Navigation – Plan du site
II. Lectures

Jean-Robert Henry et Gérard Groc (dir.), Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil. Une réflexion franco-allemande, Paris, Karthala-IREMAM, Paris, 345 pages.

Ahmed Mahiou
p. 512-514

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la suite des travaux menés par l’équipe de recherche de l’IREMAM qui travaille sur la Méditerranée. Il  comporte une vingtaine de contributions ayant pour mission de couvrir différents aspects de l’action méditerranéenne de la France et de l’Allemagne, pour s’interroger sur leurs objectifs et leurs éventuelles articulations et savoir finalement dans quelle mesure il y a bien des politiques précises et si elles se complètent, se concurrencent ou sont indépendantes. Comme l’indique le long titre de l’ouvrage, il y a un fil directeur pour orienter les contributeurs dont les disciplines et les angles d’approche sont variés, celui de la dialectique entre les logiques étatiques dominantes et la tentative d’émergence d’un espace civil. Pour mieux structurer cette réflexion franco-allemande, trois parties sont respectivement consacrées aux usages de l’histoire (pp. 21-119), aux équilibres régionaux et enjeux étatiques (pp. 125-220) et à une interrogation sur les  opportunités susceptibles de s’offrir pour les nouveaux acteurs (pp. 224-313) ; une partie annexe est jointe avec trois documents illustrant la stratégie méditerranéenne de la France et de l’Allemagne (pp. 317-341).

2À l’instar de tout ouvrage collectif, il est malaisé d’en rendre compte de façon satisfaisante ; en effet, même si elles n’ont pas la même portée ou ampleur, chacune des vingt contributions aurait mérité d’être discutée, mais cela donnerait une dimension excessive au compte-rendu, y compris en se limitant à un très bref commentaire. Quitte à ne pas rendre justice à chacune, on se contentera donc d’indiquer globalement les mérites de l’ensemble avant de faire quelques autres observations pour les besoins de la discussion.

3Le principal mérite de l’ouvrage est d’être, à ma connaissance, le premier à se livrer à un examen comparé de la politique méditerranéenne de deux pays très influents dans les relations internationales et déterminants dans la sphère européenne et méditerranéenne, surtout au moment où l’Europe s’efforce de se doter d’une politique à l’égard de la Méditerranée. Le second mérite est de prendre du champ et du recul pour saisir et comprendre les deux politiques en question ; d’où le recours à l’histoire qui montre à la fois leurs permanences et leurs évolutions, leurs oppositions et compétitions ou leurs relatives  complémentarités en liaison avec les intérêts nationaux, les stratégies régionales et les enjeux internationaux qui les sous-tendent, élargissant mais aussi compliquant les perspectives. À cet égard le xixe siècle, avec les fameuses et énigmatiques “question d’Orient ” et “question balkanique ”, est privilégié, car il est serait hasardeux de remonter plus loin tant les enchaînements historiques et logiques peuvent aller jusqu’aux croisades. Il est vrai que les héritages du passé pèsent d’un grand poids sur les perceptions et comportements des différents partenaires du jeu méditerranéen, même s’ils ne les y enferment pas. Le troisième mérite de l’ouvrage est de mettre en valeur l’articulation de tous ces éléments avec les desseins et ambitions de l’Union européenne dont la déclaration de Barcelone, adoptée en 1995, n’est sans doute qu’une première approche appelée à se transformer du fait de toute une série de facteurs et contraintes internes ou externes à l’Europe. Enfin, le quatrième mérite est de tenir compte de l’actualité et de jeter un coup de projecteur sur l’émergence, timide mais réelle, d’autres acteurs que les États que l’Europe encourage et que les pays du rivage sud sont tenus d’accepter au nom de la démocratisation et de la nouvelle thèse de la gouvernance qui sont désormais l’aune à laquelle on soumet les relations entre le Nord et le Sud.

4Si ces mérites et d’autres sont incontestables, ils soulèvent en même temps quelques interrogations sur le champ couvert et la portée de la démonstration. Alors que le couple franco-allemand est sensé constituer le fil directeur de cette cohérence, il interfère naturellement avec d’autres partenaires dont le sort n’est pas clairement défini dans l’ouvrage. Bien que ces partenaires soient présents à des titres divers dans une ou contribution ou l’autre, le problème se pose de savoir quelle place leur faire exactement dans l’approche sans dévier de l’objectif. Les éditeurs ne retiennent que deux d’entre eux, la Turquie et l’Égypte, sans peut-être suffisamment expliquer ou justifier ce choix, et l’on peut se demander pourquoi tel autre partenaire méditerranéen ou non méditerranéen (notamment l’Angleterre, les États-Unis et l’URSS puis la Russie) n’est pas pris en considération ; en centrant spécialement l’intérêt sur la relation franco-allemande, l’approche présente certes l’avantage de délimiter son propos et de cerner son sujet pour mieux l’approfondir, mais elle sous-estime alors le poids des autres acteurs, particulièrement les États-Unis ; cet examen de leur politique aurait pu trouver une juste place dans la seconde partie relative aux équilibres régionaux et enjeux étatiques, plus que jamais influencés par l’intermédiaire de cette grande puissance en Méditerranée.

5On peut également regretter que l’aspect économique soit le parent pauvre, au point de n’être représenté que par deux contributions, alors que cette variable demeure incontournable et se situe d’ailleurs au cœur non seulement de la compétition franco-allemande dans la volonté de maintien ou de conquête des marchés, mais du projet de zone de libre-échange sur lequel repose tout le projet de Barcelone. Bien que l’histoire et la science politique soient mobilisées à juste titre pour décortiquer les deux politiques étatiques et leurs interférences, la sous-représentation de la dimension économique fait que les enjeux de puissance apparaissent parfois abstraits et éloignés de préoccupations sans lesquelles les explications de politiques publiques risquent de rester à l’état de modèle qui satisfait davantage l’esprit que les exigences de la réalité. Il est vrai que, pour couvrir cet aspect du problème, il faut bénéficier de l’apport de chercheurs spécialisés à la fois en économie et dans le champ du monde méditerranéen ; or, ces spécialistes se font rares et l’on ne peut que déplorer l’insuffisance ou l’absence d’effort des institutions universitaires et de recherche pour encourager une telle spécialisation au moment où précisément le partenariat euro-méditerranéen le requiert.

6Ces petites réserves n’entachent en rien les mérites précédemment soulignés de l’ouvrage ; la qualité et l’intérêt de la réflexion menée nous font souhaiter que celle-ci se poursuive encore et débouche sur d’autres publications qui viennent enrichir l’examen et l’évaluation périodiques des actions méditerranéennes. On terminera ce bref compte-rendu par un vœu un peu plus personnalisé. Jean-Robert Henry a beaucoup écrit (plusieurs dizaines d’articles) de façon originale et intéressante sur la Méditerranée depuis plusieurs années, en apportant dès le départ beaucoup des intuitions et éléments d’analyse qui sont rentrés maintenant dans le débat méditerranéen au point d’être banalisés. Il est temps qu’il rassemble tout cela dans un ouvrage d’ensemble qui mette en perspective ses réflexions et suggestions ; je suis sûr que cela ne manquera pas de constituer un apport marquant pour tous ceux qui se préoccupent du présent et de l’avenir de la mare nostrum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ahmed Mahiou, « Jean-Robert Henry et Gérard Groc (dir.), Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil. Une réflexion franco-allemande, Paris, Karthala-IREMAM, Paris, 345 pages. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 03 décembre 2004, consulté le 24 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2471

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page