Navigation – Plan du site
Lectures

André Raymond, La ville arabe, Alep à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles), Damas, IFEAD, 1998.

Sylvie Denoix
p. 337-340

Texte intégral

1Les responsables de l'Institut français de Damas ont eu la bonne idée de publier un ensemble d'article d'André Raymond sur les villes arabes à l'époque ottomane, dont un inédit. S'il n'est pas nécessaire de rappeler quel spécialiste de l'histoire des villes est André Raymond, dresser une liste de ses travaux comme cela est fait dans ce livre (pp. 11-20) est en revanche un travail fort utile. Cette liste nous rappelle que ses premières études, à l'époque où il était fellow au St Antony's College, portaient sur la Tunisie ottomane. Cet effort d'élaboration de la connaissance sur la Tunisie s'est poursuivi, en parallèle avec l'ouverture du terrain égyptien, plus central dans l'œuvre du chercheur.

2Les dix-neuf articles présentés ici ne sont pas rangés selon l'ordre chronologique de leur publication mais selon une progression qui souligne à quel point le travail poursuivi par André Raymond constitue une œuvre. Au fil des années (le premier article - " Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l'époque ottomane " - date de 1975), A. R. a construit la connaissance que l'on a désormais sur les villes arabes de l'Empire ottoman. D'une part il a élaboré un savoir positif et établi des faits : sur la voirie, les zones de résidence, la population, les activités, les waqfs, les rapports ville-campagne... Le plus souvent l'étude est comparatiste ; un comparatisme interne aux villes des provinces arabes de l'Empire ottoman : Le Caire, Alep, Tunis. D'autre part, il a organisé une réflexion portant à la fois sur son objet et sur la manière dont ses prédécesseurs avaient pu l'aborder. Quel type de ville étaient les cités ottomanes ? Et quels écrits, qualifiés parfois de mythes, ont-elles suscités ? C'est par ces articles de la maturité, prenant du recul avec son champ disciplinaire, qu'ouvre l'ouvrage. Le premier présenté ici, publié initialement en 1995, est intitulé " Ville musulmane, ville arabe : Mythes orientalistes et recherches récentes ". A. R. y retrace, depuis les travaux pionniers de William Marçais (1928) pour le Maghreb et de Jean Sauvaget (1934) pour le Machrek, la conception que les orientalistes, principalement français, se sont fait de la ville musulmane (y compris avant l'époque ottomane). Tout d'abord l'islam fut, dans ces travaux, le référent premier, y compris pour les situations les plus profanes. Ensuite, l'Antiquité fut considérée comme un référent, aune à laquelle les villes musulmanes ne pouvaient pas être évaluées positivement. Autre comparaison enfin, celle avec les villes médiévales occidentales, où les pouvoirs locaux avaient mis en place des institutions dont on ne trouve pas trace en terre musulmane. Représentation, enfin, des orientalistes de la première heure : celle de la ville musulmane parasite, n'ayant rien à voir avec la campagne environnante (Weulerse, 1946). Toutes ces théories aboutirent à une conception négative de la ville musulmane, conception négative et intemporelle, la "ville musulmane" étant immuable.

3Après cette présentation critique de nos ancêtres, A. R. voit une rupture épistémologique en 1957, avec les travaux de Gibb & Bowen, confirmée dix ans plus tard avec ceux de Lapidus. Il s'agit désormais d'étudier le monde musulman (et ses villes) avec les outils forgés par les disciplines des sciences humaines (histoire économique (Cahen), géographie (Wirth), histoire de l'art (Grabar)...) et non plus grâce à des connaissances uniquement philologiques.

4Après cette étude critique, A. R. ne craint pas de se jeter dans l'arène et donne sa propre définition de la ville arabe. Il a tout d'abord la prudence d'historiciser le débat : il se limitera à l'étude de la ville des XVIe-XVIIIe siècles. Point de ville musulmane, donc, sauf à dire que les musulmans y résident. Un des premiers traits est ce que les anglo-saxons appellent le zoning, " une séparation très marquée des fonctions économiques et des fonctions résidentielles " : le commerce de gros, de détail, les fonctions d'entrepôt dans les caravansérails se trouvent au centre de la ville où est aussi la mosquée principale et donc les fonctions de culte et d'enseignement. Autour, seraient les fonctions résidentielles, avec le petit commerce de proximité. Le réseau viaire est à l'image de cette double organisation : au centre, de grands axes menant vers les portes ménagent un espace "public" ; dans la zone résidentielle, les rues sont plus étroites, le réseau se termine souvent en impasses ; il s'agit d'un espace plus "privé". Cette organisation de la ville se renforce avec une répartition des activités : les plus riches et les plus spécialisées au centre et les plus polluantes à la périphérie. Ce principe permet de mesurer l'expansion urbaine avec le déplacement d'industriels polluants.

5Ces notions d'" espace public " et d'" espace privé ", A. R. les a fouillées dans un article initialement publié en 1989 et qui est toujours une référence pour les chercheurs s'interrogeant sur cette épineuse question. A. R., on l'a vu, a établi que les grandes villes arabes à l'époque ottomane étaient organisées selon un double modèle : une zone "centrale" où se trouvaient majoritairement les activités à caractère économique ainsi que les lieux de culte principaux et une zone "périphérique" principalement dévolue à la résidence. Le réseau viaire suit cette double organisation : de grandes voies rectilignes s'opposent à un réseau d'impasses. La première partie de la ville correspond à un " espace public ", la seconde à un " espace privé ". Ce que le chercheur désigne ainsi sont en fait des types de fonctions et non un espace dont la propriété et la gestion seraient dévolues à des pouvoirs "publics", par opposition à un autre type d'espace où la propriété et la gestion seraient d'ordre privé. Il ne s'agit donc pas là d'un débat sur le public et le privé comme on pourrait l'entendre dans d'autres disciplines. Néanmoins, cette opposition fonctionnelle est reconnue par les juristes musulmans, notamment hanéfites. Dans la partie de la ville dévolue à la résidence, les quartiers sont, à l'époque ottomane, fermés par des portes et administrés par des shaykhs. Cette organisation permet un contrôle social des individus et une gestion collective des espaces. C'est dans ce cadre que se pose l'étude des nuisances de voisinage, lesquelles ont été prises en compte par le droit musulman (est-il licite d'ouvrir une fenêtre permettant de voir dans la cour de son voisin ?). En ce sens, A. R. a un emploi du terme "privé" qui frise l'anglicisme (ce qui serait de l'ordre de la privacy, de la vie privée, qui ne peut être exposée à tous, au public).

6Les six derniers articles concernent exclusivement Alep. Le dernier, inédit, intitulé " Une communauté en expansion ; les chrétiens d'Alep à l'époque ottomane ", est une étude basée sur des documents permettant de suivre, sur quatre siècles, la démographie de la communauté chrétienne d'Alep. En effet, les registres (tapu defteri) des recensements que les Ottomans avaient fait réaliser, en 1537, peu de temps après leur conquête de la Syrie (1516), ont été conservés. Ce recensement donne foyer par foyer et quartier par quartier des données chiffrées sur les tenants des différentes confessions d'Alep. La minutieuse description du consul d'Arvieux, certainement établie à partir de documents officiels, date de 1683. Pour la fin du XVIe et la fin du XVIIe siècles, André Raymond a dépouillé les registres des tribunaux. Pour la fin du XIXe siècle, enfin, on dispose de l'ouvrage de Kâmil al-Ghazzî. André Raymond a donc exploité cet imposant corpus pour dresser une frise des communautés chrétiennes d'Alep tout au long de ces quatre siècles. Au début de l'époque ottomane, seulement 161 "feux" (dirait-on en Occident) chrétiens sont recensés dans le quartier de Salîba/Judayda. Au XVIIe siècle, des Arméniens, des maronites et des orthodoxes immigrèrent en nombre à Alep. Suite à cet accroissement de la population, il y eut une expansion des quartiers chrétiens. Ils n'étaient pas réservés à cette confession et, non seulement de nombreux musulmans y résidaient mais il y eut de prestigieuses fondations comme le waqf d'Ibshir Pacha, bien connu grâce aux travaux de Jean-Claude David et d'André Raymond. Cette croissance démographique se marqua par une expansion territoriale vers l'est de la ville, expansion qui continua avec le développement de l'industrie textile, domaine dans lequel les chrétiens occupaient de nombreux métiers, tout au long du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, " la population chrétienne se substitua à la population musulmane, constituant un quartier dont la grande homogénéité est la caractéristique la plus évidente ". Cette constatation dénote l'impartialité d'André Raymond. Les chercheurs ayant travaillé sur le peuplement d'Alep avaient "milité" pour la mixité confessionnelle des villes musulmanes. Si cette caractéristique est vraie pour les époques précédentes, pour le XIXe siècle, André Raymond fait confiance aux chiffres donnés par les archives et pense que, pour cette période un début de ségrégation communautaire se met en place, sans aller jusqu'à un ghetto, naturellement. La communauté chrétienne d'Alep à l'époque ottomane donne donc " l'image d'un groupe minoritaire aussi bien intégré dans son environnement que le permettait l'esprit du temps, principalement en ce qui concerne les activités professionnelles ".

7Si l'œuvre d'André Raymond a fait considérablement avancer la connaissance que nous avons des villes arabes à l'époque ottomane, c'est non seulement par les textes qu'il a produits mais aussi par la cartographie qu'il propose. En effet, depuis de nombreuses années, ce chercheur a établi des fonds de carte du Caire, d'Alep, de Tunis, de Damas... sur lesquels il situe les éléments de ses découvertes : le développement urbain, le peuplement, les zones résidentielles, les types d'habitat, les activités commerciales, artisanales...

8Ce livre est donc, comme Les Grandes villes arabes à l'époque ottomane l'était, une somme, faisant avancer la connaissance sur la structure de ces villes, les différentes catégories de population, les activités urbaines… et la réédition regroupée de tous ces articles est tout à fait bienvenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Denoix, « André Raymond, La ville arabe, Alep à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles), Damas, IFEAD, 1998. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2684

Haut de page

Auteur

Sylvie Denoix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page