la Turquie est tout à la fois un ancien partenaire de l'Europe occidentale et un vieux prétendant à l'adhésion, jamais satisfait et toujours éconduit. Et la complexité de ces relations vient précisément de ce qu'au cours de ce long prélude, non seulement les partenaires, les contextes mais les termes-mêmes de l'accord ont forcément évolué, au point que ce qui est aujourd'hui demandé à la Turquie n'est plus ce sur quoi elle avait fondé son projet d'accession à l'Europe. En d’autres termes, le cœur des pourparlers d'adhésion a été soumis aux exigences de paramètres nouveaux qui ont aussi valu comme d'incessants reports d'échéance. Il y a ainsi un perpétuel glissement des perspectives, certes, justifié par la prise en compte des évolutions diverses mais également générateur de nouvelles exigences et de nouvelles frustrations,  dont les décalages successifs alimentent les nombreuses controverses et émaillent un interminable dialogue. C'est ce parcours que le livre de Turunç met en perspective avec, comme articulation centrale, l'accord d'union douanière de 1995, une dernière avancée si proche de l'accomplissement, que l'on se demande bien pourquoi celui-ci n'est toujours pas franchi. Et l'ambiguïté de la situation actuelle consiste en ce que, même si le processus d'élargissement de l'Europe s'est fortement accéléré après cette date et a fini par reconnaître à la Turquie (décembre 1999) le principe d'une accession à la pleine adhésion, c'est néanmoins encore l'accord douanier de 1995 qui continue de gérer concrètement la relation entre les deux interlocuteurs, laissant toujours dans l'expectative les modalités d'une véritable intégration.

2Dans une première partie, l'auteur retrace succinctement l'historique mais aussi les enjeux de cette association, en présentant dans un premier chapitre les termes de l'accord fondateur de l’association de 1963, et dans un second, ceux de l'union douanière.

3Tel qu'il fut conçu, l'accord d'association de 1963 semble reposer sur le dépassement consciemment élaboré d'un déséquilibre, selon lequel, à l'inégalité des échanges entre une Turquie essentiellement spécialisée sur des productions primaires peu transformées (agricole, textile, habillement) et une Europe autrement développée industriellement, doivent répondre des mécanismes compensatoires en transferts de capitaux, tels que le rapatriement du revenu de l'émigration turque en Europe (principalement d’Allemagne; à cette époque, les pays occidentaux sont à la recherche de main d’œuvre) et surtout une aide financière européenne régulière, indispensable à la modernisation de l'économie turque. L'auteur insiste également sur l'affirmation faite à l'époque (p. 26) — elle ne l'est plus forcément aujourd'hui — que la Turquie vaut bien comme une partie de l'Europe. Après une phase préparatoire facilement accomplie, la deuxième phase, dite transitoire, conclue en 1970 avec effet pratique pour 1973, voit s'installer de fortes turbulences. L'analyse qu'en fait Turunç est que l'Europe va d'abord élargir son audience (AELE 1972 puis Accords de Lomé, 1975) dispersant peu à peu ses ressources entre un nombre toujours plus grand d'interlocuteurs aux dépens de la cohérence des actions déjà engagées. Le deuxième fait noté par l'auteur est que l'Europe, dont le point fort fut longtemps la politique agricole commune (PAC), a exercé de fait un filtre protectionniste aux exportations turques, la privant ainsi de ses atouts principaux. Enfin, il note que les aides financières instaurées à partir de 1978 ont très vite été contrées dès 1981 par le veto de la Grèce, devenue à cette date membre européen à part entière. S'il note aussi que cette période est celle du quadruplement du prix du pétrole et donc de l’incapacité croissante de se procurer les ressources financières, peut-être passe-t-il trop vite sur l'impact du véritable enfermement national, voire nationaliste, que constitue l’affaire de Chypre (1964 et surtout 1974), laquelle fut pour beaucoup non seulement la cause de l’isolement diplomatique (et financier) auquel le pays sera exposé de la part de ses alliés occidentaux à partir de 1975, mais aussi celle des errements de sa gestion politique tout à la fin des années 70 (par exemple le gel par la Turquie, en décembre 1976, de ses obligations commerciales envers ses partenaires européens). La cessation de paiement que connaît alors l’État ainsi que le tarissement des sources financières (aide extérieure mais aussi rapatriement des devises des travailleurs émigrés) y trouvent aussi une explication, même si on ne peut oublier qu’avec la fermeture de ses frontières à l’immigration, l’Europe défaisait en 1973 ce dont elle faisait dix ans plus tôt une des compensation au retard du développement turc. Que le système politique, dans un telle situation, n’ait trouvé comme solution que le coup d’État de 1980 et que celui-ci ait encore approfondi une interruption des rapports entre Ankara et Bruxelles (1982-1986) relève aussi, pour une bonne part, des choix politiques internes au régime politique turc.

4Dans le deuxième chapitre, relatif à l’union douanière, Turunç nous expose les zig-zags que va connaître la suite de cette relation. 1986, reprise des relations à l’initiative de Bruxelles et, sur la foi d’un remarquable redressement économique du pays, 1987 : demande officielle d’adhésion de la Turquie (plus de 50 % de ses exportations comme de ses importations se font avec la Communauté Européenne), à laquelle la Commission de Bruxelles répond en 1989 par un refus net. C’est pourtant à partir de ce refus qu’est reprise l’idée d’un prolongement des accords passés, par une union douanière, laquelle constitue bien un pas de plus vers une intégration économique et une suite logique à l’établissement d’une zone de libre-échange ; de fait, cette union douanière, décidée en 1995, entre en vigueur l’année suivante, sans réel retard sur le calendrier originel de l’accord d’association. Mais c’est la suite qui porte à confusion puisqu’on voit le sommet européen de Luxembourg de décembre 1997 refuser globalement ce que son successeur d’Helsinki finira par accepter deux ans plus tard (décembre 1999), c’est-à-dire la perspective d’un plein partenariat de la Turquie à l’Union européenne, à travers le processus de son élargissement. C’est là qu’il faut reprendre dans l’analyse, les glissements de perspective dont on parlait plus haut qui font que l’inclusion de la Turquie à l’Europe n’a plus, en 2001, les mêmes termes qu’auparavant. D’abord, parce qu’avec l’Acte Unique et le Traité de Maastricht, l’idée européenne se fonde désormais sur un avenir d’intégration dans une union européenne que ne lie plus seulement la complémentarité mais le partage des mêmes intérêts. Plus loin, cette union européenne engendre une complexité non seulement des processus d’élargissement mais aussi des réorganisations en termes d’ensembles économiques ou régionaux, dont l’espace méditerranéen est un bon exemple (p. 51 sq) depuis le processus de Barcelone de 1995. L'autre paramètre de l’évolution est la disparition de l’URSS dont l’existence en tant que contre-pôle de l’Occident ordonnait jusque-là la répartition des mondes - la Turquie en était un voisin direct - (p. 48 sq). Concrètement, cela veut dire pour la Turquie que, là où des réserves sont faites sur sa propension à figurer comme un pays pleinement européen et susceptible d’une entière compatibilité avec les finalités européennes (au-delà de sa non-parité économique, les réserves portent sur ses disparités structurelles mais aussi sur ses différences culturelles, religieuses et géographiques, supports principaux de l’avis de refus de 1997), d’autres considérations plus largement géo-politiques voire géo-stratégiques tempèrent ce refus et plaident au contraire pour des liens renforcés avec elle (sens du retournement de 1999), au moins pour ne pas la voir échapper à la mouvance européenne (c’est à dire entrer dans une turbulence conflictuelle Proche-Orient), tout au plus pour lui confier des rôles plus concrètement définis, en termes géo-stratégiques, vers le Proche-Orient, l’Asie centrale, voire vers des interlocuteurs musulmans. Et on sent là toute l’ambiguïté du stade actuel des négociations, où la Turquie se retrouve totalement acceptée dans une proximité que l’on ne veut surtout pas rompre, y compris une proximité économique définie par un accord d’union douanière sur la libre circulation des produits industriels et l’harmonisation des politiques commerciales, mais qui, passant sous silence tout accord de libre circulation des hommes et des capitaux et donc toute éventualité de compensation financière, prend soin de laisser incertaine toute perspective d’intégration finale (l’auteur préfère d’ailleurs parler de “communauté douanière”, p. 55). Et Turunç de conclure : “ la Turquie est membre de l’union douanière européenne sans faire partie des organes communautaires qui en assurent la gestion ” (p. 71). Et encore, précise-t-il, l’accord repousse d’une dizaine d’années la libre circulation en Europe des productions agricoles turques, et soumet les exportations de textile à des quotas protectionnistes. Un bilan plus technique fait par l’auteur (pp. 59-71) nous montre alors, chiffres à l’appui, qu’en fait, l’union douanière défavorise la Turquie car elle la condamne à ne plus rechercher des approvisionnements hors de la zone européenne, qui auraient pu être moins chers et lui procurer en outre le rapport de certains droits de douane. Confrontée à un ensemble économique plus dynamique qu’elle mais dont l’accord d’union douanière l’oblige à accepter pleinement les règles du jeu, elle n’a finalement d’autre ressource que de compter sur sa propre épargne intérieure pour améliorer les conditions internes de sa mutation économique puisque, d’entrée de jeu, l’Union renonce à financer par ses fonds structurels une candidature dont elle estime qu’elle lui coûterait trop cher. Que de différences avec les intégrations antérieures des autres partenaires méditerranéens Grèce, Espagne et Portugal où la commission considérait comme justement de son rôle de prendre à sa charge le coût des mutations structurelles induites par la confrontation de ces développements nationaux avec un ensemble économique tellement supérieur !

5La deuxième partie du livre revêt plus, à nos yeux, la dimension d’un plaidoyer avec, pour question centrale, celle de savoir quel pourrait être le cheminement d’une véritable intégration. Le texte oscille alors volontiers entre des développements généralistes et des développements plus techniques sur tel ou tel point des options retenues. Et le premier chapitre de cette deuxième partie porte d'ailleurs non pas sur la Turquie mais... sur les cas espagnol et mexicain, comme modèles d’intégration économique, dont la valeur heuristique pourrait concerner la Turquie. L’idée principale de ce nouveau chapitre est que, dans le cas d’une intégration régionale entre des partenaires à taux de développement économique inégal, il faut que le plus faible trouve la capacité d’une spécialisation substantielle de son économie, pour devenir puis rester compétitif et crédible face à d’autres organismes économiques spécialisés auprès desquels il doit imposer sa présence. Mais cette idée en impose immédiatement une autre, celle que les premiers moments d’une intégration envisagent aussi le transfert nécessaire de capacités financières vers ce pays plus faible pour qu’il puisse entamer son processus de transformation. Ensuite, il revient au pays lui-même d'équilibrer les tendances contradictoires entre l’optimisation de ses capacités économiques du moment, celles qui facilitent son introduction dans le marché extérieur régional et l’enclenchement d’une restructuration nécessaire qui passe, au contraire, par une modification des modes de production et le dégagement des activités non rentables. Autrement dit, à profiter de la dynamique d’ouverture pour faire tourner à plein sa machine économique, écouler dans une économie désormais déterminée par des flux externes, ses productions compétitives, mais au prix et aussi au risque d’un recours facile à l’emprunt extérieur, à l’inflation et au déficit budgétaire, bref à toute la panoplie d’incitations économiques à court terme mais que menacent tout retournement imprévu de conjoncture (cas de l’Espagne, lorsque les capitaux extérieurs, après avoir courtisé la peseta, se réorientent soudain vers la réunification allemande, laissant à Madrid le soin de régler ses problèmes de remboursement) ou encore tout relâchement de la rigueur politique nécessaire à conserver sa crédibilité auprès de ces financeurs extérieurs (cas du Mexique qui a laissé filer la rigueur face aux premiers succès). La troisième idée est celle du dosage avec lequel il faut alors au pays lui-même gérer les tensions sociales internes qui résultent de cette situation, entre, d'une part, la préférence accordée à la redistribution immédiate des revenus tirés d’une croissance rapide de la production et, d'autre part,  les dangers d'une reconversion industrielle qu’impliquent des rattrapages de productivité sur les critères de concurrence établis à partir d’économies développées beaucoup plus performantes et de rentabilisation des productions, sans lesquelles une parité avec les nouveaux partenaires, et donc une pleine intégration, ne sera jamais atteinte.

6À la recherche des "enjeux de l'intégration", l'auteur divise son dernier chapitre en deux parties, l'une consacrée à ce que veut l'Union Européenne, l'autre à ce que peut la Turquie pour y parvenir. Son propos y devient plus difficile à suivre car il alterne alors de grandes considérations philosophiques sur la finalité de l'Europe avec des arguments plus techniques, sans que n'apparaissent forcément la continuité entre les deux. Ne retenir de l'Europe qu'un rôle civilisateur (son rôle traditionnel en tant que pôle des valeurs — âme européenne —, sa responsabilité, opposer une Europe d'ouverture à une Europe routinière, égoïste et avare) finit par mélanger l'utopique et le normatif. On est un peu surpris de voir défini de manière stricte ce que doit vouloir l'Europe, à savoir dans des termes très généraux, la consolidation de la paix par la prospérité et la solidarité à l'exclusion "d'autres critères et d'autres finalités" (p. 96). Non que cette interrogation ne soit pas légitime mais elle revient à confondre ce que l'Europe est  et ce qu'elle devrait être, et passe sous silence, à l'égard de la Turquie, une approche pourtant moins altruiste qui est d'utiliser ce pays en termes sécuritaire et géostratégique. De même, on note cette sévérité de l'auteur quant à la tolérance avec laquelle l'Union européenne abandonna sa pression sur une Autriche glissant vers la xénophobie ("C'est la démocratie et le respect des droits de l'homme qui fondent l'appartenance à l'Europe", p. 98) sans que, par la suite, la situation de la Turquie, qui pourtant mérite qu'on s'arrête sur ce point, ne fasse l'objet d'un développement plus approfondi. Plus généralement, il est difficile, pour le lecteur mais aussi pour l'auteur lui-même, d'établir un lien concret entre cette aspiration à une utopie européenne (le projet d'Attali d'une Europe à la carte) et la réalité des phases politiques de sa construction dont on sait, et l'auteur le dit lui-même à propos des réunions postérieures à celle d'Helsinki, que l'union ne sait pas procéder hors de l'adoption pragmatique de mesures minimalistes dont le seul avantage est de faire l'objet d'un consensus lui aussi minimal mais qui garantit une démarche plus lente mais réelle. L'auteur s'étend aussi trop longuement sur  l'utilisation européenne envers la Turquie de la restriction culturelle, parce que la Turquie est musulmane. C'est vrai que cet argument a été utilisé mais, depuis le règlement de la question bosniaque, il est fort heureusement dépassé et ne conditionne plus autant les considérations émises à l'encontre de la Turquie. Face à cela, deux séries de chiffres nous ramènent à du concret  (p. 76 reprises p. 109) : d’une part, l’élargissement en cours de l’Union européenne dépasse en proportion largement les précédents puisque l’entrée dans l’Union européenne des 13 pays actuellement candidats représente, pour l'Union, une augmentation démographique de 45 %, spatiale de 60 % mais économique de seulement 13 % (production intérieure brute). Et, à elle seule, la Turquie vaut pour presque moitié de ces chiffres, avec une incidence démographique de 17 %, spatiale de 27 % et économique de 5,5 % ; si l'on ne retient que la première vague de l'élargissement (Estonie, Hongrie, Pologne, Slovénie et Tchéquie), elle égale le bilan réuni de ces cinq premiers futurs adhérents. On comprend alors que le coût de la seule intégration turque est, en comparaison, très lourd et qu’on y regarde à deux fois.

7La dernière partie de cette étude sur l’intégration est consacrée aux besoins de la Turquie dans ce domaine et à sa capacité de changement sur laquelle l’auteur est assez pessimiste. Deux points font l’objet de développements : l’inflation et les réformes structurelles. L’analyse de l’inflation s’attarde sur le déséquilibre du financement public et surtout ce que l’auteur appelle les activités quasi fiscales du système bancaire, c’est à dire la demande faite à celui-ci de financer autant le déficit budgétaire que les entreprises publiques ou l’administration en se pliant aux injonctions des choix gouvernementaux. Réalisant lui-même la création monétaire, le système bancaire semble se nourrir en fait de cette rente sur l’État dans un rapport quasi exclusif qui mêle dans une “grande opacité” les intérêts privés et publics (p. 126). La crise économique récurrente qui touche la Turquie depuis un an en est une démonstration éloquente, contre laquelle restent impuissants les avertissements-mêmes du nouveau ministre de l’économie, K. Dervis. L’auteur formule là, d’ailleurs, une hypothèse tirée de son évocation du cas mexicain : à savoir l’effet bénéfique d’un ancrage de l’économie à une monnaie stable, l’euro, qui aurait pour avantage d’obliger l’État turc à une définition claire de sa stratégie économique. Cette critique sévère en termes d’orthodoxie monétaire contre une inflation à deux et parfois à trois chiffres sur les vingt dernières années omet néanmoins de mentionner les bénéfices qu’ont tiré de cet état de fait les exportations turques et l’acquisition par la Turquie de sa place actuelle dans le marché mondial. Quant aux réformes structurelles, la critique faite par l’auteur est en quelques sortes une illustration de la réserve européenne : l’auteur énonce trois domaines auxquels il adjoint une illustration, sur couvert de la question kurde. À propos du premier, on y apprend que la Turquie mène encore aujourd’hui, en complet décalage avec l’évolution suivie par ses pairs européens, une subvention massive de son agriculture et une surévaluation des prix intérieurs (+ de 50 % au dessus des prix mondiaux), ce qui en alourdit la charge sur l’économie nationale. Au sujet d’une stratégie d’industrialisation, l’auteur reprend l’argument de la nécessité d’une spécialisation rapide de la Turquie à partir de ses dotations productives immédiatement mobilisables qu’accompagnerait une amélioration de sa capacité technologique et de son accès aux connaissances car, dit l’auteur, dans un avenir inéluctable tous les producteurs spécialisés auront  à délocaliser eux-mêmes leurs capacités productives et à assurer pour cela le transfert vers d’autres, de leurs compétences. Pourtant il estime lui-même cette capacité d’adaptation assez faible. Plus loin, une critique assez vive accompagne le troisième point qui est celui des ajustements institutionnels à propos desquels l’auteur stipendie la faible capacité turque à adapter les institutions aux mutations et au progrès, sachant qu’une telle tâche est du ressort de l’État. Enfin, à l’occasion d’une évocation de la question kurde où il note qu’un règlement de l’activisme du PKK ne vaut pas règlement de la question kurde en général, l’auteur renouvelle son credo dans l’enrichissement que constitue la diversité et dit clairement qu’une affirmation nationaliste en termes d’unité est synonyme d’appauvrissement.

8Assurément, un livre qui permet de nombreuses interrogations.

9Ajoutons que ces derniers temps plusieurs livres ont paru sur le sujet parmi lesquels nous signalons :

10Insel (dir), La Turquie et l’Europe, paru aussi chez l’Harmattan en 1999 et sous la direction de D. Billion, La Turquie et l’Union Européenne après le sommet d’Helsinki, édité par  l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) à Paris en 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « Garip Turunç, La Turquie aux marches de l’Europe, Paris : l’Harmatan, 2001, 162 p., tableaux, annexes, bibliographie, préface de Maurice Catin. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 03 décembre 2004, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/2470

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page