Navigation – Plan du site
Lectures

R.-P. Gayraud (dir.), Colloque international d'archéologie islamique, IFAO, Le Caire, 3-7 février 1993, Paris, Publications de l'IFAO, Textes arabes et études islamiques 36, 1998, 460 pp.

Gabrielle Démians d'Archimbaud
p. 330-335

Texte intégral

1L'initiative prise par l'IFAO de réunir dès 1993 un premier colloque international d'archéologie islamique - une table ronde élargie, en fait, selon le souhait de son concepteur et maître d'œuvre, Roland-Pierre Gayraud - concrétise les mutations rapides en train de se développer dans ce secteur de la recherche, comme ce fut le cas un peu antérieurement en Occident. Après des recherches pionnières mais restées longtemps isolées ou dispersées, voire même non publiées, sur des sites le plus souvent d'importance majeure, l'on assiste aujourd'hui à un renouvellement des problématiques et des moyens d'approche, dans des perspectives où la part de l'archéologie de terrain et l'histoire devient prépondérante. Les multiples travaux entrepris dans l'ensemble des terres islamisées, du Proche ou du Moyen-Orient à l'al-Andalus ibérique, ouvrent ainsi la voie à des enquêtes de plus en plus précises dont ce colloque enfin paru, hélas après le décès de trois de ses membres principaux : M. Meinecke, W. Kubiak et J.-M. Pesez, voulait rendre compte. Dressant ainsi un premier état des recherches, il pose aussi des jalons pour l'avenir, pour la croissance de cette discipline en pleine évolution dont les résultats intéressent aussi bien les spécialistes de ces régions que les médiévistes travaillant dans le monde méditerranéen, au sens le plus large.

2Les vingt-trois communications rassemblées concernent ainsi de multiples champs de recherche : la céramique bien sûr, dans cinq participations spécifiques que complètent encore, et parfois très largement, les données présentées dans d'autres sections dont celles concernant les territoires ou les routes et les échanges qu'elles autorisent ; l'architecture, essentiellement palatine, représentée ici par les études fondamentales consacrées à des sites tels que ceux de Murcie, de Raqqa et de Samarra, en un rapprochement significatif des tendances affirmées dans ce colloque ; les territoires et leur organisation politique comme socio-économique : thème illustré par six études centrées essentiellement sur les régions occidentales ou l'Égypte ; les routes et les échanges, où un exposé sur les quatre de cette section concerne précisément les voies de communication en Irak, les trois autres s'attachant davantage à la diffusion des productions céramiques, de Pise à l'Égypte ; la ville enfin, abordée dans cinq exposés particulièrement importants, sur des sites ou des régions allant de Samarkand à Alexandrie, dont le dernier - et non le moindre - fut dévolu aux fouilles en cours à Istabl 'Antar : fouilles dont la visite fut l'un des moments forts de ce colloque. Des perspectives croisées s'ouvraient ainsi, en même temps que se réalisait une moisson sans doute inégale mais toujours suggestive de données couvrant de larges problématiques, dans un effort de synthèse y compris géographique tout à fait remarquable. Si l'Égypte et les territoires proches restent dominants dans ce cadre, de façon logique, ils servent aussi, en quelque façon, de pivot entre les deux groupes de communications centrés, de façon presque égale, l'un sur les mondes plus orientaux dont l'Irak et l'Iran, l'autre sur les terres occidentales intégrées à juste titre dans ces recherches comparatives malgré la modestie apparente des vestiges mis au jour. La tentative n'était pas sans risque ; les acquis obtenus dans cette confrontation thématique comme méthodologique montrent son intérêt et son utilité, en ce moment où se multiplient les recherches archéologiques.

3Dès l'examen des données céramologiques présentées dans la première section, l'on se trouve confronté aux problèmes posés par l'accumulation des matériels provenant des fouilles anciennes ou récentes réalisées à Fostat ou au Proche-Orient comme aux tentatives entreprises, en Italie surtout, pour classifier les productions retrouvées dans les fouilles ou conservées comme décor dans l'architecture des Xe-XIe siècles. Différentes méthodes d'approche s'imposent ainsi, où la part des analyses minéralogiques ou pétrographiques se révèle précieuse bien que, par force, toujours insuffisamment développée. Des distinctions se précisent cependant entre les pièces éventuellement faites en Sicile ou dans le Maghreb proche, comme le suggère F. D'Angelo, de même que les productions issues des ateliers travaillant les argiles de la vallée du Nil sont désormais mieux identifiables. La présentation par G. T. Scanlon de l'important matériel glaçuré ancien de Fostat est particulièrement utile : elle autorise en effet des identifications précises, techniques comme chronologiques, de ces céramiques engobées, au décor parfois polychrome et couvertes d'une glaçure au plomb, dont l'apparition aurait lieu dès le début du VIIIe siècle. La mise en évidence de ces premières formes et de leur développement progressif jusqu'au XIe siècle est un apport essentiel. Il est complété encore par les collectes réalisées dans les dépôts de Fostat ou à l'occasion de fouilles déjà anciennes par A. R. Abdel Tawwab et I. Abdel Rahman. Une réflexion novatrice s'esquisse d'autre part en Jordanie, avec le travail de J. Johns sur les céramiques à décor géométrique faites sans l'aide de tour, trouvées dans la région du Bilâd al-Shâm. Ce matériel bien caractérisé et assez largement diffusé, en particulier aux XIIe-XIIIe siècles, rappelle, comme le souligne l'auteur, la nécessité de ne pas se limiter à l'étude des productions de luxe qui représentent moins de 5 % du total, en général, alors que quantité de questions d'ordre technique et surtout historique peuvent être posées à partir de ces données trop souvent abandonnées : la démonstration est ici convaincante, bien que l'on puisse s'interroger sur le caractère " commun " de ces céramiques au faciès soigné.

4Avec l'étude de l'architecture palatine, l'on aborde évidemment l'un des domaines majeurs de l'archéologie islamique. La confrontation entre les données obtenues à Murcie, sous l'action de J. Navarro Palazon, et celles résultant de l'étude des grands palais orientaux pouvait être risquée compte tenu de l'ampleur relative des vestiges. Elle présentait cependant le double intérêt d'ouvrir ce colloque aux recherches concernant l'al-Andalus et surtout à une archéologie de terrain bien conduite et exploitée aussi complètement que possible, au plan de l'architecture comme du décor et, bien entendu, des sources documentaires. La fermeté de l'analyse est remarquable. Elle donne beaucoup de force aux observations de l'auteur, bien informé de l'évolution de l'art de bâtir dans sa propre région comme dans les terres maghrébines proches au cours du XIIe siècle, période à laquelle il rattache avec vraisemblance le temps de pleine activité du palais avant sa transformation puis sa démolition partielle au siècle suivant. L'hypothèse présentée conduit donc à une construction antérieure à 1145 et amplifiée à l'époque de l'émir Ibn Mardanîs, faisant de cette œuvre un témoignage représentatif de l'architecture de prestige nécessaire à l'activité du pouvoir almoravide en cette région. L'on change évidemment d'échelle avec les synthèses mises au point sur les sites de Raqqa (M. Meinecke) et de Samarra (A. Northedge). La première constitue, comme le souligna l'auteur, un véritable tour de force compte tenu de la complexité et de l'étendue des problèmes posés par le développement de la cité islamique, encore mal connue en bien des points malgré son ancienneté et sa célébrité. Le bref rapport présenté réussit cependant, en quelques pages, à donner une vision claire de la progression des recherches sur ce site, tout en précisant les concepts géométriques qui furent sous-jacents aux différentes phases de cette architecture et de ses décors de stuc, comme le suggèrent les études récentes. Les mises au point effectuées ainsi, les hypothèses avancées et les multiples comparaisons signalées ouvrent la voie à bien des recherches, concernant aussi bien la transition qui se dessine entre les périodes omeyyade et abbasside que les commanditaires et les réalisateurs de ces vastes programmes, témoins d'une pensée véritablement impériale. Plus aisée peut-être dans sa conception centrée essentiellement sur l'analyse du plan du palais de Samarra, l'étude de A. Northedge recèle autant de précision dans la documentation que de clarté et de prudence dans ses interprétations. La sûreté de l'information se perçoit dans la présentation des différentes parties du ou des monuments, appuyée sur des plans d'une grande lisibilité, y compris pour le palais nord mis en évidence par l'auteur lui-même. Les conclusions qui en découlent, bien que présentées ici rapidement, conduisent, avec l'aide des textes, à une nouvelle définition des fonctions et de la chronologie de ces deux palais et de leur environnement. L'on apprécie par ailleurs le soin apporté à la mise en forme de l'appareil documentaire qui fait de ce dossier un véritable travail de référence.

5Les sections III et IV de ce colloque étaient, on l'a dit, centrées sur l'organisation des territoires et l'aménagement des routes, donc des échanges. Il est révélateur que la plupart des communications aient concerné ici, en particulier dans le premier cas, les pays de la Méditerranée occidentale ou l'Égypte. Sans doute faut-il mettre à part le texte rédigé par Mme Barrucand - le seul concernant les régions algériennes restées par trop absentes de ce congrès : les prospections commencées dans le Gourara-Touat, cette ligne d'oasis conduisant vers l'Afrique noire, auraient pu s'intégrer dans l'approche des voies transsahariennes. Mais l'orientation affirmée vers l'étude de l'architecture religieuse insérée dans ces qsûr découverts par centaines, conduit à d'autres analyses où la part des techniques et de la typologie devient grande, en utilisant les ressources de l'analyse monumentale. Plusieurs communications concernent en revanche l'Espagne et la Sicile. A. Bazzana, familier du peuplement rural dans l'al-Andalus en particulier valencien, présente ainsi une solide et ample synthèse sur le hisn et son rôle dans l'organisation de la société ; le développement des recherches historiques comme de l'archéologie extensive autorise maintenant des nuances et des problématiques diversifiées, ainsi qu'une approche plus fine des variantes chronologiques qui purent exister selon les régions - les rapports avec la ville étant maintenant à l'étude. J. Zozaya établit pour sa part un vaste tableau de la périodisation de l'implantation islamique en Andalousie : le rapprochement sans cesse fait avec les données archéologiques maintenant reconnues, entre le VIIIe et le Xe siècle, conduit à une utile clarification des données, y compris bibliographiques. Les travaux effectués en Sicile ouvrent vers des périodes un peu plus tardives. A. Molinari étudie avec compétence et subtilité les effets de la conquête normande sur la Sicile islamique. Ce choix lui permet, sur la base des données de fouilles, de dresser un large tableau des évidences reconnues aussi bien dans le domaine céramologique (ici compliqué par les analogies ou les échanges avec l'Ifriqiya proche, au moins jusqu'à la " latinisation " des productions) et d'aborder ensuite l'étude des habitats ruraux et de leurs cimetières. La mutation qui semble se produire, avec le passage de petits villages ouverts à des sites de hauteur bientôt fortifiés, trouve sa confirmation dans l'étude des structures complexes de Calathamet et surtout de Ségeste dont la fouille était encore en cours au moment du colloque. S'il faut ainsi compléter les données présentées par des apports plus récents, la bibliographie citée et la compréhension des problèmes historiques montrée par l'auteur rendent ce texte aussi utile que suggestif. La communication de J.-M. Pesez le prolonge et le complète en quelque sorte, en insistant sur la période dite " arabo-normande ", dans l'architecture en particulier, et en reprenant, parmi d'autres, l'analyse du site de Calathamet, villageois comme bientôt castral : sa réflexion sur le devenir de cette culture savante et complexe en montre la longue influence dans ce cadre insulaire cependant soumis bientôt à d'autres dominations. De telles études de terrain restent rares en revanche plus à l'Est. Seule, S. Bjôrnesjô a ainsi tenté de présenter une approche globale d'une part de la Moyenne Égypte, à partir des textes comme des données archéologiques, anciennes ou récentes. De multiples perspectives de recherche apparaissent ainsi, conduisant à des problématiques intéressantes ; mais les destructions parfois irrémédiables rendent le travail difficile et parfois incertain, en l'absence d'une prospection systématique de l'espace et du soutien de nouvelles fouilles sur quelques espaces bien choisis.

6Les circuits commerciaux, ou au moins de circulation, existant entre ces différents mondes, peuvent être éclairés par les transports de marchandises, dont la céramique reste un témoin privilégié. Le cas exemplaire de Pise le prouve une fois de plus avec l'étude du matériel glaçuré et décoré, retrouvé dans les fouilles de la Piazza Dante, qui complète heureusement ce que l'examen des bacini laissait déjà percevoir (G. Berti, avec les analyses minéralogiques de T. Mannoni). La répartition périodisée et quantifiée des importations issues d'Égypte, d'Espagne-Maroc ou de Tunisie-Sicile indique des apports, certes limités mais précoces, venus de la vallée du Nil au cours des Xe-XIe siècles : l'on peut se demander en outre si l'examen des productions communes n'enrichirait pas ce tableau et ne préciserait pas les possibles voies de transmission. Les travaux similaires tentés sur les matériels accumulés à Alexandrie (V. François) et à Fostat (W. B. Kubiak) soulignent la diversité des approvisionnements de ces grandes cités cosmopolites. Parmi les plus intéressants, il faut noter les apports venus d'Égée et de Méditerranée orientale, trouvés dans ces deux villes et dont l'étude de W. Kubiak précise bien les difficultés d'interprétation ; l'on dispose ainsi d'une réflexion approfondie sur l'un des problèmes les plus discutés aujourd'hui de la recherche céramologique en ces régions, l'un des rares cas également où l'on puisse percevoir des transferts de modèles et de technologies se faisant du nord christianisé vers le sud islamique. Clôturant cette section, la recherche d'A. Rougeulle est la seule à aborder concrètement le tracé d'un réseau routier en Irak médiéval : travail difficile, peu éclairé par les textes, où les routes de plaine durent tenir compte des variations du réseau hydrographique autant que du problème constant du franchissement des rivières par des ponts de bateaux ou de pierre, les étapes se faisant dans des caravansérails aux dimensions parfois imposantes ou, pour les routes du désert, dans des structures groupées autour des points d'eau et protégées par des fortins aux fonctions défensives autant que, peut-être, de prestige... Une telle approche aurait pu être utilement mise en parallèle avec l'étude de D. Whitcomb sur la région de 'Aqaba, qui fait partie de l'ultime section de ce volume.

7Consacrée aux villes et en particulier à Alexandrie (M. Rodziewicz), au Caire fatimide (P. Speiser ) et à Fostat (R.-P. Gayraud), cette section intègre aussi dans une perspective intéressante d'ouverture vers l'Est deux études sur Samarkand (F. Grenet, C. Rapin) et sur les cités de la bordure occidentale de l'Arabie (D. Whitcomb). Cette répartition souligne la progression des recherches de terrain dans ces zones restées longtemps difficiles d'accès. Elle introduit également des données multiples, dans une féconde diversité d'approche. L'analyse de l'ancienne Samarkand, de sa topographie et de ses quartiers artisanaux comme de son centre politique et religieux et de ses moyens de défense amplifiés encore au XIIe siècle, en est un exemple solide et brillant autant que suggestif. Il en est de même de l'étude environnementale de l'ancienne 'Aqaba, replacée dans son contexte régional dominé par la présence des sites de 'Ayla, Qurh, Médine et La Mecque, et donc traversée par des routes de pèlerinage essentielles comme l'était son rôle politique et économique. Face à ces données, la connaissance des cités égyptiennes du Delta a elle-même largement progressé. Non sans difficulté, comme le rappellent tous les exposés et comme le montre, en particulier, le " puzzle " du Caire fatimide, d'autant plus méritoire. Mais l'accumulation des travaux réalisés à Alexandrie autorise une synthèse précise : la transformation de l'ancienne cité en une ville médiévale complexe, architecturalement comme économiquement et artistiquement, présente des phases successives dont les caractéristiques apparaissent avec clarté, jusqu'au déclin de la fin du XIVe siècle. L'on retrouve le même souci dans l'exposé présentant les fouilles des deux madrasa-s du Caire et surtout dans celui synthétisant les travaux en cours sur le plateau d'Istabl 'Antar à Fostat. Il était bon que ce beau volume se termine par le rappel de ce qui constitue l'expérience archéologique majeure poursuivie depuis 1984 sur la ville arabe et en énonce les principaux apports, du VIIe au XIIe siècle : l'abondance et la diversité des découvertes, leur stratification et leur chronologie bien mises en évidence, la qualité des interprétations et la documentation jointe rendent ce texte très utile, en l'attente de la publication définitive des résultats.

8Et c'est sur ce point peut-être qu'il convient d'insister, en conclusion. La masse documentaire rassemblée, dans des régions et des orientations très différentes, donne, au non-spécialiste comme au chercheur confirmé, une vision globale des travaux en cours dans cette archéologie en rapide renouvellement, et une large base de réflexion, en particulier historique. Il était important que cet apport soit complété par un appareil documentaire bien étayé, dans chaque cas. Et il faut remercier le responsable de ce colloque d'avoir su faire de cet ouvrage, par les collaborations acquises comme par le soin apporté à la publication, un véritable outil de travail adapté à un large public, en espérant avec lui que cette initiative pourra se poursuivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Démians d'Archimbaud, « R.-P. Gayraud (dir.), Colloque international d'archéologie islamique, IFAO, Le Caire, 3-7 février 1993, Paris, Publications de l'IFAO, Textes arabes et études islamiques 36, 1998, 460 pp. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2677

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page